Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 juin 2016

Le catholicisme social et le rétablissement des corporations, voilà la troisième voie

24 juin 2016

Brexit, une gifle du pays réel au pays légal

vote-for-brexit.png

La nouvelle est tombée ce matin : le référendum organisé ce 23 juin au Royaume-Uni a donné gagnante la sortie de ce pays de l’Union Européenne.
 
C’est une victoire des paysans, des pêcheurs, des artisans, des petits commerçants, des petites entreprises, des ouvriers, des employés, des “sans dents”, des familles, des patriotes et du bon sens.
 
C’est une défaite des mondialistes, des banksters, des multinationales, de la gauche internationaliste et apatride, des lobbies interlopes, des promoteurs du vice, des forces occultes, de la synarchie, du syncrétisme religieux, des médias du système et de la jet-set décadente et cosmopolite.
 
CIVITAS félicite les électeurs britanniques pour cette victoire du pays réel sur le pays légal. Une victoire qui fait du bien au moral.
 
Il faut maintenant espérer que le pays réel ne sera pas spolié de cette victoire par des politiciens corrompus, comme cela fut le cas en France et aux Pays-Bas lors de précédents référendums.
 
Il faut surtout avoir bien en tête que le système vient de recevoir une gifle mais qu’il n’est pas à terre, loin de là. La propagande va redoubler d’efforts dans les prochaines heures et prendre prétexte du Brexit pour justifier de nouvelles mesures urgentes en faveur du renforcement du mondialisme contre le prétendu “repli sur soi”.  Des représentants de la haute finance vagabonde aux tenants de la haine de Dieu, de la Patrie et de la Famille, en passant par les troupeaux de bien-pensants manipulés, tous vont se donner la main pour utiliser ce Brexit à leur profit.
 
A nous de résister et de préparer la suite !
 
Alain Escada,
président de CIVITAS

12:38 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

20 juin 2016

La troisième voie, c'est le catholicisme social (Alain Escada, président de Civitas)

18 juin 2016

Venez défendre l'école catholique le 25 juin à Bruxelles

17 juin 2016

Marche pour l'Enseignement catholique le 25 juin à Bruxelles

marche-pour-enseignement-catholique.jpg

Civitas a récemment diffusé un communiqué appelant à participer à une Marche pour l'enseignement catholique organisée à Bruxelles le samedi 25 juin à 14h. Nous avons posé quelques questions à Alain Escada à ce sujet.

MPI : Qui organise cette marche ?

Alain Escada : Cette Marche pour l'enseignement catholique est organisée par Pro Familia, une association catholique flamande avec laquelle nous sommes en contact depuis plus d'un an. Son président, Dries Goethals, était présent au défilé d'hommage à Sainte Jeanne d'Arc que Civitas organisait à Paris le 8 mai dernier. Il m'a recontacté il y a quelques jours pour m'exposer les raisons de cette Marche pour l'enseignement catholique - en l'occurrence, le projet d'ouvrir des salles de prières musulmanes dans les écoles de l'Enseignement catholique flamand - et me proposer d'y prendre la parole au nom de Civitas.

MPI : Dans votre communiqué, vous avez relié l'actualité française des attaques contre les écoles hors contrat à la situation belge. Pourquoi ?

Alain Escada : Je ne crois pas au hasard. C'est à l'échelon supranational et dans l'ombre des forces occultes que des esprits machiavéliques réfléchissent aux moyens de s'emparer très tôt des enfants pour les formater à la pensée unique. Ces gens-là, foncièrement anti-catholiques, cherchent à tout prix à priver les parents de la possibilité d'élever leurs enfants de façon vraiment catholique. Pour cela, les écoles sont devenues leur cible.

Cette idée absurde d'ouvrir des salles de prières musulmanes dans des écoles catholiques implique de facto que ces écoles ne seront plus catholiques, si tant est qu'elles l'étaient encore.

En France, nous avons cru pouvoir mettre nos enfants à l'abri grâce aux écoles hors contrat mais ces dernières semaines, tant des parlementaires du parti Les Républicains que la ministre socialiste Najat Vallaud-Belkacem ont pris des initiatives pour menacer gravement les écoles hors contrat et l'instruction à domicile. Je rappelle à ce sujet que Najat Vallaud-Belkacem a répété à plusieurs reprises son admiration, en matière d'éducation, pour le "modèle suédois". Or la Suède a été pionnière dans la mise en place, dès la crèche, d'un enseignement de la théorie du genre. Et la Suède a également voté au parlement la disparition des écoles hors contrat.

Je crois donc nécessaire et indispensable que les catholiques de toute l'Europe tissent des liens pour résister au mieux à cette offensive. C'est la raison pour laquelle j'ai appelé à participer à cette Marche pour l'enseignement catholique qui se déroulera à Bruxelles le samedi 25 juin.

drapeaux-sacré-coeur-MPI

 

12 juin 2016

Les mensonges démocratiques: revue Civitas à paraître

Le numéro 60 de la revue Civitas est sur le point de paraître et traitera des mensonges démocratiques.

 

civ_60_juin_Blog.jpg

« La démocratie c'est le mal, la démocratie c'est la mort », écrivait Charles Maurras. On pourrait y ajouter, la démocratie c'est le mensonge et notre dossier aura pour objectif de montrer en quoi la démocratie est foncièrement menteuse.

Les mensonges, que ce dossier dénoncera, sont ceux du système démocratique fondé sur la souveraineté du peuple, système politique qui se veut seul légitime et moral, quelle que soit la taille des communautés considérées ou la valeur de leurs citoyens.

Notre objectif prioritaire sera au moins autant de dénoncer l'incohérence des démocrates en peau de lapin que de démasquer la démocratie elle-même et d'en montrer la nature congénitalement menteuse lorsqu'elle se veut représentative, seule source de légitimité, seul système rationnel.

Dans ce but, Joseph Flaure inaugurera le dossier par un indispensable retour aux fondamentaux, avec un article sur ce que St Thomas d’Aquin entendait par démocratie.

Le second article constituera le cœur du dossier et dénoncera les mensonges consubstantiels à la démocratie représentative.

Le professeur Claude Rousseau portera un regard lucide sur les perspectives de sortie du système, et, la rédaction proposera, à titre de conclusion, quelques perspectives induites de l'ensemble de ces travaux.

Une nouvelle rubrique « Culture et sociétés » a, par ailleurs, été ajoutée à la revue.  En effet, si nous nous voulons être politiquement les défenseurs de la nation et de l’État catholique, il importe que notre revue sache en faire partager toute la dimension culturelle, géographique, artistique, morale... et ce chapitre proposera aux lecteurs divers écrits sur tout ce qui incarne notre pays, notre religion, notre culture.

Nous débutons avec un essai de Thierry Bouzard sur la place de l’identité musicale française, et avec un article, description d'œuvres à l'appui, sur la peinture italienne de l'école bolonaise du XVIIème siècle.

 

Numéro à commander au prix de 9,80 € (port compris) par chèque à l'ordre de Civitas, 17 rue des Chasseurs, 95100 Argenteuil 

ou  Image d’aperçu

09 juin 2016

Des salles de prières musulmanes dans des écoles catholiques ? Appel à une marche le 25 juin

Appel à une marche le 25 juin

Des salles de prières musulmanes dans des écoles catholiques ?

Cette idée absurde est en passe de se réaliser en Belgique. Lieven Boeve, directeur général du réseau de l’Enseignement catholique de Flandre (Katholiek Onderwijs Vlaanderen), a proposé d’ouvrir des salles de prières musulmanes dans les écoles catholiques de Flandre. Et l’Archevêque De Kesel a déclaré à la presse que “les Evêques soutiennent complètement les propositions de Lieven Boeve”.

Or cette proposition est en contradiction directe avec la mission d’un enseignement qualifié de catholique qui, comme son nom l’indique, a pour devoir d’instruire les enfants selon la doctrine catholique.

Ouvrir des salles de prières musulmanes dans des écoles catholiques conduira soit à une conquête islamique de certains établissements scolaires dits catholiques mais dont les élèves musulmans sont déjà majoritaires, soit à l’essor du relativisme et du syncrétisme religieux qui servent le plan mondialiste.

Si cette mesure est pour l’instant discutée en Flandre, nul doute qu’elle sera reprise ultérieurement en Belgique francophone, en France et dans le reste de l’Europe car elle correspond à l’attitude générale irresponsable d’une part importante de l’Eglise conciliaire.

Cette nouvelle folie vient confirmer l’utilité des écoles catholiques hors contrat. Mais leur existence en Belgique se révèle extrêmement compliquée. Et en France, elles sont menacées par une proposition de loi déposée par des parlementaires LR ainsi que par un projet de modification par ordonnance de la règlementation en vigueur présenté par le ministre Najat Vallaud-Belkacem.

L’association catholique flamande Pro Familia tente de s’y opposer. Elle organise à Bruxelles, le samedi 25 juin, une “Marche pour l’enseignement catholique” et m’a demandé d’y prendre la parole en français. J’invite tous les Français et les Belges qui le peuvent à me rejoindre à cette marche.

Alain Escada, président de Civitas

Marche pour l’enseignement catholique, samedi 25 juin à 14h, square Frère-Orban à Bruxelles.

marche-pour-enseignement-catholique.jpg

LES LIBERTES SCOLAIRES PRISES EN TENAILLE: REAGISSEZ !

 

Le 18 décembre 2013, six sénateurs UMP déposaient une proposition de loi visant « à limiter la possibilité d’instruction obligatoire donnée par la famille à domicile aux seuls cas d’incapacité ». Le 11 mars 2014, quelques jours avant une débâcle électorale sans précédent pour la gauche, mais aussi face à la mobilisation croissante des catholiques et d'autres groupes de pression contre cette proposition de loi, celle-ci était purement et simplement retirée. Pourtant, Civitas appelait à ne pas baisser pas la garde : notre institut dénonçait alors un retrait de la proposition de loi purement électoraliste, de court terme, en attendant qu'on la remette sur le tapis dans un contexte plus favorable... Retirer la proposition de loi, c'était reculer pour mieux sauter ! Nous disions alors qu'il fallait se tenir prêt à riposter en cas de retour d'un projet ou d'une proposition de loi similaire, et avions consacré dans la foulée un dossier spécial défendant l'instruction à domicile.

 Aujourd'hui, l'actualité nous donne malheureusement raison. A gauche, Najat Vallaud-Belkacem s'attaque aux écoles libres ou hors-contrat. Elle a présenté son projet ce 9 juin à la presse, proposant notamment un régime d'autorisation préalable à toute ouverture d'école hors contrat. Quant à la droite, elle a devancé le ministre. Le 27 avril dernier, 28 députés du parti Les républicains et un apparenté, ont en effet déposé une nouvelle proposition de loi visant quasiment à interdire l'école à la maison (qui ne deviendrait possible que pour les enfants handicapés et d'autres enfants dans des situations très spécifiques : forains, etc.), et à renforcer drastiquement les contrôles sur les écoles hors-contrat. D'essentiellement techniques (contrôle du respect des normes de construction, de sécurité etc.), ces contrôles deviendraient idéologiques (respect des « valeurs » de la République, c'est-à-dire dans les faits, des valeurs maçonniques de l'UMPS et de ses alliés)... le tout sous prétexte de lutter contre le terrorisme islamique.

 Face à ces atteintes gravissimes aux libertés scolaires, plusieurs initiatives heureuses sont en train de s'organiser et vont rapidement, espérons-le, monter en puissance. D'ores et déjà, Civitas participe à ce combat en mettant à disposition du public pour la somme réduite de 5 € (frais de port offert) notre numéro spécial sur l'instruction à domicile. Ce numéro, toujours d'actualité, a été volontairement construit comme un argumentaire utilisable par tous ceux qui veulent, d'une manière ou d'une autre, lutter contre la fin des libertés éducatives et scolaires.

civitas_52_JUIN2014_couv (3).jpg   Commande par chèque : 5€ à l'ordre de Civitas envoyé à

Civitas, 17 rue des Chasseurs, 95100 Argenteuil

 

   Commande par Paypal :   Image d’aperçu

 

 

Alain Juppé, l'homme sur lequel mise le club Bilderberg

bilderberg-2

En juin 2015, à Telfs-Buchen en Autriche, le Groupe Bilderberg, ce club de mondialistes regroupant parmi les personnalités les plus puissantes du monde atlantiste - diplomates, politiques, militaires, banquiers, patrons de multinationales, têtes couronnées, dirigeants de grands media mainstream, services secrets...  - avait invité Monsieur Alain Juppé, signifiant par là son allégeance, et surtout qu'il bénéficiera de l'appui de toute cette machinerie infernale pour accéder à la Présidence de la République Française.
Quelques articles édifiant de l'époque:
http://www.sudouest.fr/2015/06/08/alain-juppe-invite-par-le-groupe-bilderberg-un-huis-clos-international-ultra-select-1945168-2780.php
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/coulisses/2015/06/11/25006-20150611ARTFIG00226-alain-juppe-convie-au-huis-clos-des-maitres-du-monde.php

Et une vidéo intéressante:

La réunion 2016 du Groupe Bilderberg a lieu en ce moment à Dresde en Allemagne. Nous avons publié la liste officielle des participants ici. Vous remarquerez la présence étonnante au premier abord, du maire du Havre, Monsieur Edouard Philippe. Elle devient beaucoup plus cohérente lorsque l'on sait que ce dernier fait partie de l'équipe de campagne de Monsieur Juppé: il est tout simplement son co-porte-parole avec Benoist Apparu...

26 mai 2016

Les erreurs opposées à la royauté de Notre Seigneur Jésus-Christ (abbé Billecocq)

vitrail-du-christ-roi

Voici le cinquième cours de philosophie politique donné cette année 2015/2016 par l'abbé Gabriel Billecocq, vicaire de St Nicolas du Chardonnet, pour le groupe Civitas de Paris.

12 mai 2016

Avec Civitas, de l'hommage unitaire à Ste Jeanne d'Arc à la convergence des patriotes contre le mondialisme

Le journal Libération, naguère défenseur de la pédophilie et aujourd’hui propriété de l’homme d’affaires israélien Patrick Drahi, publiait le 6 mai un article sur commande annonçant la soi-disant “chute” de Civitas.
 
Deux jours après, le dimanche 8 mai, Civitas organisait un hommage unitaire à Sainte Jeanne d’Arc qui rassembla plus de deux mille personnes dans un esprit de convergence des mouvements insoumis au nouvel ordre mondial. Aux côtés de Civitas se retrouvaient des délégations du Cercle National des Combattants, du Renouveau Français, du Parti de la France, de Synthèse Nationale, de l’Alliance for Peace and Freedom, des Caryatides, du Parti Nationaliste Français, de la Dissidence Française et d’Egalité & Réconciliation, tous réunis pour rendre honneur à la sainte de la patrie, patronne secondaire de la France.  
 
Dès 12h30, place Saint Augustin, animations et discours se sont succédés. Cette journée ayant une dimension familiale, petits et grands ont pu observer les démonstrations d’un cracheur de feu suivi d’un jongleur pas comme les autres en la personne d’un frère bénédictin. Tandis que des Guides proposaient de quoi se nourrir, le public apprécia le mini-concert offert par la chanteuse Epona. Le Chœur Montjoie Saint Denis était également de la partie. Marion Sigaut, Roger Holeindre, Carl Lang, Thibaut de Chassey, Pierre Sidos, Marie d’Herbais, Jany Le Pen, Roland Hélie et Damien Viguier ont tour à tour pris la parole pour encourager les participants à résister aux fléaux qui s’abattent sur la France. Ensuite, Dom Cyprien, Prieur du Monastère Notre-Dame de Guadalupe (Etats-Unis), a procédé à la bénédiction des étendards.
 
La foule s’est alors mise en marche, avec en tête du défilé trois cavaliers en armure dont une jeune fille symbolisant Jeanne d’Arc, tenant à la main la réplique du majestueux étendard avec lequel la sainte est entrée à Orléans le 8 mai 1429.
 
8ma-defile-civitas
 
Alternant litanies de Sainte Jeanne d’Arc, chants et slogans, le défilé a atteint la place des Pyramides où, après un dépôt de fleurs aux pieds de la statue de Jeanne d’Arc pendant que le Chœur Montjoie chantait la Prière des Paras, les trois derniers discours ont été prononcés par Pierre Hillard, Alain Escada et l’abbé Xavier Beauvais, afin de rappeler la véritable mission de Sainte Jeanne d’Arc et la façon de tenter d’en être de dignes héritiers pour restaurer la France et la Chrétienté.
 
Cette belle journée n’est pas une simple commémoration, elle est la démonstration qu’il est possible d’organiser un événement unitaire et populaire sans faire de concession sur les principes et la doctrine. Que cet hommage à Sainte Jeanne d’Arc soit un tremplin pour créer dans les mois qui viennent une indispensable dynamique de convergence qui oppose fermement le triptyque Dieu – Patrie – Famille au Nouvel Ordre Mondial. 

11 mai 2016

Hommage 2016 à Sainte Jeanne d'Arc : discours de l'abbé Xavier Beauvais

10 mai 2016

Hommage à Sainte Jeanne d'Arc : le discours d'Alain Escada (8 mai 2016)

Hommage à Sainte Jeanne d'Arc : le discours de Pierre Hillard (8 mai 2016)

Hommage à Sainte Jeanne d'Arc : la bénédiction des étendards (8 mai 2016)

Hommage à Sainte Jeanne d'Arc - Le concert de la chanteuse Epona (8 mai 2016)

Hommage à Sainte Jeanne d'Arc : le jongleur du Bon Dieu (8 mai 2016)

Hommage à Sainte Jeanne d'Arc : discours de Marion Sigaut (8 mai 2016)

Hommage à Ste Jeanne d'Arc du 8 mai 2016 : discours de Damien Viguier

06 mai 2016

Rassemblons-nous ce 8 mai pour une véritable convergence autour de Ste Jeanne d’Arc

8-mai-2016-affiche.png

Dans le contexte tumultueux que connait la France, et tandis que politiciens et médias dominants entretiennent la confusion pour pouvoir manipuler plus facilement un peuple soumis au conditionnement d’un nouvel ordre mondial qui ne tolère ni Dieu, ni Patrie, ni Famille, il nous parait que le rassemblement d’hommage à Sainte Jeanne d’Arc le 8 mai prochain nous offre une belle opportunité pour tenter d’obtenir une véritable convergence autour d’un modèle de chef courageux et vertueux incarné par Jeanne d’Arc, à la fois sainte, héroïne et patronne secondaire de la France.

 

Depuis 2010, Civitas organise chaque deuxième dimanche du mois de mai un hommage à Sainte Jeanne d’Arc. Et, dès le début, la question s’est posée de savoir quelle forme donner à ce défilé très particulier qui n’est ni une procession religieuse ni une manifestation tumultueuse et désordonnée. J’ai providentiellement pu découvrir des numéros de L’Illustration et du Figaro des années vingt et trente qui, au mois de mai, dressaient un compte-rendu détaillé du cortège traditionnel de Sainte Jeanne d’Arc à Paris.

 

Le cortège démarrait avec les fanfares envoyées par des écoles catholiques. Ensuite prenait place la Fédération Nationale Catholique du général de Castelnau. Les Scouts de France en uniforme et tous leurs étendards défilaient avec à leur tête le général Guyot de Salins, le chanoine Cornette et le R.P. Doncœur. Il y avait là aussi les Guides de France. Et puis défilaient les anciens combattants de la première guerre mondiale, et notamment les Croix de Feu ovationnés par le public.
Suivaient toutes les organisations de la droite nationale et nationaliste,  ensuite des groupes de jeunes filles en costumes provinciaux, des  associations d’étudiants et, bien sûr, l’Action française conduite par
Charles Maurras, Léon Daudet et l’Amiral Schwerer, et enfin les Camelots du roi qui fermaient la marche.

 

Tout au long du défilé, parmi différents groupes, on voyait des prêtres, certains étaient des anciens combattants et arboraient leurs décorations sur leur soutane. Des religieuses participaient également.

Cette manifestation grandiose symbolisait le culte des Français pour leur sainte patronne. Voilà le modèle de défilé dont Civitas veut s’inspirer pour convier tous ceux qui, en 2016, souhaitent à leur tour rendre hommage à Sainte Jeanne d’Arc.

Ce qui est frappant, c’est qu’à l’époque on ne rencontrait pas les   exclusives auxquelles nous sommes trop souvent confrontés aujourd’hui. Ce défilé, à son apogée, réunissait plus de cent mille personnes. Le clergé, les écoliers catholiques, les scouts, les guides, les étudiants, les anciens combattants, les milieux associatifs et politiques (des royalistes aux nationalistes) ne formaient qu’un long et impressionnant cortège. On ne craignait pas la « confusion des genres » entre politique et religieux. Les différences (voire les rivalités) entre les organisations étaient surpassées au profit du bien supérieur.

C’est vers cette unité réussie autrefois autour de Sainte Jeanne d’Arc que veut tendre le défilé organisé par Civitas le 8 mai prochain. C’est le message que nous voulons faire passer : quiconque se reconnaît dans le triptyque Dieu – Patrie – Famille et veut honorer Sainte Jeanne d’Arc est le bienvenu.

 

N’ergotons pas, ne dévisageons pas le voisin, ne cherchons pas l’uniformité, laissons-là à la pensée unique. Ce 8 mai 2016, il y aura des scouts, des anciens combattants, des étudiants, des pensionnés, des prêtres, des élus, des chrétiens d’Orient, des ouvriers, des patrons, des artisans, des commerçants, des paysans, des royalistes, des électeurs du Front National, des sympathisants d’Egalité & Réconciliation, des sentinelles, des nationalistes et des anonymes, et ils viendront tous communier dans  une même ferveur pour honorer Sainte Jeanne d’Arc.

 

Ce défilé a pu obtenir le soutien de gens aussi différents que Béatrice Bourges, Pierre Hillard, Marion Sigaut, Elie Hatem, Damien Viguier, Anne Brassié, Youssef Hindi, Stéphanie Bignon, Roger Holeindre,…

Et cette synergie a été obtenue autour d’un projet foncièrement catholique et patriote !

 

J’ajoute que nous avons encore besoin de volontaires, notamment pour l’accueil, le service d’ordre etc. Ils peuvent se signaler auprès de notre secrétariat (01.34.11.16.94). D’autre part, l’organisation de ce défilé coûte cher. Que ceux qui le peuvent veuillent bien nous aider à couvrir ces frais. Enfin, que ceux qui ne peuvent être des nôtres se joignent à nous par la prière.

 
Alain Escada, président de CIVITAS

8 mai verso 3 JDA 2016.png