Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 octobre 2017

Message de l'abbé Beauvais aux jeunes de Civitas : "Engagez-vous !"

Sermon de l'abbé Xavier Beauvais lors de la messe dominicale du camp d'été France Jeunesse Civitas.

Engagez-vous !

Si l'on s'en réfère à l'Evangile, parole de vie par excellence, il y en a un qu'on peut appeler l'Evangile du choix. Et quand on parle d'engagement, on parle inévitablement de choix. Cet Evangile du choix, vous le connaissez tous : Dieu ou Mammon, la chair ou l'esprit, la vérité ou l'erreur, la fidélité ou l'apostasie. Autrement dit, c'est l'Evangile de l'engagement. Parole d'évangile d'autant plus forte aujourd'hui que tout nous pousse à l'indifférence sournoise, sous prétexte de tolérance, de ne plus choisir.

Or disait un Maréchal : « La vie n'est pas neutre, elle consiste à prendre parti ». S'engager c'est donc opter, et c'est risquer. S'engager c'est dire oui, ou c'est dire non. C'est choisir son camp. C'est jouer sa chance pour la perdre ou la gagner. Lorsqu'il s'agit d'une cause ou d'un chef, s'engager c'est donner sa foi, c'est se donner, vie et honneur. Dieu merci, dans la veulerie d'un monde avare et sceptique, l'homme qui s'engage, force encore le respect. Il lui arrive par là de racheter ses erreurs ou ses fautes, parce qu'il donne la preuve d'une franchise, la mesure d'une grandeur devant lesquelles les habiles sont obligés, dans le secret, de s'incliner. Si l'on en cherche la raison, c'est d'abord que le privilège de notre condition humaine est, dans les alternatives, de choisir sciemment, de juger le vrai et le faux, le mal et le bien, d'exprimer ce jugement conforme à la vérité, dût-on par cette netteté peiner des amis, ou provoquer des ennemis. C'est ensuite que, risquer des avantages ou temporels ou secondaires, au service d'un intérêt majeur, témoigne d'un désintéressement qui peut aller jusqu'à l'héroïsme – ô combien valable en politique - d'un amour des objets transcendants qui peut aller jusqu'à la sainteté. Il ne faut pas aller chercher ailleurs la source du prestige propre à l'honnête homme, au soldat ou au martyr, exemples de l'engagement. Inversement, l'homme à l'esprit flottant, bobo, incapable ou cynique, qui ne discerne pas ou qui ne témoigne pas, qui ne cherche que son intérêt personnel au mépris du bien commun, l’homme à la parole ambigüe et au cœur double qui ne veut pas se démarquer, l’homme qui, jouant sur les deux tableaux, refuse de se compromettre, qui n'est ni ami, ni ennemi, qui dans la bagarre qu'est la vie, reste neutre; alors qu'il s'occupe surtout pas des affaires de la cité, nous n'aurions alors, pour citer Roger Holeindre, que des mollusques de la droite molle qui nous ont conduit là où nous sommes, en pleine décadence. Celui-là est à traiter avec mépris. De sa neutralité même nous lui faisons crime, puisqu'il nous a prouvé que pour nous non plus, il ne se compromettra jamais. Ce n'est pas un homme sur qui nous puissions compter. Ce n'est pas un homme. Alors comment se fait-il que si souvent dans l'histoire les catholiques donnent souvent l'impression qu'ils ne s'engagent pas jusque dans les affaires de la cité, qu'ils se réservent et par là se font juger sévèrement par des hommes amis de la franchise et du risque ? Il vaut la peine d'y réfléchir avec humilité et courage et de passer ensuite à l'acte.

Les exemples ne manquent pas dans l'histoire de ceux qui se sont engagés pour les causes les plus sublimes, à commencer par l'exemple et la doctrine de Notre Seigneur Jésus-Christ qui ne souffrent sur ce point aucune équivoque. Pour s'être intrépidement et dangereusement engagé, il est mort en pleine action. La hardiesse avec laquelle il a pris position en face de ceux qu'il devait condamner et qui ne lui pardonneront jamais ses franchises, est un des traits les plus nobles de son caractère.

Depuis la scène des vendeurs chassés du Temple jusqu'à son interrogatoire chez Caïphe, Jésus a dit, a fait ces« œuvres de son Père» qui ne souffrent ni atermoiements, ni ambiguïtés, ni réticences. C'est ce qu'il appelle avoir « rendu gloire à Dieu ». Il a dit aux puissants leur fait; il a méprisé en face de Pilate les atermoiements et les plaidoiries de la dernière heure. Ayant joué sa tête dès la première heure, il alla droit au supplice sans fléchir. Comme il a dit et fait, il a prescrit à ses disciples de dire et de faire. Que votre parole soit « C'est, c'est ... ce n'est pas, ce n'est pas ».« Qui met la main à la charrue puis regarde en arrière, n'est pas digne de moi ». « Ne craignez pas ceux qui ne peuvent tuer que le corps ». « Ne pensez même pas à l'avance à vous défendre quand on vous poursuivra». « Comme j'ai été traité, vous serez traités ». L'annonce des persécutions, des haines, la promesse des supplices et de la mort, ôtent à ces conseils de franchise toute incertitude, interdisant toute exégèse de complaisance. « Ce que vous aurez entendu dans le secret, criez-le sur tous les toits ». Voyez, on ne peut imaginer maître et chef engageant ses hommes plus hardiment, plus à fond. Qui est mené par lui est compromis à tout jamais dans une guerre qui ne pardonne pas. « Ce n'est pas la paix que je suis venu apporter, mais le glaive. » L'histoire des premières générations chrétiennes est unique dans le monde pour être 1' impitoyable conséquence des leçons d'un maître qui joua sa cause et la destinée des siens comme il avait joué sa vie.

Alors quand de ces hauteurs héroïques, on descend aux paliers où nous vivons, on se demande si ce qui différencie le chrétien moderne du chrétien primitif, n'est pas précisément la peur de s'engager, toute peur de s'engager.

D'une part nous avons perdu cette fermeté abrupte qui fit du christianisme une doctrine et une vie si parfaitement inconfortables, heurtant de front le monde, ses hypocrisies et ses lâchetés. Devant le peuple, ou devant les docteurs, devant les hommes de loi ou de guerre, devant des gouvernants, des autorités politiques, qui d'entre nous parle comme saint Jean Baptiste à Hérode, comme saint Pierre et saint Jean devant le Sanhédrin ? ou comme le Christ devant Pilate ou devant Satan ? Ni à nos amis ni à nos ennemis nous n'oserions répéter dans leur intransigeance les paroles si fortes du sermon sur la Montagne, crainte de soulever leur effroi ou leur colère.

La considération semble être devenue la règle d'or. Ainsi la vertu devient-elle le juste milieu qui précisément se réserve à tout engagement dangereux. Ni la folie sublime, ni le scandale impudent. Se tenir à distance les uns et des autres ; ne pas se « compromettre », surtout ne pas prendre parti, se ménager des amitiés dans tous les camps. Tout cela, certains le définissent comme prudence, sagesse morale et vertu. De ces deux trahisons ayons un profond dégoût, chers amis, dans les combats d'aujourd'hui. Reconnaissons que bien souvent nous n'en avons pas le courage, c'est ce qui nous fait perdre tant de batailles. Alors si nous jugeons que notre devoir de laïcs catholiques ne fait aucun doute, nous devons avec notre maître nous engager dans les affaires de la cité, en politique.

Qui risque son âme la sauve, puisque le sûr moyen de la perdre, c'est de ne pas la risquer.

Mais il y a des engagements qui n'en sont pas, mais sont plutôt des compromissions. Faire cause commune avec des ennemis, des partis qui n'ont plus en vue que leur mesquin intérêt personnel ; donner son amitié (qui ne serait pas la vraie) son concours à des entreprises terrestres limitées à leurs intérêts sordides, engager par suite le nom chrétien à des fortunes précaires et sordides, à des complexes impurs comme le sont tant de politiques, n'est-ce point désobéir à notre Maître et abandonner à César ce qui n'appartient qu'à Dieu ? Dès lors, il vous appartient à vous, si vous voulez aider la patrie à renaître, d'être rigoureux et intransigeants dans vos choix, c'est-à-dire se refuser toute collaboration avec des forces, des puissances indignes de notre confiance.

Et précisément, pour s'être engagés en politique pour le règne social de Notre Seigneur Jésus-Christ, avec le Christ, n'accepter en aucune façon de s'engager avec Mammon ou Bélial puisqu'on ne peut servir deux maîtres.

Puisque dans le monde d'aujourd'hui la normalité devient presque impossible, faut-il partir, nous aussi dans le désert de l'inaction, non, il n'est pas permis aujourd'hui de refuser l'engagement au combat politique, au risque d'être infidèle à la mission que Dieu assigne à chacun de nous. Ne soyons pas les apôtres du « tout est foutu ». Lorsqu'un général chrétien, désespéré de voir son pays sombrer dans l'anarchie antireligieuse, soulève la révolte et, par les armes, entreprend de faire triompher l'ordre, qu'il ne conçoit que chrétien, la délicatesse de certaines consciences s'émeut.

Lorsqu'un chef d'Etat, appelé dans un désastre national à sauver son pays, entreprend une révolution nationale qui ne s'accomplit pas dans la suavité, et, par les décrets de son vouloir brise et bannit les malfaiteurs qui s'opposent à son œuvre de salut public, on voit certaines bonnes consciences, même catholiques, jouer les vierges effarouchées.

Quelque soit la majesté de César, l'histoire chrétienne est en pleine harmonie avec l'Evangile pour nous affirmer que jamais le chrétien ne peut consentir à des entreprises mauvaises dans leurs fins et dans leurs moyens. Renoncer alors? Mais renoncer pour sacrifier au politiquement correct, à la pourriture morale comme renoncer au Christ, pour sacrifier aux idoles, est la pire des apostasies, et trois siècles de témoignage, d'engagement de martyrs ont fait triompher sur ce point la sublime protestation des esclaves chrétiens plus forte que les gouverneurs.

Au moment où il allait les quitter, Jésus-Christ engagea ses disciples dans une grande aventure et nous avec. Durant ses adieux, l'angoisse de Notre-Seigneur était évidente. Il allait disparaître. Mais il va les plonger dans le monde au plus fort de la puissance ennemie aux prises avec les hostilités violentes ou sournoises qui s'étaient acharnées contre lui. Déjà ce monde les déteste parce qu'ils ne lui sont pas soumis. Cependant il ne priera pas son Père de les ôter du monde, car c'est trahir la fin même de sa venue et renoncer à la rédemption pour laquelle il va mourir. Il faut qu'ils soient dans ce monde ferment et sel. Il faut qu'ils s'engagent comme témoins. La puissance de Dieu les sauvegardera du Malin. Pureté de la colombe et œil du serpent au milieu des loups. Il nous manque le regard du serpent et par suite la pureté de la colombe. Le regard aigu qui discerne le mal, la pureté d'un cœur intrépide qui n'admet aucune duplicité. Lorsque le bandit assaille la maison où dorment les enfants, le père de famille qui veille met sa charité à briser leur échine, au risque d'être traité de brute par les hypocrites ou les chimériques qui préfèreraient que soient égorgés les enfants.

Ce que la vérité et la justice réclament du catholique légitimement engagé, c'est qu'il apporte dans l'assemblée des hommes la liberté et la franchise d'une parole qui soulèvera peut-être l'impatience ou la colère, mais qui n'entachera en rien son loyalisme.

On voit assez quel abîme sépare cette loyauté d'avec le refus, qui ne s'étant pas engagé sème autour d'honnêtes ouvriers l'ironie ou la méchanceté dans une foule spectatrice trop lâche pour partager les risques.

Il reste au chrétien logique l'une de ses plus belles prérogatives, celle qui le fait s'engager à fond. Et il le peut plus facilement que tout autre.

La tentation de l'âme médiocre la porte à ne jamais s'engager tellement qu'elle ne se puisse au besoin dégager. Ainsi en va-t-il de bien des entreprises humaines, et y compris l'amitié. Seules les grandes âmes s'engagent à fond, c'est-à-dire assez pour ne plus pouvoir échapper aux catastrophes possibles. Ainsi vont-elles au bout de l'amitié, au bout de leurs promesses, engageant elles et tout ce qu'elles possèdent, sans réserve. L'histoire montre que ce sont ces joueurs-là qui gagnent le plus souvent, alors que les trop habiles et trop prudents selon la chair se desservent eux-mêmes en voulant finasser. Mais les catholiques se doivent d'être les plus audacieux puisqu’ils savent qu'en fin de compte, ils ne peuvent pas perdre leur mise. L'ami qui a cru son ami jusqu'au bout pourra avoir été trompé mais il ne sera pas trompé en restant fidèle. Celui qui jouera sa tête la perdra peut-être, mais le Christ nous dit que c'est la plus sûre façon de la gagner. Les hommes les plus blasés ou les plus perfides reconnaissent au grand joueur une noblesse qui leur en impose. C'est vrai des choses de Dieu, mais c'est également vrai des choses des hommes où le chrétien s'engagera par égard à Dieu.

Il faut se préserver de l'illusion funeste et pourtant si commune, de croire que les dépravés qui nous gouvernent ou que ceux qui travaillent en sous-main dans les loges, dévorés par d'insatiables égoïsmes, ont encore l'âme accessible à des sentiments généreux ou tout au moins à des idées de justice, et que vous pourriez un jour obtenir d'eux, à force de patience, pour ne pas dire de petits ou de grands reniements, le respect tout du moins de la loi naturelle. Ils ne connaissent que la peur d'être dépossédés de leurs riches prébendes et ne sont susceptibles que de redouter, en l'admirant d'ailleurs, la force qui les en chasserait.

C'est le manque de force, chers amis, de force chrétienne qui fait encore plus d'indifférents ou d'irréligieux que de persécuteurs, et devient ainsi beaucoup plus dangereux en mettant des foules au service de ceux qui conduisent la bataille contre Dieu.

Il n'y a plus d'hommes dans les milieux sans religion pour cette raison très simple qu'il n'y a pas de force morale. Or, comme on l'a très éloquemment dit : « La force est la grande prérogative de l'homme, le signe de sa royauté et le sceau de sa destinée. La force entre si profondément dans le caractère de l'homme, qu'elle lui a donné son nom : Vir, un homme, cela veut dire la force, l'énergie, le courage, la puissance. Ôtez de la vie humaine le ressort de la force morale, vous avez encore le semblant d'un homme, le simulacre d'un homme, mais vous n'avez plus l'homme; vous avez un être avorté, un je ne sais quoi qui n'a plus de nom dans la langue des peuples, parce qu'il n'y a plus de rang dans la hiérarchie des êtres. Là où chez nous le laïcisme a travaillé les esprits, il n'y a guère plus que des apparences d'hommes incapables de résister à qui paie ou distribue des places. Ce sont des fantômes d'apparence humaine qui composent le gros des bataillons ameutés par les loges contre le catholicisme qui a fait la France. La plainte est générale. De toutes parts on dit: Il n'y a plus de caractère, il n'y a plus que des volontés chancelantes». Et il semble que notre société pourrait s'écrier avec douleur comme le malade de l'Evangile : « Je n'ai pas un homme pour me venir en aide. »

Mais est-ce vrai? Est-ce vrai qu'il n'y ait pas des hommes qui puissent encore sauver la société du danger de mort où ses fautes répétées et toujours nouvelles la mettent?

Un écrivain de génie a tracé un jour un portrait qui semble d'hier parce que vieux plus de cent ans, et pourtant si actuel.

« Dans les crises effrayantes qui agitent notre société il ne manque jamais de se trouver un certain nombre de ces «gens d'entre deux» dont parle Pascal, indécis par timidité, indulgents par calcul, qui ne savent ni ce qu'ils pensent, ni ce qu'ils veulent, parce qu'ils n'ont pas la moindre idée de ce que l'on doit penser et vouloir. La faiblesse de leur caractère et le peu d'étendue de leur esprit les inclinent à croire qu'en toute contestation la sagesse consiste à se tenir également éloigné des opinions et des prétentions opposées, et que toute lutte, quel qu'en soit l'objet, doit se terminer par des concessions mutuelles.

Cette sorte de gens, la plus dangereuse peut être quand il lui arrive d'être au pouvoir, dans les temps difficiles, ne sert qu'à conduire avec moins de bruit les nations à leur ruine. Essentiellement inerte, ce qu'elle craint, surtout, c'est l'action, parce qu'il n'y a pas d'action sans résistance. Elle a peur du mouvement, peur de la force, peur de la vie. En cherchant un repos qui n'existe que dans le tombeau, elle ne veut pour doctrine, que l'indifférence; pour ordre, que ce qui est, le mal comme le bien ; pour justice, qu'une égale protection de ce bien et de ce mal; pour paix, que le silence. Le succès des méchants encourage leur audace et fait illusion sur les principes mêmes. Les bons toujours sacrifiés se lassent de combattre inutilement et saisissent avec joie le premier prétexte qui leur est offert d'abandonner sans trop de honte, une cause longtemps malheureuse. L'intérêt personnel multiplie les défections. Toutes les passions viles se réveillent. Les uns supputent ce que peut valoir ce qui leur reste d'honneur et de conscience, les autres s’endorment entre les débris de l’ordre social renversé, et s'irritent lorsqu'on veut les tirer de le leur sommeil».

Ces attitudes, chers amis, ont des conséquences désastreuses, elles assurent le succès des décadents, des cupides, elles encouragent leur audace, elles désespèrent les bons, multiplient les défections et préparent ou continuent le renversement de l'ordre social. Ce manque de force a beau se parer des noms orgueilleux de sagesse, d'intelligence des temps, d'habilité diplomatique, de libéralisme conquérant, il est plus encore peut être que le mal lui-même, le grand ouvrier de nos innocentes défaites.

Les événements qui se font chaque jour et de plus en plus vite, plus douloureux et plus menaçants pour l'Eglise et la patrie en prolongent sous nos yeux la preuve tristement éloquente.

Puissions-nous en comprendre toujours mieux l’exceptionnelle gravité et forts de la vie intérieure nourrie aux sources de la grâce, passer à l'action. Nous avons été vaincus alors que nous avions tout pour vaincre, uniquement parce que dans l'ensemble nous avons manqué de force, de la force qui veut, de la force qui obéit à des principes supérieurs, de la force qui n'a pas peur de l'effort, de l'engagement de notre personne, de la force qui affronte les périls, de la force qui grandit avec les difficultés qu'elle rencontre, de la force qui ne connaît pas les profits égoïstes, de la force qui ne regarde qu'au triomphe de Dieu, de la force enfin qui travaille à ce triomphe sacré avec une indomptable fermeté, sans jamais oublier que la force vient du ciel.

Alors pour reprendre la formule du vainqueur de Verdun: « Non, ils ne passeront pas, courage, on les aura ».

05 octobre 2017

Samedi 24 mars 2018, 2ème Fête du Pays Réel : réservez déjà votre stand

La 2ème Fête du Pays Réel se déroulera le samedi 24 mars 2018, de 10h à 18h, sur un vaste espace couvert à Rungis, en bordure de Paris (800 places gratuites de parking et nombreux transports en commun).

Une fête du Pays réel ? Qu’est-ce donc ? C’est la volonté, durant toute une journée, de mettre à l’honneur la France des terroirs et des clochers dans une ambiance unitaire, conviviale, joyeuse et familiale.

D’une part, de nombreux stands illustreront l’histoire, la foi, les coutumes, le patrimoine, la culture, le savoir-faire, la gastronomie et le dynamisme de ce Pays réel : éditeurs, associations, congrégations, médias alternatifs, artisans, artistes, viticulteurs, brasseurs et petits producteurs rivaliseront de talents et de richesses à vous faire découvrir. Sans oublier, bien sûr, la longue liste d’auteurs pour petits et grands qui viendront dédicacer leurs livres ou bandes dessinées.

D’autre part, tout au long de la journée, des intervenants de qualité se succèderont à la tribune dans une salle réservée à cet usage.

Parmi les intervenants déjà annoncés pour cette édition 2018 : l'abbé Xavier Beauvais, Pierre Hillard, Marion Sigaut, Claire Colombi, Valérie Bugault, Carl Lang et Alain Escada.

L'année dernière, la Fête du Pays Réel avait rassemblé des dizaines d'exposants et un public nombreux venu de toute la France. Cette année, il faut faire mieux encore !

L’année dernière, la Fête du Pays Réel avait rassemblé des dizaines d’exposants et un public nombreux venu de toute la France. Cette année, il faut faire mieux encore !

Vous êtes relieur, peintre, dessinateur, sculpteur, graveur, orfèvre, ébéniste, verrier, imprimeur, libraire, éditeur, brasseur, viticulteur, chocolatier, antiquaire,... Vous vendez des articles de scoutisme, des drapeaux, des vêtements, des porcelaines, des faïences, des figurines historiques, des jouets, du miel, du foie gras, des fromages, des biscuits, du cidre, des liqueurs, du champagne, des bijoux, des produits bios ou santé,... Vous représentez un mouvement de jeunesse, une association patriotique ou d’anciens combattants, une association familiale, une association de sauvegarde du patrimoine, une école hors contrat, un média alternatif, une congrégation religieuse traditionnelle, une association de reconstitution historique,...

Vous voulez être exposant lors de la 2ème Fête du Pays Réel ?

Contactez dès à présent le secrétariat de Civitas: secretariat@civitas-institut.com ou par téléphone au 01 34 11 16 94 pour connaître les conditions et tarifs pour votre secteur d’activité et réserver votre emplacement.

Nous contacter rapidement est la meilleure garantie d’obtenir l’espace que vous  souhaitez.

 

02 octobre 2017

Discours choc d'Alain Escada, président de Civitas, lors de la XI Journée de Synthèse Nationale

escada-oct2017-synthese.JPG

Dimanche, à la tribune de Synthèse Nationale qui organisait sa XIe Journée nationale et identitaire, Alain Escada, président de Civitas, a tenu un discours sans concession, stigmatisant les lobbies de l'anti-France mais aussi les compromissions électoralistes, y compris dans le camp national, et rappelant qu'il n'y aura pas de salut sans redressement moral et spirituel.

30 septembre 2017

France Jeunesse Civitas, promotion "Saint Michel"

Deux jours durant, des militants catholiques et nationalistes venus des quatre coins de France ont participé au 1er camp de cohésion organisé par France Jeunesse Civitas.

En ce rude mois de septembre, les jeunes hommes ont pu se former l'âme et le corps, bien encadrés par Monsieur l'abbé Xavier BEAUVAIS, le Père Laurent des moines capucins de Morgon, Alain ESCADA, Pierre STUDER et Alexandre GABRIAC. Dans une démarche "Catholiques et Français toujours", ce camp s'est articulé autour de la messe quotidienne, des conférences de formation doctrinale et politique et des activités physiques et de cohésion.

 Le samedi matin, après une courte nuit entrecoupée par les tours de garde nécessaire pour veiller les uns sur les autres suivie du décrassage réglementaire, nous avons eu la joie de pouvoir assister à la messe célébrée par le Père Laurent sur le lieu du camp.

 A la suite du petit-déjeuner autour du feu, l'heure du travail pour remercier le propriétaire des lieux sonnait : déplacement de lourdes pierres et divers travaux d'entretien au programme !

Une toute petite pause, puis c'est au tour du Père Laurent, qui fait partie des aumôniers de CIVITAS, de donner une très intéressante conférence sur la chevalerie et la féodalité.

Suivra un déjeuner bien mérité, où les militants énonceront chacun à leur tour leur cheminement spirituel et politique, permettant ainsi aux nouveaux de faire connaissance avec les plus aguerris.

Point de sieste pour les militants de la cause nationale ! La formation au service d'ordre prit le relais, avec les exercices pratiques de protection de personnalité, collage, encadrement de manifestation, action coup-de-poing… les militants se mettant tour à tour dans la peau du service d'ordre, de la police, mais aussi des contre-manifestants ! Ces derniers apprenant d'ailleurs à reconnaître le goût des différentes sortes de gaz lacrymogène...

Après l'entrainement des corps, l'entrainement des âmes : conférence de Monsieur l'abbé Beauvais sur Donoso Cortès, exemple pour les jeunes catholiques, soucieux de faire régner le christianisme social pour le bien de la nation.

Une randonné dans la nature environnante permit ensuite aux volontaires de réciter le chapelet, toujours accompagnés et encouragés par les religieux présents au camp.

Après le dîner, nous entamions la veillée, où nos chants d’Europe et la verve de notre président Alain ESCADA firent oublier la fatigue et la pluie aux militants, chez qui la cohésion s'était déjà installée.

Dernière épreuve de cette très longue journée : la marche de nuit, durant laquelle les jeunes et moins jeunes ont pu apprécier une courte marche à la seule lueur de la lune, parsemée de quelques embûches...

Après un bref repos, c'est déjà le dernier jour du camp. La sainte messe comme toujours pour démarrer, et comme scéance de sport pour la matinée avant de replier les tentes un peu de boxe !

La conclusion par les organisateurs et invités sur leur ressenti du camp se fit autour d'un apéritif servi par notre hôte, où les participants et encadrants ont pu échanger sur le déroulement du camp, et leurs espoirs de pouvoir former une communauté enracinée solidement dans les principes, inaccessible au découragement et prête à sortir gagnante des épreuves qui nous attendent.

On profita ensuite pleinement du dernier repas passé ensemble, loin du monde moderne et de sa folie, entre bons Français et catholiques non-reniés, et on promit déjà de se retrouver dès la prochaine activité, plus nombreux encore !

Claquez bannières de chrétienté

Contre révolution.

Notre honneur est fidélité,

Gardons la tradition.

Chez nous Dieu premier servi,

La France est aux Français.

Travail, Famille, Patrie,

Nos devises sont fixées.

Dehors escrocs libéraux,

Valets des communistes,

Complices des bourreaux,

Compères des socialistes.

Nos alliés ils ont trahi,

Sali même le sacré,

Livré nos colonies,

Les enfants massacrés.

 

26 septembre 2017

Lille le 30 septembre 2017 à 15h - Conférence "Calais, laboratoire du Grand Remplacement"

23 septembre 2017

Pas de clandestins dans nos quartiers ! Pas d'antifas à Calais !

Civitas entend bien occuper le terrain et mener l'action à l'échelon local, comme en témoigne le tractage mené à Calais sur le thème "Pas de clandestins dans nos quartiers, pas d'antifas à Calais".

Au passage, Civitas réclame la mise en place d'un Centre de réorientation migratoire pour organiser la rémigration.

Calais Antifa.png

 

21 septembre 2017

Lettre ouverte à nos amis encore au Front National

Lettre ouverte à nos amis encore au Front National
 
Même les plus aveugles, même les plus inconditionnels, tous doivent bien admettre ce matin que le Front National est entre-déchiré et ressemble à un radeau à la dérive.
 
Ce n’est pas Civitas qui pleurera sur le sort de Florian Philippot, dont les mœurs dissolues l’avaient conduit à considérer sur un plateau de télévision que la défense de la famille n’avait pas plus d’importance que la culture des bonsaïs, ni sur celui de Sophie Montel qui estimait que le discours du FN sur l’immigration était trop “anxiogène”.
 
Mais ces départs – outre qu’ils préfigurent l’apparition prochaine d’un parti philippotiste – amorcent la nuit des longs couteaux au sein d’un FN dont plusieurs cadres rivalisent déjà pour succéder aux partants. Et surtout, il faut bien constater que tous les lobbies de l’anti-France restent bien présents au sein même de l’état-major du FN et vont continuer à le miner de l’intérieur.
 
Le lobby LGBT s’est emparé de nombreux leviers de commande au sein du FN et se renforce par cooptation. La franc-maçonnerie y est également ouvertement représentée et pas seulement par un Gilbert Collard qui, sans être corrigé par la présidente du parti, avait déclaré devant des représentants d’organisations juives que lorsque Marine Le Pen disait “La France aux Français”, elle pensait “La France aux Juifs”, tandis que Louis Aliot faisait pleurer dans les chaumières en précisant qu’il porte au cou l’étoile de David de son grand-père rabbin et que Nicolas Bay faisait un pèlerinage à Yad Vashem.
 
Est-ce vraiment de cette façon que le Front National pense servir la cause de la France et des Français ?
 
Ces dernières semaines, j’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs élus régionaux et municipaux du FN, ainsi que des responsables locaux qui ont consacré des années de leur vie à implanter ce parti, et j’ai écouté leur désarroi.
 
Je m’adresse à eux et à vous tous en toute franchise sur quelques points essentiels.
 
1. La France ne pourra être sauvée sans prendre en compte la dimension spirituelle et morale de notre combat. Ne pas tenir compte de la mission de “fille aînée de l’Eglise” dévolue à la France et s’entêter dans un engagement politique placé sous les auspices de la République maçonnique, vassale du Nouvel Ordre Mondial qui nous impose simultanément la destruction de la Famille et l’immigration de grand remplacement, c’est persister dans une voie sans issue.
 
2. Il est temps d’admettre avec lucidité que notre camp ne parviendra pas à conquérir les commandes de l’Etat par des élections. L’étude de l’Histoire nous enseigne que, depuis la fin des Monarchies, ce sont seulement de graves circonstances exceptionnelles marquées par le délitement des institutions qui ont permis à des hommes vertueux et aguerris de notre camp de reprendre le pouvoir en main pour entreprendre pour quelque temps un travail de restauration nationale.
 
3. En revanche, les élections municipales offrent encore, à un échelon naturel, la possibilité pour notre camp de conquérir des mairies et d’administrer des communes en servant le bien commun.
 
4. La participation à d’autres élections, dans les circonstances actuelles, au vu de l’évolution démographique et des outils de manipulation de l’opinion publique mis au service de l’anti-France, ne peut permettre que d’aider à la diffusion de nos idées et à l’élection de quelques personnes prêtes à mener un combat ingrat d’opposition aux projets destructeurs du pouvoir en place.
 
5. Notre devoir est d’envisager le pire, et d’organiser sans plus tarder des villages gaulois, îlots de chrétienté, dans lesquels assurer la survie de notre civilisation, de nos us et coutumes, de nos traditions, de notre foi, et à partir desquels ultérieurement, quand Dieu voudra, lancer la reconquête.
 
Il faut cesser avec les vaines illusions et les promesses de victoires rapides. Il ne s’agit pas non plus de sombrer dans le désespoir ou le quiétisme. Il faut faire preuve de discernement, prendre en compte le réel, et nous organiser, nous structurer, pour être en mesure d’encaisser les prochains chocs, en gardant foi en Dieu et en servant fidèlement quelles que soient les difficultés à venir.
 
Rejoignez Civitas, prenez votre part de cette bataille, participez à notre enracinement local.
 
Dieu – Patrie – Famille, tel est le triptyque autour duquel nous proposons de nous rassembler.
 
Alain Escada,
président de Civitas

12 septembre 2017

Venez écouter Alain Escada à Rungis le 1er octobre 2017

affiche-escada-rungis2017.jpg

29 août 2017

Bruno Roger-Petit, promoteur de l'immigration de grand remplacement et porte-parole de l'Elysée

porte-parole de l' et promoteur de l' de ! Qu'il dégage ! Stop à l'

bruno-roger-petit-citation.jpg

11 août 2017

9 septembre 2017 - Civitas à la Journée d'Amitié Française

affiche def def.jpg

L’association Amitié et Action Française organise une grande Journée d’Amitié Française le samedi 9 septembre 2017 proche d’Avignon.

Ont d’ores et déjà répondu présents :

  • S.A.R le Prince Sixte Henri de Bourbon-Parme, descendant direct de Louis XIV, chef de file de la Communion Traditionaliste Carliste, fin connaisseur de la géopolitique mondiale,

  • Alain Escada, président de Civitas,

  • Marion Sigaut, historienne, spécialiste de la Révolution Française et du XVIIIe siècle, auteur de nombreux ouvrages,

  • Elie Hatem, avocat international, conseiller politique, membre du Comité directeur de l’Action Française.

  • Roger Holeindre, co-fondateur du Front national, ancien engagé de l'OAS, président du Cercle national des Combattants, 

La Journée commencera par la célébration d’une messe pour la France à 10 heures,

Suivra à 12 heures un banquet d’Amitié Française

(menu : Papeton de courgette et salade, Gardianne de taureau & boulgour aux légumes, Nougat glacé et son coulis de fruits rouges, Café, Vin).

Prises de paroles par les intervenants à partir de 14 heures :

Marion Sigaut : « la France, la Révolution et l’Histoire !»

Alain Escada : « Jehanne d’Arc, un modèle pour notre temps ! »

Roger Holeindre : « L’imposture du Gaullisme »

Elie Hatem : « Point de Salut national sans combattre l’anti-France !»

Le prince Sixte-Henri de Bourbon-Parme conclura la journée.

D’autres personnalités se joindront peut-être à cette journée, vous en serez informés directement sur le site www.journeedamitiefrancaise.com

Tout au long de la journée, grands choix de livres à la vente, rencontre avec les auteurs et dédicaces.

Un espace bar et collations sera également aménagé sur place.

Le lieu exact de la conférence (proche Avignon) vous sera communiqué le 7 septembre au soir.

Réservez vite ! Le nombre de places est limité : www.journeedamitiefrancaise.com

09 août 2017

16 et 17 septembre 2017 - Camp d'été France Jeunesse Civitas

Participation aux frais : 35 euros

Inscrivez-vous dès maintenant !

07 août 2017

Revue Civitas 65 : dossier "Agir contre la corruption"

Le n°65 de la revue Civitas consacre un dossier au thème "Agir contre la corruption".

A commander dès maintenant au prix de 10 euros (frais d'envoi compris).

Il est aussi possible d'acheter ce n° en version PDF à 5€

 

05 août 2017

Civitas à Limoux pour dénoncer une mairie complice du grand remplacement

Limoux : « Maire de Limoux complice du grand remplacement » (Civitas)

Les militants patriotes ont collé dans toute la ville en réaction à la transformation du parking de l’hôpital local en place « Simone Veil ». Ils se sont également opposés à la poursuite de la politique migratoire que le maire impose depuis des années, alors même que des millions de Français sont à la rue (et Limoux n’est pas épargné) ou en situation de réelle difficulté comme dans le milieu agricole. En 2015 le maire expliquait à la télévision française et aux médias locaux qu’il était désireux d’accueillir dans sa ville des « réfugiés médecins » syriens ou irakiens. Quelques années plus tard, combien de clandestins syriens sont devenus médecins à Limoux ?

Parmi les slogans affichés, nous pouvons lire : « Simone Veil la voie de Garage » ou encore « Avortement + Immigration = le Grand Remplacement ». Les affiches font d’ailleurs le lien entre avortements (environ 250 000 par an) et immigration (environ 240 000 entrées légales par an).     

Source : http://autan-reinfo.com/2017/08/04/limoux-civitas-lutte-contre-lavortement-et-linvasion-migratoire/
 

26 juillet 2017

Campagne Civitas contre les éoliennes, les nuisances et la corruption qui les accompagnent

Parce que faire de la politique de façon catholique, c'est se soucier en tout domaine du bien commun, Civitas lance une campagne contre le scandale des éoliennes.
Ces nouveaux tracts, autocollants et affiches peuvent être commandés auprès du secrétariat de Civitas : secretariat@civitas-institut.com

 

19 juillet 2017

Communiqué de Civitas à la suite de la démission du général Pierre de Villiers

honneur-et-fidelite.jpg

Le respect dû à notre armée et la nécessité de choisir : servir ou se servir
 
La démission ce mercredi 19 juillet du chef d’état-major des armées, le général Pierre de Villiers, illustre le fossé qui existe entre l'armée qui sait le sens du mot servir et le monde politique mené par des banksters qui conjuguent uniquement se servir.
 
Au nom de Civitas, je dis solennellement ici toute notre solidarité avec l’armée française.
 
A ce sujet, voici le programme de Civitas concernant la Défense nationale :
 
  • Consacrer véritablement 2,5% du PIB en 2022 (1,78 en 2016, 1,77 en 2017 permettant tout juste de maintenir notre outils usé) au budget de la Défense hors pension avec une remontée progressive de toute urgence. La France « en est loin » dixit le CEMA à la commission de la Défense en octobre 2016. Cela permettra de combler les trous capacitaires et de renforcer les capacités de puissance (2° porte-avion notamment). Le budget de la défense ne doit pas être une variable d’ajustement (gel, surgel de Bercy et on relâche les budgets en novembre pour qu’ils ne soient pas dépensés en décembre), antinomique avec les programmes d’armement sur des années, sur l’entraînement, sur les programmes d’infrastructure, le maintien en condition de qualité et sur la politique de formation des militaires. Cela permettra à la Défense de ne pas être en cessation de paiement en octobre et de pouvoir payer ses fournisseurs qui ont de plus en plus de mal à accepter ces délais de paiement à rallonge.

  • Respecter les budgets prévus en gestion en les sanctuarisant. Chaque année, la Défense « gagne la bataille » du prévisionnel et perd celle de la gestion auprès de Bercy. Il faut payer la politique sans fond électoraliste de l’emploi aidé, accueil des migrants, etc…

  • Recentrer les forces armées sur la DOT, avec une connaissance approfondie du TN ; effectuer des exercices annuels ou biannuels de grandeur interarmées avec et sans troupes afin d’entraîner toutes les forces à ces missions ; doter les armées de droits spéciaux en cas d’interventions sur le territoire national, notamment des droits de la guerre en remplacement de la justice normale dans les cas grave de défense de la nation et du territoire.

  • Ne pas utiliser les forces armées au maintien de l’ordre ; cela ne fait pas partie de ses missions. Si cela est nécessaire car la situation l’exige, donner des ordres aux militaires dans le cadre de « leurs prérogatives », notamment d’ouverture du feu.

  • Revoir le soutien des unités en France en simplifiant la gouvernance : « un chef et des moyens ». Reformer s’il le faut, la chaîne des soutiens en revenant à quelque chose de plus simple ; abandonner l’externalisation à tout va et recentrer les missions au profit des militaires, notamment la sécurité des installations sensibles.

  • Remonter le moral des troupes, notamment en métropole où les insatisfactions sont légion : soutien des unités en métropole dégradé, paiement des soldes aléatoires, habillement professionnel erratique, condition des militaires dégradée (on rogne sur les cubages de déménagement par exemple, grande trouvaille du SCA…).

  • Mettre fin au scandale du programme informatique de paiement des soldes des militaires et effectuer une enquête approfondie sur les responsabilités pour punir véritablement les coupables qui ont mis à mal le moral des troupes et engorgé les administrations et les tribunaux administratifs inutilement ; dédommager les militaires sur les erreurs commises.

  • S’interroger sur la taille de la capacité de dissuasion nucléaire (Conserve-t-on la composante aérienne ? Est-ce utile ?) et réorienter les économies d’échelle sur la composante marine et sur les forces classiques ; si tel n’était pas le cas, rénover les deux composantes pour être crédibles.

  • Combler les trous capacitaires avec les effets de l’augmentation du budget jusqu’à 2% du PIB (Le premier objectif est de boucher les trous, c'est-à-dire de récupérer des capacités auxquelles il avait fallu renoncer temporairement pour des raisons budgétaires, à un moment où le contexte sécuritaire était très différent", détaille le CEMA), notamment patrouilleurs hauturiers nécessaires à la surveillance des côtes, des pétroliers et des avions ravitailleurs, des avions de transport tactique, des véhicules blindés.

  • Mettre en adéquation ou revoir les moyens en fonction des contrats du Livre Blanc chaque fois mis à mal par les différents gouvernements qui n’ont pas suivi les recommandations. "Elle (cette situation, ndlr) n'est pas tenable dans un contexte de dégradation durable de la sécurité", estime le CEMA.

  • Pas de présence de femmes dans les unités combattantes ou de soutien exposées. Deux raisons principales motivent ce point : majoritairement, les unités combattantes sont composées d’hommes. Quelques femmes éparses dans ses unités détournent les hommes de leur objectif par attirance sexuelle. Par ailleurs, les femmes peuvent faire l’objet de convoitise de la part des ennemis pour la capture et pouvoir négocier avec plus d’arguments leurs revendications. Limiter le nombre de femmes militaires à 20 % dans le service de santé. Interdire les femmes dans les unités de santé au contact (rôle 1 et 2).

  • Sortir de l’Organisation Militaire Intégré de l’OTAN  : ne plus être sous le joug du mondialisme militaire et disposer de ses forces comme la France l’entend.

Alain Escada, président de Civitas

12 juillet 2017

Enquête sur les médias dissidents : revue 64

medias,Présent,TVLibetés,MPI,E&R,TTIP

Rarement pour le meilleur, mais très souvent pour le pire, nous vivons dans la société de l'information, des médias, où nos cerveaux sont pilonnés par un flux incessant d'informations annihilant le peu de réflexions dont nous pourrions être encore capables.

Face à cet état de fait, il faut contester le quasi-monopole des médias du système en délivrant une contre-information accessible et de qualité. Et, à partir du moment où l'on a décidé de s'opposer à l'adversaire par le bon combat médiatique, il faut que les courants politiques dissidents – dissidence signifiant actuellement rupture avec le mondialisme ambiant dans ses différentes acceptions (économiques, sociétales, religieuses, politiques) – aient des moyens médiatiques efficaces, informant les citoyens de tout ce qu'il y a de détestable et de déraisonnable dans l'idéologie officielle contemporaine.

Pour qui suit un peu ce qui se fait dans la presse, les blogs et autres sites dissidents, de nombreuses questions viennent naturellement à l'esprit: par exemple, n'existe-t-il pas trop de médias sans influence parce que lilliputiens et donc sans moyens ?

Au sein d'une même tendance dissidente (par exemple, la catholique traditionaliste), ne trouve-t-on pas trop de médias qui disent plus ou moins la même chose, se divisant à outrance les « parts de marché » d'un lectorat dont la taille n'est pas extensible à volonté ?

Certains moyens de diffusion ne sont-ils pas périmés ou à l'inverse ne fait-on pas trop grand cas d'internet alors qu'il s'agit non pas de créer un lectorat « shooté » à l'information dissidente, mais une base de militants solidement formés et se projetant sur le long terme ?

Pour répondre à ces questions, nous avons interrogé des médias dissidents, au moins quelques-uns de ceux qui peuvent se prévaloir d'une certaine réussite (par exemple, à travers leur longévité, leur influence, leur développement rapide, etc.) : Martial Bild de TV Libertés, Samuel Martin de Présent, la rédaction d'Egalité & Réconciliation et Pierre-Alain Depauw de Média-Presse.info.

Dans ce numéro également :

- Présentation du programme agricole de Civitas,

- Derniers développements du CETA (Accord Economique et Commercial global) et TTIP (Partenariat Transatlantique de Commerce et d’Investissement),

- Présidence Maltaise de l’Union Européenne et situation de l'Ordre de Malte,

- Evolution de la présence de l'Eglise catholique en Europe depuis 1960 : Dans le but de mieux connaître ce qui est favorable ou, au contraire, nuisible à l’expansion de l’Eglise catholique, nous exposons, après avoir vu dans le n° 63 l’immigration et l’émigration en Europe, quelques critères de la présence démographique catholique en Europe, depuis les années 60,

- Les causes de la Révolution : la défaillance des élites  et la crise de la Noblesse,

- Entretien avec Nicole Hugon, Présidente des Amis de Saint Bernard de Lyon,

- Le service du vin.

 

Vous pouvez acheter ce numéro au prix de 10 euros (port compris) par courrier envoyé à Civitas, BP10100, 95103 Argenteuil Cedex, soit avec le lien suivant :

 

 

 

06 juillet 2017

Profanations antichrétiennes en Savoie : Civitas réagit !

Statues de la Sainte Vierge vandalisées en Savoie : Civitas réagit !
 
Communiqué de presse du mercredi 5 juillet 2017
 
Des statues de la Vierge Marie et du mobilier religieux ont été saccagés ces dernières semaines dans six communes de l’avant-pays savoyard ; les statues ont pour la plupart été brisées en morceaux, sinon décapitées. Deux Vierges ont notamment été détruites à Jongieux, village ou l’on trouve la plus ancienne inscription chrétienne en Savoie, datée de l’an 504.
 
 
Ayant eu connaissance de ces profanations, la section Savoie de Civitas a immédiatement réagi en organisant un acte de réparation publique le dimanche 2 juillet dans la commune de Jongieux. Plusieurs dizaines de personnes répondirent présentes à cet appel, parmi lesquelles des habitants des communes concernées, ainsi que des fidèles des chapelles catholiques traditionnelles de Savoie. Un prêtre avait fait le déplacement afin de diriger le chapelet et les prières du groupe.
 
Les familles et les habitants profitèrent du beau temps pour pique-niquer sur place et échanger autour de ces tristes événements. A cette occasion, nos militants ont appris que le journaliste du Dauphiné Libéré ayant « couvert » les faits avait purement et simplement menti : en effet, il a écrit que les auteurs des dégradations avaient été interpellés, et qu’ils s’agissaient de l’acte d’une nuit de deux ouvriers éméchés. Or, d’après les témoignages des habitants, les dégradations ont été commises sur une période de trois semaines, et par des hommes cagoulés. Un des habitants devrait publier sous peu un droit de réponse suite à cet énième mensonge médiatique, sur lequel nous reviendrons bien évidemment.
 
Le diocèse de Chambéry a honteusement gardé le silence sur ces profanations. La paroisse a quant à elle promptement réagi… en condamnant et en se désolidarisant de l’action de Civitas !
 
Malgré la désertion des autorités civiles et ecclésiastiques, les militants de Civitas Pays de Savoie seront toujours présents sur le terrain pour défendre la foi et le patrimoine catholique légué par nos ancêtres.
 
Civitas fera bientôt un appel aux dons afin de remettre la Vierge Marie à sa juste place dans les six communes concernées.

05 juillet 2017

Ne pleurez pas Simone Veil, avorteuse, immigrationniste et mondialiste

escada-2016-2.jpg

Ne pleurez pas Simone Veil, avorteuse, immigrationniste et mondialiste 
 
Comme il est effarant de voir la facilité avec laquelle l’opinion publique se fait manipuler. Le torrent d’éloges pour la défunte Simone Veil en est la parfaite illustration.
 
Dès l’annonce de sa mort, les communiqués dithyrambiques sont parvenus de l’ensemble des partis politiques représentés à l’Assemblée nationale, sans la moindre exception. Les mêmes portraits flatteurs de la défunte se retrouvaient sous la signature de tous les journalistes en vue, d’innombrables vedettes de la télé, du cinéma ou de la chanson, de multiples pseudo-intellectuels et philosophes, des diverses obédiences maçonniques ainsi que de représentants du judaïsme, de l’islam et du christianisme.
 
Trois trahisons doivent être soulignées.
 
- Du côté des médias que certains imaginent de notre camp, le magazine “conservateur” Valeurs Actuelles s’est fendu ce 5 juillet d’un éditorial intitulé “Merci Madame, chère Simone Veil” !
 
- Du côté politique, tant Christine Boutin, fondatrice du PCD, que Marine Le Pen et l’essentiel de l’état-major du Front National ont rendu hommage à Simone Veil, la présentant comme un personnage exemplaire. Et ce mercredi 5 juillet, le Front National était officiellement représenté par deux de ses députés lors de la cérémonie d’hommage à Simone Veil organisée aux Invalides sous la présidence d’Emmanuel Macron.
 
- Du côté religieux, la Conférence des Evêques de France s’est jointe à ce concert de louanges. 
 
Certains m’objecteront qu’il faut tenir compte des différentes facettes de Simone Veil.
 
Alors, à quelle Simone Veil ces traîtres ont-il rendu hommage ?
 
A Simone Veil l’avorteuse, la mère de la loi qui a permis depuis 1974 plus de huit millions d’avortements en France ?
 
A Simone Veil l’immigrationniste, qui a combattu avec succès le projet défendu par Valéry Giscard d’Estaing entre 1978 et 1980 d’organiser le rapatriement de 100.000 immigrés par an ?
 
A Simone Veil l’européiste, qui a œuvré à la construction d’institutions européennes qui se veulent l’antichambre du gouvernement mondial ?
 
En ce qui concerne CIVITAS, nous ne rendons hommage à aucune des entreprises nuisibles de Simone Veil. Nos pensées et nos prières vont aux millions de ses pauvres petites victimes innocentes. Et nous répétons notre revendication d’abroger la loi Veil.
 
Honte aux traîtres qui encensent une représentante de la culture de mort et de l’anti-France dont toute l’action politique a servi les plans de la franc-maçonnerie.
 
Alain Escada,
président de Civitas

Civitas-vs-avortement.png

29 juin 2017

Aujourd’hui la PMA, demain la GPA, après-demain l’utérus artificiel et le transhumanisme

 

Aujourd’hui la PMA, demain la GPA, après-demain l’utérus artificiel et le transhumanisme
 
A peine le gouvernement du président Emmanuel Macron est-il installé que le lobby “lesbien, gay, bisexuel et transgenre” réimpose son agenda et ses revendications contre-nature.
"Notre objectif est bien de traduire d'un point de vue législatif l'avis" du Comité consultatif national d'éthique, qui "va dans le sens des positions d'Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle", a déclaré le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner, rappelant que le président-bankster des Rothschild s'était alors "prononcé en faveur de l'extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes célibataires".
 
Une fois de plus resurgit, au mépris du réel et de l’ordre naturel, ce caprice des milieux homosexuels et lesbiens de vouloir se procurer des enfants comme s’il s’agissait d’une simple marchandise ou d’un animal de compagnie.
Répétons-le : le “droit à l’enfant” n’existe pas !
 
Vers un nouvel ordre sexuel mondial
 
Le parallèle est frappant. A peine François Hollande était-il élu président de la république qu’il chargeait Christiane Taubira de dénaturer le mariage pour autoriser l’union en mairie de deux personnes de même sexe, permettant dans la foulée à des duos homosexuels d’adopter des enfants. Et à peine Emmanuel Macron est-il élu président de la république qu’il charge son gouvernement de permettre aux lesbiennes de recourir à la procréation médicalement assistée. Or, on sait que chacune de ces étapes en entraîne une autre, dans le cadre du processus démoniaque qui nous conduit vers un nouvel ordre sexuel mondial totalitaire et entièrement contraire à l’ordre naturel. Après la PMA viendra évidemment le temps de la GPA puis, comble de la folie humaine, celui de l’utérus artificiel imaginé par les adeptes du transhumanisme. Car ces fous “se prennent pour des Dieux”.
 
Tirer les leçons des précédentes compromissions
 
La bataille qui s’annonce impose de tirer les leçons de l’échec de la Manif pour Tous à empêcher le vote de la loi Taubira. Malgré des mobilisations de foules importantes, le ton festif et équivoque de ces manifestations n’avait nullement impressionner le gouvernement de l’époque et les copinages avec l’UMP n’avaient servi à rien.
Cette fois, les Français qui veulent réellement s’opposer à ce plan démoniaque devront choisir en connaissance de cause. Soit une stratégie bisounours qui donne bonne conscience aux bien-pensants mais est inexorablement vouée à l’échec. Soit une stratégie de rupture avec le système, acceptant de marteler les vérités et principes de la loi naturelle et des commandements de Dieu. Car ce combat est éminemment eschatologique et nos adversaires en sont, eux, pleinement conscients.
 
Dès à présent, toutes les bonnes volontés peuvent nous contacter. Cette fois, que tous les catholiques agissent en catholiques !
 
Alain Escada,
président de Civitas

28 juin 2017

Rendez-vous à Jongieux le 2 juillet à 14h pour la Sainte Vierge Marie

civitas-2juillet2017.png