Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 janvier 2015

Cathos, nouvelle génération (avec Civitas !)

15 mai 2014

Parents des 27 lycées de l'Académie de Nantes, n'envoyez pas vos enfants en classe ce vendredi 16 mai

La folie qui s'est emparée de l'Académie de Nantes avec le soutien du ministère de l'Education nationale ne peut rester sans réaction.

27 lycées situés de Nantes à Angers proposent aux garçons de se rendre en classe ce vendredi 16 mai vêtus d'une jupe et la bouche badigeonnée de rouge à lèvres. La proposition vaut également pour le personnel masculin enseignant.

Si rien ne vient perturber sérieusement cette journée de folie, les Académies de Rennes et de Poitiers pourraient prendre des initiatives identiques.

CIVITAS appelle solennellement tous les parents dont les enfants sont élèves de ces 27 lycées à prendre leurs responsabilités. A la suite du mouvement Journée de Retrait de l'Ecole, CIVITAS demande avec insistance à ces parents de ne pas envoyer leurs enfants au lycée ce vendredi 16 mai.

Plus largement, CIVITAS appelle tous les Français de bon sens à écrire par lettre ou par courrier électronique, ou appeler au téléphone les directions de ces 27 lycées ainsi que l'Académie de Nantes afin de protester vivement contre cette entreprise de subversion qui vise à banaliser la théorie du genre.

Alain Escada, président de CIVITAS

liste-27-lycées-mpi.jpg

27 mars 2014

A Sciences Po, c'est théorie du genre et porno...

Lu sur l'excellent site www.medias-presse.info :

queer-week-sciences-po-MPI

La théorie du genre, ça n’existe pas, le gouvernement n’arrête pas de vous le dire !

Pourtant, en ce moment même se déroule la cinquième édition de la « queer week ». Et pas n’importe où : à Sciences-po Paris ! Or, la « queer week » se définit comme une « semaine de réflexion autour du genre et des sexualités« .

Et comme le répète Alain Escada lors de ses conférences, la pornographie est fréquemment utilisée parmi les différents vecteurs destinés à propager la théorie du genre et le nouvel ordre sexuel mondial.

queer-week-programme-MPI

Pour preuve, le programme de cette « queer week ». La conférence inaugurale porte sur « les plaisirs précaires du travail pornographique« . Une autre a pour intitulé : « Les tubes porno : business, usage et audience« . Une autre encore traite de « l’écosexualité« , présentée comme « une sexualité inspirée par la nature, une sexualité faisant partie de la nature, ou faisant en réalité l’amour avec la nature« . Bienvenue dans le monde psychédélique ! Une autre conférence se consacrera aux « Histoires des objets de plaisir » et notamment aux « godemichets et vibromasseurs« . Sans oublier « Plaisir et prévention pour les femmes ayant des relations sexuelles avec d’autres femmes« .

Des « ateliers pratiques » seront organisés au sein même de l’université, entre autre par une « travailleuse du sexe« , comme l’écrit délicatement le programme. L’objectif est notamment de transgresser les normes dans un atelier consacré au « post-porno« . Dans cet atelier, il s’agira de « mettre en scène une sexualité non-normée, dans le but de rompre avec une conception de l’espace public normative et implicitement hétéronormée« . Un autre atelier est consacré  à « La réappropriation des corps trans par les trans eux-mêmes« . Les animateurs de cet atelier, Maud Yeuse Thomas et Karine Espinaira, sont co-auteurs d’une « transcyclopédie« .

queer-week-courts-métrages-MPI

La « queer week » s’accompagne aussi de projection de courts métrages, en partenariat avec « Cineffable ». Parmi les résumés de ces courts-métrages, on lit ceci ; « Une réflexion à caractère pornographique sur lev sexe ? Le pornographique, cependant, n’est rien de plus que l’oeil voyeuriste de l’observateur qui mate l’espace privé et intime d’une chambre d’hôtel, part à la recherche d’un organe sexuel ou de n’importe quel caractère sexuel secondaire, afin de faire taire l’angoisse de l’incertitude. »

Quant aux « partenaires » de cette « queer week », on y trouve notamment Pink TV, chaînede télévision payante destinée qau public homosexuel et diffusant à partir de minuit des films pornographiques homosexuels.

Comment est-il admissible de transformer un tel établissement universitaire en un lieu de débauche, sans aucune retenue, pour la cinquième année consécutive ? Des étudiants ne manquent pas de témoigner de scènes ahurissantes auxquels ils assistent. Durant cette « queer week », certains se croient en droit d’étaler tous leurs vices aux yeux de tous. Et, de fait, cela se passe en toute impunité !

La « queer week » se terminera par une table ronde dévolue aux « alliances émancipatrices : au-delà du queer ?« . A ce sujet, le programme stipule cette interrogation : « Quelles coalitions commencent à devenir possibles maintenant que « la théorie du genre » est la cible d’autant d’hostilité de la politique institutionnelle ? Est-ce que « queer » suffit pour les nommer ?« .

Rappelons encore qu’une précédente édition de la « queer week » était « marrainée » par Céline Sciamma, la réalisatrice de Tomboy.

Si des parents doutaient encore du bien fondé de suivre les recommandations de Farida Belghoul (JRE) et Alain Escada (Civitas) de ne pas envoyer leurs enfants à l’école publique le 31 mars prochain, voilà certainement une information qui devrait les faire réfléchir !

06 novembre 2013

Reportage: Place Vendôme à Paris, On Ne Lâche Rien!

Ce soir, les sentinelles étaient toujours présentes devant le ministère de la justice, place Vendôme à Paris.

IMG_0005.JPG

Alors que l'actualité se focalise sur les innombrables problèmes auxquels les Français se retrouvent confrontés tous les jours un peu plus, les sentinelles veillent inlassablement et témoignent paisiblement mais courageusement de leur attachement au bon sens et à la famille.

sentinelles, veilleurs debout, civitas, place vendome, loi taubira, ministère de la justice

La place Vendôme ne lâchera rien.

sentinelles, veilleurs debout, civitas, place vendome, loi taubira, ministère de la justice

Se tenant spontanément et paisiblement debout devant le ministère de la justice, les sentinelles par leur simple présence le rappellent clairement au gouvernement:

sentinelles, veilleurs debout, civitas, place vendome, loi taubira, ministère de la justice

Dans l'intérêt des enfants, des familles, des citoyens et finalement de la Nation :

Oui au bon sens et au respect de l'ordre naturel et chrétien !

sentinelles, veilleurs debout, civitas, place vendome, loi taubira, ministère de la justice

Loi Taubira, PMA, GPA, idéologie du genre, lois iniques, insensées, anti-familiale ou anti-chrétienne  ... C'est Non !

sentinelles, veilleurs debout, civitas, place vendome, loi taubira, ministère de la justice

On Ne Lâche Rien !

sentinelles, veilleurs debout, civitas, place vendome, loi taubira, ministère de la justice

#ONLR !

04 août 2013

Veilleurs-debout - Place Vendôme - Entretien exclusif avec Léopoldine

civitas,place vendôme,veilleurs deboutLe mois d'août vient de commencer, Paris a pris son rythme estival mais les veilleurs-debout tiennent bon place Vendôme.

Pas de vacances pour la résistance!

Rencontre avec Léopoldine, brillante étudiante en histoire de l'art de 21 ans et veilleuse-debout enthousiaste, souriante et motivée.

La journée du 24 mars a été un déclic pour Léopoldine. Le mépris et l'autisme du gouvernement vis-à-vis des défenseurs de la famille, couplés aux nombreuses et injustes violences policières, ont comblé la mesure. Depuis, elle ne compte plus les heures qu'elle investit avec enthousiasme pour défendre l'avenir de la société et les enfants.

A la sortie de son travail chaque soir, elle rejoint comme d'autres, la place Vendôme pour relayer les courageux qui l'auraient précédée ou pour raviver le flambeau symbolique  par sa présence et sa veille attentive.

Quand on l'interroge sur ses motivations, Léopoldine répond que devant la gravité et l'urgence de la situation, « il est temps d'agir et non plus d'approuver de loin ce combat pour la défense de la famille et des enfants.»

En plus du mépris du gouvernement pour les défenseurs de la famille et des violences policières, c'est cette volonté qu'a le gouvernement de s'attaquer largement aux enfants  via l'enseignement obligatoire de l'idéologie du genre qui l'inquiète particulièrement: « Dans nos lycées nous avons tous été d'une manière ou d'une autre victime de la pensée unique mais nous avons eu la chance de réussir à en sortir mais là, il veulent imposer aux enfants une idéologie dès le plus jeune âge. c'est pas possible, on ne peut pas laisser faire ça ».

«Protégeons les enfants, ils ne doivent pas devenir un instrument de l'Etat ».

L'incarcération de Nicolas B. a marqué pour elle le point de départ de son engagement dans cette forme d'action que sont les veilleurs-debout. Et elle compte persévérer «le temps qu'il faudra »!

«Veilleurs-debout, c'est un des moyens pour être le grain de sable dans le système, celui qui va enrayer la machine. C'est aussi tout simplement se tenir debout pour ses convictions, cela ne sert peut être à rien au niveau purement consumériste mais dans dix ans on sera content et fier de l'avoir fait.»

« Défendre l'enfant c'est beau! Et devant le plan du gouvernement qui est de transformer chaque futur citoyen en pur consommateur, il faut apprendre à nous battre pour quelque chose de supérieur et pas forcément d'utile tout de suite » nous explique-t-elle en justifiant sa démarche, citation de Cyrano de Bergerac  sur le Panache à l'appui.

civitas,place vendôme,veilleurs deboutSon but?  « provoquer une prise de conscience car le système doit changer, la lutte pour le bon sens et la famille doit s'étendre." nous dit-elle en avouant espérer qu'un jour, tous les mouvements honnêtes et dont l'objectif réel est la défense de famille et du bon sens ,  finissent par se fédérer.

ONLR (On Ne Lâche Rien)?  « Cette phrase doit  symboliser notre détermination et notre mobilisation persévérante en dépit des hauts et des bas que nous pouvons rencontrer à titre personnel ou de manière général dans notre combat pour la famille.»

« Cette phrase doit  symboliser l'engagement de chacun. Le vice de notre époque c'est le confort. Notre plus gros problème, c'est les indifférents et les endormis.  Pire, il y a les gens conscients mais qui n'agissent pas ou qui trouvent toutes les excuses possibles pour ne pas agir. Tout le monde sans exception est concerné et doit prendre ses responsabilités!»

L'Eglise? « je ne m'y retrouve plus» nous confie cette paroissienne de Notre Dame. «L'indifférence et le manque de fermeté de certains évêques  et hommes d'Eglise » l'exaspèrent. «L'Eglise doit affirmer fièrement ses positions et cesser son jeu avec le gouvernement » . L'objectif des hommes d'Eglise devrait être de « ré-évangéliser les cœurs, pas de tenir un discours froid, emprunt parfois de mysticisme et très souvent complètement affilié à l'Etat.»

civitas,place vendôme,veilleurs deboutL'avenir? « Aujourd'hui on a pleins de moyens de construire quelque chose de bien mais faut pas que ça tombe à l'eau! Malheureusement aujourd'hui  c'est encore l'état d'esprit du  "les vacances d'abord et le combat après" qui prédomine. C'est cette religion du confort qu'il nous faut d'abord vaincre. Ne nous laissons pas acheter pour vivoter mais aspirons à vivre fièrement en défendant coûte que coûte nos convictions et notre avenir! »

Un mot de la fin? « Les veilleurs-debout sont une tentative dans l'Espérance. On ne sait pas de quoi sera fait l'avenir, c'est pourquoi il faut tenir bon et il faut rester.  Pour ceux qui penserait que cela ne sert à rien, je leur répondrai que ça sert au moins à dire que l'on est toujours là avec nos convictions. En un mot, chacun doit prendre ses responsabilités, il faut se bouger! »

FJC remercie chaleureusement Léopoldine de nous avoir accordé cet entretien. Nous la félicitons pour son engagement, l'assurons de notre soutien et lui souhaitons bon courage pour la suite! ONLR!


*FJC =  France Jeunesse Civitas

10 juillet 2013

Mardi soir, la résistance manifestait contre la dictature socialiste.

Ce soir à Paris, des défenseurs de la famille de tous horizons, résistants à la dictature socialiste, se sont rassemblés à Odéon en soutien au prisonnier politique Nicolas B. dont la libération a été annoncée 

civitas, printemps français, alain escada, onlr

et pour bien montrer que chacun est intimement résolu à ne rien lâcher dans cette lutte pour la famille et la civilisation contre l'inique loi Taubira et tous les projets contre-nature du gouvernement.

civitas, printemps français, alain escada, onlr

Une manifestation très éclectique et très jeune.

civitas, printemps français, alain escada, onlr


Après, à la Sorbone, quelques jeunes anciens gardés-à-vue pour les motifs politiques et injustes que l'on sait, organisaient une veillée intitulée "la fronde catholique".

Chants, prières et lectures de textes variés étaient au programme.

civitas, printemps français, alain escada, onlr

09 juillet 2013

Dictature socialiste... Mais on ne lâchera rien !

Lu sur cet excellent blog: http://madelon25.over-blog.fr/encore-des-jeunes-retenus-par-des-crs-sans-raison

Encore des jeunes retenus par des CRS sans raison!

Cet après-midi, une dizaine de personnes, essentiellement des étudiants, avaient réservé un accueil à Peillon,Ayrault à l'université de Jussieu à Paris. Le premier ministre venait y détailler un plan d'investissement pour les dix années à venir.

Quand les jeunes sont arrivés sur place,ils ont pu se rendre compte qu'ils y avaient un nombre important de CRS au moins deux compagnies (pour parer à d'éventuels terroristes ? ) . Ils ont commencé par lancer les slogans habituels :"on veut du boulot, pas du mariage homo" etc... C'est alors que les CRS ont commencé à faire mouvement encerclant la petite dizaine de manifestants en carré. Ensuite ils les ont repoussés manu militari sur le côté, leur interdisant de sortir.

Un autre jeune, qui sortait de stage, est arrivé pour les rejoindre. Un commissaire lui a barré le passage, lui demandant ce qu'il faisait là. L'étudiant répond poliment qu'il veut passer et rejoindre sa soeur qui est là-bas. Le commissaire lui rétorque que soit il est avec eux soit il passe son chemin. Comme l'étudiant lui répond qu'il est avec eux, il se retrouve dans le cercle des dizaines d'étudiants retenus. Bien loin de se démonter, les étudiants continuent de lancer leurs slogans. L'un deux entame la conversation avec le commissaire qui lui dit:" la majorité de la compagnie est d'accord avec vous mais...on a des ordres." L'étudiant lui fait gentiment remarquer qu'il vaut mieux brûler une voiture que s'opposer au mariage gay.

La dizaine d'étudiants a été retenue ainsi pendant environ 45 mn sans aucun motif valable. Il n'y a pas eu de contrôles d'identité et aucune interpellation. On a juste empêcher à des citoyens français de circuler sur la voie publique. Les caméras de télévision étaient là et ont vu la scène mais aucune n'a filmé pour relayer ce nouvel abus policier.

Pendant ce temps nos ministres ont pu effectuer leur déplacement tranquillement sans être dérangés, les dangereux terroristes étant fermement encerclés et retenus au loin. Vous me direz pourquoi vous plaindre ? Vos amis auraient pu se faire embarquer.Effectivement mais de un ce rassemblement était spontané et pour désigner le responsable bon courage... et de deux soit on interpelle ou on contrôle mais on ne retient pas des gens sans leur en donner le motif. Est-ce digne d'un pays qui se dit des Droits de l'Homme et qui arbore fièrement sur le fronton des mairies: Liberté ? Mais le CRS l'a avoué lui-même: "on a des ordres"... de qui ? On se le demande.

Néanmoins, notre détermination reste intacte et on le dit comme toujours: on ne lâchera jamais rien !

Source (ici)

07 juin 2013

Reportage de France 24 sur CIVITAS... et le combat contre l'inique loi Taubira !

diffusé le 06 juin

26 mai 2013

10.000 défenseurs de la famille autour de Civitas à Paris cet après-midi!

civitas,printemps français,alain escada,loi taubiraCet après-midi, sans se laisser impressionner ou démotiver par les mises en gardes injustifiées des idéologues clivants qui composent actuellement le gouvernement, environ dix mille défenseurs de la famille, auront répondus présent avec enthousiasme et détermination à l'appel de CIVITAS.

En manifestant cet après-midi aux cotés de Civitas et de nombreuses autres associations entre la place Catroux et Opéra, ces très nombreux catholiques et patriotes français souhaitaient marquer leur attachement au mariage, à la Famille et aux valeurs qui sont l'âme de notre Pays et qui ont fait la grandeur de notre civilisation.

Cet après-midi aux côtés de Civitas, ces ambassadeurs du Pays réel ont voulu exprimer avec détermination et sans concession leur colère vis à vis du mépris et de l'autisme dont le Gouvernement et le législateur font preuve à leur égard en mettant tous les moyens en oeuvre pour détruire la famille.

C'est la France laborieuse et toujours silencieuse, la France des oubliés, qui est venue courageusement cet après-midi de tout le territoire national pour exprimer publiquement sa vive inquiétude concernant l'avenir de la Nation, en considérant les conséquences dramatiques pour la société de la destruction de la famille voulue et imposée par le gouvernement avec l'infâme loi Taubira. 

Notre manifestation s'est déroulée  dans le calme et la bonne humeur jusqu'à ce que la police, sans aucun motif et sur l'ordre express de la préfecture, ne procède à des encerclements de plusieurs groupes de manifestants pacifiques en vue de contrôles d'identité injustifiés et d'interpellations arbitraires.
Démontrant de nouveau que la provocation gratuite et la volonté de créer des débordements ne sont pas de notre fait.

Quarante-cinq ans après mai 68, l'infâme loi Taubira et les inavouables projets pour la société de la "révolution légalisée"  incarnée par ce gouvernement  ne représentent  finallement  que le désordre légalisé. Cette loi s'opposant si clairement au bon sens élémentaire et au bien commun de la société, elle en devient par là illégitime et en aucun cas nous ne considérerons lui devoir ni obéissance ni respect. 

Cette inique loi Taubira, héritière de l'idéologie soixante-huitarde et nihiliste, n'est en fait que le premier acte d'une tragédie nationale qui au nom de l'égalité, privera certains enfants du droit naturel et inaliénable d'avoir un papa et une maman puis débouchera inévitablement sur la marchandisation du corps humain avec la gestation pour autrui (GPA). Parallèlement, la vulgarisation large, obligatoire et préméditée de l'idéologie du Gender par l'éducation nationale privera les enfants de leur liberté et de leur avenir en les laissant sans repères moraux ou de bon sens dans une société de consommation toujours plus cruelle et sans pitié.

Ce 26 mai ne marque donc que le début d'une mobilisation déterminée et persévérante pour la défense du bon sens élémentaire, du mariage, de la famille, des enfants, et de la France !
 
Ce 26 mai marquera la métamorphose de ce printemps français en un premier et véritable sursaut contre-révolutionnaire. C'est à dire la réaction du bon sens, de l'ordre naturel et chrétien face à la révolution légalisée qui tente encore et toujours de s'imposer par la force et la violence.

Nous ne lâcherons rien! Restons mobilisés!

Le mot d'ordre reste le même: Du balai aux ennemis du mariage, de la famille et de la France.

17 mai 2013

Communiqué de CIVITAS après la validation par le conseil constitutionnel de la loi Taubira

civitas,communiqué,printemps françaisLe conseil constitutionnel vient de valider l'inique loi Taubira en estimant "qu'elle n'était contraire à aucun principe constitutionnel" dans le sens où cette loi " n'interessait ni les droits, ni les libertés fondamentales..."

Le pouvoir par la voix du conseil constitutionnel aura donc ignoré une fois de plus avec mépris et autisme non seulement le bon sens élémentaire mais aussi l'intérêt général de la société toute entière que cette loi va contribuer à détruire en dénaturant le mariage et en défigurant la famille. 

Le conseil constitutionnel composé à majorité de personnalités de "droite" nommées par l'UMP, aura donc, sans surprise, emboité le pas au législateur et à l'éxécutif socialiste dans leur entreprise concertée de destruction de la famille, c'est à dire, in fine, de la France.

Sans vergogne, ce même conseil aura donc piteusement avalisé une loi qui au nom de l'égalité privera certains enfants de la liberté fondamentale et du droit d'avoir un papa et une maman, créant ainsi de nouvelles inégalités dans notre pays. Il aura été suffisament répété qu'une différence de situation pour des adultes ne permettait pas une égalité de droits.

Que pouvait-on attendre de mieux de Jean-Louis Debré, grand ténor du "gaullisme"  et de la "droite", si ce n'est un atavisme familial. Son père Michel Debré qui après avoir été un défenseur farouche de l'algérie française et qui pourtant a participé en tant que premier ministre à son abandon, est l'icône et la parfaite illustration de la "droite" UMP qui ces dernières semaines s'est débattue pour  faire croire à son attachement artificiel aux valeurs traditionnelles de notre société tout en ne cherchant simplement qu'à instrumentaliser la saine réaction populaire contre les folles dérives du gouvernement socialiste.

Ce soir, tout en appelant à la "responsabilité", le président  de la République vient d'annoncer qu'il promulguerait dès demain cette loi contre nature qui en détruisant la famille mettra en péril l'équilibre sociétal et menace par là, la paix civile dans notre pays.

Une loi doit servir le bien commun de la société et en aucun cas nous ne reconnaitrons qu'une telle loi mérite obéissance ou respect.

C'est ce même président de la république qui a affirmé hier lors d'une conférence de presse vouloir "laisser une trace" de son mandat dans l'histoire . Cette trace ce sera la ruine organisée de notre société et un changement de civilisation qui nous conduit vers une "culture de mort".

Nous appellons tous les défenseurs de la famille à ne pas se décourager ou se démobiliser par les effets d'annonces calculés d'un pouvoir tous les jours un peu plus aux abois. Car par ailleurs la situation économique, sociale, sécuritaire ne fait que se dégrader et tôt ou tard la réalité s'imposera. 

Mais nous, le Pays réel, nous pouvons contribuer par notre mobilisation persévérante au retour du bon sens et des valeurs qui ont fait l'âme et la grandeur de notre pays.

Si vraiment cette infâme loi Taubira "n'est contaire à aucun principe constitutionnel" et bien c'est qu'il est temps de changer de constitution!

Cette décision du conseil constitutionnel, composé de ténor de la "droite", d'avaliser cette loi infâme défendue par la "gauche", prouve une fois de plus que désormais le clivage "droite-gauche" est entré dans l'histoire.

La réalité du clivage actuel c'est "Pour ou Contre" la pourriture révolutionnaire véhiculée et illustrée par mai 68 et ses protagonistes.

Un printemps français est en marche qui au lieu de s'essoufler doit se transformer en un profond sursaut puis en un tsunami contre-révolutionnaire.

Dans ces heures les plus sombres de notre histoire, nous prions Notre Dame de France et sainte Jeanne D'arc d'accorder à notre pays de se redresser et de donner à tous les patriotes et catholiques Français le courage de défendre la famille sans défaillir et sans se résigner.

Selon le président de la république cette loi inique sera une loi "de consensus, de réconciliation et de progrès".

Alors le 26 mai à Paris aux cotés de Civitas et de nombreuses associations, venez exprimer sans concession et avec détermination ce que les défenseurs de la famille pensent du prétendu consensus et du  prétendu progrès, véhiculés par cette loi contre nature.

Venez dire à ce gouvernement qu'il n'y aura pas de réconciliation possible au détriment des plus faibles, ceux qui doivent être protégés, c'est à dire les enfants.

Venez dire stop aux arnaques et aux folies de la droite et de la gauche. 

Retrouvons nous et conjuguons résolument nos forces sous un mot d'ordre unique et sans concession:

"Du Balai aux ennemis du mariage, de la Famille et de la France!"

CIVITAS