Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 février 2014

Scandaleuses photos de l'éducation sexuelle telle qu'enseignée dans nos écoles publiques !

Education sexuelle 1-MPI.JPG

Les photos ci-dessus ont été prises dans un établissement scolaire canadien. C'est une tenancière de sex-shop qui vient parler d'éducation sexuelle en classe !

Quelques médias du système ironisent parce que Civitas diffuse des photos prises au Canada et non en France. C'est vrai que quelques jours nous ont été nécessaires pour situer précisément l'endroit où ont été prises ces photos. Nous n'avons pas les moyens des médias du système qui eux, se révèlent pourtant incapables de remarquer que Najat Vallaud-Belkacem nie l'existence de la théorie du genre alors qu'elle a elle-même précédemment défendu cette théorie du genre dans ces mêmes médias du système.

N'importe quel internaute débutant peut retrouver ces anciennes déclarations de Najat Vallaud-Belkacem grâce à un simple moteur de recherche. C'est bien plus facile que de repérer l'origine de quelques photos.

Et pour en revenir à ces photos, qu'elles soient prises dans une école canadienne n'enlève rien au problème. Ces photos ne sont pas truquées. Elles illustrent les dérives auxquelles mènent ces cours d'éducation sexuelle.

07 février 2014

100.000 Français ont déjà regardé le défi lancé par Civitas à Vincent Peillon !

 

escada-répond-médias-MPI.jpg

 

Le 31 janvier dernier, j’ai lancé un défi à Vincent Peillon et Najat Vallaud-Belkacem par l’entremise d’ une vidéo publiée par le site Médias-Presse.Info, média alternatif.

Je proposais à ces deux ministres d’accepter un débat en direct, sur le média de leur choix, concernant la théorie du genre. Après tout, si vraiment cette idéologie n’existait pas, ces deux ministres ne devraient avoir aucune peine à me ridiculiser. Mais je m’engageais, de mon côté, à prouver aux Français, documents incontestables à l’appui, que ces deux ministres contribuent bien à répandre cette idéologie folle et destructrice, notamment dans les écoles.

Sans surprise, aucun ministre n’a répondu à mon appel. Mais vous êtes déjà plus de 100.000 Français à avoir visionné cette vidéo.

Continuez à la diffuser. C’est une façon de briser le mur du silence et de dénoncer le mensonge du gouvernement.

Alain Escada, président de Civitas

03 février 2014

Théorie du genre : comment le gouvernement vous ment !

signez la pétition www.ecole-libre.com

31 janvier 2014

Le président de Civitas dénonce la théorie du genre et lance un défi à Peillon et Vallaud-Belkacem

vidéo Médias-Presse.Info

 signez la pétition www.ecole-libre.com !

 

27 septembre 2013

Il faut riposter aux propos de Pierre Bergé !

 

francechrétienne2.jpg

 

Il faut riposter aux propos antichrétiens de Pierre Bergé !

« Je suis pour la suppression intégrale de toutes les fêtes chrétiennes en France », déclarait hier soir Pierre Bergé sur les antennes de RTL France, dans l’émission « On refait le monde ». Des propos inadmissibles qui surviennent quelques jours après la provocation de Dounia Bouzar qui, à peine nommée à l’Observatoire de la laïcité par le Premier ministre, revendiquait la suppression de deux fêtes chrétiennes parmi les jours fériés reconnus par l’Etat et leur remplacement par Yom Kippour et l’Aïd. Ajoutez à cela les propos récurrents du ministre Vincent Peillon voulant « éradiquer » le christianisme en France et vous avez quelques indices d’une volonté manifeste de mener une nouvelle offensive antichrétienne avec le concours des plus hautes autorités de l’Etat et des puissances d’argent.

La réaction des catholiques de France – ainsi que de toutes celles et ceux qui, ayant perdu la pratique de la Foi, n’en reconnaissent pas moins les bienfaits de la civilisation chrétienne – doit être sans appel et immédiate. Il faut stopper net cette surenchère destinée à accentuer la déchristianisation de la France.

Que le changement de saison soit l’occasion de faire souffler un vent d’automne catholique ! Assez de mollesse, assez de tiédeur, assez de « politiquement correct », assez d’enfouissement de notre Foi au nom de stratégies consensuelles qui n’ont jamais apporté aucune victoire !

Pierre Bergé a mis sa fortune, depuis des décennies, au service du vice, de l’anti-France et de l’antichristianisme. Ripostons en ciblant ses intérêts financiers.

Cet appel s’adresse à toutes les forces de résistance qui ont émergé au cours des douze derniers mois et à cette génération qui a su faire preuve d’inventivité et de courage pour faire face aux destructeurs de la Famille. Que nos veilles et nos rondes de sentinelles se placent prochainement devant ces lieux chers à Pierre Bergé :

-          la société de vente aux enchères Pierre Bergé & Associés ;

-          la brasserie parisienne de luxe Prunier spécialisée dans le caviar et dont Pierre Bergé est PDG ;

-          la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent.

Que nos voix se fassent entendre également devant ces médias dans lesquels Pierre Bergé a des capitaux - le journal Le Monde, le journal Libération, le magazine La Vie – ainsi que devant le siège de la radio RTL France qui se plaît à laisser ce personnage viscéralement antichrétien déverser sa bile sur ses ondes.

Qu’à ces occasions, notre attachement à la Foi catholique soit fièrement affirmé. Christus vincit. Christus regnat. Christus imperat.

Que ceux qui ne peuvent se déplacer devant ces lieux n’en prennent pas moins la peine de saisir leur téléphone, leur stylo ou leur clavier d’ordinateur pour adresser par toutes les voies envisageables des messages polis mais déterminés signifiant notre colère et notre mobilisation farouche.

Il ne s’agit en aucune façon d’un appel à la violence. Mais il convient de rappeler cette vertu de force dont les catholiques doivent faire preuve lorsque les situations l’exigent.

En avant ! L’automne catholique est de retour !

Alain Escada, président de CIVITAS

 

20 août 2013

Dès septembre, plusieurs milliers d'élèves vont servir de cobayes pour une expérimentation menée dans 500 écoles en vue de propager la théorie du genre

danger.jpgUn rapport publié par l'Inspection générale de l'éducation nationale (*) remis au ministre Vincent Peillon, demande que « les stéréotypes de genre soient déconstruits et mis à distance », notamment en primaire. La théorie du genre sera bien, malgré les dénégations de certains ministres et de certains médias, un dossier prioritaire de la politique gouvernementale.

Cette offensive profondément subversive prendra différentes formes. On annonce déjà une expérimentation qui concernera dès septembre 500 écoles de dix académies et s'adressera à plusieurs milliers d'élèves de la grande section de maternelle au CM2, ainsi qu'à leurs professeurs. En effet, après avoir inauguré la crèche Bourdarias en Seine-Saint-Denis, qui s'inspire directement de la théorie du genre et prétend offrir une éducation non différenciée aux enfants, la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem s'attaque à l'école, avec les «ABCD de l'égalité», "ateliers ludiques", lancés conjointement avec le ministère de l'Éducation nationale. Objectif: faire en sorte que «nos enfants cessent d'intérioriser dès le plus jeune âge les inégalités qui se forment entre les deux sexes», selon les mots de Najat Vallaud-Belkacem, et déconstruire ainsi des stéréotypes de genre.

(*) «L'égalité entre filles et garçons dans les écoles et les établissements»

11 juillet 2013

Une politique pour un monde où l'hétérosexualité ne serait pas normale ?

danger.jpgEn cette période estivale, je voudrais obtenir quelques minutes de votre attention pour insister sur la gravité du plan révolutionnaire prévu pour la rentrée dans la suite logique de la loi Taubira. De la procréation médicalement assistée à l'euthanasie en passant par la gestation pour autrui, de l'idéologie du genre à la réforme subversive de l'éducation nationale, la rentrée sera semée de pièges redoutables. Je me contenterai de mettre à votre disposition quelques citations éloquentes pour mesurer l'ampleur des dangers.
 
Idéologie du genre : penser un monde où l'hétérosexualité ne serait pas normale
"Ce qui est cause, c'est l'hétérosexualité en tant que norme. Il nous faut essayer de penser un monde où l'hétérosexualité ne serait pas normale."
Eric Fassin, sociologue, promoteur de la théorie du genre en France, professeur à l'Ecole Normale Supérieure
 
Une politique des "anormaux"
LGBT, c'est dépassé ! Place au LGBTQI (pour LesBiGayTransQueerIntersexes). Beatriz Preciado, auteur de Multitudes queer : notes pour une politique des "anormaux", explique que "la priorité du mouvement queer" est de "défaire les identités" en promouvant une "politique des multitudes", des "anormaux", de tout ce qui est considéré comme sexuellement déviant. Il s'agit de créer l'union de toutes les différences "monstrueuses", de tous les "sujets abjects" pour détruire "l'hétéronormativité".
 
Un Etat totalitaire qui s'empare des enfants
"Les enfants n'appartiennent pas à leurs parents, ils appartiennent à l'Etat."
Laurence Rossignol, sénatrice PS, 5 avril 2013, en direct sur France 2, émission Ce soir ou jamais
 
"Le but de la morale laïque est de permettre à chaque élève de s'émanciper... Il faut être capable d'arracher l'élève à tous les déterminismes : familial, ethnique, social, intellectuel"
(Vincent Peillon, Le Figaro, 2/9/2012)
 
La religion et la morale laïques exigent donc, pour lutter contre les déterminismes, de "changer les mentalités (...) notamment par le biais d'une éducation au respect de la diversité des orientations sexuelles"
(Vincent Peillon, Lettre du 4 janvier 2013 aux recteurs)
 
Une haine de la Famille qui a pour corollaire la haine de Dieu
"Toute l'opération consiste bien, avec la foi laïque, à changer la nature même de la religion, de Dieu, du Christ, et à terrasser définitivement l'Eglise".
(Vincent Peillon, Une religion pour la République, p. 277, édition du Seuil, 2010)
 
"Il faut donc à la fois déraciner l'empreinte catholique qui ne s'accomode pas de la République et trouver, en dehors des formes religieuses traditionnelles, une religion de substitution qui arrive à inscrire jusque dans les moeurs, les coeurs, la chair, les valeurs et l'esprit républicain sans lesquels les institutions républicaines sont des corps sans âme qui se préparent à tous les dévoiements"
(Vincent Peillon, ibid, p. 34)
 
"La laïcité française, son ancrage premier dans l'école, est l'effet d'un mouvement entamé en 1789, celui de la recherche permanente, incessante, obstinée de la religion qui pourra réaliser la Révolution comme promesse politique, morale, sociale, spirituelle. Il faut pour cela une religion universelle : ce sera la laïcité. Il lui faut aussi son temple ou son église : ce sera l'école. Enfin, il lui faut son nouveau clergé : ce seront les hussards noirs de la république"
(Vincent Peillon, ibid, p. 48)
 
Une seule question : allez-vous laisser faire ? Si votre réponse est NON, encore faut-il savoir comment riposter efficacement. Cela demande de s'informer, de connaître le contenu, l'histoire, l'origine et les finalités de ces idéologies et d'apprendre à argumenter pour démonter ces folies. C'est pourquoi la session d'été organisée par CIVITAS à Unieux du 26 au 29 juillet mérite votre participation ! Inscrivez-vous sans tarder. Toutes les informations sont ici.
 
Alain Escada,
président de CIVITAS

09 juillet 2013

La République refuse l'asile politique à Edward Snowden mais l'accorde à d'autres...

Femen-Barbie-antiChrist.jpgL'organisation extrémiste anti-chrétienne FEMEN peut se réjouir. Inna Shevchenko, sa chef de bande, vient de recevoir le statut de réfugié politique. Lire ici.
 
Quoi d'étonnant quand on lit les propos antichrétiens de Vincent Peillon, ministre de l'Education nationale. Pour rappel, une de ses citations :
 
"Toute l'opération consiste bien, avec la foi laïque, à changer la nature même de la religion, de Dieu, du Christ, et à terrasser définitivement l'Eglise"
(Vincent Peillon, in Une religion pour la République, p. 277, édition du Seuil)
 

03 juillet 2013

Ces associations subventionnées par l'Education Nationale pour propager les revendications homosexuelles et la théorie du genre...

subventions.jpegLu sur Veille éducation :

"Le Monde propose une infographie sur le milliard d’euros de subventions  distribués par les ministères à des centaines d’associations.

Dans l’Education Nationale, certaines de celles-ci prennent directement parti dans les débats actuels. La ligue de l’enseignement (23 millions d’euros de subventions) considère que « La volonté de faire échec au mariage pour tous vise à ébranler le principe républicain de laïcité au profit de communautarismes intégristes. » et a appelé à manifester pour le mariage homo le 27 janvier. Vincent Peillon ministre de l’Education nationale n’a pas considéré que cela posait problème alors qu’il avait déclaré « Il ne me semble pas opportun d’importer dans l’école le débat sur le mariage pour tous. » Quand le secrétaire de l’enseignement catholique avait envoyé une lettre aux chefs d’établissements sous contrat qui rappelait la position de l’Eglise au sujet du mariage et de l’adoption par des homosexuels.

Le Cemea, qui reçoit quatre millions d’euros, et forme des animateurs de colonies ou des professeurs considère que le débat sur le « mariage pour tous a atteint des sommets dans la bêtise » et que les familles rendent les enfants homophobes.

D’autres associations d’éducation populaire vont dans le même sens, mais plus discrètement. Les Francas (trois mlllions sept cent quatre vingt neuf mille euros de subventions) proposent des ateliers de formation sur « l’éducation au genre » et Jeunesse au plein air (plus d’un million d’euros de subventions) considère que « la reconnaissance du coparent dans le cadre d’un couple homoparental doivent être une préoccupation des équipes. » [...]"

01 juin 2013

Nouvelles de France publie une tribune d'Alain Escada

Lu sur le site Nouvelles de France
 
Et maintenant, qu'allons-nous faire ?
 
ae-portraitmanif.jpgLe ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a déclaré : " à partir du moment où une loi a été votée par le parlement, qu’elle a reçu l’aval du Conseil constitutionnel, il est temps que tout le monde accepte ce choix ». La réplique, qui claque comme une gifle, nous la laissons à St Thomas d'Aquin : « Toute loi portée par les hommes n'a raison de loi que dans la mesure où elle découle de la loi naturelle. Si elle dévie en quelque point de la loi naturelle, ce n'est alors plus une loi mais une corruption de la loi. » (Saint Thomas d'Aquin, Somme théologique I, II, q 95, a 2). L'Eglise enseigne encore que « Si donc il arrive aux dirigeants d'édicter des lois ou de prendre des mesures contraires à (l') ordre moral et, par conséquent, à la volonté divine, ces dispositions ne peuvent obliger les consciences (…) Bien plus, en pareil cas, l'autorité cesse d'être elle-même et dégénère en oppression. »
 
Cette oppression est manifeste. Chaque jour qui passe nous apporte son nouveau lot de sales besognes commises par des barbouzes en civil et des policiers, gendarmes et CRS transformés en basse police politique. Pour leur honneur, pour celui de la France, la vraie, pas celle du pays légal soumis aux forces occultes, il faudra bien tôt ou tard que certains cessent d'exécuter des ordres scandaleux. A un certain stade, chacun, en son âme et conscience, doit choisir son camp. Sinon, ce serait considérer que les pires barbaries seraient absoutes parce que pratiquées à la suite d'un ordre d'un chef hiérarchique. Déjà en 1905, la question s'était posée pour des gendarmes envoyés fracturer à coups de hache les portes d'églises. La situation était à ce point dramatique que des officiers de gendarmerie avaient présenté leur démission. Tandis que d'autres s'étaient déshonorés en faisant feu sur des catholiques, ce qui, au final, fit chuter le gouvernement maçonnique de l'époque.
 
L'Histoire est-elle en train de bégayer ? Le 26 mai, un nouveau seuil a été franchi. Des Français venus défendre la Famille ont été les victimes de tirs de flashball. Soit les moyens utilisés par les forces de l'ordre dans les cités lorsque celles-ci sont la proie d'émeutiers. Des moyens réservés, dans les cités, lorsque le point culminant de l'agressivité adverse est atteint : en banlieue, il arrive qu'on tire à la chevrotine ou qu'on balance un cocktail molotov sur des CRS avant d'en arriver à l'utilisation du flashball. Mais le 26 mai, il s'agissait une fois de plus pour le régime d'adresser un message au pays réel, un message méprisant et violent destiné à tenter de briser sa mobilisation contre une loi inique.
 
Faut-il s'étonner que ce soit Manuel Valls qui use et abuse d'un tel rapport de force ? Rappelons que ce ministre, né d'une famille républicaine espagnole, a baigné dans la nostalgie de cette période des années '30 durant laquelle les rouges et les francs-maçons ont persécuté les catholiques jusqu'à provoquer une guerre civile. Or, aujourd'hui, en France, il faut bien avoir conscience que la haine de la famille a pour corollaire la haine du christianisme. Un autre des sinistres ministres de ce gouvernement, Vincent Peillon, ne se situe-t-il pas lui-même dans la continuité de Robespierre ? N'est-ce pas précisément celui-là qui prévoit, dans l'éducation nationale, d'imposer tout à la fois l'enseignement de la théorie du genre et de la morale laïque ? Quant à François Hollande, sa république socialiste française laissant libre cours à de tels idéologues reconvertis en ministres ne s'inspire-t-elle pas de plus en plus du mode de gouvernance pratiqué autrefois dans l'union des républiques socialistes soviétiques ? 
 
26mai-banderolebalai.jpegEt dans ce cas, que faire ? Pas reculer. Pas cèder. Mais puiser dans l'Histoire des modèles qui ont fait face courageusement à l'oppression. Relisons Soljénitsyne condamné au goulag pour "action contre-révolutionnaire".
 
Surtout, évitons les pièges. Il faut savoir opposer doctrine à doctrine. Et pour cela, il faut se former.
Dans la confusion générale des esprits, n'utilisons pas le vocabulaire révolutionnaire. La révolution, qui accompagne la subversion, c'est elle qui siège aujourd'hui à l'Elysée, à Matignon, à l'Assemblée nationale, au Sénat, et qui veut détruire nos familles. Nous ne sommes pas le désordre. Nous devons être le sursaut contre-révolutionnaire qui rétablira l'ordre naturel et chrétien.
De même, refusons la sémantique de l'adversaire, telle la "lutte contre l'homophobie" qui sert justement à justifier le plan gouvernemental qui veut dès leur plus jeune âge déstructurer nos enfants et souiller leur âme, banalisant l'homosexualité et la théorie du genre avec des ouvrages étudiés aux titres évocateurs tels "Papa porte une robe", "Jean a deux mamans" ou encore "Le petit garçon qui aime le rose".
Au contraire, libérons la parole des Français et entretenons la défiance au politiquement correct. Quels que soient les idéologues au pouvoir, proclamons le réel et servons le bien commun.
Continuons sans faiblir à chahuter les ministres, à faire entendre partout la voix de la colère et de la résistance. Profitons de l'été pour participer à des sessions de formation. Maîtrisons les concepts. Identifions les adversaires en parvenant à distinguer les exécutants et les commanditaires. Décortiquons les différentes phases de leur plan. Mettons au point une stratégie de reconquête. Organisons-nous avec intelligence et efficacité. Et cultivons une vie intérieure qui nous aide à tenir bon au milieu des épreuves. 
 
Alain Escada,
président de Civitas