Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 novembre 2013

Reportage: Place Vendôme à Paris, On Ne Lâche Rien!

Ce soir, les sentinelles étaient toujours présentes devant le ministère de la justice, place Vendôme à Paris.

IMG_0005.JPG

Alors que l'actualité se focalise sur les innombrables problèmes auxquels les Français se retrouvent confrontés tous les jours un peu plus, les sentinelles veillent inlassablement et témoignent paisiblement mais courageusement de leur attachement au bon sens et à la famille.

sentinelles, veilleurs debout, civitas, place vendome, loi taubira, ministère de la justice

La place Vendôme ne lâchera rien.

sentinelles, veilleurs debout, civitas, place vendome, loi taubira, ministère de la justice

Se tenant spontanément et paisiblement debout devant le ministère de la justice, les sentinelles par leur simple présence le rappellent clairement au gouvernement:

sentinelles, veilleurs debout, civitas, place vendome, loi taubira, ministère de la justice

Dans l'intérêt des enfants, des familles, des citoyens et finalement de la Nation :

Oui au bon sens et au respect de l'ordre naturel et chrétien !

sentinelles, veilleurs debout, civitas, place vendome, loi taubira, ministère de la justice

Loi Taubira, PMA, GPA, idéologie du genre, lois iniques, insensées, anti-familiale ou anti-chrétienne  ... C'est Non !

sentinelles, veilleurs debout, civitas, place vendome, loi taubira, ministère de la justice

On Ne Lâche Rien !

sentinelles, veilleurs debout, civitas, place vendome, loi taubira, ministère de la justice

#ONLR !

23 octobre 2013

La Marche contre l'antichristianisme vue par la presse...

 
Lu sur le site Médias-Presse.Info :
 
CIVITAS a fait tomber les barrières du politiquement correct
 
20oct-photo.jpgDans la Marche contre l’antichristianisme et la politique antifamiliale vue hier à Paris, ce qui était intéressant à observer, ce n’était pas tant la quantité des participants mais plutôt la composition de la foule. Civitas qui organisait cette marche pourra se targuer d’une avancée non pas numérique mais stratégique en ayant obtenu l’effondrement de bien des barrières psychologiques qui freinaient jusqu’ici la collaboration entre certaines mouvances toutes sincèrement mobilisées pour défendre la Famille contre la politique destructrice de nos gouvernants.

Hier, il y avait là des militants de l’UNI, des gens engagés dans la tendance la plus droitière de l’UMP, quelques maires et élus de petits villages, l’ancien sénateur Bernard Seillier et son épouse qui fut député européen, tous deux figures éminentes du MPF, des militants du Printemps Français, de l’Action Française, de la Dissidence Française, du Renouveau Français, des Jeunesses Nationalistes, des royalistes, des patriotes, des « collectionneurs » de garde à vue, des militants pro-vie, des responsables locaux des AFC, des catholiques engagés et des Français qui ne pratiquent plus. Il y avait là toutes les forces vives des veilleurs debout et autres sentinelles qui se retrouvent à la place Vendôme ou lors d’un chahut de ministres. On pouvait reconnaître parmi la foule Nicolas Bernard-Busse, cet étudiant qui a fait 29 jours de prison pour s’être opposé à la dénaturation du mariage, et le Dr Xavier Dor condamné à une lourde amende pour avoir offert un simple chausson d’enfant à une mère qui entrait dans un planning familial en vue d’un avortement, deux générations de résistants envoyés devant les tribunaux par un régime qui veut briser toute opposition mais n’y parvient pas. Il y avait là aussi toute la « réacosphère » qui œuvre sur l’internet et sur les réseaux sociaux : le Rouge et le Noir, Nouvel Arbitre, Riposte catholique, Itinerarium, Salon Beige, Nouvelles de France, et tant d’anonymes qui agissent efficacement sur Twitter pour entretenir la résistance à la pensée unique.

Qu’une telle coalition marche ensemble un dimanche après-midi à l’initiative de Civitas est un progrès considérable. Espérons que cela augure de franches collaborations pour la suite, loin de la stratégie « politiquement correcte » qui a trop longtemps prévalue dans certains milieux et qui ne conduit qu’à l’impasse malgré le nombre. Seules les alliances fondées sur des principes sérieux et pérennes peuvent obtenir des résultats.

14 octobre 2013

Jean-Louis Chaton, ancien membre du CESE, apporte son soutien à la Marche contre l'antichristianisme et la politique anti-familiale

 

marche-20oct.png

M. Jean-Louis Chaton, ancien président de la Chambre Nationale des Professions Libérales (CNPL),ancien membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE) et président du Comité d’Action pour le respect de l’état de Droit (CARED) communique son soutien à la Marche contre l’antichristianisme et la politique anti-familiale du 20 octobre.

05 octobre 2013

20 octobre : Tous à la Marche contre l'antichristianisme et la politique antifamiliale

Dimanche 20 octobre 2013

Marche

Contre l’antichristianisme

Et contre la politique antifamiliale

-

14h30 à Paris

Devant la brasserie Prunier, 16 Av Victor Hugo, Paris  16ieme

(metro : Victor Hugo ou Etoile)

-

Volonté de supprimer les fêtes chrétiennes – recrudescence des profanations et provocations antichrétiennes – dénaturation du mariage - PMA – GPA – théorie du genre,…

Ça suffit !

01 octobre 2013

Réservez déjà le dimanche 20 octobre ! - Les infos vont suivre !

Dimanche 20 octobre 2013

Marche

Contre l’antichristianisme

Et la politique antifamiliale

-

14h30 à Paris

Antichristianisme à Nancy

nonàchristianophobie.jpegLe site Médias-Presse.Info informe ses lecteurs au sujet d'une "Nouvelle provocation antichrétienne sous couvert « artistique ». Les faits se déroulent à Nancy."

"Un « artiste » exhibitionniste se dénude dans la vitrine de la boutique Soon au 25, rue du Pont-Mouja. Il s’agit ici d’un magasin de vêtements, La Police Nationale fait se rhabiller le zouave. Quelques maisons plus loin, c’est un « acteur » prétendant représenter le Christ qui s’affiche en vitrine de façon vulgaire, aguichant les passantes et exhibant d’un seul coup un sexe en latex. Ailleurs, c’est une femme travestie en religieuse qui extrait de sous sa jupe un crucifix qu’elle glisse lubriquement entre sa poitrine. (....)"

Pour lire la suite de l'article, c'est ici.

Catholiques de Nancy, veilleurs, sentinelles, Civitas et autres résistants de tous horizons, voilà des lieux où monter la garde les prochains jours !

Il est temps de dire STOP à la vague de provocations antichrétiennes qui déferle en ce moment en France.

17 septembre 2013

Gestation pour autrui : le Parlement européen y travaille en ce moment !

Affiche balai.JPGLe site des éditions Dalloz, spécialisées dans les questions juridiques, publie une étude  intitulée "La loi française peut-elle contribuer au renversement du consensus européen ?"qui nous annonce bien l'arrivée prochaine de la gestation pour autrui : "(...) le Parlement européen planche déjà sur le droit de la gestation pour autrui (GPA) au sujet duquel il vient de commander un rapport à quinze experts, offrant l'occasion au lobby homoparental de réclamer une convention internationale leur donnant accès à la maternité pour autrui."

L'esclavage de l'être humain est en marche et les institutions européennes auront une fois de plus préparé le terrain.

Rejoignez CIVITAS pour mener un combat sans concession contre les ennemis de la Famille !

Une tribune libre rappelle que la Manif Pour Tous reste incapable de tenir un discours aussi ferme que celui de CIVITAS

Tribune d'Hubert Montmirail trouvée sur www.ndf.fr

Il y a encore quelques mois encore le scénario était clair : Frigide Barjot, c’était la ligne irénique de la Manif pour tous, désavouée par un mouvement qui ne voulait lâcher ni sur le fond, ni sur la forme ; inversement, la nouvelle direction de la Manif pour tous adoptait une ligne sans équivoque, notamment sur le refus de l’union civile. Tout semblait parfait. La partition semblait impeccable. Le hic, c’est que l’éviction de Christian Vanneste des universités d’été de la Manif pour Tous semble donner une autre musique. Plutôt que de m’arrêter à cette anecdote, je préfère réfléchir sur ce qui pousse à une situation qui a surpris plus d’un observateur.

Tout d’abord, un mouvement, comme la Manif pour Tous ne peut s’affranchir d’un respect du discours médiatique, fût-il contesté et contestable. Cette contestation d’un certain modèle familial doit se faire en respectant certaines lignes. La Manif pour Tous est regardée médiatiquement, donc, d’une certaine manière surveillée (quand on se montre, on s’expose, et réciproquement). Si elle n’a pas l’irénisme de son ancienne égérie, elle n’a pas totalement rompu avec la prudence du « milieu ». Ces lignes, on les connaît : refus de l’homophobie – alors même que le concept et ambigu, admission d’une certaine pluralité des choix de vie, etc. On a reproché à Frigide Barjot de toujours vouloir les respecter. Y compris dans les moments les plus critique où la Manif pour Tous avait l’occasion de réaliser un « coup ». Il n’empêche que ces lignes continuent à exister et que rien n’indique que la direction actuelle de la Manif pour Tous s’en soit affranchie. Le voudrait-elle qu’elle ne le pourrait pas le faire entièrement.

Ainsi, à la différence de la Manif pour Tous, Civitas s’est clairement affranchi de ces pudeurs, quitte à assumer une relégation médiatique et sociologique. Son ampleur est plus limitée, alors que la Manif pour Tous reste un mouvement généraliste. La différence est que, Civitas est apparu dans un cadre (j’entends par là tout ce qui se situe dans la mouvance de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X) qui, intellectuellement et médiatiquement, était déjà en rupture avec le système. Il est beaucoup plus difficile de s’en distancer quand on est né dedans ou quand on l’avoisine. On pouvait clairement le dire pour Frigide Barjot qui, par son itinéraire, baignait dedans. Mais une fois partie, on remarque que cela ne change rien à l’affaire : les dirigeants de la nouvelle équipe ne sont pas affranchis du système. La Manif pour Tous s’est donc recentrée au cours de ces derniers mois, mais pas au point de soutenir un discours aussi ferme que celui de Civitas.

« On sait que lorsqu’on révèle, on fâche… On est trop poli. Les catholiques n’y échappent pas. Pourtant, se démarquer d’un consensus qui devient de plus en plus artificiel est une démarche salutaire et nécessaire. Ces bons esprits se souviennent-ils de cette remarque de Bernanos qui disait que le signe du démon était non la désobéissance, mais la soumission ? »

Manif pour Tous : décryptage sur un recentrageLes lignes rouges à ne pas franchir – l’expression est d’actualité… – sont toujours là. On peut dire que depuis ses propos polémiques et sa non reconduction aux élections législatives, Christian Vanneste sent le souffre. Y compris dans les cercles qu’il fréquente. Dans une société aussi permissive que la nôtre, il reste encore des totems et des tabous. Christian Vanneste est manifestement un de ces tabous. Pour tous les mouvements qu’il a pu approcher, il reste une figure embarrassante. Cela en dit long sur la question du paraître qui demeure la première question que tout groupe bien en vue et ayant pignon sur rue se pose. On comprend aussi pour quelles raisons Jean-François Copé préfère se rallier aux injonctions d’Harlem Désir ou de François Hollande sur l’excommunication du FN. Alors même que les électeurs et les sondés approuvent l’attitude de François Fillon, les contempteurs de ce dernier préfèrent se ranger au discours médiatique ambiant qui pourtant se fissure. Il serait intéressant de savoir qui craquera en premier, car, au rythme où vont les choses, des chapes de plomb sont en train de tomber.

Un autre élément peut expliquer cette délicate position : la logique du recentrage, qui reste inhérente à tous les mouvements qui rencontrent un certain succès. Quand on recueille une adhésion plus large dans une société comme la nôtre, c’est forcément au prix d’une certaine respectabilité. C’est, par exemple, ce qui peut arriver au FN, à moins que ce ne soit déjà le cas. Il faut alors devenir plus présentable et écarter tout ce qui rend suspect. Les figures de la veille finissent par être écartées au profit de personnes plus consensuelles. Ce mouvement est-il inéluctable ? Je ne sais. Mais en revanche, il convient que toute action soit entreprise avec des cadres formés, informés et lucides.

Plus généralement, on a beau dénoncer les nouvelles barbaries, la perte du savoir-vivre : cette observation est juste, mais elle ne résume pas totalement l’étrange société policée qui nous caractérise. On me pardonnera de citer Alain de Benoist, mais il n’est pas exagéré de dire que l’on ne fait pas la révolution avec des gens bien élevés… Nos combattants ont encore des réflexes de petits bourgeois, alors même que le succès des veilleurs et les accueils ministériels démontre que l’on gagne à être un peu plus provoquant. On n’aime pas critiquer et se démarquer pour ne pas choquer. On se rabat sur des démarches plus prudentes, mais bien moins courageuses. Il y a encore beaucoup de respect humain. On sait que lorsqu’on révèle, on fâche… On est trop poli. Les catholiques n’y échappent pas. Pourtant, se démarquer d’un consensus qui devient de plus en plus artificiel est une démarche salutaire et nécessaire. Ces bons esprits se souviennent-ils de cette remarque de Bernanos qui disait que le signe du démon était non la désobéissance, mais la soumission ?

14 septembre 2013

Délit de gueule de sentinelle...

police.jpgIl n'y a pas que les "jeunes" de Seine-Saint-Denis qui sont victimes du "délit de faciès". Tout au long de cette journée du patrimoine, de nombreux jeunes gens, bons Français, ont été interpellés par la police alors qu'ils essayaient de faire la file pour visiter l'Elysée. Au mépris de la loi, ces jeunes étaient systématiquement reconduits au métro avec un avertissement : de retour dans le quartier, ils seraient placés en garde à vue.

Question sous jacente : quelle tête faut-il avoir pour pouvoir visiter l'Elysée lors des journées du patrimoine ?

Point satisfaisant : tant que des Français persévérants se dresseront devant les lieux du Pouvoir, tels des reproches vivants face à des lois iniques, le Président, ses ministres et leur police politique auront le sommeil troublé...

 

 

 

11 septembre 2013

Effrayant : un transgenre à l'apparence masculine donne naissance à un enfant à Berlin

gender-visuelcivitas.JPG

Un transgenre d'apparence masculine a donné naissance à un petit garçon, à Berlin. Il est le premier à accoucher d’un bébé en Europe. "L’homme" transgenre est en réalité né femme et avait décidé de conserver ses organes reproducteurs féminins. L’accouchement s'est fait à domicile afin de ne pas être enregistré comme « mère » du bébé, ce qui serait légalement obligatoire en Allemagne.

La naissance du petit garçon a eu lieu le 18 mars dernier et vient tout juste d’être rendue publique. Sur son acte de naissance, aucune mère n’est mentionnée, seul le nom du "père" qui lui a donné naissance est inscrit. « La personne en question ne voulait pas apparaître en tant que mère, mais comme père sur le certificat de naissance, et cette demande a été honorée », a déclaré un porte-parole des Affaires Intérieures de l’Administration du Sénat de Berlin à 7 sur 7.

Bien que l’homme transgenre ait demandé à ce que le sexe de son enfant ne soit pas dévoilé, les autorités allemandes ont révélé qu’il s’agissait d’un petit garçon. Par ailleurs, ces dernières envisagent de surveiller de très près cet enfant. En effet, en raison de cette situation anormale, elles craignent qu’il ne développe des problèmes psychologiques.

Il s’agit du premier cas "d’homme" transgenre donnant naissance à un enfant en Europe. Aux Etats-Unis, Thomas Beatie, également né femme, a déjà donné naissance à trois enfants. Légalement considéré comme un homme, il était marié depuis dix ans à une femme stérile. Suite à une insémination artificielle, Thomas Beatie, qui avait conservé ses organes sexuels féminins internes comme externes, a pu accoucher par voie naturelle d’un premier enfant en 2008. Il a ensuite donné naissance à deux autres bébés.