Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 janvier 2017

Poutine, la Russie, le christianisme

31 août 2013

Un "artiste" russe homosexualiste et antireligieux vient chercher refuge en France

nonaumariagehomo.jpgUn "artiste" contemporain fait actuellement scandale en Russie. Il exposait dans une galerie d'art privée de Saint-Pétersbourg jusqu'à ce que la police vienne saisir des toiles et fermer l'exposition suite aux plaintes de visiteurs. L'un des tableaux était intitulé "Travesty" et représentait le Président Vladimir Poutine vêtu d'une nuisette de femme et occupé à coiffer les cheveux du Premier ministre Dimitri Medvedev portant lui-aussi des sous-vêtements féminins. Une autre peinture représentait le patriarche de l'Eglise orthodoxe de Russie dénudé, le torse couvert de tatouages. Deux autres peintures insultaient des élus ayant voté la loi sanctionnant la propagande homosexuelle auprès des mineurs.
 
Apprenant la nouvelle de la saisie de ses toiles et de la fermeture de son exposition, le soi-disant "artiste" en question, Konstantin Altounine, agissant dans la droite ligne des Pussy Riot et des Femen en faisant la promotion de l'homosexualité et de l'antireligion, a bien entendu sauté dans un avion pour venir trouver refuge... en France.

01 juillet 2013

Propagande homosexuelle interdite auprès des mineurs (...en Russie)

drapeau-russe-avec-les-armoiries.jpgLe président russe Vladimir Poutine a signé la loi interdisant la propagande homosexuelle auprès des mineurs, le document ad-hoc étant publié dimanche sur le site officiel de l'information judiciaire.

Le 12 juin dernier, la chambre basse du parlement russe a approuvé par une majorité écrasante des voix une loi instaurant des amendes allant jusqu'à un million de roubles (25.000 euros) pour "propagande des relations sexuelles non-traditionnelles auprès de mineurs".

La loi prévoit des amendes allant de 4.000 à 5.000 roubles (96-117 euros) pour les citoyens, de 40.000 à 50.000 roubles (940-1.170 euros) pour les fonctionnaires, et de 800.000 à un million de roubles (20.000 à 25.000 euros) pour les personnes juridiques.

Si une telle propagande est effectuée par les médias et internet, les sanctions seront encore plus dures, les amendes allant de 50.000 à 100.000 roubles (1.200-2.400 euros) pour les citoyens, de 100.000 à 200.000 roubles (2.400 à 4.800 euros) pour les fonctionnaires et jusqu'à un million de roubles (25.000 euros) pour les personnes juridiques, accompagné de suspension de leur activité pour un délais de 90 jours.

(source RIA Novosti)

19 juin 2013

Politique familiale russe aux antipodes de celle pratiquée en France

russesprofamille.jpgLe programme gouvernemental intitulé « Conception de la politique familiale d’État à l’horizon 2025 » a provoqué un large débat dans les médias russes. Elena Mizoulina, députée du parti Russie Juste et une des auteurs du document, éclaircit certains points.

Sur la famille

Les auteurs du rapport estiment que la famille est « l’union d’un homme et d’une femme, enregistrée par l’État ou par les institutions religieuses ». Le document précise qu’une « famille idéale » est celle abritant plusieurs générations sous le même toit. La députée estime que « la grande famille à plusieurs générations a toujours été une tradition russe. Aujourd’hui, une famille sur trois réunit plusieurs générations : et ce n’est pas simplement lié à la difficulté de se loger, c’est un choix véritable. »

Sur les enfants

Le document prévoit également « plusieurs enfants » dans la famille – idéalement, au moins trois. Les députés y fixent pour objectif de surmonter la crise démographique, et misent notamment sur les familles nombreuses comme « familles les plus solides ». Les chiffres officiels indiquent que 87% de ces familles nombreuses, en Russie, sont « complètes » : c’est-à-dire réunissant un père et une mère.

Sur le mariage à l’église

Le document propose d’égaliser mariage religieux et mariage civil. La députée estime que la société russe a actuellement tendance, en effet, à préférer le mariage religieux au civil. Et les auteurs du document veulent ainsi permettre aux croyants d’obtenir un justificatif officiel de l’union sur la base de l’acte d’église. Le mariage religieux, pour l’heure, n’est pas reconnu par l’État russe.

Sur le rôle de l’église

Elena Mizoulina assure que le rôle des Églises a considérablement augmenté au cours des dernières années. Les représentants des trois confessions les plus nombreuses (orthodoxes, musulmans et juifs) participent activement aux débats parlementaires, notamment sur les questions touchant à la famille. Et leurs avis convergent. La députée précise que des représentants de chacune des confessions ont également pris part à l’élaboration du programme .

Sur le divorce

Afin de réduire le nombre de divorces (il concerne un mariage sur deux en Russie, assure le rapport), le texte prévoit d’établir une « taxe » en cas de dissolution du mariage, dont s’acquitteront les deux époux. Les fonds récoltés seront notamment versés à un Fonds des pensions alimentaires, qui soutiendra les familles en difficulté. Les hommes qui ne s’acquittent pas de leur pension alimentaire se verront interdire de quitter le pays ou d’effectuer des achats importants.

Sur l’avortement

Le rapport incite à « former une image négative » de l’avortement dans la société, souligne que l’acte ne doit pas « être perçu comme une chose banale ». Elena Mizoulina mise, parallèlement, sur la promotion de la maternité et de l’enfance, et propose des mesures de soutien financier pour les femmes enceintes se trouvant dans des situations difficiles. La contraception n’est pas évoquée dans le texte.

Le document a été conçu au sein du Comité sur les affaires des familles, des femmes et des enfants auprès de la Douma d’État, avec la participation d’experts extérieurs et de représentants des confessions présentes sur le territoire russe.  « Notre conception se base sur les valeurs russes traditionnelles. Les statistiques montrent que ces valeurs, même ébranlées aujourd’hui, continuent de jouer un rôle essentiel », affirme Elena Mizoulina. Tout en précisant que le document en question n’en est qu’au stade de l’ébauche.

Offenses aux croyants et propagande homosexuelle auprès des mineurs deviennent des délits en Russie

drapeau-russe-avec-les-armoiries.jpgMardi 12 juin la Douma russe (la chambre basse du parlement russe) a adopté un projet de loi visant à lourdement sanctionner les offenses aux croyants, via une amende allant jusqu’ à 500.000 roubles (12.500 euros) et un an de prison aux personnes "menant une action publique qui témoigne d'un évident manque de respect envers la société dans le but d'offenser les sentiments religieux des croyants". La loi comprend aussi un volet qui augmente la peine de prison si l’offense est commise au sein d’un lieu de culte et enfin vise aussi la "profanation intentionnelle de littérature religieuse et d'objets de culte" ou encore le fait "d'empêcher illégalement l'activité religieuse".

Le terme d’offense (d’outrage peut on dire) aux croyants a sans aucun doute été grandement inspirée des actions menées par quelques groupuscules qui on s’en souvient avaient l’été dernier entamé une véritable croisade contre les églises et les croyants en Russie et en Ukraine, continuant leurs activités d’agents provocateurs aujourd’hui principalement en France, en s’attaquant d’ailleurs aux croyants Chrétiens comme musulmans. (...)

Une conception religieuse de la famille.

Les menaces et pressions de l’UE et des divers lobbies n’y ont rien fait, la Russie a confirmé qu’elle est un pays souverain qui ne cède pas aux pressions. La Douma a donc aussi voté ce mardi 12 juin une loi instaurant des amendes allant jusqu'à un million de roubles pour "propagande des relations sexuelles non-traditionnelles auprès de mineurs", c'est-à-dire la propagande, y compris par le biais d'Internet et des médias, de "la pédophilie, de l'homosexualité, de la bisexualité et du transsexualisme auprès des mineurs".

La loi votée a en vu les niveaux d’amendes être augmentés par rapport aux projets initiaux, passant de 4.000 à 5.000 roubles d'amende (100 à 125 euros) pour les personnes physiques, de 40.000 à 50.000 roubles (1.000 à 1.250 euros) pour les personnes dépositaires de l'autorité publique et de 800.000 à un million de roubles (20.000 à 25.000 euros) pour les personnes morales. La même propagande menée dans les médias ou sur Internet sera passible de sanctions encore plus sévères. Les personnes physiques risquent 50.000 à 100.000 roubles d'amende  (1.250 à 2.500 euros), les personnes dépositaires de l'autorité publique 100.000 à 200.000 roubles (2. 500 à 5.000 euros) et les personnes morales un million de roubles (25.000 euros).

Ce dispositif légal s’inscrit sans aucun doute dans le cadre plus large du renouveau démographique russe entamé depuis 2005 et qui inclut un projet de conception de la politique familiale allant jusqu'à 2025, qui affirme que "la famille traditionnelle est la base de la souveraineté d’une nation" et dont les grands traits sont définis ici.

L’ingérence Washington-Bruxelles-Berlin mais le soutien des patriotes français?

Malgré les appels de l'Union européenne et de la chancelière allemande Angela Merkel souhaitant que la Russie s’abstienne d'adopter cette loi qui serait "susceptible de renforcer les discriminations et les violences contre les personnes LGBT" (imagine-t-on la Russie appeler l’UE ou l’Allemagne à ne pas adopter de lois nationales?), la loi a été votée par une majorité écrasante des voix puisque ce sont les 436 députés présents (sur 450) qui ont voté pour, un seul député s’abstenant. Immédiatement, la diplomatie américaine à réagi, l’ambassadeur américain en Russie exprimant publiquement ses préoccupations en affirmant que "La discrimination et l'intolérance ne sont pas conformes à l'esprit d'une société démocratique". (...)

L’homosexualité n’est pas acceptée par la société russe.

La loi a soi-disant beaucoup choqué en France et en Europe, ou les lobbies homosexuels sont très influents dans les sphères étatiques, politiques et médiatiques, mais elle semble pourtant tout à fait conforme aux attentes du peuple russe. Deux sondages des centres Levada et Vtsiom donnent en effet à peu près la même image de l’opinion des russes au sujet de l’homosexualité. Seulement 16% des sondés pensent que l’homosexualité est une orientation sexuelle comme une autre, 88% des russes soutiennent ce projet de loi et 42% des personnes interrogées estiment pour leur part que l'orientation sexuelle non traditionnelle doit être sanctionnée au pénal contre 19% en 2007, une hausse assez importante en seulement cinq ans. (...) Je rappelle que l’actuelle Douma russe est composée de 238 députés du parti centriste/conservateur Russie-Unie, de 92 députés communistes, de 64 députés du parti de centre gauche Russie Juste (dont est issue l’auteur de la loi Elena Mizoulina, par ailleurs ancienne cadre de Iabloko, le principal parti libéral d’opposition anti-poutine) et enfin de 56 députés nationalistes du parti LDPR. (...)

Alexandre Latsa est un journaliste français qui vit en Russie et anime le site DISSONANCE, destiné à donner un "autre regard sur la Russie".

13 juin 2013

Europe : culte de l'homosexualité et trahison du christianisme

drapeau-russe-avec-les-armoiries.jpgVladimir Poutine à la télé Russie - 1, dimanche 9 juin :

"Le vieux monde a semble-t-il fait son choix. (…) Faire le culte de l'homosexualité, renoncer à la notion de péché, trahir le christianisme et la famille traditionnelle, dépraver les enfants dans des familles homosexuelles, tout cela, c'est la destruction de sa propre identité, le chemin de l'autodestruction."

23 janvier 2013

"Propagande homosexuelle" interdite... en Russie

blason russe.jpgLe Parlement russe compte interdire toute "propagande homosexuelle", sur le modèle d'un loi déjà entrée en vigueur l'année dernière à Saint-Pétersbourg. Cette loi punirait au niveau national tout "acte public" faisant l'apologie de l'homosexualité avec des amendes allant jusqu'à 500 000 roubles (12 500 euros).

13 novembre 2012

Le laïcisme est le "compagnon de lit" plus présentable du communisme

via salon Beige - Dans un billet publié en octobre sur le site de l'archevêché de Chicago, le cardinal Francis George met en garde sur un ton prophétique contre la dérive séculariste de l'Occident. Extrait de la traduction de Benoît-et-moi :

6a00d83451619c69e2017ee50c9e09970d-800wi"[...] Le communisme a imposé un mode de vie global fondé sur la croyance que Dieu n'existe pas. Le laïcisme est le compagnon de lit plus présentable du communisme. Une petite ironie de l'histoire a surgi à l'ONU il y a quelques semaines lorsque la Russie a rejoint la majorité des autres nations pour vaincre les Etats-Unis et les pays d'Europe occidentale qui voulaient déclarer que tuer l'enfant à naître devrait être un droit universel de l'homme. Qui est du mauvais côté de l'histoire, aujourd'hui?

La campagne politique actuelle a amené à la surface de notre vie publique le sentiment anti-religieux, en grande partie explicitement anti-catholique, qui grandit dans ce pays depuis plusieurs décennies. La laïcisation de notre culture est un enjeu beaucoup plus important que les causes politiques ou les résultats de la campagne électorale actuelle, aussi importants soient-ils.

M'exprimant il y a quelques années devant un groupe de prêtres, entièrement en dehors du débat politique actuel, je tentais d'exprimer de manière dramatique ce que la laïcisation complète de notre société pourrait apporter. Je répondais à une question et je n'ai jamais mis par écrit ce que j'ai dit, mais les mots ont été capturés sur un smartphone et se sont désormais répandus comme un virus sur Wikipedia et ailleurs dans le monde des communications électroniques. On me cite (à juste titre) comme disant que je m'attendais à mourir dans mon lit, que mon successeur mourrait en prison et que son successeur allait mourir en martyr sur la place publique. Ce qui est en général omis dans les rapports, c'est la phrase finale que j'ai ajouté au sujet de l'évêque qui suivrait peut-être un évêque martyr: «Son successeur ramassera les débris d'une société en ruine et lentement aidera à reconstruire une civilisation, ce que l'Église a fait si souvent dans l'histoire humaine». Ce que j'ai dit n'est pas «prophétique» mais un moyen de forcer les gens à penser en dehors des catégories habituelles qui limitent et parfois empoisonnent les discours public et privé. [...]"

14 juillet 2012

"Pussy Riot": les activistes christianophobes poursuivies par la justice russe

vu sur contre-info:

Hier, le parquet de Moscou a adressé au tribunal un acte d’inculpation visant les trois filles punks membres du groupe «Pussy Riot» qui avaient, à la veille de l’élection présidentielle, interprété une danse anti-Poutine dans le chœur de la grande cathédrale moscovite du Christ-Sauveur.

Extrait de cet acte: elles «ont causé des dommages considérables aux valeurs sacrées du culte chrétien, attenté au mystère sacramentel de l’église et, refusant de répondre aux appels d’une employée de l’église de stopper ce sacrilège, sont entrées illégalement dans la partie clôturée de la basilique, destinée à effectuer les rites sacrés religieux. Par cela, elles ont humilié, d’une manière blasphématoire, les fondements séculaires de l’Église orthodoxe russe. »

Le Figaro qualifie cet acte d’inculpation de « plutôt stupéfiant ». Le journaliste en aurait-il consommé ?