Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 août 2013

Théorie du genre : la folie se propage et tant pis pour les enfants...

stop.jpegLe gouverneur de Californie, Jerry Brown, a signé lundi une loi modifiant le code de l'Education des établissements scolaires de l'Etat le plus peuplé des Etats-Unis, "pour assurer le respect de l'identité sexuelle des élèves transgenres".

La loi, rédigée par l'élu démocrate Tom Ammiano, affirme notamment que "tout élève sera autorisé à participer à des programmes et activités non-mixtes, comme des équipes sportives ou des compétitions, et utiliser les installations (scolaires) en accord avec son identité sexuelle, et non le sexe indiqué sur sa fiche d'identité".

Les élèves transgenres pourront donc s'inscrire dans une équipe de sport féminine ou masculine indépendamment de leur sexe "administratif", ou utiliser les toilettes de leur choix.

Dans un texte expliquant sa démarche, Tom Ammiano avait déclaré: "Les élèves transgenres vont-ils embarrasser d'autres enfants ? Peut-être. Je ne veux pas minimiser cet aspect, mais les nouvelles expériences sont souvent embarrassantes.".

Assez de cette folie ! Aidez CIVITAS à mener la guerre à la théorie du genre et ses dangereux idéologues!

Dispute chez les FEMEN autour de leur financement occulte

femen-vatican.jpgAmina Sboui, souvent présentée comme "première – et unique - Femen Tunisienne" - quitte le mouvement Femen. "Je ne veux pas que mon nom soit associé à une organisation islamophobe. Je n'ai pas apprécié l'action où les filles criaient « Amina Akbar, Femen Akbar" devant l'ambassade de Tunisie en France, ou quand elles ont brûlé le drapeau du Tawhid devant la mosquée de Paris. Cela a touché beaucoup de musulmans et beaucoup de mes proches. Il faut respecter la religion de chacun". Au Figaro, elle s'explique: "Quand je parlais à Inna (Shevchenko) sur Skype, je lui disais: “C'est pas toi, en France, qui regarde deux minutes du journal télévisé qui va me dire quoi faire dans mon pays”. S'il y en a une qui doit avoir la rage de l'islam, c'est moi, parce que je connais cette religion. Mais je ne veux plus blesser ceux pour qui c'est une conviction forte." Réaction quasi immédiate des Femen par l'intermédiaire d'un tweet furibard d'Inna Shevchenko, qui parle de trahison. Dans la foulée, Femen France a diffusé une photo de trois militantes posant seins nus en pleine rue, la Bible, la Torah et le Coran cachant leurs sexes. Les trois livres qualifiés de "même merde". "Femen n'est ni islamophobe, ni christianophobe, ni judéophobe. Femen est religiophobe parce que toutes les religions rabaissent les femmes."

Mais Amina aborde une autre raison pour expliquer son choix de quitter Femen : le financement occulte de l'organisation extrémiste. “Je ne connais pas les sources de financement du mouvement. Je l’ai demandé à plusieurs reprises à Inna (Shevchenko) mais je n’ai pas eu de réponses claires. Je ne veux pas être dans un mouvement où il y a de l’argent douteux. Et si c’était Israël qui finançait ? Je veux savoir", explique la jeune militante.

Un sujet délicat sur lequel insistent Les Inrocks.fr. Selon eux, "ce n’est pas la première fois que le financement de l’organisation est critiqué pour son opacité. (…) Les Femen compteraient sur les dons, la vente de produits dérivés mais aussi sur des mécènes pour faire vivre leur mouvement. L’identité de ces derniers n’ayant jamais été révélée, plusieurs sites d’extrême droite (dont celui de l’Institut Civitas) ont assuré par le passé que les Femen recevaient de l’argent de George Soros, milliardaire et philanthrope américain d’origine hongroise." La page Facebook des Femen nie, bien sûr, et appelle au passage à un soutien financier pour "continuer à défendre l’idéologie Femen".

Amina Sboui, 19 ans, devrait encore être jugée pour "profanation de sépulture", un délit passible de 2 ans d'emprisonnement. La justice tunisienne l'accuse d'avoir tagué le mot "Femen" sur le mur du cimetière de Kairouan le 19 mai dernier.

20 août 2013

Dès septembre, plusieurs milliers d'élèves vont servir de cobayes pour une expérimentation menée dans 500 écoles en vue de propager la théorie du genre

danger.jpgUn rapport publié par l'Inspection générale de l'éducation nationale (*) remis au ministre Vincent Peillon, demande que « les stéréotypes de genre soient déconstruits et mis à distance », notamment en primaire. La théorie du genre sera bien, malgré les dénégations de certains ministres et de certains médias, un dossier prioritaire de la politique gouvernementale.

Cette offensive profondément subversive prendra différentes formes. On annonce déjà une expérimentation qui concernera dès septembre 500 écoles de dix académies et s'adressera à plusieurs milliers d'élèves de la grande section de maternelle au CM2, ainsi qu'à leurs professeurs. En effet, après avoir inauguré la crèche Bourdarias en Seine-Saint-Denis, qui s'inspire directement de la théorie du genre et prétend offrir une éducation non différenciée aux enfants, la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem s'attaque à l'école, avec les «ABCD de l'égalité», "ateliers ludiques", lancés conjointement avec le ministère de l'Éducation nationale. Objectif: faire en sorte que «nos enfants cessent d'intérioriser dès le plus jeune âge les inégalités qui se forment entre les deux sexes», selon les mots de Najat Vallaud-Belkacem, et déconstruire ainsi des stéréotypes de genre.

(*) «L'égalité entre filles et garçons dans les écoles et les établissements»

19 août 2013

Théorie du genre : les certificats de naissance allemands proposeront la mention sexe "indéterminé"

gender.pngL'Allemagne deviendra le 1er novembre le premier pays européen à permettre d'inscrire un sexe "indéterminé" sur le certificat de naissance des nourissons, rapporte le journal Süddeutsche Zeitung.

Cette reconnaissance d'un troisième genre par Berlin prend appui sur une recommandation de la Cour constitutionnelle, qui estime que le genre ressenti et vécu est un droit humain de base.

Les personnes qui seront enregistrées sous un sexe "indéterminé" pourront ultérieurement dans leur vie modifier leur "identité sexuelle" sur leur certificat de naissance si elles le souhaitent. 

Rappelons par ailleurs que dans ce même pays, des parents sont condamnés pour avoir refusé que leurs enfants suivent des cours d'éducation sexuelle faisant l'apologie de l'homosexualité et de l'idéologie du genre.

19 juillet 2013

Plus d'un million d'euros pour l'idéologie du genre ! C'est dans le budget de la région Île-de-France...

gender.png

La région Île-de-France a voté vendredi 12 juillet 2013 plusieurs rapports sur sa politique scientifique, et attribue un budget de 22,8 millions d'euros au programme 2013 des 16 DIM (domaines d'intérêt majeurs). Ce budget est composé de 18,8 millions d'euros en autorisations d'engagement et de 4,1 millions d'euros en autorisations de programme. Outre le budget pour ses DIM (domaines d'intérêt majeur), la région Île-de-France adopte également l'attribution de 6 subventions d'un montant total de 76 700 euros en autorisations d'engagement pour « favoriser l'insertion professionnelle des jeunes chercheurs ».

Pour le poste GID (Genre, inégalités, discriminations) : 1 302 200 €

(signalé par le Salon Beige)

17 juillet 2013

Filmer ou photographier les abus policiers ? C'est votre droit !

Dictature socialiste, loi Taubira, PMA, GPA, gender, euthanasie, antichristianisme,... Comment y résister ?

16 juillet 2013

Recherche sur l'embryon adoptée par une Assemblée nationale sous l'influence de forces occultes

forces occultes.jpegJournée noire pour la France :

"Le Parlement français a adopté aujourd'hui une proposition de loi qui autorise sous certaines conditions la recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires, malgré la vive opposition de la droite et des associations religieuses.

La loi de 2011 prévoit une interdiction de la recherche sur les embryons mais assortie de dérogations accordées par l'Agence de biomédecine. La proposition de loi présentée par les radicaux de gauche prévoit de passer d'un régime "d'interdiction assorti de dérogations" à un régime "d'autorisation encadrée" de la recherche sur l'embryon". 

 

Autorisation de la recherche sur l'embryon: la primauté de la science et du marché sur l’humain

MmlpCommuniqué de presse de Marion Maréchal-Le Pen :

"L’Assemblée nationale s’est prononcée aujourd’hui en faveur d’une proposition de loi radicale de gauche et soutenue par le Gouvernement concernant la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires. Ce texte majeur modifie la loi de 2004 en passant d’une interdiction de principe avec dérogation à une autorisation de principe assortie de conditions plus souples.

Le débat a eu lieu en catimini, en quelques heures à peine et à l’insu des Français. Non content de ne pas respecter la loi de 2011 prévoyant un débat public sous forme d’états généraux pour les réformes éthiques, la ministre a demandé l’application de la procédure de « réserve des votes » empêchant ainsi les députés d’amender la proposition afin d’accélérer le débat.

Par ce texte, l’humanité de l’embryon est niée par principe, l’humain en devenir sera réduit à l’état de matériau d’expérimentation au nom de la compétitivité scientifique. Et ce, alors même que l’utilisation des cellules souches adultes et du cordon ombilical sont à l’origine de la majeure partie des avancées scientifiques et qu’une solution alternative a été découverte par le chercheur japonais Yamanaka grâce aux cellules souches dites IPS.

De surcroit, le texte a supprimé une disposition de la loi de 2011 prévoyant que les alternatives aux recherches sur l’embryon humain et conformes à l’éthique doivent être favorisées.

Cette proposition est d’autant plus étonnante qu’une directive européenne de 2010 fixe comme objectif le remplacement total des procédures scientifiques appliquées aux animaux « sous forme embryonnaire ou fœtale » par des méthodes alternatives. Demain l’embryon humain vaudra moins que celui de la baleine…

On peut s’étonner de la détermination du Gouvernement quand de nombreux chercheurs, comme le professeur Ménasché, affirment que l’ancien régime ne les empêchait pas de mener à bien leur recherche mais faisait obstacle aux investissements privés dans ce secteur…

Pour toutes ces raisons, Marion Maréchal-Le Pen a voté contre ce texte et cosigné avec Jacques Bompard un amendement interdisant toute recherche sur l’embryon humain".

15 juillet 2013

Dictature socialiste - le 14 juillet, il ne fait pas bon aimer la France et la Famille...

dictaturesoc14juillet.jpg

14 juillet 2013

14 juillet - Hollande hué par la foule