Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 janvier 2017

Immigration - Civitas vs Régis Banquet, maire socialiste d'Alzonne

regis-banquet-2.jpg

Régis Banquet, le maire socialiste d’Alzonne (11), n'a pas du tout apprécié que Civitas diffuse un tract dans sa commune pour dénoncer l'invasion migratoire.

Sa réaction est publiée par la presse locale qui soutient la même politique d’installation de clandestins dans les communes rurales. Il accuse Civitas de mensonge alors qu’il accueille des Afghans sans demander l’avis de la population. Il se garde bien de mentionner s’ils sont réfugiés comme c’est répété par toute la propagande gouvernementale.

La « nouvelle pauvreté » est apparue en 1985 avec la création des Resto du Cœur. Ils sont une réaction généreuse à l’échec du gouvernement socialiste arrivé au pouvoir avec Mitterrand en 1981. La pauvreté a encore augmenté en 2015, sous un nouveau gouvernement socialiste, celui du calamiteux Hollande.

Fonctionnaire aux finances, l’administration chargée de collecter les taxes et les impôts responsables des faillites des entreprises et du chômage des Français ICI, Régis Banquet, le maire d’Alzonne manifestait encore récemment ICI toute sa servilité à l’égard du Président le plus impopulaire de toute la Ve République :

Respect pour l’élu, l’homme d’État, qui fait passer l’intérêt supérieur de la Nation avant toute autre considération personnelle ! Mais aussi respect pour le bilan de son action qui, n’aura malheureusement pas pu être à la hauteur de toutes les espérances. […] Mais, comme nos concitoyens que je rencontre tous les jours, je suis convaincu que l’essentiel, au-delà des trajectoires personnelles des femmes et des hommes politiques, réside dans l’action concrète, menée jour après jour, pour améliorer la vie quotidienne des Françaises et des Français.

Banquet refuse de voir cette terrible réalité du chômage qui touche nos compatriotes, comme il refuse de considérer le sort fait aux clandestins. Il n’est que le relai local de cette politique qui consacre ses budgets à loger des clandestins et à laisser mourir dans les rues les SDF français. Les SDF ne trouvent pas de logement car les « migrants » sont prioritaires ainsi que l’admet Le Monde ICI.

Maire, conseiller général, président de Carcassonne Agglo et fonctionnaire, Banquet cumule les mandats et les émoluments correspondants. Il peut s’en prendre à ceux qui dénoncent cette politique, et faire appel à une tradition humaniste qui est en réalité celle de la franc-maçonnerie.

En vertu de quelle tradition Alzonne aurait vocation à accueillir des musulmans Afghans ?

Il faut dénoncer ces élus et ces fonctionnaires prévaricateurs qui ont détournés les institutions à leur profit alors qu’elles devraient être au service du bien commun.

08 juillet 2014

Emmanuel Ratier au Colloque Civitas : Manuel Valls à l'Elysée et un gouvernement d'union nationale UMPS en 2017 ?

15 mars 2014

Montreuil honore la pédophilie - Civitas appelle à réagir (entretien pour Médias Presse Info)

escada-portrait-conf-presse-02.2014

MPI – Vous êtes la seule personnalité politique à avoir pris contact avec notre rédaction afin de réagir à nos informations concernant l’inauguration, ce samedi 15 mars, à Montreuil, d’un square Jean Le Bitoux, fondateur du magazine homosexuel Gai Pied et défenseur de la pédophilie. M. Escada, en tant que président de Civitas, quel est votre commentaire à ce sujet ?

Alain Escada – J’ai été écoeuré en découvrant cette information. Comment est-il possible, en 2014, d’honorer publiquement de la sorte un personnage aussi répugnant qui, durant des décennies, a pris la défense de la pédophilie ? Ce scandale doit être dénoncé avec force et pose plusieurs questions.

  1. Les élus du conseil municipal de Montreuil ont-ils bien conscience qu’ils honorent un défenseur de la pédophilie en donnant à ce nouveau square le nom de Jean Le Bitoux ?
  2. Comment se fait-il que pas un élu, ni dans la majorité, ni dans l’opposition, n’ait fait un minimum de travail de recherche au sujet du personnage honoré de la sorte ?
  3. Comment se fait-il qu’avant Médias-Presse.Info, pas un seul média n’ait dénoncé ce scandale ?
  4. Si les informations du site communautaire homosexuel Yagg sont exactes, des élus socialistes et écologistes devraient assister ce matin à cette inauguration. Dominique Voynet, maire de Montreuil, devrait prononcer un discours en présence des socialistes et homosexuels notoires que sont Christophe Girard, maire du 4e arrondissement de Paris, et Jean-Luc Romero, conseiller régional d’Île-de-France. Tout ce petit monde soutient-il la défense de la pédophilie telle qu’assumée par leur ami Jean Le Bitoux ?
  5. De nombreuses associations et sites communautaires homosexuels se félicitent que Jean Le Bitoux soit mis à l’honneur par la commune de Montreuil. Aucune mise en garde n’accompagne ce concert de louanges. Le personnage est donc apprécié dans sa globalité par ces milieux LGBT. Cela signIfie-t-il que tous ces organismes ont un agenda caché et partagent le souhait de Jean Le Bitoux de légitimer la pédophilie ?
  6. Au moment où la théorie du genre est introduite dans les établissements scolaires et où des représentants d’associations LGBT viennent y prendre la parole, tout cela ne confirme-t-il pas qu’une véritable révolution sexuelle se propage avec l’assentiment des plus hautes autorités politiques ?
  7. A partir du moment où un défenseur de la pédophilie est considéré comme un exemple au point de justifier que son nom devienne celui d’un square, combien de temps faudra-t-il avant que des politiciens ne proposent une loi autorisant, avec des artifices de langage, la pédophilie ?

Depuis des décennies, il y a en France des politiciens qui affichent une intolérable complaisance à l’égard de la pédophilie.

J’en appelle au bon sens de nos concitoyens. Il y a là un défi qui s’impose à quelques jours des élections municipales. Il faudra bien obtenir que Montreuil se lave de cette souillure ! Et il faudra bien un jour parvenir à balayer les politiciens qui s’en sont rendus complices.

En attendant, j’espère que les associations d’aide aux victimes de la pédophilie vont se mobiliser à leur tour.  Et, plus largement, que les parents vont réagir efficacement.

MPI  – Profitons de cet entretien pour parler de votre campagne contre la théorie du genre. Vous continuez votre tournée de conférences et vous serez ce 15 mars à Noisy le Grand…

AE – En effet, ceux qui veulent m’écouter peuvent le faire ce soir à 20 h au 10 rue Jules Ferry à Noisy le Grand. Et je tiendrai prochainement des conférences à Lyon, Vendôme, Nancy, etc.

D’autre part, le 22 mars, j’accompagnerai Farida Belghoul et Béatrice Bourges à Cologne pour aller soutenir les familles allemandes condamnées pour avoir refusé d’envoyer leurs enfants suivre des cours d’éducation sexuelle.

Il faut tisser des liens entre toutes les forces de la résistance.

09 juillet 2013

Allocations familiales versées en Turquie, en Algérie, au Maroc, en Tunisie : c'est le contribuable français qui paye...

ps-argentdesautres.jpegContribuables Associés publie une Lettre ouverte au Président de la république :

Monsieur le Président,

Le 5 avril 2013, la Cour de Cassation rendait deux arrêts (n° 11-17.520 – Caf de Paris c/ M. S et n° 11-18.947 – M. G. c/ CAF du Gard), dont les conséquences sont inacceptables pour les cotisants et les contribuables de France.

En effet, la Cour de Cassation considère que les accords entre l’Union européenne et les États méditerranéens, en particulier la Turquie et l’Algérie dans les cas des deux arrêts, interdisent la discrimination fondée sur la nationalité en matière de sécurité sociale. Cette décision est aussi transposable pour le Maroc et la Tunisie.

Ainsi, pour percevoir des allocations pour leurs enfants nés à l’étranger, les turcs, les algériens, les marocains et les tunisiens, n’auront plus à produire de document attestant d’une entrée régulière en France ainsi que le certificat médical délivré par l’Office français de l’intégration et de l’immigration.

Il est impossible d’accepter la prise en charge d’enfants maghrébins et turcs résident hors de France, rentrés illégalement sur le territoire ou nés dans le cadre de la polygamie. Cela provoquera un effet d’aspirateur de l’immigration qui menacera notre cohésion sociale déjà très fragile.

En rendant sa décision en dehors de tout sens commun, la Cour de Cassation :

- crée une injustice sociale vis-à-vis des travailleurs étrangers qui font l’effort de travailler et de cotiser auprès de la Sécurité Sociale et obtiennent ainsi de droits légitimes aux allocations pour eux et leurs enfants.

- crée une autre injustice sociale envers l’ensemble des salariés et patrons de France. Rien ne justifie que nos cotisations ponctionnées sur notre travail servent à payer des allocations pour des enfants d’étrangers dont les parents n’ont jamais cotisé, ni rien apporté à la productivité de notre pays.

- détruit les efforts de lutte contre la fraude au regroupement familial en la légalisant puisqu’aucun document justifiant la présence d’un enfant sur le territoire de la République ne sera plus demandé.

- augmente le risque de financer les familles polygames aux frais des entreprises et contribuables français. Ce risque ne doit pas être sous-estimé, car si la polygamie reste à ce jour encore interdite en France, elle est toujours autorisée en Algérie. Les hommes polygames vont donc pouvoir déclarer les enfants de leurs épouses, compagnes et autres, sans contourner la loi comme précédemment puisqu’ils n’auront plus à produire de papiers prouvant le regroupement familial. Le danger est réel : en 2010, les hommes polygames étaient estimés à 80.000 en France !

- légalise de fait la polygamie en France alors même qu’elle n’est pas autorisée par la loi en son article 147 du Code Civil et sanctionnée par l’article 433-20 du Code Pénal.

Il est impossible d’accepter une telle décision.

A l’heure où votre gouvernement s’apprête à diminuer les allocations et revoir à la baisse certaines prestations familiales pour les cotisants parce qu’il est nécessaire de faire des économies, il n’est pas acceptable que ceux qui, à la fois, ne travaillent pas, ne cotisent pas et ne sont pas citoyens français bénéficient automatiquement, grâce à leurs enfants, de l’argent des cotisants à travers des allocations et prestations familiales.

Il n’y a aucune solidarité ou générosité dans une telle décision, mais une injustice sociale contre ceux qui travaillent.

Monsieur le Président, vous prônez la justice sociale et l’équité. Vous luttez contre les fraudes sociales et pour le droit et la dignité des femmes auxquelles porte atteinte la polygamie. Je vous demande, par respect avec ces principes que vous défendez, de faire le nécessaire pour que les allocations soient versées uniquement pour ceux qui participent à l’essor national et résident sur le territoire français et de faire en sorte que la décision de la Cour de Cassation ne puisse pas être appliquée en contradiction avec le droit de la Sécurité Sociale Français.

 

25 juin 2013

L'argent des contribuables lyonnais subventionne le lobby lgbt

ps-argentdesautres.jpegDans un communiqué de presse, Bruno Gollnisch, député européen et conseiller régional, dénonce :

"À coup de dizaines de milliers d’euros, la ville de Lyon et le Conseil régional de Rhône-Alpes ont subventionné la quinzaine des cultures lesbiennes, gaies, bi et transsexuelles qui se tenait du 7 au 22 juin 2013, et y ont participé. La plaquette de présentation de l’évènement annonçait la couleur : publicité pour le magazine « Prends-moi » (sic !), revendication de la fierté assumée pour la domination, la soumission et le sado-masochisme juste sous la signature du président de la région, Jean-Jacques Queyranne, etc. On n’a pas été déçu du reste !

Les rangs de la dernière gay-pride de Lyon, le 15 juin dernier, reprenaient en effet la nouvelle prétention du lobby homosexuel : l’accès à la PMA pour tous (procréation médicalement assistée). Le soutien de toute la gauche régionale à cet évènement prouve que l’idée est plus avancée que ce que le gouvernement veut nous faire croire."

15 mars 2013

Naufrage de la revue homosexualiste Têtu revendue à un ami de François Hollande

hollandelgbt.jpegDéficit, licenciement, absence de projet éditorial, rien ne va plus au sein du magazine bobo LGBT qui, malgré les campagnes publicitaires payées par Pierre Bergé (financier du lobby homosexuel ainsi que du parti socialiste), n'a jamais trouvé ses lecteurs. Voilà donc cette presse de propagande homosexualiste passant d'un socialiste à un autre :

"Historiquement financé par Pierre Bergé, le magazine, structurellement déficitaire, a été revendu pour 1 euro symbolique  à Jean-Jacques Augier, propriétaire de Books. Cet ami et trésorier de campagne de François Hollande aurait immédiatement décidé d'un plan social, qui, selon Ozap, «prévoit la suppression sur une trentaine de salariés de 16 postes, principalement à la rédaction et au studio»."

10 mars 2013

A Pâques, l'avortement et la contraception des mineures seront gratuits

Lu sur le blog de Jeanne SMITS:

1258521316.jpgDifficile de ne pas voir dans le choix de la date d'entrée en vigueur de la gratuité totale de l'« IVG » et de la contraception pour les mineures une provocation anti-chrétienne. Ce sera le 31 mars. Un dimanche de fin de mois, comme si c'était là un choix logique pour la mise en place d'un nouveau dispositif. Pire : ce sera le dimanche de Pâques.

L'avortement gratuit est à l'évidence une décision idéologique. C'est une des seules dépenses qui progressent dans le cadre de la « rigueur » socialiste – avec celles liées à l'Education nationale, visant à mettre les enfants de plus en plus entre les mains de l'Etat et de leur donner des professeurs issus de l'immigration – et elle se double d'une augmentation du tarif consenti aux hôpitaux et professionnels de la santé, alors même que ceux correspondant à de vrais soins sont gelés depuis des années.

La contraception des mineures, anonyme et gratuite, ne couvre pas tout le spectre des contraceptifs disponibles. Pour elles, ce seront les pilules de 1e et 2e génération, avec tous leurs effets secondaires, leur risque abortif (contragestif : en cas de non-réussite du blocage de l'ovulation, elles ont toutes un « filet de sécurité » constitué par un effet anti-nidatoire, spécialement pour celles de 2e génération), leur bombardement d'hormones sur des jeunes filles encore en phase de formation et leurs effets néfastes sur l'écosystème. Mais aussi, le stérilet, principalement contragestif et jusqu'à il y a peu contre-indiqué chez des femmes n'ayant jamais eu d'enfant, et l'implant contraceptif, qui assure une « protection » de longue durée, associé lui aussi à des effets secondaires non négligeables. (Voir par exemple ici.) Les implants ont eux aussi des effets contragestifs.

Le gouvernement a « vendu » cette mesure en assurant qu'une meilleure couverture contraceptive allair faire diminuer le taux de grossesses adolescentes.

Cela reste à voir. Le sentiment de sécurité donné par l'idée qu'on ne « risque rien » augmente la conduite à risques et la promiscuité, et par ailleurs deux tiers des grossesses non planifiées commencent alors que la femme est sous contraception.

A quoi s'ajoute le danger spécifique de la contraception hormonale pour les femmes qui fument – et beaucoup d'adolescentes fument. Alors ?

source: article de Jeanne SMITS publié le 10/03/2013 sur son blog consacré aux nouvelles internationales de la culture de vie et de la culture de mort.

07 mars 2013

Dérapage cathophobe d’un député socialiste

Lu sur l'agence de presse indépendante NOVOpress:

Nicolas Bays, député socialiste, est coutumier des provocations, souvent de mauvais goût. Il s’était déjà illustré en embrassant sur la bouche le député Yann Galut pour signifier leur soutien au “mariage pour tou”s, en précisant qu’ils étaient tous deux hétérosexuels.

Mais ce baiser symbolique en faveur du “mariage pour tous” n’a pas suffi visiblement à Nicolas Bays pour se faire remarquer par le biais de la provocation. Mercredi 6 mars sur Twitter, Nicolas Bays a publié une photo (ci-dessus) d’un gout plutôt douteux sur l’Eglise et la religion catholique avec le slogan : “Nouveau scandale alimentaire … contient 0 % du corps du Christ”.

De nombreux internautes ont alors réagi , dont des élus et militants actifs de l’UMP.

Dérapage cathophobe d'un député socialiste

Dérapage cathophobe d'un député socialiste

Nicolas Bays a fini par retirer son tweet avec la formule suivante : “Désolé que l’humour ne soit pas compris par tous et de la même manière. Que ceux que j’ai heurté dans leur sensibilité m’en excusent.”

Dérapage cathophobe d'un député socialiste

Rappelons que Nicolas Bays est l’époux d’Aurore Bergé, nommée récemment “conseiller politique” à l’UMP (pro-Fillon) et militante active du mariage pour tous. Leur mariage avait été célébré sous la “bénédiction” de Pierre Moscovici et de Roselyne Bachelot.

On peut cependant s’interroger sur le tollé qu’aurait provoqué dans toute la classe politico-médiatique un tweet équivalent sur la religion musulmane…

Les catholiques sont donc encore une fois les victimes de l’humour de “camp du Bien et du progrès”.


Source: article publié par l'agence de presse indépendante NOVOpress le 07/07/2013

07 février 2013

Lobby homosexuel et partis politiques

homosexualiteetsocialisme.jpeg(Lu dans Monde&Vie ) Les réseaux homosexuels sont très actifs au sein des partis politiques français. En voici un petit panorama.
 
L'homosexualité au sein du personnel politique français demeure largement taboue. Peu de parlementaires ont fait leur "comming out" en France. A l'Assemblée nationale, il n'y a que Franck Riester, un riche garagiste briard, député UMP de Seine-et-Marne, et Sergio Coronado, député Vert des Français de l'étranger (Amérique du Sud), d'origine chilienne, qui ont révélé leur homosexualité.
Au Sénat, seuls l'ancien ministre Roger Karoutchi, élu UMP des Hauts-de-Seine et l'historienne Corinne Bouchoux, sénatrice Verte du Maine-et-Loire, ont fait de même. Pour autant, les homosexuels sont surreprésentés dans les partis politiques français (...)
Le Parti Socialiste a été précurseur en matière de représentation des homosexuels au sein d'un parti. Le club Homosexualité et socialisme a vu le jour en 1983, créé par Jean-Paul Pouliquen qui jouera un grand rôle dans l'adoption du PACS en 1999. Gilles  Bon-Maury, qui a présidé l'association de 2007 à 2012, est aujourd'hui membre du cabinet de Najat Vallaud-Belkacem. Il s'est beaucoup impliqué l'an dernier dans la campagne présidentielle de François Hollande. Trois présidents successifs d'Homosexualité et socialisme entre 1986 et 2002 sont aujourd'hui devenus conseillers de Paris, PS, élus dans le XIème arrondissement de la capitale. Il s'agit de Philippe Ducloux, Stéphane Martinet et François Vauglin. Avant d'être élu, François Vauglin a même tourné dans un film pornographique, comme le révéla le magazine Tétu en 2004. Ces trois élus forment la garde rapprochée du député-maire du XIème arrondissement, Patrick Bloche, à tel point que l'on peut parler d'une filière socialiste homosexuelle du XIème. "C'est de l'endogamie et souvent plus efficace que la franc-maçonnerie", explique un élu parisien. Ce n'est pas étonnant, lorsqu'on sait que le maire de Paris, Bertrand Delanoë, révéla publiquement son homosexualité dès 1998. Plusieurs maires socialistes d'arrondissements parisiens ont reconnu être homosexuels, comme Rémi Féraud (Xème) ou le médiatique Christophe Girard, maire du IVème et ancien militant d'Act-Up. Du côté des étoiles homosexuelles montantes du PS, on trouve Bruno Julliard, ancien président de l'UNEF, aujourd'hui adjoint au maire de Paris en charge de la culture et conseiller ministériel de Vincent Peillon. A Paris, il vaut mieux être homosexuel pour réussir en politique à gauche !
La chose se confirme si l'on observe le PCF. En effet, au Parti communiste, on trouve également des élus parisiens gays, comme Ian Brossat, jeune président du groupe communiste au Conseil de Paris, élu du XVIIIème arrondissement et Patrick Bessac, conseiller régional d'Ile-de-France. (...)
Les homosexuels centristes ne sont pas en reste puisque l'association Centr'égaux, encore assez confidentielle, est censée regrouper les militants LGBT du Modem et de l'UDI. Elle a été fondée en 2006 au sein de l'UDF par de fervents supporters de Françis Bayrou.
Les récentes révélations des hebdomadaires Minute et VSD, faisant suite aux révélations des historiens Nicolas Lebourg et Joseph Beauregard sur la présence des homosexuels au Front National montrent enfin que le parti lepéniste compte lui aussi son contingent de cadres homosexuels. (...)

06 février 2013

Démocratie: des députés de la majorité trichent à l'assemblée lors des votes

Comme le dit la chanson "Un éléphant, ça trompe énormément". On savait que dans certains cas mystérieux les morts votaient. Dans les rangs de la majorité présidentielle, des députés votent plusieurs fois en appuyant sur les boîtiers de leurs collègues absents.

Le député Christian Jacob est intervenu dimanche pour demander un rappel au règlement...

... mais comme cette pratique est apparemment bien ancrée, Christian Jacob est intervenu mercredi pour dénoncer à nouveau la tricherie des députés PS :


Mariage homo : Christian Jacob accuse la gauche... par LeLab_E1