Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 avril 2014

Alain Escada et l'antichristianisme

source : META TV

18 octobre 2013

Marche contre l'antichristianisme : entretien avec Alain Escada pour le journal PRESENT

marche-20oct.png

©7960 P1 jeudi 16 octobre 2013

Dimanche 20 octobre à Paris

Marche contre l’antichristianisme

 

Organisée par l’institut Civitas, forte du soutien de nombreuses associations, une manifestation aura lieu dimanche à Paris pour protester contre l’antichristianisme de plus en plus ouvert des pouvoirs publics et de ceux qui les soutiennent idéologiquement et financièrement. Après la grande mobilisation contre le « mariage pour tous », voici que nous allons au fond des choses et à la source de ce vent de haine destructeur et nihiliste qui souffle contre toute forme d’ordre naturel.

Parmi les associations qui appellent à soutenir cette marche et à la rejoindre, dimanche à 14 h 30 devant la brasserie Prunier, 16 avenue Victor Hugo, Paris 16e : Chrétienté-Solidarité, l’Observatoire de la christianophobie, Nouvelles de France, l’Association Catholique des Médecins et Infirmières, Riposte Catholique, Renaissance Catholique, Laissez-les-vivre, Itinerarium… Présent sera bien sûr présent.

Mais les soutiens dépassent le cadre de ces « proches », comme nous l’a expliqué Alain Escada, président de Civitas que j’ai interrogé dimanche aux Journées de la Tradition à Villepreux. C’est aussi un signe d’espoir que ces barrières qui tombent ? – J.-S.

 

Dimanche prochain, 20 octobre, vous faites une grande marche contre la « christianophobie », comme on dit maintenant : mais vous l’appelez autrement ?

— En effet. J’ai choisi le terme « antichristianisme » parce qu’il est, me semble-t-il, plus précis, plus sémantiquement adapté, mais bien sûr on se comprend – d’ailleurs l’Observatoire de la christianophobie est un soutien officiel et très actif de cette Marche contre l’antichristianisme…

—… Déclenchée à la suite de l’affaire Pierre Bergé.

— En effet, c’est à la suite de la surenchère de Pierre Bergé aux premières déclarations de Dounia Bouzar, à peine nommée à l’Observatoire de la laïcité à la demande de Jean-Marc Ayrault, proposant de remplacer deux fêtes chrétiennes par Yom Kippour et l’Aïd-el-Kébir. Pierre Bergé, sur les antennes de RTL, déclarait vouloir la suppression intégrale de toutes les fêtes chrétiennes, et nous avons considéré que ce n’était pas un hasard. C’était le signal d’une espèce de grande offensive hargneuse contre le christianisme, dans un contexte général antifamilial et antichrétien très particulier. On sait bien que Pierre Bergé est un ami personnel de Vincent Peillon, que Vincent Peillon a écrit sa volonté d’éradiquer le christianisme ; on sait bien l’investissement de Pierre Bergé dans les lois antifamiliales et dans le lobby homosexuel. Pour moi, tout cela se rejoint de façon réfléchie. Ce n’est pas simplement le hasard qui amène les mêmes personnes à être systématiquement les acteurs de toutes les mauvaises causes : je pense qu’il y a vraiment quelque chose de très méthodique, de très habile. Il est temps de reprendre l’initiative, de prendre l’offensive. S’ils ont l’impression qu’ils ont devant eux une espèce de tapis rouge, qu’il n’y a plus de force de résistance, ce ne sera qu’un signal de plus pour accélérer le mouvement.

— Vous avez déjà partiellement répondu à la question que je vais vous poser, mais je voudrais approfondir. Certains diront que vous donnez trop d’importance à Pierre Bergé, personnage très secondaire.

— Je pense que si l’on veut obtenir quelques victoires, on ne peut pas se priver d’avoir une vision juste de l’ennemi. On ne peut pas désincarner l’adversaire qu’on a en face de soi. N’importe quel stratège ou militaire aurait cette réflexion tout naturellement. On dit que Montgomery, lorsqu’il a mené la campagne d’Afrique durant la Deuxième Guerre mondiale, avait en permanence devant lui un portrait du maréchal Rommel, parce qu’il voulait vraiment le connaître au mieux et penser systématiquement à la façon dont son adversaire allait réagir.

De notre côté, nous ne pouvons pas manquer de bien savoir quels sont les réseaux constitués en face de nous, comment ils se financent, comment ils pensent, comment, méthodiquement, ils planifient leurs offensives. Si les choses s’organisent à la fois à l’ONU, à l’UNESCO, au Parlement européen et dans chaque Parlement national de l’Union européenne, mais aussi en Amérique, que ce soit l’Amérique latine ou celle du Nord, en Asie et en Afrique, c’est parce que c’est concerté. On peut dire cela sans tomber dans la caricature complotiste. Et donc, à l’échelon strictement français, je pense que Pierre Bergé est vraiment une pierre angulaire de la concertation de tous les ennemis de l’Eglise et de la famille et que ce n’est pas inutile, loin de là, de le stigmatiser, de le mettre dans une situation d’inconfort.

C’est un homme d’affaires, un homme de presse ; il me semble indispensable d’une part que nous informions correctement le maximum de Français de tous les domaines dans lesquels il est un meneur, comme Le Monde, Le Monde des religions, Le Monde diplomatique. C’est un homme de presse mais c’est aussi un des financiers du parti socialiste ; fondateur de la revue homosexuelle Têtu ; il a été un actionnaire de Pink TV… Il est vraiment un acteur très important de toutes ces mauvaises causes. Il est important que les gens en aient conscience, et qu’ils sachent que tout cela est construit, monté de façon habile.

Il est aussi nécessaire, de temps en temps, de toucher nos adversaires là où ils sont sensibles. Ainsi, puisque Pierre Bergé est le propriétaire de la brasserie Prunier, ce n’est pas inutile de se donner rendez-vous précisément là, même si nous savons qu’il est l’une des 500 premières fortunes de France, et que ce n’est pas le fait de le priver de la recette d’un jour chez Prunier qui va le mettre en difficulté. Mais si tous les jours, à la suite de cette Marche du 20 octobre, des Veilleurs, des Sentinelles se mettaient à se rassembler devant Prunier, ou la Fondation Pierre Bergé, devant les salles de ventes de Pierre Bergé, devant le journal Le Monde, devant quantité de cibles qui peuvent facilement être identifiées, eh bien ! je pense que cela le mettrait dans une situation très inconfortable.

Il faut que l’inconfort que nous connaissons, nous le renvoyions chez l’adversaire. Pour l’instant, ce sont eux qui nous harcèlent par leurs mauvaises lois. Il est temps que nous montrions, par la détermination et la persévérance, que nous ne lâchons pas nos adversaires. Que nous sommes en mesure de les poursuivre de notre reproche permanent.

— Vous avez reçu de nombreuses adhésions et relais pour votre Marche, qui est essentiellement celle de Civitas mais qui a recueilli beaucoup d’approbation, une approbation qui va plus loin que d’habitude.

— Absolument. Je dirai que nous sommes en cette occasion sortis de nos relais habituels. La manifestation est organisée par Civitas mais elle est soutenue par un grand nombre d’organisations et de réseaux : et d’abord les Sentinelles, ce qui était les « Veilleurs debout », la plupart des cadres du Printemps français. Là où nous avons été le plus heureusement surpris, c’est en recevant le soutien de Samuel Lafont de la Manif pour tous. C’est la plus grande preuve qu’aujourd’hui beaucoup de gens prennent conscience de la gravité de la situation et comprennent qu’on ne peut plus continuer la politique des exclusions. Et que le politiquement correct, qui nous a si souvent privés d’un discours authentique, n’a apporté aucun résultat.

Aujourd’hui, beaucoup de gens avaient envie d’une réaction par rapport à l’actualité récente. Il se fait que c’est Civitas qui a pris l’initiative : cela n’empêche plus que l’unité se crée autour d’un tel événement.

Propos recueillis par Jeanne Smits

• www.civitas-institut.com, tél. : 01 34 11 16 94. Une page Facebook est dédiée à la « Marche contre l’antichristianisme ».

 

01 octobre 2013

Réservez déjà le dimanche 20 octobre ! - Les infos vont suivre !

Dimanche 20 octobre 2013

Marche

Contre l’antichristianisme

Et la politique antifamiliale

-

14h30 à Paris

29 septembre 2013

Pierre Bergé, l'inverti cosmopolite, s'en prend à nouveau au christianisme

Un excellent article sur MEDIAS PRESSE INFO !

Il y a des êtres vils qui n’inspirent que mépris, Pierre Bergé est de ceux-là. Sa dernière sortie lors de l’émission « On refait le monde » diffusée par RTL laisse pantois tant elle est d’une provocation extrême : « Je suis pour la suppression intégrale de toutes les fêtes chrétiennes en France » ! Le richissime inverti, chantre de la laïcité, ajoute au passage qu’il faut prendre en compte les nombreux musulmans installés en France. (...)

Un très bon article à lire ici et à diffuser largement

(ci-dessous, Pierre Bergé en tête d'une manifestation du mouvement extrémiste Act Up)

pierreberge-actup.jpg

28 septembre 2013

Focus sur Dounia Bouzar, nouvelle ambassadrice de l'allahicité

Intéressante analyse trouvée sur le nouveau site "politiquement incorrect" Médias-Presse-Info :
 

nonàchristianophobie.jpegL’Observatoire de la laïcité est une instance rattachée au premier ministre et officiellement installée au Palais de l’Elysée le 8 mai 2013. C’est donc Jean-Marc Ayrault, en sa qualité de premier ministre, qui a nommé Dounia Bouzar membre de cet observatoire. A peine installée dans ses nouvelles fonctions, celle-ci a cru bon d’avancer une revendication qui ne manquera pas de provoquer de nouvelles tensions : supprimer deux fêtes chrétiennes parmi les jours fériés reconnus par l’Etat et les remplacer par une fête juive et un fête musulmane, en l’occurrence Yom Kippour et l’Aïd.

Il n’est donc pas inutile de s’intéresser au parcours de Dounia Bouzar.

Née à Grenoble en 1954, elle s’appelle en vérité Dominique Amina Bouzar. Ses origines sont à la fois marocaines, algériennes, italiennes et corses. C’est à l’âge de 27 ans, qu’elle se convertit officiellement à l’Islam. Elle publie un premier livre en 2001, intitulé « L’islam des banlieues – Les prédicateurs musulmans, nouveaux travailleurs sociaux ». De 2003 à 2005, Dounia Bouzar siège au Conseil français du culte musulman. En 2005, elle devient auditrice auprès de l’Institut des hautes études de défense nationale. Elle est également chercheuse associée au Cabinet d’études Cultes et cultures consulting qu’elle fonde en 2008 et qu’elle gère avec sa fille Lylia. Parmi les livres qu’elle continue à publier, on trouve « A la fois Française et musulmane », « Être musulman aujourd’hui », ou encore « Allah a-t-il sa place dans l’entreprise ? » co-écrit avec sa fille Lylia.

Dounia Bouzar ne fait donc pas mystère d’être de confession musulmane et on pourrait se demander ce qu’elle vient faire à l’Observatoire de la laïcité.

Mais il faut savoir que Dounia Bouzar est aussi engagée dans l’Observatoire des Futures, qui se définit comme une « association qui réunit des intellectuels, chercheurs, chefs d’entreprise, artistes, avocats, hommes et femmes ayant envie de réfléchir à la mutation du genre féminin et de ses effets sur le genre masculin ». Voilà qui a un parfum très « théorie du genre » ! Et plus significatif encore, on trouve parmi cet Observatoire des Futures des femmes engagées comme la socialiste Anne Hidalgo mais aussi Caroline Fourest, Catherine Millet et Bettina Rheims, toutes trois connues pour leur aversion du christianisme et leur attrait pour le sordide.

Nul doute que cette proximité de Dounia Bouzar avec ce petit monde explique en partie sa désignation à l’Observatoire de la laïcité. Et au final, c’est toujours la déchristianisation de la France qui est recherchée.

27 septembre 2013

Il faut riposter aux propos de Pierre Bergé !

 

francechrétienne2.jpg

 

Il faut riposter aux propos antichrétiens de Pierre Bergé !

« Je suis pour la suppression intégrale de toutes les fêtes chrétiennes en France », déclarait hier soir Pierre Bergé sur les antennes de RTL France, dans l’émission « On refait le monde ». Des propos inadmissibles qui surviennent quelques jours après la provocation de Dounia Bouzar qui, à peine nommée à l’Observatoire de la laïcité par le Premier ministre, revendiquait la suppression de deux fêtes chrétiennes parmi les jours fériés reconnus par l’Etat et leur remplacement par Yom Kippour et l’Aïd. Ajoutez à cela les propos récurrents du ministre Vincent Peillon voulant « éradiquer » le christianisme en France et vous avez quelques indices d’une volonté manifeste de mener une nouvelle offensive antichrétienne avec le concours des plus hautes autorités de l’Etat et des puissances d’argent.

La réaction des catholiques de France – ainsi que de toutes celles et ceux qui, ayant perdu la pratique de la Foi, n’en reconnaissent pas moins les bienfaits de la civilisation chrétienne – doit être sans appel et immédiate. Il faut stopper net cette surenchère destinée à accentuer la déchristianisation de la France.

Que le changement de saison soit l’occasion de faire souffler un vent d’automne catholique ! Assez de mollesse, assez de tiédeur, assez de « politiquement correct », assez d’enfouissement de notre Foi au nom de stratégies consensuelles qui n’ont jamais apporté aucune victoire !

Pierre Bergé a mis sa fortune, depuis des décennies, au service du vice, de l’anti-France et de l’antichristianisme. Ripostons en ciblant ses intérêts financiers.

Cet appel s’adresse à toutes les forces de résistance qui ont émergé au cours des douze derniers mois et à cette génération qui a su faire preuve d’inventivité et de courage pour faire face aux destructeurs de la Famille. Que nos veilles et nos rondes de sentinelles se placent prochainement devant ces lieux chers à Pierre Bergé :

-          la société de vente aux enchères Pierre Bergé & Associés ;

-          la brasserie parisienne de luxe Prunier spécialisée dans le caviar et dont Pierre Bergé est PDG ;

-          la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent.

Que nos voix se fassent entendre également devant ces médias dans lesquels Pierre Bergé a des capitaux - le journal Le Monde, le journal Libération, le magazine La Vie – ainsi que devant le siège de la radio RTL France qui se plaît à laisser ce personnage viscéralement antichrétien déverser sa bile sur ses ondes.

Qu’à ces occasions, notre attachement à la Foi catholique soit fièrement affirmé. Christus vincit. Christus regnat. Christus imperat.

Que ceux qui ne peuvent se déplacer devant ces lieux n’en prennent pas moins la peine de saisir leur téléphone, leur stylo ou leur clavier d’ordinateur pour adresser par toutes les voies envisageables des messages polis mais déterminés signifiant notre colère et notre mobilisation farouche.

Il ne s’agit en aucune façon d’un appel à la violence. Mais il convient de rappeler cette vertu de force dont les catholiques doivent faire preuve lorsque les situations l’exigent.

En avant ! L’automne catholique est de retour !

Alain Escada, président de CIVITAS

 

11 juin 2013

Affaire Clément Méric : montage et manipulation à grande échelle

manipulation.jpegL'affaire Méric : un montage contre les défenseurs de la Famille
Ce n'est au départ qu'une bagarre de rue qui tourne mal, un fait divers malheureux à l'issue tragique, comme il s'en passe plus souvent qu'on ne le pense sans que cela ne fasse l'objet d'une grande médiatisation. Qui a entendu parler de François Noguier mort ces jours-ci à Rennes,  victime d'une insécurité croissante ? Mais victime inexploitable par le système. Alors que, grâce à un habile montage en sauce organisé conjointement par les mouvements politiques de gauche et d'extrême gauche, par le lobby homosexuel et par des médias complices, le dossier Méric est devenu une affaire d'Etat bien opportune pour fustiger par la bande les défenseurs de la Famille.
 
Méric et les bons skins d'extrême gauche
Pas un détail n'est laissé au hasard. Télés et journaux diffusent clément méric,manuel valls,pierre bergé,loi taubira,manipulation,printemps français,alain escada,civitasunanimement une photo souriante de Clément Méric. La manipulation de l'opinion publique est en marche. Il faut lui faire penser qu'il s'agissait d'un brave garçon, gentil étudiant, généreusement engagé dans la lutte contre le fascisme. Pas un média ne cherche à enquêter sur la nature réelle d'Action Antifasciste, le mouvement haineux et violent situé à l'extrême gauche la plus radicale dans laquelle militait l'agneau Méric. On y trouve même des skins tatoués, mais oui ! Mais qui sont "du bon côté" puisque ce sont des redskins, des skins bolchéviques.
Pas un grand média ne s'intéresse au Clément Méric masqué qui cherchait à perturber avec ses amis "antifascistes" une "manif pour tous". Pas un journaliste de la grande presse ne relève la bague de Clément Méric. Pas un bijou mais une bague pour frapper et faire mal.
La bagarre mortelle pour Méric n'avait aucun lien avec l'opposition à la loi Taubira. Elle se déroule au détour d'une vente privée de vêtements connue pour être un endroit à problème  . Le seul lien, indirect, avec les défenseurs de la Famille, c'est que pour Méric et ses copains, tous ceux qui rappellent que le mariage est l'union d'un homme et d'une femme en vue de fonder un foyer sont des "fascistes". Et cet amalgame est aujourd'hui entretenu par le gouvernement, les médias et ... le Grand Orient. Aujourd'hui dans la république socialiste française comme hier dans l'union des républiques socialistes soviétiques, tout opposant est un facho. Cela évite le débat et cela facilite la répression.
 
"Pas d'amalgame", sauf si cela sert le gouvernement
vals-dictature.jpegInterdire. Manuel Valls n'a que ce mot à la bouche, songeant fréquemment -et le déclarant publiquement- à interdire les mouvements qui contestent la politique gouvernementale détruisant la Famille.
Si un délit criminel a eu lieu, que l'enquête soit faite et que le(s) coupable(s) soient punis. Mais que l'on n'en profite pas pour justifier une traque des "mal-pensants". A-t-on entendu une demande de dissolution du parti socialiste parce que le ministre Cahuzac et quelques parlementaires socialistes ont récemment été reconnus comme des fraudeurs ? Ah non, attention, pas d'amalgame "populiste" !
Et quand un soldat français s'est fait poignardé à la Défense par un islamiste ? Attention, pas d'amalgame "islamophobe" !
Mais une mafia politico-médiatique avait déjà essayé de faire passer les émeutiers-racailles du Trocadéro pour des opposants à la loi Taubira, ce qui demandait un sérieux effort d'imagination. Et les re-voilà à l'oeuvre avec cette rixe tombée bien à point pour tenter d'endiguer une mobilisation du pays réel -et singulièrement de sa jeunesse- qui ne faiblit pas.
 
Un climat violent ?
clément méric,manuel valls,pierre bergé,loi taubira,manipulation,printemps français,alain escada,civitasOui mais créé par la coalition antifamiliale et antichrétienne. C'est le financier rouge-rose Pierre Bergé qui déclarait qu'il ne pleurerait pas une hypothétique bombe posée parmi les manifestants défenseurs de la Famille. C'est l'attaché parlementaire du sénateur socialiste Jean¨Pierre Michel qui diffusait un tweet souhaitant que la police tire à vue sur les partisans d'un printemps français. C'est un sympathisant LGBT qui s'amusait à menacer d'un attentat à la bombe le secrétariat de Civitas. Ce sont les militantes FEMEN protégées par des personnes bien placées dans des ministères qui sont habituées à mener des actions provocatrices violentes. Ce sont des lieux de culte catholique qui sont profanés et vandalisés par des partisans du "mariage" homosexuel.
 
La jeunesse française méprisée
clément méric,manuel valls,pierre bergé,loi taubira,manipulation,printemps français,alain escada,civitasJeudi, le journal Libération, en docile perroquet de François Hollande, dénonçait ce pays réel entré en résistance -un mot qui dérange- contre la dictature socialiste. Bien sûr Libération -dont Pierre Bergé est actionnaire- vomit le pays réel. Mais Libé n'est pas seul. La plupart des médias français s'extasie devant les mouvements de contestation qui se déroulent en Turquie ou en Suède. Mais les mêmes journalistes méprisent profondément l'authentique jeunesse française qui s'est mobilisée contre la dénaturation du mariage et de la parenté. Ces journaleux gauchistes, incapables de la moindre objectivité, se choquent de l'usage de gaz lacrymogènes à Ankara mais ne voient rien d'anormal à ce que ces mêmes gaz soient massivement utilisés à Paris y compris contre des femmes, des enfants et des vieillards. Quel reporter s'est offusqué de l'usage de flash-ball par la police française ? Même lorsque TF1 diffuse des images de la police lâchant un berger allemand contre des manifestants à Montpellier, cela ne s'accompagne d'aucun commentaire. Si seulement cela se passait dans un autre pays, que n'aurait-on entendu ? Et quelle différence y a-t-il entre Erdogan qui déclare "La tolérance, c'est fini" et Valls qui déclare la même chose et menace d'interdire tous les mouvements de contestation de la politique gouvernementale ?
 
Diabolisation des élus municipaux pour la Famille
Alors que les clients de la loi Taubira commencent à se présenter dans les municipalités, le gouvernement redoute l'ampleur de la fronde parmi les élus locaux et se demande combien refuseront courageusement d'appliquer cette loi inique contraire à la loi naturelle et au bien commun. Le premier acte de résistance est posé par Jean-Michel Colo, maire d'Arcangues, et celui lui valait dès samedi soir au journal télévisé de TF1 des commentaires désapprobateurs de Claire Chazal et du reporter : diabolisation et insistance sur les sanctions risquées en théorie par l'élu résistant doivent servir à intimider ceux qui seraient tentés de l'imiter. Le sujet suivait directement un énième reportage sur l'affaire Méric, bien entendu, et Claire Chazal considérait que le maire d'Arcangues attisait la situation déjà tendue. Amalgame encore...
 
Alain Escada,
président de Civitas

23 mai 2013

"Mariage" gay : l'UMP se défausse

26 mai v2.jpgLa loi promulguée du mariage pour tous, la loi « intouchable », voit ses premières victimes politiques. Des morts ? Seulement des blessés…  Un des vice-présidents de l’UMP et ancien frontiste notoire, Guillaume Peltier, s’est vu adresser à l’unanimité un rappel à l’ordre officiel par le Bureau politique de l’UMP, qui se réunissait mercredi matin. Pour ses propos appelant à boycotter la candidature de Nathalie Kosciusko-Morizet à la mairie de Paris, sous le motif qu’elle s’était abstenue lors du vote de la loi Taubira.

Le Bureau politique « manifeste ainsi sa désapprobation » et demande à Guillaume Peltier « de se conformer à une pratique beaucoup plus respectueuse des uns et des autres ». Ça, c’est la version officielle. Dans « le privé du public », cette affaire a soulevé la colère de tout le parti. De Christian Jacob à Laurent Wauquiez. Le sentiment est le même : « Ras-le-bol des leçons de petits marquis jamais élus nulle part ! »

Alors même que son discours, autrefois plus dur, avait évolué, introduisant l’idée d’une union civile pour les homosexuels et bafouillant sur la perspective d’une abrogation, il a commis une faute impardonnable : appeler à faire une distinction au sein de l’UMP, en rapport à une loi votée par la République. Et là, tout le monde d’accord. Même Henri Guaino, le défenseur des Veilleurs, a lancé, rageur, un « il aurait dû se taire ! » C’est dire le consensus qui règne. Et qui met si bien en valeur cette vérité du pacte républicain, fait d’opportunisme et d’exclusion. De fait, comme a dit si justement Thierry Solère, « ça a ressoudé tout le monde ».

Alors que cela demeurait une affaire de personnes, car d’autres candidats UMP existent, Nathalie Kosciusko-Morizet est allée jusqu’à évoquer, lors d’un de ses meetings, ces « gens qui ont fait perdre la droite, qui ont toujours fait perdre la droite ». Elle a accusé Guillaume Peltier d’être « le Buisson qui cache la forêt », en référence à l’ancien journaliste de Minute et conseiller de Sarkozy, Patrick Buisson, dont les idées – ce n’est pas difficile – étaient beaucoup plus à droite que celles de NKM. Elle a fini par dénoncer, éructant de rage, des « groupes extrémistes », voulant « noyauter la primaire » UMP.

Rien n’est assez fort contre celui qui nuit à l’image de l’UMP républicaine. Qui, pour l’épauler ? Du côté des candidats soutenus par la « droite forte » de Peltier, les réactions sont partagées. Pierre-Yves Bournazel « ne veut faire aucun commentaire » : forcément, la situation est délicate pour lui, il avait voté en 2011 un vœu du groupe communiste au Conseil de Paris réclamant le mariage homosexuel. Jean-François Legaret, lui, s’interroge à juste titre : « Après tout, personne ne s’est offusqué quand des personnalités de l’UMP ont exprimé des préférences à l’égard de NKM. » Au sein du parti, seul celui qui a fondé avec Peltier le courant de « la droite forte », Geoffroy Didier, également secrétaire général de l’UMP, soutient le renégat dans sa disgrâce.

On avait bien compris. L’UMP jette définitivement l’éponge. Jean-François Copé, président de l’UMP, a d’ailleurs indiqué mardi que le 26 mai serait sa dernière participation à une manifestation contre le mariage homosexuel ajoutant que, face à la loi désormais promulguée, il ne faut pas dire simplement « on doit tout casser », mais transformer son rejet en « engagement politique ». A l’UMP, on imagine bien.

Pour corroborer cette ambiance de fin de course, Jean-Marc Ayrault appelle, dans une interview à paraître jeudi 22 mai dans Paris-Normandie, à « l’apaisement » avant la grande manifestation de dimanche. « Je rappelle le cadre républicain, qui est celui de nos institutions, celui qui fonde notre démocratie. (…) On peut comprendre que certains ne soient pas d’accord et je respecte leur point de vue. Mais le débat a eu lieu, dans la société et au Parlement ». Autrement dit, ça ne servira à rien, soyez-en sûrs.

(...) Malheureusement le spectre de la violence – bien entendu, celui de « l’extrême-droite » – fabriqué par les medias, fonctionne parfaitement. On a appris que pour éviter les débordements, comme ceux qui avaient eu lieu le fameux 24 mars, Frigide Barjot en a appelé au ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, en demandant des effectifs de police renforcés. Et le collectif a embauché quatre sociétés de sécurité extérieures en plus de son service d’ordre. Pour nous protéger ? On peut craindre aussi l’inverse. (...)

Pierre Bergé, lundi soir, a été interrogé à propos des maires qui refuseront de marier des personnes de même sexe. Alors qu’on lui demandait ce qu’il faudrait faire à leur encontre, l’homme d’affaires répondit sur un ton condescendant : « Les faire soigner. » Nous sommes les malades de la République. La contagion doit s’étendre. Avec la Manif Pour tous, avec Civitas… Le peuple est dans la rue.

MARIE PILOQUET Article extrait de PRESENT du Vendredi 24 mai 2013

15 mars 2013

Naufrage de la revue homosexualiste Têtu revendue à un ami de François Hollande

hollandelgbt.jpegDéficit, licenciement, absence de projet éditorial, rien ne va plus au sein du magazine bobo LGBT qui, malgré les campagnes publicitaires payées par Pierre Bergé (financier du lobby homosexuel ainsi que du parti socialiste), n'a jamais trouvé ses lecteurs. Voilà donc cette presse de propagande homosexualiste passant d'un socialiste à un autre :

"Historiquement financé par Pierre Bergé, le magazine, structurellement déficitaire, a été revendu pour 1 euro symbolique  à Jean-Jacques Augier, propriétaire de Books. Cet ami et trésorier de campagne de François Hollande aurait immédiatement décidé d'un plan social, qui, selon Ozap, «prévoit la suppression sur une trentaine de salariés de 16 postes, principalement à la rédaction et au studio»."

08 février 2013

"Mariage" homosexuel aujourd'hui, PMA demain, GPA après-demain... Avec Civitas, proclamez NON ! Trois fois NON !

1papa1maman.jpegPour les humoristes, c'est devenu un sujet de plaisanterie : "De la PMA au PMU, de la GPA au GPS, on ne s'y retrouve plus...", ironisait l'un d'eux lors d'une émission radio de grande écoute. Et il est bien vrai que ce qui se cache derrière les abréviations utilisées à foison dans les médias doit en réalité rester bien hermétique pour une bonne part de nos concitoyens. Ce n'est bien sûr pas un hasard mais la façon la plus certaine de faire avancer les pires projets en limitant l'inquiétude aux Français les plus attentifs. La gauche est à ce point consciente que ce qui se cache derrière ces abréviations barbares revêt un caractère monstrueux qui épouvanterait bon nombre de Français, qu'elle a choisi tactiquement de les dissocier du projet de loi dénaturant le mariage et la parenté que l'Assemblée nationale débat en ce moment.
 
PMA pour "procréation médicalement assistée". GPA pour "gestation pour autrui". Des appelations cosmétiques pour désigner les artifices revendiqués par le lobby homosexuel pour assouvir ce qu'il considère être un "droit à l'enfant". Car le lobby homosexuel sait que la gauche étant au pouvoir (avec beaucoup d'homosexuels bien placés dans les états-majors politiques), il peut oser exiger que celle-ci satisfasse beaucoup de ses caprices.
 
Alors, le PS choisit de mentir aux Français. Il leur dit que de PMA et de GPA, il n'est pas question. Le mensonge s'est toujours porté avec beaucoup de naturel au PS. Il suffit de se rappeler à quel point Elisabeth Guigou avait l'air si sincère lorsqu'elle promettait, lors du débat sur le PACS, qu'il n'y aurait jamais de "mariage" homosexuel qui suivrait. C'était hier. Le "mariage" homosexuel et l'adoption d'enfants par des duos homosexuels, c'est aujourd'hui. La procréation médicalement assistée, ce sera demain. Et la gestation pour autrui, après-demain. C'est cela la réalité du plan inique de cette gauche toujours révolutionnaire même si elle se vautre désormais dans le caviar.
 
Dominique Bertinotti, adepte du double langage, ne vient-elle pas de déclarer à la radio : "Il faut procéder par étapes" ?
 
Etape suivante ? La PMA sera examinée dans le cadre de la loi sur la famille présentée au conseil des ministres le 27 mars prochain.
Et d'une étape à l'autre, le chemin n'est pas loin. Dans Le Monde (20 décembre 2012), Elisabeth Badinter écrivait : "La GPA est une pratique reconnue comme partie intégrante de la PMA par l'organisation mondiale de la santé".
 
Lorsque Christiane Taubira, ministre de la Justice, dévoile une circulaire organisant le délivrement de certificats de nationalité française aux enfants nés de mère porteuse à l'étranger, c'est, quoi qu'elle en dise, un pas en faveur de la GPA.
 
Il faut également rappeler le manifeste en faveur de la GPA publié dans le journal Le Monde du 13 décembre 2010. Parmi les signataires, on y trouvait Najat Vallaud-Belkacem, aujourd'hui porte-parole du gouvernement, Aurélie Filipetti, ministre de la Culture, Alain Vidalies, ministre délégué chargé des relations avec le Parlement ou encore François Rebsamen, président du groupe socialiste au Sénat et très proche de François Hollande. Comment imaginer un seul instant qu'ils ont changé d'avis ? C'est bien une simple question d'étapes.
 
Les plus cyniques préparent déjà le terrain.
C'est le très fortuné Pierre Bergé, ex-"compagnon" d'Yves Saint-Laurent, patron de la société de haute couture éponyme, magnat de la presse, président du directoire du conseil de surveillance du journal Le Monde, co-fondateur de la revue homosexuelle Têtu et généreux soutien financier du parti socialiste, qui se permit à la télévision de considérer qu'il n'y avait pas de différence entre "louer le ventre d'une femme ou les bras d'un ouvrier".
C'est l'avocate Caroline Mécary, marraine de la Marche des Fiertés LGBT, conseillère régionale écologiste d'Ile-de-France, qui dans Le Monde (7 février 2013), défend la gestation pour autrui en ces termes : "En définitive, permettre aux femmes, qui y consentent dans un cadre légal, d'offrir un enfant à un couple qui ne peut en avoir, ne serait-ce pas la plus grande subversion féministe que l'on puisse imaginer : s'affranchir enfin du devoir d'être mère ?".
 
Au passage, relisez cet article en y notant combien de fois le journal Le Monde est impliqué dans cette promotion de la GPA. Bien sûr, on nous dira que le fait que Pierre Bergé en est le vrai patron n'est que pur hasard...
 
En conclusion, je vous invite à rejoindre CIVITAS dans cette bataille livrée pour défendre la Famille, le mariage et l'enfant. Les prochaines semaines seront cruciales. Que les parlementaires sachent bien que nous n'oublierons pas leur attitude lors du vote de ce projet de loi dénaturant le mariage et la parenté et ouvrant la voie à la marchandisation de l'être humain.
 
Alain Escada,
président de CIVITAS