Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 août 2013

Polémique autour d'un ministre belge franc-maçon initié en France

forces occultes.jpegInvité à s’exprimer, dans l'hebdomadaire Le  Vif/L’Express, sur ses éventuelles croyances ou opinions philosophiques, Rudy Demotte, ministre-président wallon (parti socialiste), s’était dit adogmatique mais spiritualiste. Et avait critiqué la franc-maçonnerie. Curieux car il en fait partie, depuis plus de vingt ans…

Interrogé, aux côtés d’autres mandataires politiques, pour le dossier « Foi et politique : nos élus se confessent » (Le Vif/L’Express du 26 juillet dernier), Rudy Demotte avait évoqué la franc-maçonnerie en termes plutôt négatifs : « Quant à la franc-maçonnerie, je ne connais rien à ces sociétés secrètes, que je laisse à qui ça excite. » Le propos du ministre-président socialiste a rendu furieux ses frères maçons. Car Rudy Demotte fait bien partie d’une de ces « sociétés secrètes », l’atelier « Les Trois Roses », à Lille, attaché à la Grande Loge de France. Son initiation remonte au milieu des années 1990.

Initié en France, il arrive aujourd’hui que Rudy Demotte fréquente également le Grand Orient de Belgique, et notamment la loge tournaisienne des Frères réunis. Selon les informations récoltées et recoupées par le Vif/L’Express, il y a d’ailleurs pris la parole il y a environ deux ans pour y présenter un travail (également dénommé planche), dont le titre était « Wapital ».

Le ministre-président assiste aussi parfois à des réunions (appelées tenues) d’une autre loge tournaisienne, Unanimité, attachée à la Grande Loge de Belgique. Très actif au début de sa vie maçonnique, Rudy Demotte le serait moins depuis qu’il cumule des fonctions à hautes responsabilités à la Région wallonne, à la Fédération Wallonie-Bruxelles et à Tournai, où il est bourgmestre. Pour autant, il n’est pas mis « en sommeil », selon l’expression qui désigne un maçon qui a demandé à suspendre temporairement ses activités, tout en continuant à faire partie de la loge et à payer sa cotisation.

L’affirmation selon laquelle Rudy Demotte ne connaît rien à la franc-maçonnerie a donc vexé certains maçons, en particulier dans le Tournaisis. « Il y aura des suites, avance un frère. Il sera certainement convoqué et on lui demandera des comptes ».

Reste cette question: pourquoi Rudy Demotte a-t-il menti de cette façon ?

15 mars 2013

Naufrage de la revue homosexualiste Têtu revendue à un ami de François Hollande

hollandelgbt.jpegDéficit, licenciement, absence de projet éditorial, rien ne va plus au sein du magazine bobo LGBT qui, malgré les campagnes publicitaires payées par Pierre Bergé (financier du lobby homosexuel ainsi que du parti socialiste), n'a jamais trouvé ses lecteurs. Voilà donc cette presse de propagande homosexualiste passant d'un socialiste à un autre :

"Historiquement financé par Pierre Bergé, le magazine, structurellement déficitaire, a été revendu pour 1 euro symbolique  à Jean-Jacques Augier, propriétaire de Books. Cet ami et trésorier de campagne de François Hollande aurait immédiatement décidé d'un plan social, qui, selon Ozap, «prévoit la suppression sur une trentaine de salariés de 16 postes, principalement à la rédaction et au studio»."

08 février 2013

"Mariage" homosexuel aujourd'hui, PMA demain, GPA après-demain... Avec Civitas, proclamez NON ! Trois fois NON !

1papa1maman.jpegPour les humoristes, c'est devenu un sujet de plaisanterie : "De la PMA au PMU, de la GPA au GPS, on ne s'y retrouve plus...", ironisait l'un d'eux lors d'une émission radio de grande écoute. Et il est bien vrai que ce qui se cache derrière les abréviations utilisées à foison dans les médias doit en réalité rester bien hermétique pour une bonne part de nos concitoyens. Ce n'est bien sûr pas un hasard mais la façon la plus certaine de faire avancer les pires projets en limitant l'inquiétude aux Français les plus attentifs. La gauche est à ce point consciente que ce qui se cache derrière ces abréviations barbares revêt un caractère monstrueux qui épouvanterait bon nombre de Français, qu'elle a choisi tactiquement de les dissocier du projet de loi dénaturant le mariage et la parenté que l'Assemblée nationale débat en ce moment.
 
PMA pour "procréation médicalement assistée". GPA pour "gestation pour autrui". Des appelations cosmétiques pour désigner les artifices revendiqués par le lobby homosexuel pour assouvir ce qu'il considère être un "droit à l'enfant". Car le lobby homosexuel sait que la gauche étant au pouvoir (avec beaucoup d'homosexuels bien placés dans les états-majors politiques), il peut oser exiger que celle-ci satisfasse beaucoup de ses caprices.
 
Alors, le PS choisit de mentir aux Français. Il leur dit que de PMA et de GPA, il n'est pas question. Le mensonge s'est toujours porté avec beaucoup de naturel au PS. Il suffit de se rappeler à quel point Elisabeth Guigou avait l'air si sincère lorsqu'elle promettait, lors du débat sur le PACS, qu'il n'y aurait jamais de "mariage" homosexuel qui suivrait. C'était hier. Le "mariage" homosexuel et l'adoption d'enfants par des duos homosexuels, c'est aujourd'hui. La procréation médicalement assistée, ce sera demain. Et la gestation pour autrui, après-demain. C'est cela la réalité du plan inique de cette gauche toujours révolutionnaire même si elle se vautre désormais dans le caviar.
 
Dominique Bertinotti, adepte du double langage, ne vient-elle pas de déclarer à la radio : "Il faut procéder par étapes" ?
 
Etape suivante ? La PMA sera examinée dans le cadre de la loi sur la famille présentée au conseil des ministres le 27 mars prochain.
Et d'une étape à l'autre, le chemin n'est pas loin. Dans Le Monde (20 décembre 2012), Elisabeth Badinter écrivait : "La GPA est une pratique reconnue comme partie intégrante de la PMA par l'organisation mondiale de la santé".
 
Lorsque Christiane Taubira, ministre de la Justice, dévoile une circulaire organisant le délivrement de certificats de nationalité française aux enfants nés de mère porteuse à l'étranger, c'est, quoi qu'elle en dise, un pas en faveur de la GPA.
 
Il faut également rappeler le manifeste en faveur de la GPA publié dans le journal Le Monde du 13 décembre 2010. Parmi les signataires, on y trouvait Najat Vallaud-Belkacem, aujourd'hui porte-parole du gouvernement, Aurélie Filipetti, ministre de la Culture, Alain Vidalies, ministre délégué chargé des relations avec le Parlement ou encore François Rebsamen, président du groupe socialiste au Sénat et très proche de François Hollande. Comment imaginer un seul instant qu'ils ont changé d'avis ? C'est bien une simple question d'étapes.
 
Les plus cyniques préparent déjà le terrain.
C'est le très fortuné Pierre Bergé, ex-"compagnon" d'Yves Saint-Laurent, patron de la société de haute couture éponyme, magnat de la presse, président du directoire du conseil de surveillance du journal Le Monde, co-fondateur de la revue homosexuelle Têtu et généreux soutien financier du parti socialiste, qui se permit à la télévision de considérer qu'il n'y avait pas de différence entre "louer le ventre d'une femme ou les bras d'un ouvrier".
C'est l'avocate Caroline Mécary, marraine de la Marche des Fiertés LGBT, conseillère régionale écologiste d'Ile-de-France, qui dans Le Monde (7 février 2013), défend la gestation pour autrui en ces termes : "En définitive, permettre aux femmes, qui y consentent dans un cadre légal, d'offrir un enfant à un couple qui ne peut en avoir, ne serait-ce pas la plus grande subversion féministe que l'on puisse imaginer : s'affranchir enfin du devoir d'être mère ?".
 
Au passage, relisez cet article en y notant combien de fois le journal Le Monde est impliqué dans cette promotion de la GPA. Bien sûr, on nous dira que le fait que Pierre Bergé en est le vrai patron n'est que pur hasard...
 
En conclusion, je vous invite à rejoindre CIVITAS dans cette bataille livrée pour défendre la Famille, le mariage et l'enfant. Les prochaines semaines seront cruciales. Que les parlementaires sachent bien que nous n'oublierons pas leur attitude lors du vote de ce projet de loi dénaturant le mariage et la parenté et ouvrant la voie à la marchandisation de l'être humain.
 
Alain Escada,
président de CIVITAS

07 novembre 2012

hausse de la TVA: le PS renie ses promesses électorales

tva,tva social,françois hollande,arnaud montebourg,nicolas sarkozy,impôts,parti socialiste,ps,famlle,consommationSans aucune négociation préalable avec les représentants des corps intermédiaires, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault a annoncé mardi 6 novembre une hausse des taux de TVA de 7% à 10% et de 19,6% à 20%. Pourtant, tout au long de la campagne présidentielle, les socialistes, François Hollande en tête, avaient promis qu'ils n'augmenteraient pas la TVA.

Le dimanche 29 janvier dernier, au lendemain de l'annonce par Nicolas Sarkozy de la mise en place d'une "TVA sociale", François Hollande fait la déclaration suivante :

"L'augmentation de la TVA : je la considère inopportune, injuste, infondée et improvisée, ça fait beaucoup, et c'est pourquoi si les électeurs en décident et si demain je suis appelé aux responsabilités je demanderai au parlement de l'annuler".

Pas plus tard que le 21 septembre dernier, Alain Vidalies, ministre des Relations avec le Parlement rassurait les Français sur LCI en ces termes: "L’option TVA est totalement écartée, en l’état il n’y a pas de projet de l’augmenter d’ici la fin du quinquennat, les choses sont claires".

Le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, affirmait quant à lui le 7 octobre sur Europe 1 :

"Je suis assez opposé, voire même totalement opposé, à ce qu'on reprenne les vieilles recettes de la TVA, qui va frapper les ménages, déstabiliser la consommation, affaiblir l'économie ..."

François Hollande n'aime décidément pas les familles; il renie ses engagements concernant la hausse de la TVA et maintient son projet de mariage et d'adoption pour les homosexuels...