Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 avril 2013

Ils veulent nous imposer une révolution sexuelle...

Livre en vente 12€ franco de port, à commander  Image d’aperçu

ou par poste Civitas, 17 rue des Chasseurs 95100 Argenteuil

10 avril 2013

Soir de colère devant le Sénat à partir de 19h

ninirosaireprolongation.pngLes sénateurs ont voté cette nuit par 179 voix contre 157 l'article 1 de la loi Taubira. Ne laissez pas passer ce scandale sans réagir ! Ce soir, venez faire entendre votre sainte colère ! CIVITAS appelle à se rassembler à 19h rue de Tournon devant le Sénat.
Jusqu'à vendredi soir, comme chaque jour depuis le 4 avril, CIVITAS maintient la mobilisation devant le Sénat. Ni ballons ni flonflons, prière et sainte colère !
Les sénateurs continuent à débattre des autres articles du projet de loi Taubira. Venez leur faire entendre la voix des défenseurs de la Famille !
Venez nombreux leur rappeler que vous ne cèderez pas à leur volonté subversive dénaturant le mariage et la parenté.
"Une loi ne mérite obéissance qu'autant qu'elle est conforme à la droite raison et à la loi naturelle", nous a rappelé autrefois Léon XIII.
Nous cessons d'estimer, nous cessons d'obéir !
 
Alain Escada,
président de CIVITAS

08 avril 2013

Tous les soirs devant le Sénat jusqu'à vendredi inclus - On ne lâche rien !

non au mariage gay,non à l'adoption d'enfants par des duos homosexuels,sénat,printemps français,alain escada,civitas,taubira

Madame Taubira semble de plus en plus énervée par la mobilisation nationale et populaire contre son projet de loi. Elle se plaint de manifestations à répétition, de nos prières devant le Sénat et dit que cela doit cesser. Il y a une seule façon pour obtenir que cela cesse, Madame Taubira, et la recette est fort simple : retirez votre infâme projet de loi qui prévoit de défigurer la Famille, socle de base de la société. Tant que ce ne sera pas le cas, les défenseurs de la famille mèneront sous diverses formes des actions de résistance et de riposte. Vous êtes obstinée ? Nous serons persévérants et déterminés !

Déclaration a été déposée à la Préfecture. CIVITAS appelle à se rassembler tous les soirs, dès ce lundi et jusqu'à vendredi inclus, à partir de 19h, rue de Tournon, devant le Sénat.

Même mot d'ordre : ni ballons, ni flonflons, prière et sainte colère !

Alain Escada, président de CIVITAS, y fera mercredi soir, jeudi soir et vendredi soir un point de la situation.

On ne lâche rien !

 

Alain Escada répond aux questions de Nouvel Arbitre devant le Sénat

03 avril 2013

Tous devant le Sénat - On ne lâche rien - Taubira, ta loi, on n'en veut pas

ninirosaire.png


Le programme des mobilisations organisées par CIVITAS devant le Sénat est le suivant :

- Les jeudi 4 et vendredi 5 avril, rdv devant le Sénat, place Pierre Dux / Square Francis Poulenc (face entrée principale du Sénat), dès 19h. Manifestations statiques. Discours suivi de la récitation du chapelet. +++++++ Attention : il est préférable d’arriver par les stations Odéon – Mabillon ou St Sulpice et de remonter la rue de Tournon. +++++++
 
- Les samedi 6 et dimanche 7 avril, rdv Place Paul Claudel (devant Théâtre de l'Odéon) à 15h. Nous marcherons tout autour du Sénat.
Le samedi 6 avril fera office de rendez-vous national. Des cars s'organisent de province.
Discours suivi d'un chemin de croix autour du Sénat.

CIVITAS organisera de tels rassemblements tant que le Sénat discutera de ce projet de loi. Les autres rendez-vous seront communiqués le 7 avril en fonction du calendrier sénatorial.

02 avril 2013

L'Association Catholique des Infirmières et Médecins appelle à rejoindre Civitas devant le Sénat

acim-logo.jpegCommuniqué de l’Association Catholique des Infirmières et Médecins :

« Sans moi vous ne pouvez rien faire » disait Jésus. La lutte contre la destruction de la famille naturelle par le mariage de personne de même sexe n’est pas terminée : elle doit continuer. Le succès des différentes manifestations va en s’amplifiant. Ce n’est pas le moment de plier bagage mais de continuer le harcèlement. Or un moyen a été oublié presque totalement, celui de la prière, de l’appel à Dieu pour qu’il aide les hommes à voir clair.

L’homme a besoin de Dieu et Dieu a besoin des hommes.

L’Association Catholique des Infirmières et Médecins invite tous les chrétiens qui veulent se joindre par la prière au grand élan qui emporte le pays contre de multiples lois iniques à se joindre aux manifestations organisées par Civitas

ninirosaire.png- Les jeudi 4 et vendredi 5 avril, rdv devant le Sénat, place Pierre Dux / Square Francis Poulenc (face entrée principale du Sénat), dès 19h. Manifestations statiques. Discours suivi de la récitation du chapelet.
- Les samedi 6 et dimanche 7 avril, rdv Place Paul Claudel (devant Théâtre de l'Odéon) à 15h. Nous marcherons tout autour du Sénat.
Le samedi 6 avril fera office de rendez-vous national. Des cars s'organisent de province.
Discours suivi d'un chemin de croix autour du Sénat.

CIVITAS organisera de tels rassemblements tant que le Sénat discutera de ce projet de loi. Les autres rendez-vous seront communiqués le 7 avril en fonction du calendrier sénatorial.

Manifestations chaque jour devant le Sénat à partir du 4 avril

communiqué de presse
Manifestations quotidiennes organisées par CIVITAS devant le Sénat
durant tout le débat en Haute Assemblée du projet de loi Taubira
 
ninirosaire.pngPression quotidienne sur les sénateurs
Il est essentiel de maintenir une pression quotidienne sur les sénateurs durant tout le débat sur le projet de loi Taubira.
 
CIVITAS n'a aucune confiance dans les sénateurs UMP.
Si l'UMP ne manque pas d'habilement occuper l'espace médiatique lors d'événements contre ce projet de loi, comme ce fut encore le cas lors de la mobilisation nationale et populaire du 24 mars dernier, il faut pourtant bien constater que les actes ne suivent pas, comme en témoignent les trois exemples ci-dessous.
- Le texte aurait déjà pu être bloqué en commission des lois si deux sénateurs UMP, Christian Cointat et Christophe-André Frassa, n'avaient voté en faveur de ce projet de loi.
- Le chef de groupe UMP au Sénat n'est autre que le sénateur-maire de Marseille Jean-Claude Gaudin dont Le Canard enchaîné affirmait il y a peu qu'il avait proposé aux socialistes de liquider en quatre jours à peine le débat en séance plénière du projet de loi Taubira. Ce qui n'étonne guère quand on sait que Jean-Claude Gaudin est un grand ami du lobby homosexuel marseillais. Il a par exemple accordé une importante subvention publique à l'Europride qui se déroulera du 10 au 20 juillet à Marseille et au cours de laquelle une cérémonie baptisée "Les Mariés de l'an 1" devrait unir symboliquement 2013 duos homosexuels !
- Le sénateur Patrice Gélard qui sera l'orateur du groupe UMP durant le débat sur le projet de loi Taubira a déjà averti qu'il n'y aurait pas d'obstruction parlementaire de la part de l'UMP. Dans un entretien publié par Le Monde (25 mars), le sénateur Gélard précisait : "Nous sommes traditionnellement beaucoup plus raisonnables au Sénat qu'à l'Assemblée. Nous ne ferons pas d'obstruction, de flibuste parlementaire, nous resterons sages."
 
 
Il faut être sans aucune illusion à l'égard de ce système parlementaire et des girouettes politiques qui le composent. Mais le vent de colère qui s'exprime peut parfois souffler suffisamment fort pour momentanément orienter les girouettes dans la bonne direction. C'est pourquoi CIVITAS appelle les défenseurs de la Famille à venir faire preuve d'une sainte colère devant le Sénat à partir du 4 avril.
 
Prière et sainte colère
Le mot d'ordre que CIVITAS lance est clair : ni ballons, ni flonflons, prière et sainte colère.
Nous tenons à donner à notre action une dimension spirituelle, convaincus qu'aucune victoire ne sera possible sans le secours divin.
A ceux qui veulent un printemps français, CIVITAS rappelle ces mots de Charles Péguy : "Ô mon Dieu, donnez-nous enfin le chef de guerre, vaillant comme un archange et qui sache prier, pareil aux chevaliers qui sur le mont naguère terrassaient les Anglais. Qu'il soit chef de bataille et chef de prière."
 

Le programme des mobilisations organisées par CIVITAS devant le Sénat est le suivant :

- Les jeudi 4 et vendredi 5 avril, rdv devant le Sénat, place Pierre Dux / Square Francis Poulenc (face entrée principale du Sénat), dès 19h. Manifestations statiques. Discours suivi de la récitation du chapelet.
 
- Les samedi 6 et dimanche 7 avril, rdv Place Paul Claudel (devant Théâtre de l'Odéon) à 15h. Nous marcherons tout autour du Sénat.
Le samedi 6 avril fera office de rendez-vous national. Des cars s'organisent de province.
Discours suivi d'un chemin de croix autour du Sénat.

CIVITAS organisera de tels rassemblements tant que le Sénat discutera de ce projet de loi. Les autres rendez-vous seront communiqués le 7 avril en fonction du calendrier sénatorial.
 
Alain Escada,
président de CIVITAS

30 mars 2013

L'Archevêque belge André Léonard souligne le panache des catholiques français engagés contre le "mariage" homosexuel

mariagehomopolygamie.jpgBelgique. L'Archevêque André Léonard répond aux questions du journal "Le Soir" (édition de ce jour).
Interrogé avec insistance à propos de "femmes prêtres", il répond notamment :
"L'important, c'est de comprendre la raison qui est derrière. Qui n'est pas sociologique mais profondément théologique, liée au fait que l'Eglise n'est pas une adepte fervente de la théorie du "genre".(...)".
Considérant que le mariage est "l'union d'un homme et d'une femme avec une ouverture sur le don de la vie", Mgr Léonard se voit demander par le journaliste si la vision de l'Eglise catholique n'empêche pas les homosexuels d'atteindre un bonheur auquel ils auraient droit. "Personne n'a un droit inconditionnel au bonheur, répond l'Archevêque. C'est une aspiration qui doit toujours tenir compte des exigences morales de la conscience."
Et lorsque le journaliste lui demande de comparer la mobilisation des catholiques en France et en Belgique, le prélat souligne : "En France, les chrétiens ont davantage pris l'habitude de se situer de façon plus identitaire, plus ferme. En Belgique, on n'a pas ce sursaut, cette énergie. Outre-Quiévrain, il y a du panache !"
Enfin, pour l'anecdote, interrogé sur Frigide Barjot, Mgr Léonard a cette réponse teintée d'ironie : "J'ai déjeuné avec Frigide Barjot. C'était très reposant, je ne devais pas parler."

27 mars 2013

La famille, c'est naturellement un homme, une femme et des enfants

11 mars 2013

Ni ballons, ni flonflons : prières et sainte colère

 

non au mariage gay,non à l'adoption d'enfants par des duos homosexuels,non au mariage homosexuel,frigide barjot,24 mars,manif pour tous,sénat,4 avril,civitas,alain escada

non au mariage gay,non à l'adoption d'enfants par des duos homosexuels,non au mariage homosexuel,frigide barjot,24 mars,manif pour tous,sénat,4 avril,civitas,alain escadaNi ballons, ni flonflons; prières et sainte colère !

 

CIVITAS appelle tous les défenseurs de la Famille à se rassembler devant le Sénat à partir du jeudi 4 avril. Nous nous rassemblerons dès 19h à cette date où le Sénat se saisira en séance plénière du projet de loi Taubira dénaturant le mariage et la parenté. Avec détermination et persévérance, nous y reviendrons plusieurs jours de suite.

 

Le samedi 6 avril fera office de rendez-vous national dès 15h.

 
J'entends déjà certaines réactions. Cela signifie donc que vous ne participerez pas à la manifestation du 24 mars, m'interrogeront immédiatement quelques lecteurs. En effet, et malgré le fait que, de bonne foi, des amis s'y rendront. Et, de grâce, avant de conclure, prenez la peine de lire ce qui suit jusqu'au bout.
 
La stratégie rose bonbon est une fumisterie
Quand on prend la tête d'une bataille, il faut susciter l'enthousiasme mais il ne faut pas tromper la confiance de ceux qui vous suivent.
 
On nous disait précédemment, à propos de la saisine du CESE, que cela allait bloquer le projet de loi Taubira pendant un an ou deux. C'était faux. Et malgré l'exploit, il faut le reconnaître, de rassembler environ 700.000 signatures, il fallut bien se résoudre à entendre ce que les plus avisés savaient, à savoir que le CESE n'avait aucun pouvoir suspensif et qu'il dépendait directement de Matignon.
 
On nous dit maintenant, citant pour l'occasion François Mitterrand, que lorsqu'il y a un million de personnes dans la rue, c'est le gouvernement qui vacille. Mais les mêmes n'ont pourtant cessé de nous répéter qu'ils étaient plus d'un million le 13 janvier dernier sur le Champs de Mars... et rien n'a vacillé.
 
Souvenez-vous des journaux télévisés du soir du 13 janvier, de ces images grotesques de grands-parents gesticulant sur l'air du gangnam style, tube musical mondial d'une société peu exigeante. Et c'est ainsi que vous voulez faire trembler un gouvernement ?
 
Le Général Dary, dressant le bilan de cette manifestation "pour tous" du 13 janvier devant quelques journalistes, déclara que la collecte avait permis de rassembler environ 600.000 euros. Quant au Maire du Chesnay, s'adressant au micro d'une journaliste de Canal + au milieu de la salle municipale servant au dépouillement des formulaires de pétition destinés au CESE, il montra une caisse dans laquelle s'accumulaient les chèques. Selon lui, les dons récoltés tournaient entre 800.000 et un million d'euros ! Mais pour en faire quoi ? Pour payer la tribune de rock star sur laquelle est apparue Barjot le 13 janvier sous une pluie de paillettes, musique hoolywoodienne à l'appui ?
 
On nous parle de soulever le pays réel. En dansant et en agitant des drapeaux roses derrière des jeunes filles fagotées en Marianne ?
Ouvrez les yeux, il n'y aura pas de "printemps français" avec de telles méthodes, il n'y aura qu'illusions et bonne conscience à bon marché.
 
Sans chef, on navigue au gré du vent
Or, la "manif pour tous" a-t-elle un chef ? Barjot ? Celle qui se proclamait "attachée de presse de Jésus" et qui, éternelle adepte de l'équivoque, se réjouissait dans L'Express (11.02.2013) à l'idée que "Benoît XVI restera comme le pape qui a accepté la capote et accueilli l'homosexualité". Celle qui, en toutes circonstances, entretient la confusion avec un discours "gay friendly" ?
"Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu'ils en chérissent les causes", nous avertissait Bossuet.
 
Occuper les Champs-Elysées le 24 mars ?
Est-ce une idée qui tient la route à partir du moment où elle est rendue publique quinze jours avant ? Voudrait-on faire interdire cette manifestation qu'on ne s'y prendrait pas autrement. En faisant naître de nouveaux collectifs comme Banlieues de France et en appelant ces banlieues à venir occuper les Champs-Elysées; en laissant d'autre part une multitude d'inconscients s'épancher longuement sur blogs, forums de discussion et réseaux sociaux à propos d'une version fantasmée d'un nouveau "6 février", vous pouvez avoir la certitude d'atteindre un objectif : allumer tous les voyants rouges du Ministère de l'Intérieur.
Alors, coup de bluff d'une opposition factice qui martèle aussitôt être "pacifiste", "légaliste et républicaine" ? Vous ne pensez tout de même pas que la droite molle et ses élus vont se dresser contre la gendarmerie pour occuper de force l'avenue qui incarne le commerce de luxe de la capitale ?
 
Propagande fourre-tout et grand écart
Avez-vous vu les nouvelles affichettes soixante-huitardes de la "manif pour tous" ? Et les nouveaux slogans ? Un vrai fourre-tout décliné autour de la liberté, de l'égalité et de la fraternité, dans le plus pur esprit de laïcité républicaine ! Envisager de faire du 24 mars un rassemblement des mécontents n'est pas en soi absurde, mais il fallait alors en faire clairement un jour anti-Hollande. Et encore faudrait-il afficher le modèle qu'on veut y substituer. Car il y a une grande différence entre une démarche anarchiste et la démarche contre-révolutionnaire.
 
Assumer ce que nous sommes !
Relisez ce que le socialiste Jaurès écrivait dans son journal à l'issue d'un débat à la Chambre et au Sénat. Ce constat n'a, hélas, pas pris une ride. "Nos adversaires ont-ils opposés doctrine à doctrine, idéal à idéal ? Ont-ils eu le courage de dresser contre la pensée de la Révolution, l'entière pensée catholique, de réclamer pour le Dieu de la révélation chrétienne, le droit non seulement d'inspirer et de guider la société spirituelle, mais de façonner la société civile ? Non, ils se sont dérobés, ils ont chicané sur des détails d'organisation. Ils n'ont pas affirmé nettement le principe même qui est comme l'âme de l'Eglise." 
CIVITAS appelle les défenseurs de la Famille à choisir la seule stratégie qui peut gagner, celle de la vérité assumée. 
 

Ni ballons, ni flonflons; prières et sainte colère !

 

CIVITAS appelle tous les défenseurs de la Famille à se rassembler devant le Sénat à partir du jeudi 4 avril. Nous nous rassemblerons place Pierre Dux à partir de 19h à cette date où le Sénat se saisira en séance plénière du projet de loi Taubira dénaturant le mariage et la parenté. Avec détermination et persévérance, nous y reviendrons plusieurs jours de suite.

 

Le samedi 6 avril fera office de rendez-vous national dès 15h, place Paul Claudel.

 
Alain Escada,
président de CIVITAS
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Réservez également déjà vos places pour le Congrès de la France catholique qui se tiendra les 27 et 28 avril à Paris et qui abordera tous les problèmes qui intéressent l'organisation de la Cité et de la société familiale et professionnelle. Alors que notre société subit avec une violence croissante le choc des forces de la subversion, il est temps de nous organiser pour la suite. Résister, riposter, reconstruire, voilà ce que nous voulons, et nous le voulons de façon franchement catholique et sans compromission !