Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 novembre 2016

Succès pour Civitas à Metz

civ-metz1.png

Une réunion publique CIVITAS s’est tenue à Metz le vendredi 28 octobre 2016. Alain Escada, président du parti du pays réel, accompagné de Thierry Bouzard, musicien, historien et responsable des actions CIVITAS, ont pu exposer le fondement du combat national-catholique d’aujourd’hui et de demain.

Cette conférence organisée en collaboration amicale avec Lorraine Nationaliste a été un succès. Alain Escada et Thierry Bouzard ont été chaleureusement accueillis par tous les Lorrains présents et ont démontré les flagrants ravages socio-économiques provoqués par l’hyper-classe mondialiste anti-française et anti-catholique. Cette caste d’attente messianique promeut la désinformation à grande échelle, noyaute le gouvernement, l’administration, la justice, la presse, l’éducation et même le clergé. La collusion entre l’industrie pharmaceutique et les médias a également été démontrée par de nombreux exemples particulièrement édifiants.

civ-metz-2.png

À la suite du discours d’Alain Escada, la nouvelle campagne CIVITAS a été présentée par Thierry Bouzard. Le matériel de propagande a été dévoilé en avant-première, suivi d’explications par des diaporamas. Ces derniers ont illustré la planification de la colonisation du territoire par l’augmentation de la capacité des centres d’accueil d’immigrés, étant essentiellement des Africains mâles. Le gouvernement, menaçant d’écraser toute tentative de résistance des élus locaux à cette politique de submersion, envisage maintenant de donner le droit de vote aux étrangers et des concessions territoriales leur sont même déjà destinées. C’en est trop et nous devons réagir !

civ-metz3.pngciv-metz-4.png

Pour résister à l’échelle de la localité et du terroir, Alain Escada a appelé les participants à implanter localement CIVITAS en Lorraine. Après avoir répondu aux questions des auditeurs, nos intervenants nous ont invités à visiter le stand présent dans la salle et proposant du matériel de terrain et de nombreux livres et brochures.

civ-metz-5.png

Cette réunion a été suivie d’une soirée cohésion au restaurant et de la planification de nouvelles activités pour 2017.

civ-metz-6.png

24 octobre 2016

Le 28 octobre, Civitas vous attend à Metz

tractage-metz-civitas

Vendredi 28 octobre se tiendra à 20 heures à Metz une réunion publique de CIVITAS, avec son président, M. Alain Escada. Pour cette occasion, des militants lorrains ont distribué plusieurs centaines de tracts dans les rues messines annonçant cet événement. Tous présents vendredi prochain afin d’accueillir chaleureusement nos amis !

affiche-metz-28-oct-2016

10 octobre 2016

A Metz le 28 octobre à 20h : réunion publique avec Alain Escada

affiche-metz-28-oct-2016

15 mars 2013

Le tableau de la Crucifixion chassé de la salle des assises de la Moselle

Dix ans après la polémique lancée par des avocats et des journalistes parisiens lors du procès de Francis Heaulme à propos du tableau de La Crucifixion, la salle des assises de la Moselle devrait recevoir une nouvelle œuvre rappelant le siège de Metz.

le-tableau-de-la-crucifixion-devrait-etre-prochainement-remplace-par-une-oeuvre-du-musee-de-la-cour-d-or-photo-archives-rl.jpgLa polémique avait été tellement gonflée par la dogmatique, anticléricale et christianophobe administration française que le Christ en croix réalisé par Théodore Devilly, peintre majeur de l’Ecole de Metz, qui ornait depuis 1866 la salle des assises de la Moselle, avait fait l’objet d’un référendum au sein du Palais de justice parce qu’il ne concourrait pas au concept de laïcité. Du jamais vu. Soucieux du respect de la tradition, le personnel du tribunal messin, les magistrats et les avocats s’étaient prononcés en faveur du maintien de l’œuvre. Non content de l’issue de cette expression démocratique, Paris et le premier président du tribunal avaient alors décidé de cacher l’œuvre derrière un rideau. Ce diktat des sans-culottes républicains a été maintenu jusqu’en 2007, date à laquelle La Crucifixion a été transférée dans le chœur de l’abbatiale Saint-Nabor de Saint-Avold.

lire la suite


source : blog des lorrains engagés via le blog  "Histoire et Patrimoine Bleurvillois"| cliché : ©RL