Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 décembre 2013

Du "mariage" homo à la polygamie, l'Utah confirme les propos de CIVITAS

mariagehomopolygamie.jpg

Le site Médias-Presse.Info nous informe : 

 En France, en juin 2012, Civitas avait entamé une campagne d’affichage avec pour slogan « Aujourd’hui le mariage homosexuel, demain la polygamie ». Le président de Civitas expliquait sur les plateaux de télévision que redéfinir le mariage permettrait tôt ou tard à certains de revendiquer la polygamie. La démonstration d’Alain Escada était limpide. « Le mariage repose sur deux conditions. La première, c’est […]

Lire la suite ici :La légalisation du « mariage » homosexuel aux USA ouvre les portes à la légalisation de la polygamie

 

04 novembre 2013

CIVITAS gagne au Tribunal contre l' auteur d'une menace d'attentat à la bombe

proces.jpgEn mai 2013, le secrétariat de Civitas avait été menacé d’un attentat à la bombe par un homme se présentant comme militant LGBT. La presse avait quelque peu évoqué le sujet. L’auteur des faits avait rapidement pu être identifié par la police.

Le dossier a été plaidé le 24 octobre devant le tribunal de Grasse.

Bertrand D., l’auteur des faits, était présent et accompagné d'une dizaine d'amis.

Le président du tribunal ne l'a pas ménagé, pas plus que le procureur. Le prévenu a vaguement tenté de contester avoir fait une alerte à la bombe en prétendant avoir simplement dit que « ça allait péter ».

Il n'a convaincu personne.

C’est Maître Jérôme Triomphe qui plaidait au nom des parties civiles, agissant au nom de Civitas et de notre secrétaire qui a reçu l’appel menaçant.

Il a rappelé l'ensemble des éléments matériels qui démontraient la réalité des infractions commises, tant la reconnaissance de principe du prévenu, ses vagues contestations, que des déclarations circonstanciées et réitérées de la secrétaire de Civitas.

Surtout, Me Jérôme Triomphe a  rappelé que le prévenu a prétendu s'être senti agressé par ce qu'il entendait à la télévision ou à la radio dans le cadre du débat sur le mariage des homosexuels.

En plaidant, l’avocat de Civitas lui ai répliqué que nous n'avions pas du entendre la même chose puisque l'ensemble de la grande presse et des grands médias était totalement acquis à la cause du « mariage » homosexuel.

L’avocat Jérôme Triomphe a également longuement souligné que s'il y avait bien des agressés dans cette absence de débat, c'étaient bien les opposants au « mariage » homosexuel :

- agression par les FEMEN de pacifiques manifestants composés notamment de femmes et d'enfants aspergés de « sperme de Jésus » ;

- agression par le gouvernement méprisant 700 000 pétitions réunies en 15 jours pour seulement réclamer un débat qui n'avait pas eu lieu ;

- agression par le même gouvernement par le biais d'arrestations arbitraires et policières de manifestants pour le seul motif qu'ils portaient un T-shirt marqué du logo de la « manif pour tous » ;

- agressions par l'association Act Up  appelant au meurtre des manifestants opposants au « mariage » homosexuel en appelant à préparer les planches et les clous.

- agressions enfin par le prévenu dont l’avocat de Civitas a rappelé que, lorsqu'il avait appelé pour faire son alerte à la bombe, il avait une voix extrêmement calme et posée.

L’avocat Jérôme Triomphe a terminé en indiquant que, contrairement à ce que pouvait penser le prévenu, CIVITAS n'avait rien contre sa personne, mais entendait faire constater sa qualité de victime afin que de tels comportements ne puissent pas tenter d'autres personnes.

Le président du tribunal et le procureur ont été très attentifs et ont semblé réceptifs.

Dans son réquisitoire, le procureur a souligné le caractère particulièrement inadmissible de la démarche du prévenu au prétexte de défendre ses opinions. Il a requis une amende de 500 €, ce qui, au regard de l'état d'impécuniosité du prévenu constituait une sanction certaine.

Le tribunal a été beaucoup plus sévère que les réquisitions du procureur :

le sieur D. a été condamné à trois mois d'emprisonnement avec sursis outre 300 € d'amende.

CIVITAS et la secrétaire de l’association ont été reçus en leur constitution de partie civile et M. D a été condamné à verser à chacun un euro symbolique qui était demandé outre 800 € au titre des frais d'avocat.

12 juin 2013

Du mariage homosexuel à la polygamie : la revendication se fait entendre

Oui à la polygamie.JPG

 

mariagehomopolygamie.jpgPhoto prise à Mayotte le 15 mai 2013. La polygamie a été abolie à Mayotte (pour les nouveaux mariages uniquement, pas pour ceux existants) lors de la transformation du territoire en Département d’Outre-Mer, effective depuis le 31 mars 2011. Ce qui montre bien qu’une loi sur le mariage peut évoluer et qu’on peut donc revenir sur le statut des mariés (sans effet rétroactif)

08 juin 2013

Les premiers mariés homosexuels français à Tel-Aviv, hébergés avec l'argent du contribuable

Des juifs gay.JPGMariage gay : lune de miel à Tel-Aviv ! Vincent et Bruno, les premiers mariés homosexuels de France, étaient les invités d'honneur de la 20e Gay Pride de Tel-Aviv. Tout un symbole.

Le Point ne croit pas si bien dire... Hébergés à l'ambassade de France, cela veut dire par nos impôts. Cette affaire devient scandaleuse.

01 juin 2013

Nouvelle loi contre le "mariage" homosexuel au Nigéria

bannièrenonaumariagehomo.jpegAu Nigéria, selon une nouvelle loi, "les personnes de même sexe qui se lient par un mariage ou un contrat d'union civile commettent un délit et peuvent être conjointement condamnés à une peine de quatorze ans de prison chacune".  Les députés nigérians ont unanimement approuvé ce projet de loi, qui avait déjà été voté par les sénateurs. Le texte prévoit également que "toute personne qui fait fonctionner ou participe à des clubs gays, des sociétés ou des organisations pour homosexuels, ou - directement ou indirectement - affiche publiquement sa relation amoureuse avec une personne de même sexe commet un crime et encourt une peine de dix années d'emprisonnement."

Le Nigeria est le pays le plus peuplé d'Afrique. La population de 160 millions de personnes se partage essentiellement entre chrétiens et musulmans.

Selon certains observateurs, cette nouvelle législation est une réponse aux menaces financières avancées par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Le Premier ministre britannique David Cameron avait annoncé envisager de restreindre les aides aux pays qui refusent de plier aux revendications du lobby homosexuel. Et l'an dernier, le président américain Barack Obama avait ordonné à toutes les agences gouvernementales jouant un rôle actif en politique extérieure de promouvoir à l'étranger les droits des personnes gays, lesbiennes, bi et trans.

30 mai 2013

CIVITAS inquiète le Grand Orient de France...

26mai-fm.jpegQue l'on critique la "mariage" homosexuel, à la limite... Mais que l'on pointe du doigt l'influence de la franc-maçonnerie dans la promulgation de la loi Taubira, ça cela énerve et inquiète bien plus les frères trois points tapis dans l'ombre de leurs loges. L'Agence France Presse a fait écho aux propos de José Gulino, Grand maître du Grand Orient de France (GODF), première obédience maçonnique du pays, qui a dénoncé mardi "une montée de la violence d'extrême droite" dans "un climat dangereux", auquel "il faut mettre fin le plus tôt possible".

Dans un appel téléphonique à l'AFP, le Grand maître du GODF dénonce "les slogans anti-maçonniques lancés (dimanche) dans le cortège mené par l'Institut Civitas ".

Tout au long du parcours, les manifestants ont scandé: "Ni laïque, ni maçonnique, la France est catholique", ou "il faut sortir le Grand Orient du gouvernement", après avoir accusé les "forces occultes" de le soutenir.

C'est un "climat dangereux", s'est alarmé le Grand Maître. "Cette montée de l'obscurantisme, ces violences verbales et physiques, il faut les casser le plus vite possible. Nous devons sécuriser nos locaux, prendre des précautions, faire un travail de mémoire, redire l'Histoire.".

Il s'est également indigné de la démission du père Pascal Vesin, curé de la paroisse de Megève en Haute-Savoie, interdit par le Vatican d'exercer sa mission en raison de sa double appartenance à l'Eglise et au Grand Orient.

"J'ai l'impression", a-t-il confié, "de me retrouver au temps de l'Inquisition. Je relie cette décision à une forme d'obscurantisme médiéval, à un recul du vivre-ensemble, des valeurs humaines. Pour nous la liberté de conscience est absolue". (ndlr : On notera au passage que pour le Grand Orient, "la liberté de conscience est absolue" pour les forces de la subversion mais doit "être cassée" lorsqu'elle concerne les défenseurs de la Famille)

Pour le Grand maître du GODF, "il y a chez les hommes politiques une absence de réaction forte. Mais quand la République est en danger, il faut la préserver et la défendre".

http://www.tahiti-infos.com/Le-Grand-Orient-de-France-den...

 

29 mai 2013

La boîte de Pandore s'ouvre aujourd'hui à Montpellier

mariagehomopolygamie.jpgC'est aujourd'hui que se déroulera à Montpellier le premier "mariage" homosexuel depuis la promulgation de l'infâme loi Taubira.
Quoi qu'en pense la clique politique au pouvoir, cette célébration militante et ultra-médiatisée relève du scandale et de la parodie sordide de ce qu'est le mariage depuis la nuit des temps.
Sur base d'un prétendu droit au "mariage pour tous", la boîte de Pandore s'est ouverte et annonce à l'horizon bien d'autres revendications désastreuses. Prisonnier de sa logique contre-nature, comment le législateur pourrait-il longtemps refuser le mariage polygame ou incestueux entre personnes majeures et consentantes ?
Quant à la procréation médicalement assistée et à la gestation pour autrui, malgré toutes les dénégations du gouvernement, tout cela est déjà sur la table des négociations et seul le calendrier reste à définir pour tenter d'autoriser cette marchandisation de l'être humain, résurgence moderne de l'esclavage.
Le ministre de l'Intérieur, Manuel Vals, déclarait vendredi dernier : " à partir du moment où une loi a été votée par le parlement, qu’elle a reçu l’aval du Conseil constitutionnel, il est temps que tout le monde accepte ce choix ». 
La réplique, qui claque comme une gifle, nous la laissons à St Thomas d'Aquin : « Toute loi portée par les hommes n'a raison de loi que dans la mesure où elle découle de la loi naturelle. Si elle dévie en quelque point de la loi naturelle, ce n'est alors plus une loi mais une corruption de la loi. » (Saint Thomas d'Aquin, Somme théologique I, II, q 95, a 2). L'Eglise enseigne encore que « Si donc il arrive aux dirigeants d'édicter des lois ou de prendre des mesures contraires à (l') ordre moral et, par conséquent, à la volonté divine, ces dispositions ne peuvent obliger les consciences (…) Bien plus, en pareil cas, l'autorité cesse d'être elle-même et dégénère en oppression. »
CIVITAS continuera sans faillir à oeuvrer à obtenir l'abrogation de la loi Taubira ainsi qu'à contribuer au maintien d'une résistance déterminée face au plan subversif mené par un gouvernement révolutionnaire soumis à des forces occultes.
 
Alain Escada,
président de Civitas

26 mars 2013

Cécile Edel adresse une lettre ouverte aux organisateurs de la "manif pour tous"

De Cécile Edel, présidente de Choisir la vie :

"Par trois fois, nous avons appelé nos sympathisants à soutenir et participer aux manifestations organisées par la « Manif pour Tous », au nom d’une certaine idée que nous nous faisions de l’unité, du service du Bien commun et du combat pour le respect de certaines valeurs que nous défendons.

Par trois fois, comme de nombreux militants, je me suis déplacée parce que je voulais croire que ce mouvement qui,  initialement, ne l’oubliez pas, et j’en ai été le témoin direct, s’est appuyé totalement sur les bénévoles de la Marche pour la Vie et l’expérience acquise par ceux qui ont œuvré sans relâche, avec détermination au sein de ces  marches depuis 8 ans, pourrait aboutir à un véritable mouvement de résistance. Ce terme de résistance ne peut d’ailleurs qu’être le seul  mot d’ordre parce que nous savons qu’en face de nous,  ne nous y méprenons pas, nous avons affaire à de véritables promoteurs de la culture de mort qui n’hésitent pas à faire appel au mensonge, à la manipulation et au terrorisme intellectuel pour aboutir à leurs fins. Face à eux, il n’est pas question de se montrer faibles, tièdes, naïfs, ou habités de trop bonnes intentions. Attitudes qui, inexorablement seraient traduites  par nos adversaires comme une démission de notre part …et avec lesquelles nous n’obtiendrons rien, sinon du mépris, des ricanements et une tentation de compromission…

Nombreux sont vos propres manifestants à avoir été scandalisés et à avoir dénoncé les violences policières intolérables et inexcusables à l’encontre de personnes pacifistes  tels que des enfants. Face à de telles provocations, nombreux et parmi lesquels, des anciens ministres, des députés  et autres politiques, sont ceux qui ont demandé au moins la  démission de Manuel Valls et du préfet de police qui dit «  être intervenu contre des extrémistes et des violents » : mais des témoignages et photos montrent des personnes âgées, des enfants, des familles : sont-ils considérés par la Police et votre propre organisation comme des violents ?

Alors, comment parallèlement, ne pas nous sentir  aussi trahis par notre propre camp lorsque nous constatons qu’aucun organisateur de la manifestation n’ose  dénoncer les violences à l’encontre de ses propres manifestants ? Est-ce une attitude digne de chefs de grands mouvements  de ne pas être solidaires de ses propres membres? Quid des juristes, dont le réseau et la ténacité ont pourtant tant été mis en avant ce dimanche ? Irez-vous solliciter ces derniers  pour défendre les victimes injustement interpellées ?

Le courage, et je tiens à vous le rappeler,  ne réside pas dans notre capacité à réunir 1 million de personnes ; le vrai courage réside dans la capacité à défendre ces mêmes personnes lorsque la force en face est plus importante que la nôtre et ce d’autant plus lorsqu’il s’agit d’enfants.

Lire la suite "Lettre ouverte à la Manif pour Tous"

25 mars 2013

Ce 24 mars, Frigide Barjot a insulté ceux qui lui avaient fait confiance

 

24mars-heurts.jpeg(...) des gens sans matraques, sans battes de baseball, sans cocktails Molotov, des gens qui avaient juste leurs poumons pour crier « Hollande démission » ou « Ta loi, on n’en veut pas », « L’apéro chez Flanby », des familles avec enfants, ont été gazés parce qu’ils ont osé aller vers les Champs-Elysées, scandaleusement interdits d’accès. Gazés à cinq centimètres des yeux, tabassés pour certains…

Des « casseurs », ces gens-là ? Les vidéos de dimanche soir ne montrent aucune attaque violente contre les forces de l’ordre. On ne déplore aucune vitrine cassée. Aucun magasin pillé. Aucune voiture brûlée. Ceux qui avaient faim allaient sagement acheter leur pain au chocolat à la boulangerie du coin. C’était la « France bien élevée », comme le dit Gabrielle Cluzel, les « braves gens devenus des gens braves » chers à Alain Sanders : la langue bien pendue et prêts à prendre un ou deux sens interdits mais fondamentalement respectueux de l’ordre. Le désordre venait d’en face.

Frigide, démission !

Mais Frigide Barjot a osé dire qu’elle se désolidarisait de ceux qui n’avaient pas encore fini d’être gazés. Elle les a traités de « casseurs ». Elle les a accusés d’avoir « volé » les sweats au logo de la manif – que n’importe qui peut acheter en ligne, et je sais par des témoignages directs que des bénévoles se trouvaient sur les Champs, parmi les gazés. Elle a prétendu que c’étaient des « extrémistes de droite », hurlant au micro, « les fachos, dehors ! », légitimant toutes les outrances et les violences de la police aux ordres.

Elle n’a pas eu un mot pour Lancelot, 14 ans, sous assistance respiratoire pendant 30 minutes à la suite d’une crise d’asthme causée par un gazage à bout portant. Pas un mot pour le dangereux « extrémiste » de 10 mois, les fillettes de 6 ou 7 ans, les jeunes filles, les hommes âgés qui ont été pris pour cible par la police. Ils étaient sur les Champs, oui : il aurait suffi d’un peu de détermination et de sens politique de la part des organisateurs pour que l’ensemble de la manif s’y engouffre. Ces gens braves qui ne sont pas des casseurs et qui ne prétendent pas mettre la société sens dessus dessous comme Hollande, Taubira et Valls qui a osé saluer le « sang-froid » des forces de l’ordre. Frigide voulait-elle que la manif soit entendue, oui ou non ? Voulait-elle le retrait du projet Taubira, oui ou non ?

Extrémistes ?

Etaient-ce des extrémistes, ces jeunes sur les Champs ? Non : surtout des gens normaux de familles normales (...) Comment oser les renier ?

Il faut le dire avec force : c’est en prétendant contenir la colère des Français et en muselant leurs slogans que Frigide Barjot a créé l’exaspération qui a conduit des manifestants à aller sur les Champs. (...) la foule voulait le retrait du projet Taubira, la démission de Hollande. Et non des flonflons et des attitudes de Bisounours. « Applaudissez nos amis homos », disait Frigide à la tribune. Silence ou sifflements dans les rangs.

Elle, qui a prétendu ne pas politiser ni confessionaliser la manif, a donné la parole à un protestant ès-qualités, un juif ès-qualités, un musulman ès-qualités. Et les cathos ? Ceux qui composaient – sociologiquement – 90 % des manifestants n’ont eu que le droit de dissimuler leurs rameaux bénits, si par hasard le service d’ordre les apercevait à la boutonnière de quelques « va-t-à-la-messe » qui n’avaient pas eu le temps d’aller les reposer chez eux.

Récupération politique

Pour une manif non politisée, elle a quand même donné de très longs temps de parole aux élus UMP. Ceux qui ont, certes, combattu le projet mais qui réclament l’union civile. Tous ou presque. Ceux qui, à titre personnel ou à travers leur mouvement, ont préparé le terrain de la culture de mort et l’avènement de la destruction nucléaire des fondements même de la société. Ni Marion Le Pen, ni Bruno Gollnisch, ni Gilbert Collard, parqués avec les élus au pied du podium, n’ont eu la parole. On leur a préféré un trotskiste et un obscur radical de gauche, alibis improbables de la « droite » parlementaire présente en nombre. (...)

JEANNE SMITS (source : journal PRESENT)

16 février 2013

Après le "mariage" homosexuel, la franc-maçonnerie réclame l'euthanasie

Lu dans le dernier numéro de Faits & documents :

forces occultes.jpeg"La loi sur le « mariage homosexuel » n’était pas encore adoptée que le Grand Orient de France, par un communiqué du 28 janvier, annonçait que la prochaine grande « conquête sociétale » devrait être l’euthanasie, à la suite du rapport du Pr Didier Sicard (remis au président de la République le 18 décembre) et le dépôt d’un projet de loi en juin 2013. « Le GODF attend par conséquent du législateur la définition et l’adoption d’un cadre légal précis dont il définira le calendrier, afin de pouvoir respecter la volonté de ceux qui décideront de mourir dignement. »"