Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 novembre 2013

Marchandisation de l'enfant - Notre Lettre aux élus

lettre-aux-élus-2-MPI.png

novembre 2013

« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire » (George ORWELL)

            Madame, Monsieur le Maire,

   Dans la « Lettre aux Elus » du 5/11/12, nous attirions votre attention sur les risques immenses que ferait courir tant à la société, qu’aux enfants qui pourraient être adoptés, une loi qui ouvrirait à deux personnes de même sexe le droit au mariage ainsi qu’à l’adoption d’enfants.

Malgré les résultats défavorables de sondages, malgré une opposition inouïe qui s’est notamment traduite par des manifestations d’une ampleur sans précédent depuis les années soixante, une loi aux termes de laquelle des duos homosexuels peuvent être déclarés « mariés » par un officier d’état-civil, a été promulguée le 18 mai dernier. La France devient ainsi le 14ème état sur les 138 que compte la planète à avoir promulgué une telle loi.

Dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, est inscrit le principe selon lequel « la loi est l’expression de la volonté générale »1. Jamais un tel principe n’aura été à tel point vidé de son sens : en effet, les personnes qui réclamaient une telle loi ainsi que celles qui pourront désormais s’en prévaloir, ne représentent - de l’aveu même de certaines associations d’homosexuels - qu’une infime partie de la population française.

Comme l’a démontré sur le terrain du droit et de l’éthique le philosophe Thibaud COLLIN, dans son ouvrage intitulé « Les lendemains du mariage gay »2, « l’ouverture du mariage civil aux personnes de même sexe serait un choix garanti par l’Etat de bafouer les droits de certains enfants ».

Cette ouverture est désormais chose faite et les différents promoteurs de cette transgression inouïe ne s’arrêteront pas en si bon chemin...

« Nous voulons très vite des enfants », tel est le cri du coeur qu’à peine « marié3 » par Mme Hélène MANDROUX - maire de Montpellier et qui est apparemment leur employeur - a lancé le duo homosexuel4 étrennant le 29 mai dernier la « Loi Taubira », devant un parterre de 500 invités.

Des enfants ! Nous y voilà ; mais comment deux hommes « s’accouplant » pourraient-ils avoir des enfants ? Même à Montpellier, dont la faculté de médecine jouit depuis des siècles d’un très grand prestige, la question laisse songeur...

L’adoption, me direz-vous ; oui, bien sûr, mais il y a infiniment plus de demandes que d’enfants adoptables et, par ailleurs, certains Etats, comme la Fédération de Russie, ont décidé de refuser que des enfants qui en sont les ressortissants puissent être adoptés dans des Etats où la loi autorise l’union de deux personnes de même sexe.

C’est pourquoi, malgré les dénégations de circonstances - à l’image de celles de Mme GUIGOU, à l’époque Garde des sceaux, selon lesquelles, après l’instauration du P.A.C.S., il ne serait plus question de « mariage homosexuel » - il y a tout lieu de craindre une poursuite de la dérive sociétale à laquelle nous assistons.

La proposition de loi portant « Assistance médicale à la procréation » et visant les « mariées unisexe », déposée le 19 juillet dernier au Sénat, n’est pas de nature à rassurer celles et ceux qui redoutent que d’autres projets de textes visant à ouvrir la PMA5 à ces « mariées unisexe » ainsi qu’à légaliser la GPA6, ne ressortent dès que les circonstances seront jugées favorables.

C’est précisément sur ces questions que la Lettre qui suit se propose de vous alerter car des apprentis sorciers - songeons aussi à l’introduction de la théorie du « Gender » dans les programmes de l’Education nationale - sont en train de jeter les bases juridiques d’une société aussi terrifiante que celle décrite par Aldous HUXLEY dans « Le meilleur des mondes ».
Par avance, nous vous remercions de nous faire part de vos commentaires éventuels sur le site prévu à cet effet.

            François BURLE


1 Art. 6 de cette Déclaration
2 Ed. Salvator ; juillet 2012
3 Durant son voyage de noces en Israël, offert par la mairie de Tel-Aviv, le duo aurait bénéficié de l’hospitalité de l’ambassadeur de France, dans sa résidence à Jaffa
4 Vincent AUTIN, l’un des « mariés », outre qu’il est employé municipal de la ville de Montpellier, est également, selon « Le Figaro » du 4/9/13, président de l’association « Lesbian § Gay Pride Languedoc-Roussillon ».
5 PMA : Procréation Médicalement Assistée
6 GPA : Gestation Pour Autrui


» » »  Pour en savoir plus, lire ici ou télécharger ici sur notre site la lettre complète au format pdf…

07 novembre 2012

Lettre aux élus: des arguments pour empêcher la dénaturation du mariage et défendre les droits de l'enfant

40.000 élus de France ont reçu la nouvelle  La Lettre aux élus publiée par l'institut CIVITAS et consacrée cette fois au projet gouvernemental d'ouverture du droit au mariage et à l'adoption aux couples homosexuels.

Vous trouverez ci-dessous la lettre d'accompagnement à la LAE ainsi que son sommaire. Un document à lire et à faire connaître !

Le 6 novembre 2012

 

lettre7_15_mini.png« Mécontents du peuple, les dirigeants ont décidé d'en changer » (Bertolt BRECHT)

 

       Monsieur, madame le Maire,

 

Le nouveau numéro de la « Lettre aux Elus » est consacré au projet gouvernemental d'ouverture du droit au mariage et à l'adoption aux couples homosexuels. Il s'agit en effet du 31ème engagement de campagne du candidat à la présidence de la république qu'était M. François HOLLANDE et auquel le nouveau gouvernement semble extrêmement pressé de donner suite.

L'équipe rédactionnelle tient à récuser par avance l'accusation d' « homophobie » qui fait partie des nombreuses armes dont dispose la « police de la pensée » pour empêcher un débat qui déboucherait sur le constat qu'une majorité de nos concitoyens est en réalité hostile à un tel bouleversement sociétal.

L'objectif de cette « Lettre aux Elus » n'est que la défense, par une argumentation objective, de l'intérêt supérieur de la famille et de l'enfant.

Or, le projet dont il s'agit, dénature le mariage et sape les fondements-même de la famille, cellule de base de toutes les sociétés humaines.

En outre, cette loi en préparation est très loin de correspondre aux attentes les plus pressantes de l'écrasante majorité de nos concitoyens.

Par ailleurs, qui peut croire une seconde que le « redressement spirituel et moral » prôné à juste titre par M. PEILLON, ministre de l'Education nationale, début septembre, puisse être compatible avec la révolution radicale des moeurs que constituerait l'ouverture du droit au mariage et à l'adoption à des partenaires homosexuels ?

Qui, en son âme et conscience, peut sérieusement soutenir que le spectacle donné par certains homosexuels lors de la « marche des fiertés lesbiennes, gays, trans et bi », la fameuse « Gay pride », soit conciliable avec le rôle de père ou de mère que ces individus pourraient éventuellement jouer, après l'adoption d'enfant(s), une fois la loi en question votée ?

Dans l'entretien qu'elle a accordé au quotidien « La Croix1», Mme TAUBIRA, ministre de la justice, a été très claire : le projet de loi qui sera déposé sous peu par le gouvernement ne prévoit en aucun cas qu'un maire puisse refuser de célébrer un « mariage entre personnes de même sexe »2.

Dès lors, nous ne doutons pas de l'intérêt que peut offrir pour vous la lecture de cette Lettre n°9, qui fait brièvement le point sur les enjeux de l'adoption éventuelle de ce projet de loi dont la mise au point est imminente.

Nous vous invitons à signer le manifeste rédigé par le collectif « Elus locaux pour la Famille » : déjà plusieurs députés, sénateurs et des dizaines de maires ont apporté leur soutien [Signer ici].

Nous vous informons également qu'aura lieu à Paris, le dimanche 18 novembre, une manifestation nationale contre ce projet de loi, à laquelle les élus soucieux du bien commun sont conviés de prendre part.
Départ à 14h30 devant le Ministère de la Famille, 14 avenue Duquesne, Paris 7ème (métro : Ecole Militaire)

 Par avance, nous vous remercions de nous faire part de vos commentaires éventuels sur le site prévu à cet effet.


François BURLE

1 « En clair : l'adoption d'enfant(s)
2 Titre II, chap. 2, art. 19 à 23

6a01156fa733b9970c0120a7fe6de3970b-800wi.png

PLAN DE LA LETTRE

  • I. INTRODUCTION
  • II. OUVRIR LE MARIAGE A DES DUOS HOMOSEXUELS EST CONTRAIRE A LA LOI NATURELLE
  • III. C'EST EGALEMENT CONTRAIRE AUX COMMANDEMENTS DE DIEU
  • IV. CE SERAIT UNE INQUIETANTE VOLTE-FACE SUR LE PLAN JURIDIQUE. QUE DE CHEMIN PARCOURU SOUS LA Vème REPUBLIQUE EN SI PEU DE TEMPS !
  • V. QU'EST-CE QUE LE MARIAGE ?
  • VI. ADOPTION : ATTENTION, L'ENFANT N'EST PAS UN OURS EN PELUCHE !
  • VI.1. Selon ses partisans, l'adoption par 2 hommes ou par 2 femmes serait sans danger pour l'enfant ...
  • VI.2. Quels enseignements tire-t-on en réalité des résultats concordants d'études réalisées tout dernièrement à ce sujet aux Etats-Unis ? Que révèle celle du Professeur REGNERUS ?
  • VI.3. Enfants vivant auprès d'un «couple de lesbiennes»
  • VI.4. Les résultats de l'étude du Pr Loren MARKS corroborent ceux de l'étude du Pr REGNERUS
  • VI.5. Mises en garde récentes émanant du corps médical français
  •   VII. CONSEQUENCES INELUCTABLES D'UN DROIT AU MARIAGE QUI SERAIT OUVERT A DES DUOS HOMOSEXUELS
  • VII.1.« Mariage à trois » (ou davantage ?)
  • VII.2. Polygamie
  • VII.3. Inceste
  • VII.4. Zoophilie
  • IX. CONCLUSION

 

Pour décourrir cette lettre, CLIQUEZ ICI.

06 janvier 2010

Euthanasier, c'est tuer !

3ème lettre aux élus: l'euthanasie

BanniereLAE

Il y a quelques semaines, une proposition de loi portant sur le «droit de finir sa vie dans la dignité». visant à ouvrir un droit à la mort a, après examen par la Commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale, été débattue en séance publique de cette Assemblée les 19 et 24 novembre dernier ; au terme de cette première lecture, elle a été rejetée. Soyons sûrs cependant que les promoteurs de l’euthanasie ne désarmeront pas.

C’est pourquoi, plusieurs dizaines de milliers d'élus locaux, régionaux et nationaux ont reçu cette semaine le numéro 3 de la «LETTRE A... consacré à la fin de vie et à l’euthanasie afin de  leur fournir  une analyse non partisane d'un problème d'actualité politique à la lumière de la doctrine sociale de l'Eglise.

Lultimeliberte