Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 avril 2015

La RATP n'aime pas les chrétiens

Lu sur Médias-Presse.Info :

logo_ratp

La RATP a fait retirer des affiches annoncant un concert "des prêtres" portant la mention "en faveur des Chrétien d'Orient". Déjà auparavant, une autre affiche avait rencontré les pires difficultés de la part de la RATP à cause de la croix pectorale portée par Mgr di Falco. L'évêque de Gap et d'Embrun rappelle ces difficultés dans un communiqué :

Le 14 juin 2015, le groupe « Les Prêtres » va donner un concert à Paris à l’Olympia. Les affiches pour le métro étaient prêtes. Elles ont dû être réimprimées, la RATP demandant que la mention « pour les chrétiens d’Orient » soit enlevée. À noter que lors de l’affichage en octobre 2014 pour annoncer le concert au Palais des Congrès, la RATP avait refusé dans un premier temps les affiches à cause de la croix que porte l’évêque. Tf1, le producteur, avait finalement obtenu l’affichage.

affiche-métro-les-pretres

Mais voilà, la RATP est franchement anti-chrétienne, et exige le retrait de ces affiches au nom de la laïcité ! Soutenir des populations chrétiennes qui se font massacrer parce qu'elles sont chrétiennes va contre la laïcité version RATP !

ratp-tromper-son-mari

Une laïcité qui rime parfois avec immoralité lorsque des affiches dans le métro encouragent les femmes à l'infidélité conjugale.

ratp-Secours-Islamique-France

Là ne s'arrête pas la folie de l'entreprise publique : non seulement la RATP est foncièrement anti-chrétienne, mais elle est islamophile, sans doute toujours au nom de la laïcité. Dans le même temps, une campagne de promotion du secours islamique est placardée, ce même secours islamique qui refuse de soigner les chrétiens en Syrie ! Voilà la neutralité de la RATP !

Cette "neutralité" s'est déjà exprimée auparavant en souhaitant bon ramadan dans le métro !

ratp-ramadan-2.jpg

ramadan-téléphonie-mpi.jpg

L'inscription "Qu'Allah bénisse la France" n'est pas non plus contraire à la "neutralité" de la RATP...

ratp-allah

Une telle "neutralité" ne diffère pas beaucoup de celle du gouvernement qui finance et arme les "rebelles" islamistes qui massacrent en Syrie et ailleurs !

Devant une telle politique complice du massacre des chrétiens d'Orient, c'est l'ensemble de la direction de la RATP qui doit être démise de ses fonctions !

10 juillet 2014

Laïcité et liberté religieuse, des concepts déformés - Conférence de François-Xavier Peron au colloque Civitas

28 novembre 2013

Panique au Grand Orient : la République serait en danger...

 

forces occultes.jpeg

Lu sur Médias-Presse.Info 

 

Dans l’Indre-et-Loire, les réseaux du Grand Orient de France sont en ébullition. C’est que quelque chose  d’important vous a échappé : la République et la Laïcité seraient en grave danger !

Le « temple » des « trois-points » de la loge « Concorde et Solidarité lochoise » dépendante  du Grand Orient de France a déménagé depuis peu de Loches à Beaulieu. Chaque mois, ils sont une trentaine à venir « plancher » en « atelier ». Yann Lequitte en est le « Vénérable » depuis juin dernier. Et au vu de l’actualité – ou serait-ce plutôt en raison du désintérêt qui se constate partout en France pour entrer en franc-maçonnerie ? -, le voilà qui annonce vouloir « faire savoir publiquement aux citoyens que les francs-maçons du Grand Orient travaillent dans la cité pour défendre les valeurs républicaines ».

En partenariat avec le  « comité laïcité République Sud Touraine » et les sept autres loges du Grand Orient en Indre-et-Loire, il organise donc le 29 novembre une projection-débat du film « La Séparation » sur la loi de séparation de l’Église et de l’État, en présence de l’auteur du film (Bruno Fuligni) et de l’ancien « Grand Maître adjoint » du Grand Orient Jean-Philippe Marcovici. Le Grand Orient – qui revendique 400 affiliés en Indre-et-Loire – a prévu des activités sur ce thème dans tout le département.

Philippe Adam, président du comité laïcité République Sud Touraine (CLR-ST), en est tout agité : « Il est important que nous nous souvenions de la loi sur la laïcité de 1905 par devoir et plus que tout par nécessité, alors que la République est en grand danger. » Et le même de déclarer à la presse locale les raisons de son inquiétude, notamment « le FN qui s’empare de la laïcité pour la défigurer, les attaques racistes qui n’ont d’autres échos que le mutisme flagrant d’un grand nombre d’hommes politiques… On entend le bruit des bottes revenir. » Sans oublier le cas du conseil municipal de Fontgombault, dans l’Indre voisine, qui « rejette en bloc une loi sous des prétextes dogmatiques et participe ainsi à l’effritement de la République », faisant référence à la décision de la municipalité de refuser de procéder au mariage de personnes de même sexe au nom d’« une loi naturelle, supérieure aux lois humaines ».

Le comité laïcité République Sud Touraine (CLR-ST) a prévu d’intervenir dans la campagne des municipales à Loches et dans le Sud-Touraine en interpellant les candidats. Pas besoin de préciser que le Grand Orient sera également très présent dans ces élections municipales…

29 septembre 2013

Pierre Bergé, l'inverti cosmopolite, s'en prend à nouveau au christianisme

Un excellent article sur MEDIAS PRESSE INFO !

Il y a des êtres vils qui n’inspirent que mépris, Pierre Bergé est de ceux-là. Sa dernière sortie lors de l’émission « On refait le monde » diffusée par RTL laisse pantois tant elle est d’une provocation extrême : « Je suis pour la suppression intégrale de toutes les fêtes chrétiennes en France » ! Le richissime inverti, chantre de la laïcité, ajoute au passage qu’il faut prendre en compte les nombreux musulmans installés en France. (...)

Un très bon article à lire ici et à diffuser largement

(ci-dessous, Pierre Bergé en tête d'une manifestation du mouvement extrémiste Act Up)

pierreberge-actup.jpg

11 juillet 2013

Une politique pour un monde où l'hétérosexualité ne serait pas normale ?

danger.jpgEn cette période estivale, je voudrais obtenir quelques minutes de votre attention pour insister sur la gravité du plan révolutionnaire prévu pour la rentrée dans la suite logique de la loi Taubira. De la procréation médicalement assistée à l'euthanasie en passant par la gestation pour autrui, de l'idéologie du genre à la réforme subversive de l'éducation nationale, la rentrée sera semée de pièges redoutables. Je me contenterai de mettre à votre disposition quelques citations éloquentes pour mesurer l'ampleur des dangers.
 
Idéologie du genre : penser un monde où l'hétérosexualité ne serait pas normale
"Ce qui est cause, c'est l'hétérosexualité en tant que norme. Il nous faut essayer de penser un monde où l'hétérosexualité ne serait pas normale."
Eric Fassin, sociologue, promoteur de la théorie du genre en France, professeur à l'Ecole Normale Supérieure
 
Une politique des "anormaux"
LGBT, c'est dépassé ! Place au LGBTQI (pour LesBiGayTransQueerIntersexes). Beatriz Preciado, auteur de Multitudes queer : notes pour une politique des "anormaux", explique que "la priorité du mouvement queer" est de "défaire les identités" en promouvant une "politique des multitudes", des "anormaux", de tout ce qui est considéré comme sexuellement déviant. Il s'agit de créer l'union de toutes les différences "monstrueuses", de tous les "sujets abjects" pour détruire "l'hétéronormativité".
 
Un Etat totalitaire qui s'empare des enfants
"Les enfants n'appartiennent pas à leurs parents, ils appartiennent à l'Etat."
Laurence Rossignol, sénatrice PS, 5 avril 2013, en direct sur France 2, émission Ce soir ou jamais
 
"Le but de la morale laïque est de permettre à chaque élève de s'émanciper... Il faut être capable d'arracher l'élève à tous les déterminismes : familial, ethnique, social, intellectuel"
(Vincent Peillon, Le Figaro, 2/9/2012)
 
La religion et la morale laïques exigent donc, pour lutter contre les déterminismes, de "changer les mentalités (...) notamment par le biais d'une éducation au respect de la diversité des orientations sexuelles"
(Vincent Peillon, Lettre du 4 janvier 2013 aux recteurs)
 
Une haine de la Famille qui a pour corollaire la haine de Dieu
"Toute l'opération consiste bien, avec la foi laïque, à changer la nature même de la religion, de Dieu, du Christ, et à terrasser définitivement l'Eglise".
(Vincent Peillon, Une religion pour la République, p. 277, édition du Seuil, 2010)
 
"Il faut donc à la fois déraciner l'empreinte catholique qui ne s'accomode pas de la République et trouver, en dehors des formes religieuses traditionnelles, une religion de substitution qui arrive à inscrire jusque dans les moeurs, les coeurs, la chair, les valeurs et l'esprit républicain sans lesquels les institutions républicaines sont des corps sans âme qui se préparent à tous les dévoiements"
(Vincent Peillon, ibid, p. 34)
 
"La laïcité française, son ancrage premier dans l'école, est l'effet d'un mouvement entamé en 1789, celui de la recherche permanente, incessante, obstinée de la religion qui pourra réaliser la Révolution comme promesse politique, morale, sociale, spirituelle. Il faut pour cela une religion universelle : ce sera la laïcité. Il lui faut aussi son temple ou son église : ce sera l'école. Enfin, il lui faut son nouveau clergé : ce seront les hussards noirs de la république"
(Vincent Peillon, ibid, p. 48)
 
Une seule question : allez-vous laisser faire ? Si votre réponse est NON, encore faut-il savoir comment riposter efficacement. Cela demande de s'informer, de connaître le contenu, l'histoire, l'origine et les finalités de ces idéologies et d'apprendre à argumenter pour démonter ces folies. C'est pourquoi la session d'été organisée par CIVITAS à Unieux du 26 au 29 juillet mérite votre participation ! Inscrivez-vous sans tarder. Toutes les informations sont ici.
 
Alain Escada,
président de CIVITAS

12 février 2013

l'institut CIVITAS vu de Suisse

Extrait de l'émission "Mise au Point" de la RTS (Radio Télévision Suisse) du 27 janvier 2013 consacré à l'institut CIVITAS.

06 novembre 2012

Un combat aussi confessionnel !

 

affichecivitasouifamillenonhomofolie.jpgDans un communiqué appelant à l’union mais non pas à la confusion face au danger de la dénaturation du mariage, Alain Escada (Civitas) attire l’attention à notre suite (1) sur l’incongruité qu’il y a pour les catholiques à ne s’engager dans les débats actuels dits de société que sur les seules bases de l’anthropologie :

« A eux – et à eux seuls –, les bien-pensants recommandent avec insistance un engagement “a-confessionnel” et anonyme. Dans cette bataille, au nom de l’efficacité et de “l’éthique” (?), on pourrait donc se présenter fièrement comme athée, homosexuel, de gauche, parler selon les commandements du judaïsme ou de l’islam, mais il serait malvenu, inopportun, voire incongru de souligner que les enseignements du christianisme et la loi naturelle font bon ménage. Voilà qui non seulement est étrange mais inquiétant… »

Et de citer à l’appui une tribune libre de Chantal Delsol (dans le Figaro du 20 mai 2012) qui développe à sa manière le célèbre aphorisme de Chesterton (« Otez le surnaturel, il ne reste plus que ce qui n’est pas naturel ») : « Quand la chrétienté s’efface, c’est comme si on nous retirait le sol sous les pieds : plus rien ne reste. C’est à dessein que je dis “rien”. Car l’exigence du mariage homosexuel, et de l’adoption des enfants qui va avec, est un dessein nihiliste. Non parce qu’il va contre la “nature”. Mais parce que, par principe, il refuse de débattre sur la question des limites : tout ce que je veux, et tout de suite, et quelles qu’en soient plus tard les conséquences. »

Quand, dans le débat, le naturel ne s’appuie plus sur le surnaturel, même l’anthropologie la mieux construite et défendue devient vulnérable et risque très vite de s’adosser très démocratiquement sur l’arbitraire d’une éthique séculière (2) : « Lorsque plus rien n’arrête le désir, ni la religion ni la tradition, ni aucune sagesse plus haute, alors les dégâts ne sont pas loin. Nos contemporains, d’ailleurs, le savent bien, puisque dans tous les autres domaines ils militent contre la loi du désir tout-puissant : face à l’environnement, face à l’économie… Pourquoi faudrait-il limiter nos caprices dans le but de protéger l’avenir des forêts ou celui des salariés, et non de protéger l’avenir de la famille ? » (Chantal Delsol)

De la notion de justice immanente (induite à géométrie variable), on en revient alors à celle du châtiment divin, qu’ont si peur d’évoquer aussi nos « bien-pensants a-confessionnels ». Ils sont par exemple choqués des propos de la Vierge immaculée lors de ses apparitions : « Je ne peux plus retenir le bras de mon Fils… » C’est oublier, commentait Gustave Thibon à propos du message de Notre Dame de la Salette, que les menaces de Dieu ne sont que des promesses retournées dans la mesure où les hommes ferment leur cœur à sa grâce : « Le premier refus vient de nous. Cette main de Dieu qui nous frappe, c’est la main miséricordieuse, pleine de dons, préparés pour nous de toute éternité, et que nous contraignons, par notre indifférence, à se refermer sur ses présents. Dieu n’a pas même à nous punir positivement : il suffit qu’il se détourne de nous pour qu’abandonnés à la pesanteur du péché nous roulions fatalement au fond de l’abîme. »

Comme le laboureur

Le philosophe du « retour au réel » méditait sur le fait que Marie s’adressait à deux enfants de la terre (Maximin et Mélanie) et était d’autant plus audible pour un monde paysan : « Le message de la Vierge pourrait être résumé dans ces simples mots : Si vous ne cherchez le ciel, vous perdrez la terre. Et cet avertissement s’applique à nous mieux qu’à personne. Courbé vers la terre par son travail, le paysan court toujours le risque de s’enliser dans la terre… Ces fruits du sol, ces biens charnels obtenus au prix d’un si dur labeur, il est toujours tenté de s’en faire des idoles et d’oublier que Dieu, suivant le mot de Mistral, “travaille de moitié avec lui”. Marie est descendue du ciel pour lui rappeler, en parlant sa propre langue, que le réalisme de la terre, s’il n’est pas prolongé et couronné par la prière, aboutit tôt ou tard à la ruine de l’homme. »

Commentant la cinquième épître de saint Jacques qui prend en exemple le laboureur (Jc 5, 7-8), Benoît XVI ne disait pas autre chose dans son Angélus du 12 décembre 2010 : « L’agriculteur est le modèle d’une mentalité qui unit de façon équilibrée foi et raison, parce que d’une part il connaît les lois de la nature et il accomplit bien son travail, et de l’autre, il se confie dans la Providence, parce que certaines choses fondamentales ne sont pas entre ses mains, mais dans les mains de Dieu. La constance et la patience sont justement la synthèse entre l’engagement humain et la confiance en Dieu. »

Quoiqu’en pensent nos évêques d’hier (3) et trop encore d’aujourd’hui, il n’y a pas contradiction ni opposition entre ce que le paysan demande à l’engrais (de préférence naturel !) et ce qu’il demande dans la prière des Rogations, entre les causes secondaires et les causes premières, entre le naturel et le surnaturel. De même, ce que l’homme demande avec raison à l’anthropologie fondée sur la science et la loi naturelle n’est pas exclusif de ce qu’il demande au Dieu d’Amour dans un appel qui n’est pas « étroitement confessionnel » (Mgr Ricard). Car, même s’il est reçu comme cela par nos contemporains, loin de défendre « un pré carré » ou « des privilèges » confessionnels (Mgr Vingt-Trois), ce rappel religieux vaut objectivement pour la terre entière, tout aussi universellement que le rappel de la loi naturelle qu’il authentifie, conforte et valide de manière confessionnelle, surnaturelle, sous le mode de la foi, par la voie d’une Révélation historique qui a tout de même fait ses preuves apologétiques !

Distinguer pour unir : la grâce n’abolit pas la nature mais la conforte et l’achève universellement. On aurait bien tort de s’en priver, a fortiori lorsqu’on est évêque. Concluons avec Thibon : « A celui qui cherche Dieu, tout sera donné par surcroît, mais à celui qui n’a rien (c’est-à-dire qui n’a que la terre), on enlèvera ce qu’il a. Marie est venue apprendre aux paysans que les racines ne restent vivantes que si leur adhérence à la terre s’unit à l’élan de la tige vers le ciel. »

(1) Cf. Présent d’hier et de samedi, des 24, 17 et 10 octobre, des 25, 19 et 18 septembre.

(2) Comme le Comité d’éthique nous en a fait la démonstration, notamment avec le P. Bruguès : cf. Livre noir des évêques, p. 129.

(3) Cf. leur fameuse « déclaration doctrinale » de 1969 : nous y reviendrons.

REMI FONTAINE

Affiche18 novembre.png

21 juillet 2012

Gouvernement socialiste : de la laïcité à l'allahicité

François Hollande avait annoncé durant sa campagne électorale vouloir inscrire la séparation de l'Eglise et de l'Etat dans la Constitution. Son gouvernement et le PS se veulent à la pointe d'un fondamentalisme laïque dont la caractéristique essentielle repose sur la haine du catholicisme. Mais vis-à-vis de l'islam, nos socialistes laïques sont prêts à tous les accomodements. Dernière preuve en date : Manuel Valls s'est rendu vendredi dernier à la Mosquée de Paris pour rompre le jeûne à l'issue de ce premier jour de ramadan...

vallsfêteramadan.jpg

19 juillet 2012

Ramadan à l'Elysée: on croyait Hollande laïco-constipé; il est surtout dhimmi et reconnaissant

Le "président normal" de la Vème République, François Hollande, a reçu son premier dignitaire religieux au palais de l'Elysée à savoir le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur,  pour marquer le début du Ramadan (neuvième mois du calendrier musulman).

On croyait le président laïco-constipé; il est surtout dhimmi et reconnaissant...Voici l'extrait d'un reportage vu sur defrancisation:

06 juin 2012

Les fondamentalistes laïques s'organisent au niveau européen

laicisme-revuecivitas.jpgLe 25 mai dernier, lors d'une assemblée à Utrecht (Pays-Bas), Pierre Galand est devenu  le président de la Fédération Humaniste Européenne (FHE), partenaire officiel de l'Union européenne au titre de l'article 17 du Traité sur le fonctionnement de l'Union Européenne. Cette fédération regroupe 54 associations laïques en Europe. Parmi ces associations, on y retrouve pour la France la Ligue de l'enseignement. L'objectif de cette fédération est d'influencer les décideurs européens sur des thèmes comme la recherche sur les cellules-souches embryonnaires, l'avortement, l'euthanasie, le "mariage" homosexuel, la séparation des Eglises et de l'Etat... Le christianisme est clairement la cible principale de ces mouvements. 
Pierre Galand, le nouveau président de cette fédération laïciste, préside également en Belgique le Centre d'action laïque (CAL) et est un ancien sénateur coopté du parti socialiste belge.
On notera qu'en 2011, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso avait déjà organisé une rencontre avec plusieurs obédiences maçonniques et laïcistes.