Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 juin 2013

Déception : un "mariage" homosexuel à Orange...

mariagehomopolygamie.jpgJacques Bompard n’aura pas tenu longtemps. La menace des amendes et, qui sait, de la prison, a eu raison de son hostilité au « mariage » homosexuel : deux femmes se sont unies lundi devant un conseiller municipal de sa majorité à Orange. C’était le premier « mariage » gay du Vaucluse. La presse locale est hystérique de plaisir. Les photos de l’événement font la une des quotidiens, les journalistes se félicitent d’un moment historique : Stéphanie et Aurélie, « ce sont tout simplement deux femmes qui s’aiment et qui veulent se construire un avenir ensemble. Quoi de plus naturel ? », demande Vaucluse matin. On voit aussi Nina, deux mois, la petite fille de la couple. C’est pour elle que les deux femmes, ensemble depuis huit ans, déjà pacsées en 2011, se sont « mariées » : Stéphanie veut l’adopter, lui donner son nom comme elle l’a aussi donné à sa compagne.

Qui est le papa ? Aurélie a-t-elle bénéficié d’une fécondation in vitro, ou d’une insémination artificielle et anonyme sous contrôle médical ? A-t-elle préféré la méthode artisanale proposée par certains… étalons, qui fournissent la semence, à charge pour l’intéressée, en pic de fécondité, de se l’administrer elle-même à la lumière des bougies et avec une musique romantique en toile de fond ? (Excusez les détails, mais cela se fait, si, si.) Ou a-t-elle surmonté son dégoût des hommes pour adopter la méthode traditionnelle ? L’inconvénient dans les deux derniers cas est de connaître le père, qui avec le temps peut devenir encombrant. Et qui sait, exiger des droits sur l’enfant en tant que géniteur biologique. Pire : Nina pourrait bien un jour réclamer son « vrai papa ».

C’est dire si ce « mariage » n’est ni un conte de fées ni même un roman à l’eau de rose : elle touche à la trame, au tissu même de la vie sociale et en ce sens constitue un acte éminemment, fondamentalement politique.

Il y a un an, dans notre numéro du 14 juillet, Jacques Bompard avait de lui-même soulevé l’affaire alors que nous l’interrogions sur son élection à l’Assemblée nationale, et plus précisément sur la proposition qui circulait alors de modifier les jours fériés en France au profit de fêtes juives ou musulmanes. Le maire d’Orange prévoyait d’autres batailles :

« Nous aurons le combat pour la famille : on veut nous faire un faux mariage qui ne sera plus au service de la défense de la famille mais aux caprices d’individus. Or le mariage n’est pas de l’ordre du caprice : c’est fait pour fonder une famille et avoir des enfants, et non pas, au départ, pour en adopter. »

Dans un premier temps, la loi Taubira promulguée, Jacques Bompard avait envisagé de confier la célébration des « mariages » des couples de même sexe aux élus de l’opposition, cédant d’emblée aux caprices. Cela a déçu… C’est cette solution qu’il adopta lorsque les deux amantes d’Orange vinrent réclamer ses services. On publia les bans, avant de les rendre plus discrets devant l’étonnement de certains ; Anne-Marie Hautant, EELV, l’une de ses opposantes les plus passionnées, fut sollicitée. Elle refusa dans un premier temps, puis accepta sous la pression des deux candidates au mariage.

Entre-temps, Jacques Bompard s’avisant que la délégation spéciale dont il chargerait l’élue l’engagerait personnellement, décida cependant de procéder autrement. Il chercha et trouva parmi les élus de sa majorité, la Ligue du Sud, un conseiller disposant déjà de la délégation pour marier : c’est Denis Sabon qui s’est exécuté et qui a même affirmé n’avoir fait l’objet d’« aucune pression particulière ». « Je respecte la loi, c’est une loi républicaine, donc je respecte la loi tout simplement, tout à fait sympathiquement. Je vois pas pourquoi j’aurais fait la mauvaise foi d’une loi qui est passée, qu’on doit respecter », a-t-il déclaré à France Bleu Provence.

Et c’est ainsi qu’à Orange, où Jacques Bompard aurait pu s’ouvrir un joli boulevard politique à l’heure où l’opposition massive au « mariage pour tous » se cherche des chefs, on a trouvé des accommodements.

La veillée d’opposants au mariage pour tous – une cinquantaine de personnes se sont pacifiquement rassemblées dimanche soir sur les marches du théâtre – lui aura sans doute fait siffler les oreilles.

Cinq autres dossiers de mariage ont été déposés dans la commune par des paires de même sexe.

JEANNE SMITS - Article extrait du journal PRESENT du Mercredi 26 juin 2013

23 décembre 2012

Revue de presse: Le lobby avorteur européen en action, 13% du PIB pour les banques, les militaires sans soldes, Bompard et la décadence sociétale du mariage gay

Conseil de l'Europe : pressions sur la Pologne et l'Irlande pour l'avortuerie. Analyse du Centre européen pour le droit et la justice (via Zenit)

Les Etats européens ont versé 1600 milliards d'euros d'aides aux banques depuis la crise.Cette somme représente 13% du PIB de l'Union européenne.(L'Expansion)

Défense: il manque 204 millions d’euros pour payer les soldes avant la fin du mois(Zone militaire)

VIDEO: Intervention en commission à l'Assemblée de Jacques Bompard sur la notion de progrès sociétal et l'absence d'un vrai débat concernant le projet de loi ouvrant le Mariage aux Homosexuels.

16 décembre 2012

Revue CIVITAS n°46 (Décembre 2012): la dignité de l'Homme à l'aune de Saint Thomas d'Aquin

 madame roland,jacques bompard,révolution,saint thomas d'aquin,rp bernard de menthon,dignité humaine,liberté,lexandre lalanne berdouticq,syrie,noël,civitas,revue

Parodiant la célèbre apostrophe de Madame Roland montant sur l’échafaud : «Liberté, que de crimes on commet en ton nom !», nous pourrions écrire aujourd’hui «Dignité humaine, combien de crimes on commet en ton nom !».

De fait, la dignité de l’homme et les droits qu’elle suppose sont aujourd’hui le principal levier par lequel  les adversaires de l’ordre naturel et surnaturel démantèlent les derniers vestiges de la civilisation chrétienne. C’est pourquoi la revue consacre un dossier sur ce sujet dont la compréhension profonde est souvent méconnue.  Le RP Bernard de Menthon (OSB) a réalisé un dossier d’une exceptionnelle profondeur puisqu’il prend soin d’évoquer successivement toutes les acceptions de la dignité de la personne de l’Antiquité à la période actuelle en s’étendant bien sûr à la doctrine si sûre et toujours d’actualité de saint Thomas d’Aquin.

Mais ce numéro de la revue est également riche par bien d’autres articles comme par exemple celui de géopolitique d’Alexandre Lalanne Berdouticq sur les causes profondes de la guerre civile en Syrie ou l’appel à l’engagement militant de Jacques Bompard, maire d’Orange, sans compter les habituelles recensions d’ouvrages recommandés et, bien sûr, les photos de la manifestation du 18 novembre !

En cette période de Noël, achetez non seulement le numéro de décembre de la revue, mais profitez-en pour vous y abonner, chaque trimestre vous confirmera que vous avez fait un bon choix…

11 octobre 2012

Mariage homosexuel : une clause de conscience pour les maires ?

xavier lemoine,jacques bompard,maire,député,"mariage" gay,droit de retrait,élus locaux,philippe gosselin,conseil des ministres,projet de loiNOVOpress.info A trois semaines de la présentation en Conseil des ministres du texte ouvrant aux homosexuels le droit au mariage, Le Collectif des maires pour l’enfance a annoncé mercredi avoir écrit aux « 155 000 maires et adjoints aux maires pour les inviter à signer l’appel des maires pour l’enfance ». « Nous leur demandons s’ils sont intéressés par une consultation des maires avant toute réforme sur la famille, s’ils sont pour ou contre le mariage homosexuel et s’ils sont demandeurs d’une clause de conscience qui leur permette de ne pas célébrer ces mariages », a expliqué le député-maire UMP de la Manche Philippe Gosselin.

« Un tel sujet de société doit être débattu au-delà de l’enceinte parlementaire. Nous demandons des Etats généraux », ajoute le député qui réclame aussi un référendum sur ce sujet. Pour le maire de Montfermeil (Seine-Saint-Denis) Xavier Lemoine, « si cette loi devait passer, nous demandons qu’il y ait une clause de conscience pour les élus, comme cela existe pour les médecins pour l’IVG. Cette loi touche à l’intime de la conscience de chacun ».

Dans le même esprit, une pétition été lancée par le député-maire d’Orange, Jacques Bompard. Elle demande l’abandon de la loi et à défaut l’inscription d’un « droit de retrait » autorisant les élus à ne pas célébrer ces mariages. Cette pétition avait été signée mercredi en début d’après-midi par 1 248 élus. Le Collectif des maires pour l’enfance a été créé en 2006 pour obtenir que les maires soient consultés avant toute modification législative ou réglementaire dans le domaine de la politique familiale.

Source: Article publié sur le site de l'agence de presse indépendante NOVOpress.info le 11/10/12

xavier lemoine,jacques bompard,maire,député,"mariage" gay,droit de retrait,élus locaux,philippe gosselin,conseil des ministres,projet de loi