Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 juillet 2013

Euthanasier, c'est tuer !

euthanasiec'esttuer.jpgAu moment où le monde politique français se lance dans une nouvelle offensive visant à légaliser l'euthanasie, il est bon de rappeler à quelle société criminelle cela conduirait et de relire les propos ignobles de Jacques Attali publiés dès 1981 (dans son libre L'avenir de la vie) : "Dès qu'il dépasse 60-65 ans l'homme vit plus longtemps qu'il ne produit et il coûte cher à la société. (...) L'euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures."

Va-t-on laisser faire ? Euthanasier, c'est tuer ! Non au crime institutionnalisé ! Non aux lois mortifères !

21 février 2013

Ni fille ni garçon, l'enfant "neutre", cela commence déjà maintenant !

stop.jpegJacques Attali rêvait récemment d'un futur monde unisexe. Des parents suédois le mettent déjà en oeuvre ! Ils expliquent au quotidien Svenska Dagbladet que leur enfant né en 2009 et appelé Pop est "neutre". Entendez par-là qu'ils ne veulent le considérer ni comme un garçon ni comme une fille... "Nous voulons que Pop grandisse librement et non dans un moule d'un genre spécifique. C'est cruel de mettre au monde un enfant avec un timbre bleu ou rose sur le front. Aussi longtemps que le genre de Pop restera neutre, il ne sera pas influencé par la façon dont les gens traitent les garçons ou les filles".
L'habillement ? Cela dépend des jours. Parfois une robe, parfois un pantalon. Même chose pour la coupe de cheveux, parfois masculine, parfois féminine. "Pour moi, Pop n'est ni une fille ni un garçon, c'est seulement Pop", raconte tranquillement la mère qui doit avoir sérieusement fumé la moquette...
Mais ce n'est hélas pas un cas isolé. Le journal suédois affirme que d'autres parents choisissent désormais d'élever leurs enfants "de façon neutre". Quelques parents du même calibre se compteraient également au Canada et en Grande-Bretagne. La journaliste évoque le cas d'un enfant à qui ses parents britanniques ont attendu l'âge de ses 5 ans et son entrée à l'école pour lui faire cet aveu audacieux : "tu es un garçon".
Le pire des mondes est pour bientôt et les cas psychiatriques ne vont pas manquer !

09 février 2013

Du "mariage" homo à l'humanité unisexe ? C'est Jacques Attali qui le dit...

ouiàlafamille.jpegJacques Attali, le 17 janvier 2012, avait déjà annoncé à la télévision que la polygamie suivrait le "mariage" homosexuel et ferait l'objet de la prochaine campagne présidentielle. Il poursuit dans sa description du délire qui nous attend. Et nous promet une humanité unisexe...

« Nous allons lentement vers une humanité unisexe, où les hommes et les femmes seront égaux sur tous les plans, y compris celui de la procréation, qui ne sera plus le privilège, ou le fardeau, des femmes. [...] La sexualité se séparera de plus en plus de la procréation [...] Nous allons inexorablement vers une humanité unisexe, sinon qu’une moitié aura des ovocytes et l’autre des spermatozoïdes, qu’ils mettront en commun pour faire naitre des enfants, seul ou à plusieurs, sans relation physique, et sans même que nul ne les porte. Sans même que nul ne les conçoive si on se laisse aller au vertige du clonage« , écrit-il.

03 juillet 2012

Premiers bébés génétiquement modifiés

acim.jpgCommuniqué de l’Association Catholique des Infirmières et Médecins :

"Le Daily Mail du 3 juillet 2012 annonce la création des premiers bébés génétiquement modifies. Une femme était stérile. Des biologistes ont injecté directement dans ses ovules des gènes d’une autre femme. Puis la fécondation par les spermatozoïdes du conjoint, et la naissance sont intervenues. L’enfant aura ainsi trois parents. Quinze enfants sont nés dans ces conditions au Reproductive Medicine and Science de St Barnabas dans New Jersey. Trente enfants seraient nés aux Etats-Unis de cette manière. Ceux-ci seraient tous en bonne santé. Le programme génétique de ces enfants a bien sûr été vérifié : effectivement on retrouve des gènes des deux mamans et du père. Ce qui se présente comme une prouesse technique au service de l’infertilité pose de très graves problèmes moraux. Car surtout les généticiens craignent que cette méthode ne soit utilisée pour créer de nouvelles races humaines avec des caractéristiques programmées comme par exemple la force physique et une intelligence supérieure. Attali dans son ouvrage Petite histoire de l’avenir avait déjà évoqué la possibilité pour les savants d’arriver à préprogrammer des êtres humains. Nous y sommes."