Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 juin 2017

Aujourd’hui la PMA, demain la GPA, après-demain l’utérus artificiel et le transhumanisme

 

Aujourd’hui la PMA, demain la GPA, après-demain l’utérus artificiel et le transhumanisme
 
A peine le gouvernement du président Emmanuel Macron est-il installé que le lobby “lesbien, gay, bisexuel et transgenre” réimpose son agenda et ses revendications contre-nature.
"Notre objectif est bien de traduire d'un point de vue législatif l'avis" du Comité consultatif national d'éthique, qui "va dans le sens des positions d'Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle", a déclaré le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner, rappelant que le président-bankster des Rothschild s'était alors "prononcé en faveur de l'extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes célibataires".
 
Une fois de plus resurgit, au mépris du réel et de l’ordre naturel, ce caprice des milieux homosexuels et lesbiens de vouloir se procurer des enfants comme s’il s’agissait d’une simple marchandise ou d’un animal de compagnie.
Répétons-le : le “droit à l’enfant” n’existe pas !
 
Vers un nouvel ordre sexuel mondial
 
Le parallèle est frappant. A peine François Hollande était-il élu président de la république qu’il chargeait Christiane Taubira de dénaturer le mariage pour autoriser l’union en mairie de deux personnes de même sexe, permettant dans la foulée à des duos homosexuels d’adopter des enfants. Et à peine Emmanuel Macron est-il élu président de la république qu’il charge son gouvernement de permettre aux lesbiennes de recourir à la procréation médicalement assistée. Or, on sait que chacune de ces étapes en entraîne une autre, dans le cadre du processus démoniaque qui nous conduit vers un nouvel ordre sexuel mondial totalitaire et entièrement contraire à l’ordre naturel. Après la PMA viendra évidemment le temps de la GPA puis, comble de la folie humaine, celui de l’utérus artificiel imaginé par les adeptes du transhumanisme. Car ces fous “se prennent pour des Dieux”.
 
Tirer les leçons des précédentes compromissions
 
La bataille qui s’annonce impose de tirer les leçons de l’échec de la Manif pour Tous à empêcher le vote de la loi Taubira. Malgré des mobilisations de foules importantes, le ton festif et équivoque de ces manifestations n’avait nullement impressionner le gouvernement de l’époque et les copinages avec l’UMP n’avaient servi à rien.
Cette fois, les Français qui veulent réellement s’opposer à ce plan démoniaque devront choisir en connaissance de cause. Soit une stratégie bisounours qui donne bonne conscience aux bien-pensants mais est inexorablement vouée à l’échec. Soit une stratégie de rupture avec le système, acceptant de marteler les vérités et principes de la loi naturelle et des commandements de Dieu. Car ce combat est éminemment eschatologique et nos adversaires en sont, eux, pleinement conscients.
 
Dès à présent, toutes les bonnes volontés peuvent nous contacter. Cette fois, que tous les catholiques agissent en catholiques !
 
Alain Escada,
président de Civitas

15 octobre 2016

PMA, GPA... NON, ceci n'est pas une marchandise

Affiche Civitas femme pas une marchandise.jpg

13 octobre 2016

NON Pierre Bergé, ceci n'est pas une marchandise !

Affiche Civitas enfant pas une marchandise.jpg

13 novembre 2013

Marchandisation de l'enfant - Notre Lettre aux élus

lettre-aux-élus-2-MPI.png

novembre 2013

« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire » (George ORWELL)

            Madame, Monsieur le Maire,

   Dans la « Lettre aux Elus » du 5/11/12, nous attirions votre attention sur les risques immenses que ferait courir tant à la société, qu’aux enfants qui pourraient être adoptés, une loi qui ouvrirait à deux personnes de même sexe le droit au mariage ainsi qu’à l’adoption d’enfants.

Malgré les résultats défavorables de sondages, malgré une opposition inouïe qui s’est notamment traduite par des manifestations d’une ampleur sans précédent depuis les années soixante, une loi aux termes de laquelle des duos homosexuels peuvent être déclarés « mariés » par un officier d’état-civil, a été promulguée le 18 mai dernier. La France devient ainsi le 14ème état sur les 138 que compte la planète à avoir promulgué une telle loi.

Dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, est inscrit le principe selon lequel « la loi est l’expression de la volonté générale »1. Jamais un tel principe n’aura été à tel point vidé de son sens : en effet, les personnes qui réclamaient une telle loi ainsi que celles qui pourront désormais s’en prévaloir, ne représentent - de l’aveu même de certaines associations d’homosexuels - qu’une infime partie de la population française.

Comme l’a démontré sur le terrain du droit et de l’éthique le philosophe Thibaud COLLIN, dans son ouvrage intitulé « Les lendemains du mariage gay »2, « l’ouverture du mariage civil aux personnes de même sexe serait un choix garanti par l’Etat de bafouer les droits de certains enfants ».

Cette ouverture est désormais chose faite et les différents promoteurs de cette transgression inouïe ne s’arrêteront pas en si bon chemin...

« Nous voulons très vite des enfants », tel est le cri du coeur qu’à peine « marié3 » par Mme Hélène MANDROUX - maire de Montpellier et qui est apparemment leur employeur - a lancé le duo homosexuel4 étrennant le 29 mai dernier la « Loi Taubira », devant un parterre de 500 invités.

Des enfants ! Nous y voilà ; mais comment deux hommes « s’accouplant » pourraient-ils avoir des enfants ? Même à Montpellier, dont la faculté de médecine jouit depuis des siècles d’un très grand prestige, la question laisse songeur...

L’adoption, me direz-vous ; oui, bien sûr, mais il y a infiniment plus de demandes que d’enfants adoptables et, par ailleurs, certains Etats, comme la Fédération de Russie, ont décidé de refuser que des enfants qui en sont les ressortissants puissent être adoptés dans des Etats où la loi autorise l’union de deux personnes de même sexe.

C’est pourquoi, malgré les dénégations de circonstances - à l’image de celles de Mme GUIGOU, à l’époque Garde des sceaux, selon lesquelles, après l’instauration du P.A.C.S., il ne serait plus question de « mariage homosexuel » - il y a tout lieu de craindre une poursuite de la dérive sociétale à laquelle nous assistons.

La proposition de loi portant « Assistance médicale à la procréation » et visant les « mariées unisexe », déposée le 19 juillet dernier au Sénat, n’est pas de nature à rassurer celles et ceux qui redoutent que d’autres projets de textes visant à ouvrir la PMA5 à ces « mariées unisexe » ainsi qu’à légaliser la GPA6, ne ressortent dès que les circonstances seront jugées favorables.

C’est précisément sur ces questions que la Lettre qui suit se propose de vous alerter car des apprentis sorciers - songeons aussi à l’introduction de la théorie du « Gender » dans les programmes de l’Education nationale - sont en train de jeter les bases juridiques d’une société aussi terrifiante que celle décrite par Aldous HUXLEY dans « Le meilleur des mondes ».
Par avance, nous vous remercions de nous faire part de vos commentaires éventuels sur le site prévu à cet effet.

            François BURLE


1 Art. 6 de cette Déclaration
2 Ed. Salvator ; juillet 2012
3 Durant son voyage de noces en Israël, offert par la mairie de Tel-Aviv, le duo aurait bénéficié de l’hospitalité de l’ambassadeur de France, dans sa résidence à Jaffa
4 Vincent AUTIN, l’un des « mariés », outre qu’il est employé municipal de la ville de Montpellier, est également, selon « Le Figaro » du 4/9/13, président de l’association « Lesbian § Gay Pride Languedoc-Roussillon ».
5 PMA : Procréation Médicalement Assistée
6 GPA : Gestation Pour Autrui


» » »  Pour en savoir plus, lire ici ou télécharger ici sur notre site la lettre complète au format pdf…

20 octobre 2013

DIRECT - Grande Manifestation à Paris contre la christianophobie

17H45: Dispersion de la manifestation

Merci à Tous

et #ONLR !

17h15 : discours de Alain Escada devant la foule réunie au siège RTL

pma,gpa,manifestation du 20 octobre

Arrivée sur le siège de RTL

pma,gpa,manifestation du 20 octobre

Direction RTL

pma,gpa,manifestation du 20 octobre

 

pma,gpa,manifestation du 20 octobre

La foule en marche

pma,gpa,manifestation du 20 octobre

 Hommes, femmes, clergé, tous unis contre la christianophobie

pma,gpa,manifestation du 20 octobre

pma,gpa,manifestation du 20 octobre

Le docteur Dor pour la famille

pma,gpa,manifestation du 20 octobre

Civitas et les Veilleurs dans un même combat 

pma,gpa,manifestation du 20 octobre

La place Victor Hugo à 15h15

 

pma,gpa,manifestation du 20 octobre

La foule déjà mobilisée grossit à vue d'oeil !

pma,gpa,manifestation du 20 octobre

Alain Escada devant chez Prunier

pma,gpa,manifestation du 20 octobre

Les premiers manifestants arrivent par cars entiers...!

pma,gpa,manifestation du 20 octobre

Dans moins d'une heure commencera à Paris, avenue Victor Hugo, la grande manifestation contre la christianophobie et la politique anti-familiale du gouvernement (PMA- GPA...)

femen bergé beati.jpeg

Vous êtes attendus nombreux!

18 octobre 2013

Théorie du genre : la vidéo à propager !

16 octobre 2013

Naître et mourir à l'heure socialiste - la nouvelle revue Civitas qu'il faut lire de toute urgence

civitas_49_COUV.JPG

 

17 septembre 2013

Gestation pour autrui : le Parlement européen y travaille en ce moment !

Affiche balai.JPGLe site des éditions Dalloz, spécialisées dans les questions juridiques, publie une étude  intitulée "La loi française peut-elle contribuer au renversement du consensus européen ?"qui nous annonce bien l'arrivée prochaine de la gestation pour autrui : "(...) le Parlement européen planche déjà sur le droit de la gestation pour autrui (GPA) au sujet duquel il vient de commander un rapport à quinze experts, offrant l'occasion au lobby homoparental de réclamer une convention internationale leur donnant accès à la maternité pour autrui."

L'esclavage de l'être humain est en marche et les institutions européennes auront une fois de plus préparé le terrain.

Rejoignez CIVITAS pour mener un combat sans concession contre les ennemis de la Famille !

24 juillet 2013

Hier, le "mariage" homosexuel, aujourd'hui la procréation médicamentalement assistée, demain la gestation pour autrui et l'idéologie du genre...

Affiche balai.JPGNouvelle étape scandaleuse : une proposition de loi modifiant l'article L. 2141-2 du code de la santé publique relatif à l'assistance médicale à la procréation, a été déposée le 19 juillet au Sénat par MM. Jean-Pierre Godefroy, Roland Courteau, Bernard Cazeau et Daniel Raoul.

Très brève, elle remplace l'homme et la femme afin de, non seulement fabriquer des enfants in vitro, ce qui est déjà légal, mais de les priver de leur parents :

"À la première phrase du deuxième alinéa, les mots : « L'homme et la femme formant le couple doivent être vivants » sont remplacés par les mots : « Les personnes formant le couple doivent être vivantes ».

Et les parlementaires justifient, en enchaînant les contre-vérités :

"Les avancées de la recherche et de la médecine ont permis ces dernières décennies à des couples infertiles d'avoir des enfants grâce à la technique de l'assistance médicale à la procréation.

Selon la loi en vigueur, celle-ci est réservée aux couples formés d'un homme et d'une femme, pour pallier leur infertilité ou pour éviter la transmission à l'enfant ou à l'un des membres du couple d'une maladie d'une particulière gravité. Ainsi, les couples de même sexe se trouvent exclus de cette possibilité. La présente proposition de loi a pour objet d'ouvrir l'assistance médicale à la procréation à tous les couples infertiles, qu'il s'agisse d'une infertilité médicale ou « sociale ».

Par la loi n° 2013-404 du 17 mai 2013 ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe, nous avons dépassé un ordre du droit qui se fondait sur une norme sociale majoritaire, un modèle familial ignorant la pluralité des modes de parentalité qui existent. Ce modèle familial, comme tous les autres, ne relève ni de l'évidence ni de la nature. Il n'est qu'une construction sociale et a donc, par son principe même, vocation à évoluer. Mais le droit, entravé par diverses réticences et conservatismes, a tendance à se transformer moins promptement que la société sur les questions qui la concernent.

En ouvrant le droit pour les personnes de même sexe d'adopter, la loi a affirmé que les couples homosexuels peuvent former une famille, être parents et élever des enfants. Cette proposition de loi y fait naturellement suite en élargissant la possibilité pour ces couples d'accéder à la parentalité.

Les questions relatives à l'intérêt primordial de l'enfant ont été débattues lors du débat sur la loi précitée. L'expérience désormais acquise comme les recherches réalisées montrent qu'il n'y a pas d'impact majeur de l'homoparentalité sur le bien-être et le devenir psychologique des enfants. Aussi, ceux qui douteraient de la consistance du projet parental des couples prêts à recourir à l'assistance médicale à la procréation feraient preuve d'une grande méconnaissance du long et difficile parcours qu'elle requiert. Le projet parental des couples - hétérosexuels ou homosexuels - qui demandent l'assistance médicale à la procréation est de façon générale particulièrement solide, abouti et sérieux.

Parce que nous défendons tout ce qui peut contribuer à permettre aux couples de personnes de même sexe de vivre comme les autres, nous voulons leur donner accès à ce que notre société permet dans un souci d'égalité. C'est ainsi que l'intégration des personnes homosexuelles progressera et que les diverses formes de stigmatisation qu'elles subissent disparaitront.

Le Comité consultatif national d'éthique a été chargé de remettre un avis sur l'assistance médicale à la procréation. Si cet avis pourra nourrir un débat, quelles qu'en soient les conclusions, il ne demeurera qu'un avis soumis à l'appréciation du législateur. D'autant que le Sénat s'est déjà prononcé sur cette question le 7 avril 2011 lors de l'examen en première lecture du projet de loi relatif à la bioéthique par l'adoption d'un amendement qui autorisait l'assistance médicale à la procréation pour les couples de même sexe. Si l'amendement avait été supprimé ultérieurement au cours de la navette parlementaire, nous nous étions réjouis de son adoption car elle montrait la capacité d'initiative du Sénat sur ce sujet.

Aussi, rappelons que le 28 juin 1978, le Sénat votait la dépénalisation de l'homosexualité par un amendement du gouvernement reprenant une proposition de loi d'Henri Caillavet. Il a pourtant fallu attendre le 4 août 1982 pour que les dispositions discriminatoires soient enfin abrogées. Le Sénat avait été précurseur. Soyons-le de nouveau, pour que cette avancée nous apparaisse le plus rapidement possible comme une évidence.

Il n'existe aucun droit à l'enfant. Mais notre société ne pourra sortir que grandie d'avoir permis à ceux qui le désirent de devenir parents, au-delà de tous préjugés qui doivent être dépassés."

17 juillet 2013

Dictature socialiste, loi Taubira, PMA, GPA, gender, euthanasie, antichristianisme,... Comment y résister ?