Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 août 2017

16 et 17 septembre 2017 - Camp d'été France Jeunesse Civitas

Participation aux frais : 35 euros

Inscrivez-vous dès maintenant !

26 mars 2015

30 mars - conférence à Paris - L'autorité dans la politique

La prochaine réunion publique du cercle Civitas St Louis Paris-IDF se tiendra lundi 30 mars à St Nicolas du Chardonnet, salle St Germain à 20h00
 
Au programme:
 
5ème conférence de l'abbé Billecocq sur la philosophie politique
 

saint louis sous le chêne.jpg

La philosophie politique : 5 - Autorité dans la politique
 
Eglise St Nicolas du Chardonnet, 23 rue des Bernardins 75005 Paris. Métro Maubert-Mutualité  Ligne 10. Entrée rue Monge.
 
Retrouvez les 4 précédentes conférences du cycle consacré à la philosophie politique :
 
 
 
 

04 avril 2014

C'est à nouveau Jour de Colère !

jdc-dijon.jpg

jdc-toulouse-mpi.png

jdc-bordeaux.jpg

jdc-nantes.jpg

22 juin 2013

Commandez la revue Civitas

civitas_48_couv (2).JPG

 

07 juin 2013

Reportage de France 24 sur CIVITAS... et le combat contre l'inique loi Taubira !

diffusé le 06 juin

03 avril 2013

Tous devant le Sénat - On ne lâche rien - Taubira, ta loi, on n'en veut pas

ninirosaire.png


Le programme des mobilisations organisées par CIVITAS devant le Sénat est le suivant :

- Les jeudi 4 et vendredi 5 avril, rdv devant le Sénat, place Pierre Dux / Square Francis Poulenc (face entrée principale du Sénat), dès 19h. Manifestations statiques. Discours suivi de la récitation du chapelet. +++++++ Attention : il est préférable d’arriver par les stations Odéon – Mabillon ou St Sulpice et de remonter la rue de Tournon. +++++++
 
- Les samedi 6 et dimanche 7 avril, rdv Place Paul Claudel (devant Théâtre de l'Odéon) à 15h. Nous marcherons tout autour du Sénat.
Le samedi 6 avril fera office de rendez-vous national. Des cars s'organisent de province.
Discours suivi d'un chemin de croix autour du Sénat.

CIVITAS organisera de tels rassemblements tant que le Sénat discutera de ce projet de loi. Les autres rendez-vous seront communiqués le 7 avril en fonction du calendrier sénatorial.

La pornographie vue comme "outil d'éducation à la sexualité" des adolescents dans un colloque sous le patronnage du... ministère de l'agriculture

Nous avons pris connaissance d'un échantillonnage de ce qu'un directeur d'établissement scolaire a reçu au cours du dernier trimestre comme tracts, dépliants, dossiers, au contenu significatif en matière de tentative d'influence des moeurs notamment. En voici un premier avant-goût.

D'abord, un dépliant pour une journée de conférences organisée par l'AFPSSU (qui signifie association française de promotion de la santé scolaire et universitaire) sur le thème "Ecole, sexe, vidéo ou comment parler de la sexualité aux jeunes". Un argumentaire accompagne afin de favoriser l'inscription à ce colloque. Et parmi cette argumentation, je lis que "la question de la pornographie comme "outil d'éducation à la sexualité" des adolescents mérite d'être posée". Moi, j'avais plutôt l'impression que la pornographie est un outil de déformation de la sexualité au profit d'une banalisation de comportements pervers et avilissants et au mépris du respect de la personne. Mais ce qui m'a surpris, c'est que ce colloque soit annoncé "sous le Haut patronnage" de divers ministères, dont le ministère de l'agriculture. On pourra toujours considérer qu'il y a bien dans la pornographie du cochon qui sommeille mais on ne nous empêchera pas de penser que les agriculteurs, bien malmenés par la politique agricole, sont en droit d'attendre autre chose de l'usage des deniers de leur ministère attitré !

préservatif féminin.jpgLe second dépliant est publié par l'INPES (institut national de prévention et d'éducation pour la santé). AFPSSU, INPES,... Mais combien a-t-on en France d'organismes prétendant s'occuper de la santé dans les établissements scolaires ? Ici, il s'agit d'un "mode d'emploi du préservatif féminin", avec quantités de dessins explicites à l'appui, distribué aux élèves de tous les niveaux, de la sixième à la troisième. Et l'exercice pratique dès la maternelle, c'est pour quand ?

France Jeunesse Civitas

02 avril 2013

Prestations familiales : le retour du "Familles, je vous hais !"

 

famillec'estsacré.jpegLe gouvernement socialiste n'en a pas fini avec sa haine de la famille. Parallèlement à la poursuite de la procédure d'adoption du « mariage pour tous », les socialistes s'apprêtent à détricoter la politique familiale en rognant sur les prestations familiales universelles.

Un député PS, Gérard Bapt, propose en effet de réduire de 3 milliards € les dépenses au  titre des prestations familiales, afin de résoudre le déficit de la branche famille de la Sécurité Sociale. La mesure emblématique serait de réduire les prestations sociales universelles, en plaçant celles-ci sous condition de ressources. Il s'agirait d'abord de diviser par deux les allocations au-delà d'un revenu de 53 000 € par an pour un couple de deux enfants, et de 61 000 € pour un couple de trois enfants. Cette disposition serait accompagnée de la suppression du complément mode de garde, qui finance la garde d'enfants à domicile ou chez une assistante maternelle, et ce sur la base des même seuils. Sans rire, M. Bapt explique que cela ne remet pas en cause le principe d'universalité, puisque les allocations familiales seraient simplement réduites... pour certaines catégories de revenus ! Or, précisément, la notion d'universalité signifie que les allocations familiales (comme l'allocation de soutien familial et le complément de libre choix d'activité) ne dépendent pas du niveau de revenus des ménages.

A la vérité, beaucoup ne sont pas choqués par ces propositions parce qu'ils pensent que les allocations familiales n'existent que pour palier la perte de pouvoir d'achat due à la naissance de multiples enfants. Or, ce n'est pas l'objectif de la politique familiale « à la française », fondée sur l'universalité. Cette politique est en réalité une politique intelligente d'incitation à l'investissement dans les générations futures : faire plus d'enfants et les élever correctement. A charge par la suite pour ces enfants nombreux, lorsqu'ils deviendront des adultes bien formés, de participer activement au financement du système, comme d'ailleurs au financement de la retraite par répartition.

Dans cette perspective, on comprend pourquoi la politique familiale n'a pas à devenir une politique sociale de redistribution des « riches » vers les « pauvres ». Elle est une politique incitant à investir dans la natalité, l'éducation et la formation des jeunes dans toutes les familles françaises, et ce pour le bien commun de la nation. Il devient alors absurde de mettre les prestations familiales sous condition de ressources, d'autant plus que toute la cuisine technocratique qui nous est proposée, ignore finalement un problème essentiel : la France ne renouvelle toujours pas ses générations, malgré les cocoricos que l'on entend lors de la sortie des statistiques annuelles sur la natalité.[1] Mais il est vrai que les socialistes, souvent pressés de vider les caisses publiques pour satisfaire leur clientèle électorale, redécouvrent opportunément les vertus de l'esprit d'économie lorsqu'il s'agit des familles françaises : avec eux, plus que jamais, c'est « famille, je vous hais ».

Henri Préhaut

 

Source : les Échos du 18/03, entretien avec Gérard Bapt (PS),



[1]Cf. par exemple l'émission du 18 janvier 2013 sur Radio Courtoisie, avec Philippe Bourcier de Carbon, sur le thème de la démographie ; cf. également les travaux de l'Institut de Géopolitique des Populations : La France peut-elle se contenter de ses taux de natalité actuels ?, 2 février 2006, nº15, L'Harmattan.

L'Association Catholique des Infirmières et Médecins appelle à rejoindre Civitas devant le Sénat

acim-logo.jpegCommuniqué de l’Association Catholique des Infirmières et Médecins :

« Sans moi vous ne pouvez rien faire » disait Jésus. La lutte contre la destruction de la famille naturelle par le mariage de personne de même sexe n’est pas terminée : elle doit continuer. Le succès des différentes manifestations va en s’amplifiant. Ce n’est pas le moment de plier bagage mais de continuer le harcèlement. Or un moyen a été oublié presque totalement, celui de la prière, de l’appel à Dieu pour qu’il aide les hommes à voir clair.

L’homme a besoin de Dieu et Dieu a besoin des hommes.

L’Association Catholique des Infirmières et Médecins invite tous les chrétiens qui veulent se joindre par la prière au grand élan qui emporte le pays contre de multiples lois iniques à se joindre aux manifestations organisées par Civitas

ninirosaire.png- Les jeudi 4 et vendredi 5 avril, rdv devant le Sénat, place Pierre Dux / Square Francis Poulenc (face entrée principale du Sénat), dès 19h. Manifestations statiques. Discours suivi de la récitation du chapelet.
- Les samedi 6 et dimanche 7 avril, rdv Place Paul Claudel (devant Théâtre de l'Odéon) à 15h. Nous marcherons tout autour du Sénat.
Le samedi 6 avril fera office de rendez-vous national. Des cars s'organisent de province.
Discours suivi d'un chemin de croix autour du Sénat.

CIVITAS organisera de tels rassemblements tant que le Sénat discutera de ce projet de loi. Les autres rendez-vous seront communiqués le 7 avril en fonction du calendrier sénatorial.

Manifestations chaque jour devant le Sénat à partir du 4 avril

communiqué de presse
Manifestations quotidiennes organisées par CIVITAS devant le Sénat
durant tout le débat en Haute Assemblée du projet de loi Taubira
 
ninirosaire.pngPression quotidienne sur les sénateurs
Il est essentiel de maintenir une pression quotidienne sur les sénateurs durant tout le débat sur le projet de loi Taubira.
 
CIVITAS n'a aucune confiance dans les sénateurs UMP.
Si l'UMP ne manque pas d'habilement occuper l'espace médiatique lors d'événements contre ce projet de loi, comme ce fut encore le cas lors de la mobilisation nationale et populaire du 24 mars dernier, il faut pourtant bien constater que les actes ne suivent pas, comme en témoignent les trois exemples ci-dessous.
- Le texte aurait déjà pu être bloqué en commission des lois si deux sénateurs UMP, Christian Cointat et Christophe-André Frassa, n'avaient voté en faveur de ce projet de loi.
- Le chef de groupe UMP au Sénat n'est autre que le sénateur-maire de Marseille Jean-Claude Gaudin dont Le Canard enchaîné affirmait il y a peu qu'il avait proposé aux socialistes de liquider en quatre jours à peine le débat en séance plénière du projet de loi Taubira. Ce qui n'étonne guère quand on sait que Jean-Claude Gaudin est un grand ami du lobby homosexuel marseillais. Il a par exemple accordé une importante subvention publique à l'Europride qui se déroulera du 10 au 20 juillet à Marseille et au cours de laquelle une cérémonie baptisée "Les Mariés de l'an 1" devrait unir symboliquement 2013 duos homosexuels !
- Le sénateur Patrice Gélard qui sera l'orateur du groupe UMP durant le débat sur le projet de loi Taubira a déjà averti qu'il n'y aurait pas d'obstruction parlementaire de la part de l'UMP. Dans un entretien publié par Le Monde (25 mars), le sénateur Gélard précisait : "Nous sommes traditionnellement beaucoup plus raisonnables au Sénat qu'à l'Assemblée. Nous ne ferons pas d'obstruction, de flibuste parlementaire, nous resterons sages."
 
 
Il faut être sans aucune illusion à l'égard de ce système parlementaire et des girouettes politiques qui le composent. Mais le vent de colère qui s'exprime peut parfois souffler suffisamment fort pour momentanément orienter les girouettes dans la bonne direction. C'est pourquoi CIVITAS appelle les défenseurs de la Famille à venir faire preuve d'une sainte colère devant le Sénat à partir du 4 avril.
 
Prière et sainte colère
Le mot d'ordre que CIVITAS lance est clair : ni ballons, ni flonflons, prière et sainte colère.
Nous tenons à donner à notre action une dimension spirituelle, convaincus qu'aucune victoire ne sera possible sans le secours divin.
A ceux qui veulent un printemps français, CIVITAS rappelle ces mots de Charles Péguy : "Ô mon Dieu, donnez-nous enfin le chef de guerre, vaillant comme un archange et qui sache prier, pareil aux chevaliers qui sur le mont naguère terrassaient les Anglais. Qu'il soit chef de bataille et chef de prière."
 

Le programme des mobilisations organisées par CIVITAS devant le Sénat est le suivant :

- Les jeudi 4 et vendredi 5 avril, rdv devant le Sénat, place Pierre Dux / Square Francis Poulenc (face entrée principale du Sénat), dès 19h. Manifestations statiques. Discours suivi de la récitation du chapelet.
 
- Les samedi 6 et dimanche 7 avril, rdv Place Paul Claudel (devant Théâtre de l'Odéon) à 15h. Nous marcherons tout autour du Sénat.
Le samedi 6 avril fera office de rendez-vous national. Des cars s'organisent de province.
Discours suivi d'un chemin de croix autour du Sénat.

CIVITAS organisera de tels rassemblements tant que le Sénat discutera de ce projet de loi. Les autres rendez-vous seront communiqués le 7 avril en fonction du calendrier sénatorial.
 
Alain Escada,
président de CIVITAS