Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 mai 2014

Centenaire de la Grande Guerre

Couverture 1 PNG.png

 

Le Centenaire de la Grande Guerre sera l’occasion de mettre en librairie un foisonnement d’ouvrages traitant de la question. Des historiens de renom, des spécialistes incontestés produiront des œuvres de très grande qualité et apporteront encore des pierres à l’édifice déjà monumental mais éternellement  inachevé.

Mais à côté de ce corpus passionnant, utile, nécessaire paraîtront des livres discutables et tendancieux destinés à un public non averti et friand d’idées mâchées pour satisfaire plus la sensibilité que la raison.

C'est pourquoi CIVITAS propose, dans cette plaquette, des réflexions qui n’ont pas la prétention de se hausser au niveau supérieur et incontesté des historiens et des universitaires dont le talent et le savoir sont largement reconnus.  Elles n’ont pas non plus l’intention de donner des leçons de comportement ou de jugement. Elles s’adressent simplement au lecteur qui s’intéresse à ce grand événement, qui désire connaitre, en peu de mots, les pièges pouvant être tendus et ne pas être trompé par ceux, qui ont le don et la manie de vouloir diriger la pensée des autres.

Plaquette à commander au prix de 6€ (+2€ de port) auprès de Civitas, 17 rue des Chasseurs, 95100 Argenteuil ou  ci-dessous: 

 

16 décembre 2013

De la dissolution des mœurs à la dissolution de la France

 

francemusulmane.jpg

 

Ce gouvernement a un goût prononcé pour le grand chambardement. Après avoir bouleversé la nature de la Famille, du mariage et de la parenté, voilà que ce même gouvernement souhaite s’atteler à bouleverser la nature de la France.

Le rapport « Refondation de la politique d’intégration » a déjà fait couler beaucoup d’encre. Le journal « Le Figaro » a sonné l’alarme dès sa publication en révélant quelques énormités figurant parmi les propositions de ce document. Le tollé s’est répandu si rapidement que François Hollande s’est rapidement exprimé pour prétendre que ce document n’avait rien d’officiel et ne reflétait pas la position du gouvernement, notamment concernant la suppression de l’interdiction du voile islamique à l’école.

Mais qui pourra croire François Hollande ? C’est en effet sur le site internet officiel du premier ministre Jean-Marc Ayrault que chacun peut lire les cinq documents qui composent ce rapport. Et parmi les personnes en charge de la rédaction des conclusions de ce travail amorcé en 2012, on trouve une longue liste de représentants ministériels. Non, vraiment, il n’est pas possible de prétendre que ce document est un simple projet officieux.

La question du voile islamique à l’école n’est d’ailleurs qu’un aspect purement secondaire du contenu de ce rapport.

Toutes les migrations seraient constitutives de la nation

En vérité, c’est l’essence même de la France qui est remise en cause par ce rapport qui préconise de « Faire France en reconnaissant la richesse des identités multiples ». Cela signifie « reconnaître toutes les migrations (…) comme constitutives de la nation », explique ce document. Voilà qui, en pratique, permet d’envisager bien des revendications. Si le moindre Rom arrivé avec son balluchon est constitutif de la nation, il peut, ainsi que tous ses congénères venus de tous les continents, s’adresser aux descendants de Gaulois en  réclamant  sa part de la nation. Car alors, « ce qui est à toi est à moi ».

Repentance

Sans surprise, ce rapport qui proclame que « la société française est métisse et plurielle », demande la réécriture des programmes scolaires car les grandes figures de l’Histoire enseignée seraient trop largement des « mâles, blancs et hétérosexuels ». Qu’il faudra remplacer sans omettre de traîner dans la boue tout ce qui fut autrefois considéré comme une œuvre civilisatrice qui exige désormais repentance.

L’arabe, le yiddish et le romani sont des langues de France !

« Il est essentiel de rappeler, car peu connu, que les langues de France sont : la variété dialectale de l’arabe (arabe maghrébin), le berbère, le yiddish, l’arménien occidental, le judéo-espagnol et le romani (…) », prétend très sérieusement ce rapport.

« La France a fait un choix républicain d’accueillir ces langues », nous prévient-on, de façon à nous faire comprendre que tout doute exprimé à ce sujet équivaut à être un antirépublicain et donc un factieux.

Enseigner dès le collège une langue africaine comme le bambara ou le swahili

En toute logique, selon ce rapport, il faut dès lors « valoriser l’enseignement de l’arabe, assuré par l’Education Nationale, au même titre que les autres langues en l’introduisant (…) sur tout le territoire français ». Et il ne faut pas s’arrêter là. Le rapport encourage également « l’enseignement dès le collège d’une langue africaine (…) par exemple le bambara ou le dioula ou le lingala ou même le swahili ».

Place à la culture

La culture est bien entendu un domaine à ne pas négliger. Ce rapport propose de favoriser « des pratiques artistiques aussi diverses que la danse hip hop, le rap, le graff, le djing, le slam (…) ».

Dans cette France défigurée, il n’est pas besoin de dire qu’il n’est plus envisageable de reconnaître ses racines chrétiennes. Ce serait « stigmatisant ».

Tout cela se décrit sur un ton docte car rédigé par de prétendus « experts ».

Ultime avertissement

La publication de ce rapport, d’une certaine façon, est bienvenue car elle doit apparaître comme un ultime avertissement. On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas.

L’année 2014 est une année parsemée d’enjeux électoraux. Il reste jusqu’au 31 décembre pour s’inscrire sur les listes électorales. CIVITAS répète inlassablement depuis des années la nécessite et le devoir de participer aux élections municipales, échelon le plus naturel de la vie politique.

Bien des dégoûtés de la politique, par ailleurs bons Français et souvent bons  catholiques, seraient tentés de se désintéresser de ce scrutin municipal. Ce serait une grave erreur. Pendant ce temps, des imams et des responsables associatifs musulmans appellent leurs fidèles à s’inscrire sur les listes électorales.

Il ne s’agit pas d’être dupes d’un système électoral ni de croire que tout se résout par les urnes, bien au contraire. Mais il s’agit de ne négliger aucun moyen mis à notre disposition pour exercer notre résistance. Qui plus est, sur les 36.000 communes de France, une grande majorité permet d’échapper à la particratie.  Dans tous les cas, regarder tout cela en spectateur passif équivaut à remettre un chèque en blanc au pouvoir pour mener à bien son entreprise de dissolution de la France.

Mais ayons aussi conscience des innombrables autres moyens de résister et organisons-nous en conséquence ! En 2014, prenons la ferme résolution de nous engager au service de la Chrétienté et de la France catholique et plaçons notre résistance sous le patronage de Saint Louis.

En tant que président de CIVITAS, je vous souhaite, ainsi qu’à vos familles, une belle et sainte Fête de Noël et vous adresse mes meilleurs vœux pour une année 2014 marquée par le sursaut des catholiques et des patriotes de France !

Alain Escada

20 novembre 2013

Va-t-on laisser euthanasier les enfants ?

 euthanasiec'esttuer.jpg

 Communiqué d'Alain Escada, président de CIVITAS :

En Belgique comme en France, les parlementaires préparent de nouveaux textes de loi à propos de l’euthanasie. Comparer la situation de ces deux pays n’est pas sans intérêt car la Belgique a le triste privilège d’avoir toujours sur la France une « longueur d’avance » en matière d’effondrement moral et éthique.

La Belgique a déjà légalisé l’euthanasie des adultes. Elle envisage maintenant d’autoriser l’euthanasie des mineurs. Il est probable qu’un vote en commission du Sénat se déroule la semaine prochaine, validant ainsi la présentation d’un texte de loi aux deux assemblées parlementaires belges.

Depuis quelques mois, les principaux médias ont participé au conditionnement des esprits. Télévisions, radios et presse écrite ont abondamment diffusé les témoignages de quelques mamans, toujours les mêmes, affirmant que le regard de leur enfant gravement malade traduisait leur souhait d’en finir avec la vie. Il n’est bien sûr pas question de stigmatiser le désarroi de mamans devant la souffrance prolongée de leur enfant. Mais entendre une maman prétendre qu’un enfant de cinq ans a la maturité suffisante pour comprendre ce que signifie l’euthanasie et décider seul de son sort laisse pantois. Il n’est pas besoin d’être un grand spécialiste de l’enfance pour savoir qu’un enfant de cet âge n’a pas conscience des conséquences de la plupart de ses actes, notamment en ce qui concerne le danger. Mettre en garde un enfant en lui disant « Attention, c’est chaud, ça brûle ! » ne sera souvent suivi d’effet qu’après que l’enfant ce sera confronté à cette source de chaleur dont il ne comprend pas encore la conséquence douloureuse. Autant dire que la mort est pour l’enfant une notion encore bien plus mystérieuse. Et ce d’autant plus que l’enfant est de plus en plus confronté à des jeux où la mort d’un personnage signifie simplement la fin de la partie et le fait de pouvoir en recommencer aussitôt une autre.

Le débat qui agite les parlementaires belges ne se situe déjà plus, sauf très rare exception, entre partisans et opposants de l’euthanasie des mineurs. Les différends essentiels parmi les députés et sénateurs se limitent à deux. Le premier porte sur le fait que le texte de loi ne prendrait en compte que la souffrance physique pour permettre l’euthanasie des mineurs alors que certains voudraient étendre les motifs à la souffrance psychologique. Le second concerne l’accord ou non des parents alors que le projet initial prévoit l’accord nécessaire des parents pour euthanasier les enfants et non pour les adolescents sans que la limite entre l’enfance et l’adolescence ne soit clairement établie.

L’euthanasie des mineurs est hélas quasiment déjà acquise en Belgique avec le soutien probable de la grande majorité des parlementaires et sans véritable opposition perceptible ni du monde politique ni de l’Eglise, hormis quelques déclarations de principe, d’ailleurs signées en commun avec les représentants des autres cultes, restées relativement confidentielles.

Pas une association, pas un collectif, n’a disposé jusqu’à présent de quelques moyens ni soutiens de l’Eglise catholique de Belgique pour mobiliser et batailler contre ce projet infâme. Sauf heureuse surprise, il n’y aura pas de défaite des catholiques belges car ils n’auront tout simplement pas livré bataille, offrant d’emblée à l’adversaire la victoire par forfait.

Comment la Belgique a-t-elle pu en arriver là ? Sans doute parce que ce pays est rongé par le matérialisme et le relativisme. La responsabilité incombe également à cette hiérarchie de l’Eglise catholique de Belgique qui fuit le combat et cherche la paix dans la compromission et le reniement.

Venons-en maintenant à la France et voyons que les causes du déclin accéléré de la Belgique en matière morale et éthique affectent également la société française. Dès lors, ce n’est plus qu’une question de temps avant de connaître la succession des mêmes fléaux et le phénomène se constate déjà. A moins de prendre conscience des dangers et d’opérer un sursaut inattendu, ce qui demande à un grand nombre d’entre-nous d’assumer un engagement sans concession.

Nul ne peut plus ignorer l’engrenage infernal auquel conduirait le vote en France d’une loi autorisant l’euthanasie. Nul ne peut non plus ignorer la rafale d’initiatives iniques visant à détruire la Famille et la Chrétienté, dont cette théorie du genre, idéologie abjecte et démoniaque. Une seule question se pose : allez-vous laisser faire ? Si votre réponse est non, il faut en accepter le prix car on ne s’oppose pas à de tels fléaux en faisant dans la demi-mesure. Le temps est venu de faire des choix ! De ces choix dépendent l’avenir de l’humanité et de la civilisation, rien moins…

02 juillet 2013

Quand les ambassades font de l'ingérence en soutien au lobby homosexuel...

drapeau-angl-homo.jpgC'est un élément qui n'a été relevé nulle part et qui mérite pourtant attention. Samedi, à l'occasion de la gay pride parisienne, l'ambassade britannique pavoisait aux couleurs du lobby lgbt... Ce soutien affiché de la diplomatie britannique au lobby homosexuel est perceptible un peu partout, à Kiev comme au Cambodge, au moindre événement homosexuel.

Un tel phénomène s'observe également à travers le personnel diplomatique américain. On a vu à certains endroits l'ambassadeur américain parader officiellement au devant d'une gay pride locale.

Et on ne s'étonnera pas de trouver dans un document du cabinet du premier ministre français relatif au plan gouvernemental contre "les discriminations commises à raison de l'orientation sexuelle et du genre" une recommandation encourageant les ambassades de France à abonder dans le même sens.

Le plan mondialiste est en marche. Il passe par la subversion des moeurs.

14 juin 2013

CIVITAS apporte son soutien aux défenseurs de la famille autrichiens

marche pour la famille en Autriche

Demain samedi 15 juin, se déroulera à Vienne en Autriche une grande Marche pour la Famille.

A la demande des organisateurs de cet évènement en Autriche, Civitas formule expressément, à cette occasion, son soutien et celui de tous les défenseurs de la famille français, aux défenseurs de la famille autrichiens.

 

Message de soutien de CIVITAS aux défenseurs de la famille autrichiens :

Chers amis Autrichiens,

En France, CIVITAS est très mobilisé pour la défense de la Famille, pour la Vie et les enfants et contre une loi infâme sur le «mariage» homosexuel depuis que notre gouvernement socialiste a commencé à en parler.

En France, la fin de l'année 2012 et l'année 2013 ont jusqu'ici été marquées par une mobilisation sans précédent pour la défense de la famille et contre cette loi infâme.

Face au mépris, à la radicalisation et à la violente répression policière du gouvernement socialiste de M. Hollande, notre motivation et notre détermination à défendre la famille s’en sont trouvées augmentées.

Nous croyons que cette volonté de destruction délibérée de la Famille n’est pas seulement un problème français, mais aussi un problème européen et mondial. C'est pourquoi nous vous soutenons dans votre combat pour la défense de la famille, pour les valeurs fondamentales de notre civilisation chrétienne et, finalement, pour le bien commun de toute la société autrichienne.

Ces lois contre la famille et même contre le bon sens sont illégitimes parce qu'elles ne servent évidemment pas  le bien commun en dénaturant le mariage et détruisant ainsi la famille. Comme nous le rappelle saint Thomas d'Aquin, une loi est une loi que si elle ne sert le bien commun et  ne respecte la loi naturelle. Sinon, c'est une «corruption de la loi » (cf.Somme théologique I, II, q 95, a 2).

Nous devons tout faire pour combattre et gagner contre ces projets néfastes et honteux qui nous amènent droit vers une «culture de mort».

Vous ne devez pas sous-estimer le poids que votre combat peut avoir dans votre pays et dans le monde entier.

En 1683, c’est à Vienne que l'invasion de l'Europe par les islamistes a été arrêtée. Ainsi, c’est donc dans votre belle ville de Vienne que notre grande et chère civilisation occidentale et chrétienne a été sauvée une première fois. Votre rôle en 2013 ne devrait pas être moins important dans la défense de la famille, du bon sens et de l'ensemble de la société autrichienne et européenne!

Ensemble, en tant que défenseurs de la Famille de nations différentes, nous représentons la vraie Europe, l’Europe réelle, celle du bon sens, l'Europe de la Famille ; c'est-à-dire, l'avenir de l'Europe et l'Europe de l'avenir!

«Nous sommes la jeunesse du monde», comme le disait le Général Charette, un  général Vendéen, au cours de sa lutte contre la révolution française.  L'avenir nous appartient!

Nul doute qu'avec l'aide de Dieu, nous parviendrons progressivement à réaffirmer, dans nos pays, le bon sens, le droit naturel et nos valeurs chrétiennes historiques pour le bien commun de nos sociétés.

Soyez assurés de notre soutien et du soutien de tous les défenseurs de la famille en France dans votre lutte acharnée contre ces projets destructeurs pour la société d'un mondialisme toujours plus envahissant, puissant et dangereux.

CIVITAS

02 novembre 2012

Le collectif "ELUS LOCAUX POUR LA FAMILLE" dit non au "mariage" homosexuel

vu ici:

img1.jpg

"Les maires à l'origine de cet appel, considèrent qu'il est nécessaire de réserver le mariage à l'union d'un homme et d'une femme, et appellent tous les élus locaux à signer à leur tour ce manifeste.

          Il y a lieu, dans l'intérêt même de la Nation, de continuer à honorer et à promouvoir à travers une cérémonie spécifique en mairie la seule union de deux personnes de sexe différent qui fondent une famille en désirant l'inscrire dans la durée et peuvent, sauf dysfonctionnement organique, participer au renouvellement des générations.

         Permettre à des personnes de même sexe de se marier reviendrait à établir une confusion entre l'institution conçue pour fonder une famille et une union homosexuelle stérile et contre nature.

         Seul le mariage dans son acception traditionnelle doit faire l'objet d'une cérémonie en mairie. Ouvrir la possibilité de mariage aux homosexuels conduirait à leur reconnaître le droit à adopter des enfants. Une telle mesure irait à l'encontre de l'intérêt supérieur de l'enfant.

         Si cependant la loi donnait aux homosexuels la possibilité de se marier nous demandons donc que leur « mariage », afin d'être exempt de toute connotation d'exemple social, ne donne lieu qu'à un simple enregistrement, soit par un fonctionnaire nommé par l'état, soit par un agent communal ayant reçu délégation en matière d'état civil ; en conséquence que l'article R. 122.9 du code des communes, relatif aux compétences en matière d'état civil que le maire peut déléguer à un agent communal, prévoit cette possibilité d'enregistrement.

         Si le mariage d'homosexuels devait être cependant célébré en la forme d'une cérémonie présidée par un élu et que cette célébration ne puisse être déléguée à un agent communal, nous annonçons dès maintenant que nous ne le célébrerons pas personnellement et nous exigeons qu'une clause de conscience nous permette de refuser de nous associer à ce bouleversement sociétal."

signatures.png