Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 octobre 2012

Un film polonais sur la bataille de Vienne

Film sorti le 12 octobre en Pologne, sur la fameuse et cruciale bataille de Vienne en 1683, où une coalition chrétienne menée par le roi de Pologne Jean III Sobiesky a vaincu les Ottomans.

Voici la bande-annonce en français, traduite par contre-info :

12 octobre 2012

Ainsi soient-ils : mascarade carnavalesque, caricature du présent, situations invraisemblables, approximations

ainsi soient-ils,monseigneur di Falco,arte,caricature, film, séminaristes,évêque de Gap et d'Embrun L'évêque de Gap et d'Embrun, monseigneur di Falco, ne mâche pas ses mots : 

"Arte, attention, n’oubliez pas qu’il s’agit de la chaîne dite culturelle, Arte donc a fait le choix de diffuser un téléfilm en huit épisodes sur les séminaristes. Si vous ne connaissiez pas grand-chose sur le sujet vous n’en saurez pas davantage après avoir vu ces épisodes que je me suis efforcé de regarder jusqu’à la dernière seconde mais, dois-je le préciser, par devoir.

On a beaucoup parlé de caricatures ces derniers temps et il n’y a pas que Mahomet et l’islam qui soient caricaturés, les chrétiens n’y échappent pas, mais avec eux ça fait moins de bruit : bien que véritables têtes de Turcs de certains médias, ils ne menacent personne de mort.

Après la diffusion des téléfilms Les Borgia et Inquisitio, voici Ainsi soient-ils sur la vie dans un séminaire ! Après des récits à prétention historique sur une caricature du passé voici un récit sur une caricature du présent. Certes on peut comprendre le souhait de certains de vouloir surfer sur le succès du film Des hommes et des Dieux. Si tel était le cas, c’est plus que raté car on en est bien loin avec cette mascarade carnavalesque (...)

François Hollande a mis le mot « normal » à la mode. On se demande qui, dans ce téléfilm, est « normal ».

Pour couronner le tout il faut mentionner un président de la Conférence des évêques de France isolé, ambitieux, imbu de pouvoir, sans cœur, calculateur, qui prépare une campagne pour sa réélection comme un mauvais homme politique.

Le tout sous l’autorité d’un Pape de carnaval, gâteux et acariâtre, sous la haute surveillance d’une religieuse moustachue qui le drogue… au thé.

En fait la vision de l’Église qui est donnée là est conforme aux idées reçues de ceux qui ne la connaissent pas. Certes je ne m’attendais pas à ce que la réalité soit enjolivée. Les hommes restent des hommes, avec leurs faiblesses, leur médiocrité. Les événements récents vécus dans l’entourage même du Pape Benoît XVI en sont bien la preuve. Parce que faite d’hommes et de femmes imparfaits l’Église est fragile et vulnérable dans son humanité, mais elle est forte de l’Esprit du Christ qui l’habite et l’anime.

La question qui reste après avoir visionné les épisodes de ce téléfilm est bien « Et Dieu dans tout ça ? » Visiblement il n’a pas été retenu au casting, pas plus d’ailleurs que le bon peuple de Dieu qui est l’Église et qui une fois de plus sera blessé par cette image de l’Église donnée par des ignorants".

Source: article publié par Lahire pour le Salon Beige