Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 avril 2013

Le mariage : du sacrement au CDD

C’est au nom de l’égalité des droits que la loi sur le « mariage » homosexuel a été votée à l’Assemblée nationale, le 23 avril 2013. Parmi les plaidoyers en faveur de cette loi, on a pu lire, dans Le Monde du 12 janvier 2013, celui de Danièle Hervieu-Léger, intitulé Le combat perdu de l’Eglise : « Si la question du mariage homosexuel peut être considérée comme le lieu géométrique de l’exculturation (sic) de l’Eglise catholique dans la société française, c’est que trois mouvements convergent en ce point pour dissoudre ce qui restait d’affinité élective entre les problématiques catholique et séculière du mariage et de la famille. »

Et la fameuse « sociologue des religions », parfois fumeuse, d’énumérer ces trois mouvements : « égalité des droits jusque dans l’intime, déconstruction de l’ordre supposé de la nature, légitimité de l’institution désormais fondée dans la relation des individus », car sur ce dernier point, selon elle, « le droit de la famille a homologué ce fait majeur et incontournable : ce n’est plus désormais le mariage qui fait le couple, c’est le couple qui fait le mariage. »

Sous ces expressions feutrées se cache une réalité plus brutale. Ainsi le socialiste René Viviani écrivait sans détours, dans L’Humanité du 4 octobre 1904, à propos de la laïcisation de l’enseignement, faite au nom de la neutralité : « La neutralité fut toujours un mensonge. (…) On promit cette chimère de la neutralité pour rassurer quelques timidités dont la coalition eût fait obstacle au principe de la loi ». La franchise pour les socialistes d’aujourd’hui serait de reconnaître : « L’égalité des droits est un prétexte. Nous n’avons qu’un seul objectif : faire une famille irréligieuse, opposée à tout ordre naturel, qu’aucune institution supérieure ne puisse régler ». En clair, un couple qui n’est plus uni par le mariage, mais des partenaires qui font, défont et refont à leur guise un mariage biodégradable où oui devient non… et vice-versa.

source: abbé Alain Lorans pour DICI (26/04/2013)

07 avril 2013

Dénaturation du mariage: Discours d'Alain Escada le 6 avril 2013 devant le Sénat.

12 mars 2013

"Mariage" gay : 61% des maires demandent la suspension du projet de loi

Lu sur le site de l'agence de presse indépendante NOVOpress:

61 % des maires demandent au Gouvernement de suspendre l’examen du projet de loi relatif au mariage homosexuel. C’est ce qui résulte d’un sondage réalisé par l’Ifop à la demande du collectif « Maires pour l’enfance ».

Selon les résultats de ce sondage publié le 24 février dernier, 61 % des maires interrogés demandent au gouvernement de suspendre l’examen du projet de loi pour laisser le temps au débat (dont 25% des maires qui sont favorables au projet de loi) ; seulement 19 % des maires sont tout à fait favorables au projet et 52 % des maires y sont opposés. Autre indication : 64 % des maires sont opposés à l’accès des couples de femme à la Procréation médicalement assistée (PMA).

Autre phénomène intéressant révélé par l’enquête de l’Ifop : la majorité présidentielle est divisée sur cette réforme sociétale : si 88 % des maires socialistes sont favorables au projet de loi – fidélité au parti oblige –, 58 % des maires divers gauche y sont opposés. Quant à la PMA, 75 % des maires socialistes y sont favorables contre seulement 39 % des maires divers gauche. Il est intéressant de noter que 36 % des maires de gauche souhaitent la suspension de l’examen du projet de loi, une proportion qui s’élève à 45 % pour les maires divers gauche.

Autre enseignement de ce sondage, et non des moindres : les maires se souviendront de la position de leur sénateur lors des prochaines élections sénatoriales. Ce qui fait dire à Franck Meyer, porte-parole du Collectif des Maires pour l’Enfance : « Le gouvernement a commis une grave erreur en ne consultant pas les maires en amont et en refusant de lancer un vrai et large débat public sur le mariage, la famille et la filiation. Le projet de loi divise profondément les français. Mais c’est la majorité présidentielle qui est aussi largement partagée sur le sujet. Quand on connaît les attentes profondes des français, on ne peut comprendre l’intérêt du gouvernement à poursuivre l’examen du projet de loi “Taubira”. Les Français seraient même soulagés si le président de la République acceptait de retirer ce texte. »

Source: article publié le 11/03/2013 sur le site de l'agence de presse indépendante NOVOpress

30 janvier 2013

La prière fait peur

Ce mardi soir, un millier de catholiques ont répondu à l'appel de Civitas et sont venus participer à une veillée de prière devant l'Assemblée nationale en ce premier jour de débat en séance plénière concernant le projet de loi visant à dénaturer le mariage et la parenté, tandis qu'au même moment, à travers tout le pays, des milliers d'autres catholiques, dans leur foyer ou dans une chapelle, s'unissaient avec la même ferveur à ces prières, implorant Dieu de préserver la France de cette loi inique.

Touchés au vif par cette récitation du rosaire, certains députés socialistes ont montré leur haine anti-chrétienne, accompagnée d'une désinformation manifeste. (voir: le parisien)

Il semble donc nécessaire de mettre fin à cette "légende urbaine" au sujet d'une prétendue loi interdisant les prières de rue. Aucune loi n'existe à ce sujet en France. Le décret de Claude Guéant datant de septembre 2011 est visiblement source de tous les phantasmes mais concernait une situation particulière et n'entraîne nullement l'interdiction générale de prier sur l'espace public.

 Stéphanie Le Bars dans un article au journal  Le Monde d'aujourd'hui demande:

"La veillée de prière organisée mardi 29 janvier devant l’Assemblée nationale par l’institut Civitas, mouvement intégriste catholique, pour protester contre le « mariage pour tous » est-elle contraire à la loi, ainsi que l’ont laissé entendre des membres de la Gauche forte ?

« Cette action est illégale car elle va à l'encontre de la loi visant à faire interdire les cérémonies religieuses dans les rues. Elle est antirépublicaine car en venant prier devant l'Assemblée nationale, maison de la République, les organisateurs heurtent de plein fouet la laïcité », ont expliqué, mardi, le député PS Yann Galut et la sénatrice PS Patricia Schillinger. Les deux parlementaires de la Gauche forte, nouveau mouvement au sein du parti socialiste, en ont même appelé au ministre de l’intérieur, Manuel Valls, lui demandant d'interdire cette manifestation.....

Du côté de la préfecture de police, on estime en revanche que cette manifestation, ..., n’avait pas lieu d’être empêchée. « Les prières de rues ne sont pas interdites en tant que telles dès lors que leur périodicité et leur ampleur ne troublent pas l’ordre public ». Et, lors de manifestations de ce genre, précise-t-on à la PP, toutes les dispositions sont prises pour éviter les incidents, notamment avec des contre-manifestants.

L’institut Civitas avait de fait déposé une déclaration de manifestation à la préfecture de police, qui ne l’avait pas interdite. « Quand on est autorisé à manifester, après on manifeste comme bon nous semble: assis, à genoux, debout ou couché ! », commente Alain Escada, le responsable de Civitas. Plus généralement, les manifestations religieuses ponctuelles, telles que les processions ou les messes (notamment lors de grands rassemblements, type Journées mondiales de la jeunesse) sont autorisées sur la voie publique."

 

Cette méconnaissance de la loi française de la part de parlementaires met en relief leur incompétence alors que ceux-ci ont précisément un rôle de législateur.

Avant de faire des lois qui bouleverseront la société, peut-être devraient-ils apprendre d'abord quelles sont les lois existantes et l'esprit de ces lois ! 

29 janvier 2013

Manif gouvernementale : la haine antichrétienne des amis d'Erwann Binet en vidéo…

Voici une vidéo réalisée sur le parcours de la manif du dit “mariage” dit “pour tous” : un concentré de haine antichrétienne dont la große presse – d’ailleurs juge et partie si on ne juge par un petit détail que ne manqueront pas de remarquer les visionneurs attentifs… – ne parle évidemment pas insistant sur l’“humour” et le caractère “créatif” des slogans hurlés ou imprimés… Il faut le voir pour le croire. Mais qu’on ne s’y trompe pas : cette haine antichrétienne non dénoncée, non réprimée et, il faut bien le dire, encouragée par le pouvoir politico/médiatique est l’avant-coureur de la persécution contre les chrétiens, l’Histoire en témoigne…

source: l'observatoire de la Christianophobie

23 décembre 2012

Revue de presse: Le lobby avorteur européen en action, 13% du PIB pour les banques, les militaires sans soldes, Bompard et la décadence sociétale du mariage gay

Conseil de l'Europe : pressions sur la Pologne et l'Irlande pour l'avortuerie. Analyse du Centre européen pour le droit et la justice (via Zenit)

Les Etats européens ont versé 1600 milliards d'euros d'aides aux banques depuis la crise.Cette somme représente 13% du PIB de l'Union européenne.(L'Expansion)

Défense: il manque 204 millions d’euros pour payer les soldes avant la fin du mois(Zone militaire)

VIDEO: Intervention en commission à l'Assemblée de Jacques Bompard sur la notion de progrès sociétal et l'absence d'un vrai débat concernant le projet de loi ouvrant le Mariage aux Homosexuels.

21 novembre 2012

Reportage au coeur de la manifestation contre la dénaturation du mariage (18 novembre 2012)

video produite et réalisée par l'ANFAD, Actualité et Documentaires.

18 novembre: 20.000 manifestants catholiques. Diaporama

A l'appel de nombreuses associations, 20.000 manifestants catholiques ont défilé le dimanche 18 novembre 2012 dans les rues de Paris, depuis le ministère de la Famille jusqu'à l'Assemblée Nationale, pour protester contre le projet de loi visant à autoriser le "mariage" des duos homosexuels et l'adoption d'enfants par ces mêmes duos.
Diaporama réalisé avec les photos de Mathieu Croonen.

20 novembre 2012

20.000 catholiques dans les rues de Paris

Près de 20.000 catholiques sont descendus dans les rues de Paris le dimanche 18 novembre 2012 pour manifester leur opposition ferme au projet de loi sur le "mariage" des duos homosexuels, dans le calme et le recueillement.
A la clôture de cette manifestation, suivie par une bonne centaine de journalistes de radio, de télévision et de la presse écrite, Alain Escada, le président de Civitas a prononcé un discours très ferme.

19 novembre 2012

Alain ESCADA sur RMC: suite de l'agression du cortège familal par des hooligans de FEMEN France

Ce matin, Jean-Jacques BOURDIN interrogeait, sur RMC, Alain ESCADA président de l'institut CIVITAS sur cette affaire qui est venue polluer la manifestation unitaire contre la dénaturation du mariage à savoir l'attaque du cortège par un commando des hooligans christianophobes de FEMEN.

podcast

« A partir du moment où ces militantes ont foncé avec des fumigènes et des lacrymogènes en main sur un cortège de familles avec femmes, enfants et grand-parents, qui agresse qui ? » E. ESCADA