Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 mars 2013

Où et comment avorter en quelques clics de souris

Lu sur le site de l'agence de presse indépendante NOVOpress:

 ouavorter.jpg

Après les bons contacts pour un dîner romantique, voyager pas cher ou trouver l’âme sœur, voici les bonnes adresses pour avorter. Le site web, Ivglesadresses.org (copie d’écran ci-dessus) vient d’être mis en ligne. Il recense tous les lieux spécialisés dans l’IVG en Ile-de-France. L’avortement industriel (220 000 par an en France) en quelques clics de souris : « Où avorter ? » propose le moteur de recherche du site web. L’initiative a été lancée par le Revho. Ce réseau militant veut « rendre accessible la méthode d’IVG médicamenteuse en ville ».

On trouve également sur le site, des informations pratiques (tarifs, remboursements…), des présentations sur les différentes méthodes d’élimination de l’enfant à naître. L’expérience pourrait être étendue à d’autres régions. La présidente de Revho et directrice du centre IVG à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), Sophie Gaudu, veut faire de ce site internet une machine de guerre contre des sites pro vie, accusés de décourager les mères voulant mettre fin à leur grossesse.

Pourtant, sur cette question, le combat est inégal. L’avortement volontaire industriel bénéficie en effet d’un soutien déterminant de la République française depuis 1975 : réseau national du planning familial ; dépénalisation de la propagande en faveur de l’avortement ; fin de l’autorisation parentale pour l’avortement des mineures ; sanction de « toute entrave ou tentative d’entrave à l’IVG » ; allongement du délai de l’IVG jusqu’à la fin de la douzième semaine de grossesse, et, à partir du 31 mars prochain, remboursement de 100 % de l’IVG par la Sécurité sociale.

source: article publié le 09/03/2013 sur le site de l'agence de presse indépendante NOVOpress

A Pâques, l'avortement et la contraception des mineures seront gratuits

Lu sur le blog de Jeanne SMITS:

1258521316.jpgDifficile de ne pas voir dans le choix de la date d'entrée en vigueur de la gratuité totale de l'« IVG » et de la contraception pour les mineures une provocation anti-chrétienne. Ce sera le 31 mars. Un dimanche de fin de mois, comme si c'était là un choix logique pour la mise en place d'un nouveau dispositif. Pire : ce sera le dimanche de Pâques.

L'avortement gratuit est à l'évidence une décision idéologique. C'est une des seules dépenses qui progressent dans le cadre de la « rigueur » socialiste – avec celles liées à l'Education nationale, visant à mettre les enfants de plus en plus entre les mains de l'Etat et de leur donner des professeurs issus de l'immigration – et elle se double d'une augmentation du tarif consenti aux hôpitaux et professionnels de la santé, alors même que ceux correspondant à de vrais soins sont gelés depuis des années.

La contraception des mineures, anonyme et gratuite, ne couvre pas tout le spectre des contraceptifs disponibles. Pour elles, ce seront les pilules de 1e et 2e génération, avec tous leurs effets secondaires, leur risque abortif (contragestif : en cas de non-réussite du blocage de l'ovulation, elles ont toutes un « filet de sécurité » constitué par un effet anti-nidatoire, spécialement pour celles de 2e génération), leur bombardement d'hormones sur des jeunes filles encore en phase de formation et leurs effets néfastes sur l'écosystème. Mais aussi, le stérilet, principalement contragestif et jusqu'à il y a peu contre-indiqué chez des femmes n'ayant jamais eu d'enfant, et l'implant contraceptif, qui assure une « protection » de longue durée, associé lui aussi à des effets secondaires non négligeables. (Voir par exemple ici.) Les implants ont eux aussi des effets contragestifs.

Le gouvernement a « vendu » cette mesure en assurant qu'une meilleure couverture contraceptive allair faire diminuer le taux de grossesses adolescentes.

Cela reste à voir. Le sentiment de sécurité donné par l'idée qu'on ne « risque rien » augmente la conduite à risques et la promiscuité, et par ailleurs deux tiers des grossesses non planifiées commencent alors que la femme est sous contraception.

A quoi s'ajoute le danger spécifique de la contraception hormonale pour les femmes qui fument – et beaucoup d'adolescentes fument. Alors ?

source: article de Jeanne SMITS publié le 10/03/2013 sur son blog consacré aux nouvelles internationales de la culture de vie et de la culture de mort.

02 février 2013

Samedi 16 février 2013, congrès de LLV: « L'avortement est-il un "droit de l'homme" ? »

LLV.JPG

(Pour découvrir le dépliant, cliquez sur l'image).

10 h 00 à 10 h 45 : Dr Xavier DOR, président de SOS Tout Petits: « Satanisme et avortement »
11 h 00 à 12 h 00 : Guillaume de THIEULLOY, journaliste, écrivain: « La loi naturelle et les "droits de l'homme" »
14 h 00 à 14 h 45 : Dr Philippe de LABRIOLLE, psychiatre, médecin des Hôpitaux: « Le syndrome post-avortement : comment survit-on à l'usage de la loi qui tue légalement ? »
15 h 00 à 16 h 00 : Pr Jean de VIGUERIE, historien: « Quelques précisions sur l'histoire de l'avortement de l'Ancien Régime à l'époque contemporaine »

16 h 30 à 17 h 30 : Jean-Pierre MAUGENDRE, président de Renaissance Catholique: « Les droits de l'homme et la souffrance des hommes »
17 h 45 : Conclusions par le Dr Luc PERREL, président de Laissez-Les-Vivre – SOS Futures Mères

ADRESSE DU CONGRES : ASIEM -Métro Ségur- 6 rue Albert de Lapparent - Paris VIIème
http://laissezlesvivre.free.fr/ 01.48.78.21.64

23 décembre 2012

Revue de presse: Le lobby avorteur européen en action, 13% du PIB pour les banques, les militaires sans soldes, Bompard et la décadence sociétale du mariage gay

Conseil de l'Europe : pressions sur la Pologne et l'Irlande pour l'avortuerie. Analyse du Centre européen pour le droit et la justice (via Zenit)

Les Etats européens ont versé 1600 milliards d'euros d'aides aux banques depuis la crise.Cette somme représente 13% du PIB de l'Union européenne.(L'Expansion)

Défense: il manque 204 millions d’euros pour payer les soldes avant la fin du mois(Zone militaire)

VIDEO: Intervention en commission à l'Assemblée de Jacques Bompard sur la notion de progrès sociétal et l'absence d'un vrai débat concernant le projet de loi ouvrant le Mariage aux Homosexuels.

18 décembre 2012

SOS tout-petits: "Tenon bon" contre l'avortement!

Video produite et réalisée  par Jean-Paul et Jacques BUFFET.

Pour la douzième édition du rosaire de réparation contre les crimes d'avortement , nous n'étions qu'une trentaine devant l'hôpital Tenon à Paris, mais toujours décidés à tenir bon. Nos contradicteurs nous avaient laissé la place cette fois-ci, et nous avons pu prier dans le calme et le recueillement.
Le Dr Dor nous fait ici l'état de la situation, et nous appelle à venir nombreux le 13 janvier prochain manifester contre les projets de lois iniques.

15 décembre 2012

QUATRE QUESTIONS A PHILIPPE ISNARD

En ces temps troublés où la culture de mort progresse dans tous les domaines de la société, il est bon de se souvenir des durs combats menés en France par les catholiques, et d'en connaître les développements. France Jeunesse Civitas propose dans cette perspective un entretien avec Philippe ISNARD, professeur persécuté pour son combat en faveur de la vie.

Civitas : Monsieur Isnard, pouvez-vous nous rappeler "l'affaire Isnard", qui a eu un grand retentissement médiatique en 2010 ?

philippe isnard,éducation nationale,iufm,cour administrative d'appel,persécutions,catholique engagé,avortuerie,avortement,lobby pro-mortPhilippe ISNARD : J'étais, en 2010, professeur d'Histoire depuis 17 ans en lycée, et donc chargé de l'organisation de débats d'instruction civique prévus au programme des classes de seconde et première. Je précise que j'ai obtenu, en début de carrière, la condamnation de l'IUFM et de l’Éducation Nationale pour discrimination en raison de mes opinions religieuses, par le Tribunal Administratif de Marseille, puis par la Cour Administrative d'Appel.

Le programme des débats portant sur le droit de la famille, j'ai organisé, comme les huit années précédentes, un débat sur l'avortement. Celui-ci était contradictoire, car nous avons essayé, avec les élèves, d'aborder les différents arguments pour et contre la loi Veil. L’Éducation Nationale m'a alors illégalement révoqué, après avoir été l'objet d'un lynchage médiatique que l'on m'a d'ailleurs reproché ! Aucun droit de réponse ne m'a été accordé, et la procédure menée était complètement illégale, comme je le montre dans mon livre.

Nous ne sommes plus dans un régime démocratique puisque les personnes suspectées d'être chrétiennes sont désormais traquées ouvertement par l’Éducation Nationale.


Civitas : Quelle est votre situation actuelle ?

Philippe ISNARD : Je suis actuellement interdit d'enseignement, avec pour l'instant la complicité de l'enseignement catholique, qui vient d'ailleurs de refuser mon recrutement sur Nice. Je passe cependant en appel sur Toulon, ou j'espère que la direction de l'enseignement catholique sera plus courageuse !


Civitas : Quels sont selon vous les principales difficultés actuelles de ceux qui combattent pour la vie ?

Philippe ISNARD : L’État veut nous empêcher de nous adresser à la jeunesse. Pourtant, celle ci peut être sensible au respect de la vie, comme l'a montré la pétition unanime de soutien des élèves d'une de mes classes. Il restera difficile de nous adresser à la Jeunesse. J'ai d'ailleurs été l'objet d'une garde à vue très violente, pour une prétendue « intrusion dans une enceinte scolaire », alors que j'avais organisé un affichage hors de l'enceinte. La seule « preuve » contre moi  était la photographie que le procureur a osée produire d'un véhicule de police présenté comme le mien !

En garde à vue, on m'a refusé, comme la loi le prévoit, l'accès à un avocat et à un médecin. Je crains donc, dans l'avenir, des persécutions de plus en plus nombreuses contre les chrétiens, notamment ceux engagés pour le respect de la vie. Il est donc grand temps pour les chrétiens de se montrer solidaires, si nous voulons éviter ces dérives terroristes de l’État. Philippe ISNARD,éducation nationale,IUFM,Cour Administrative d'Appel,persécutions,catholique engagé,avortuerie,avortement,lobby pro-mort                                                              (cliquez sur l'image pour agrandir)

Civitas : Vous avez parlé tout à l'heure de votre livre où vous relatez les circonstances dans lesquelles s'est déroulée votre révocation. Comment s'appelle-t-il ?Où peut-on commander cet ouvrage ?

Philippe ISNARD : Le livre s'appelle Le tabou du mammouth et peut être commandé à l'adresse suivante :

Éditions Résistances,
23 rue Agassons
La Pinède
04100 Manosque.

Son prix est de 10 euros l'exemplaire, port compris. Le règlement peut être fait par chèque à l'ordre d’Éditions Résistances – Ph. Isnard.


Merci, M. Isnard.

13 novembre 2012

Le laïcisme est le "compagnon de lit" plus présentable du communisme

via salon Beige - Dans un billet publié en octobre sur le site de l'archevêché de Chicago, le cardinal Francis George met en garde sur un ton prophétique contre la dérive séculariste de l'Occident. Extrait de la traduction de Benoît-et-moi :

6a00d83451619c69e2017ee50c9e09970d-800wi"[...] Le communisme a imposé un mode de vie global fondé sur la croyance que Dieu n'existe pas. Le laïcisme est le compagnon de lit plus présentable du communisme. Une petite ironie de l'histoire a surgi à l'ONU il y a quelques semaines lorsque la Russie a rejoint la majorité des autres nations pour vaincre les Etats-Unis et les pays d'Europe occidentale qui voulaient déclarer que tuer l'enfant à naître devrait être un droit universel de l'homme. Qui est du mauvais côté de l'histoire, aujourd'hui?

La campagne politique actuelle a amené à la surface de notre vie publique le sentiment anti-religieux, en grande partie explicitement anti-catholique, qui grandit dans ce pays depuis plusieurs décennies. La laïcisation de notre culture est un enjeu beaucoup plus important que les causes politiques ou les résultats de la campagne électorale actuelle, aussi importants soient-ils.

M'exprimant il y a quelques années devant un groupe de prêtres, entièrement en dehors du débat politique actuel, je tentais d'exprimer de manière dramatique ce que la laïcisation complète de notre société pourrait apporter. Je répondais à une question et je n'ai jamais mis par écrit ce que j'ai dit, mais les mots ont été capturés sur un smartphone et se sont désormais répandus comme un virus sur Wikipedia et ailleurs dans le monde des communications électroniques. On me cite (à juste titre) comme disant que je m'attendais à mourir dans mon lit, que mon successeur mourrait en prison et que son successeur allait mourir en martyr sur la place publique. Ce qui est en général omis dans les rapports, c'est la phrase finale que j'ai ajouté au sujet de l'évêque qui suivrait peut-être un évêque martyr: «Son successeur ramassera les débris d'une société en ruine et lentement aidera à reconstruire une civilisation, ce que l'Église a fait si souvent dans l'histoire humaine». Ce que j'ai dit n'est pas «prophétique» mais un moyen de forcer les gens à penser en dehors des catégories habituelles qui limitent et parfois empoisonnent les discours public et privé. [...]"

12 novembre 2012

Mgr de Kérimel parle de l'avortement et de ses conséquences

via salon  beige

Entretien de KTO lors de la CEF, la semaine dernière :

28 septembre 2012

Les socialistes vont faire rembourser l’avortement volontaire à 100%

 PARIS (NOVOpress) –  Comme François Hollande l’avait promis durant la campagne présidentielle 2012, les interruptions volontaires de grossesse (IVG) seront bientôt prises en charge à 100 % par l’assurance maladie, alors que les soins nécessaires à la vie sont de moins en moins bien remboursés. Cette mesure devrait figurer dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale, présenté lundi. Actuellement, un avortement volontaire est remboursé à 70 ou 80 % par l’assurance maladie. Le coût des IVG représentant 70 millions d’euros pour les contribuables.

Le Planning familial veut que les socialistes aillent plus loin en dotant tous les centres hospitaliers d’un centre d’avortement. Ces initiatives vont banaliser encore plus l’avortement industriel dans l’Hexagone : 240 000 par an, tandis que les IVG sont en hausse chez les femmes de moins de 25 ans (15 000 sont pratiqués chaque année sur des mineures). Il y a dix ans, c’est une autre socialiste, Martine Aubry, qui avait rallongé le délai légal de mise à mort de l’enfant à naître de dix à douze semaines et supprimé l’autorisation parentale pour les mineures.

Avortement, mariage et adoption homosexuels… les amis de François Hollande n’aiment décidément pas la famille.

Source: publié le 28/09/12 sur le site de l'agence de presse Novopress

martine aubry,ps,socialiste,famille,avortement,françois hollande,pro-mort,planning familial,ivg,projet de loi,avortuerie

07 septembre 2012

La photo du jour : Le fœtus est un enfant… quand ça arrange l’État !

Ainsi que le montre le message anti-tabac figurant sur ce paquet de cigarettes, le fœtus est considéré comme un enfant lorsque cela arrange l’État :

foetus-tabac.jpg

Source: pour Nouvelles de France. Photo : E.J.