Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 juillet 2013

Interpellations et atteintes aux libertés pour tous, ce soir devant l'Assemblée Nationale

Des Veilleurs-debout étaient présent aujourd'hui devant l'assemblée Nationale pour défendre l'enfant-à-naître des lois mortifères des idéologues du gouvernement socialiste.

Photo0766.jpg

Ces défenseurs de la Vie, de l'enfant et de la famille se retrouvent très rapidement parqués entre des barrières et privés de leur liberté de circulation par la police politique.

Photo0769.jpg

On y retrouve des jeunes, des gens de tous âges et mêmes des enfants.

Photo0772.jpg

Parqués comme des bovins, pour le simple fait d'avoir stationné pacifiquement devant l'assemblée.

Photo0774.jpg

Ces personnes sont privées de leur liberté de circulation, sans motif valable.

Photo0781.jpg

Beaucoup de jeunes parmi eux. Il est vrai que le dictateur Hollande a fait de la jeunesse la priorité de son quinquennat.

Photo0789.jpg

Une grande solidarité est constamment présente entre citoyens du pays réel, ici une personne apporte de l'eau aux interpellés politiques.

Photo0787.jpg

Un citoyen, traité en délinquant pour le simple fait d'avoir pacifiquement stationné quelques instants devant l'asemblée Nationale.

 

Photo0783.jpg

La police politique en pleine action pour mettre un terme à la dangereuse liberté de circulation des défenseurs de l'enfant-à-naître.

Photo0784.jpg

Devant ces flagrants abus de pouvoir des chiens de gardes de la dictature socialiste, certains essaient désespérement de comprendre ce qui leur arrive et demandent des explications à des policiers bornés qui assument parfaitement leur action.

Nous avons ainsi pu entendre ce genre de conversation: " L'article 432-4 du code pénal? Oui et alors?

Vous dites que c'est illégal de vous retenir sans aucun motif? et alors?

Ca nous est bien égal! légal ou pas, on applique nos ordres."

Un discours qui devrait inquiéter bien des pseudo-défenseurs des libertés individuelles...

Photo0785.jpg

Normal sous une présidence "normale" ou plutôt sous la "dictature normale"

Photo0786.jpg

derrière les barreaux, privés sans motif de leur liberté de circuler.

 Surréaliste:

Pendant notre reportage photo, ces policiers qui retenaient sans motif, illégalement et contre leur gré ces courageux défenseurs de l'enfant-à-naître sont venus sans scrupule et en nous menaçant, nous entretenir de leur soi-disant "droit à l'image". 

Après avoir craché en public sur l'article 432-4 du code pénal et avoir répondus aux députés qui les interrogeaient qu'ils retenaient ces gens pour manifestation "non-autorisé" (ce qui est juridiquement un non-sens puisqu'en France et au moins dans la loi, les manifestation sont sous régime déclaratif) et tout en retenant des gens sans motif et contre leur gré, le fait de se prévaloir encore d'une approximation du droit pour réclamer quelque chose est assez hallucinant!

Ces messieurs de la police politique se préoccuperaient-ils plus de leurs passe-droits que du Droit ?


Photo0768.jpg

 Pendant ce temps, les veilleurs-debout tiennent bon aussi Place Vendôme

Dictature socialiste : la police bloque en ce moment une cinquantaine de personnes -dont des enfants- devant l'assemblée nationale

vals-dictature.jpegParis, 18h25. En ce moment même, une cinquantaine de personnes dont des enfants sont retenus sans motif par des policiers de la compagnie d'intervention n°12.

Il s'agirait de veilleurs debout, parmi lesquels des parents accompagnés de leurs enfants, venus tranquillement veiller devant l'Assemblée nationale pour le respect de l'embryon. Ils ont été rassemblés et parqués comme du bétail par des policiers très énervés.

Le simple fait de nous décrire par téléphone la scène a valu à notre correspondant qui quittait son lieu de travail à quelques mètres de là de se faire interpeller par un policier en civil lui demandant nerveusement pourquoi il parlait au téléphone de l'action des policiers. Le fait de simplement décrire une scène est-il désormais interdit en dictature socialiste ?

Rappelons à tous ces policiers qu'ils se rendent complices en exécutant des ordres illégaux. 

27 avril 2013

Le mariage : du sacrement au CDD

C’est au nom de l’égalité des droits que la loi sur le « mariage » homosexuel a été votée à l’Assemblée nationale, le 23 avril 2013. Parmi les plaidoyers en faveur de cette loi, on a pu lire, dans Le Monde du 12 janvier 2013, celui de Danièle Hervieu-Léger, intitulé Le combat perdu de l’Eglise : « Si la question du mariage homosexuel peut être considérée comme le lieu géométrique de l’exculturation (sic) de l’Eglise catholique dans la société française, c’est que trois mouvements convergent en ce point pour dissoudre ce qui restait d’affinité élective entre les problématiques catholique et séculière du mariage et de la famille. »

Et la fameuse « sociologue des religions », parfois fumeuse, d’énumérer ces trois mouvements : « égalité des droits jusque dans l’intime, déconstruction de l’ordre supposé de la nature, légitimité de l’institution désormais fondée dans la relation des individus », car sur ce dernier point, selon elle, « le droit de la famille a homologué ce fait majeur et incontournable : ce n’est plus désormais le mariage qui fait le couple, c’est le couple qui fait le mariage. »

Sous ces expressions feutrées se cache une réalité plus brutale. Ainsi le socialiste René Viviani écrivait sans détours, dans L’Humanité du 4 octobre 1904, à propos de la laïcisation de l’enseignement, faite au nom de la neutralité : « La neutralité fut toujours un mensonge. (…) On promit cette chimère de la neutralité pour rassurer quelques timidités dont la coalition eût fait obstacle au principe de la loi ». La franchise pour les socialistes d’aujourd’hui serait de reconnaître : « L’égalité des droits est un prétexte. Nous n’avons qu’un seul objectif : faire une famille irréligieuse, opposée à tout ordre naturel, qu’aucune institution supérieure ne puisse régler ». En clair, un couple qui n’est plus uni par le mariage, mais des partenaires qui font, défont et refont à leur guise un mariage biodégradable où oui devient non… et vice-versa.

source: abbé Alain Lorans pour DICI (26/04/2013)

06 février 2013

Démocratie: des députés de la majorité trichent à l'assemblée lors des votes

Comme le dit la chanson "Un éléphant, ça trompe énormément". On savait que dans certains cas mystérieux les morts votaient. Dans les rangs de la majorité présidentielle, des députés votent plusieurs fois en appuyant sur les boîtiers de leurs collègues absents.

Le député Christian Jacob est intervenu dimanche pour demander un rappel au règlement...

... mais comme cette pratique est apparemment bien ancrée, Christian Jacob est intervenu mercredi pour dénoncer à nouveau la tricherie des députés PS :


Mariage homo : Christian Jacob accuse la gauche... par LeLab_E1

02 février 2013

Projet Taubira : cette loi est bien d'essence maçonnique

il suffit de le lire : 

Rom

source: Lahire pourle salon-beige

01 février 2013

Priez mes enfants, mon Fils se laisse toucher - Veillée de prières du 29 janvier

 

Video produite et réalisée pour l'institut CIVITAS par Jean-Paul et Jacques BUFFET.


A l'appel de CIVITAS, un millier de fidèles catholiques se sont réunis mardi 29 janvier de 20h à 22h pour réciter le rosaire afin de faire avorter le projet de loi sur le "mariage" des homosexuels. Cette manifestation avait reçu également le soutien de Renaissance Catholique et de SOS Tout-Petits. La veillée était conduite  par M.l'abbé de Cacqueray.

30 janvier 2013

Civitas devant l'Assemblée Nationale contre le "mariage" homosexuel (la video)

source: ANFAD, actualité et documentaires: Voici un reportage sur la manifestation organisée en forme de prière publique par les catholiques rassemblés devant l'Assemblée Nationale le 29 janvier 2013.

La prière fait peur

Ce mardi soir, un millier de catholiques ont répondu à l'appel de Civitas et sont venus participer à une veillée de prière devant l'Assemblée nationale en ce premier jour de débat en séance plénière concernant le projet de loi visant à dénaturer le mariage et la parenté, tandis qu'au même moment, à travers tout le pays, des milliers d'autres catholiques, dans leur foyer ou dans une chapelle, s'unissaient avec la même ferveur à ces prières, implorant Dieu de préserver la France de cette loi inique.

Touchés au vif par cette récitation du rosaire, certains députés socialistes ont montré leur haine anti-chrétienne, accompagnée d'une désinformation manifeste. (voir: le parisien)

Il semble donc nécessaire de mettre fin à cette "légende urbaine" au sujet d'une prétendue loi interdisant les prières de rue. Aucune loi n'existe à ce sujet en France. Le décret de Claude Guéant datant de septembre 2011 est visiblement source de tous les phantasmes mais concernait une situation particulière et n'entraîne nullement l'interdiction générale de prier sur l'espace public.

 Stéphanie Le Bars dans un article au journal  Le Monde d'aujourd'hui demande:

"La veillée de prière organisée mardi 29 janvier devant l’Assemblée nationale par l’institut Civitas, mouvement intégriste catholique, pour protester contre le « mariage pour tous » est-elle contraire à la loi, ainsi que l’ont laissé entendre des membres de la Gauche forte ?

« Cette action est illégale car elle va à l'encontre de la loi visant à faire interdire les cérémonies religieuses dans les rues. Elle est antirépublicaine car en venant prier devant l'Assemblée nationale, maison de la République, les organisateurs heurtent de plein fouet la laïcité », ont expliqué, mardi, le député PS Yann Galut et la sénatrice PS Patricia Schillinger. Les deux parlementaires de la Gauche forte, nouveau mouvement au sein du parti socialiste, en ont même appelé au ministre de l’intérieur, Manuel Valls, lui demandant d'interdire cette manifestation.....

Du côté de la préfecture de police, on estime en revanche que cette manifestation, ..., n’avait pas lieu d’être empêchée. « Les prières de rues ne sont pas interdites en tant que telles dès lors que leur périodicité et leur ampleur ne troublent pas l’ordre public ». Et, lors de manifestations de ce genre, précise-t-on à la PP, toutes les dispositions sont prises pour éviter les incidents, notamment avec des contre-manifestants.

L’institut Civitas avait de fait déposé une déclaration de manifestation à la préfecture de police, qui ne l’avait pas interdite. « Quand on est autorisé à manifester, après on manifeste comme bon nous semble: assis, à genoux, debout ou couché ! », commente Alain Escada, le responsable de Civitas. Plus généralement, les manifestations religieuses ponctuelles, telles que les processions ou les messes (notamment lors de grands rassemblements, type Journées mondiales de la jeunesse) sont autorisées sur la voie publique."

 

Cette méconnaissance de la loi française de la part de parlementaires met en relief leur incompétence alors que ceux-ci ont précisément un rôle de législateur.

Avant de faire des lois qui bouleverseront la société, peut-être devraient-ils apprendre d'abord quelles sont les lois existantes et l'esprit de ces lois ! 

29 janvier 2013

un millier de catholiques ont prié le Rosaire devant l'Assemblée pour la Famille

Ce soir, un millier de catholiques se sont donnés rendez-vous devant l'Assemblée Nationale (place du Edouard-Herriot) alors que les députés commençaient à étudier le projet de loi de dénaturation du mariage.

Chapelets en mains, ils ont prié le Rosaire pendant deux heures, agenouillés devant une statue de la Sainte Vierge et un tableau représentant la Sainte Famille, avec Foi et Espérance, avec attention et ferveur pour implorer Dieu de préserver la France de cette loi inique et de susciter les défenseurs de la Famille.

Plus d'une centaine de catholiques intégristes étaient réunis devant le Palais Bourbon. Chapelets en mains, ils ont récité des prières agenouillées devant une statue de la Vierge Marie et un tableau représentant la Sainte Famille.
Plus d'une centaine de catholiques intégristes étaient réunis devant le Palais Bourbon. Chapelets en mains, ils ont récité des prières agenouillées devant une statue de la Vierge Marie et un tableau représentant la Sainte Famille.
Plus d'une centaine de catholiques intégristes étaient réunis devant le Palais Bourbon. Chapelets en mains, ils ont récité des prières agenouillées devant une statue de la Vierge Marie et un tableau représentant la Sainte Famille.
Plus d'une centaine de catholiques intégristes étaient réunis devant le Palais Bourbon. Chapelets en mains, ils ont récité des prières agenouillées devant une statue de la Vierge Marie et un tableau représentant la Sainte Famille.
Plus d'une centaine de catholiques intégristes étaient réunis devant le Palais Bourbon. Chapelets en mains, ils ont récité des prières agenouillées devant une statue de la Vierge Marie et un tableau représentant la Sainte Famille.

prière,mariage,famille

 

Le "Christus Vincit" dans la cour de l'Assemblée nationale, ça donne ça:

source de la video: Lahire pour le salon beige; source de l'image: AFP / Kenzo Tribouillard

25 janvier 2013

La Fraternité de la Transfiguration s'associe à Civitas pour vous appeler à la prière le 29 janvier prochain

visuel29jan.jpgEn association avec Civitas, pour la veillée de prières du 29 janvier, la Fraternité de la Transfiguration organise un après-midi de prières le mardi 29 janvier de 14 h à 18 h.

Récitation du Chapelet, exposition et adoration du Saint Sacrement.

Vêpres et Salut du Saint Sacrement à 18 h.

Dans toutes les chapelles desservies par la Fraternité, récitation du chapelet ce même après-midi.

En grande union de prières avec vous pour que cette loi inique ne puisse pas être votée.