Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 février 2014

"Tomboy", film "militant" en faveur de la théorie du genre - C'est la réalisatrice qui le dit...

tomboy-affiche-MPI.jpg

Alors que Civitas appelle à protester auprès d’Arte pour empêcher la diffusion de Tomboy, film de propagande pour l’idéologie du genre, divers médias du système nient une fois de plus l’évidence et parlent d’un chef d’œuvre.

Pour vous permettre de vous faire une opinion, voici quelques éléments à connaître.

La réalisatrice de Tomboy se nomme Céline Sciamma. Née en 1980. En 2009, elle réalise Pauline, histoire d'une jeune lesbienne. Ce court-métrage s'inscrivait dans le cadre du concours « Jeune et homo sous le regard des autres » lancé par le Ministère de la Santé et des Sports. En 2011, elle réalise Tomboy. Cela lui vaudra notamment d’être élue « lesbienne de l’année 2011 » par les internautes de Yagg, site communautaire LGBT.

Céline Sciamma a accordé un entretien à TV5 Monde publié le 13 septembre 2011. Ci-dessous, quelques extraits révélateurs :

TV5 : Comment est née l'histoire de Tomboy ?

Céline Sciamma : La genèse du film, c'est avant tout cette idée d'une petite fille qui a envie de se faire passer pour un petit garçon. (...) Les questions de genre me passionnent, dans la vie de tous les jours et même de façon assez intime. (...)

Je voulais pouvoir faire un film qui milite à un endroit où ça allait fonctionner, où je n'allais pas m'adresser à des gens déjà convaincus, parce qu'il y a une promesse de cinéma derrière. J'ai le souci de ces équilibres : il faut toucher un maximum de gens avec des messages subversifs et politiques.
(...)

 

TV5 : La sortie de Tomboy en DVD se fait dans un contexte un peu particulier en France, avec une polémique autour de l'enseignement de la théorie des genres et l'identité sexuelle, sujet que le film aborde largement. Quelle est votre position par rapport à cette question ?

Céline Sciamma : Je suis bien évidemment tout à fait en faveur de ces enseignements. Je trouve même ça fou qu'il y ait une polémique ! C'est complètement dingue ! En France, on est tellement en retard sur ces questions... (...)

Il y avait urgence à légiférer sur le sujet. Et c'est important que ça soit à l'école que ça se passe : le plus tôt le mieux. Lors de l'accompagnement lors des séances scolaires, j'ai vu que les enfants ont une parole assez libre sur ces questions, mais sont aussi dans des schémas très forts de rapport à leur genre.
(...)

17 février 2014

Empêchons la diffusion de Tomboy à la télévision

gender-visuelcivitas.JPG

 

 

Tomboy , film français (2011) réalisé par Céline Sciamma, raconte l’histoire d’une gamine de dix ans qui se fait passer pour un garçon, ce qui donne lieu à une amourette entre deux filles.

Tomboy fait du prosélytisme en faveur de l’idéologie du genre. Ce qui a valu à ce film le Prix du Jury du Teddy Awards à la Berlinale, qui récompense les productions cinématographiques traitant de sujets LGBT.

Tomboy est introduit dans les écoles via le programme « Ecole et Cinéma » qui concerne les classes de CE2, CM1 et CM2. Près de 20.000 personnes ont déjà signé une pétition en vue d’interdire la projection de ce film dans les écoles.

Tomboy devrait être diffusé à la télévision par la chaîne Arte ce mercredi 19 février à 20h50. Arte est une chaîne de télévision franco-allemande de service public à vocation culturelle européenne. La chaîne Arte est un groupement européen d’intérêt économique (GEIE) basé à Strasbourg.

Arte France est détenu à 45% par France Télévisions, à 15% par Radio France, à 15% par l’INA et à 25% par l’Etat français.

Tomboy, film de propagande pour l’idéologie du genre n’a sa place

ni à la l’école ni à la télévision

Civitas appelle les familles françaises à réagir et à empêcher la diffusion de ce film de propagande pour l’idéologie du genre. Ce film ne répond pas à la mission d’Arte qui est de « concevoir, réaliser et diffuser des émissions de télévision ayant un caractère culturel. »

Si un grand nombre de familles françaises  prend les quelques minutes nécessaires pour protester auprès d’Arte, ce sera en même temps un signal fort pour dénoncer le scandale qui consiste à diffuser ce film dans les écoles.

Protestons poliment mais fermement ! Par téléphone, par fax ou par e-mail.

Siège d’Arte GEIE : 4 quai du Chanoine Winterer à Strasbourg – Tél 03.88.14.22.22 – Fax 03.88.14.22.00

Directrice des Relations Publiques : Claude-Anne Savin – Tél 03.88.14.21.45 – claude.savin@arte.tv

Siège d’Arte France : 8 rue Marceau à Issy-les-Moulineaux – Tél 01.55.00.77.77 – Fax 01.55.00.77.00

Directrice de la Communication : Marie-Danièle Boussieres

Tél 01.55.00.70.34 – md-boussieres@artefrance.fr

Secrétariat : Christel Lamontagne

Tél 01.55.00.70.35 – c-lamontagne@artefrance.fr

Relations Publiques : Céline Chevalier

Tél 01.55.00.70.03 – c-chevalier@artefrance.fr

Info et Cinéma : Cécile Braun

Tél 01.55.00.73.43 – c-braun@artefrance.fr

12 octobre 2012

Ainsi soient-ils : mascarade carnavalesque, caricature du présent, situations invraisemblables, approximations

ainsi soient-ils,monseigneur di Falco,arte,caricature, film, séminaristes,évêque de Gap et d'Embrun L'évêque de Gap et d'Embrun, monseigneur di Falco, ne mâche pas ses mots : 

"Arte, attention, n’oubliez pas qu’il s’agit de la chaîne dite culturelle, Arte donc a fait le choix de diffuser un téléfilm en huit épisodes sur les séminaristes. Si vous ne connaissiez pas grand-chose sur le sujet vous n’en saurez pas davantage après avoir vu ces épisodes que je me suis efforcé de regarder jusqu’à la dernière seconde mais, dois-je le préciser, par devoir.

On a beaucoup parlé de caricatures ces derniers temps et il n’y a pas que Mahomet et l’islam qui soient caricaturés, les chrétiens n’y échappent pas, mais avec eux ça fait moins de bruit : bien que véritables têtes de Turcs de certains médias, ils ne menacent personne de mort.

Après la diffusion des téléfilms Les Borgia et Inquisitio, voici Ainsi soient-ils sur la vie dans un séminaire ! Après des récits à prétention historique sur une caricature du passé voici un récit sur une caricature du présent. Certes on peut comprendre le souhait de certains de vouloir surfer sur le succès du film Des hommes et des Dieux. Si tel était le cas, c’est plus que raté car on en est bien loin avec cette mascarade carnavalesque (...)

François Hollande a mis le mot « normal » à la mode. On se demande qui, dans ce téléfilm, est « normal ».

Pour couronner le tout il faut mentionner un président de la Conférence des évêques de France isolé, ambitieux, imbu de pouvoir, sans cœur, calculateur, qui prépare une campagne pour sa réélection comme un mauvais homme politique.

Le tout sous l’autorité d’un Pape de carnaval, gâteux et acariâtre, sous la haute surveillance d’une religieuse moustachue qui le drogue… au thé.

En fait la vision de l’Église qui est donnée là est conforme aux idées reçues de ceux qui ne la connaissent pas. Certes je ne m’attendais pas à ce que la réalité soit enjolivée. Les hommes restent des hommes, avec leurs faiblesses, leur médiocrité. Les événements récents vécus dans l’entourage même du Pape Benoît XVI en sont bien la preuve. Parce que faite d’hommes et de femmes imparfaits l’Église est fragile et vulnérable dans son humanité, mais elle est forte de l’Esprit du Christ qui l’habite et l’anime.

La question qui reste après avoir visionné les épisodes de ce téléfilm est bien « Et Dieu dans tout ça ? » Visiblement il n’a pas été retenu au casting, pas plus d’ailleurs que le bon peuple de Dieu qui est l’Église et qui une fois de plus sera blessé par cette image de l’Église donnée par des ignorants".

Source: article publié par Lahire pour le Salon Beige

24 septembre 2012

Nouvelles caricatures anticatholiques avec Ainsi soient-ils

AINSI.jpg

Lu sur le site de l'agence de presse indépendante NOVOpress Paris:

Alors que le film critique sur l’islam, L’innocence des musulmans et les caricatures de Charlie Hebdo font couler beaucoup d’encre et de sang pour savoir s’il est permis de tourner en dérision les musulmans, les catholiques, eux, sont attaqués régulièrement dans les médias.

Dernier exemple en date, cette fois, avec une affiche présente un peu partout dans les villes de l’Hexagone. Elle annonce, Ainsi soient-ils, un téléfilm diffusé prochainement sur Arte. On peut y voir un prêtre portant un missel avec une liasse de billets. Traduction : l’Eglise est riche et corrompue. On imagine le scandale d’une telle image avec des billets de banque dépassant d’un coran dans les mains d’un imam…

AINSI-2.jpg

Cette dérision dirigée contre les chrétiens sonne faux quand on sait qu’un prêtre et un évêque gagnent en moyenne 920 euros par mois. Du 11 octobre au 1er novembre, Arte diffusera cette série mettant en scène cinq jeunes candidats à la prêtrise au séminaire des Capucins à Paris, peuplée parfois de nonnettes pimpantes. La chaîne franco-allemande promet une « immersion inédite dans les couloirs de l’Eglise ». Beaucoup de poncifs donc qui ne correspondent pas à la réalité. On y voit Michel Duchaussoy en président de la Conférence des évêques, menant grand train dans son rutilant palais épiscopal. Véritable prince de l’Église accueillant ses collaborateurs en peignoir de soie devant un petit-déjeuner copieux ou festoyant dans un superbe restaurant aux côtés de religieuses très sexy. Des caricatures qui, elles, passeront comme une lettre à la poste.

Source: article publié sur le site de l'agence de presse indépendante NOVOpress Paris le 23/09/12

13 septembre 2012

"mariage" gay sur ARTE: un débat confisqué

Le lobby homosexuel refuse que CIVITAS ouvre un débat public sur les projets de loi sur le mariage et l'adoption d'enfants par des duos homosexuels. En témoigne cette émission diffusée sur la chaîne publique franco-allemande ARTE le vendredi 7 septembre.
Refusons ces oukases en signant la pétition. http://www.nonaumariagehomosexuel.com