Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 avril 2015

Le 10 mai, tous avec Jeanne d'Arc

Affiche JA 2015.jpg

Le 10 mai, tous avec Jeanne d’Arc
 
En ces temps de grande confusion qui affectent sans exception tous les pans de la société, il est indispensable de se tourner vers des modèles intangibles. Le 10 mai 2015, c’est vers Sainte Jeanne d’Arc que se porteront nos regards et nos pensées, elle qui sut incarner l’exemplarité tant dans les vertus chrétiennes que dans l’héroïcité patriotique.
 
Nous inscrirons cet hommage traditionnel à Sainte Jeanne d’Arc dans un triptyque DIEU – PATRIE – FAMILLE qui permet d’aller à l’essentiel tout en étant foncièrement raccroché à l’actualité. L’impossibilité de mettre en place une autorité stable et servant le bien commun sans que cette autorité accepte d’être soumise à Dieu. L’opposition entre la France catholique et la république laïque et maçonnique. Les chrétiens, persécutés et attaqués de toutes parts. Le blasphème, facteur de conflits et de violences. Le déracinement promu par les forces mondialistes. La propagation de théories perverses et de lois iniques portant atteinte à la Famille, cellule de base de la société. La jeunesse en quête d’idéal.
 
. Pour la première fois, nous donnons rendez-vous dès midi place Saint Augustin pour des animations médiévales dans une ambiance familiale.
. A 14h30 se mettra en place le défilé en hommage à Ste Jeanne d’Arc.
. Toutes les organisations qui se reconnaissent dans le modèle de Jeanne d’Arc et le triptyque DIEU – PATRIE – FAMILLE sont invitées à participer à ce défilé avec leur propre banderole, trois drapeaux de leur organisation, et des drapeaux locaux et nationaux.
. Les mouvements de jeunesse et les troupes scoutes sont invitées à y participer et à témoigner avec faste leur affection pour la Sainte de la Patrie.
. Les anciens combattants sont invités à y participer avec leurs drapeaux, bérets et décorations.
. Ce défilé n’est concurrent d’aucun autre hommage à Sainte Jeanne d’Arc. 
 
Alain Escada,
président de Civitas

07 avril 2015

Le Pape François va-t-il trop loin ? (article du journal Présent)

present-logo.jpg

A voir, sur le site de Médias-Presse-info, un très intéressant faceà- face télévisé ayant eu lieu le lundi de Pâques sur RTL Belgique entre le père Tommy Scholtès, porte-parole des évêques de Belgique, et Alain Escada, président de Civitas.

L'émission, intitulée « Pour ou contre ? », pose la question : « Le pape François va-t-il trop loin ?»

Alain Escada dénonce la confusion qu'entraîne la perte de repères sûrs. Selon lui, en matière d'homosexualité, de mariage, d'immigration ou de dialogue interreligieux, l'Eglise cherche plus souvent à plaire au monde qu'à rester fidèle à son enseignement bimillénaire.

Lorsqu'il fait remarquer que l'on ne peut laisser supposer que tout se vaut, dénonçant un relativisme latent, le père Scholtès lui répond qu'effectivement, « tout est respectable », qu'il a pu constater par exemple qu'à Jérusalem, « où toutes les cultures sont mélangées, on peut vivre avec un certain respect ».

Nous avons là deux visions diamétralement opposées : l'un pense que le message essentiel de l'Eglise se résume à « Heureux les pauvres, car ils verront Dieu », se réjouit des propos du pape à Lampedusa demandant à l'Europe d'accueillir tous les réfugiés ; pour lui, la religion n'est jamais un ensemble de règles et l'une des plus belles paroles de François est : « Qui suis-je pour condamner ? »

A cette dernière question, l'autre répond : « Le pape ! » et soutient que l'image « bisounours » de l'Eglise est une tromperie : on ne peut lisser le christianisme, il ne faut pas craindre de rappeler que le Christ a dit de lui-même qu'il était signe de contradiction et le pape se doit d'être avant tout le fidèle portevoix des enseignements du Christ, à temps et à contretemps, ne craignant pas de rappeler ce qui reste immuable pour le salut des âmes.

Une joute courtoise mais pleine d'enseignements sur deux réactions possibles aux propos et aux attitudes de ce pape que les deux protagonistes s'accordent à reconnaître « révolutionnaire », l'un pour s'en réjouir, l'autre pour le déplorer.

Propos recueillis par Anne Le Pape anne-le-pape@present.fr

Source : Présent du mercredi 8 avril 2015

06 avril 2015

Le Pape va-t-il trop loin ? Débat télévisé entre Alain Escada, président de Civitas, et le porte-parole des Evêques de Belgique

Alain Escada, président de Civitas, était opposé ce midi au Père Tommy Scholtès, porte-parole des Evêques de Belgique, lors d'un débat télévisé organisé par la télévision belge RTL sur le thème "Le Pape va-t-il trop loin ?".


Pour ou Contre

27 mars 2015

Un regard catholique sur l'affaire Charlie Hebdo - A voir et à diffuser !

Alain Escada aborde les abus commis au nom de la liberté d'expression, les enseignements de l'Eglise catholique à ce sujet, la notion de blasphème, les protagonistes, les manipulations, la mondialisation de l'affaire Charlie Hebdo et le totalitarisme démocratique qui en découle.

A ce sujet, notez que Civitas vient de publier un nouveau numéro de sa revue dont le thème central est la fameuse liberté d'expression.

Vient de paraître:

revue Civitas n°55 : la liberté d'expression

 

civ_55_COUV.jpg

 

Depuis les récents attentats commis dans le pays, la France entière est supposée être mobilisée pour défendre la liberté d’expression.

Mais qu’entend-on par liberté d’expression ?

Les articles du Pr Polin, de M. l’Abbé Toulza et de la rédaction répondront à cette question.

Le Professeur Claude Polin s’efforcera de caractériser les trois libertés d’expression que l’Occident a successivement connues : la liberté classique, la liberté des lumières et la liberté contemporaine qui apparaît comme une curieuse dégradation de la liberté des dites lumières.

Monsieur l’abbé Toulza expliquera, par les principes catholiques, pourquoi la liberté d’expression illimitée n’est pas acceptable et la rédaction étudiera, enfin, deux cas concrets touchant à la liberté d’expression, en les considérant à la lumière des principes catholiques.

Pour commander ce numéro:

Par courrier au prix de 9€, à Civitas, 17 rue des Chasseurs, 95100 Argenteuil

 

 

17 mars 2015

Elections des 22 et 29 mars - Civitas répond aux questions de Présent

 

HS-présent-élections-régions.jpg

 

Le journal PRESENT a publié un numéro hors-série consacré aux élections des 22 et 29 mars. La rédaction du quotidien catholique a demandé l'avis de plusieurs personnalités politiques de la mouvance nationale, dont Alain Escada, président de Civitas.

Voici cet entretien :

Vous êtes belge mais vous avez été, en quelque sorte, à l’origine des manifestations pour la défense de la famille puisque c’est Civitas qui a, en tout premier, décidé d’organiser une manifestation, à Paris, en janvier 2013. Selon vous, que doit attendre un catholique de la politique ?

Le catholique doit avant tout considérer la politique comme un moyen de servir le Bien commun. A ce titre, Civitas encourage vivement les catholiques à prendre leurs responsabilités en politique, d’abord en tant qu’électeurs, mais aussi en tant que candidats et ensuite, pour une partie d’entre-eux, en tant qu’élus.

On ne peut pas légitimement à la fois se plaindre de la politique et s’en désintéresser. Si les choses vont aussi mal n’est-ce pas aussi en partie parce que les catholiques ont déserté le terrain politique ? Il est trop facile de se limiter à répondre que le système est pourri pour justifier de ne rien faire. Je voudrais rappeler ces mots extraordinaires de Mgr Lefebvre, ô combien visionnaire : “Vous qui êtes chef de famille, vous avez une grave responsabilité dans votre pays. Vous n’avez pas le droit de laisser votre pays envahi par le socialisme ou le communisme. Vous n’en avez pas le droit ou vous n’êtes plus catholique. Vous devez militer au moment des élections pour que vous ayez des maires, catholiques, des députés catholiques et qu’enfin la France redevienne catholique. (...) Chefs de famille, c’est vous qui êtes responsables de cela, pour vos enfants, pour les générations qui viennent. Alors, vous devriez vous organiser, vous réunir, vous entendre pour arriver à ce que la France redevienne chrétienne, redevienne catholique. Ce n’est pas impossible, ou alors il faut dire que la grâce du Saint Sacrifice de la messe n’est plus la grâce, que Dieu n’est plus Dieu, que Notre Seigneur Jésus-Christ n’est plus Notre Seigneur Jésus-Christ.”

C’est dans cet esprit que Civitas a mis en place un réseau qui propose depuis peu une véritable assistance (service de documentation, conseils juridiques, réponses aux questions morales,...) aux élus catholiques.

escada-portrait-3.jpg

Pensez-vous que le thème de la famille sera, en France, au cœur des enjeux politiques de 2015 ?

La Famille ne sera un enjeu politique apparent en 2015 que si les familles catholiques font le nécessaire pour cela. Cela demande de s’investir avec intelligence et méthode. Je ne crois pas du tout à l’utilité d’envoyer des questionnaires à des candidats car les promesses de politiciens n’ont de valeur que pour ceux qui ont envie d’y croire. Par contre, c’est lors des réunions publiques des politiciens en campagne qu’il faut s’organiser pour les forcer à répondre à des questions précises et pour démontrer avec imagination et visibilité que ce sujet reste cher au cœur des Français.

— Les manifestations massives font penser plus que jamais à un « vote catho ». Y croyez-vous ?

Je me méfie des illusions. Les manifestations massives ont eu l’avantage de prouver que le potentiel existe mais n’ont pas débouché sur la mise en place de quelque chose de structuré et durable. Le “vote catho” n’est envisageable que si des outils viennent aider les électeurs catholiques à faire preuve de discernement. En l’absence de ces outils, c’est la confusion qui règnera encore et toujours à la veille des élections. Il ne suffit pas de vouloir sanctionner le PS ou l’UMPS. Faire élire des militants LGBT drapés momentanément de tricolore ne résoudrait rien, bien au contraire. Plus que jamais, il faut se distancier des partis pour ne s’intéresser qu’aux hommes – et aux femmes – qui, une fois élus, pourraient avec courage et persévérance défendre le Bien commun (ce qui inclut la Famille) sans céder aux pressions.

Propos recueillis par Anne Le Pape

 

15:32 Publié dans Actualité, famille, la vie de France Jeunesse Civitas | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élections, civitas, alain escada |

09 mars 2015

La vérité sur la situation Syrie, par Mère Agnès-Mariam de la Croix

Mère Agnès-Mariam de la Croix était de passage à Paris. Elle a donné une conférence le vendredi 6 mars 2015, sur l'état de la situation actuelle en Syrie, après quatre années de guerre. Il faut absolument écouter cette conférence, loin de la désinformation que nous subissons.

soirée-syrie-tribune

Enorme succès pour la conférence de Mère Agnès-Mariam de la Croix le vendredi 6 mars à Paris. La salle était comble. Le public s'agglutinait jusque sur les marches d'escaliers et une centaine de personnes n'a pu trouver la moindre place pour assister à ce témoignage émouvant à propos de la réalité de la situation en Syrie.

soirée-syrie-public

De gauche à droite, Maître Elie Hatem, Mère Agnès-Mariam de la Croix, Omran Alkhatib, président du Rassemblement pour la Syrie, et Alain Escada, président de Civitas, organisateurs de cette belle soirée De gauche à droite, Maître Elie Hatem, Mère Agnès-Mariam de la Croix, Omran Alkhatib, président du Rassemblement pour la Syrie, et Alain Escada, président de Civitas, organisateurs de cette belle soirée

03 mars 2015

Les réseaux de l'euthanasie (vidéo d'Alain Escada) pour tout savoir sur les collusions entre lobbies de l'anti-France

27 février 2015

Regard catholique sur l'affaire Charlie Hebdo et ses conséquences - conférence d'Alain Escada à Bruxelles le 10 mars

2015_03_10_conference_AE-bruxelles.jpg

18:05 Publié dans Actualité, Agenda | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : civitas, alain escada, affaire charlie hebdo |

20 février 2015

26 février à 19h30 - Conférence d'Alain Escada à Conflans-Sainte-Honorine

Le 26 février, le mouvement France Action Jeunesse (FAJ) recevra Alain Escada, président de Civitas (préinscription obligatoire).

escada-faj-affiche

15:17 Publié dans Agenda | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : alain escada, civitas |

06 février 2015

Face à une dictature matérialiste, athéiste et mondialiste

statue-ste-vierge-grenoble.jpg

Après la chasse aux crèches de Noël, les fondamentalistes de la “Libre Pensée” s’en prennent aux statues de la Ste Vierge. L’association la Libre Pensée de Haute-Savoie avait intenté une action contre l’installation en août 2011 d’une statue de la Ste Vierge dans le parc municipal de la commune de Publier. Magnifique, Notre-Dame-du-Léman posait son regard bienveillant, du haut du village de 6.500 habitants, sur le Léman. Gaston Lacroix, courageux maire de Publier, avait toujours refusé de céder aux intimidations des fondamentalistes laïques.  Mais le Tribunal administratif de Grenoble, saisi par les laïcistes, vient d’ordonner le déménagement de la statue.

«La question de l’existence ou non de Dieu n’est pas de la compétence d’un maire ni de quelconque élu.», s’est réjoui José Goëmans à qui on doit cet acharnement antichrétien dans cette petite localité. Le maire Gaston Lacroix, lui, continue de souligner l’évidence. «De nos jours, la France ne sait plus où elle habite. On assiste à une perte de repères. (...) cette statue est un repère. (...) Il n’y a pas un sommet où on ne trouve pas une croix ou une Vierge. Beaucoup ont été édifiées après 1905!», a-t-il déclaré à France 3.

Ce fait local traduit l’état d’esprit qui règne aujourd’hui en France et qui s’est renforcé avec “l’affaire Charlie Hebdo”. La République hait Dieu. La République sait néanmoins que l’homme ne peut vivre sans religion. La République veut donc imposer la laïcité comme religion de substitution. Dans un scénario digne d’Aldous Huxley ou de Georges Orwell, la République commande à la population de répéter l’incantation “Je suis Charlie”, à l’école ou au travail, sous peine d’être dénoncé comme un déviant. Chacun est sommé d’accepter le blasphème, de tolérer la profanation, de sourire du sacrilège. Sauf lorsque le “sacrilège” vise un dogme de la laïcité républicaine. Là, instantanément, la fameuse liberté d’expression fait place au bras répressif de l’ogre républicain et de sa police de la pensée.

Durant des mois de manifestations contre la loi Taubira, comme tant d’autres, nous avons dénoncé la “dictature socialiste”. Le terme était impropre. Il s’agit d’une dictature matérialiste, athéiste et mondialiste. Le socialisme français en est simplement un exécutant plus dogmatique et zélé que d’autres. La théorie du genre prescrite de force à l’école ou les ambitions de légaliser l’euthanasie n’en sont que des illustrations parmi d’autres.

Une fois de plus, Civitas rappelle ces mots de Jean Jaurès : “Nos adversaires ont-ils opposé doctrine à doctrine, idéal à idéal ? Ont-ils eu le courage de dresser contre la pensée de la Révolution, l’entière pensée catholique, de réclamer pour le Dieu de la révélation chrétienne, le droit non seulement d’inspirer et de guider la société spirituelle, mais de façonner la société civile ? Non, ils se sont dérobés, ils ont chicané sur des détails d’organisation. Ils n’ont pas affirmé nettement le principe même qui est comme l’âme de l’Eglise.

J’appelle tous ceux qui refusent de se dérober plus longtemps à rejoindre Civitas sous l’étendard du Christ-Roi. Serrons les rangs pour affronter les temps d’épreuves.

 

Alain Escada, président de Civitas

15:35 Publié dans Actualité, la vie de France Jeunesse Civitas, laïcité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : civitas, alain escada |