Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 décembre 2016

Hommage à Claire Séverac qui nous a quittés - RIP

C'est avec tristesse que nous avons appris le décès de notre amie Claire Séverac. Elle s'est éteinte le jour de Noël, au matin, victime d'un cancer qui la rongeait depuis des mois.

Cette femme hors norme a longtemps travaillé dans le milieu de la chanson avec des artistes renommés. Mais cette ancienne étudiante en sciences politiques se situait aux antipodes du discours superficiel des artistes moralisateurs qui interviennent dans les médias pour valider la pensée unique.

Claire Séverac s’intéressait donc depuis des années aux scandales liés à la santé et à l’influence mondialiste en ce domaine.

Puisqu’il est question de mondialisme, on ne s’étonnera pas d'avoir retrouvé Pierre Hillard en préfacier de La guerre secrète contre les peuples.

Très documenté, cet ouvrage de Claire Séverac (publié chez Kontre Kulture) venait en effet compléter d’autres livres consacrés au nouvel ordre mondial en abordant d’autres aspects de celui-ci à travers les manipulations génétiques, les épandages (chemtrails), le projet militaire HAARP, les armes électromagnétiques, les OGM, les effets secondaires de certaines vaccinations, les antennes GSM, le transhumanisme… et le plan de limitation de l’humanité mondiale à 500 millions d’habitants.

Sur ces sujets qu'elle suivait sans relâche, Claire Séverac ne manquait pas une occasion de chercher à éveiller les consciences et saisissait pour cela toute tribune offerte par les médias "dissidents". 

Au mois de juin de cette année, elle avait accepté de rejoindre l'équipe de conseillers de Civitas mais, rongée par la maladie, elle était déjà absente de la conférence de presse du 15 septembre à laquelle elle devait se trouver aux côtés de ses amis de la dissidence. Accablée par un méchant cancer, ses forces ont diminué de mois en mois, jusqu'à ce matin de Noël 2016.

RIP

03 mars 2015

Les réseaux de l'euthanasie (vidéo d'Alain Escada) pour tout savoir sur les collusions entre lobbies de l'anti-France

02 août 2013

Embryons - Le régime socialiste s'attaque encore et sans raison aux plus faibles!

civitas,loi autorisant la recherche sur les embryons,conseil constitutionnel,printemps français,onlr

Hier le conseil constitutionnel, composé à majorité de personnalités nommées par l'ancienne majorité UMP mais désormais complice attitré du régime socialiste, a validé la loi votée récemment au parlement  qui autorise la recherche sur les embryons, autrement dit l'autorisation de pratiquer des expériences sur les enfants-à-naître.

Le choix de faire passer cette loi fin juillet-début août en dit long sur l'état d'esprit du gouvernement.

Plus grave encore:

Le professeur Claude Huriet, médecin reconnu, ancien membre du Comité consultatif national d’éthique, qualifie cette loi autorisant la recherche sur l’embryon de « Dépassée » et passéiste" .

Pourquoi?

Tout simplement car ce type de recherches sur les embryons est aujourd’hui rendu obsolète par les progrès réalisés avec les IPS*: les cellules adultes reprogrammées en cellule immature capable de redonner n’importe quelle sorte de cellules de l’organisme.

Dans une tribune au Monde le 14 mars dernier, le professeur Claude Huriet écrivait: « En quinze ans, aucun patient n’a été traité par des cellules souches embryonnaires (CESh) », à l’inverse, il évoquait les « progrès extraordinaires concernant les cellules souches adultes ou induites (IPS*) et leurs possibles applications thérapeutiques ». 

Se référant aux travaux sur ce sujet des professeurs Shinya Yamanaka et Sir John B. Gurdon, travaux qui leurs ont valus le prix Nobel de médecine de l’année dernière, il va jusqu'à affirmer que « La reprogrammation de cellules sanguines ou cutanées en cellules semblables à des cellules souches embryonnaires donne à ces dernières un ‘‘coup de vieux’’ ! » 

il n’y a donc pas « de justification scientifique et médicale à utiliser des embryons humains » .

Les IPS*, les cellules adultes reprogrammées, sont bien plus prometteuses au niveau thérapeutique que les embryons.

C’est  également ce qu'exprime Alain Privat, professeur en neurobiologie à l’École pratique des hautes études et ancien directeur de recherche à l’Inserm: « Il y a eu un changement très net depuis deux ans, car nous avons pris la mesure des travaux sur les IPS », explique-t-il.

Lui aussi pense que dans ces conditions, il n’y a plus « de justification scientifique et médicale à utiliser des embryons humains ».

L'Inserm (L’Institut national de la santé et de la recherche médicale)  rappelle également de son coté que  " Les cellules IPS* sont  identiques aux cellules souches embryonnaires ".

Alors pourquoi le pouvoir socialiste légalise-t-il malgré tout la possibilité de faire toutes sortes d'expériences sur les embryons, c'est à dire finalement sur les enfants-à-naître, alors que rien ne le justifie?

D'après le professeur Alain Privat, cette loi n’aurait d’autre justification que de servir les intérêts de certains laboratoires et d’industriels impatients d’utiliser des cellules souches embryonnaires pour tester des médicaments ou des substances cosmétiques à peu de frais. Il rajoute d'ailleurs qu'« On peut le faire avec des IPS*, mais c’est plus long et plus coûteux ».

Alors devant tant de perversion de la part du législateur et du régime socialiste qui a apporté son soutien à cette loi nocive, injuste et mortifère, ne restons pas passif !

Profitons de l'été pour préparer la nécessaire résistance à toutes ces folles initiatives qui s'en prennent délibérément à la société en s'attaquant jusqu'aux plus faibles qui la composent. Car voici une preuve de plus que même en période de vacances et dans tous les domaines, les raisons de " ne rien lâcher" s'accumulent.

Alors pour le bon sens, la Vie, les enfants(-à-naître) et la Famille, On Ne Lâche Rien!


*IPS: Cellule souche pluripotente induite (ou iPS) est une cellule adulte qui a été reprogrammée en cellule immature capable de redonner n’importe quelle sorte de cellules de l’organisme.

sources:

http://www.inserm.fr/thematiques/immunologie-hematologie-pneumologie/dossiers-d-information/les-cellules-pluripotentes-induites-ips

http://www.la-croix.com/Actualite/France/Recherche-sur-l-embryon-va-t-on-lever-l-interdit-2013-03-27-925897

http://www.la-croix.com/Ethique/Bioethique/Ce-que-change-la-nouvelle-loi-sur-l-embryon-2013-07-15-986541

 

03 avril 2013

La pornographie vue comme "outil d'éducation à la sexualité" des adolescents dans un colloque sous le patronnage du... ministère de l'agriculture

Nous avons pris connaissance d'un échantillonnage de ce qu'un directeur d'établissement scolaire a reçu au cours du dernier trimestre comme tracts, dépliants, dossiers, au contenu significatif en matière de tentative d'influence des moeurs notamment. En voici un premier avant-goût.

D'abord, un dépliant pour une journée de conférences organisée par l'AFPSSU (qui signifie association française de promotion de la santé scolaire et universitaire) sur le thème "Ecole, sexe, vidéo ou comment parler de la sexualité aux jeunes". Un argumentaire accompagne afin de favoriser l'inscription à ce colloque. Et parmi cette argumentation, je lis que "la question de la pornographie comme "outil d'éducation à la sexualité" des adolescents mérite d'être posée". Moi, j'avais plutôt l'impression que la pornographie est un outil de déformation de la sexualité au profit d'une banalisation de comportements pervers et avilissants et au mépris du respect de la personne. Mais ce qui m'a surpris, c'est que ce colloque soit annoncé "sous le Haut patronnage" de divers ministères, dont le ministère de l'agriculture. On pourra toujours considérer qu'il y a bien dans la pornographie du cochon qui sommeille mais on ne nous empêchera pas de penser que les agriculteurs, bien malmenés par la politique agricole, sont en droit d'attendre autre chose de l'usage des deniers de leur ministère attitré !

préservatif féminin.jpgLe second dépliant est publié par l'INPES (institut national de prévention et d'éducation pour la santé). AFPSSU, INPES,... Mais combien a-t-on en France d'organismes prétendant s'occuper de la santé dans les établissements scolaires ? Ici, il s'agit d'un "mode d'emploi du préservatif féminin", avec quantités de dessins explicites à l'appui, distribué aux élèves de tous les niveaux, de la sixième à la troisième. Et l'exercice pratique dès la maternelle, c'est pour quand ?

France Jeunesse Civitas

29 mars 2013

Oui, la pilule contraceptive tue !

contraception,pilule contraceptive,femmes,santé,acim,printemps français,civitasCommuniqué de l’Association Catholique des Infirmières et Médecins :

"L’information donnée par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) expliquant que 20 personnes seulement meurent des complications thromboemboliques chaque année est absolument scandaleuse car mensongère. Pourquoi ?

1) Lors des morts subites à domicile par embolie pulmonaire le plus souvent le médecin signe le certificat de décès en donnant le diagnostic de crise cardiaque. Pour savoir si ces personnes sont décédées d’une embolie il n’y a pas d’autre choix que de faire une autopsie qui en pratique n’est jamais diligentée. Les familles en peine s’y opposent le plus souvent (C’est pas ça qui nous le rendra !) et les médecins légistes sont devenus rares.

2) Il en est de même pour les hôpitaux périphériques et même les centres hospitaliers universitaires ; ils se trouvent dans le même cas. Ce pour quoi ils sont à quelques exceptions près incapables de tenir de telles statistiques. D’autant que bien souvent ils réceptionnent des personnes mortes durant le transport. Là non plus, one ne se met pas à autopsier.

3) N’ont pas été inclus dans la statistique les décès des personnes ayant fait un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral. De plus, tout étudiant en médecine sait parfaitement qu’une embolie peut se diriger directement vers le cœur ou le cerveau.

4) N’ont pas été pris en compte les cas où la prise de pilule a été un facteur favorisant voire déclenchant. Donnons un exemple précis. On sait que les longs voyages en avion favorisent les morts subites dus à l’immobilité des membres inférieurs où se forment des caillots : ces personnes tombent inanimées à leur arrivée à l’aéroport ou un peu plus tard. Dans tous les cas le décès est seulement imputable au voyage alors qu’il peut être aussi en rapport avec la prise de pilule. Ces deux facteurs peuvent être réunis. Il est impossible de savoir lequel a été déterminant ou subsidiaire.

En limitant ainsi ses appréciations à 20 décès, l’ANSM n’a qu’un seul but : nous faire « avaler la pilule » en relativisant les effets secondaires des contraceptifs oraux…comme elle l’a fait avec le Médiator. Ce qui lui vaut une plainte en justice de la Fédération des Médecins de France…que l’ANSM dit vouloir assumer pleinement.

A partir de lundi, les mineures de 15 à 18 ans pourront bénéficier de la pilule. Combien de morts ?"

08 février 2013

"Mariage" homosexuel aujourd'hui, PMA demain, GPA après-demain... Avec Civitas, proclamez NON ! Trois fois NON !

1papa1maman.jpegPour les humoristes, c'est devenu un sujet de plaisanterie : "De la PMA au PMU, de la GPA au GPS, on ne s'y retrouve plus...", ironisait l'un d'eux lors d'une émission radio de grande écoute. Et il est bien vrai que ce qui se cache derrière les abréviations utilisées à foison dans les médias doit en réalité rester bien hermétique pour une bonne part de nos concitoyens. Ce n'est bien sûr pas un hasard mais la façon la plus certaine de faire avancer les pires projets en limitant l'inquiétude aux Français les plus attentifs. La gauche est à ce point consciente que ce qui se cache derrière ces abréviations barbares revêt un caractère monstrueux qui épouvanterait bon nombre de Français, qu'elle a choisi tactiquement de les dissocier du projet de loi dénaturant le mariage et la parenté que l'Assemblée nationale débat en ce moment.
 
PMA pour "procréation médicalement assistée". GPA pour "gestation pour autrui". Des appelations cosmétiques pour désigner les artifices revendiqués par le lobby homosexuel pour assouvir ce qu'il considère être un "droit à l'enfant". Car le lobby homosexuel sait que la gauche étant au pouvoir (avec beaucoup d'homosexuels bien placés dans les états-majors politiques), il peut oser exiger que celle-ci satisfasse beaucoup de ses caprices.
 
Alors, le PS choisit de mentir aux Français. Il leur dit que de PMA et de GPA, il n'est pas question. Le mensonge s'est toujours porté avec beaucoup de naturel au PS. Il suffit de se rappeler à quel point Elisabeth Guigou avait l'air si sincère lorsqu'elle promettait, lors du débat sur le PACS, qu'il n'y aurait jamais de "mariage" homosexuel qui suivrait. C'était hier. Le "mariage" homosexuel et l'adoption d'enfants par des duos homosexuels, c'est aujourd'hui. La procréation médicalement assistée, ce sera demain. Et la gestation pour autrui, après-demain. C'est cela la réalité du plan inique de cette gauche toujours révolutionnaire même si elle se vautre désormais dans le caviar.
 
Dominique Bertinotti, adepte du double langage, ne vient-elle pas de déclarer à la radio : "Il faut procéder par étapes" ?
 
Etape suivante ? La PMA sera examinée dans le cadre de la loi sur la famille présentée au conseil des ministres le 27 mars prochain.
Et d'une étape à l'autre, le chemin n'est pas loin. Dans Le Monde (20 décembre 2012), Elisabeth Badinter écrivait : "La GPA est une pratique reconnue comme partie intégrante de la PMA par l'organisation mondiale de la santé".
 
Lorsque Christiane Taubira, ministre de la Justice, dévoile une circulaire organisant le délivrement de certificats de nationalité française aux enfants nés de mère porteuse à l'étranger, c'est, quoi qu'elle en dise, un pas en faveur de la GPA.
 
Il faut également rappeler le manifeste en faveur de la GPA publié dans le journal Le Monde du 13 décembre 2010. Parmi les signataires, on y trouvait Najat Vallaud-Belkacem, aujourd'hui porte-parole du gouvernement, Aurélie Filipetti, ministre de la Culture, Alain Vidalies, ministre délégué chargé des relations avec le Parlement ou encore François Rebsamen, président du groupe socialiste au Sénat et très proche de François Hollande. Comment imaginer un seul instant qu'ils ont changé d'avis ? C'est bien une simple question d'étapes.
 
Les plus cyniques préparent déjà le terrain.
C'est le très fortuné Pierre Bergé, ex-"compagnon" d'Yves Saint-Laurent, patron de la société de haute couture éponyme, magnat de la presse, président du directoire du conseil de surveillance du journal Le Monde, co-fondateur de la revue homosexuelle Têtu et généreux soutien financier du parti socialiste, qui se permit à la télévision de considérer qu'il n'y avait pas de différence entre "louer le ventre d'une femme ou les bras d'un ouvrier".
C'est l'avocate Caroline Mécary, marraine de la Marche des Fiertés LGBT, conseillère régionale écologiste d'Ile-de-France, qui dans Le Monde (7 février 2013), défend la gestation pour autrui en ces termes : "En définitive, permettre aux femmes, qui y consentent dans un cadre légal, d'offrir un enfant à un couple qui ne peut en avoir, ne serait-ce pas la plus grande subversion féministe que l'on puisse imaginer : s'affranchir enfin du devoir d'être mère ?".
 
Au passage, relisez cet article en y notant combien de fois le journal Le Monde est impliqué dans cette promotion de la GPA. Bien sûr, on nous dira que le fait que Pierre Bergé en est le vrai patron n'est que pur hasard...
 
En conclusion, je vous invite à rejoindre CIVITAS dans cette bataille livrée pour défendre la Famille, le mariage et l'enfant. Les prochaines semaines seront cruciales. Que les parlementaires sachent bien que nous n'oublierons pas leur attitude lors du vote de ce projet de loi dénaturant le mariage et la parenté et ouvrant la voie à la marchandisation de l'être humain.
 
Alain Escada,
président de CIVITAS

04 janvier 2013

L'appel des infirmières et médecins catholiques à se rassembler le 13 janvier place Pinel à 13h

Communiqué de l'Association Catholique des Infirmières et Médecins
(ACIM) du 3 janvier 2013

acim.jpgLes membres du corps médical, les infirmières, les assistantes sociales, les pédopsychiatres sont confrontés au jour le jour à des problèmes liés à l'isolement psychologique des enfants. Telles sont les terribles conséquences des divorces, de la vie des mères célibataires souvent dépassées par les difficultés de la vie. Ce sont ces gosses privés de l'affection d'un père ou d'une mère ou ballotés de l'un à l'autre. Tous les juges des mineurs savent que ces enfants déracinés sont en souffrance. Ces jeunes se voient d'emblée privés de chances pour mener le combat de l'existence. Un certain nombre d'entre eux tombera dans la drogue, voire la délinquance. La courbe de progression de l'insécurité suit celle des divorces et des séparations de couples. C'est un fait...

C'est cette situation que le mariage des homosexuels va aggraver. Un père et une mère sont nécessaires pour élever et épanouir un enfant. Tout le monde le sait. Certains féministes arguent que la violence conjugale existe dans des couples mariés ; ceci pour justifier le mariage et l'adoption des enfants par les gays. Bien sûr de tels débordements sont insoutenables. Mais faut-il pour autant oublier la violence au sein des couples homosexuels eux-mêmes?

L'homosexualité serait-elle un vaccin contre la violence ? Alors que selon l'INSERM les homosexuels se suicident treize fois plus que le reste de la population. Une étude canadienne établit que les violences conjugales sont le double au sein de ce type de populations. Sans compter que 18 % des gays (chiffre reconnu par Mme Bachelot) ont contracté le sida. Ce sera dans de telles ambiances que demain nos enfants seront placés par l'adoption, voire conçus par la procréation médicalement assistée.

C'est pour eux que nous devons aller manifester le 13 janvier prochain. Si nous ne le faisons pas, « nousaurons le déshonneur en plus » pour paraphraser Churchill.

Une grande manifestation contre le mariage homosexuel se veut homophile, « contre l'homophobie » et aussi contre le mariage gay. Etrange paradoxe que de se rallier à la cause pour en combattre les effets et les conséquences. En toute candeur, des milliers de catholiques qui marcheront ce jour-là l'oublieront ; ils oublieront par pragmatisme l'enseignement de l'Eglise sur l'homosexualité, reniant le catéchisme et la foi qui leur a été transmise. Ce n'est pas à nous à les juger. Pourtant Jésus a dit : « ceux qui me renient devant les hommes, je les renierai devant mon père ». Et aussi « les tièdes je les vomirai ».

En ce qui concerne tous nos amis et nos familles, je leur demande de se joindre à la manifestation catholique organisée par Civitas. Elle partira place Pinel (métro Nationale) dans le XIIIème arrondissement, à 13 heures. Ils le feront pour les enfants de France et pour l'Honneur de Dieu.

Docteur Jean-Pierre DICKES, Président de l'ACIM.

30 décembre 2012

Quand la pilule contraceptive tue

Lu dans Le Monde :

danger-santé.jpg"Depuis la publication dans Le Monde daté du 15 décembre d'une série d'articles sur le sujet, neuf femmes se sont manifestées auprès de l'association pour signaler des phlébites graves, embolies pulmonaires et un accident vasculaire cérébral (AVC). [...]

Me Jean-Christophe Coubris, l'avocat de Marion Larat, qui a déposé le 14 décembre la première plainte au pénal contre le groupe Bayer, a été sollicité par trente autres victimes des pilules de troisième et quatrième génération qui souhaitent, comme Marion Larat, porter plainte contre les laboratoires fabricants (Bayer, Schering, Merck, Pfizer). Des femmes de 17 à 48 ans, qui ont subi des AVC (quinze d'entre elles), des embolies pulmonaires (trois cas), des thromboses veineuses et des phlébites. Elles en ont parfois gardé de graves séquelles : tétraplégie, hémiplégie, épilepsie, aphasie... L'une d'entre elles, Caroline, 25 ans, est décédée d'un AVC en 2006. Sa mère souhaite aller en justice. [...]"

Pilule contraceptive et embolie pulmonaire

Lu dans le Monde :

contraception,pilule contraceptive,santé,embolie pulmonaire"Pour Sophie et ses parents, les fêtes de Noël ont cette année un goût " particulièrement savoureux ". Le goût du bonheur qui a failli disparaître, emporté par l'acné, une pilule contraceptive de quatrième génération, un médecin bien léger et le scepticisme général.

Pour se débarrasser de quelques boutons disgracieux, Sophie, 21 ans, étudiante en deuxième année d'école de commerce, à Nantes, consulte le 24 octobre une généraliste de la ville. Elle souhaite prendre la pilule pour la première fois. La généraliste lui prescrit d'emblée la pilule Jasmine des laboratoires Bayer - que la pharmacienne remplacera ensuite par son générique, Convuline, du même laboratoire. Une pilule de quatrième génération qui, comme celles de troisième génération, ne doit jamais être prescrite aux nouvelles utilisatrices en première intention, selon les recommandations répétées de la Haute Autorité de santé - les pilules de seconde génération présentent moins de risques de thrombose (Le Monde du 14 décembre).

[...] Un mois après s'être vu prescrire Jasmine, elle retourne consulter sa généraliste, lui décrit cet inhabituel essoufflement, lui demande même si elle doit poursuivre la prise de sa pilule, ne percevant aucune amélioration de son acné. Réponse ? Continuer. " Et comme j'avais le rhume, elle m'a donné un pschitt pour le nez et un sirop. " Les symptômes perdurent. [...]

Retour chez sa généraliste, le 15 décembre. Qui l'ausculte, ne voit rien, lui demande de fléchir trente fois les genoux, puis de remonter, avant de la laisser seule dans la pièce. " A la dixième, raconte Sophie, je suffoquais tellement que j'ai cru que j'allais mourir. Quand elle est revenue, elle ne parvenait même plus à compter mon pouls, j'étais à plus de 180 pulsations minute." Effectivement, vous faites de la tachycardie, conclut le médecin, qui l'envoie consulter un cardiologue et faire des analyses de sang pour contrôler sa thyroïde. Analyses auxquelles un ami de la famille, médecin, contacté entre-temps par la maman, prend la salutaire initiative d'adjoindre un dosage des D-dimères, marqueurs de l'embolie pulmonaire. Leur taux se révèle explosif.

Sophie appelle le SAMU " un peu en panique ". Parle de ses essoufflements, de la pilule Jasmine qu'elle prend depuis deux mois, des D-dimères... Le médecin régulateur se gausse et se fait longuement prier avant d'envoyer un véhicule. Direction les urgences du CHU de Nantes. Face à une spécialiste de médecine interne, Sophie re-raconte les essoufflements, la pilule, les D-dimères, l'article du Monde" Sensationnalisme, désinformation ! ", balaie le médecin. Elle est au courant de tout cela depuis bien longtemps. Il ne faut pas prendre pour argent comptant ce que raconte la presse qui affole inutilement. Bref, " si l'on devait faire passer des angioscanners à toutes les femmes sous pilule, on n'aurait pas fini ! "

A force d'insister, et grâce à l'arrivée de son père, Sophie arrache au médecin sceptique cet examen de visualisation des vaisseaux sanguins. Pour découvrir que ses deux poumons sont plein de caillots. Embolie pulmonaire bilatérale" Après, le médecin ne nous a plus reparlé de l'article. " La pilule et l'avion sont incriminés. Deux jours d'hospitalisation, six mois de traitement anticoagulant... [...]

Depuis ce miraculeux 17 décembre aux urgences, Sophie parle pilule avec toutes ses amies et diffuse l'information sur Facebook. [...]"