Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 mars 2017

Le samedi 25 mars, Civitas vous attend à Toulouse

25mars2017-toulouse.png

14 mars 2017

Immigration, la submersion (Jean-Marie Le Pen - Fête du Pays Réel)

Immigration, le péril (Carl Lang - Fête du Pays Réel 2017)

21 février 2017

Dans l'Aude, Civitas interpelle les élus locaux au sujet de l'immigration de grand remplacement

collage-aude-fev2017-1.jpg

Civitas 11 a mené le 19 février 2017 au soir une campagne de réponses aux élus audois complices du grand remplacement.

Un tractage a été effectué sur la commune de Montréal de l’Aude et un collage dénonçant les dérives des communes d’Alzonne et Bram. D’autres communes limitrophes ont vu leurs panneaux d’affichage recouvert des affiches de Civitas pour alerter la population sur la volonté de notre gouvernement de ne pas s’arrêter là.

Le schéma directeur de la région Occitanie relatif à l’augmentation des places pour demandeurs d’asile est mis en place par ces élus qui n’ont que faire de l’hostilité de leurs électeurs.

collage-aude-fev2017-2.jpg

collage-aude-fev2017-3.jpg

collage-aude-fev2017-4.jpg

collage-aude-fev2017-6.jpg

07 février 2017

Terrorisme, immigration de grand remplacement : les coupables sont au gouvernement ! Rejoignez Civitas !

tractage-civitas.jpg

04 février 2017

Demandeurs d'asile à Bram : Civitas avait raison !

En novembre dernier, la presse de l’Aude et les élus locaux avaient largement dénoncé la campagne lancée par Civitas en l’accusant de mensonge sur l’implantation des clandestins. Il n’aurait été question que de logements destinés à des salariés de la SNCF…

Sauf que maintenant, un CADA (Centre d’accueil et d’aide aux demandeurs d’asile) destiné à 80 faux réfugiés va bien être installé à Bram. Le préfet de l’Aude a envoyé une missive le 3 janvier 2017 à tous les maires de l’Aude pour rechercher 81 places pour loger des migrants d’ici avril 2017 en CADA. Selon nos informations, le maire de Bram, Claudie Méjean, aurait répondu favorablement à cet appel en proposant un CADA à Bram !

Civitas avait donc eu raison avant tout le monde et attend les excuses et les démentis d’André Viola, Le Midi libre et L’Indépendant pour leurs mensonges alors qu’ils étaient parfaitement informés, sans parler de tous ceux qui ont relayé l’info sans rien vérifier comme ICI ou encore ICI. Tout ce jargon sur les «œuvres de paix», l’«espoir aux peuples du Sud qui fuient la peur, la faim et la misère» et «les bungalows récemment installés à côté du stade de Bram qui […] sont en fait la base de vie de la SNCF», les «insultes», «obsessions xénophobes», et autres «tissus de mensonges et de bêtises» se retournent contre ceux qui les ont proférées, ces élus républicains corrompus et prévaricateurs et leurs officines médiatiques subventionnées. Leurs mensonges ne tiennent plus face au sites de réinformation qui sont maintenant capables de rétablir et de diffuser largement la vérité.

Comme dans de nombreux autres villages en France, Civitas a eu raison de faire connaître la réalité aux administrés de Bram sur le sort qui les attend. Au lieu de se préoccuper du sort dramatique des chômeurs et des SDF français, ce gouvernement préfère installer à grands frais de futurs électeurs pour remplacer ceux qui ne veulent plus soutenir ses élus.

Il est plus que temps de faire le ménage en grand et les prochaines élections vont en fournir l’occasion avec les candidats de Civitas.

23 janvier 2017

Immigration - Civitas vs Régis Banquet, maire socialiste d'Alzonne

regis-banquet-2.jpg

Régis Banquet, le maire socialiste d’Alzonne (11), n'a pas du tout apprécié que Civitas diffuse un tract dans sa commune pour dénoncer l'invasion migratoire.

Sa réaction est publiée par la presse locale qui soutient la même politique d’installation de clandestins dans les communes rurales. Il accuse Civitas de mensonge alors qu’il accueille des Afghans sans demander l’avis de la population. Il se garde bien de mentionner s’ils sont réfugiés comme c’est répété par toute la propagande gouvernementale.

La « nouvelle pauvreté » est apparue en 1985 avec la création des Resto du Cœur. Ils sont une réaction généreuse à l’échec du gouvernement socialiste arrivé au pouvoir avec Mitterrand en 1981. La pauvreté a encore augmenté en 2015, sous un nouveau gouvernement socialiste, celui du calamiteux Hollande.

Fonctionnaire aux finances, l’administration chargée de collecter les taxes et les impôts responsables des faillites des entreprises et du chômage des Français ICI, Régis Banquet, le maire d’Alzonne manifestait encore récemment ICI toute sa servilité à l’égard du Président le plus impopulaire de toute la Ve République :

Respect pour l’élu, l’homme d’État, qui fait passer l’intérêt supérieur de la Nation avant toute autre considération personnelle ! Mais aussi respect pour le bilan de son action qui, n’aura malheureusement pas pu être à la hauteur de toutes les espérances. […] Mais, comme nos concitoyens que je rencontre tous les jours, je suis convaincu que l’essentiel, au-delà des trajectoires personnelles des femmes et des hommes politiques, réside dans l’action concrète, menée jour après jour, pour améliorer la vie quotidienne des Françaises et des Français.

Banquet refuse de voir cette terrible réalité du chômage qui touche nos compatriotes, comme il refuse de considérer le sort fait aux clandestins. Il n’est que le relai local de cette politique qui consacre ses budgets à loger des clandestins et à laisser mourir dans les rues les SDF français. Les SDF ne trouvent pas de logement car les « migrants » sont prioritaires ainsi que l’admet Le Monde ICI.

Maire, conseiller général, président de Carcassonne Agglo et fonctionnaire, Banquet cumule les mandats et les émoluments correspondants. Il peut s’en prendre à ceux qui dénoncent cette politique, et faire appel à une tradition humaniste qui est en réalité celle de la franc-maçonnerie.

En vertu de quelle tradition Alzonne aurait vocation à accueillir des musulmans Afghans ?

Il faut dénoncer ces élus et ces fonctionnaires prévaricateurs qui ont détournés les institutions à leur profit alors qu’elles devraient être au service du bien commun.

12 janvier 2017

De la nécessité de l'enracinement

Le 18 septembre 2016, la section ER de Lille recevait Alain Escada, président de Civitas, et Alain Soral, président d'Egalité et Réconciliation. Le thème des interventions : "De la nécessité de l'enracinement".

19 décembre 2016

Immigration : réponses à la désinformation (Jean-Yves Le Gallou pour Civitas)

29 novembre 2016

Immigration, cette catastrophe qui impose la dissidence (Jean-Yves Le Gallou)