Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 août 2016

10 septembre en Haute-Savoie : Conférence d'Alain Escada au sujet du catholicisme social

E&R Haute-Savoie recevra Pierre de Brague et Alain Escada le samedi 10 septembre 2016 à 14h pour une conférence sur les rapports entre christianisme et politique.

affiche-10sept2016

Égalité & Réconciliation section Haute-Savoie ouvre un cycle de conférences-débats sur le thème des rapports de la religion et de la politique.

Les précédentes Rencontres de Ferney-Voltaire ont débouché sur des discussions avec le public qui portaient sur les rapports de la religion et de la politique. À l’heure où le fanatisme se répand dans certaines variétés eschatologiques du monothéisme (du judaïsme à l’islam, en passant par les sectes protestantes évangéliques), de gré ou de force les hommes politiques européens prennent position.

C’est d’abord la question du christianisme politique (ou de la politique chrétienne) qui sera abordée au travers des idées et du destin, souvent particulièrement tragique, de quelques grandes figures d’hommes d’État ou de politiciens catholiques. Laïcs engagés dans le combat politique au nom de leur foi, leurs relations avec l’institution ecclésiastique furent problématiques.

Les séances se dérouleront sur deux jours, le 10 septembre et le 26 novembre 2016, pour réunir Pierre de Brague, Vincent Lapierre, Damien Viguier, Pierre Hillard et Alain Escada.

Pierre de Brague reviendra sur l’histoire du catholicisme social. Il traitera de la vision à la fois métaphysique et politique des penseurs que furent Proudhon, Sorel et Maurras. Il évoquera la question de leurs rapports avec l’Église catholique, perçue comme institution politique.

Alain Escada montrera comment les conceptions catholiques sociales du rexisme fondé par Léon Degrelle, catholique, monarchiste, partisan du Christ-Roi, sont héritières de la doctrine à la fois catholique sociale et contre-révolutionnaire de Frédéric Le Play, Albert de Mun et René de La Tour du Pin. Alain Escada abordera aussi la question des relations de Léon Degrelle avec la hiérarchie catholique. Il évoquera également l’exemple des Cristeros au Mexique et celui de Salazar au Portugal.

Vincent Lapierre fera une présentation d’Hugo Chàvez, figure moderne du christianisme politique. Il parlera des conceptions de Chàvez en matière religieuse, de ses relations avec la hiérarchie catholique, et plus précisément de l’évolution vers une forme de christologie politique, à la fois dans la pensée et dans l’action.

Pierre Hillard reviendra sur les conceptions christiques de la monarchie française, sur les rapports avec Rome (Gallicanisme), sur la doctrine du Roi très chrétien et du Christ Roi de France. Il présentera un exposé alliant à la fois politique, monarchie, Talmud, noachisme et christianisme.

Damien Viguier présidera les séances pour introduire le thème, présenter les intervenants, animer la phase de discussion avec le public et faire une synthèse des deux journées.

Chacun des conférenciers commencera par un exposé sous l’angle historique et contextualisé, puis discutera avec le public pour livrer sa propre vision des choses et s’engager dans la situation actuelle, avant une pause pour les discussions plus libres, les dédicaces et les ventes de livres.

1er jour – 10 septembre 2016 - Pierre de Brague et Alain Escada

« Le Christianisme social, de l’Action française au rexisme »

2ème jour – 26 novembre 2016 – Vincent Lapierre et Pierre Hillard

« Le nationalisme chrétien, du Christ roi de France à Hugo Chàvez »

Réservation obligatoire : conf.hautesavoie@yahoo.fr

Merci de mentionner dans votre courriel :

- le nombre de places demandées ;
- l’identité de tous les participants (pas de pseudonyme) ;
- un numéro de téléphone portable. L’adresse exacte vous sera envoyée le matin même.

Entrée : 8 € ou 10 CHF, à payer sur place‎.

02 août 2016

Alain Escada présente Civitas et commente l'actualité au micro de Radio Courtoisie : politiquement incorrect garanti !

26 juillet 2016

Egorgement d’un prêtre en France – Notre Sainte Colère

poitiers_charles-martel.jpg

Egorgement d’un prêtre en France – Notre Sainte Colère
 
La France – et avec elle toute la Chrétienté – est à nouveau plongée dans l’effroi. L’Etat Islamique revendique l’envoi ce matin de deux hommes dans l’église de Saint-Etienne-du Rouvray, où ils ont égorgé un prêtre et blessé grièvement un fidèle. Les deux ignobles barbares sont ensuite morts sous les tirs de la police
 
Notre devoir est de prier pour le repos de l’âme de ce prêtre, de prier pour le fidèle blessé, de prier pour leurs familles.
 
Mais il est aussi de notre devoir de laisser éclater une sainte colère. “Le silence est la plus grande persécution. Jamais les saints ne se sont tus.” (Blaise Pascal)
 
De par le monde, et notamment au Proche-Orient, il n’est hélas pas rare que des prêtres et leurs fidèles payent encore le prix du sang. Leur martyre ne soulève pourtant que peu de compassion en cette Europe déchristianisée et laïciste.
 
Désormais, les barbares commettent leurs attentats et leurs crimes abominables à l’intérieur même de nos villes. Nous payons ainsi le prix de la folie des autorités politiques et religieuses.
 
En 1974, le président algérien Boumediene avertissait : “Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis.”
 
Hélas, nos gouvernements successifs, et avec eux une grande part du clergé, ainsi que les médias et la haute finance, ont livré notre continent européen à ce qu’il faut appeler une invasion migratoire.
 
Après avoir organisé le chaos en Irak, en Syrie, en Libye, des cercles mondialistes précipitent ainsi l’Europe dans une guerre sur son propre sol.
 
- C’est une sainte colère que nous avons à l’encontre de nos gouvernants dont la mission est d’assurer le bien commun de leur peuple mais qui ont tout fait pour l’abandonner au danger.
 
- C’est une sainte colère que nous avons à l’égard de cette part du clergé qui confond charité et grand remplacement.
 
- C’est avec une sainte colère que nous réclamons à la tête de la France des dirigeants qui, comme naguère à Poitiers, allient force et détermination pour stopper une invasion meurtrière.
 
- C’est avec une sainte colère que nous réclamons dans nos églises et nos évêchés un clergé qui, comme autrefois à Lépante, forme une armée priante aux côtés de l’armée combattante avec la volonté commune d’empêcher l’invasion.
 
L’amour surnaturel de l’Eglise et l’amour naturel de la patrie procèdent du même et éternel principe. Tous les deux ont Dieu pour auteur et pour cause première, d’où il suit qu’il ne saurait y avoir entre les devoirs qu’ils imposent de répugnance ou de contradiction.” (Léon XIII, Encyclique Sapientiae Christianae)
 
- C’est avec une sainte colère que nous exigeons que des mesures immédiates soient prises pour mettre hors d’état de nuire tous les individus fichés pour appartenance ou sympathie avec un réseau islamiste proche de l’Etat Islamique, du Front al-Nosra ou de quelconque autre groupe d’égorgeurs présentés comme “modérés” lorsqu’ils agissent en Syrie et armés là-bas par nos gouvernants pour renverser Bachar el-Assad, groupes dont nous voyons aujourd’hui la véritable nature directement sur notre sol et qu’il faut éradiquer avec toute la force nécessaire.
 
- C’est avec une sainte colère que nous exigeons l’arrêt immédiat de toute immigration d’origine extra-européenne.
 
- C’est avec une sainte colère que nous exigeons le grand rembarquement de toute cette immigration d’origine extra-européenne arrivée avec la bénédiction de Madame Angela Merkel et de François Hollande.
 
Alain Escada, président de Civitas

03 juillet 2016

Elise Blaise : "Avec Civitas, le débat politique promet d'être plus animé et plus libéré"

Le 1er juillet, TVLibertés consacrait une séquence de son journal télévisé à l'arrivée de Civitas en politique. Les quelques mots d'Alain Escada sur les lobbies infiltrés dans l'opposition nationale et la nécessité d'en revenir aux fondamentaux pour défendre notre civilisation sonnaient particulièrement justes : le lendemain, la section FN à Sciences Po soutenait la Marche des Fiertés LGBT !

La conclusion d'Elise Blaise, présentatrice du journal télévisé de TVLibertés : "Avec Civitas, le débat politique promet probablement d'être plus animé et plus libéré".