Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 mai 2017

Abbé Beauvais : "Le 14 mai, pour libérer la Patrie, la reconquête passe par l'hommage à sainte Jeanne d'Arc"

L'abbé Xavier Beauvais lance un appel à participer nombreux au défilé d'hommage à Sainte Jeanne d'Arc le 14 mai 2017 à Paris et vous fixe rendez-vous à 14h place Saint Augustin.

LE 14 MAI, POUR LIBÉRER LA PATRIE,

LA RECONQUÊTE PASSE PAR L’HOMMAGE

Ă SAINTE JEANNE D’ARC

« Dieu a voulu dire un jour au monde sa pensée sur la France, écrit l'abbé Joseph Lemann. Il a voulu la dire à la France elle-même. Depuis Clovis et Charlemagne, les nations de l'Europe savaient bien que la France était la préférée ; les souverains pontifes l'avaient donné à entendre dans des éloges qui sont restés célèbres : mais Dieu ne l'avait pas dit lui-même. Or, un jour, l'aveu divin fit explosion et Jeanne d'Arc fut la révélation de la pensée de Dieu. « Ô France, je vais te dire ce que je pense de toi ! ». Et alors appelant saint Michel et ses anges, le Seigneur forme cette merveilleuse créature qui allait être l'expression de sa pensée et de son amour. Tous les dons départis à la femme ont répondu à l'appel du souverain artiste : la délicatesse, la bonté, la douceur, la sensibilité, toutes les nuances exquises dont sont susceptibles la pureté et la magnanimité sont distribuées dans son âme, droite comme une tige de lis et ouverte à tous les héroïsmes. Parce qu'en France on est épris de la bravoure, elle sera brave jusqu'à la témérité. L'esprit français pétille en elle. Par les voix qu'elle entend, elle semble appartenir à quelque demeure éthérée ; et par les conseils qu'elle donne, elle confond l'expérience des vieux capitaines. Comme le cheval ajoute à la beauté humaine et guerrière, le Tout-Puissant l'a fait monter à cheval. Qu'elle était belle alors, message vivant du Dieu vivant! Avec sa cuirasse éclatante, son baudrier d'or, tenant haut sa bannière victorieuse, le visage illuminé par toutes les joies du succès et toutes les grâces d'une pudeur céleste [ ... ] Après avoir prodigué à Jeanne d'Arc, libératrice de la France, tous les attraits possibles : attraits de la jeunesse, du charme, de l'innocence, de l'esprit, de la bravoure, du succès, du merveilleux et du prodige, il les rehausse par un suprême coup de pinceau ; trempé dans le pourpre du Golgotha, le pinceau fait d'elle la beauté en douleur, dans une douleur incomparable, une martyre ! Voilà ce que fut Jeanne d'Arc ! Elle fut la révélation de la pensée de Dieu sur la France : par elle, Dieu a dit son amour [ ... ] Reconnais, ô France, ce que tu veux puisqu'il t'a fallu une telle libératrice."

On peut, et il faut admirer chez elle une intuition politique vraiment surnaturelle : pour libérer la patrie, il fallait refaire l'unité et cette unité ne pouvait passer que par la légitimité retrouvée.

Mais sa mission était plus élevée encore. Il faut le reconnaître : Jeanne a été suscitée par le ciel pour rappeler au monde qu'au-dessus de la politique des pouvoirs terrestres, il y a une politique surnaturelle de Dieu. Le sacre royal est d'abord un hommage rendu à la souveraineté divine et au droit de l'Eglise. En rendant ce sacre possible on peut dire que sainte Jeanne d'Arc a continué l'histoire visible de la politique surnaturelle de Dieu dans le monde.

En effet, le sacre n'était pas la simple reconnaissance de l'origine divine de toute autorité, ni même un appel à la bénédiction et l'assistance de Dieu sur la personne royale ; c'était un mandat providentiel qui faisait du roi, l'homme de Dieu. Imposant plus de devoirs qu'il ne conférait de droits, le rite de l'onction faisait de lui un coopérateur du plan surnaturel. Toute pénétrée de la grande idée du sacre, Jeanne d'Arc a donc été la messagère inspirée de la politique divine. Pour elle, le roi de France n'était que le feudataire du Roi du ciel, c'était donc l'autorité du Christ qui était en jeu et son honneur. Le royaume appartient à Dieu qui veut s'en servir comme un instrument de sa gloire. Dieu veut régner sur la terre comme au ciel. En soumettant la royauté française au Christ Roi et à son Eglise, Jeanne a retrempé la vitalité de notre patrie dans l'huile du sacre, ce vieux ciment de la chrétienté ; elle a infusé dans le sang de France la vertu du baume, de la myrrhe et de l'encens. Elle lui a rendu l'âme que nous sentons vibrer en nous aujourd'hui. C'est pourquoi elle apparaît l'étoile de la vocation de la France. Comparez toutes ces beautés avec la noirceur du socialisme et du mondialisme et votre choix sera facile.

La mission de Jeanne d'Arc fut de rendre à la France non seulement son roi mais aussi son âme. Et telle est la raison pour laquelle cette mission perdure aujourd'hui puisqu'elle s'enracine dans le mystère de sa charité.

La vision claire de sa mission, qui consiste à rappeler les droits du surnaturel dans les affaires de ce monde, lui fait dépasser toute prudence charnelle, toute prudence humaine avec une perspicacité, une vigueur et une liberté qui prennent leur source dans son esprit de prière et dans la profondeur de la vie surnaturelle qui unifie son âme. Quel modèle pour nos combats. Bataillant pour l'Eternel, Jeanne a rendu son âme à la France.

Parler de mission de la France, c'est austère, c'est ringard diront certains. La succession des derniers événements, succession précipitée manifeste un échec, presque définitif de notre vocation. Mais Jeanne est un puissant levier d'espérance, car même mise en échec aujourd'hui, le rappel de la vocation de la France, de la mission de la France est rendu plus opportun encore par nos échecs. Pourquoi ? Parce que le plan de Dieu ne change point.

« Regardez-le notre temps, disait Pie XII en l950, avec ses misères et ses angoisses, avec ses erreurs et ses égarements, avec ses soulèvements et ses injustices : ne vous offre-t-il pas une trop fidèle peinture de l'horreur qui menace l'humanité tout entière et chacun des individus qui la composent, dès qu'ils prétendent se soustraire du joug aimable de l'esprit de Dieu ? Seule une France docile à cet esprit divin, purifiée, obéissante à son essentielle vocation, appliquée à valoriser toujours davantage ses plus belles ressources, sera capable d'apporter à l'humanité, à la chrétienté, en toute plénitude, une contribution digne d'elle pour l'œuvre de réconciliation et de restauration. »

Elle est sainte, elle n'est pas seulement Jeanne, elle est sainte Jeanne d'Arc. La sainteté n'est le privilège d'aucun âge, d'aucun sexe, d'aucune profession ni d'aucune manière de vivre. Il y eut, parmi les saints, des rois et des mendiants, des moines et des guerriers, des savants et des ignorants ; les uns, écrivait un prêtre, ont prié au désert, les autres ont agi dans le tumulte du monde ; les uns se sont cachés dans le cloître, d'autres ont attiré le regard des hommes par des actions illustres. Mais quel est le trait commun à tous, qui les fit saints sans les faire semblables, quel est le caractère nécessaire, essentiel, et pour ainsi dire indéfectible de la sainteté ? Ce n'est pas autre chose que le désir ardent et constamment suivi d'accomplir en soi-même la volonté de Dieu. Celui-là est saint qui cherche de bonne foi, de toute son âme et de toutes ses forces quelle est la volonté divine sur lui, et qui, l'ayant connue, n'a plus qu'un désir et qu'une pensée : la faire, en bravant tout, jusqu'à la mort. Sainte Jeanne d'Arc, écrit ce même prêtre, c'est l'histoire d'un cœur d'enfant qui a pris feu dans une lumière d'annonciation. A quatorze ans, elle adopte pour devise : « Messire Dieu, premier servi ». Sa volonté lui apparaît, éclatante de lumière : c'est le rappel de sa royauté dans les affaires du monde.

Nous nous interrogeons souvent sur les chances de nos succès. Nous avons à nous interroger d'abord sur la volonté de Dieu. Qu'il y ait toujours plus de catholiques, que la France renonce au laïcisme, que ses fils retrouvent dans la croix du Christ le principe de leur salut et de leur résurrection, oui, mais ce qui compte avant tout, sous peine de tomber dans un défaitisme qui ne serait que lâcheté, c'est qu’avec la foi, la charité, la vraie prudence il nous appartient d'y travailler.

Le trait le plus caractéristique de sa sainteté, c'est peut-être la surnaturelle ingénuité de son âme, cette vertu d'enfance alliée au chef de guerre dont elle réalise un type inconnu jusque-là. Cette petite paysanne de quinze ans est gouvernée par le culte de la volonté divine ; et le zèle de sa mission la dévore bien plus que la flamme de l'action. C'est ce qui explique sa candeur, sa fraîcheur, sa spontanéité, et c'est ce qui fait en partie sa grandeur ; Jeanne est candide, elle ignore le calcul, elle méprise la diplomatie et la prudence purement politique. Et sa fraîcheur d'âme ne se démentira jamais, pas même face à ses juges.

Chers amis, quand vous sentez défaillir votre foi en la Providence, quand vous êtes tentés de croire qu'on peut impunément refuser à Dieu une place, et la première de toutes, dans notre constitution et dans nos chartes publiques, qu'on peut le traiter lui aussi comme une quantité négligeable, prenez dans vos mains l'histoire de sainte Jeanne d'Arc. Quant vous aurez vu mourir la sainte et ressusciter la France, vous vous écrierez en déposant le livre : je crois en Dieu, qui règne au plus haut des cieux, qui fait et défait les Empires. Je crois en Dieu qui après avoir créé la France en un jour de victoire, l'a baptisée avec Clovis, sauvée de l'invasion orientale avec Charles Martel, préposée à la garde de son Eglise avec Pépin et Charlemagne, formée au culte de la justice avec saint Louis, arrachée au joug des Anglais et préservée de l'hérésie avec sainte Jeanne d'Arc.

« Au nom de Jeanne, nous vous en conjurons, Seigneur Dieu, rendez-nous la patrie, libérez-là du carcan des loges maçonniques qui plongent aujourd'hui notre pays dans une pesanteur suffocante, rendez-nous la liberté, pour pouvoir renaître à l'espérance. »

Jeanne demeure le signe splendide de l'amour de Dieu pour nous, et une des plus exquises visions de l'amour que le cœur de l'homme peut, avec l'aide de la grâce, rendre à son Créateur.

La charité prend sa source dans le cœur de Dieu. Tout le mystère de la charité de Jeanne d'Arc est là. Elle aima Dieu par dessous tout et toute chose en lui : la grâce élargit son cœur aux dimensions du cœur de Dieu.

Il suffit de se souvenir combien elle aima son pays en grande pitié, combien elle aima son roi malgré ses abandons, combien elle aima l'Eglise en dépit de son honteux procès, comme elle aima les pauvres particulièrement et jusqu'à ses ennemis sur lesquels elle pleurait quand ils mouraient sans confession. Or nous savons comment Dieu répond à la charité des saints : en aimant en eux une multitude d'autres hommes, en faisant d'eux des rédempteurs d'âmes, à la suite de Jésus-Christ. Et c'est ainsi qu'en Jeanne d'Arc, Dieu a aimé la France et l'Eglise. Si elle a servi l'unité et la pérennité de l'Eglise, c'est qu'à Orléans et à Reims la France était en Jeanne d'Arc plus encore que dans le roi ; et qu'au procès de Rouen, l'Eglise n'était pas du côté des juges, mais en elle. En Jeanne d'Arc, Dieu a regardé tour à tour et à aimé la France, la vraie France et l'Eglise. Voilà la gloire de Jeanne.

Dans un sermon de pèlerinage, de ces pèlerinages qui nous menaient à Chartres, puis plus tard de Chartres à Paris, l'un des prédicateurs, dans sa conclusion, s'exprimait en des termes que je voudrais reprendre, car il y a tant de belles choses qui ont été dites avant nous qui, avec le temps, se sont dissipées, mais qu'il faut toujours reprendre, car la vérité est éternelle.

Jeanne demeure pour nous, aujourd'hui, et pour les siècles à venir :

- le modèle des combattants chrétiens qui se jettent dans une bataille à la foi « charnelle et spirituelle », « temporelle et éternelle » ;

- le modèle des martyrs qui livrent dans leur chair la bataille de l'éternité ;

- le modèle du chef de guerre de chez nous, conscient de l'éternelle vérité qui veut qu'il n'y ait pas de France sans liberté et pas de liberté sans combat, car sans la liberté il n'y a pas de grâce. Et la grâce est toujours le fruit d'un combat ;

- le modèle de l'honneur chrétien et de l'honneur français, c'est le même. Ă son école nous apprenons que l'honneur n'est pas seulement dans la fidélité ou dans le relèvement, dans l'acceptation de la grâce et de la filiation divine ; mais aussi, mais surtout dans le combat entre le péché et la grâce ! Un combat chevaleresque puisqu'on ne le livre pas dans la haine mais dans la charité. Combat d'honneur éclairé par la charité, car la charité, finalement n'est-elle pas cette tendresse infinie que Dieu a répandue dans la création misérable en la jetant dans la bataille du salut ? Et cette tendresse n'a qu'une crainte : que le chrétien n'ait pas le cœur guerrier et refuse ce combat. Oui, le combat en nous, n'est pas autre chose que le rayonnement de l'amour de Dieu. Aujourd'hui que l'âme de la France est assiégée par les forces occultes, aujourd'hui que l'âme de l'Eglise est aussi assiégée par un esprit malin de démission et de capitulation, sainte Jeanne ne cesse d'implorer pour nous,

- le goût du combat et de l'honneur de Dieu ;

- le goût du combat pour l'honneur de Dieu.

Après tout cela vous ne viendriez pas défiler le 14 mai avec Civitas ?

Votre cœur, autrefois guerrier, se serait-il ratatiné à ce point d’en délaisser l’hommage national et religieux dû à celle qui nous rendra libres ?

Alors à bientôt et en rangs serrés !

Abbé Xavier Beauvais

28 avril 2017

Le Nouvel Ordre Mondial résumé par Alain Escada

nouvel-ordre-mondial.jpg

Alain Escada, président de Civitas, résume le Nouvel Ordre Mondial...

20 avril 2017

Civitas sur Radio Courtoisie

15 avril 2017

Impôts locaux et rage taxatoire : quasi doublement de la base de la taxe foncière sur le bâti

Un élu municipal de Civitas nous écrit :

Chers Messieurs,

Je viens de sortir du conseil municipal de ma commune et nous avons eu une surprise de la part du gouvernement actuel: l'augmentation des bases de calcul des impôts locaux (ça, on le savait déjà), mais surtout le quasi doublement de la base de la taxe foncière sur le bâti, la taxe qui rapporte le plus!

Nous avons demandé de vérifier, mais le directeur des finances publiques de l'Aude ne s'est pas trompé tout seul. J'ai calculé cela, plus 92,3% sur un an! Record battu! Et c'est la prochaine mandature qui va encaisser les coups! Et les français qui seront les dindons de la farce! Car il va falloir payer! Cela n'est pas juste et c'est à faire savoir rapidement pour que l'on se retourne tous vers nos députés respectifs: pourquoi avoir voté une augmentation pareille?
Aucune info sur les médias mainstream et plutôt sois-disant une augmentation modérée des impôts locaux. Je puis vous dire qu'elle sera tout sauf modérée!!!!
Je vous mets en pièce jointe le tableau du MINEFI comme preuve. J'ai juste caché mes annotations rageuses.
Bonne utilisation pour dénoncer l'infamie!
 

tableau-minefi_taux-impots-2017.jpg

11 avril 2017

En voulant la disparition de la franc-maçonnerie, Alain Escada inquiète les forces occultes

forces occultes.jpeg

 

Le site d’information Pravda.ch a publié une interview décapante d’Alain Escada (à lire ici : http://www.civitas-institut.com/2017/04/05/civitas-veut-s...).
Suite à cette interview, Hiram.be, l’un des principaux sites maçonniques francophones “invite les Frères et les Sœurs à lire cette interview, (...) pas pour faire l’apologie du sieur Escada, mais bien au contraire pour que tous voient et sachent qui il est et ce qu’il propose (...) la disparition de la franc-maçonnerie…”

 

10 avril 2017

"Le Calaisis, c'est le pays de la gabegie"

source : Medias Presse Info

Marie-Jeanne Vincent est enseignante à Calais. A 53 ans, elle a décidé d’être candidate pour le parti Civitas dans la Septième Circonscription du Pas-de-Calais. Cet engagement est le fruit d’une volonté de  susciter un réveil chez les électeurs en quête d’une représentation de la vraie France. Celle qui a toujours travaillé et qui est convaincue que les valeurs de la France chrétienne sont un ciment pour une ville, un territoire miné par la pauvreté. A Calais, un habitant sur trois est pauvre selon l’INSEE (hors clandestins et bien qu’ils fassent partie du recensement) … 

« A peine officialisée, ma candidature me vaut la visite de trois agents du Service central du renseignement territorial (SCRT), les anciens et efficaces (?) Renseignements généraux transformés en 2008. Il faut se souvenir que c’était en se reposant sur leurs brillantes analyses que Chirac, élu en 1995, avait décidé de dissoudre l’Assemblée en 1997 pour se retrouver avec une majorité de gauche ! 

Ils veulent me protéger des gauchistes, apparemment dangereux sur Calais. Comme si je ne le savais pas ! ». 

Bienvenue à Calais, terre du Grand Remplacement où le fait d’être patriote, catholique ne peut que susciter l’hostilité. 

« Je suis Calaisienne de « souche », mot tabou. J’ai été élevée par ma tante qui m’a transmis l’amour de la terre où je vis et le sens des valeurs. Je suis une femme catholique, patriote dont l’engagement rend la vie de famille encore plus forte. Je sais que ce dernier à Calais sera caricaturé. Une certaine presse nous présentera comme les représentants d’un parti « intégriste, homophobe, xénophobe », j’en passe et des meilleures. La septième circonscription est en plein marasme économique imputable à  des politiques incompétents qui ont tout mis sur le dos de la pression migratoire. Cela doit changer. Il est intolérable qu’un Calaisien sur trois vive dans la pauvreté. ».

La France Eternelle … Cela n’est pas pétainiste ?

Rires de Marie-Jeanne Vincent. « Si aimer la France et sa singularité c’est être pétainiste ! Ma tante était gaulliste et catholique, un des grands pères de mon mari a été interné en camp en Pologne, le second était résistant communiste… Alors la reductio ad hitlerum … Notre territoire a besoin d’un député qui œuvre pour porter des projets fédérateurs pour les villes et les villages, un député qui incarne la voix de ceux et celles qu’il représente. L’esprit Civitas c’est cela. Je veux m’engager pour  réunir et travailler pour le bien de notre territoire. 

Transcender ! C’est la force d’une candidature chrétienne qui s’inscrit dans la filiation de la France monarchique, de l’ordre naturel des choses. Ceux qui nous critiquent se réclament de la Révolution. Ils sont les héritiers de la Terreur, des colonnes infernales et des Lumières qui depuis 1789 ne sont qu’obscurité  … Dans la septième circonscription, notre ambition est d’incarner le Calaisis réel, un Calaisis en marche contre l’obscurantisme politique local. C’est sans doute cela qui dérange. ».

Ce qui risque de déranger c’est que la candidate a une bonne connaissance du terrain et un programme en cours d’élaboration.

«  Le Calaisis c’est le pays de la gabegie. Des millions d’euros ont été dépensés par la communauté d’agglomération gérée par la maire LR Natacha Bouchart pour des études de projets de parc d’attraction, de zones logistiques qui ne verront jamais le jour. Il n’y a aucune stratégie de développement territorial. Quand au député socialiste Yann Capet … Il s’est réveillé il y deux mois pour réclamer suite au Brexit le retour des Duty-Free … Les socialistes qui nous ont imposé l’Europe sont vraiment l’incarnation du néant . Le « député Capet » aurait dû œuvrer par exemple pour que l’ensemble du centre-ville de Calais soit enfin classé en Zone Franche Urbaine et surtout travailler avec l’ensemble des partenaires du territoire. Mais ces gens là ne travaillent pas pour un territoire, ni avec les autres ! Et le candidat Les Républicains Maire de Marck est du même acabit. A 27 ans, il cumule les fonctions de maire, conseiller départemental, vice-président de la communauté d’agglomération. Maman est élue avec lui à Marck et à l’agglo. Papa à la Ville de Calais … Le Calaisis irréel c’est cela. Le souhait de Civitas est de bousculer  et d’éveiller les consciences, de voir des femmes et des hommes travailler avec sincérité pour une population oubliée ». 

Engagement « trop Chrétien » sans doute pour la caste bourgeoise qui accapare le pouvoir depuis 1789.

Clovis Just

Sur Facebook : https://www.facebook.com/pg/lecalaisisreel/posts/

Sur Internet, à venir : www.lacalaisisreel.fr

07 avril 2017

Législatives 2017 - Anne Le Baut, candidate Civitas dans la 4e circonscription des Hauts-de-Seine

Anne Le Baut

candidate Civitas dans la 4e circonscription des Hauts-de-Seine

J'ai 52 ans, je suis mère au foyer et j'ai sept enfants que j'élève seule. A ce titre, je me suis particulièrement engagée dans le domaine de l'éducation et notamment dans la dénonciation de la théorie du genre à l'école. Je suis par ailleurs attachée à la défense et au soutien des chrétiens de Palestine, des Serbes du Kosovo et des habitants du Donbass.
J'ai adhéré au Front National en 1983 à Toulon, où j'étais étudiante. J'ai par la suite été candidate aux élections législatives de 2012 pour le Rassemblement Bleu Marine dans la 8ème circonscription des Hauts-De-Seine.
Catholique traditionaliste, je suis favorable à une réconciliation nationale de tous les patriotes.
"Qui sait si l'inconnu qui dort sous l'arche immense
Mêlant sa gloire épique aux orgueuils du passé
N'est pas cet étranger devenu fils de France
Non par le sang reçu mais par le sang versé"

05 avril 2017

"Civitas veut servir le Pays Réel en restaurant une France catholique, en s’affranchissant de l’Union Européenne, de l’OTAN, de la haute finance internationale et des banksters"

escada-micro.jpg

Le site d'information LaPravda.ch publie un entretien décapant avec Alain Escada, président de Civitas.

+++++++

L’association Civitas est devenue un parti politique depuis avril 2016. Dans son programme, figure notamment la fin de la laïcité. En effet, celle-ci est considérée par le mouvement comme la religion de la république maçonnique qui s’oppose à la France catholique. Le président de Civitas, Alain Escada, revient avec nous sur l’actualité en France et dans le monde.

Jean-Marie Le Pen a participé à vos côtés à la Fête du Pays Réel, organisée par Civitas. Que vous inspire le parcours de Jean-Marie Le Pen?

Jean-Marie Le Pen est un personnage qui restera dans l’Histoire de France. Depuis des décennies, il se bat inexorablement contre ceux qui veulent détruire la France et utilisent pour cela, entre autres procédés, une immigration de grand remplacement. Il a dit et répété des vérités, parfois déplaisantes aux oreilles de certains, mais dont les conséquences apparaissent aux yeux de tous aujourd’hui. Jean-Marie Le Pen a aussi inspiré un axe de la résistance patriotique bien au-delà des frontières françaises. Et à un âge où beaucoup cherchent simplement la tranquillité, il donne l’exemple de la persévérance dans le combat avec une énergie qui laisse admiratifs ceux qui ont la chance de l’approcher.

Quelle seraient les implications d’une victoire de Marine Le Pen aux élections présidentielles pour un parti comme Civitas ou pour les Comités Jeanne qui souhaitent présenter des candidats aux prochaines législatives?

Dans tous les cas, si elle était victorieuse au second tour de l’élection présidentielle, Marine Le Pen pourrait difficilement faire pire que ses prédécesseurs. Mais il faut se demander qui l’entourerait pour diriger le pays ? En toute franchise, j’ai quelques craintes en observant ceux qui font partie de ses proches aujourd’hui. Quand j’entends Maître Gilbert Collard, franc-maçon notoire, déclarer publiquement que lorsque Marine Le Pen dit “La France aux Français”, elle veut dire “La France aux Juifs”, je reste stupéfait, d’autant que je n’ai vu aucun démenti ou correctif émanant ensuite de Marine Le Pen. Je pourrais aussi citer Sophie Montel qui veut, au nom du néo-FN, sacraliser l’avortement. Ou Florian Philippot qui n’accorde pas plus d’importance à la défense de la Famille qu’à la culture des bonsaïs, selon une de ses interventions à la télévision. Et la liste est longue de personnages plus que douteux, émanant de lobbies subversifs, qui ont désormais leur place dans l’appareil du néo-FN.

Je suis donc convaincu que la participation de Civitas aux élections législatives de juin 2017, dans le cadre d’un cartel avec les Comités Jeanne de Jean-Marie Le Pen et le Parti de la France de Carl Lang, s’avère indispensable pour faire entendre un discours sans concession.
Au niveau de Civitas, nous estimons que le temps des demi-mesures est révolu et qu’il faut véritablement rompre avec cette république maçonnique, vassale d’un nouvel ordre mondial. Civitas veut servir le Pays Réel en restaurant une France catholique, en s’affranchissant de l’Union Européenne, de l’OTAN, de la haute finance internationale et des banksters, en revalorisant le petit commerce, la petite industrie, l’artisanat et la paysannerie. Et en organisant une rémigration.

Avez-vous regardé le premier débat présidentiel sur Tf1 et si oui qu’en avez-vous pensé?

Oui, j’ai regardé ce premier débat présidentiel et je l’ai trouvé terne, insipide. Chacun a voulu soigner son image, faire dans l’aseptisé. C’est l’illustration de l’électoralisme : brider les convictions pour plaire au plus grand nombre. Je pense qu’il faut au contraire avoir le courage de dire la vérité, toute la vérité, aux Français. Il faut avoir l’audace de leur mettre sous le nez la gravité du mal qui ronge la France, et leur proposer le remède de cheval. Le reste n’est que mascarade.

Lors d’un récent discours à Varsovie, Dimitris Avramopoulos, Commissaire européen aux Migrations et Affaires intérieures de la commission Juncker, a menacé les pays européens qui n’accueillaient pas assez de réfugiés de les contraindre à le faire. Quel est votre commentaire?

C’est l’illustration de ce que Soljenitsyne appelait le totalitarisme démocratique, un fléau qu’il avait découvert en visitant l’Occident. C’est aussi le résultat logique d’un plan minutieusement établi, une véritable conspiration contre les nations européennes – selon les propres mots du premier ministre hongrois Viktor Orban – qui impose une immigration de grand remplacement, prélude à l’instauration d’une gouvernance mondiale.

Evidemment, les médias mainstream tentent de nous faire croire qu’il n’existe pas de conspiration, seulement des conspirationnistes. Et le grand remplacement sortirait de l’imagination débordante de ces conspirationnistes. Pourtant, l’immigration de grand remplacement est bien un concept officiel des Nations Unies, comme en témoigne un rapport de 143 pages émanant du Département des Affaires Economiques et Sociales de l’ONU, daté de juin 2000, intitulé “La Migration de remplacement : Est-ce une solution au déclin et au vieillissement des populations ?”. Ce rapport de l’ONU indique que d’ici 2050, l’objectif est de… tripler au minimum le nombre de personnes vivant en Europe. Trois personnes sur quatre vivant en Europe seraient alors issues de l’immigration extra-européenne récente.

Quelle est votre réaction à la mort, le 19 mars dernier, du milliardaire américain David Rockefeller qui a notamment cofondé le groupe de Bilderberg, une maçonnerie mondialiste très influente?

Je dois vous avouer que l’annonce de son décès ne m’a pas causé un grand chagrin. David Rockefeller était l’un des hommes les plus nuisibles de la planète. Il fut le co-fondateur du Bilderberg mais aussi de la Commission Trilatérale et du Council on Foreign Relations, trois officines mondialistes parmi les plus influentes. On retrouvait aussi David Rockefeller au Bohemian Grove, une société secrète mondialiste qui pratique des cérémonies occultes aux pieds d’un monument représentant une chouette géante. David Rockefeller figure également parmi les “mécènes” d’Alfred Kinsey, le pervers sexuel, au sens strict du terme, qui a véritablement révolutionné la sexualité occidentale en banalisant toutes les déviances, y compris criminelles, sous le couvert de prétendues études universitaires. La liste des méfaits imputables à David Rockefeller et ses fondations est longue. Hélas, sa mort ne mettra pas fin aux nuisances des mondialistes.

Propos recueillis par Alimuddin Usmani

04 avril 2017

Législatives 2017 - Michel Simonnot, candidat Civitas dans la 4e circonscription de Paris

Michel SIMONNOT
candidat Civitas dans la 4e circonscription de Paris
 
Né le 30 septembre 1938 à Paris, marié, père de 3 enfants et grand-père de 12 petits-enfants.
Il exerce la profession d'architecte et il est toujours en activité à 78 ans.
Il a adhéré au FN en 1982 et a été candidat à de nombreuses élections pour le FN (cantonales, municipales, législatives, régionales ...).
Il a été conseiller municipal de Taverny (95) de 1995 à 2001 et de 2008 à 2014.
Il a quitté le FN suite à l'exclusion de Jean-Marie LE PEN et de son fils Alexandre SIMONNOT en 2015.
Passionné de musique sacrée et très attaché à la Tradition, il a été le (bénévole) Maître de Chapelle de Saint-Nicolas-du-Chardonnet pendant 17 ans de 1983 à 2000.
Depuis, il a été Maître de Chapelle à Ste Germaine des Ternes jusqu'au déménagement de celle-ci à ND de Consolation où il est toujours Maître de Chapelle.
 
 

Intervention d'Alexandre Gabriac au dîner patriotique d'Amiens

30 mars 2017

14 MAI 2017, tous à Paris pour le défilé d'hommage à Sainte Jeanne d'Arc

Affiche Ste Jeanne d Arc WEB.png

29 mars 2017

Législatives 2017 - Karine Harouche, candidate Civitas à Marseille, dans la 3ème circonscription des Bouches-du-Rhône

KARINE-HAROUCHE.jpg

Karine Harouche sera candidate Civitas aux Législatives de juin 2017 dans la 3ème circonscription des Bouches-du-Rhône (Marseille).

Karine Harouche (46 ans) est conseillère municipale.

Elle est engagée depuis de nombreuses années au service de la population et connaît bien les problèmes des Marseillais.

Elle veut montrer aux habitants de Marseille que le programme politique de Civitas peut changer le destin de la France.

Cette circonscription a besoin d’une femme de combat, de convictions, très impliquée auprès des citoyens de Marseille.

législatives 2017,marseille,karine harouche,civitas

 

23 mars 2017

Le samedi 25 mars, Civitas vous attend à Toulouse

25mars2017-toulouse.png

Le péril transhumaniste (Dr Jean-Pierre Dickès)

Réformer l'instruction (Claude Meunier-Berthelot)

Familles en danger (Marion Sigaut)

Revaloriser la France rurale (Stéphanie Bignon)

La Culture au service du Bien (Anne Brassié)

Une Constitution au service du pays réel (Professeur Franck Bouscau)

14 mars 2017

Civitas s'implante en Occitanie (revue de presse)

25mars2017-toulouse.png

Source Lengadoc Info – Le mouvement catholique Civitas connait aujourd’hui une nouvelle dynamique au sein de la région Occitanie. Son président, Alain Escada, tiendra un meeting à Toulouse le 25 mars. Depuis quelques mois, les militants de Civitas sont également actifs dans l’Aude. Le responsable départemental du mouvement a bien voulu répondre à nos questions. Pour des raisons de sécurité, son identité ne sera pas révélée.

Lengadoc Info : Civitas s’implante aujourd’hui dans l’Aude, quelles ont été vos premières actions ?  Quel accueil avez-vous reçu de la part de la population ?

Civitas 11 est jeune. Cette fédération a été créée en novembre 2016 à la suite de la demande du président de Civitas, M. Alain Escada. Nos premières actions ont concerné la campagne contre la répartition des migrants dans notre département, notamment à Bram et à Limoux fin octobre 2016. Par la suite, nous avons dénoncé la complicité des politiques locaux tels que le député maire de Limoux et le président de l’agglomération de Carcassonne, maire d’Alzonne et conseiller départemental (cumulard) Régis Banquet qui ont favorisé l’implantation des migrants dans leur ville, qui ont été tractées par nos soins. L’accueil de la population a été plutôt favorable, excepté par les politiques qui ont dénoncé notre action dans les mainstreams locaux (Indépendant et la Dépêche). D’autres campagnes vont voir le jour, telle la lutte contre l’avortement (une action de tractage menée en février 2017 à Carcassonne bien appréciée en majorité) et celle qui va débuter contre la corruption de certains de nos politiques.

Lengadoc Info : Quels sont les idées défendues par Civitas ?

Concrètement, les idées défendues par Civitas concernent pour le moment trois campagnes: anti-migrants et contre le grand remplacement, anti-avortement et anti-corruption. Mais elles sont toutes liées. Le calcul est simple: moins 200 000 migrants par an en France, moins 200 000 personnes qui ne reconnaissent pas l’héritage chrétien de l’Europe et sont majoritairement de religion musulmane, plus 200 000 petits français qui pourraient naître dans des familles françaises dites « de souche » et notre avenir serait assuré. Par dessus tout, une politique familiale adaptée pour favoriser les familles et éduquer les enfants convenablement, valoriser le travail des mères de famille, et nous résoudrons pas mal de problèmes tels que la délinquance, le chômage, la santé économique, la déliquescence de la société par la solidité de nos cellules familiales. Toutes ces politiques concourent à un seul objectif: le retour du rôle social de Notre Seigneur Jésus-Christ dans notre nation française. Dit simplement, passer à la passoire chrétienne toutes nos actions dans la société française pour retrouver la grandeur de la France que nous avons connue pendant la période des rois de France qui avaient consacré leur pays à Dieu.

Lengadoc Info : A peine installés, l’extrême gauche vous a déjà pris pour cible dans des communiqués, est-ce que cela représente une menace pour vous ?

Je dirais que cela nous rassure! Au moins, on connaît leurs aspirations, mais ils ne pourront pas arrêter la vague qui est en cours. Cependant, nous prenons quelques précautions dans le type de nos actions pour éviter toutes confrontations directes qui sont contre-productives.

Lengadoc Info : Quels sont vos prochaines activités prévues dans le département et la région ?

Notre prochaine activité majeure est la venue de notre président, M. Escada, à Toulouse le 25 mars 2017 pour une conférence à deux voix avec M. Roudier de la Ligue du Midi, proche de nos idées. J’espère que nous serons nombreux à les écouter et à débattre pour transmettre les messages pour sauver notre pays de la décadence socialiste et libérale. Donc, je dirai à vos lecteurs, n’hésitez pas à vous inscrire sur notre adresse courriel : civitas11@gmx.fr pour y assister ! Par la suite, nous continuerons à diffuser les différentes campagnes dans notre région afin de convaincre petit à petit les Français de l’Aude qu’on les roule dans la farine tous les jours avec la complicité des politiques et des médias mainstream.