Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 novembre 2012

Être ou paraître, voilà la question

enfantsd'hétéros.pngLes activistes du mouvement Femen qui ont cherché à perturber la manifestation de l’Institut Civitas, ce 18 novembre, à Paris, utilisent méthodiquement les médias et Internet pour donner à leur provocation une audience maximale. Les agences, les blogs et les forums fonctionnent comme de fidèles caisses de résonance, certains se contentent d’être des idiots utiles, mais tous relaient sans sourciller : l’action de Femen était « symbolique », sa contre-manifestation était « pacifique et spontanée ». En face, se dressait la violence des partisans de la famille composée d’un homme, d’une femme et de leurs enfants. Aucune réflexion critique, un simple réflexe : communiquer. Dans la société du spectacle, il suffit de paraître pour être.

Aujourd’hui la nature humaine est « totalitaire » et l’ordre naturel est « extrémiste ». Voilà ce qui légitime le militantisme de féministes à demi-nues, portant un voile de religieuse, hurlant « In gay we trust, nous croyons en l’homosexualité », et brandissant des pulvérisateurs en action.

Retourner ces armes (qui ne sont pas que rhétoriques) contre ceux qui les utilisent, c’est rester dans la société du spectacle médiatique. Il faut obstinément présenter les faits : l’union des homosexuels est stérile de soi, et ils le savent, c’est pourquoi ils ne veulent pas tant adopter des enfants que paraître légalement ce qu’ils ne peuvent pas être réellement, des parents qui donnent la vie.

 Abbé Alain Lorans

22 novembre 2012

Alain ESCADA chez les GG (RMC)

Alain Escada, président de l'institut CIVITAS, a été reçu sur RMC de 12:30 à 13:00 pour évoquer avec les "Grandes Gueules" le projet de loi de dénaturation du mariage, la manifestation du 18 novembre dernier, le fondamentalisme laïciste, les FEMEN, etc.

Cliquez ici pour écouter: podcast

21 novembre 2012

Reportage au coeur de la manifestation contre la dénaturation du mariage (18 novembre 2012)

video produite et réalisée par l'ANFAD, Actualité et Documentaires.

20 novembre 2012

Nouvelles photos du 18 novembre

Voici une nouvelle sélection de photos.Ce reportage vous est proposé par l'ANFAD. ICI

8200224879_86bbf970a5.jpg

8200225815_35442cde15.jpg

8200225539_40e4f95c7a.jpg

Crédit photos: ANFAD© - 2012 .

Association Nationale de Formation à l'Actualité et aux Documentaires.

Plus de photos: ICI

12 novembre 2012

Esprit de famille/Le mariage homosexuel: JC Philipot sur RCF Reims-Ardennes

Intervention de Jean-Claude Philipot sur RCF Reims-Ardennes (préenregistrée il y a une dizaine de jours) dans l'émission "Esprit de famille" présentée par Antoine Pardessus, Frédéric Picard.

29 octobre 2012

Alain Escada, invité de Radio Courtoisie, appelait ce dimanche tous les Français de bonne volonté à rejoindre la manifestation nationale du 18 novembre

ae-téléchezmenard.jpgCe dimanche, à midi, Alain Escada, président de Civitas, participait avec André Frament (Action Familiale et Scolaire) et le Dr Philippe de Labriolle (médecin psychiatre) à une émission diffusée par Radio Courtoisie et animée par le Dr Jean-Pierre Dickès. Le débat était consacré à la mobilisation contre le projet de loi visant à légaliser le mariage et l'adoption par des personnes de même sexe.

Le même jour, cette fois à 18h, Alain Escada était l'invité du Libre Journal de Didier Rochard sur Radio Courtoisie afin d'expliquer toutes les raisons de venir manifester le 18 novembre à Paris sur le thème "OUI à la Famille - NON au mariage homosexuel et à l'adoption d'enfants par des duos homosexuels". Tous présents à 14h30, devant le Ministère de la Famille, 14 avenue Duquesne, Paris 7ème (métro : Ecole Militaire).

25 octobre 2012

Jean a quatre papas…

video produite et réalisée pour l'institut CIVITAS par Jean-Paul et Jacques BUFFET

La réunion publique organisée par CIVITAS à La Madeleine, à côté de Lille jeudi 18 octobre 2012, dans le cadre de la campagne d'information sur le projet de loi sur le mariage homosexuel a réuni près de 150 personnes, et mobilisé de nombreux journalistes (CANAL PLUS, BFM TV, M6, France Inter, France Culture,…).
Elle a donné lieu à un échange vigoureux avec des représentants du lobby homosexuel.
Une nouvelle réunion du même genre est organisée jeudi 25 octobre à Angers pour préparer la manifestation du dimanche 18 novembre dans les rues de Paris.

http://www.nonaumariagehomosexuel.com

14 octobre 2012

Xavier Lemoine contre le mariage homosexuel

11 octobre 2012

« Mariage » gay : un maire d’une commune rurale VS cinq marionnettes en furie

Vu sur le site de Nouvelles de France:

lachez-les-chiens.png

Quand D8 lâche les chiennes… Hugues Foucault, le courageux maire de Bretagne (Indre) qui demande un référendum sur la question du « mariage » homosexuel tout en précisant qu’il n’en célébrera de toute façon pas, était mercredi l’invité du « Grand 8 ».

Face à lui, « cinq marionnettes en Chanel » plus garces les unes que les autres : Roselyne Bachelot, pas sectaire mais progressiste, Laurence Ferrari, qui tente d’être impertinente, sans grand succès ni réussir à être pertinente, Élisabeth Bost, agressive et grotesque (par exemple quand elle considère qu’être contre le « mariage » gay, c’est être « pour le sexe et contre l’amour »…), Audrey Pulvar et ses répliques à 12 000 balles, et Hapsatou Sy (« choquée » à la moindre évidence).

Un « débat », comme dit le site gay Yagg.com mais à cinq contre un. Cinq habituées des plateaux contre un élu rural plein de bon sens mais peu au fait des traquenards médiatiques contemporains… Pour regarder l’échange dont ne sort d’ailleurs pas perdant Hugues Foucault, cliquez ici, il commence à 10’10’’. On vous prévient quand même, vous allez avoir envie de jeter votre télévision par la fenêtre…

Source: Publié sur Nouvelles de France par le 11 oct, 2012

29 septembre 2012

Décrypter la propagande du Monde

social science research,études,regnerus,journaliste,le monde,adoption,mariage,lobby homosexualiste

Le journal le Monde a commis récemment plusieurs articles sur le mariage homosexuel et l'adoption par les duos homos, évidemment globalement favorables aux revendications des minorités inverties. Comme le « quotidien de référence » se veut objectif, il sert à ces lecteurs quelques sons de cloches différents de l'approche officielle, en prenant bien soin de réduire leur portée, voire de les discréditer. C'est une tactique fréquente de ce quotidien. Un article récent, portant sur les études sur « l'homoparentalité », est emblématique à cet égard.

 L'article en question débute par la reconnaissance des biais dans les études favorables à « l'homoparentalité. » Le psy de service, considérant les études « pro-homos » comme plutôt positives, est alors mobilisé pour affirmer que « des problèmes méthodologiques existent, mais [...] n'invalident pas ces travaux. Les enquêtes en psychologie portent en effet rarement sur de vastes échantillons, encore moins quand les personnes ciblées sont très minoritaires ». Or, précisément, ceux qui pratiquent un peu les statistiques savent qu'on ne peut rien conclure d'une étude qui repose sur de petits échantillons. L'honnêteté aurait réclamé que, compte tenu des difficultés méthodologiques, l'article du Monde reconnaisse l'insignifiance de ces travaux pro-homos sur le plan scientifique.

A la suite, l'article cite derechef le psy qui explique qu' « il est difficile d'accéder à cette population peu nombreuse [les duos homosexuels] [...]. Faut-il pour autant ne pas faire d'études ? »1 En rapportant de tels propos, l'auteur de l'article fait un pur procès d'intention. Depuis quand les opposants au mariage gay et à l'adoption par les homosexuels demandent-ils de ne pas faire d'étude sur le sujet ?

 Au final, le psy conclut piteusement qu' « on ne peut donc pas généraliser les résultats. » En somme, l'auteur de l'article rapporte les propos d'un psy qui prétend que les études pro-homos ne sont pas si critiquables que cela... mais qu'on ne peut en tirer aucune conclusion générale. Il aurait été bien plus honnête d'écrire simplement qu'il vaut mieux ne rien changer au statu quo en présence d'études dont on ne peut rien conclure.

 Par la suite, la journaliste traite des études qui proposent des résultats plutôt défavorables aux revendications homosexuelles. L'article de M. Regnerus est seul cité. Le travail de ce chercheur repose sur une enquête menée auprès de 3 000 jeunes adultes américains sélectionnés aléatoirement. L'enquête conclut par exemple que les enfants des mères lesbiennes connaissent significativement plus de difficultés que les familles stables. Bien évidemment, la journaliste dénonce immédiatement les supposées insuffisances de l'étude : « [Regnerus] compare des enfants dont un parent a eu une relation homosexuelle au cours de sa vie, sans donner d'indication sur leur histoire ou leur structure familiale, à des enfants élevés dans des familles stables. En outre, les tableaux présentés montrent que des différences relevées chez ces enfants se retrouvent également chez les enfants de familles recomposées ou de parent isolé ». Et l'article s'arrête là !

 Sans entrer dans les détails techniques sur l'article dense de Regnerus, publié dans une revue renommée (Social Science Research), on remarquera tout d'abord que si l'homoparentalité ne constitue pas un modèle, les catholiques savent qu' il en est de même des parents isolés ou des familles recomposées. Sans le vouloir, la journaliste plaide pour la famille traditionnelle, fondée sur le respect de la loi naturelle, contre toutes les déviances modernes que nous connaissons. Mais surtout, la journaliste utilise une technique typique de désinformation : il s'agit d'affirmer que les études favorables aux adoptions par les homos sont certes critiquables (encore que...), mais qu'il en est tout autant d'une étude désormais célèbre dont les résultats remettent en cause l'idéologie ambiante sur « l'homoparentalité ». Sauf que la critique ne se situe pas du tout au même niveau : compte tenu des problèmes d'échantillonnage et de taille, les études pro-homos n'ont aucune valeur scientifique, alors que l'étude de Regnerus en a une de par la qualité globale de son approche méthodologique, nonobstant les critiques toujours possibles que l'on peut lui faire.2 Le Monde cherche à établir une comparaison là où aucune commune mesure n'est possible.

 Au fait, c'est étrange, aucun psy de service n'est mobilisé dans l'article du Monde pour défendre Regnerus. Lisons donc avec beaucoup de prudence le « quotidien de référence » pour savoir ce qu'il convient de penser sur ces sujets.

 

Henri Préhaut.

 

 Source : Gäelle Dupont, « Enfants d'homos : des études scientifiques positives mais aux multiples biais », in le Monde du 25/09/2012. Article disponible sur Internet.

1 On remarquera qu'une loi – en vertu du bien commun qu'elle doit servir – ne peut traiter que des cas généraux ; à ce titre, on peut se demander qu'elle est l'utilité de faire une loi en faveur de personnes dont on nous explique dans l'article du Monde qu'elles sont très minoritaires.

 2 Les études empiriques statistiques ne peuvent de toutes façons être exemptes de critiques. Mais, d'une part, certaines sont beaucoup plus concluantes que d'autres. D'autre part, la démarche scientifique consiste là à expliquer, au delà des résultats, quelles sont les limites objectives des études.

image: Un duo gay et leur fils conçu grâce à une mère porteuse, à New York en 2008. | AFP/EMMANUEL DUNAND

26 septembre 2012

Opposants au "mariage" homosexuel : Civitas dans "Paris-Match"...

affichecivitas-manif18nov2012.jpg

Extrait :

Le projet de loi devait être présenté le 24 octobre en Conseil des ministres, mais déjà à la chancellerie on plaide pour gagner une ou deux semaines, signe que des changements sont possibles. Esther Benbassa a croisé Christiane Taubira jeudi 13 septembre dans l’hémicycle : « Je lui ai dit qu’on fera des amendements, qu’il ne faut pas faire le service minimum sur ce dossier, d’autant que ça ne coûte pas un rond. Elle m’a dit : “On verra, on accordera nos violons, on discutera.” Elle était plus souple que quand je l’ai vue il y a quinze jours. C’est une femme très ouverte. » Ensuite, il restera aux insatisfaits une dernière manche essentielle à jouer : le vote au Parlement dans les premiers mois de 2013. Tous s’y préparent. Leur méthode ? Faire pression sur les élus qui voteront la loi. Car c’est bien là qu’à coups d’amendements les contours exacts de la loi prendront corps.

Franck Meyer, élu Nouveau Centre et président du Comité protestant évangélique pour la dignité humaine, réactive le Collectif des maires pour l’enfance, pour leur demander « de prendre contact avec les sénateurs qu’ils ont élus » dans l’espoir de les convaincre de voter contre le texte du gouvernement. Idem du côté de Thierry Le Gall, le directeur de la communication du Conseil national des évangéliques de France (Cnef). Et tous cherchent à convaincre, à l’aide de déclarations ou d’actions, les Français qui, dans un sondage BVA en janvier dernier, se disaient à 63 % favorables au mariage pour les homosexuels et à 56 % à l’adoption. Civitas, mouvement proche des catholiques traditionalistes, distribue des tracts « Aujourd’hui le mariage homo, demain la polygamie », et le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, déclare que le mariage homosexuel ouvrirait la voie à « des couples à trois ou quatre. Après, un jour peut-être, l’interdiction de l’inceste tombera ». Les parlementaires opposés à la loi s’organisent.

24 septembre 2012

Nouvelles caricatures anticatholiques avec Ainsi soient-ils

AINSI.jpg

Lu sur le site de l'agence de presse indépendante NOVOpress Paris:

Alors que le film critique sur l’islam, L’innocence des musulmans et les caricatures de Charlie Hebdo font couler beaucoup d’encre et de sang pour savoir s’il est permis de tourner en dérision les musulmans, les catholiques, eux, sont attaqués régulièrement dans les médias.

Dernier exemple en date, cette fois, avec une affiche présente un peu partout dans les villes de l’Hexagone. Elle annonce, Ainsi soient-ils, un téléfilm diffusé prochainement sur Arte. On peut y voir un prêtre portant un missel avec une liasse de billets. Traduction : l’Eglise est riche et corrompue. On imagine le scandale d’une telle image avec des billets de banque dépassant d’un coran dans les mains d’un imam…

AINSI-2.jpg

Cette dérision dirigée contre les chrétiens sonne faux quand on sait qu’un prêtre et un évêque gagnent en moyenne 920 euros par mois. Du 11 octobre au 1er novembre, Arte diffusera cette série mettant en scène cinq jeunes candidats à la prêtrise au séminaire des Capucins à Paris, peuplée parfois de nonnettes pimpantes. La chaîne franco-allemande promet une « immersion inédite dans les couloirs de l’Eglise ». Beaucoup de poncifs donc qui ne correspondent pas à la réalité. On y voit Michel Duchaussoy en président de la Conférence des évêques, menant grand train dans son rutilant palais épiscopal. Véritable prince de l’Église accueillant ses collaborateurs en peignoir de soie devant un petit-déjeuner copieux ou festoyant dans un superbe restaurant aux côtés de religieuses très sexy. Des caricatures qui, elles, passeront comme une lettre à la poste.

Source: article publié sur le site de l'agence de presse indépendante NOVOpress Paris le 23/09/12

18 septembre 2012

C'est Laurent Ruquier qui le dit !



Dans son émission diffusée sur Antenne 2 samedi 15 septembre, Laurent Ruquier reconnaît lui-même qu'il ne confierait pas ses enfants à des duos homosexuels comme ceux que montre CIVITAS dans son affiche diffusée à un million d'exemplaires dans toute la France.

http://www.nonaumariagehomosexuel.com

15 septembre 2012

La campagne de Civitas contre le "mariage" homosexuel relayée dans la presse espagnole

espanascada.JPG

source: J.M.BALLESTER;  Entrevista a Alain Escada, presidente del Instituto Civitas

13 septembre 2012

"mariage" gay sur ARTE: un débat confisqué

Le lobby homosexuel refuse que CIVITAS ouvre un débat public sur les projets de loi sur le mariage et l'adoption d'enfants par des duos homosexuels. En témoigne cette émission diffusée sur la chaîne publique franco-allemande ARTE le vendredi 7 septembre.
Refusons ces oukases en signant la pétition. http://www.nonaumariagehomosexuel.com

lancement de la campagne CIVITAS "la famille c'est sacré" sur France Inter


podcast

Samedi 8 septembre 2012, le journal de 13H présenté par Philippe Abiteboul (France Inter) a consacré une courte séquence (~1min) au lancement de la campagne de l'institut CIVITAS en faveur de la famille et contre les projets de mariage gay et d'adoption d'enfants par ces duos de même sexe.

12 septembre 2012

Campagne contre le "mariage" homosexuel: conférence de presse

Samedi 8 septembre, Alain Escada, Président de l'institut CIVITAS a donné une conférence de presse pour le lancement de la campagne contre le projet de loi qui sera soumis au parlement.

11 septembre 2012

"Mariage" homosexuel : un débat confisqué ?

bannierenonaumariagehomo2.pngAlors que Madame Taubira fait la une de l'actualité pour avoir parlé au journal La Croix de l'avancement du projet de loi visant à légaliser le "mariage" homosexuel et l'adoption d'enfants par les duos homosexuels, CIVITAS dénonce la volonté manifeste du gouvernement de priver les Français d'un véritable débat public à propos des enjeux et des conséquences de ce qui sera un véritable bouleversement de société dénaturant le mariage et la parentalité.
 
CIVITAS s'engage à tout mettre en œuvre pour faire échec à ce projet de loi. Une vaste campagne nationale commence pour réinformer l'opinion publique et rompre la pensée unique que tente d'imposer le gouvernement de Jean-Marc Ayrault.
 
Alain Escada,
président de Civitas

10 septembre 2012

Le 18 novembre, manifestation nationale pour défendre le mariage

affichecivitasnonaumariagehomo2.jpg

Extrait du Figaro :

L'Institut Civitas (…) a lancé aujourd'hui une campagne contre le mariage et l'adoption homosexuels, afin d'influencer les parlementaires, amenés dans les prochains mois à débattre et voter une loi en ce sens.

 « Nous avons six mois pour 'réinformer' l'opinion publique, mobiliser les Français jusque dans la rue, influencer un grand nombre de députés et sénateurs, jusqu'à faire échec au projet de loi », a indiqué lors d'une conférence de presse Alain Escada, président de Civitas. (…)
 
L'Institut, qui souhaite un « vrai débat sur le sujet », compte sur l'appui « des maires des petites communes rurales, non étiquetés ». « Ce qui légitime notre action, c'est qu'il existe un lobby homosexuel qui a ses entrées dans les médias, dans les partis politiques, et qui veut imposer son modèle », a dénoncé Alain Escada. Estimant qu'il « existe une proportion importante de l'opinion publique qui s'oppose à ce projet de loi », il a fait état de la « privation du droit des Français à s'exprimer sur le sujet » et mis en avant l'  « intérêt supérieur de l'enfant, que nous considérons menacé par un tel projet ».

Le budget de cette campagne est de 100.000 euros. Un million de tracts montrant la photo de deux manifestants défilant les fesses nues, lors d'une gay pride, et barrée d'une question: « Confieriez-vous des enfants à ces gens-là ? », seront distribués au grand public (gares, marchés...). Un second tract sera distribué à la sortie des églises, et des réunions publiques seront organisées dans plusieurs villes de France, appuyées par des « experts », de l'enfance notamment. Une pétition sera également remise aux parlementaires.

(…) une manifestation nationale, « rendez-vous de tous les Français opposés à un tel projet de loi », sera organisée à Paris le 18 novembre. L'Institut Civitas revendique 1.200 adhérents et un réseau de sympathisants d'environ 100.000 personnes

Notre pétition contre le "mariage" homosexuel dérange !

affichecivitasnonaumariagehomo3.jpgCe samedi matin, CIVITAS dévoilait à la presse son plan de campagne destiné à contrer le projet de loi visant à l'égaliser à la fois le "mariage" homosexuel et l'adoption d'enfants par les duos homosexuels.
Parmi ce plan de campagne, CIVITAS avait présenté une pétition en ligne disponible via le nom de domaine www.nonaumariagehomosexuel.com . Depuis dimanche soir, cette pétition est victime d'un sabotage que nos techniciens cherchent à résoudre au plus vite.
 
A travers ce sabotage, les Français pourront constater une fois de plus que tout est fait pour confisquer le débat et limiter toute opposition aux revendications du lobby homosexuel.
 
Tout ceci confirme l'utilité de la campagne de CIVITAS destinée à libérer l'opinion publique du conditionnement des esprits qui plonge les Français dans une forme d'autocensure. Aidez-nous à vaincre la police de la pensée mise au service du lobby homosexuel ! Soutenez cette campagne et participez à la diffusion du million de tracts disponible.