Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 novembre 2012

Homoparentalité ? Négation du réel

MANIFESTATION 18 NOVEMBRE

 NON AU « MARIAGE » HOMOSEXUEL

eric-zemmour2.jpg

BRAVO A M. ERIC ZEMMOUR

Comme d’autres, vous avez  courageusement dénoncé l’absurdité des revendications du lobby homosexuel relayées par le gouvernement.

Rejoignez-nous le dimanche 18 novembre à la manifestation nationale « OUI à la Famille – NON au mariage homosexuel ». RDV à 14h30 av. Duquesne, Paris 7ème (métro : Ecole Militaire).

Ni phobie ni langue de bois. Ensemble, libérons la parole des Français et défendons la Famille, le mariage et la parenté.

Des cars partent de plus de quarante villes pour rejoindre cette manifestation. Infos : 01.34.11.16.94

12 novembre 2012

"Mariage" gay ? "un danger énorme pour l'ensemble de la Nation"

MANIFESTATION 18 NOVEMBRE

NON AU « MARIAGE » HOMOSEXUEL

 serge-dassault-speaks-2.jpg

BRAVO A M. SERGE DASSAULT

Comme d’autres, vous avez  courageusement dénoncé l’absurdité des revendications du lobby homosexuel relayées par le gouvernement.

Rejoignez-nous le dimanche 18 novembre à la manifestation nationale « OUI à la Famille – NON au mariage homosexuel ». RDV à 14h30 av. Duquesne, Paris 7ème (métro : Ecole Militaire).

Ni phobie ni langue de bois. Ensemble, libérons la parole des Français et défendons la Famille, le mariage et la parenté.

 

Des cars partent de plus de quarante villes pour rejoindre cette manifestation. Infos : 01.34.11.16.94

07 novembre 2012

La conspiration sexuelle de l'ONU

Vidéo produite et réalisée pour Civitas, par Jean-Paul et Jacques Buffet

http://www.nonaumariagehomosexuel.com

Nous avons sous-titré en français un superbe reportage sur "The Sexual Rights Agenda", un programme de l'ONU pour forcer les pays "sous-développés" à modifier les lois en pour les rendre favorables aux minorités LGBT. A voir absolument quand les lois iniques menacent notre pays.
Tous à la manifestation du 18 novembre à Paris.

Lettre aux élus: des arguments pour empêcher la dénaturation du mariage et défendre les droits de l'enfant

40.000 élus de France ont reçu la nouvelle  La Lettre aux élus publiée par l'institut CIVITAS et consacrée cette fois au projet gouvernemental d'ouverture du droit au mariage et à l'adoption aux couples homosexuels.

Vous trouverez ci-dessous la lettre d'accompagnement à la LAE ainsi que son sommaire. Un document à lire et à faire connaître !

Le 6 novembre 2012

 

lettre7_15_mini.png« Mécontents du peuple, les dirigeants ont décidé d'en changer » (Bertolt BRECHT)

 

       Monsieur, madame le Maire,

 

Le nouveau numéro de la « Lettre aux Elus » est consacré au projet gouvernemental d'ouverture du droit au mariage et à l'adoption aux couples homosexuels. Il s'agit en effet du 31ème engagement de campagne du candidat à la présidence de la république qu'était M. François HOLLANDE et auquel le nouveau gouvernement semble extrêmement pressé de donner suite.

L'équipe rédactionnelle tient à récuser par avance l'accusation d' « homophobie » qui fait partie des nombreuses armes dont dispose la « police de la pensée » pour empêcher un débat qui déboucherait sur le constat qu'une majorité de nos concitoyens est en réalité hostile à un tel bouleversement sociétal.

L'objectif de cette « Lettre aux Elus » n'est que la défense, par une argumentation objective, de l'intérêt supérieur de la famille et de l'enfant.

Or, le projet dont il s'agit, dénature le mariage et sape les fondements-même de la famille, cellule de base de toutes les sociétés humaines.

En outre, cette loi en préparation est très loin de correspondre aux attentes les plus pressantes de l'écrasante majorité de nos concitoyens.

Par ailleurs, qui peut croire une seconde que le « redressement spirituel et moral » prôné à juste titre par M. PEILLON, ministre de l'Education nationale, début septembre, puisse être compatible avec la révolution radicale des moeurs que constituerait l'ouverture du droit au mariage et à l'adoption à des partenaires homosexuels ?

Qui, en son âme et conscience, peut sérieusement soutenir que le spectacle donné par certains homosexuels lors de la « marche des fiertés lesbiennes, gays, trans et bi », la fameuse « Gay pride », soit conciliable avec le rôle de père ou de mère que ces individus pourraient éventuellement jouer, après l'adoption d'enfant(s), une fois la loi en question votée ?

Dans l'entretien qu'elle a accordé au quotidien « La Croix1», Mme TAUBIRA, ministre de la justice, a été très claire : le projet de loi qui sera déposé sous peu par le gouvernement ne prévoit en aucun cas qu'un maire puisse refuser de célébrer un « mariage entre personnes de même sexe »2.

Dès lors, nous ne doutons pas de l'intérêt que peut offrir pour vous la lecture de cette Lettre n°9, qui fait brièvement le point sur les enjeux de l'adoption éventuelle de ce projet de loi dont la mise au point est imminente.

Nous vous invitons à signer le manifeste rédigé par le collectif « Elus locaux pour la Famille » : déjà plusieurs députés, sénateurs et des dizaines de maires ont apporté leur soutien [Signer ici].

Nous vous informons également qu'aura lieu à Paris, le dimanche 18 novembre, une manifestation nationale contre ce projet de loi, à laquelle les élus soucieux du bien commun sont conviés de prendre part.
Départ à 14h30 devant le Ministère de la Famille, 14 avenue Duquesne, Paris 7ème (métro : Ecole Militaire)

 Par avance, nous vous remercions de nous faire part de vos commentaires éventuels sur le site prévu à cet effet.


François BURLE

1 « En clair : l'adoption d'enfant(s)
2 Titre II, chap. 2, art. 19 à 23

6a01156fa733b9970c0120a7fe6de3970b-800wi.png

PLAN DE LA LETTRE

  • I. INTRODUCTION
  • II. OUVRIR LE MARIAGE A DES DUOS HOMOSEXUELS EST CONTRAIRE A LA LOI NATURELLE
  • III. C'EST EGALEMENT CONTRAIRE AUX COMMANDEMENTS DE DIEU
  • IV. CE SERAIT UNE INQUIETANTE VOLTE-FACE SUR LE PLAN JURIDIQUE. QUE DE CHEMIN PARCOURU SOUS LA Vème REPUBLIQUE EN SI PEU DE TEMPS !
  • V. QU'EST-CE QUE LE MARIAGE ?
  • VI. ADOPTION : ATTENTION, L'ENFANT N'EST PAS UN OURS EN PELUCHE !
  • VI.1. Selon ses partisans, l'adoption par 2 hommes ou par 2 femmes serait sans danger pour l'enfant ...
  • VI.2. Quels enseignements tire-t-on en réalité des résultats concordants d'études réalisées tout dernièrement à ce sujet aux Etats-Unis ? Que révèle celle du Professeur REGNERUS ?
  • VI.3. Enfants vivant auprès d'un «couple de lesbiennes»
  • VI.4. Les résultats de l'étude du Pr Loren MARKS corroborent ceux de l'étude du Pr REGNERUS
  • VI.5. Mises en garde récentes émanant du corps médical français
  •   VII. CONSEQUENCES INELUCTABLES D'UN DROIT AU MARIAGE QUI SERAIT OUVERT A DES DUOS HOMOSEXUELS
  • VII.1.« Mariage à trois » (ou davantage ?)
  • VII.2. Polygamie
  • VII.3. Inceste
  • VII.4. Zoophilie
  • IX. CONCLUSION

 

Pour décourrir cette lettre, CLIQUEZ ICI.

06 novembre 2012

27 personnalités pro-vie, dont Alain Escada, président de Civitas, sur liste noire

blacklist.jpgIl s’agit d’un document confidentiel, que vous ne trouverez pas sur Internet. Intitulé Top 27 European Anti-choice Personalities (Liste des 27 personnalités européennes “anti-choix” NDR), un puissant groupe de pression européen en faveur de l’avortement, l’EPF (European Parliamentary Forum on Population an Development) a fiché les principaux opposants au sécularisme en Europe. “Anti-choix” signifie “pro-vie”. Ceux qui sont en faveur du choix (Pro-choice) sont les partisans de l’avortement et de toute forme de relation sexuelle non reproductive, à commencer par les relations homosexuelles.

Ceux qui sont opposés au “choix” défendent la vie, la famille et le droit naturel contre les idéologies anti-natalistes et relativistes. La liste noire comprend 27 “personnalités” de dix pays européens, dont le Parlementaire européen slovaque Anna Zaborska, le responsable des Associations européennes Tradition, Famille, Propriété, Caio Xavier da Silveira, le Duc Paul von Oldenburg, représentant de la Fédération Pro-Europa Christiana de Bruxelles, les italiens Luigi Coda Nunziante, Président de l’Association Famiglia Domani (Famille demain NDT), le Pr. Roberto de Mattei, Président de la Fondation Lepanto, et Luca Volonté, membre de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

Pour la France sont dans la liste : le Président de la Fondation Jérôme Lejeune, Jean-Marie Le Mané ; le Président de l’Institut Civitas, Alain Escada ; le directeur général de ECLJ (European Center for Law and Justice), Grégor Puppinck ; Elisabeth Montfort, ex parlementaire européen ; Catherine Vierling, assistante parlementaire. Chacun des 27 personnages en question est présenté à l’aide d’un curriculum accompagné d’une photo, comme cela est d’usage pour les avis de recherche concernant des malfaiteurs. Il ne manque que l’adresse pour mieux pouvoir les localiser et les frapper. Ici, en effet, ce ne sont pas les idées qui sont en question mais la liberté de les exprimer.

Quiconque représente un obstacle au sécularisme mérite d’être isolé et mis au ban. D’abord moralement puis juridiquement et peut-être également physiquement parce que ce type de liste de proscription alimente la haine idéologique ad personam. Il s’agit de la énième démonstration de la “dictature du relativisme” qui réclame la liberté pour tout et tous mais cherche à suffoquer par tous les moyens la voix de ceux qui s’opposent à la dégradation morale contemporaine. L’EPF fait partie de ces “pouvoirs forts” qui, grâce à d’énormes ressources financières et à une diffusion capillaire, créent le “consensus” médiatique et politique.

Il s’agit d’une organisation ayant son siège à Bruxelles, qui accueille des membres de différents parlements et se trouve présidée par le vice-président de la Chambre des Députés de Géorgie, George Tsereteli. Son programme se résume dans la Charte des droits sexuels et reproductifs approuvée en 1995 par la International Planned Parenthood Federation, fondée par l’eugéniste Margaret Sanger, dans « le but de promouvoir le contrôle des naissances, (c’est-à-dire) de créer une race de pur-sang ». Les droits reproductifs, qui sont en réalité les droits à ne pas se reproduire, s’expriment dans la revendication d’une liberté sexuelle absolue devant être atteinte par le biais de vastes campagnes d’éducation à la contraception et à l’avortement, jusqu’à la stérilisation de masse.

L’EPF, qui est la longa manus de la International Planned Parenthood Federation, est financée par les institutions publiques européennes et par de riches fondations privées. Est en effet notoire par exemple l’engagement en faveur de la diffusion du sécularisme du spéculateur international George Soros et de la Fondation Bill et Melinda Gates qui, en juillet 2012, a promu une gigantesque collecte de fonds afin d’assurer l’accès à la contraception des femmes pauvres du monde entier. Parmi les associations liées à l’EPF se trouvent également les Catholics for a Free Choice (CFFC, catholiques pour le libre choix), partisans d’une « théologie favorable à l’avortement » qui furent les promoteurs de la campagne lancée en 2000 visant à expulser le Saint-Siège des Nations unies. Aujourd’hui, les défenseurs de la vie et de la famille sont pris pour cible. Pour eux toutefois, cette “liste noire” est un motif de fierté. (V. R./Correspondance Européenne)

25 octobre 2012

Jean a quatre papas…

video produite et réalisée pour l'institut CIVITAS par Jean-Paul et Jacques BUFFET

La réunion publique organisée par CIVITAS à La Madeleine, à côté de Lille jeudi 18 octobre 2012, dans le cadre de la campagne d'information sur le projet de loi sur le mariage homosexuel a réuni près de 150 personnes, et mobilisé de nombreux journalistes (CANAL PLUS, BFM TV, M6, France Inter, France Culture,…).
Elle a donné lieu à un échange vigoureux avec des représentants du lobby homosexuel.
Une nouvelle réunion du même genre est organisée jeudi 25 octobre à Angers pour préparer la manifestation du dimanche 18 novembre dans les rues de Paris.

http://www.nonaumariagehomosexuel.com

14 octobre 2012

Xavier Lemoine contre le mariage homosexuel

11 octobre 2012

« Mariage » gay : un maire d’une commune rurale VS cinq marionnettes en furie

Vu sur le site de Nouvelles de France:

lachez-les-chiens.png

Quand D8 lâche les chiennes… Hugues Foucault, le courageux maire de Bretagne (Indre) qui demande un référendum sur la question du « mariage » homosexuel tout en précisant qu’il n’en célébrera de toute façon pas, était mercredi l’invité du « Grand 8 ».

Face à lui, « cinq marionnettes en Chanel » plus garces les unes que les autres : Roselyne Bachelot, pas sectaire mais progressiste, Laurence Ferrari, qui tente d’être impertinente, sans grand succès ni réussir à être pertinente, Élisabeth Bost, agressive et grotesque (par exemple quand elle considère qu’être contre le « mariage » gay, c’est être « pour le sexe et contre l’amour »…), Audrey Pulvar et ses répliques à 12 000 balles, et Hapsatou Sy (« choquée » à la moindre évidence).

Un « débat », comme dit le site gay Yagg.com mais à cinq contre un. Cinq habituées des plateaux contre un élu rural plein de bon sens mais peu au fait des traquenards médiatiques contemporains… Pour regarder l’échange dont ne sort d’ailleurs pas perdant Hugues Foucault, cliquez ici, il commence à 10’10’’. On vous prévient quand même, vous allez avoir envie de jeter votre télévision par la fenêtre…

Source: Publié sur Nouvelles de France par le 11 oct, 2012

09 octobre 2012

Mariage homosexuel, homoparentalité, etc - Décryptage d'une révolution sexuelle

couverturelivreae.png

Mariage homosexuel ? Homoparentalité ? Quels sont les véritables enjeux et conséquences du projet de loi bientôt présenté en conseil des ministres ? Quels sont les principes, les origines, les causes, les réseaux qu'il faut connaître pour pouvoir décrypter la révolution sexuelle en cours ?
Remettant d'abord les idées en place à propos de la nature du mariage, Alain Escada aborde avec pédagogie différents effets qu'entraînerait le projet de loi dont il est question. La polémique sur la polygamie est-elle fondée ? La dénaturation de la parenté est-elle nocive pour l'enfant ? Que faut-il savoir des études universitaires publiées à ce sujet ?
Mais au-delà de ces questions, l'auteur dévoile, références à l'appui, ce dont quasiment personne ne vous parle. Le petit manuel du lobby homosexuel. Homophobie, l'arme sémantique. Le communautarisme homosexuel. Les réseaux financiers. L'alliance révolutionnaire. Le rôle des médias. Autant de chapitres dont la lecture est indispensable pour ne pas être dupe du pseudo-débat totalement aseptisé auquel certains souhaiteraient cantonner l'opinion publique.
 
L'ouvrage est préfacé par Claude Rousseau, Maître de conférences à la Sorbonne et Professeur à l'Ecole des Hautes Etudes Politiques et Internationales.
 
A commander en envoyant un chèque de 12 euros (frais d'envoi compris) au secrétariat de Civitas, 17 rue des Chasseurs, 95100 Argenteuil.

 

08 octobre 2012

Exigeons la parité homme-femme dans le mariage !

Les politiques nous rebattent les oreilles depuis de nombreuses années avec les revendications féministes d'égalité et de parité homme-femme dans tous les domaines: gouvernement, parlement, conseils d'administration. S'il est un domaine où la parité existe bien et où elle a tout son intérêt, c'est bien le mariage et la famille. Alors, opposons-nous aux projets de lois qui veulent abolir la parité dans le mariage. Tous à la manifestation du 18 novembre à Paris!

video produite et réalisée pour l'institut CIVITAS par Jean-Paul et Jacques BUFFET


site de la pétition: http://www.nonaumariagehomosexuel.com


pour retrouver toutes les videos de la campagne: videothèque

05 octobre 2012

la ville de Toulouse retire une oeuvre jugée blasphématoire par certains musulmans

NDLR: Même si l'objectif était pourtant de mettre en valeur certains versets du Coran en pleine ville (en toute laïcité bien sûr!), pour une oeuvre mal perçue par certains musulmans, les pouvoirs publics censurent pleutrement "dans un souci d’apaisement”.

Par contre s'il s'agit d'une oeuvre contemporaine volontairement blasphématoire heurtant les chrétiens, qu'elle trempe un crucifix dans de l'urine (Piss Christ) ou réfléchisse, dans un décor scatologique, au Concept du visage du Christ bombardé de grenades factices par des petits enfants, les pouvoirs publics font la sourde oreille. Deux poids, deux mesures...

 toulouse.jpg

Novopress/bulletin de réinformation: "Toulouse : en faisant la promotion de l’Islam, l’artiste se fait éjecter par… l’Islam"

Il avait voulu faire connaitre des versets du Coran au plus grand nombre avec l’appui des organisateurs du festival « Printemps de septembre » à Toulouse, mal leur en a pris.

Sur pression d’une délégation de représentants musulmans sur la préfecture et la mairie, les organisateurs du « Printemps de septembre », festival d’art contemporain de Toulouse, ont annoncé mercredi le retrait d’une œuvre de l’artiste marocain Mounir Fatmi. Cette œuvre consistait en la projection de versets du coran sur le tablier d’un des ponts de la ville.

Le dispositif, prévu par l’artiste, pour empêcher les piétons de marcher sur l’œuvre, n’a malencontreusement pas fonctionné. Résultat : des badauds ont marché sur le coran et les hadiths, au grand dam, voire au grand ramdam, des musulmans présents à ce moment-là sur les lieux. Des dizaines de personnes venues des quartiers “sensibles” et appelées en renfort (soixante à quatre-vingts selon les forces de l’ordre) ont évacué manu militari les “blasphémateurs” inconscients hors des saintes projections de lumière. Une jeune femme a même été giflée pour avoir malencontreusement mis le pied dessus.

D’après un compte-rendu de police qui nous a été communiqué il n’y a pas eu d’interpellations : “L’auteur des coups Mme Be* Il* née le 12/0*/197* à Monstanem dt **** rue C****** à Toulouse n’est pas interpellée dans un souci d’apaisement”.

Libération Next rapporte que l’historien d’art et directeur artistique du “Printemps de septembre”, Paul Ardenne, a déclaré  «Il est toujours bon de constater que la liberté d’expression se jauge à l’échelle des réalités »

Source: article publié sur le site de l'agence de presse indépendante NOVOpress le 5 octobre 2012

29 septembre 2012

Décrypter la propagande du Monde

social science research,études,regnerus,journaliste,le monde,adoption,mariage,lobby homosexualiste

Le journal le Monde a commis récemment plusieurs articles sur le mariage homosexuel et l'adoption par les duos homos, évidemment globalement favorables aux revendications des minorités inverties. Comme le « quotidien de référence » se veut objectif, il sert à ces lecteurs quelques sons de cloches différents de l'approche officielle, en prenant bien soin de réduire leur portée, voire de les discréditer. C'est une tactique fréquente de ce quotidien. Un article récent, portant sur les études sur « l'homoparentalité », est emblématique à cet égard.

 L'article en question débute par la reconnaissance des biais dans les études favorables à « l'homoparentalité. » Le psy de service, considérant les études « pro-homos » comme plutôt positives, est alors mobilisé pour affirmer que « des problèmes méthodologiques existent, mais [...] n'invalident pas ces travaux. Les enquêtes en psychologie portent en effet rarement sur de vastes échantillons, encore moins quand les personnes ciblées sont très minoritaires ». Or, précisément, ceux qui pratiquent un peu les statistiques savent qu'on ne peut rien conclure d'une étude qui repose sur de petits échantillons. L'honnêteté aurait réclamé que, compte tenu des difficultés méthodologiques, l'article du Monde reconnaisse l'insignifiance de ces travaux pro-homos sur le plan scientifique.

A la suite, l'article cite derechef le psy qui explique qu' « il est difficile d'accéder à cette population peu nombreuse [les duos homosexuels] [...]. Faut-il pour autant ne pas faire d'études ? »1 En rapportant de tels propos, l'auteur de l'article fait un pur procès d'intention. Depuis quand les opposants au mariage gay et à l'adoption par les homosexuels demandent-ils de ne pas faire d'étude sur le sujet ?

 Au final, le psy conclut piteusement qu' « on ne peut donc pas généraliser les résultats. » En somme, l'auteur de l'article rapporte les propos d'un psy qui prétend que les études pro-homos ne sont pas si critiquables que cela... mais qu'on ne peut en tirer aucune conclusion générale. Il aurait été bien plus honnête d'écrire simplement qu'il vaut mieux ne rien changer au statu quo en présence d'études dont on ne peut rien conclure.

 Par la suite, la journaliste traite des études qui proposent des résultats plutôt défavorables aux revendications homosexuelles. L'article de M. Regnerus est seul cité. Le travail de ce chercheur repose sur une enquête menée auprès de 3 000 jeunes adultes américains sélectionnés aléatoirement. L'enquête conclut par exemple que les enfants des mères lesbiennes connaissent significativement plus de difficultés que les familles stables. Bien évidemment, la journaliste dénonce immédiatement les supposées insuffisances de l'étude : « [Regnerus] compare des enfants dont un parent a eu une relation homosexuelle au cours de sa vie, sans donner d'indication sur leur histoire ou leur structure familiale, à des enfants élevés dans des familles stables. En outre, les tableaux présentés montrent que des différences relevées chez ces enfants se retrouvent également chez les enfants de familles recomposées ou de parent isolé ». Et l'article s'arrête là !

 Sans entrer dans les détails techniques sur l'article dense de Regnerus, publié dans une revue renommée (Social Science Research), on remarquera tout d'abord que si l'homoparentalité ne constitue pas un modèle, les catholiques savent qu' il en est de même des parents isolés ou des familles recomposées. Sans le vouloir, la journaliste plaide pour la famille traditionnelle, fondée sur le respect de la loi naturelle, contre toutes les déviances modernes que nous connaissons. Mais surtout, la journaliste utilise une technique typique de désinformation : il s'agit d'affirmer que les études favorables aux adoptions par les homos sont certes critiquables (encore que...), mais qu'il en est tout autant d'une étude désormais célèbre dont les résultats remettent en cause l'idéologie ambiante sur « l'homoparentalité ». Sauf que la critique ne se situe pas du tout au même niveau : compte tenu des problèmes d'échantillonnage et de taille, les études pro-homos n'ont aucune valeur scientifique, alors que l'étude de Regnerus en a une de par la qualité globale de son approche méthodologique, nonobstant les critiques toujours possibles que l'on peut lui faire.2 Le Monde cherche à établir une comparaison là où aucune commune mesure n'est possible.

 Au fait, c'est étrange, aucun psy de service n'est mobilisé dans l'article du Monde pour défendre Regnerus. Lisons donc avec beaucoup de prudence le « quotidien de référence » pour savoir ce qu'il convient de penser sur ces sujets.

 

Henri Préhaut.

 

 Source : Gäelle Dupont, « Enfants d'homos : des études scientifiques positives mais aux multiples biais », in le Monde du 25/09/2012. Article disponible sur Internet.

1 On remarquera qu'une loi – en vertu du bien commun qu'elle doit servir – ne peut traiter que des cas généraux ; à ce titre, on peut se demander qu'elle est l'utilité de faire une loi en faveur de personnes dont on nous explique dans l'article du Monde qu'elles sont très minoritaires.

 2 Les études empiriques statistiques ne peuvent de toutes façons être exemptes de critiques. Mais, d'une part, certaines sont beaucoup plus concluantes que d'autres. D'autre part, la démarche scientifique consiste là à expliquer, au delà des résultats, quelles sont les limites objectives des études.

image: Un duo gay et leur fils conçu grâce à une mère porteuse, à New York en 2008. | AFP/EMMANUEL DUNAND

Faites-vous plaisir, adoptez un enfant !

video produite et réalisée pour l'institut CIVITAS par Jean-Paul et Jacques BUFFET

24 septembre 2012

La Cour européenne "décidera" si le droit à l’adoption des lesbiennes est supérieur aux droits familiaux d’un père

 La Cour européenne des droits de l’homme est sur le point de se prononcer sur les droits d’une femme lesbienne d’adopter l’enfant de sa « partenaire ». En l’espèce cela signifie priver le père du garçon de ses droits parentaux.

L’affaire est très simple pour Gregor Puppinck, du European Centre for Law and Justice (ECLJ).  “Les deux femmes partenaires veulent évincer le père et, comme la loi ne le leur permet pas, elles prétendent que c’est discriminatoire », écrit-il sur TurtleBayandBeyond (le blog de C-FAM).

L’audience devant la Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l’homme dans l’affaire X et autres c. Autriche est prévue pour le 3 octobre. La décision sera applicable aux 47 Etats membres du Conseil de l’Europe et ne peut être révisée.

Lire la suite

18 septembre 2012

C'est Laurent Ruquier qui le dit !



Dans son émission diffusée sur Antenne 2 samedi 15 septembre, Laurent Ruquier reconnaît lui-même qu'il ne confierait pas ses enfants à des duos homosexuels comme ceux que montre CIVITAS dans son affiche diffusée à un million d'exemplaires dans toute la France.

http://www.nonaumariagehomosexuel.com

16 septembre 2012

Bernard Poignant : ce proche de François Hollande n’est pas favorable au mariage gay

 NOVOpress Breizh - Alors que Christiane Taubira a annoncé mardi les grandes lignes du projet de loi relatif au mariage homosexuel, certaines voix discordantes se font entendre à gauche. Notamment celle du maire PS de Quimper – et conseiller de François Hollande – Bernard Poignant (photo). Ou encore celle du communiste André Gérin, ancien député-maire de Vénissieux.

~

bernard poignant,françois hollande,christiane taubira,mariage homosexuel,gay,altérité,père,mère,famille,enfant,adoption,andré gérin,famille chrétienne,vaulx-en-velin,ps,socialiste,loi naturelle« Sur mon blog, j’ai fait part de mes réserves à propos de l’homoparentalité » rappelle le maire de Quimper à l’hebdomadaire Famille chrétienne. Pour cet élu socialiste « l’enfant a besoin de l’altérité. Comme orphelin, je me suis construit dans l’altérité du père absent… Tout enfant doit savoir qu’il a un père et une mère ». Une prise de position qui semble déranger certains : « Après lecture de mon blog, la revue Têtu m’a sommé de lui répondre. Et moi, j’ai refusé ! Je suis libre de ma pensée. Je n’ai tué personne, je ne passe pas devant un tribunal. Au nom de quoi, d’ailleurs ? »

Qu’écrivait sur son blog celui qui occupe aujourd’hui un bureau à l’Elysée ? « Plusieurs (couples homosexuels) élèvent et éduquent déjà des enfants. Certains ont eu une vie hétérosexuelle avant de former un couple homosexuel. Sans doute sont-ils ni pire ni meilleurs les uns et les autres. Là n’est pas le problème. Seule compte l’idée que l’on se fait de l’accomplissement d’un enfant. A mes yeux et quoiqu’il arrive, il se construit dans l’altérité des genres, masculin et féminin, père et mère. Qu’ils soient présents ou absents, parfaits ou imparfaits. Un enfant doit toujours savoir qu’il a ou a eu un père et une mère. Personne ne peut discuter ce fait. » L’acharnement mis par de nombreux enfants adoptés ou abandonnés pour retrouver leurs parents biologiques est en effet bien connu.

Et l’élu finistérien de conclure : « Dans tous les cas de figure, c’est de l’enfant dont il faut partir. Le modernisme ne consiste pas à épouser l’égoïsme du présent, mais à se préoccuper des intérêts de notre descendance. »

Un point de vue que partage le communiste André Gérin. Cet ancien député-maire de Vénissieux, aujourd’hui simple conseiller municipal à Vaulx-en-Velin, conteste l’opportunité du mariage homosexuel « à cause d’une certaine idée de la politique ». Comme il le précise à Famille chrétienne : « Le système est aujourd’hui en fracture avec le peuple de France. On a tendance à plus s’occuper du sociétal que du social. Il ne faudrait pas que le mariage homosexuel soit l’arbre qui cache la forêt…».

Source:NOVOpress Breizh, agence de presse indépendante. Article publié le 14/09/2012

 

Signez la pétition pour la défense de la famille:
213480650.png

13 septembre 2012

"mariage" gay sur ARTE: un débat confisqué

Le lobby homosexuel refuse que CIVITAS ouvre un débat public sur les projets de loi sur le mariage et l'adoption d'enfants par des duos homosexuels. En témoigne cette émission diffusée sur la chaîne publique franco-allemande ARTE le vendredi 7 septembre.
Refusons ces oukases en signant la pétition. http://www.nonaumariagehomosexuel.com

"Mariage" homosexuel : les élus locaux doivent exiger le droit à l'objection de conscience

civitasrevue-nonaumariagehomo.jpgCIVITAS ne cesse de le répéter depuis quelques jours : les élus locaux doivent s'organiser, prendre leur part dans le débat sur le prétendu "mariage" homosexuel, affirmer publiquement leur hostilité à cette parodie et exiger le droit à l'objection de conscience au cas où ce projet de loi devrait recevoir l'aval des parlementaires.

La question est extrêmement importante. Pour preuve, cet extrait du Figaro :

Avant même la présentation du projet de loi sur le mariage gay, certains s'imaginent déjà à l'heure des célébrations en mairie. Une perspective qui n'enchante apparemment pas le député maire d'Orange, Jacques Bompard (Ligue du Sud). «On rentre là dans le même domaine que le médecin qui veut ou ne veut pas pratiquer un avortement, a déclaré mardi cet ancien FN. Il me semble qu'il doit y avoir là la clause de conscience et si elle n'y était pas, ça signerait que nous sommes dans un monde totalitaire, ce qui déjà est bien avancé.» Cet opposant au mariage entre personnes du même sexe envisage de laisser opérer dans ce cas «des élus de l'opposition qui vont être absolument ravis de pouvoir commettre cet exploit». Si le projet de loi du gouvernement était voté, les maires seraient en effet en première ligne. C'est pourquoi l'Institut Civitas, mouvement proche des catholiques traditionalistes, a lancé un appel pour sensibiliser ces élus, notamment «les maires des petites communes rurales, non étiquetés».

«Désobéissance civile»

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a toutefois bien indiqué mardi dans un entretien à La Croix que les maires ne seraient pas autorisés à refuser de célébrer ces nouveaux mariages entre deux personnes du même sexe une fois le texte voté. «Les maires sont des officiers publics qui représentent l'État lorsqu'ils célèbrent un mariage, c'est une mission dont ils sont très fiers. Nous sommes dans un État de droit, le Code civil va être modifié, il s'impose à tous, y compris aux maires. Il ne sera pas inscrit dans la loi qu'ils puissent se soustraire au Code civil», a indiqué la garde des Sceaux. Ainsi, l'élu qui refuserait d'appliquer la loi s'exposerait à l'avenir à des poursuites pénales.

«Refuser de marier deux gays ou deux lesbiennes, ce serait comme refuser de marier deux Noirs uniquement parce qu'ils sont noirs, par exemple, c'est une infraction pénale», souligne Me Caroline Mécary, l'avocate qui avait défendu Noël Mamère dans l'affaire du mariage de Bègles (Gironde). Pour elle, ces éventuels cas de «désobéissance civile» ne seraient toutefois pas tout à fait comparables au geste de l'ex-leader des Verts.

Acte de courage pour les uns, parodie pour les autres, le 5 juin 2004, l'élu de Bègles avait bravé l'opposition du procureur de Bordeaux, pour unir un couple d'hommes, Stéphane Chapin et Bertrand Charpentier. Ce mariage hors de la légalité avait ensuite été annulé par le tribunal et la cour d'appel de Bordeaux, se fondant sur la définition du mariage comme l'union d'un homme et d'une femme. L'élu, lui, avait également été suspendu un mois, sur décision du ministre de l'Intérieur, un cas exceptionnel - mais il avait bénéficié d'une très large couverture médiatique…

En septembre 2011, en Polynésie, c'est un maire de la commune de Taputapuatea qui a été condamné, sans tapage médiatique, par la cour d'appel de Papeete, à 4 100 euros d'amende pour avoir refusé de célébrer en novembre 2009 l'union d'un couple où la femme était un transsexuel. L'élu, de confession adventiste, avait mis en avant ses convictions religieuses pour expliquer son opposition. Il a en outre dû verser 625 euros à chacun des deux plaignants. Mais a finalement échappé à la sanction d'inégibilité.

12 septembre 2012

Les maires hostiles au "mariage" homosexuel dérangent...

Le site internet du Nouvel Observateur a publié une tribune libre signée par Yves Delahaie, conseiller national du MoDem. Ce sombre personnage s'intéresse à la question des Maires hostiles au projet de loi visant à légaliser le "mariage" homosexuel. Nous vous en livrons l'extrait suivant. Nous avons éliminé la conclusion liberticide de cet individu qui exige de révoquer les Maires qui refuseraient de célébrer de tels prétendus "mariages". C'est beau un démocrate...

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les propos de Christiane Taubira dans "La Croix" ne seront pas passés inaperçus. Co-responsable du dossier relatif à l’ouverture des droits au mariage pour les homosexuels avec Dominique Bertinotti, ministre déléguée à la Famille, l’entretien qu’elle a accordé au quotidien a pris de court tout le monde (...). Car, rarement sortie médiatique n’aura autant mécontenté tout le monde. S’il n’y a aucune ambigüité sur le mariage pour tous, de quoi mécontenter les plus frileux, elle se montra tout aussi catégorique concernant l’ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples homosexuels : "Notre projet de loi est très clair : l’accès à la PMA ne rentre pas dans son périmètre." (...)

Les maires, indispensables à l'application de la loi

Mais, au-delà d’une polémique sur un sujet où les détracteurs s’agitent déjà de toutes parts, comme Civitas qui vient de lancer officiellement sa croisade en faisant du lobbying, et qui n’avait pas besoin d’un de ses couacs dont le gouvernement Ayrault s’est fait une triste spécialité, une autre menace vient disputer le rôle de l’épée de Damoclès sur le projet. Dans son entretien à "La Croix", il fut posé à Christiane Taubira une question qui ne manquera pas d’interpeller : "Autoriserez-vous les maires qui le souhaiteront à ne pas célébrer de mariages entre homosexuels ?". Sur ce point précis, la ministre de la Justice rappela avec fermeté la charge qui incombait aux élus de respecter la loi : "Non. Les maires sont des officiers publics qui représentent l’État lorsqu’ils célèbrent un mariage, c’est une mission dont ils sont très fiers. Nous sommes dans un état de droit, le code civil va être modifié, il s’impose à tous, y compris aux maires. Il ne sera pas inscrit dans la loi qu’ils puissent se soustraire au code civil."

Mais consciente que le sujet pouvait froisser certains d’entre eux, elle a tenu à ajouter : "En même temps, je travaille actuellement avec ces élus, notamment l’Association des maires de France. Nous allons systématiser ces contacts, afin que les maires soient étroitement associés au travail de réflexion et d’élaboration du projet de loi."

Qu’on se le dise, les maires seront bien les charnières de ce projet de loi. À la fois indispensables pour la rendre applicable mais aussi les seuls susceptibles chez les élus de faire pression sur le gouvernement, puisque les deux assemblées étant majoritairement à gauche, le vote du projet est majoritairement acquis.

Et Alain Escada, de l’institut Civitas, le sait plus qu’un autre. Développant les détails du lobbying qu’il entend mettre en oeuvre dans les prochains mois, dans un paragraphe dont le titre annonce la couleur "influencer les élus", il cible en priorité les maires : "Si une telle loi devait malheureusement être votée, les maires seraient chargés de son exécution. Il est donc indispensable que se dessine rapidement parmi les élus municipaux une importante vague de contestation à l’égard de ce projet de loi. Civitas adressera à tous les maires de France une 'Lettre aux élus' rédigée en ce sens."

Et, cette stratégie vis-à-vis des maires ne doit absolument rien au hasard. C’est déjà par eux que le projet du Pacs avait été sévèrement remanié en 1999. En effet, le projet prévoyait que le Pacs fût célébré en mairie. C’est alors que Michel Pinton entra en action. Placé à droite de la droite, ce polytechnicien avait réussi un tour de force en montant une pétition à destination des maires, qui leur demandait de "défendre le mariage républicain" contre le projet du CUS (Contrat d’union sociale qui deviendra le Pacs), qualifié de "véritable mariage homosexuel". (...)  la pétition connut un franc succès puisque plus de 15.000 maires la signèrent ! 15.000 maires, c’est un peu moins de la moitié des maires en France. Le gouvernement de l’époque avait dû reculer devant la fronde, et le Pacs est aujourd’hui signé au tribunal administratif qui règle l’acte juridique en 15 minutes sans autoriser de photographies.

C’est avec le souvenir de ce recul que Civitas entend mener sa croisade. Et déjà, certains maires se font entendre. Parmi eux, le député-maire Jacques Bompard (...) a demandé, lors d'une intervention sur I>télé, "une clause de conscience" si la loi venait à être votée (...).

affichecivitasouifamillenonhomofolie.jpg

11 septembre 2012

La pétition www.nonaumariagehomosexuel.com a nouveau opérationnelle malgré 2 tentatives de sabotage

Déjà deux tentatives de hacker notre pétition en ligne ! C'est la preuve que la mobilisation contre le prétendu "mariage" homosexuel dérange. Mais on ne nous fera pas taire !

Une pétition qu'il faut faire signer par tous vos amis !!!

Présente en ligne sur www.nonaumariagehomosexuel.com, cette pétition – qui bénéficie du soutien de nombreux partenaires parmi le monde associatif et la blogosphère insoumise au politiquement correct – est bien sûr également disponible en version papier.

Pour toutes les commandes de pétitions, de tracts et/ou d'autocollants, adressez-vous à notre secrétariat : 01.34.11.16.94 - secretariat@civitas-institut.com

Soutenez cette campagne ! Aidez CIVITAS à défendre la Famille !