Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 mai 2013

CIVITAS inquiète le Grand Orient de France...

26mai-fm.jpegQue l'on critique la "mariage" homosexuel, à la limite... Mais que l'on pointe du doigt l'influence de la franc-maçonnerie dans la promulgation de la loi Taubira, ça cela énerve et inquiète bien plus les frères trois points tapis dans l'ombre de leurs loges. L'Agence France Presse a fait écho aux propos de José Gulino, Grand maître du Grand Orient de France (GODF), première obédience maçonnique du pays, qui a dénoncé mardi "une montée de la violence d'extrême droite" dans "un climat dangereux", auquel "il faut mettre fin le plus tôt possible".

Dans un appel téléphonique à l'AFP, le Grand maître du GODF dénonce "les slogans anti-maçonniques lancés (dimanche) dans le cortège mené par l'Institut Civitas ".

Tout au long du parcours, les manifestants ont scandé: "Ni laïque, ni maçonnique, la France est catholique", ou "il faut sortir le Grand Orient du gouvernement", après avoir accusé les "forces occultes" de le soutenir.

C'est un "climat dangereux", s'est alarmé le Grand Maître. "Cette montée de l'obscurantisme, ces violences verbales et physiques, il faut les casser le plus vite possible. Nous devons sécuriser nos locaux, prendre des précautions, faire un travail de mémoire, redire l'Histoire.".

Il s'est également indigné de la démission du père Pascal Vesin, curé de la paroisse de Megève en Haute-Savoie, interdit par le Vatican d'exercer sa mission en raison de sa double appartenance à l'Eglise et au Grand Orient.

"J'ai l'impression", a-t-il confié, "de me retrouver au temps de l'Inquisition. Je relie cette décision à une forme d'obscurantisme médiéval, à un recul du vivre-ensemble, des valeurs humaines. Pour nous la liberté de conscience est absolue". (ndlr : On notera au passage que pour le Grand Orient, "la liberté de conscience est absolue" pour les forces de la subversion mais doit "être cassée" lorsqu'elle concerne les défenseurs de la Famille)

Pour le Grand maître du GODF, "il y a chez les hommes politiques une absence de réaction forte. Mais quand la République est en danger, il faut la préserver et la défendre".

http://www.tahiti-infos.com/Le-Grand-Orient-de-France-den...

 

29 mai 2013

La boîte de Pandore s'ouvre aujourd'hui à Montpellier

mariagehomopolygamie.jpgC'est aujourd'hui que se déroulera à Montpellier le premier "mariage" homosexuel depuis la promulgation de l'infâme loi Taubira.
Quoi qu'en pense la clique politique au pouvoir, cette célébration militante et ultra-médiatisée relève du scandale et de la parodie sordide de ce qu'est le mariage depuis la nuit des temps.
Sur base d'un prétendu droit au "mariage pour tous", la boîte de Pandore s'est ouverte et annonce à l'horizon bien d'autres revendications désastreuses. Prisonnier de sa logique contre-nature, comment le législateur pourrait-il longtemps refuser le mariage polygame ou incestueux entre personnes majeures et consentantes ?
Quant à la procréation médicalement assistée et à la gestation pour autrui, malgré toutes les dénégations du gouvernement, tout cela est déjà sur la table des négociations et seul le calendrier reste à définir pour tenter d'autoriser cette marchandisation de l'être humain, résurgence moderne de l'esclavage.
Le ministre de l'Intérieur, Manuel Vals, déclarait vendredi dernier : " à partir du moment où une loi a été votée par le parlement, qu’elle a reçu l’aval du Conseil constitutionnel, il est temps que tout le monde accepte ce choix ». 
La réplique, qui claque comme une gifle, nous la laissons à St Thomas d'Aquin : « Toute loi portée par les hommes n'a raison de loi que dans la mesure où elle découle de la loi naturelle. Si elle dévie en quelque point de la loi naturelle, ce n'est alors plus une loi mais une corruption de la loi. » (Saint Thomas d'Aquin, Somme théologique I, II, q 95, a 2). L'Eglise enseigne encore que « Si donc il arrive aux dirigeants d'édicter des lois ou de prendre des mesures contraires à (l') ordre moral et, par conséquent, à la volonté divine, ces dispositions ne peuvent obliger les consciences (…) Bien plus, en pareil cas, l'autorité cesse d'être elle-même et dégénère en oppression. »
CIVITAS continuera sans faillir à oeuvrer à obtenir l'abrogation de la loi Taubira ainsi qu'à contribuer au maintien d'une résistance déterminée face au plan subversif mené par un gouvernement révolutionnaire soumis à des forces occultes.
 
Alain Escada,
président de Civitas

28 mai 2013

Le 26 mai ou l'imitation du socialisme soviétique par le socialisme français

26mai-anehollande.jpgLe nombre
C'était écrit à l'avance, depuis plusieurs jours, notamment depuis cette rencontre entre le ministre de l'Intérieur et les dociles représentants des médias qu'il avait convoqués : dimanche 26 mai, selon la préfecture, Civitas rassemblerait 2.800 personnes et la Manif pour tous 150.000. Défense de rire, circulez, il n'y a rien à voir, tout est dit.
Les incidents
Et puisque Manuel Vals était l'auteur du scénario du roman de la journée, il était aussi stipulé qu'il y aurait des "incidents". D'ailleurs, afin d'effrayer les braves gens et de dissuader de participer à l'une ou l'autre des manifestations de dimanche, Manuel Vals s'est invité au journal télévisé de 20h sur France 2 samedi soir et a pris le ton le plus glacial pour mettre tout le monde en garde (à vue, serait-on tenté d'ajouter).
Donc, pour respecter le scénario du ministre de l'Intérieur, tout a été fait pour créer des incidents là où il n'y en avait pas. Dès le début de la journée, contrôles d'identité arbitraires, vexations et intimidations se multiplient partout : dans la rue, dans le métro, à la sortie des gares, à la terrasse de cafés,...
A l'issue de la manifestation de Civitas, vers 18h, alors que l'essentiel de la foule a déjà quitté la place de l'Opéra et que j'y termine quelques interviews, des CRS reçoivent ordre de la préfecture d'encercler 25 personnes qui discutaient paisiblement. Ces personnes seront interpellées et gardées dans un commissariat jusque 23h pour, selon la version journalistico-policière, avoir refusé d'obtempérer à un ordre de dispersion qui, bien entendu, n'a jamais existé, et pour cause puisque nous avions l'autorisation d'occuper la place de l'Opéra jusque 19h.
Ailleurs et plus tard, sur les Invalides, après la fin de la Manif pour tous, c'est le retour des barbouzes. Des policiers en civil, portant parfois des insignes nazis -caricature oblige-, jouent le rôle de "casseurs d'extrême droite" parmi les nombreux jeunes venus simplement exprimer leur légitime colère devant la promulgation d'une loi infâme. Belle mise en scène ! Plus loin, comme l'ont immortalisé des images filmées par une agence de presse et visibles sur internet, des policiers en uniforme jettent copieusement des bouteilles vides dont les éclats de verre peuvent sérieusement blesser des Français qui ont pour seul tort d'être venus défendre la Famille, socle de base de la société.
Sale besogne pour des forces de l'ordre bien moins présentes et répressives lorsqu'il s'agit de traiter les racailles qui incendient des voitures et pillent des boutiques au Trocadero.
La résistance
Mardi soir, toutes les télévisions ont montré François Hollande nous expliquer, sur un ton professoral, que le mot "résistance" est réservé à la seconde guerre mondiale et ne peut être utilisé par les défenseurs de la Famille. Mais notre président-professeur a la mémoire bien courte. Pour le seul vingtième siècle, s'il y eut la résistance au national-socialisme, il y eut aussi, jusque bien longtemps après la seconde guerre mondiale, la résistance au socialo-communisme. Est-ce parce que la république socialiste française s'inspire de plus en plus des méthodes autrefois pratiquées dans l'union des républiques socialistes soviétiques que François Hollande occulte ainsi la portée du mot "résistance" ? Le nom de Soljénitsyne lui est-il inconnu ? Les écrits de ce résistant russe vont pourtant précieusement pouvoir inspirer la nouvelle génération de résistants français. Car, dans l'esprit de Manuel Vals, du "mariage pour tous" au goulag pour tous, il n'y a qu'un pas...
 
Alain Escada,
président de CIVITAS

29 avril 2013

Revue de presse. Infiltration déontologiquement (in)correcte, marques à éviter, agressée par des gendarmes, Franc-maçonnerie toute puissante, Sommes nous des violents?, Hollande et sainte Agnès

L'infiltration journalistique est déontologiquement (in)correcte
Mur des cons. Le journaliste qui aurait révélé la liste noire du syndicat de la magistrature mêlant hommes politiques et membres de familles de victimes (Philippe Schmitt, père d'Anne-Lorraine) risque des sanctions. Le Syndicat national des journalistes (SNJ) a bien sûr apporté dimanche "son plus total soutien" au Syndicat de la Magistrature mis en cause pour son "mur des cons". Dans un communiqué, le SNJ, premier syndicat de la profession, "s'élève contre le mauvais procès fait au Syndicat de la Magistrature" qui fait "l'objet d'une attaque en règle qui concerne tout le mouvement syndical". Le SNJ "rappelle que l'utilisation d'images volées dans un lieu privé, en l'occurrence les locaux du SM, est contraire à la déontologie professionnelle la plus élémentaire".
L'infiltration de journalistes est pourtant, ces dernières années, un concept (les infiltrés sur France 2) sinon un sport militant n'épargnant pas l'intimité de la vie privée de leurs proies.

"Sommes nous des violents?"
Le bulletin des prieurés de Fabrègues et de Perpignan APOSTOL n°66 (mai 2013) s'intéresse à la question de notre rapport à la violence (violence sociale, laïcité, bon usage de la violence mise au service de la vertu de force, etc).
 
Marques à éviter

Renault, Orangina et Schweppes, Mc Donalds, Nike, La Redoute...
Ces marques et entreprises soutiennent ou acceptent la loi Taubira de dénaturation du mariage: voir la liste complète.


Agressée par deux gendarmes
Pauline*, 22 ans, agressée, insultée de « pétasse » et « salope », invitée à « fermer sa gueule » puis renversée dans les marches du métro. A lire le témoignage de cette jeune femme agressée par les forces de l'ordre alors qu'elle attendait devant le Palais Bourbon, seule et sans signe distinctif visible, ses amis pour aller manifester contre la loi Taubira. Vu sur le site de Nouvelles de France (récit+photos)

Les influences de la franc-maçonnerie sur les décisions du gouvernement Ayrault II
Morale laïque à l’école, inscription dans la Constitution des principes fondamentaux de la loi de 1905 sur la laïcité, abrogation du le régime concordataire en vigueur en Alsace- Lorraine, observatoire de la laïcité, dénaturation du mariage, légalisation de l'euthanasie... autant de propositions socialistes rédigées par les loges. Trois ministères régaliens sur quatre accueillent des ministres francs-maçons, un ratio qui n’a jamais été égalé sous la Cinquième République.
Jean-Marc Ayrault, alors maire de Nantes, a fait voter en février 2008 une subvention de 400 000 euros à son conseil municipal, sous l’intitulé « dispositions diverses à caractère budgétaire et financier ». Il s’agissait en fait de satisfaire une demande d’aide financière déposée par l’Association fraternelle d’Études sociales (AFES) qui gère les deux temples nantais accueillant les frères de la Grande Loge et du Grand Orient de France. Dans cet article d'Atlantico, on apprend également que la proportion est particulièrement élevée parmi les commissaires de police : un sur quatre au moins serait initié. 

L’athéisme politique grotesque de François Hollande

Le site internet de France 3 Haute-Normandie évoque l’inauguration du festival Normandie impressionniste, dimanche 28 avril à Rouen et suggère que François Hollande, aurait refusé de s’exprimer devant un tableau représentant une scène à caractère religieux (Le Martyre de sainte Agnès, de Joseph-Désiré Court) : « Découvrant que François Hollande devait prononcer un discours devant une immense toile représentant une scène à caractère religieux, et devant l’impossibilité technique de déplacer ce tableau à la taille XXL, les autorités avaient demandé aux employés du musée de tendre une immense bâche bleue », peut-on y lire. En décembre dernier déjà, le président de la République avait fait décrocher un portrait de l’Abbé Pierre du mur d’un centre Emmaüs où il donnait une conférence de presse. Source: Contre-info

24 avril 2013

Interview dans le Courrier de l'Ouest du responsable de France-Jeunesse-Civitas à Angers

Dans le Courrier de l'Ouest du 21 avril est paru un interview du responsable de France-Jeunesse-Civitas à Angers (49) dans le contexte de la mobilisation déterminée des étudiant(e)s angevin(e)s contre l'inique loi Taubira.

Pour lire le détail ici (ou cliquez sur l'image)

 

printemps français, civitas angers, loi taubira,

21 avril 2013

la Préfecture de police de Paris truque les vues aériennes des manifestations défavorables au gouvernement

20130327-223629.jpg

Un blogueur le soupçonnait, Technikart s’interrogeait sur les méthodes de la Préfecture de police de Paris, cette vidéo réalisée par TProd prouve, grâce au concours de spécialistes de l’image, qu’elle a bien fait retoucher les images aériennes du cortège de la manifestation contre la dénaturation du mariage du 24 mars 2013 afin de minorer son succès (plus d'un million de participants transformés, photos truquées à l'appui, en 300 000 personnes pour la police).


Source : NDF

Tricheurs et... menteurs jusqu’au bout (par Yves Daoudal)

Le 27 mars, un communiqué de la préfecture de police de Paris, amplement répercuté par les agences de presse, faisait savoir que les photos et vidéos de la police sur la manifestation du 24 mars étaient à la disposition de tout journaliste intéressé, et qu’ainsi serait mis fin à la polémique sur les chiffres, car ces documents prouvent bien qu’il y avait 300.000 manifestants, pas un de plus.

Olivier Figueras, de Présent, a donc demandé à la préfecture de police à voir les documents. Mais il s’est fait balader de poste en poste, pour finir par se retrouver bredouille.

Voilà pourquoi il n’y a pas eu de suites médiatiques au communiqué de la préfecture. Les journaux ont répercuté la vigoureuse protestation de bonne foi de la police. Et on en est resté là. Puisque la plupart des journalistes sont hostiles à la défense du mariage, et que les autres ont été rembarrés.

Le résultat final est donc qu’il n’est pas contesté qu’il y a eu 300.000 manifestants car les documents le prouvent…

C’est de l’information, si l’on veut, mais plutôt du genre démocratie populaire…

16 avril 2013

Ils veulent nous imposer une révolution sexuelle...

Livre en vente 12€ franco de port, à commander  Image d’aperçu

ou par poste Civitas, 17 rue des Chasseurs 95100 Argenteuil

Ces francs-maçons qui en sont...

fm-homos.jpgNous vous avions déjà parlé de la fraternelle de francs-maçons homosexuels dénommée Cambacérès, fondée par Jean-Paul Potard, PDG de la société de couture Jean-Paul Gaultier. On nous signale également l'existence d'une FRATERNITE ARC EN CIEL, association 1901 créée en mai 2003 à l'initiative d'un groupe de francs-maçons, homosexuels ou gayfriendly " qui ont pris la mesure de la difficulté que certains Frères ou Sœurs homosexuel(le)s avaient d'affirmer leur "différence" dans leurs Loges".  http://fratec.free.fr/presentation.htm

06 avril 2013

La loi Peillon sur l’école introduit l’enseignement de « la théorie du genre » pour les élèves à partir de 6 ans.

Mardi 19 mars, l’Assemblée nationale a adopté, en première lecture, la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République.

Le texte initial a été modifié afin d’y introduire l’enseignement de la théorie du genre. L’article 31 de cette loi qui définit les missions de l’école élémentaire a ainsi été amendé dans ce sens.

Avec cette loi, les élèves dès l’école élémentaire devront suivre une « éducation à l’égalité de genre » afin comme l’a précisé, Julie Sommaruga, député socialiste qui a présenté cet amendement «  de substituer à des catégories comme le sexe ou les différences sexuelles, qui renvoient à la biologie, le concept de genre qui lui, au contraire, montre que les différences entre les hommes et les femmes ne sont pas fondées sur la nature, mais sont historiquement construites et socialement reproduites. » Sic ! (Voir cette intervention en vidéo).

source: observatoire de la théorie du genre

art31.jpg


Rassemblons-nous devant le Sénat jusqu'au 12 avril !

Discours D'Alain Escada devant le Sénat jeudi 4 avril.

05 avril 2013

Destruction de l’église saint-Jacques d'Abbeville (80)


Le conseil municipal d’Abbeville a finalement décidé ce jeudi de détruire l’église Saint-Jacques. Les ouvriers d’Apinor, la société en charge du chantier de déconstruction, attaquent la démolition de la façade est de l’édifice religieux, après avoir éventré l’ouest. Toitures, vitraux et autres pierres sont ainsi tombées sous les assauts de la pelle mécanique.

Ce merveilleux joyau de notre patrimoine spirituel et culturel, ce témoin de notre histoire, trace d’une Foi qui a habité tout un peuple, est en train de disparaître avec ce qu’il reste, semble-t-il, de notre mémoire nationale et de nos racines chrétiennes. Derniers vestiges de ce que nous fûmes, d’un passé apparemment révolu dont le souvenir paraît s’estomper inexorablement avec le temps qui passe…

Et pendant que l’on détruit nos églises, on construit des mosquées, sous la pression d’une immigration massive, aujourd’hui de peuplement, demain de substitution…


Démolition de la façade est de l'église Saint... par courrier-picard

sources: contre info, courrier-picard, france 3 picardie.

02 avril 2013

Parent 1 et parent 2 déjà à l'université de Paris Sud

Les homosexualistes parlaient d'un vilain mensonge des opposants à la dénaturation du mariage, mais la notion de Parent 1/Parent 2 est déjà une réalité dans certaines administrations en anticipation de la loi... citons en exemple ce formulaire d'inscription à la licence Sciences et Ingénierie de l’Institut Villebon - Georges Charpak (université de Paris Sud).

18 mars 2013

Et si la Commission européenne cessait de distribuer l'argent du contribuable au lobby homosexuel?

euros3.jpegPour répondre au souci exprimé par l'UFAL et All Out, clubs du lobby laïco-homosexualiste, de bien utiliser l'argent du contribuable et de faire quelques économies, voici une troisième piste : supprimer les diverses subventions accordées à l'Association Internationale des Gays et Lesbiennes en Europe (IGLA).
J.C. von Krempach, avocat spécialisé en droit européen des droits de l’homme, s’est penché sur le mode de financement de l’Association Internationale des Gays et Lesbiennes en Europe (IGLA) et estime que la majorité des financements provient des gouvernements nationaux. Dans le blog politique Turtle Bay and Beyond, Von Kremach affirme que la plus grande partie de ces fonds provient de deux institutions : la Commission Européenne et le gouvernement des Pays-Bas.

IGLA, lobby homosexuel, s’est longtemps vu refuser le statut officiel d’ONG auprès des Nations Unies à cause de ses liens avec des groupes faisant la promotion de la pédophilie. Le comité des ONG du Conseil Economique et Social de l’ONU a plusieurs fois rejeté la demande d’accréditation de l’ILGA, jusqu’à ce que récemment le Comité Economique et Social, dominé par les Etats Européens, infirme cette décision.

Un des critères à remplir pour pouvoir prétendre à l’accréditation de l’ONU consiste à ce que « la majeure partie des financements de l’organisation provienne de contributions d’entreprises nationales, de personnes privées, ou d’autres institutions non gouvernementales ».

Me Von Krempach a découvert que durant l’année 2011, la Commission européenne, entité intergouvernementale, avait financé l’organisation à hauteur de 68% de son budget. Le gouvernement des Pays Bas aurait ajouté 50 000€ de financements gouvernementaux, les deux financements cumulés atteignant plus de 71% du budget de l’organisation. Le reste des financements proviendrait des donateurs mondialistes tels George Soros, Sigrid Rausing et d’un donateur anonyme.

Me Von Krempach a aussi examiné le budget de l’organisation pour 2012, et en a conclu que sur plus de 1,95 millions d’Euros, un million proviendrait de la Commission Européenne, et 334 000 € du gouvernement néerlandais. Notez le paradoxe de la situation : la commission européenne serait la source majoritaire des financements d’une organisation créée pour influencer la Commission elle-même ainsi que le Parlement Européen.

17 mars 2013

Italie : une école supprime la fête des Pères car « une éléve a deux mamans »

Vu sur le site de l'agence de presse indépendante NOVOpress:

lobby, homosexualiste,fête des pères,fête des mères,italie,famille,école,idéologieEn Italie, la fête des Pères est le 19 mars, jour de la Saint-Joseph. Dans beaucoup d’écoles, comme en France, les maîtresses marquent l’événement en faisant faire aux petits un dessin ou un cadeau pour leurs papas. C’était le cas, jusqu’à cette année, à la maternelle Ugo Bartolomei de Rome.

 Mais cette année, les maîtresses ont eu un cas de conscience. C’est qu’il y a dans la classe une petite fille élevée par « deux mamans », sa mère biologique et la compagne de celle-ci. N’allait-on pas « la discriminer » ? Les maîtresses ont consulté une psychologue de la municipalité qui leur a confirmé qu’il n’était pas possible de célébrer la fête des Pères. Fortes de cet avis d’expert, elles ont proposé à la réunion des parents d’élèves de supprimer à la fois la fête des Pères et celle des Mères, pour les remplacer par des « fêtes de la famille ». Devant les protestations, elles ont finalement décidé de maintenir la fête des Mères mais « d’organiser pour la Saint-Joseph une fête plus générique de la famille ».

lire la suite sur le site de NOVOPRESS

15 mars 2013

Naufrage de la revue homosexualiste Têtu revendue à un ami de François Hollande

hollandelgbt.jpegDéficit, licenciement, absence de projet éditorial, rien ne va plus au sein du magazine bobo LGBT qui, malgré les campagnes publicitaires payées par Pierre Bergé (financier du lobby homosexuel ainsi que du parti socialiste), n'a jamais trouvé ses lecteurs. Voilà donc cette presse de propagande homosexualiste passant d'un socialiste à un autre :

"Historiquement financé par Pierre Bergé, le magazine, structurellement déficitaire, a été revendu pour 1 euro symbolique  à Jean-Jacques Augier, propriétaire de Books. Cet ami et trésorier de campagne de François Hollande aurait immédiatement décidé d'un plan social, qui, selon Ozap, «prévoit la suppression sur une trentaine de salariés de 16 postes, principalement à la rédaction et au studio»."

13 mars 2013

Faisons des économies, cessons de subventionner SOS Homophobie

euros2.jpegPour répondre au souci exprimé par l'UFAL et All Out, clubs du lobby laïco-homosexualiste, de bien utiliser l'argent du contribuable et de faire quelques économies, voici une première piste : supprimer les diverses subventions accordées à SOS Homophobie.

En décembre 2012, cette association a reçu 2.000 euros de subventions exceptionnelles pour son projet "Interventions dans les établissements parisiens" alors même que le mois précédent elle perdait l'agrément du ministère de l'Education nationale pour intervenir dans les collèges et lycées suite à une décision administrative du Tribunal de Paris.

La même association reçoit chaque année 10.000 euros de la Mairie de Paris.

Vous voulez que vos impôts cessent de subventionner SOS Homophobie ? Ecrivez au Maire de Paris, c'est tout simple et ne prend que deux minutes ici !

Mettons fin au système de perfusions financières accordées au lobby homosexuel !

Diffusez ce message sur vos sites, blogs et réseaux sociaux !

Propagande pro-GPA : Le Parisien et Cie piégés par une mythomane !

lu sur le site de Nouvelles de France:

Capture-d%E2%80%99%C3%A9cran-2013-03-12-%C3%A0-17.17.48-300x201.pngLe Parisien/Aujourd’hui en France mais aussi Le Midi Libre, Le FigaroGrazia, etc. Trop contents de servir de la propagande pro-location d’utérus (« gestation pour autrui » en novlangue) à leurs lecteurs, tous ces confrères sont tombés dans le piège tendus par une femme mythomane, Raphaella, 24 ans, qui se vantait d’avoir « aidé » un couple de Français a avoir un enfant contre quelques milliers d’euros. L’on découvre aujourd’hui que ses enfants ont été confiés aux service à l’enfance et qu’elle déménage si souvent que les services sociaux n’arrivent pas à la suivre. « Ma fille est une mythomane qui croit à ses mensonges » explique sa mère à qui veut l’entendre. Pour cette raison, elle a coupé les ponts avec Raphaella en 2011. Bref, l’article de Séverine Cazes relève de la plus pure désinformation et les moutons qui l’ont suivi auraient été mieux avisés de . Dans son numéro du jour, Le Parisien regrette de s’être laissé « abusé ». La rééducation des Français encore attachés aux droits de l’enfant attendra un peu, le temps de trouver un nouveau volontaire par annonce sur Voxforte.com

source: article d' publié pour le site de Nouvelles de France

12 mars 2013

De l'argent du contribuable, de l'UFAL, d'All Out et des autres officines du lobby laïco-homosexualiste

subventions.jpegAu mois de novembre, une association de sectaires laïcistes appelée UFAL (Union des Familles Laïques) se mettait en tête de lancer une pétition destinée à mettre fin à la possibilité pour Civitas de délivrer à ses bienfaiteurs une attestation d'exonération partielle d'impôts. La priorité de l'UFAL : la traque au financement des associations de la résistance catholique. Pour l'occasion, l'UFAL a fait appel à toute la clique des "bouffeurs de curés" : gauche caviar et extrême gauche, frères trois points et lobby homosexuel, avorteurs et propagandistes de l'euthanasie,... Et en plus de quatre mois, cette triste bande a péniblement réussi à rassembler environ 9.000 signataires. Soit moins que, pour ne citer qu'un exemple, la pétition demandant d'interdire en France la milice antichrétienne Femen.
Du coup, une autre officine a pris le ralais. Cette fois, c'est All Out qui lance une pétition du même accabit. All Out est une nouvelle organisation internationale du lobby homosexuel (écrivez LGBT pour suivre la mode). Des petits dictateurs en herbe qui méritent bien le surnom de "khmers roses" et qui ont l'intention de museler toute opposition aux revendications de ce lobby homosexuel.
Bien évidemment, vous retrouvez derrière All Out quelques grosses fortunes soucieuses de propager la vision homosexualiste à travers la planète. Sur son site internet, All Out écrit : "Parmi nos fondateurs et au sein du Conseil, nous comptons quelques-uns des pionniers des communautés en ligne, comme le cofondateur d’Avaaz, l’un des plus grands mouvements en ligne au monde, comptant 10 millions de membres et travaillant dans 13 langues. Le créateur de GetUp.org, un phénomène politique australien internationalement reconnu, dénombrant plus de membres que tous les partis politiques du pays ensemble, fait également partie du Conseil."
All Out dispose d'ailleurs de budgets suffisants pour recruter des directeurs et directrices de campagnes pour les Etats-Unis, le Brésil, l'Inde, l'Afrique du Sud, les Philippines et, bien sûr, toute l'Europe. L'offre d'emploi précise : "Plusieurs postes sont disponibles pour un salaire supérieur à ceux du marché, calculé selon l’expérience, ainsi que de nombreux avantages. Nous acceptons les candidatures venues des quatre coins du monde et encourageons en particulier les femmes et les personnes de couleur à se présenter."
Bref, vous l'aurez compris, derrière All Out s'agite une haute finance décidée à saper les repères moraux à l'échelon mondial.
C'est donc un honneur pour Civitas d'être la première cible de la section française de cette officine qui sent bon le terrorisme intellectuel et qui, avec ses gros budgets, entend assècher nos petits moyens.
Faisons quand même d'emblée remarquer qu'en matière d'utilisation de l'argent du contribuable, nous ne comptons que sur ce que des contribuables qui pensent comme nous veulent bien nous accorder, à la différence de quantité d'associations, et singulièrement parmi le lobby homosexuel, qui reçoivent par l'entremise de collectivités (de la mairie à l'Etat, en passant par les conseils régionaux et les conseils généraux) des sommes plantureuses provenant de la poche de contribuables qui ne partagent en rien les objectifs de ces associations subventionnées.
Et puisque l'UFAL et All Out se soucient de l'argent du contribuable, nous leur promettons un beau feuilleton durant les prochaines semaines. De façon régulière, nous publierons quelques exemples de ces subventions. Et nous ne manquerons pas, à notre tour, de signaler au gouvernement que s'il a besoin de faire quelques économies, il y a là des pistes toutes trouvées. 

Défense de Civitas

Tribune de Vivien Hoch, chercheur en philosophie, lue sur le site Boulevard Voltaire :

drapeaufrançaiscoeurdejésus.jpegDans un papier nauséabond publié et mis en avant dans Le Plus du Nouvel Obs sous le titre « Civitas : nos impôts financent l’intégrisme et la haine. Il faut que cela cesse ! », l’auteur, manifestement un militant gauchiste, laisse transparaître sa vraie nature, celui d’un petit totalitariste haineux. Aujourd’hui, c’est Civitas qui en fait les frais : avec cette tribune et une pétition qui revendique plus de 10.000 signatures en moins de deux jours, il ne veut rien moins que d’empêcher les remises fiscales sur les dons qui lui sont alloués, affirmant que l’État n’a donc pas à financer « l’intégrisme et la haine ».

On sait déjà que les gauchistes sont fascinés par l’Institut Civitas : des chapelets, des croix, des soutanes, des jeunes filles et jeunes hommes biens peignés, des vieux cathos, bref, toute la France qu’ils détestent, qu’ils vomissent même, et qui pourtant existe encore – et même de plus en plus, à voir les chapelles traditionnelles se remplir. La stratégie consiste à les soupçonner a priori, à interpréter leur comportement de façon à les présenter comme des provocateurs, des individus qui menacent la paix de la société et dépassent les limites admises. Une phrase résume tout cela : « Devons-nous encore une fois tolérer qu’un tel déferlement d’homophobie, d’intolérance et de haine puisse se tenir devant le Sénat, symbole de notre République laïque, égalitaire et fraternelle ? »

Franchement, comment un gauchiste LGBT, qui vit et milite sous perfusion des subventions publiques, peut-il avoir l’outrecuidance de demander la suppression des remises d’impôts aux donataires de Civitas ? Sachant que Civitas est loin de toucher les millions versés quotidiennement aux milliers de satellites LGBT ou antiracistes — et même au Nouvel Obs — et que cette association fait déjà l’objet de toutes les pressions possibles et inimaginables, parce que ses adhérents osent prier dans la rue, rappeler la position du catéchisme sur l’homosexualité ou se défendre face à l’agression des Femen. Bref, parce qu’ils sont parmi les derniers de la France de la chrétienté et du bon sens, à avoir encore une once de courage.

On finit par se demander, pour reprendre les mots de l’article en question, qui donc propage « l’intolérance et la haine en toute impunité » ?

Pour lire la prose en question :

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/796728-civitas-nos-impots-financent-l-integrisme-et-la-haine-il-faut-que-cela-cesse.html

10 mars 2013

Où et comment avorter en quelques clics de souris

Lu sur le site de l'agence de presse indépendante NOVOpress:

 ouavorter.jpg

Après les bons contacts pour un dîner romantique, voyager pas cher ou trouver l’âme sœur, voici les bonnes adresses pour avorter. Le site web, Ivglesadresses.org (copie d’écran ci-dessus) vient d’être mis en ligne. Il recense tous les lieux spécialisés dans l’IVG en Ile-de-France. L’avortement industriel (220 000 par an en France) en quelques clics de souris : « Où avorter ? » propose le moteur de recherche du site web. L’initiative a été lancée par le Revho. Ce réseau militant veut « rendre accessible la méthode d’IVG médicamenteuse en ville ».

On trouve également sur le site, des informations pratiques (tarifs, remboursements…), des présentations sur les différentes méthodes d’élimination de l’enfant à naître. L’expérience pourrait être étendue à d’autres régions. La présidente de Revho et directrice du centre IVG à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), Sophie Gaudu, veut faire de ce site internet une machine de guerre contre des sites pro vie, accusés de décourager les mères voulant mettre fin à leur grossesse.

Pourtant, sur cette question, le combat est inégal. L’avortement volontaire industriel bénéficie en effet d’un soutien déterminant de la République française depuis 1975 : réseau national du planning familial ; dépénalisation de la propagande en faveur de l’avortement ; fin de l’autorisation parentale pour l’avortement des mineures ; sanction de « toute entrave ou tentative d’entrave à l’IVG » ; allongement du délai de l’IVG jusqu’à la fin de la douzième semaine de grossesse, et, à partir du 31 mars prochain, remboursement de 100 % de l’IVG par la Sécurité sociale.

source: article publié le 09/03/2013 sur le site de l'agence de presse indépendante NOVOpress