Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 mai 2012

Quand Jean-Marc Ayrault était un maire finançant l'islam au nom de la laïcité

Extrait d'un article de 2009 lorsque Jean-Marc Ayrault était maire de Nantes (via l'Observatoire de l'Islamisation) :

3790465102Allah akbar ! » (Dieu est grand !). Plusieurs dizaines de fidèles musulmans ont salué, hier après-midi, la pose symbolique de la première pierre de la future mosquée Assalam, dans le quartier Malakoff. Construit sur un terrain de 3 000 m2, entre le parc de la Roche et la régie des eaux, l'édifice comprendra deux bâtiments distincts : une mosquée pouvant accueillir jusqu'à un millier de fidèles, et un centre culturel abritant des salles de cours, une bibliothèque et des salles de réunion (...)

3910877520Le projet est porté par l'Association islamique de l'Ouest de la France (AIOF), dont l'actuelle mosquée est installée dans un ancien gymnase, quai Malakoff. Hier, son président, Abdekhakek Chadli, ne cachait pas son émotion : « Pour nous, c'est un moment très important. Cela fait dix ans qu'on attendait cela ».

L'AIOF finance la construction, estimée à 4,4 millions d'euros, en quasi-totalité, la Ville apportant 200 000 € pour le centre culturel."

15 mai 2012

Ce soir sur France 2 : quand Civitas fait peur aux fondamentalistes laïques

civitasmanif-croixetdrapeaux.jpgCe mardi 15 mai à 23h10, la chaîne de télévision France 2 diffusera un reportage de 55 minutes intitulé "Et la laïcité dans tout cela ?". Au menu, notamment un retour sur la riposte organisée par Civitas contre les spectacles blasphématoires "Golgota Picnic" et "Sur le concept du visage du fils de Dieu". Parmi les intervenants dans ce documentaire, Elisabeth Badinter et Jean-Michel Ribes en défenseurs du droit au blasphème. De l'autre côté, Alain Escada, secrétaire général de Civitas, qui a longuement répondu aux questions des reporters. Qu'en restera-t-il au montage ? On ne s'attend bien sûr pas à un reportage qui soit neutre...