Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 décembre 2012

Le PS et ses alliés dérapent à Sciences Po

Le 5 décembre 2012, à Sciences Po, le Parti Socialiste a co-organisé avec diverses associations d'extrême gauche, une conférence pour "l'égalité entre couples LGBT et hétéros". Rapidement, le masque pluraliste du parti socialiste et de ses alliés est tombé : censure, assimilation des opposants à des homophobes, comparaison osée à des nazis... petit florilège... qui rappelle au passage l'importance de CIVITAS dans l'opposition au projet de dénaturation du mariage et de la parenté...

François Hollande et le fondamentalisme laïciste

inventaires2-violences.jpgFrançois Hollande a annoncé dimanche la mise en place en 2013 d’un « Observatoire national de la laïcité » promis il y huit ans par Jacques Chirac… pour veiller à ce que la « religion de la République » soit bien partagée par tous ? L’Observatoire, a-t-il souligné, prenant fait et cause pour l’initiative de Vincent Peillon, sera chargé notamment de formuler des propositions sur la transmission de la morale publique à l’école, « pour lui donner une place digne d’elle au sein de l’école », selon un communiqué de l’Elysée.

On sait où cela peut mener. Au Québec, où la culture de mort a de l’avance et nous en dit long sur ce qui vient, une cour d’appel vient d’interdire, mardi dernier, à une école privée catholique de donner un cours spécifiquement catholique sur la religion en lui imposant de s’en tenir au programme « laïque » et « neutre » sur la culture éthique et religieuse fourni par le gouvernement de la province. La décision renverse celle des juges de première instance en affirmant que le programme n’impose pas aux professeurs de « réfuter l’enseignement de la religion catholique, mais de s’abstenir d’exprimer leur opinion ou leur croyance ». Telle est la logique exacte de la laïcité…

Le choix de la date est significatif. Le président de la République a fait cette annonce le jour anniversaire de la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat et à l’occasion de la remise des insignes d’officier de la Légion d’honneur au sociologue des religions Emile Poulat.

François Hollande « a saisi cette occasion pour rappeler que la loi de 1905 permet de répondre aux enjeux du temps présent ». Enjeux, donc problèmes et solutions… Quels seraient donc les contours de cet observatoire ? Il n’aurait pas d’intérêt pratique pour les laïcistes qui nous gouvernent si l’action ne suivait pas l’observation. La Vie cite les suggestions faites à Fait religieux par le journaliste Charles de Laubier : il y a sept ans, il imaginait déjà la mise en place d’une « autorité » dont il parle aujourd’hui en ces termes : cette autorité, selon lui « pourrait être le régulateur comme (…) le CSA pour l’audiovisuel. Elle serait chargée de veiller à ce qu’aucune religion ne soit discriminée et que les cultes ou les spiritualités derniers entrants puissent trouver leur place face aux religions historiques. Elle serait dotée d’un pouvoir d’arbitrage et de règlement de différends dans le cas des litiges entre les religions ou entre les cultes et les collectivités locales. (…) Il y a aussi tout ce qui concerne l’application de la loi de 1905 : séparation des Eglises et de l’Etat, entretien des églises, temples, mosquées, etc. Cela pourrait aller jusqu’à un pouvoir de sanction. Par exemple en cas d’abus de position dominante d’une religion puissante, de discrimination envers telle ou telle association cultuelle, d’atteinte avérée au principe de la laïcité dans la République, ou bien encore de radicalisme, de fanatisme religieux, de pratiques sectaires… Ce pouvoir de sanction pourrait s’exercer graduellement si les infractions perdurent : recommandation, avertissement, mise en demeure, amende. »

Le Parti radical de gauche (PRG), allié du PS au sein de la majorité, a immédiatement salué dimanche dans un communiqué l’initiative de François Hollande, « qui permet à la République de retrouver ses principes fondamentaux après les errements du quinquennat précédent ».

Selon le PRG, l’initiative doit aussi permettre de « préparer » l’inscription de la loi de 1905 dans la Constitution, comme l’avait promis François Hollande durant sa campagne présidentielle.

JEANNE SMITS (PRESENT)

06 décembre 2012

Narbonne : un élève menacé de sanction s’il fait le signe de la croix dans la cathédrale !

 éducation nationale,laïcisme,christianophobie,collège,visite,cathédrale saint-justvu sur NOVOpress (exclusivité):

"Un parent d’élève vient de contacter Novopress. Son fils est scolarisé en cinquième au collège Cité, place Thérèse Léon Blum à Narbonne (Aude). Sa classe devait visiter ce matin la cathédrale Saint-Just (ci-dessus) de l’ancienne cité romaine, située non loin de l’établissement scolaire. Selon notre lecteur, le professeur d’histoire qui accompagnait les jeunes « leur a précisé hier que si l’un d’entre eux faisait le signe de croix en rentrant dans la cathédrale, il récolterait trois heures de colle ».

Quand la laïcité de l’Education nationale dérape et devient antireligieuse ou plus précisément, antichrétienne ? « C’est lamentable ! Je précise que mon fils est baptisé comme la majorité des Français, nous sommes peu pratiquants, mais croyants et respectueux », témoigne notre lecteur qui ajoute : « Je trouve l’attitude de cet enseignant symptomatique de la mentalité navrante de ce corps administratif sensé instruire nos enfants. Qu’en sera-t-il quand ils visiteront une mosquée ? Leur interdira-t-on d’enlever leurs chaussures ? ».

Si vous être choqués par la menace que ce professeur aurait agitée devant ses élèves, vous pouvez joindre le collège au 04 68 90 21 56 ou au 04 68 32 11 67. Ces derniers mois, d’autres initiatives étranges ont eu lieu à Narbonne. Mais cette fois, au cœur d’un établissement catholique qui proposait à ses élèves des cours de sorcellerie et dont l’un des enseignants faisait la promotion de la théorie du Genre."

Source: publié par l'agence de presse indépendante NOVOpress le 06/12/12

04 décembre 2012

Cet antichristianisme qui se développe en France

ae-portrait souriant.pngLe Colloque pour la Vie organisé à Biarritz il y a quelques jours par Mgr Aillet a connu un traitement assez similaire à celui de la manifestation du 18 novembre organisée par CIVITAS contre le projet de loi dénaturant le mariage et la parenté. Voilà qui n'est pas un détail et qui mériterait l'attention de tous les catholiques de France.

Dans les deux cas, ces événements ont fait l'objet de provocations haineuses de la part de milieux unis par un antichristianisme primaire et viscéral qui s'accompagne d'une volonté explicite de subvertir la famille et la moralité. « Aillet, occupe-toi de ton c… », « God save the gouine », « Oui, oui, oui, à la sodomie, non, non, non, à l’inquisition ! », tels étaient les slogans de Biarritz. Parmi les porteurs de cette dernière pancarte, des hommes travestis en religieuses et des femmes affublées de cornes de diable. De quoi nous rappeler l'attaque des FEMEN dénudées, coiffe de religieuse sur la tête et inscriptions pornographiques et blasphématoires sur le corps.

Le second point commun entre ces deux événements, c'est leur traitement médiatique. Dans les deux cas, les médias n'ont que peu évoqué la réussite de mobilisation de ces événements. Quasiment tous les gros médias ont préféré, dans un cas comme dans l'autre, insister essentiellement sur les contre-manifestations, faisant la part belle aux agitateurs.

Troisième point commun : les propos de parlementaires socialistes à l'égard de ces événements. A propos de ce colloque pour la Vie, le député PS présent, Sylviane Alaux, parlait à la presse « de provocation pure et simple ». De quoi ici aussi nous souvenir des propos insultants tenus par différents ministres et parlementaires socialistes à l'égard de la manifestation du 18 novembre et de ces 20.000 participants. Et, bien sûr, jamais la moindre condamnation des provocations antichrétiennes pourtant incontestables. On se souviendra pourtant que la même famille socialiste n'avait pas manqué de dénoncer les "provocations" lorsque l'actualité s'était arrêtée sur une obscure bande-annonce -circulant uniquement sur internet- d'un film se moquant de Mahomet ou sur une caricature blessante pour les musulmans publiée dans Charlie Hebdo. Le parti socialiste confirme ainsi ce que beaucoup savaient déjà : au nom de la laïcité républicaine, il s'émeut de toute "islamophobie" tout en applaudissant chaque démonstration de "christianophobie".

Pour les fondamentalistes de la laïcité, l'ennemi c'est le christianisme. Il est essentiel que chaque catholique en prenne conscience.

Alain Escada, président de CIVITAS

Cécile Duflot s'en prend à l'Eglise catholique...

anti-christianisme.jpgA l’intention de ceux qui imaginent encore que l’équipe montée par Hollande et Ayrault n’est pas animée par des motivations idéologiques, voici Cécile Duflot. Cécile Duflot, écolo, partisane du « mariage » homosexuel, ancienne de la JOC, catho de gauche dûment remplie de ressentiment à l’égard de l’Eglise catholique en tant qu’institution, a pris à partie le cardinal-archevêque de Paris en le menaçant de réquisitionner des bâtiments « quasi vides » qui lui appartiennent… selon elle. « Je ne comprendrais pas que l’Eglise ne partage pas nos objectifs de solidarité », a-t-elle expliqué dans un entretien au Parisien.

(...) l’ensemble de la presse ou presque s’étrangle devant l’outrecuidance de Cécile Duflot qui attaque précisément l’Eglise si soucieuse d’aider les démunis, et qui est même revenue à la charge lundi soir en faisant publier par son ministère le communiqué suivant : « Au-delà de la mobilisation importante et décisive des bénévoles, des associations, parmi lesquelles les organismes cultuels et caritatifs, (…), la ministre estime qu’un effort supplémentaire doit être fourni » dans la mise à disposition de biens immobiliers. Le ton général de la presse – vu le contexte actuel – est même surprenant, aussi bien à Paris qu’en province. « La provocation Duflot », titre le Figaro, Dominique Garraud de La Charente libre dénonce « la désignation de boucs émissaires pour justifier l’impuissance publique durable face au fléau de la pauvreté extrême » comme « indigne et contre-productive ». Cette « impuissance » de l’Etat, cette volonté de désigner arbitrairement un « bouc émissaire » revient dans beaucoup de commentaires et plus d’un évoque le dossier du « mariage pour tous » pour expliquer le faux pas du ministre.

Un faux pas mis cruellement mis en scène par Jean-Marie Guénois du Figaro : « L’Eglise catholique (...) est d’ailleurs trop polie, jusqu’à se laisser parfois marcher sur les pieds et en disant merci. Elle n’a pas la culture politique de la repartie. En France en tout cas, où le souci de respect de la laïcité la paralyse derrière un mur de timidité. » (...)

JEANNE SMITS

25 novembre 2012

Castelluci: pas de bombardement du Christ à Poitiers

La pièce aux accents christianophobes "Sur le concept du visage du fils de Dieu" a été jouée deux fois cette semaine au théâtre-auditorium de Poitiers.

Pour la première fois au monde, la pièce a été amputée d'une partie de son contenu en raison d'une décision préfectorale. La Préfecture de la Vienne a en effet refusé la participation des enfants à l'une des scènes de la pièce.

Selon le metteur scène qui s'est exprimé dans un communiqué, dans cette scène "un groupe d'enfants entre en scène avec des sacs à dos et en vide le contenu composé de grenades-jouets. Ils les lancent ensuite contre le grand portrait du Salvator Mundi de Antonello de Messine". "C'est une forme de prière "ajoute Roméo Castellucci, sérieux comme un pape!

source:  POITIERS - France 3 Régions

21 novembre 2012

Laïcisme fou : la Commission européenne contre les auréoles des saints

6a00d83451619c69e2017c33cf1c51970b-320wiVu sur le Salon Beige: L’Épiscopat slovaque est outré par la position de la Commission Européenne, qui a demandé à ce que la pièce de deux euros slovaque qui présente le 1150 ème anniversaire des Saints Cyrille et Méthode, soit amputée de la croix chrétienne qui se trouve sur leurs chasubles ainsi que des auréoles.

C'est une possibilité reconnue par un règlement européen, notamment dans les cas où un État estime que le « projet de dessin est susceptible d’engendrer des réactions défavorables parmi ses citoyens ». Le P. Jozef Kovaczik, porte-parole de l’épiscopat slovaque, a déclaré :

«Il s’agit là d’un manque de respect de la tradition chrétienne européenne». «Vivons-nous réellement dans un État de droit ou dans un système totalitaire où l’on nous dicte quels attributs sont autorisés ?», «dès 1988, avant la Révolution, les fidèles slovaques ont risqué leur vie par l’annonce des œuvres et de l’enseignement des deux saints».

source: Michel Janva pour le blog du Salon Beige

13 novembre 2012

Le laïcisme est le "compagnon de lit" plus présentable du communisme

via salon Beige - Dans un billet publié en octobre sur le site de l'archevêché de Chicago, le cardinal Francis George met en garde sur un ton prophétique contre la dérive séculariste de l'Occident. Extrait de la traduction de Benoît-et-moi :

6a00d83451619c69e2017ee50c9e09970d-800wi"[...] Le communisme a imposé un mode de vie global fondé sur la croyance que Dieu n'existe pas. Le laïcisme est le compagnon de lit plus présentable du communisme. Une petite ironie de l'histoire a surgi à l'ONU il y a quelques semaines lorsque la Russie a rejoint la majorité des autres nations pour vaincre les Etats-Unis et les pays d'Europe occidentale qui voulaient déclarer que tuer l'enfant à naître devrait être un droit universel de l'homme. Qui est du mauvais côté de l'histoire, aujourd'hui?

La campagne politique actuelle a amené à la surface de notre vie publique le sentiment anti-religieux, en grande partie explicitement anti-catholique, qui grandit dans ce pays depuis plusieurs décennies. La laïcisation de notre culture est un enjeu beaucoup plus important que les causes politiques ou les résultats de la campagne électorale actuelle, aussi importants soient-ils.

M'exprimant il y a quelques années devant un groupe de prêtres, entièrement en dehors du débat politique actuel, je tentais d'exprimer de manière dramatique ce que la laïcisation complète de notre société pourrait apporter. Je répondais à une question et je n'ai jamais mis par écrit ce que j'ai dit, mais les mots ont été capturés sur un smartphone et se sont désormais répandus comme un virus sur Wikipedia et ailleurs dans le monde des communications électroniques. On me cite (à juste titre) comme disant que je m'attendais à mourir dans mon lit, que mon successeur mourrait en prison et que son successeur allait mourir en martyr sur la place publique. Ce qui est en général omis dans les rapports, c'est la phrase finale que j'ai ajouté au sujet de l'évêque qui suivrait peut-être un évêque martyr: «Son successeur ramassera les débris d'une société en ruine et lentement aidera à reconstruire une civilisation, ce que l'Église a fait si souvent dans l'histoire humaine». Ce que j'ai dit n'est pas «prophétique» mais un moyen de forcer les gens à penser en dehors des catégories habituelles qui limitent et parfois empoisonnent les discours public et privé. [...]"

"Mariage" homosexuel ? Oui, le confessionnel s'invitera de gré ou de force dans le débat

ae-téléchezmenard.jpgTribune libre d'Alain Escada publiée sur www.ndf.fr

 

Il est fréquent d'entendre dire qu'il ne faut pas faire entrer le domaine "confessionnel" dans l'opposition au "mariage" homosexuel.

A l'inverse, il arrive aussi d’entendre certains milieux catholiques considérer que, puisque seul le mariage devant Dieu compte vraiment, ils ne se battront pas pour empêcher que soit autorisé le « mariage » civil homosexuel.

Ce serait une fois de plus bien méconnaître son adversaire. En effet, il suffit d’observer l’évolution des revendications du lobby homosexuel à travers les différents pays pour constater qu’une fois le « mariage » civil homosexuel obtenu, le « mariage » religieux homosexuel est rapidement exigé.

Exemple ? Christophe Girard, militant homosexualiste et maire de IVème arrondissement de Paris (ici à à 9mn25s) :

"Je pense que les prochaines revendications viendront des hommes et des femmes homosexuels qui ont une religion, qui ont une foi et qui demanderont à leur église ou à leur temple, en tout cas à leur communauté religieuse, de célébrer des mariages religieux. Je pense que ce sera le prochain combat."

Et cette exigence sera vite… satisfaite au moins partiellement.

La méthode utilisée est simple. D’une part, le lobby homosexuel activera ses relais politiques pour menacer les autorités religieuses de poursuites judiciaires puisque celles-ci deviennent alors à leurs yeux le dernier bastion pratiquant ce qu’ils considèrent comme de la discrimination. D’autre part, il se trouvera toujours parmi le clergé des éléments propagateurs de la subversion pour prêter volontiers leur concours sacerdotal à de telles mascarades et, tous médias convoqués, prétendre sous le regard d’innombrables caméras célébrer un « mariage » religieux homosexuel au nom du « progrès ».

 

Déjà, nous pouvons remarquer l’avant-garde de ces clercs « progressistes » prompts à trahir la doctrine catholique qu’ils devraient enseigner.

 

Au premier rang, il y a l’abbé de La Morandais qui, s’exprimant sur un plateau de télévision, commença par dire qu’officiellement il était contre le « mariage » homosexuel mais conclut, ricanant, en affirmant qu’en réalité il était favorable au « mariage » homosexuel.

 

Il ne surprendra personne de retrouver également sur ce terrain l’intarissable Mgr Gaillot qui, critiquant la prière pourtant bien modérée du 15 août rédigée par Mgr Vingt-Trois, osa ces mots : « Marie est prise en otage, alors que ce droit est une avancée de la société ». La subversion à l’état pur.

 

Que vos raisons de vous opposer à la dénaturation du mariage et de la parenté soient anthropologiques, politiques et/ou religieuses,  je vous invite à participer à la manifestation nationale le dimanche 18 novembre. A partir de 14h30, nous nous rassemblerons devant le Ministère de la Famille, situé 14 avenue Duquesne, Paris 7ème. Nous marcherons ensuite vers l’Assemblée Nationale.

Cette manifestation a déjà reçu le soutien de différents mouvements : le collectif "Elus locaux pour la Famille", l'Association Catholique des Médecins et Infirmières, Les Tourtereaux, l'Association de Catholiques du Val d'Oise, l'Association Marnaise Christianisme et Société, l'AGRIF, Catholiques en Campagne, Choisir la Vie, Chrétienté Solidarité, CIVITAS, Laissez-les-Vivre, le Mouvement Catholique des Familles, OUI à la Vie, Renaissance Catholique, le Centre Charlier, Riposte Catholique, SOS Tout Petits, SOS Mamans, le collectif "NON au mariage homo", le collectif des Etudiants Angevins contre le mariage homosexuel, le collectif "Oui à la Famille, non à l'homofolie" et l'association Papa, Maman et Nous. Cette liste n'est bien sûr pas exhaustive !

Les cars se font de plus en plus nombreux pour rejoindre Paris le 18 novembre. A ce jour, il en partira des villes suivantes... En Alsace : Strasbourg. En Aquitaine : Lourdes – Pau –Domezain – Bordeaux – Bergerac – Périgueux. En Auvergne : Le Puy en Velay – Monestrol EnBretagne : Brest – Morlaix - Saint Brieuc – St Malo – Lanvallay - Guingamp – Rennes. En Bourgogne : Dijon – Mâcon. DuCentre : Tours - En Champagne : Reims - Vitry le François. En Languedoc Roussillon : Montpellier. En Limousin : Brive. En Lorraine : Nancy. En Midi Pyrénées : Montréal de l’Aude – Toulouse – Caussade. Dans le Nord : Lille. En Normandie : Caen – Rouen. En PACA : Saint Raphaël –En Pays de Loire : Angers - La Roche sur Yon – Nantes –Thouarcé. En Poitou-Charente : Poitiers – Chatellerault – En Picardie : Amiens. En Rhône Alpes : LyonSaint Etienne. En Belgique : Bruxelles. Réservez au plus vite en lignehttp://www.civitas-institut.com/content/view/807/1/... - votre place dans l'un de ces cars. La manifestation du 18 novembre DOIT être un succès. C'est pourquoi nous proposons des tarifs réduits pour permettre la venue du plus grand nombre.

06 novembre 2012

Un combat aussi confessionnel !

 

affichecivitasouifamillenonhomofolie.jpgDans un communiqué appelant à l’union mais non pas à la confusion face au danger de la dénaturation du mariage, Alain Escada (Civitas) attire l’attention à notre suite (1) sur l’incongruité qu’il y a pour les catholiques à ne s’engager dans les débats actuels dits de société que sur les seules bases de l’anthropologie :

« A eux – et à eux seuls –, les bien-pensants recommandent avec insistance un engagement “a-confessionnel” et anonyme. Dans cette bataille, au nom de l’efficacité et de “l’éthique” (?), on pourrait donc se présenter fièrement comme athée, homosexuel, de gauche, parler selon les commandements du judaïsme ou de l’islam, mais il serait malvenu, inopportun, voire incongru de souligner que les enseignements du christianisme et la loi naturelle font bon ménage. Voilà qui non seulement est étrange mais inquiétant… »

Et de citer à l’appui une tribune libre de Chantal Delsol (dans le Figaro du 20 mai 2012) qui développe à sa manière le célèbre aphorisme de Chesterton (« Otez le surnaturel, il ne reste plus que ce qui n’est pas naturel ») : « Quand la chrétienté s’efface, c’est comme si on nous retirait le sol sous les pieds : plus rien ne reste. C’est à dessein que je dis “rien”. Car l’exigence du mariage homosexuel, et de l’adoption des enfants qui va avec, est un dessein nihiliste. Non parce qu’il va contre la “nature”. Mais parce que, par principe, il refuse de débattre sur la question des limites : tout ce que je veux, et tout de suite, et quelles qu’en soient plus tard les conséquences. »

Quand, dans le débat, le naturel ne s’appuie plus sur le surnaturel, même l’anthropologie la mieux construite et défendue devient vulnérable et risque très vite de s’adosser très démocratiquement sur l’arbitraire d’une éthique séculière (2) : « Lorsque plus rien n’arrête le désir, ni la religion ni la tradition, ni aucune sagesse plus haute, alors les dégâts ne sont pas loin. Nos contemporains, d’ailleurs, le savent bien, puisque dans tous les autres domaines ils militent contre la loi du désir tout-puissant : face à l’environnement, face à l’économie… Pourquoi faudrait-il limiter nos caprices dans le but de protéger l’avenir des forêts ou celui des salariés, et non de protéger l’avenir de la famille ? » (Chantal Delsol)

De la notion de justice immanente (induite à géométrie variable), on en revient alors à celle du châtiment divin, qu’ont si peur d’évoquer aussi nos « bien-pensants a-confessionnels ». Ils sont par exemple choqués des propos de la Vierge immaculée lors de ses apparitions : « Je ne peux plus retenir le bras de mon Fils… » C’est oublier, commentait Gustave Thibon à propos du message de Notre Dame de la Salette, que les menaces de Dieu ne sont que des promesses retournées dans la mesure où les hommes ferment leur cœur à sa grâce : « Le premier refus vient de nous. Cette main de Dieu qui nous frappe, c’est la main miséricordieuse, pleine de dons, préparés pour nous de toute éternité, et que nous contraignons, par notre indifférence, à se refermer sur ses présents. Dieu n’a pas même à nous punir positivement : il suffit qu’il se détourne de nous pour qu’abandonnés à la pesanteur du péché nous roulions fatalement au fond de l’abîme. »

Comme le laboureur

Le philosophe du « retour au réel » méditait sur le fait que Marie s’adressait à deux enfants de la terre (Maximin et Mélanie) et était d’autant plus audible pour un monde paysan : « Le message de la Vierge pourrait être résumé dans ces simples mots : Si vous ne cherchez le ciel, vous perdrez la terre. Et cet avertissement s’applique à nous mieux qu’à personne. Courbé vers la terre par son travail, le paysan court toujours le risque de s’enliser dans la terre… Ces fruits du sol, ces biens charnels obtenus au prix d’un si dur labeur, il est toujours tenté de s’en faire des idoles et d’oublier que Dieu, suivant le mot de Mistral, “travaille de moitié avec lui”. Marie est descendue du ciel pour lui rappeler, en parlant sa propre langue, que le réalisme de la terre, s’il n’est pas prolongé et couronné par la prière, aboutit tôt ou tard à la ruine de l’homme. »

Commentant la cinquième épître de saint Jacques qui prend en exemple le laboureur (Jc 5, 7-8), Benoît XVI ne disait pas autre chose dans son Angélus du 12 décembre 2010 : « L’agriculteur est le modèle d’une mentalité qui unit de façon équilibrée foi et raison, parce que d’une part il connaît les lois de la nature et il accomplit bien son travail, et de l’autre, il se confie dans la Providence, parce que certaines choses fondamentales ne sont pas entre ses mains, mais dans les mains de Dieu. La constance et la patience sont justement la synthèse entre l’engagement humain et la confiance en Dieu. »

Quoiqu’en pensent nos évêques d’hier (3) et trop encore d’aujourd’hui, il n’y a pas contradiction ni opposition entre ce que le paysan demande à l’engrais (de préférence naturel !) et ce qu’il demande dans la prière des Rogations, entre les causes secondaires et les causes premières, entre le naturel et le surnaturel. De même, ce que l’homme demande avec raison à l’anthropologie fondée sur la science et la loi naturelle n’est pas exclusif de ce qu’il demande au Dieu d’Amour dans un appel qui n’est pas « étroitement confessionnel » (Mgr Ricard). Car, même s’il est reçu comme cela par nos contemporains, loin de défendre « un pré carré » ou « des privilèges » confessionnels (Mgr Vingt-Trois), ce rappel religieux vaut objectivement pour la terre entière, tout aussi universellement que le rappel de la loi naturelle qu’il authentifie, conforte et valide de manière confessionnelle, surnaturelle, sous le mode de la foi, par la voie d’une Révélation historique qui a tout de même fait ses preuves apologétiques !

Distinguer pour unir : la grâce n’abolit pas la nature mais la conforte et l’achève universellement. On aurait bien tort de s’en priver, a fortiori lorsqu’on est évêque. Concluons avec Thibon : « A celui qui cherche Dieu, tout sera donné par surcroît, mais à celui qui n’a rien (c’est-à-dire qui n’a que la terre), on enlèvera ce qu’il a. Marie est venue apprendre aux paysans que les racines ne restent vivantes que si leur adhérence à la terre s’unit à l’élan de la tige vers le ciel. »

(1) Cf. Présent d’hier et de samedi, des 24, 17 et 10 octobre, des 25, 19 et 18 septembre.

(2) Comme le Comité d’éthique nous en a fait la démonstration, notamment avec le P. Bruguès : cf. Livre noir des évêques, p. 129.

(3) Cf. leur fameuse « déclaration doctrinale » de 1969 : nous y reviendrons.

REMI FONTAINE

Affiche18 novembre.png

27 personnalités pro-vie, dont Alain Escada, président de Civitas, sur liste noire

blacklist.jpgIl s’agit d’un document confidentiel, que vous ne trouverez pas sur Internet. Intitulé Top 27 European Anti-choice Personalities (Liste des 27 personnalités européennes “anti-choix” NDR), un puissant groupe de pression européen en faveur de l’avortement, l’EPF (European Parliamentary Forum on Population an Development) a fiché les principaux opposants au sécularisme en Europe. “Anti-choix” signifie “pro-vie”. Ceux qui sont en faveur du choix (Pro-choice) sont les partisans de l’avortement et de toute forme de relation sexuelle non reproductive, à commencer par les relations homosexuelles.

Ceux qui sont opposés au “choix” défendent la vie, la famille et le droit naturel contre les idéologies anti-natalistes et relativistes. La liste noire comprend 27 “personnalités” de dix pays européens, dont le Parlementaire européen slovaque Anna Zaborska, le responsable des Associations européennes Tradition, Famille, Propriété, Caio Xavier da Silveira, le Duc Paul von Oldenburg, représentant de la Fédération Pro-Europa Christiana de Bruxelles, les italiens Luigi Coda Nunziante, Président de l’Association Famiglia Domani (Famille demain NDT), le Pr. Roberto de Mattei, Président de la Fondation Lepanto, et Luca Volonté, membre de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

Pour la France sont dans la liste : le Président de la Fondation Jérôme Lejeune, Jean-Marie Le Mané ; le Président de l’Institut Civitas, Alain Escada ; le directeur général de ECLJ (European Center for Law and Justice), Grégor Puppinck ; Elisabeth Montfort, ex parlementaire européen ; Catherine Vierling, assistante parlementaire. Chacun des 27 personnages en question est présenté à l’aide d’un curriculum accompagné d’une photo, comme cela est d’usage pour les avis de recherche concernant des malfaiteurs. Il ne manque que l’adresse pour mieux pouvoir les localiser et les frapper. Ici, en effet, ce ne sont pas les idées qui sont en question mais la liberté de les exprimer.

Quiconque représente un obstacle au sécularisme mérite d’être isolé et mis au ban. D’abord moralement puis juridiquement et peut-être également physiquement parce que ce type de liste de proscription alimente la haine idéologique ad personam. Il s’agit de la énième démonstration de la “dictature du relativisme” qui réclame la liberté pour tout et tous mais cherche à suffoquer par tous les moyens la voix de ceux qui s’opposent à la dégradation morale contemporaine. L’EPF fait partie de ces “pouvoirs forts” qui, grâce à d’énormes ressources financières et à une diffusion capillaire, créent le “consensus” médiatique et politique.

Il s’agit d’une organisation ayant son siège à Bruxelles, qui accueille des membres de différents parlements et se trouve présidée par le vice-président de la Chambre des Députés de Géorgie, George Tsereteli. Son programme se résume dans la Charte des droits sexuels et reproductifs approuvée en 1995 par la International Planned Parenthood Federation, fondée par l’eugéniste Margaret Sanger, dans « le but de promouvoir le contrôle des naissances, (c’est-à-dire) de créer une race de pur-sang ». Les droits reproductifs, qui sont en réalité les droits à ne pas se reproduire, s’expriment dans la revendication d’une liberté sexuelle absolue devant être atteinte par le biais de vastes campagnes d’éducation à la contraception et à l’avortement, jusqu’à la stérilisation de masse.

L’EPF, qui est la longa manus de la International Planned Parenthood Federation, est financée par les institutions publiques européennes et par de riches fondations privées. Est en effet notoire par exemple l’engagement en faveur de la diffusion du sécularisme du spéculateur international George Soros et de la Fondation Bill et Melinda Gates qui, en juillet 2012, a promu une gigantesque collecte de fonds afin d’assurer l’accès à la contraception des femmes pauvres du monde entier. Parmi les associations liées à l’EPF se trouvent également les Catholics for a Free Choice (CFFC, catholiques pour le libre choix), partisans d’une « théologie favorable à l’avortement » qui furent les promoteurs de la campagne lancée en 2000 visant à expulser le Saint-Siège des Nations unies. Aujourd’hui, les défenseurs de la vie et de la famille sont pris pour cible. Pour eux toutefois, cette “liste noire” est un motif de fierté. (V. R./Correspondance Européenne)

23 octobre 2012

ces lieux de culte occupés avec le soutien tacite des politiques

génération identitaire,occupations,église,loi pelven,indignation,pussy riot,act up,notre-dame,die-in

Eglises et cathédrales sont fréquemment les cibles d'activistes. D'Act up aux Pussy Riot, ils sont nombreux à défiler dans ces lieux consacrés (et en activité) pour faire entendre leurs revendications catégorielles sans pour autant faire l'objet d'une quelconque indignation médiaticopolitique (bien au contraire...). Dommage.

Pour mémoire et à titre d'exemple, Act-up-Paris reçoit chaque année 302 354 euros des ministères,  45 000 euros de la région Ile-de-France, 11 088 euros du Cnasea, 131 500 euros de laboratoires pharmaceutiques, 100 000 euros de la Fondation Pierre Bergé (chiffres 2009).

Avec ce budget rondelet, ces extrêmistes ont occupé les tours de la cathédrale Notre-Dame de Paris en 1989 pour déployer une banderole, ont interrompu l'office de la Toussaint dans cette même cathédrale en 1991, sont rentrés dans Notre-Dame après la messe dominicale pour "célébrer" un simulacre de mariage gay le 5 juin 2005 et ont organisé en 2009 un die-in devant les portes de Notre-Dame. 

17 octobre 2012

La gauche laïciste est pour le financement public de la formation des imams

Le ministre de l'intérieur, membre d'un gouvernement socialiste qui veut inscrire la sacrosainte laïcité dans la constitution française, souhaite dans le même temps un financement public de la formation des imams...cherchez l'erreur.

Manuel Carlos Valls a déclaré sur France Inter vouloir être un acteur de l'islamisation de la France, avec "des financements publics" et cela..."pour le bien commun"!

"Je veux aider l’islam de France à se construire et à traiter des questions du financement des mosquées, de la viande halal, de la formation des imams, des carrés musulmans, comme des pèlerinages à la Mecque, voilà les points qu’il faut traiter et moi j’appelle chacun à sa responsabilité, à ne pas se diviser et à travailler pour le bien commun."

"Nous nous retrouvons ensemble avec les représentants du culte musulman notamment pour traiter de l’avenir de la fondation des œuvres de l’islam qui doit permettre à travers des financements publics ou privés de traiter la question de la formation des imams."

06 octobre 2012

Laïcité: les futurs avocats doivent étudier le Coran à l'Université de Créteil

Cette semaine, à l’Université de Créteil, pour passer son examen pour devenir avocate, une étudiante en droit aurait été obligée d’étudier le Coran.

Ce document est le scan de l’épreuve organisée par l’institut d’études judiciaires, l’organisme qui prépare les étudiants en fin d’études de droit.

avocatscreteil.jpg

Université de Créteil : les futurs avocats forcés à étudier le Coran ? Il a été demandé à l’étudiante de rédiger une note de synthèse de 4 à 5 pages, « à l’aide des documents suivants » :
  • 2ème sourate du Coran (al Baqarah, verset 275)
  • Les sukuk : aspects de droit français et de droit musulman.
  • La prise en compte des déterminants religieux dans la relation bancaire.
  • Le cadre juridique des opérations de crédit islamique.
  • Regards pragmatiques sur la finance islamique.
  • Conditions d’agrément d’un organisme de placement collectif en valeurs mobilières islamique.
  • Le compte de dépôt et la finance islamique.
  • Les principes de la finance islamique : présentation et illustration.
  • Fiducie et finance Islamique, censure formelle du Conseil constitutionnel.
  • Les Echos du 6 septembre 2011 : Paris n’est pas devenu le hub de la finance islamique.

Source : Dreuz.info

05 octobre 2012

la ville de Toulouse retire une oeuvre jugée blasphématoire par certains musulmans

NDLR: Même si l'objectif était pourtant de mettre en valeur certains versets du Coran en pleine ville (en toute laïcité bien sûr!), pour une oeuvre mal perçue par certains musulmans, les pouvoirs publics censurent pleutrement "dans un souci d’apaisement”.

Par contre s'il s'agit d'une oeuvre contemporaine volontairement blasphématoire heurtant les chrétiens, qu'elle trempe un crucifix dans de l'urine (Piss Christ) ou réfléchisse, dans un décor scatologique, au Concept du visage du Christ bombardé de grenades factices par des petits enfants, les pouvoirs publics font la sourde oreille. Deux poids, deux mesures...

 toulouse.jpg

Novopress/bulletin de réinformation: "Toulouse : en faisant la promotion de l’Islam, l’artiste se fait éjecter par… l’Islam"

Il avait voulu faire connaitre des versets du Coran au plus grand nombre avec l’appui des organisateurs du festival « Printemps de septembre » à Toulouse, mal leur en a pris.

Sur pression d’une délégation de représentants musulmans sur la préfecture et la mairie, les organisateurs du « Printemps de septembre », festival d’art contemporain de Toulouse, ont annoncé mercredi le retrait d’une œuvre de l’artiste marocain Mounir Fatmi. Cette œuvre consistait en la projection de versets du coran sur le tablier d’un des ponts de la ville.

Le dispositif, prévu par l’artiste, pour empêcher les piétons de marcher sur l’œuvre, n’a malencontreusement pas fonctionné. Résultat : des badauds ont marché sur le coran et les hadiths, au grand dam, voire au grand ramdam, des musulmans présents à ce moment-là sur les lieux. Des dizaines de personnes venues des quartiers “sensibles” et appelées en renfort (soixante à quatre-vingts selon les forces de l’ordre) ont évacué manu militari les “blasphémateurs” inconscients hors des saintes projections de lumière. Une jeune femme a même été giflée pour avoir malencontreusement mis le pied dessus.

D’après un compte-rendu de police qui nous a été communiqué il n’y a pas eu d’interpellations : “L’auteur des coups Mme Be* Il* née le 12/0*/197* à Monstanem dt **** rue C****** à Toulouse n’est pas interpellée dans un souci d’apaisement”.

Libération Next rapporte que l’historien d’art et directeur artistique du “Printemps de septembre”, Paul Ardenne, a déclaré  «Il est toujours bon de constater que la liberté d’expression se jauge à l’échelle des réalités »

Source: article publié sur le site de l'agence de presse indépendante NOVOpress le 5 octobre 2012

01 octobre 2012

L’archevêque de Bordeaux inquiet devant la « laïcisation de l’espace public »

Vu sur infos-Bordeaux:

franc-maçonnerie,laïcisme,cardinal jean-pierre ricard,centre saint-louis,conseil français du culte musulman,marche pour la vie,bordeauxÀ l’occasion d’une conférence sur la laïcité prononcée le jeudi 27 septembre au Centre Saint-Louis, à Rome, le cardinal Jean-Pierre Ricard a tenu à réagir au débat qui secoue actuellement la société.

Celui-ci a dénoncé « le glissement qui s’opère depuis une dizaine d’années d’une laïcité de l’Etat à une laïcité de la société ».  Pour l’archevêque de Bordeaux,  « ce glissement paraît indu. C’est l’Etat qui est laïc, ce n’est pas la société ».

Le Cardinal bordelais y dénonce la mainmise des autorités publiques sur la construction de l’islam en France : « Les représentants de l’Etat ont souhaité se donner des interlocuteurs qualifiés et ont aidé à la mise en place d’une structure religieuse nationale : le Conseil français du Culte Musulman.  Avouez que nous sommes assez loin ici d’une conception de la laïcité pensée en termes de séparation rigoureuse ! »

Taclant la franc-maçonnerie dans la résurgence d’une « vieille laïcité de combat », celui-ci s’insurge contre le refus d’une expression publique des religions citant notamment la proposition de supprimer des jours fériés chrétiens.

Mgr Ricard cible également l’opposition de certains courants de gauche aux traditionnelles marches pour la Vie : « Il en va de même des manifestations publiques organisées par des catholiques, en particulier des marches pour la défense de la vie. Si ces manifestations sont pacifiques et ne troublent pas l’ordre public, pourquoi certains groupes voudraient-ils les faire interdire ou les empêcher de se dérouler normalement ? L’expression dans l’espace public serait-il sélectif : pourquoi applaudir une Gay Pride et combattre un autre type de manifestation ? »

Pour le cardinal Ricard, cette tension s’explique par l’apparition de l’islam dans l’espace public. En effet, « pour éviter de donner l’impression d’une discrimination religieuse vis-à-vis d’une religion, on prendra une mesure qui touchera toutes les religions, pour ne pas faire – dit-on – de discrimination envers une religion (par exemple l’interdiction de tout signe ostentatoire dans l’espace scolaire) ».

Source: article publié sur le site d'information Infos Bordeaux le 28/09/2012

photo: Jacques Berset pour kipa/apic

22 septembre 2012

croisade laïciste: la croix du cimetière de Brou est sciée

Ainsi, la ville de Broue (Eure-et-Loir) a fait scier une croix décorant le portail du cimetière de la commune, à la demande d’une conseillère  qui avait affirmé que « le cimetière étant un bâtiment public, il ne devrait pas y avoir de signes religieux ». C’est “au nom de la tolérance” (sic) que le maire a accédé à cette demande…

Il est intéressant de noter que le maire, le bien nommé Philippe Masson (membre du très maçonnique Parti radical valoisien), a agi sur la proposition d’une élue de l’opposition de gauche, Marie Scheffer-Arth.[...]

source: publié le 22/09/2012 sur le site contre-info

16 septembre 2012

Le professeur agressé met en cause « la catholaïcité »

Incroyable! Même après un passage à tabac, le professeur récite avec succès le catéchisme laïciste et antichrétien:

timthumb.php.jpgLe professeur violemment agressé par un de ses élèves d’origine marocaine (Marouane) au lycée Trégey de Bordeaux-Bastide a été interviewé par nos confrères du Nouvel Observateur.

Christophe Varagnac, qui se définit comme « libre penseur », loin de mettre en cause les problèmes créés par la présence d’une immigration de masse, rejette au contraire la faute sur l’identité française : « Ce dont on doit débattre, c’est la manière dont on applique la laïcité en tenant compte des évolutions contemporaines. Or on applique en France la « catholaïcité », pas la laïcité. Il n’y a qu’à voir le calendrier de l’Education nationale calqué sur les fêtes chrétiennes. Je ne vois pas non plus pourquoi on met des sapins de Noël dans les établissements scolaires ».

Non seulement Christophe Varagnac récite parfaitement son bréviaire du politiquement correct, mais selon lui, la France doit s’adapter aux « évolution contemporaines » en reniant son identité chrétienne, au profit d’un islam, dont il faudrait « intégrer à la formation pour que tous les professeurs aient les connaissances de base » !

source: Infos Bordeaux

Conclusion de cette histoire: c'est la faute des sapins de Noël!

13 septembre 2012

Profanations : l'indignation à sens unique des politiques est de plus en plus mal perçue

"S'attaquer à une religion, c'est s'attaquer à la République". C'est ce qu'a déclaré Manuel Valls, suite à la découverte d'excréments devant la mosquée de Limoges.

En revanche, il n'a rien déclaré suite à la profanation d'une église d'Indre-et-Loire. « La porte de la sacristie était ouverte, explique un paroissien. La porte du tabernacle avait été arrachée, tout était saccagé à l’intérieur. Dans la sacristie, tout était sens dessus dessous ». Le ciboire, les hosties et différents objets ont été volés dans le tabernacle.

Faut-il en conclure que la France est déjà une République islamique ?

source: Michel Janva pour le salon beige, Jean-Patrick Grumberg pour dreuz.info.

28 août 2012

"Mariage" homosexuel : la riposte pourra prendre diverses formes

affichecivitasnonaumariagehomo2.jpgUne idée fait son chemin et mérite d'être soutenue et encouragée. Si le "mariage" homosexuel devait être voté par le législateur, c'est le sens même du mariage qui serait dénaturé. Dans ce cas, il serait temps de célébrer les mariages religieux avant les mariages civils (ce qui est contraire au droit français). La loi oblige les futurs mariés à passer à la mairie avant d'aller à l'église. L'Eglise, en s'en affranchissant, ferait acte de vérité.