Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 juillet 2012

Dans 20 jours: session d'été CIVITAS...

...PENSEZ AUX INSCRIPTIONS

formation,amitié,session,civitas

Château de COULOUTRE (Nièvre)-"La Croix, le glaive et le bouclier" Comment nous organiser, dans une société déchristianisée, pour à la fois faire entendre la voix des catholiques dans le débat public (mariage homosexuel, euthanasie, avortement,...) et amorcer la mise en place d'îlots de Chrétienté ?
Conférences - Témoignages - Exercices pratiques - Entraînement à l'interview - détente et camaraderie - ambiance catholique


pour plus d'information

A titre d'exemple, voici un diaporama suite à la session de 2010:

07 juillet 2012

Civitas (Alain Escada) à "ça vous regarde": non au "mariage" homosexuel

La Chaine Parlementaire Assemblée nationale a organisé un grand événement spécial se déroulant au cœur de l'Assemblée Nationale, jeudi 5 juillet 2012, pour revenir sur la situation des couples homosexuels en France aujourd'hui.

Alain Escada, président de l'institut CIVITAS, était l'invité de l'émission-débat d'Arnaud Ardoin ''Ca vous regarde" - spécial "couples homos, bientôt mariés?" face à Annick Lepetit, député PS de Paris, Emmanuel Blanc, président de Gaylib, et Serge portelli, auteur d'un livre en faveur de l'homoparentalité. Un débat très animé !

Du "mariage" homo à la polygamie : Ivan Rioufol confirme l'argumentation de Civitas

affichecivitasnonaumariagehomo2.jpgExtrait de la chronique d'Ivan Rioufol dans Le Figaro du 6 juillet :

"Le mariage homosexuel et le droit à l'adoption « sans discrimination » , confirmés par Ayrault pour le premier semestre 2013, sont les marqueurs sociétaux de cet emballement progressiste qui annonce la régression. Il s'enivre du mouvement perpétuel, sans égard pour ce qu'il bouscule. Ce modernisme autoproclamé déconstruit tout ce qui lui tombe sous la main, au nom du changement, du relativisme, de l'égalitarisme. La famille est une institution qui, parce qu'elle-même a plutôt résisté aux démolisseurs, est vue comme une provocation par le militantisme homosexuel.

Ainsi procèdent les nouveaux communautarismes, qu'ils soient sexuels, ethniques ou religieux, sans rencontrer d'obstacles à leurs revendications. Il est vrai que ceux qui contestent leur statut de victimes et leurs exigences de « respect » s'exposent aux accusations d'homophobie, de xénophobie ou d'islamophobie : des procédés liberticides mis au service de la tyrannie des minorités et s'appuyant sur l'ancienne dialectique de la dictature du prolétariat. Le ressort totalitaire est le même.

Une fois le mariage homosexuel adopté (en attendant la filiation artificielle qui s'en suivra), qu'est-ce qui interdirait de réclamer la légalisation de la polygamie, au nom du même principe de l'égalité et de la non-discrimination des minorités ? Quand les militants gays font valoir que les moeurs ne sont plus en adéquation avec la rigidité de la loi, des islamistes peuvent en dire tout autant en faisant remarquer que des foyers à plusieurs épouses sont aussi devenus une réalité dans les cités. Déjà, ce même « sentiment d'équité » vient d'inciter l'association des directeurs des ressources humaines à proposer, en présence du ministre du Travail, Michel Sapin, la suppression de trois jours fériés d'origine chrétienne (Pentecôte, Ascension, 15 août) pour les offrir à d'autres religions et singulièrement à l'islam. Cette mise à l'encan de la mémoire nationale n'augure rien de bon pour la préservation de l'identité de la France, si personne ne vient s'opposer au processus enclenché de la table rase."

06 juillet 2012

"Mariage" homosexuel : Alain Escada en débat hier soir sur LCP

lcp-logo.jpgHier soir, en prime time, les invités de l'émission Ca vous regarde, présentée par Arnaud Ardoin et diffusée sur LCP en partenariat avec leJDD.fr, ont débattu de la question du "mariage" homosexuel.  Alain Escada, président de l'Institut Civitas, s'est trouvé face à Annick Lepetit, député PS de Paris, à Emmanuel Blanc, président de Gaylib, à Serge Portelli, juriste et auteur d'un livre favorable à l'homoparentalité, ainsi qu'à un internaute militant homosexuel. Un débat à 1 contre 4 qui fut très animé. 
L'enregistrement de l'émission sera très bientôt mis en ligne ici-même.

03 juillet 2012

La majorité des Français est contre le "mariage" homosexuel

affichecivitasnonaumariagehomo1.jpgLe site internet du Figaro organisait ce week-end un sondage portant sur la question suivante : Faut-il autoriser le mariage homosexuel ? Le NON l'a emporté à 70,42 % sur un total de 80.157 votants.
Ce sondage confirme celui réalisé a peu près au même moment sur le site de bfmtv qui donnait le NON à 68% sur un peu plus de 8.000 votants.
Un résultat aux antipodes de la propagande véhiculée par le lobby homosexuel qui affirme que les Français seraient favorables au "mariage" homosexuel.
Au fait, PS et LGBT oseraient-ils soumettre cette question aux Français par la voie d'un référendum ?
Aidez CIVITAS ! Participez à la campagne NON au "mariage" homosexuel !
 
Pour passer commande d'autocollants : http://www.civitas-institut.com/content/view/782/1/...

02 juillet 2012

LGBT, les pros de l'intox

affichecivitasnonaumariagehomo1.jpgTrois exemples de la propagande mensongère du lobby homosexuel :

"Il y a 300.000 familles homoparentales en France". C'est FAUX.

Il s'agit d'une affirmation sans fondement visant à faire reprendre par les médias un chiffre mensonger dans le but de banaliser l'idée d'une "famille" homoparentale.

"63 % des Français sont favorables au mariage entre homos". C'est FAUX.

Le sondage réalisé sur le site bfmtv ce samedi 30 juin donnait un résultat radicalement inverse avec 68 % des Français opposés au "mariage" homosexuel (sur plus de 8.000 votants).

"500.000 participants à la Marche LGBT de Paris". C'est FAUX.

Selon la police, cette gay pride aurait rassemblé 60.000 personnes. Un chiffre qui est déjà très complaisant. Et il faut encore préciser qu'une bonne partie d'entre-eux ne sont pas homosexuels mais sont venus là comme ils vont à une techno-parade ou à une fête de l'Humanité.

 

Rejoignez Civitas et participez avec nous à une vaste campagne nationale.

. Le lobby homosexuel veut échapper à tout vrai débat en taxant d'homophobe quiconque s'oppose à ses revendications les plus folles. Avec Civitas, libérons la parole des Français !

. Le lobby homosexuel veut obtenir l'inversion des normes. Avec Civitas, défendons la nature réelle de la famille et du mariage.

. Le lobby homosexuel revendique le droit à l'enfant. Avec Civitas, défendons le droit de l'enfant à être élevé par un père et une mère.

 

Le lobby homosexuel s'impatiente et s'inquiète. C'est le moment d'aider Civitas à organiser la riposte !

"Mais si, pour les manifestants LGBT, cela presse autant, c'est une question de stratégie. Pas question de laisser trop de temps aux opposants pour organiser une contre-offensive. D'autant que certains fourbissent déjà leurs armes, comme l'institut Civitas (...) qui a lancé cette semaine une "campagne de lobbying", assurant qu'elle "ira crescendo contre le mariage homo"." (extrait d'un article publié sur le site du journal Libération le 30 juin)

 

Pour passer commande d'autocollants : http://www.civitas-institut.com/content/view/782/1/

Contre le "mariage" homosexuel : Alain Escada sur Europe 1 et France Inter

affichecivitasnonaumariagehomo2.jpgSamedi soir et dimanche matin, au cours des infos diffusées par Europe 1, Alain Escada s'exprimait au nom de Civitas contre les projets de "mariage" et d'adoption d'enfants revendiqués par le lobby sexuel avec le soutien du parti socialiste.

Quelques jours auparavant, c'est sur France Inter qu'il était possible d'écouter Alain Escada sur le même sujet.

29 juin 2012

La campagne de Civitas contre le "mariage" homosexuel relayée dans le journal "Libération"

affichecivitasnonaumariagehomo2.jpgLe journal Libération de ce matin consacre un article à la campagne entamée par Civitas contre le "mariage" homosexuel. Sous le titre "Mariage gay : Civitas s'invite à la noce", la journaliste souligne que Civitas "fait pression pour que l'épiscopat catholique monte au créneau".

"(...) Pour être visible, Civitas, qui s'est fait connaître en organisant à l'automne les bruyantes manifestations contre deux pièces de théâtre, Sur le concept du visage du fils de Dieu et Golgota Picnic, distribue largement des milliers d'autocollants, flirtant avec l'islamophobie et l'homophobie. Le premier affirme : "Aujourd'hui, le mariage homo, demain la polygamie. Stop !" Montrant deux hommes fesses nues défilant lors d'une Gay Pride, le second interroge : "Confieriez-vous des enfants à ces gens-là ?" (...) Dès la rentrée, Civitas va accentuer sa mobilisation en organisant des réunions publiques contre le mariage gay. (...) Alain Escada affirme avoir déjà élargi sa base après les manifestations orchestrées à l'automne contre deux pièces de théâtre, de son point de vue blasphématoires et antichrétiennes. "Nous avons des retours très encourageants concernant notre nouvelle campagne", affirme-t-il.

Crainte. De fait, le discours de Civitas peut porter auprès des jeunes générations de catholiques pratiquants. (...) Dans sa campagne contre le mariage homosexuel, Civitas surfe habilement sur une crainte de plus en plus répandue de l'islamisation des sociétés européennes."

Pour passer commande d'autocollants : http://www.civitas-institut.com/content/view/782/1/

26 juin 2012

Impatience et inquiétude du lobby homosexuel

non au mariage homosexuel,non à l'adoption d'enfants par les duos homosexuels,lobby homosexuel,riposte catholique,civitas,alain escadaSi quasiment chaque grande ville de France connaît en cette saison l'indécence d'une gay pride, il faut remarquer dans les propos des organisateurs une tendance de plus en plus fréquente à évoquer à la fois leur impatience et leur inquiétude. Qu'en est-il ?
 
1er constat. Contrairement aux apparences, la France n'a pas basculé à gauche.
Certes, l'Elysée, le Sénat, l'Assemblée nationale et les régions sont aux mains de la gauche, mais dans un pays dont, paradoxalement, la majorité des électeurs penche à droite, selon une parfaite illustration de l'opposition entre le pays légal et le pays réel.
Si l'appareil socialiste est en mesure d'imposer la moindre de ses fantaisies par la voie des assemblées politiques qu'il domine, cela ne se fera pas sans le risque sérieux de voir descendre dans la rue une opposition déterminée.
 
2ème constat. Le "mariage" homosexuel et l'adoption d'enfants par les duos homosexuels sont loin de faire l'unanimité à gauche.
Parmi les conseillers du parti socialiste, on rappelle avec insistance que les milieux populaires sont même franchement hostiles à ces mesures.
Sans oublier que, même parmi les candidats PS, certains, comme à Mayotte, ont affiché publiquement toute leur défiance à l'égard de tels projets contre-nature.
 
3ème constat. Malgré tous les gonflements artificiels des chiffres de participation à chaque gay pride, les organisateurs doivent bien avouer un tassement évident. Et si le communautarisme homosexuel fait moins recette, cela vaudra-t-il la peine pour le parti socialiste de défendre contre le bon sens les revendications absurdes d'un tel lobby ?
 
4ème constat. L'opposition au "mariage" homosexuel et à l'adoption d'enfants par les duos homosexuels commence déjà à se faire entendre. Lorsqu'elle a abordé ces revendications du lobby homosexuel devant les congressistes de l'UNAF (union nationale des associations familiales de France), la nouvelle ministre Dominique Bertinotti s'est faite copieusement huée ! Les autocollants de Civitas contre le "mariage" homosexuel fleurissent de villes en villes et ne manquent pas d'attirer les grincements de dents des khmers roses. Et les médias sont nombreux à annoncer que Civitas prépare sur ces thèmes une grande mobilisation dès la rentrée.
 
Dès lors, le lobby homosexuel en conclut qu'il faut se presser avant que l'opinion publique ne soit trop réveillée par les défenseurs de la famille ! Car malgré tous les alliés dont il dispose chez les "bobos" omniprésents à la télé et à la radio, le lobby homosexuel frissonne à l'idée que tout bon sens ne soit pas mort chez le Français moyen. Civitas, de son côté, fait le pari de libérer la parole des Français. Non, il ne suffira pas d'accuser d'homophobie comme on crie au loup afin d'éviter le débat et d'ostraciser les défenseurs de la famille.
 
Alain Escada,
président de Civitas

25 juin 2012

Le faux "mariage" gay de Mainvilliers

nonàl'homofolie.jpgAlors que le gouvernement a annoncé que le texte sur le « mariage » homosexuel serait adopté au printemps 2013, deux jeunes femmes ont célébré samedi après midi leur « union civile » en la mairie (socialiste) de Mainvilliers (Eure-et-Loir), dans la proche banlieue de Chartres, renouvelant la mascarade illégale de Bègles commise naguère par le Vert Noël Mamère (2004) ou plus récemment celle de Cabestany commise par un maire communiste.

Alors qu’une dizaine de pays dans le monde ont légalisé le « mariage » homosexuel, dont la Belgique, l’Espagne et les Pays-Bas, François Hollande, favorable à l’ouverture de ce « droit » et à l’adoption pour les paires homosexuels, avait annoncé pendant sa campagne qu’une loi serait adoptée « au plus tard au printemps 2013 », s’il était élu. Alors qu’elle participait à la « Marche des fiertés homosexuelles et transsexuelles » à Lyon, le porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a confirmé la semaine dernière que le texte sur le « mariage » homosexuel serait adopté au printemps 2013 dernier délai, avant, « si c’est possible ».

Anticipant en quelque sorte cette funeste date pour la France, Sophie Fortin et Alice Hallais ont officialisé le Pacs qu’elles avaient signé trois jours plus tôt au tribunal d’instance de Chartres. Entourées de leur famille et de leurs amis et devant une adjointe au maire qui avait revêtu son écharpe tricolore, rapporte un journaliste de l’AFP : « Vêtues toutes les deux d’une robe blanche, les jeunes femmes sont arrivées chacune au bras de leur père dans la salle des mariages de la mairie de Mainvilliers, après avoir croisé le couple et les invités d’un mariage traditionnel… »

« La mairie est la maison commune ouverte à tous. C’est un devoir des élus et une joie de participer à votre consentement mutuel », a prétendu lors de la cérémonie Michèle Bouthoux, adjointe au maire de Mainvilliers, une municipalité socialiste. L’élue a ensuite lu l’article de loi du Pacs et a déclaré les deux femmes, âgées de 20 et 21 ans, « unies par le pacte civil de solidarité ». Sophie Fortin et Alice Hallais se sont ensuite échangé les alliances, avant de s’embrasser impudemment. Selon la paire, il ne s’agit « ni d’une provocation ni d’un acte militant mais d’un geste concret marquant notre amour ».

Ce à quoi, le président de Civitas, Alain Escada, répond avec la loi (morale) naturelle et la sagesse des nations : « Tout ne se vaut pas. Le mariage, c’est l’union de deux personnes, un homme et une femme. Car, si tout se vaut, le cannibalisme n’est plus qu’un goût culinaire parmi d’autres », dit-il, citant le philosophe allemand Leo Strauss (1899-1973).

mainvilliers,non au mariage homosexuel,non à l'adoption d'enfants par les duos homosexuels,civitas,alain escadaContre ce dernier avatar de la dictature du relativisme, l’Institut Civitas a justement lancé en juin « une campagne de lobbying qui ira crescendo jusqu’au débat à l’Assemblée nationale sur l’adoption d’une loi en ce sens ». La campagne « NON au mariage homosexuel » commence dès maintenant, a-t-il indiqué dans un communiqué. Sur l’un des autocollants distribués par Civitas à l’occasion des gay pride organisées ce mois-ci dans certaines villes, notamment à Nice, on peut lire : « Aujourd’hui, le mariage homo, demain, la polygamie. Stop! » ou « Le mariage : 1 homme + 1 femme ». Un autre autocollant montre la photo de deux manifestants défilant les fesses nues, lors d’une gay pride. Photo barrée d’une question : « Confieriez-vous des enfants à ces gens-là ? »

Interrogé par l’AFP, Alain Escada a précisé que ce n’est qu’un début : « A partir de la rentrée, nous mettons en place tout un programme d’offensive pour ouvrir les yeux à l’opinion publique sur les conséquences néfastes du mariage homosexuel et de l’adoption d’enfants par des couples homosexuels… Le mariage homosexuel, c’est une parodie et elle est contre-nature. Elle est déstructurante pour la société et l’adoption d’enfants par un couple homosexuel est une atteinte aux besoins de l’enfant d’un double référent masculin et féminin. »

Cette heureuse initiative n’a pas tardé, bien sûr, à susciter de tristes réactions, mais pas toutes là où on les attendait. Ainsi, dans un communiqué, le député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi, s’est dit « choqué par le lancement d’une telle campagne qui confond, entre autres, homosexualité et polygamie ». Refusant que sa ville « soit le théâtre de ségrégations et de préjugés gratuits », il assure qu’il « veillera à ce qu’aucune provocation ne vienne perturber le bon déroulement de la manifestation ». Sans commentaire.

REMI FONTAINE

Commandez les autocollants Civitas contre le "mariage" homosexuel : http://www.civitas-institut.com/content/view/782/1/

23 juin 2012

CIVITAS, la revue trimestrielle de l'Institut

L'institut publie depuis 1999 une revue, trimestrielle, qui porte le nom de CIVITAS. Cette publication remplit une triple fonction :

  • proposer à ses lecteurs des sujets de réflexions, tant dans l'ordre de l'enseignement théorique (dossier à thème) que dans celui de l'analyse de l'actualité (analyse politique, géopolitique),
  • donner à ses membres des conseils pratiques (fonctionnement d'un cercle, actions à conduire, pédagogie) et quelques nouvelles de l'Institut,
  • faire connaître CIVITAS en dehors des membres de l'Institut.

Pour atteindre ces buts, la revue est articulée en trois parties :

  • un dossier à thème : destiné à approfondir un sujet, permet aux lecteurs et aux cercles d'étudier des problèmes d'actualité, abordés à la fois sous l'angle doctrinal, mais aussi pratique. Les thèmes choisis abordent des sujets comme l'Etat, les corps intermédiaires, la famille, etc.
  • le combat des idées : regroupe les rubriques relatives à l'analyse politique, la géopolitique, la présentation d'ouvrages, une chronique de la désinformation, des définitions, etc.
  • les chemins de la reconquête : donne des nouvelles de l'Institut, des conseils pratiques pour le fonctionnement des cercles, des exemples d'actions réalisées, etc ; comporte de plus quelques pages spirituelles et à chaque numéro la présentation d'une œuvre amie.

La revue est en vente pour 7 € à l'unité, l'abonnement annuel est de 25 € pour quatre numéros et des remises sont consenties sur les numéros déjà parus.

Vous pouvez commander des numéros, vous abonner, connaître le détail des rubriques de chaque numéro.

Achat en ligne des numéros de la revue

Bulletin de commande à imprimer

NOUVEAU: Depuis le numéro 43 (Dossier: Jeanne d'Arc, l'héroïne sainte et militante), il est possible de recevoir la revue au format PDF (4 €) et de s'abonner à l'année à l'e-revue (12 €/an).

Paiement par Paypal (faire un don en mentionnant "Pour un abonnement en ligne") ou par chèque.

Pour plus de renseignements: secretariat@civitas-institut.com

19 juin 2012

e-revue CIVITAS

revuezoom.JPG

NOUVEAU: Depuis le numéro 43 (Dossier: Jeanne d'Arc, l'héroïne sainte et militante), il est possible de recevoir la revue au format PDF(4 €) et de s'abonner à l'année à l'e-revue (12 €/an).Paiement par Paypal ou par chèque.

Pour plus de renseignements: secretariat@civitas-institut.com

16 juin 2012

Nice : à propos de Civitas, de Christian Estrosi et de la Pink Parade...

affichecivitasnonaumariagehomo2.jpgCet après-midi, un quartier de Nice sera livré à la "Pink Parade", nom local de la gay pride organisée par "l'association gay et lesbienne azuréenne d'expression" (Aglae). L'affiche de cet "événement" représente une Marianne portant une écharpe arc-en-ciel sous le slogan "En 2012, l'égalité n'attend plus". Le message est clair. L'arrivée de François Hollande à l'Elysée permet au lobby homosexuel de hausser le ton.
Mais la récente campagne amorcée par Civitas avec ses autocollants contre le "mariage" homosexuel et l'adoption d'enfants par les duos homosexuels vient quelque peu gâcher la joie de l'association Aglae et de ses petits copains. Quoi, les défenseurs de la famille n'ont pas encore capitulé ? Et bien non.
Jeudi, Radio France Bleu Côte d'Azur a diffusé une courte interview d'Alain Escada, président de Civitas, et invite un dirigeant de l'association Aglae à y réagir. Vendredi, le journal Direct Matin, dans sa page niçoise, fait également écho à la campagne lancée par Civitas et aux autocollants qui pourraient fleurir dans les rues de Nice ce week-end.
Cependant, la communauté LGBT a de quoi se consoler : Christian Estrosi, maire de Nice et candidat UMP à la députation, s'est fendu d'un communiqué pour dire à quel point il est choqué par la campagne menée par Civitas. Et de rappeler à quel point il célèbre les cérémonies de PACS avec joie et enthousiasme. D'ailleurs, Estrosi a même annoncé qu'il serait présent au début de la "Pink Parade". Qui plus est, dans Direct Matin, un membre d'Aglae précise : "Le maire a toujours soutenu notre association". Avis aux électeurs qui avaient encore le moindre doute sur Christian Estrosi...

15 juin 2012

Un cercle Civitas sur la frontière franco-belge

civitas.jpgUn cercle Civitas s'implante depuis peu sur la zone frontalière franco-belge et se réunit ce soir à Quiévrain.
Infos : 06.67.75.30.79

14 juin 2012

Et la laïcité dans tout ça?

Civitas propose quelques extraits d'une longue émission de France 2 diffusée le 15 mai 2012, et titrée: "Et la laïcité dans tout çà !". Nous n'avons retenu que les passages concernant les spectacles blasphématoires de l'automne 2011, et les interventions de Alain Escada, président de Civitas et de Jean-Michel Ribes, directeur du théâtre du Rond-Point à Paris.

NON au "mariage" homosexuel

ae-téléchezmenard.jpgTribune libre d’Alain Escada publiée par Nouvelles de France ( www.ndf.fr )

Dès que François Hollande a fait connaître son intention, s’il était élu à la tête de l’État français, de légaliser le « mariage » homosexuel et l’adoption d’enfants par les duos homosexuels, Civitas a annoncé qu’il mettrait tout en œuvre pour faire échec à ce projet contre-nature.

François Hollande élu, à peine Jean-Marc Ayrault était-il désigné comme premier ministre qu’il confirmait au lobby homosexuel son intention de faire respecter les promesses électorales en question. Faute d’être en mesure d’appliquer ses promesses économiques et sociales, le Parti socialiste va tenter de faire illusion en traitant de questions sociétales, toujours de façon antichrétienne, antifamiliale et antinaturelle.

Sans plus tarder, Civitas a donc fait imprimer en des dizaines de milliers d’exemplaires deux modèles d’autocollants. Il s’agit de la sorte de débuter la riposte. De Nice à Caen, de Lyon à Marseille en passant par Paris, dans chaque ville qui connaîtra prochainement l’indécence d’une gay pride, il est nécessaire de faire savoir que le bon sens n’a pas disparu, que les défenseurs de la famille n’ont pas capitulé.

affichecivitasnonaumariagehomo2.jpgLe premier de ces autocollants proclame : « Aujourd’hui le mariage homo, demain la polygamie… Stop ! Le mariage = 1 homme + 1 femme ».

Un tel slogan est loin d’être une caricature. Le mariage en France repose sur deux conditions essentielles. Qu’il s’agisse de l’union de deux personnes. Et que ces deux personnes soient un homme et une femme. Si l’on accepte de remettre en cause la seconde condition pour satisfaire une revendication communautariste homosexuelle, qu’est-ce qui empêcherait de remettre en cause la première condition pour satisfaire demain une revendication communautariste musulmane ou autre (des partisans de la polygamie existant par ailleurs au sein de la communauté homosexuelle) ?

affichecivitasnonaumariagehomo1.jpgLe second de ces autocollants est illustré d’une photographie de deux exhibitionnistes quasiment nus brandissant le drapeau arc-en-ciel des homosexuels. La photographie est barrée d’une question : « Confieriez-vous des enfants à ces gens-là ? ».

Il s’est immédiatement trouvé des homosexuels pour crier au scandale et rétorquer qu’il s’agit d’une photographie tirée de son contexte. L’imagerie que projette la gay pride dans le miroir de la communauté homosexuelle serait-elle difficile à assumer ? Il ne fait en tout cas nul doute que chaque gay pride offre ad nauseam de telles exhibitions à la vue du moindre passant, sans que les organisateurs aient jamais cherché à y mettre fin. Il ne fait non plus nul doute que la gay pride est bien un événement représentatif de la communauté homosexuelle. Sinon, François Hollande n’aurait pas jugé utile, l’année dernière, de participer à celle de Paris aux côtés de son ami Bertrand Delanoë.

Bien entendu, ces autocollants, ne sont que l’amorce d’une campagne qui ira crescendo. Fin juillet, au cours de la session d’été de Civitas, nous peaufinerons la stratégie qui sera mise en place dès le 1er septembre. Avec un souci pédagogique, nous chercherons à informer les Français des véritables enjeux. Que l’on parle d’anthropologie, que l’on se préoccupe de la conservation du modèle familial classique sur lequel repose l’équilibre de la société ou que l’on s’inquiète du bien-être de l’enfant, tout nous ramène à refuser ces revendications absurdes du lobby homosexuel.

Civitas fera connaître les résultats de différentes études menées à l’étranger au sujet des conséquences de « l’homoparentalité ». Civitas démontera la manipulation des chiffres avancés par le lobby homosexuel en matière d’homoparentalité.

Des réunions publiques seront organisées par Civitas à travers toute la France afin de contre-balancer la désinformation ambiante, de mettre fin à la pensée unique que l’on cherche à nous imposer en la matière. Nous entendons bien libérer les Français de la culpabilisation engendrée par un matraquage de propagande au nom d’une prétendue lutte contre « l’homophobie », vaste supercherie destinée à empêcher tout véritable débat.

Des brochures, des tracts, des affiches et des spots vidéos viendront renforcer cette campagne. Les réseaux sociaux et tous les moyens les plus modernes de communication seront utilisés.

Parallèlement, nous entamerons un travail personnalisé auprès des élus. Même à gauche, nous savons que certains sont loin d’approuver un tel bouleversement de société. D’autre part, nous chercherons à obtenir des évêques de France qu’ils prennent leurs responsabilités et fassent savoir publiquement la doctrine de l’Église en la matière.

Et lorsque nous approcherons de certaines échéances, nous organiserons des manifestations publiques dans différentes villes de France ainsi que des veillées de prières.

Tout cela va demander énormément de moyens. Nous allons essayer de coaliser toutes les bonnes volontés et de rassembler le budget colossal nécessaire à une telle mobilisation de grande envergure. C’est un moment crucial. À la grâce de Dieu !

13 juin 2012

Campagne Civitas contre le "mariage" homosexuel : Christian Estrosi au secours du lobby gay

affichecivitasnonaumariagehomo2.jpgEn Grande Bretagne, une pétition contre le "mariage" homosexuel a été lancée par Lord Carey, parlementaire et ancien archevêque de Canterbury. La "Campagne pour le mariage", C4M, a déjà reçu plus de 550 000 signatures.

En France, la campagne lancée par Civitas est déjà relayée dans la presse. En panne d'électeurs et à la recherche des voix du lobby homosexuel, Christian Estrosi, maire de Nice et candidat UMP à la députation, s'est fendu d'un communiqué dans lequel il se dit "choqué" par la campagne menée par Civitas. Et de s'empresser de rappeler que, depuis son élection à la Mairie de Nice, de nombreuses cérémonies de PACS ont été célébrées à l'Hôtel de Ville. Il ne manque plus à Estrosi que de pouvoir se revendiquer d'un label candidat approuvé par Gaylib...

08 juin 2012

NON au "mariage" homosexuel : Civitas lance la campagne

affichecivitasnonaumariagehomo2.jpg

affichecivitasnonaumariagehomo1.jpg

La campagne NON au "mariage" homosexuel commence dès maintenant avec ces autocollants (format A6 / 105x148). Affiches, tracts et clips vidéo sont en préparation.

50 autocollants:  5 euros port compris

100 autocollants :  10 euros port compris

200 autocollants :  15 euros port compris

Chèques à envoyer à notre secrétariat : 17 rue des Chasseurs - 95100 Argenteuil en précisant lequel des deux modèles d'autocollants vous souhaitez.

02 juin 2012

Revue Civitas N°44. Laïcité et laïcisme.

couv civitas44 web.jpg

L’actualité récente, avec l’arrivée de François Hollande à l’Elysée, renforce l’intérêt de connaitre la laïcité. Le dossier du numéro 44 de la revue qui vient de paraitre apportera au lecteur l’essentiel à savoir sur cette idéologie : son origine, ses applications, comment la combattre et l’enseignement de l’Eglise à son sujet.

Mais l’intérêt de ce numéro ne s’arrête pas là car  le lecteur y trouvera la suite de l’enseignement doctrinal sur la cause matérielle de la société, la deuxième partie de l’analyse géopolitique de l’état d’Israël, de nombreuses recensions d’ouvrages à lire pendant ses vacances et bien d’autres articles.

Enfin, les malchanceux qui n’ont pu participer à l’hommage national à Ste Jeanne d’Arc organisé par Civitas à Paris le 13 mai dernier pourront se consoler en regardant les photos du défilé.

 

Bref, un numéro d’été idéal pour mettre utilement à profit quelques heures de lecture pendant vos vacances.


NOUVEAU: Depuis le numéro 43 (Dossier: Jeanne d'Arc, l'héroïne sainte et militante), il est possible de recevoir la revue au format PDF(4 €) et de s'abonner à l'année à l'e-revue (12 €/an).Paiement par Paypal ou par chq.

26 mai 2012

"Peut-on tout faire au nom du Christ?" Alain Escada (Civitas) reçu par Robert Ménard sur i-Télé

Robert Ménard a reçu Alain Escada, président de Civitas, dans l'émission "Ménard sans interdit" diffusée en direct sur i-Télé vendredi 25/05/2012. Thème de l'émission: "Peut-on tout faire au nom du Christ?"