Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 juin 2013

Illustration du travail de la police politique de la dictature socialiste

Arrestation très violente de jeunes et paisibles "Veilleurs debout".

A Paris devant le palais de "justice" ou place Vendôme devant le ministère et ailleurs en France, des défenseurs de la famille de tous horizons ne lâchent rien et se relaient spontanément et continuellement devant ces lieux publics en restant debout, immobiles et silencieux pour lire, méditer, prier, réfléchir, admirer l'architecture ou le panorama...

Ils démontrent de cette manière spontanée et paisible mais déterminée, leur soutien au prisonnier politique Nicolas B. et leur volonté de le voir libéré au plus tôt.

Mais ils démontrent également qu'en dépit de la violente répression policière, judiciaire et politique de la dictature socialiste, le pays réel est entré en résistance et continuera quoi qu'il arrive à défendre le bon sens et l'ordre naturel.

Pendant ce temps, comme le montre cette vidéo, la police politique "travaille" dur...

28 juin 2013

Relaxe pour le Frère François-Marie qui avait été tabassé par des policiers. Mais quid des policiers agresseurs ?

frèretabassé.jpgCe 28 juin 2013, le tribunal de grande instance de Paris a relaxé le Frère François-Marie (St Nicolas du Chardonnet) qui était poursuivi par le procureur de la république pour de prétendues rebellions sur les forces de l'ordre lors d'une manifestation contre la loi Taubira, rebellions dont tout le monde a pu constater sur les vidéos tournées notamment par une agence de presse qu'elles étaient inexistantes.

Son avocat, Maître Jérôme Triomphe, a démontré qu'à l'inverse, une fois interpellé et jeté derrière les barrages anti-émeutes, le Frère avait été roué de coups par des membres des forces de l'ordre, dont certains sont parfaitement identifiables sur les vidéos. Le dossier comporte des photos de lui la tête en sang et il s'est vu délivrer une incapacité de travail de 2 jours. Le procureur de la république avait agi avec une rare célérité pour classer la plainte du Frère sans suite en 13 jours. La plainte a été redéposée. On ne lâche rien !

En dictature socialiste la propagande homosexuelle continue à avancer ses pions avec l'idéologie du genre

Affiche balai.JPGLa Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) a rendu hier un avis, dans lequel elle recommande au gouvernement d’introduire la notion d’"identité de genre" dans le droit français, tout en ajoutant une série de propositions pour faciliter les conditions du changement d’état civil des personnes transsexuelles.

La CNCDH avait été saisie par les ministres Najat Vallaud Belkacem (qui prétendait publiquement ne rien savoir de l'existence d'une théorie du genre), et Christiane Taubira.

27 juin 2013

En dictature socialiste, exprimer individuellement une opinion devient une manifestation non autorisée...

Dictature socialiste - communiquez-nous vos photos et vidéos

vals-dictature.jpegCIVITAS recherche toutes photos et vidéos libres de droit illustrant la répression arbitraire qui s'abat sur les défenseurs de la famille depuis le 24 mars dernier.

La France a basculé dans la dictature socialiste. Les pratiques les plus arbitraires se constatent chaque jour. Violences policières, arrestations sans fondement, gardes à vue sans motif valable, et maintenant la prison pour tenter de museler l'opposition. Les témoignages se multiplient mais nous avons besoin de collecter un maximum d'images (photos et vidéos) libres de droit pour dénoncer ces pratiques et préparer une riposte de grande envergure.

Vous pouvez adresser vos photos et vidéos à notre secrétariat : par mail secretariat@civitas-institut.com ou par courrier (17 rue des Chasseurs - 95100 Argenteuil)

dictaturesoc17.jpg

Les gros moyens pour réprimer les dangereux défenseurs de la Famille (ça se passe à Lyon)...

dictaturesoc16.jpg

dictaturesoc15.jpg

Policiers en civil ou barbouzes, comment faut-il les qualifier ? Vestes para-militaires pour certains, casquettes et capuches, parfois masqués, matraque téléscopique à la main, sortant rarement leur brassard orange (ci-dessus, seul le gars en veste camouflée à gauche a affiché son brassard police au centre de sa veste)

Dictature socialiste : la presse espagnole en parle

La Gaceta publie un article à charge à propos de la répression policière en France. Extraits :

"La situation est objectivement absurde la sanction de Nicolas disproportionnée, et le sujet a soulevé un débat tendu en France, malgré le fait que la plupart des médias ont essayé de faire silence sur cette affaire."

"Ce week-end, après les manifestations de soutien à Nicolas, un groupe de CRS a interpellé un jeune homme sur l'avenue Charles de Gaulle à Neuilly Sur Seine. Le jeune homme portant un drapeau français. La police lui a demandé de le plier. Le jeune homme a demandé s'il était autorisé à enregistrer la scène, il se disait que c'est si incroyable, et illégal, que cela mérite d'être partagé sur les réseaux sociaux."

dictaturesoc18.jpg

Dictature socialiste : la résistance continue


Veilleurs debout ! par actuclip

Naufrage pour la saltimbanque "Frigide Barjot"

balai2.jpegHier soir, la saltimbanque qui se fait appeler "Frigide Barjot" a raté son retour. Elle avait organisé dans une boîte de nuit parisienne (le O'Mantra) une soirée pour le lancement de son énième nouveau mouvement : l'Avenir Pour Tous, dont l'avenir semble déjà compromis. Entourée de ses derniers alliés représentants chacun une coquille vide (Laurence Tcheng, Xavier Bongibault,...), elle avait lancé tous azimuts une invitation dans laquelle, comme à son habitude, tout se mélangeait dans une grande confusion, entre ambition politique et addiction festive. Agitant "l'union civile" comme nouvelle poudre aux yeux à destination des derniers naïfs et promettant une "after : réconciliations sur danses modernes, electroswing, slows amoureux et plus si entente". Mais malgré ce programme si déjanté, la salle est restée désespérément vide. A peine deux journalistes et une cinquantaine de curieux sont venus assister au naufrage de celle qui portera devant l'Histoire une lourde responsabilité dans l'échec de la mobilisation des défenseurs de la famille contre la loi Taubira.

26 juin 2013

Dictature socialiste : selon que vous serez ennemis ou défenseurs de la Famille, vous pourrez ou non manifester librement

Affiche balai.JPGEn dictature socialiste telle qu'on la connaît aujourd'hui en France, les défenseurs de la famille font chaque jour l'objet de pressions scandaleuses de la part d'une police politique tandis que les ennemis de la famille bénéficient quant à eux de la plus grande tolérance pour occuper la rue. Ainsi, ce mercredi, tout au long de la journée les veilleurs présents face au ministère de la justice en solidarité avec Nicolas B., prisonnier politique, ont systématiquement fait l'objet d'interventions des forces qu'on ne peut plus qualifier "de l'ordre" tant elles obéissent aveuglément à toutes les consignes les plus arbitraires d'un régime totalitaire. Mais ce même jour, devant le ministère de la santé, des militants pro-avortement ont installé un campement pour se plaindre de la fermeture de l'avortoir des Lilas. Ceux-là bénéficient étrangement de la mansuétude des autorités...

25 juin 2013

Dictature socialiste : curé de St Cyr au Mont d'Or emmené au poste de police

curé arrêté.jpg

Dictature socialiste : CIVITAS collecte photos et vidéos

vals-dictature.jpegCIVITAS recherche toutes photos et vidéos libres de droit illustrant la répression arbitraire qui s'abat sur les défenseurs de la famille depuis le 24 mars dernier.

La France a basculé dans la dictature socialiste. Les pratiques les plus arbitraires se constatent chaque jour. Violences policières, arrestations sans fondement, gardes à vue sans motif valable, et maintenant la prison pour tenter de museler l'opposition. Les témoignages se multiplient mais nous avons besoin de collecter un maximum d'images (photos et vidéos) libres de droit pour dénoncer ces pratiques et préparer une riposte de grande envergure.

Vous pouvez adresser vos photos et vidéos à notre secrétariat : par mail secretariat@civitas-institut.com ou par courrier (17 rue des Chasseurs - 95100 Argenteuil)

mineurtabasséparcrs.jpg

Ci-dessus, visage d'un garçon de 14 ans tabassé par des policiers en civil à l'issue d'une manifestation contre la dénaturation du mariage. Ses parents ont déposé plainte contre la police.

dictaturesoc14.jpg

dictaturesoc13.jpg

dictaturesoc12.jpg

dictaturesoc11.jpg

L'argent des contribuables lyonnais subventionne le lobby lgbt

ps-argentdesautres.jpegDans un communiqué de presse, Bruno Gollnisch, député européen et conseiller régional, dénonce :

"À coup de dizaines de milliers d’euros, la ville de Lyon et le Conseil régional de Rhône-Alpes ont subventionné la quinzaine des cultures lesbiennes, gaies, bi et transsexuelles qui se tenait du 7 au 22 juin 2013, et y ont participé. La plaquette de présentation de l’évènement annonçait la couleur : publicité pour le magazine « Prends-moi » (sic !), revendication de la fierté assumée pour la domination, la soumission et le sado-masochisme juste sous la signature du président de la région, Jean-Jacques Queyranne, etc. On n’a pas été déçu du reste !

Les rangs de la dernière gay-pride de Lyon, le 15 juin dernier, reprenaient en effet la nouvelle prétention du lobby homosexuel : l’accès à la PMA pour tous (procréation médicalement assistée). Le soutien de toute la gauche régionale à cet évènement prouve que l’idée est plus avancée que ce que le gouvernement veut nous faire croire."

La vérité sur Clément Méric

Déception : un "mariage" homosexuel à Orange...

mariagehomopolygamie.jpgJacques Bompard n’aura pas tenu longtemps. La menace des amendes et, qui sait, de la prison, a eu raison de son hostilité au « mariage » homosexuel : deux femmes se sont unies lundi devant un conseiller municipal de sa majorité à Orange. C’était le premier « mariage » gay du Vaucluse. La presse locale est hystérique de plaisir. Les photos de l’événement font la une des quotidiens, les journalistes se félicitent d’un moment historique : Stéphanie et Aurélie, « ce sont tout simplement deux femmes qui s’aiment et qui veulent se construire un avenir ensemble. Quoi de plus naturel ? », demande Vaucluse matin. On voit aussi Nina, deux mois, la petite fille de la couple. C’est pour elle que les deux femmes, ensemble depuis huit ans, déjà pacsées en 2011, se sont « mariées » : Stéphanie veut l’adopter, lui donner son nom comme elle l’a aussi donné à sa compagne.

Qui est le papa ? Aurélie a-t-elle bénéficié d’une fécondation in vitro, ou d’une insémination artificielle et anonyme sous contrôle médical ? A-t-elle préféré la méthode artisanale proposée par certains… étalons, qui fournissent la semence, à charge pour l’intéressée, en pic de fécondité, de se l’administrer elle-même à la lumière des bougies et avec une musique romantique en toile de fond ? (Excusez les détails, mais cela se fait, si, si.) Ou a-t-elle surmonté son dégoût des hommes pour adopter la méthode traditionnelle ? L’inconvénient dans les deux derniers cas est de connaître le père, qui avec le temps peut devenir encombrant. Et qui sait, exiger des droits sur l’enfant en tant que géniteur biologique. Pire : Nina pourrait bien un jour réclamer son « vrai papa ».

C’est dire si ce « mariage » n’est ni un conte de fées ni même un roman à l’eau de rose : elle touche à la trame, au tissu même de la vie sociale et en ce sens constitue un acte éminemment, fondamentalement politique.

Il y a un an, dans notre numéro du 14 juillet, Jacques Bompard avait de lui-même soulevé l’affaire alors que nous l’interrogions sur son élection à l’Assemblée nationale, et plus précisément sur la proposition qui circulait alors de modifier les jours fériés en France au profit de fêtes juives ou musulmanes. Le maire d’Orange prévoyait d’autres batailles :

« Nous aurons le combat pour la famille : on veut nous faire un faux mariage qui ne sera plus au service de la défense de la famille mais aux caprices d’individus. Or le mariage n’est pas de l’ordre du caprice : c’est fait pour fonder une famille et avoir des enfants, et non pas, au départ, pour en adopter. »

Dans un premier temps, la loi Taubira promulguée, Jacques Bompard avait envisagé de confier la célébration des « mariages » des couples de même sexe aux élus de l’opposition, cédant d’emblée aux caprices. Cela a déçu… C’est cette solution qu’il adopta lorsque les deux amantes d’Orange vinrent réclamer ses services. On publia les bans, avant de les rendre plus discrets devant l’étonnement de certains ; Anne-Marie Hautant, EELV, l’une de ses opposantes les plus passionnées, fut sollicitée. Elle refusa dans un premier temps, puis accepta sous la pression des deux candidates au mariage.

Entre-temps, Jacques Bompard s’avisant que la délégation spéciale dont il chargerait l’élue l’engagerait personnellement, décida cependant de procéder autrement. Il chercha et trouva parmi les élus de sa majorité, la Ligue du Sud, un conseiller disposant déjà de la délégation pour marier : c’est Denis Sabon qui s’est exécuté et qui a même affirmé n’avoir fait l’objet d’« aucune pression particulière ». « Je respecte la loi, c’est une loi républicaine, donc je respecte la loi tout simplement, tout à fait sympathiquement. Je vois pas pourquoi j’aurais fait la mauvaise foi d’une loi qui est passée, qu’on doit respecter », a-t-il déclaré à France Bleu Provence.

Et c’est ainsi qu’à Orange, où Jacques Bompard aurait pu s’ouvrir un joli boulevard politique à l’heure où l’opposition massive au « mariage pour tous » se cherche des chefs, on a trouvé des accommodements.

La veillée d’opposants au mariage pour tous – une cinquantaine de personnes se sont pacifiquement rassemblées dimanche soir sur les marches du théâtre – lui aura sans doute fait siffler les oreilles.

Cinq autres dossiers de mariage ont été déposés dans la commune par des paires de même sexe.

JEANNE SMITS - Article extrait du journal PRESENT du Mercredi 26 juin 2013

Affaire Clément Méric : Le montage et la manipulation à grande échelle éclatent au grand jour!

manipulation.jpeg

Comme le dénonçait Alain Escada, président de Civitas, dès le 11 juin (Cf.ICI), l'affaire Méric s'est révélée n'être ni plus ni moins qu'un montage et une gigantesque tentative de manipulation.

"Clément Méric voulait vraiment en découdre" titrait Le Point ce matin, alors que les preuves de ce montage commencent à transpirer.

Lu sur Le Point:

" Le Point.fr révèle des extraits de P-V d'audition qui contredisent la thèse du lynchage du militant d'extrême gauche.

Toutes les vérités ne sont pas forcément bonnes à dire. Et celle-ci déplaira sans doute à quelques bonnes consciences politiques qui ont parlé trop vite... Les vraies raisons de la bagarre qui a abouti jeudi 6 juin au soir à la mort de Clément Méric sont en train de s'éclaircir. Et elles sont fort différentes de la version complaisamment servie les jours suivant le drame. Dans ce dossier, les témoignages concordent. D'après le vigile qui a assisté à la montée en puissance de l'altercation, "Clément Méric voulait vraiment en découdre". "Il semblait vraiment haïr ces gens", affirme-t-il sur le procès-verbal de son audition.

clément méric,manuel valls,pierre bergé,loi taubira,manipulation,printemps français,alain escada,civitas

Ce témoin-clé raconte qu'avant que les choses ne dégénèrent il est allé voir le groupe des "antifas", alors clairement identifiés comme étant les auteurs des troubles, afin de leur demander de quitter les lieux. Les militants de Ras ont fait semblant d'obtempérer, mais se sont repliés au rez-de-chaussée à droite du magasin Fred Perry, dans lequel Alexandre, Samuel et Katia faisaient leurs courses. Se sentant menacés, ceux-ci ont téléphoné à Esteban, qui les a rejoints, suivi d'une cinquième personne arrivée au moment où débutait la bagarre.

Toujours selon des témoignages concordants, les skins quittent le magasin en sortant à gauche afin de ne pas croiser les militants d'extrême gauche. Malheureusement, la bouche de métro est située sur la droite. Et c'est près d'elle que les jeunes gens se croisent et que tout dégénère. Selon nos informations, un certain Samuel (un des skins mis en examen) reçoit le premier coup. Les mêmes témoignages affirment : "Les mecs d'extrême droite ont cherché à échapper à l'affrontement, n'ont fait que se défendre, puis ont répliqué."

Ce matin, RTL révèle que la police judiciaire parisienne a mis la main sur les premières images de la rixe. La vidéo, tournée par une caméra de surveillance de la RATP dans une rue située au niveau de la station Havre-Caumartin, serait accablante pour le militant d'extrême gauche. D'après la radio, on y verrait notamment Clément Méric se précipiter vers son meurtrier présumé, le skinhead Esteban Morillo, alors de dos, pour lui porter un coup. Ce dernier se serait alors retourné avant de frapper son agresseur en plein visage. Un coup donné qui a laissé au sol Clément Méric, inconscient. Avec un poing américain ? L'enquête ne l'a pas encore démontré.

Un mystérieux site avait publié leurs photos

Le Point.fr est en mesure de révéler que les enquêteurs disposent de captures d'écran de sites internet "anti-fachos", notamment Vigilance Végane Antifasciste, très proche de la mouvance de Clément Méric, sur lesquels apparaissent dès le 2 décembre 2012 les photos d'Esteban et sa compagne Katia, au-dessus desquels figure la mention "Besoin d'identification please". Méric et ses amis les avaient-ils reconnus ? Ce qui changerait considérablement la donne... À noter que ces photos étaient encore accessibles sur le site mardi 25 juin à 11 heures ! L'affaire est actuellement instruite par le juge Carole Vujasinovic. Et selon une source proche d el'enquête, Estaban n'a jamais eu à faire à la justice et est vierge de tout passé pénal."

Click here to find out more!Retrouvez l'article complet ici

ou http://www.lepoint.fr/societe/exclusif-clement-meric-voulait-vraiment-en-decoudre-25-06-2013-1685655_23.php

24 juin 2013

A peine 150 visiteurs au Salon du mariage gay : le fiasco total pour le lobby lgbt

Lu ici :

"Ils avaient prévu champagne, jus de fruits et des montagnes de petits fours… ils ont fini par «liquider tout ça» eux-mêmes. En deux jours, la soixantaine d'exposants présents au premier Salon du mariage pour tous a croisé à peine 150 visiteurs, dont… quelques «figurants», selon eux. «Remboursez!, Remboursez!», criaient-ils dimanche en début d'après-midi, tout en commençant à démonter leurs stands.

Allées désertes, hôtesses désœuvrées, agents de sécurité apathiques, en fin de matinée, Le Figaro n'avait pu rencontrer que trois clients. «Les gays se lèvent tard…», avait hasardé l'attachée de presse. Mais quelques heures plus tard, «il n'y a toujours pas un chat, s'énerve le bijoutier du Comptoir La Fayette. En quarante ans de métier, je n'ai jamais vu ça. J'ai investi 30.000 euros et je n'ai vendu qu'une seule paire d'alliances… à des hétéros!»

À côté, Johanna, qui vient de créer sa société organisatrice d'événements Eden Day, n'a signé aucun contrat. «C'est juste une catastrophe!, se désole la jeune femme. C'est mon premier salon, je comptais dessus pour démarrer. J'ai vu en tout et pour tout cinq personnes, et en parlant avec les autres, on a compris qu'on avait tous vu les cinq mêmes…» Pire, «aux questions qu'ils posaient, j'ai bien vu qu'ils n'étaient pas là pour se marier, raconte le bijoutier. On a tous remarqué que des gamins de 20 ans avaient passé toute la journée de samedi ici, pour faire semblant devant les journalistes».

Furieux de ce «fiasco total», le DJ Emmanuel Attiach, de 1dream1event, fait signer une pétition aux autres exposants [...]"

mariage=homme+femme.jpeg

Dictature socialiste : CIVITAS recherche photos et vidéos

vals-dictature.jpegCIVITAS recherche toutes photos et vidéos libres de droit illustrant la répression arbitraire qui s'abat sur les défenseurs de la famille depuis le 24 mars dernier.

La France a basculé dans la dictature socialiste. Les pratiques les plus arbitraires se constatent chaque jour. Violences policières, arrestations sans fondement, gardes à vue sans motif valable, et maintenant la prison pour tenter de museler l'opposition. Les témoignages se multiplient mais nous avons besoin de collecter un maximum d'images (photos et vidéos) libres de droit pour dénoncer ces pratiques et préparer une riposte de grande envergure.

Vous pouvez adresser vos photos et vidéos à notre secrétariat : par mail secretariat@civitas-institut.com ou par courrier (17 rue des Chasseurs - 95100 Argenteuil)

DICTATuresoc2.jpg

Ci-dessus : à gauche, barbouzes de la police en pleine action

loi taubira,manuel valls,barbouzes,dictature socialiste,onlr,printemps français,alain escada,civitas

loi taubira,manuel valls,barbouzes,dictature socialiste,onlr,printemps français,alain escada,civitas

loi taubira,manuel valls,barbouzes,dictature socialiste,onlr,printemps français,alain escada,civitas

 

Magistrats de France, réveillez-vous !

Tribune dans Le Point d'un magistrat qui s'adresse à ses confrères au sujet de l'affaire Nicolas B., démonstration d'un totalitarisme d'Etat.

Lu dans Le Point: 
ou

A Fribourg aussi, des catholiques résistent au lobby homosexuel

mariagehomopolygamie.jpgSamedi dernier, Fribourg était livrée à une gay pride banalisant le scandale. Le long du parcours, quelques prêtres de la fraternité Saint-Pie X  et une quarantaine de jeunes catholiques ont manifesté leur opposition avec des slogans, des pancartes et des prières.

"Dans une lettre envoyée à l'évêque de Lausanne, Genève et Fribourg Charles Morerod, ils ont regretté que l'Eglise se taise face à cet «étalage contre-nature», a indiqué un prêtre en soutane", peut-on lire dans la presse suisse d'aujourd'hui. Une action de ce genre avait déjà été menée lors du défilé homosexuel de Delémont l'an dernier.

Honneur aux catholiques qui résistent au déferlement d'immoralité !

La dictature socialiste s'est exprimée à Lyon ce week-end

La police n'a pas le temps de s'occuper des voyous et des racailles, elle traque les défenseurs de la famille. Merci qui ? Merci Manuel Valls...

dictaturelyon.jpg

dictaturelyon2.jpg