Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 juillet 2013

Mardi soir, la résistance manifestait contre la dictature socialiste.

Ce soir à Paris, des défenseurs de la famille de tous horizons, résistants à la dictature socialiste, se sont rassemblés à Odéon en soutien au prisonnier politique Nicolas B. dont la libération a été annoncée 

civitas, printemps français, alain escada, onlr

et pour bien montrer que chacun est intimement résolu à ne rien lâcher dans cette lutte pour la famille et la civilisation contre l'inique loi Taubira et tous les projets contre-nature du gouvernement.

civitas, printemps français, alain escada, onlr

Une manifestation très éclectique et très jeune.

civitas, printemps français, alain escada, onlr


Après, à la Sorbone, quelques jeunes anciens gardés-à-vue pour les motifs politiques et injustes que l'on sait, organisaient une veillée intitulée "la fronde catholique".

Chants, prières et lectures de textes variés étaient au programme.

civitas, printemps français, alain escada, onlr

09 juillet 2013

Dictature socialiste... Mais on ne lâchera rien !

Lu sur cet excellent blog: http://madelon25.over-blog.fr/encore-des-jeunes-retenus-par-des-crs-sans-raison

Encore des jeunes retenus par des CRS sans raison!

Cet après-midi, une dizaine de personnes, essentiellement des étudiants, avaient réservé un accueil à Peillon,Ayrault à l'université de Jussieu à Paris. Le premier ministre venait y détailler un plan d'investissement pour les dix années à venir.

Quand les jeunes sont arrivés sur place,ils ont pu se rendre compte qu'ils y avaient un nombre important de CRS au moins deux compagnies (pour parer à d'éventuels terroristes ? ) . Ils ont commencé par lancer les slogans habituels :"on veut du boulot, pas du mariage homo" etc... C'est alors que les CRS ont commencé à faire mouvement encerclant la petite dizaine de manifestants en carré. Ensuite ils les ont repoussés manu militari sur le côté, leur interdisant de sortir.

Un autre jeune, qui sortait de stage, est arrivé pour les rejoindre. Un commissaire lui a barré le passage, lui demandant ce qu'il faisait là. L'étudiant répond poliment qu'il veut passer et rejoindre sa soeur qui est là-bas. Le commissaire lui rétorque que soit il est avec eux soit il passe son chemin. Comme l'étudiant lui répond qu'il est avec eux, il se retrouve dans le cercle des dizaines d'étudiants retenus. Bien loin de se démonter, les étudiants continuent de lancer leurs slogans. L'un deux entame la conversation avec le commissaire qui lui dit:" la majorité de la compagnie est d'accord avec vous mais...on a des ordres." L'étudiant lui fait gentiment remarquer qu'il vaut mieux brûler une voiture que s'opposer au mariage gay.

La dizaine d'étudiants a été retenue ainsi pendant environ 45 mn sans aucun motif valable. Il n'y a pas eu de contrôles d'identité et aucune interpellation. On a juste empêcher à des citoyens français de circuler sur la voie publique. Les caméras de télévision étaient là et ont vu la scène mais aucune n'a filmé pour relayer ce nouvel abus policier.

Pendant ce temps nos ministres ont pu effectuer leur déplacement tranquillement sans être dérangés, les dangereux terroristes étant fermement encerclés et retenus au loin. Vous me direz pourquoi vous plaindre ? Vos amis auraient pu se faire embarquer.Effectivement mais de un ce rassemblement était spontané et pour désigner le responsable bon courage... et de deux soit on interpelle ou on contrôle mais on ne retient pas des gens sans leur en donner le motif. Est-ce digne d'un pays qui se dit des Droits de l'Homme et qui arbore fièrement sur le fronton des mairies: Liberté ? Mais le CRS l'a avoué lui-même: "on a des ordres"... de qui ? On se le demande.

Néanmoins, notre détermination reste intacte et on le dit comme toujours: on ne lâchera jamais rien !

Source (ici)

Nicolas bientôt libéré mais la dictature socialiste continue ses basses oeuvres

nonàpolicepolitique.jpgLa Cour d'appel de Paris a condamné Nicolas Bernard-Buss à une amende de 3000 euros (1500 avec sursis) en appel. Il va donc être libéré.

Après 21 jours à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, Nicolas Buss a vu sa peine réduite à 3 000 euros d'amende, dont 1 500 euros avec sursis. Il ressort donc libre. 3 semaines de prison pour 1500 euros d'amende ferme...

Il a été reconnu coupable par la cour d'appel de Paris de rébellion et de fourniture d'identité imaginaire aux policiers qui l'interpellaient.

Manifestation de soutien à Odéon à 19h30.

(source : Salon Beige)

Le premier "mariage" homosexuel en Polynésie crée le mécontentement de la population locale

Affiche balai.JPGLe premier simulacre de mariage en Polynésie a eu lieu samedi matin. Les mariés ont fait semblant d'être surpris par la présence de manifestants. Les habitants ont établi un parallèle écologique :

“Vous avez contaminé notre fenua avec votre bombe, et maintenant vous êtes en train de nous contaminer avec votre loi du mariage pour tous. Ramenez votre loi chez vous…”.

“Nous ne voulons pas de cette loi. Deux hommes ensemble, c’est la fin de notre société. Vous, moi, tout le monde, nous sommes tous sortis du ventre d’une femme, pas d’un homme. C’est la ruine de notre pays.”

06 juillet 2013

Dictature socialiste - des magistrats dénoncent l'arrestation arbitraire de Nicolas

vals-dictature.jpegLe Figaro relève l'initiative d'une vingtaine de magistrats qui dénoncent la police politique :

"L'étudiant de 23 ans et sympathisant de la Manif pour tous a été condamné à deux mois de prison ferme pour «rebellion» envers les forces de l'ordre. Une vingtaine de magistrats contestent le fondement juridique de son interpellation.

Alors que le procès en appel du jeune Nicolas Bernard-Buss, membre de la Manif pour tous incarcéré depuis le 19 juin à Fleury-Mérogis, se tient mardi prochain devant la cour d'appel de Paris, un collectif de magistrats s'est constitué pour dire son indignation et contester le fondement juridique de l'interpellation du jeune homme. «Le traitement policier et judiciaire qui a suivi a amorcé un mouvement de fond qui secoue non seulement l'opinion mais également la magistrature elle même», explique Jean-Paul Garraud, magistrat et ancien député UMP. Une vingtaine de magistrats en colère se sont tournés vers l'homme public -secrétaire national de l'UMP à la Justice- pour diffuser leur tribune sous la signature syndicale de la nouvelle Association Professionnelle des Magistrats, présidée par Jean-Paul Garraud. «C'est très intéressant car c'est un mouvement spontané de leur part, et non syndical, commente Jean-Paul Garraud. Je suis leur porte-voix car ils sont tenus à une obligation de réserve».

nonàpolicepolitique.jpg«Indignés, nous voulons souligner que cette décision (interpellation et condamnation de Nicolas, NDLR) et le contexte dans lequel elle a été rendue soulèvent au moins trois questions essentielles, sur le strict plan juridique d'abord», disent les magistrats dans la tribune. Ils rappellent que le droit de manifester n'est pas soumis en France à un régime d'autorisation préalable, mais seulement de déclaration préalable. La simple participation à une manifestation non déclarée ou interdite n'est pas répréhensible, seul l'organisateur encourt les foudres de la loi dans cette hypothèse (article 431-9 du Code pénal). «À défaut d'identifier l'organisateur d'une manifestation qui lui déplaît», le pouvoir politique a donc, selon eux, cherché à donner une nouvelle qualification juridique au mouvement qui se déroulait. C'est ainsi qu'est sortie la notion «d'attroupement» qui, susceptible de causer un trouble à l'ordre public, constitue une infraction dès lors que la sommation de se disperser reste sans effet». Selon les magistrats, la préfecture de police s'est dispensée de ces sommations, ce qui n'est possible que lorsque les policiers sont attaqués ou menacés, ce qui n'était pas le cas. Aussi, en l'absence d'infraction, l'interpellation de Nicolas Bernard-Buss et de ses amis est irrégulière, selon eux. «Pour reprendre une jurisprudence constante de la Cour de cassation, si l'interpellation est infondée, tous les actes qui suivent (ceux qui n'auraient pas existé sans celle-ci) ne sont pas plus fondés. Ils sont irréguliers. Il n'y alors plus ni rébellion puisque les policiers n'ont pas agi dans un cadre légal, ni refus de prélèvement ADN puisque ce prélèvement ne peut être effectué qu'auprès de suspects interpellés légitimement», rappelle les magistrats du collectif" (suite).

 

Dictature socialiste - témoignage des violences menées par une police politique

vals-dictature.jpegExtrait :

"[...] Nous restons debout, en silence, mais les policiers commencent à charger. Certains Veilleurs se laissent faire, docilement ; d’autres choisissent de s’asseoir, mais tous se mettent à chanter L’Espérance. Soudain, une jeune fille crie de douleur : un policier la pousse tout en lui pinçant très violemment la colonne vertébrale. Les forces de l’ordre précipitent sur nous les veilleurs qui n’ont pas eu le temps de s’asseoir. Je suis piétinée et me recroqueville en me couvrant tant bien que mal le visage. Je finis par lever la tête et demande avec détresse au premier CRS que j’aperçois de venir me porter secours, car je suis écrasée dans la bousculade : il m’extrait de la cohue, tout en me faisant une clé de bras, alors que je ne demandais qu’à être retirée de cette poussée aveugle. Je comprime ma douleur et subis cette violence gratuite en silence. Seulement, une fois debout, je suis poussée par un autre policier qui m’administre au passage une grande claque dans le dos, me faisant voler sur plus d’un mètre. Un collègue, en l’apercevant, intervient et lui demande alors de se calmer : il faut dire que la vue d’un mastodonte cuirassé en train de frapper une jeune fille d’1m67 pour 48 kilos doit être difficilement supportable.

Je contemple interdite les scènes semblables qui se multiplient autour de moi : des CRS administrent clés de bras et claques dans le dos, pincent les oreilles de certains, bien que nous n’opposions pas d’autre résistance que de nous tenir les uns aux autres. Certains CRS sont manifestement hors de contrôle. L’un d’eux jette brutalement une mère de famille à terre, au milieu d’autres Veilleurs debout : deux autres CRS l’attrapent alors par son gilet, et le retirent du lieu sans dire un mot. Les personnes encore assises sont traînées sur plusieurs mètres avant d’être lâchés brutalement, à quelques dizaines de centimètres du sol. Un CRS ne relâche l’un de ces jeunes qu’après s’être assuré d’avoir arraché tous les boutons de sa chemise. Un autre jeune, rouge et suffocant, est quant à lui tiré par le cou. Les personnes qui obtempèrent et ne demandent qu’à avancer sont projetées la face la première, qui contre les vitrines, qui contre les voitures. [...]"

dictaturesoc9.jpg

CIVITAS collecte photos et vidéos illustrant cette dictature socialiste

05 juillet 2013

En France, on peut entraver la liberté d'expression des défenseurs de la famille mais pas celle des blasphémateurs

ae-portrait.jpegRevenons sur quelques faits des dernières semaines. Un jeune garçon, Nicolas, étudiant bien noté, casier judiciaire vierge, a été condamné à quatre mois de prison dont deux fermes et jeté en cellule à Fleury-Mérogis pour avoir manifesté contre la loi Taubira lors de l'intervention télévisée de François Hollande sur M6. Trente-deux personnes, bons Français sans histoire, ont été condamnés à des amendes, parfois lourdes (jusque 2.000 euros), pour avoir simplement exprimé leur indignation durant des représentations d'un spectacle subventionné au cours duquel on déversait un liquide symbolisant les excréments sur le portrait du Christ, odeur artificielle à l'appui. Leur "délit" relève de "l'entrave à la liberté d'expression". Le Dr Xavier Dor a été envoyé devant les Tribunaux et un magistrat a évoqué la nécessité pour l'inculpé de se faire soigner psychiatriquement, au motif qu'il avait offert une paire de chaussons à une femme enceinte entrant dans un centre de planning familial. Des "veilleurs debout" ont été arrêtés par la police pour être restés immobiles et silencieux, chacun tel un reproche vivant, devant l'Elysée. Giorgi, un Rom arrêté à Arles pour avoir agressé une dame de 85 ans, a obtenu la relaxe devant le tribunal de grande instance de Tarascon.
 
En France, on peut insulter Dieu mais on ne peut pas critiquer la loi Taubira ni chahuter un ministre.
En France, on peut entraver la liberté d'expression des défenseurs de la famille mais pas celle des blasphémateurs.
En France, mieux vaut voler, piller, agresser, incendier des voitures, que défendre le Christ ou la Famille.
 
Pendant ce temps, les parlementaires continuent durant cet été d'échafauder leurs mauvais coups : proposition de loi autorisant la recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires, travaux préparant les offensives en faveur de l'euthanasie, de l'idéologie du genre,...
 
Marseille, capitale estivale des invertis
Et la dissolution des moeurs s'installe à l'aide de l'argent du contribuable. Comme à Marseille qui s'apprête à accueillir du 10 au 20 juillet "l'EuroPride", grand rassemblement LGBTQI (pour... LesBiGayTransQueerIntersexe). Marseille dont le sénateur-maire s'appelle Jean-Claude Gaudin, chef de groupe UMP au Sénat. De quoi se souvenir de la façon dont les élus UMP, après avoir paradé à la Manif Pour Tous, avaient pratiqué l'entente cordiale avec la gauche lors du vote de la loi Taubira.
Mais revenons à Marseille et l'EuroPride. L'Office de Tourisme de Marseille publie sur son site : "L'événement EuroPride Marseille Méditerranée 2013, fortement soutenu par les collectivités locales et territoriales, est labellisé Marseille-Provence 2013 Capitale Européenne de la Culture". Voilà une petite phrase qui retient doublement notre attention.
1° D'abord au sujet du fort soutien des collectivités locales et territoriales. Traduisez : l'argent du contribuable subventionne cette méga-sauterie homosexuelle. Des subventions de plusieurs centaines de milliers d'euros accordées via l'entremise de la Ville de Marseille, du Conseil Régional PACA et du Conseil Général des Bouches-du-Rhône. Et ce alors que cette fiesta LBGTQI peut aussi compter sur de nombreux et importants sponsors et partenaires (Crédit Mutuel, Air France, Kronenbourg, Ricard, NRJ,...).
2° Mais à quoi va servir tout cet argent ? Au programme de l'EuroPride : village associatif, plage privatisée, conférences, festival cinématographique, expositions, défilé dans les rues de Marseille et beaucoup de soirées "électro sexe" avec "Pornos Stars" à l'affiche. Et c'est ce genre d'événement qui mérite un label Marseille-Provence 2013 Capitale Européenne de la Culture !!!
 
Notons que les organisateurs avaient initialement annoncé que cette EuroPride serait l'occasion de 2013 "mariages" d'homosexuels français et de l'étranger. La provocation de trop ? Une mise au point précise : "Dans un but de rassemblement de toutes les dynamiques, en concertation avec les principaux protagonistes, la célébration des 2013 mariages sera remplacée par un acte fort" dont la teneur n'est pas encore rendue publique.
 
Signalons encore que les organisateurs ont voulu mettre "en avant la multiculturalité de Marseille" et donner à leur sauterie une dimension "Euro-Méditerranéenne", invitant pour l'occasion des homosexuels du Liban, de Palestine, du Maroc, de Tunisie, d'Algérie, d'Egypte, etc. Il est notamment prévu d'évoquer le 17 juillet les "dynamiques LGBT dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord". Qu'en pensent les musulmans installés dans la cité phocéenne ?
 
Mais on ne lâche rien !
Quelles que soient les tentatives d'intimidation du régime et malgré toute la puissance du rouleau compresseur totalitaire auquel il faut faire face, la résistance des défenseurs de la Famille ne faiblit pas, multiforme, imaginative et dynamique.
 
C'est à ce titre que j'insiste sur la nécessité de profiter de cet été pour saisir les opportunités de se former et d'oeuvrer à la mise en place des nouvelles ripostes de la rentrée. Des combats essentiels s'annoncent, notamment contre l'idéologie du genre. Ne manquez pas de vous inscrire au plus vite à la session d'été que Civitas organise à ce sujet, du 26 au 29 juillet à Unieux. Toutes les informations sont ici : http://francejeunessecivitas.hautetfort.com/tag/session+d'%C3%A9t%C3%A9
 
Alain Escada,
président de CIVITAS
 
Pour soutenir et faire connaître Civitas:

-  Adhésion à Civitas : normale : 10 € - militante : 30 € - de soutien : 50 € / Adhésion à France Jeunesse Civitas : normale : 5 € - militante : 15 €
J'adhère en ligne

-  S'abonner à la revue Civitas : 25 €   Image d’aperçu    -    Format PDF: 12€    Image d’aperçu


- Achat en ligne des différents numéros de la revue :
J'achète en ligne

-  Faire un don à Civitas.   Image d’aperçu

Nos seuls moyens financiers proviennent de votre générosité.

Pour les adhésions, abonnements et dons, vous pouvez également envoyer vos chèques à
Civitas - 17 rue des Chasseurs à 95100 Argenteuil

04 juillet 2013

Nouveau cas de pédophilie sur un enfant confié à un duo homosexuel

nonàadoptionparhomos.jpgA propos des deux homosexuels australiens qui ont fait circuler dans un réseau pédophile un enfant issu d'une GPA, Jeanne Smits rappelle :

"En 2005, la presse australienne avait couvert l'arrivée du bébé chez eux, décrivant Newton et Truong comme « deux pères heureux et aimants ». Et elle avait remis ça en 2010 : le 14 juillet, ABC Far NOrth Queensland a diffusé un reportage sous le titre « Deux papas valent mieux qu'un », soulignant tous les obstacles que les deux hommes avaient dû franchir pour faire aboutir leur projet et s'extasiant devant leur assurance de ne « rien regretter » malgré les efforts qu'il avait fallu fournir pour devenir « pères ». « C'est une famille heureuse et détendue », commentait alors ABC."

 

Dictature socialiste - Paris résiste !

On attendait Taubira a la 1ere chambre de la cour d'appel mais les chaises sont restées vides car Christiane Taubira s'est défilée.

3juil-taubirapasla.JPG

Vu qu'elle a eu peur des veilleurs cette couarde n'a prévenu qu'à la dernière minute

3juil-veilleurspalaisjust.JPG

3juil-paljustice2.JPG

La preuve puisque le traiteur était déjà présent et qu'il a tout remballé alors qu'il avait déjà tout installé.

3juil-traiteur.JPG

Plus tard, apéro pour les résistants !

3juil-apéro.JPG

discours et chapelet pour entretenir la fronde catholique

3juil-abbés.JPG

Les garde à vue ne nous feront pas taire !

3juil-dissidencecatho.JPG

La flamme de la résistance brûle encore !

3juil-bougie-crs.JPG

Dictature socialiste - continuons à résister !

vals-dictature.jpegCommuniqué du collectif des avocats des veilleurs :

"En mai 2013, lorsque nous avons décidé de manière spontanée de créer « le Collectif des Avocats Veilleurs », nous n’avions en tête qu’une seule mission. Lors des veillées, nous voulions simplement veiller sur les Veilleurs. Nous pensions qu’il était utile de mettre notre statut d’avocat au service des Veilleurs pour servir de courroie de transmission entre les autorités et les Veilleurs. L’objectif de ce collectif, qui compte actuellement 14 avocats, était de parlementer avec les autorités et les forces de l’ordre pour permettre aux Veillées de se dérouler dans les meilleures conditions possibles. Nos discussions avec les commissaires se passaient d’ailleurs bien.

Mais depuis les 52 arrestations de la République de la semaine dernière, notre mission a pris une autre dimension. Notre mission n’est plus seulement de veiller sur les Veilleurs mais aussi de défendre les droits de ces Veilleurs arrêtés et privés illégalement de leurs libertés. Cette mission nous ne l’imaginions pas. Elle s’est imposée à nous.

Sur les 52 arrêtés de la République, 40 d’entre-eux sont entrés en relation avec nous la nuit même et nous ont racontés ce qu’ils ont vécus. Les comptes-rendus écrits qu’ils nous ont adressés sont extrêmement précis et détaillés. Alors que ces personnes ne se connaissent pas et ne se sont pas concertées. Ces témoignages sont parfaitement concordants. Ils racontent tous comment il a été choisi par les autorités de passer ce soir là à une phase répressive contre les Veilleurs alors que ceux-ci avaient fait la preuve mois après mois de leur pacifisme absolu.

De la manière la plus illégale, il a été ordonné aux forces de l’ordre présente ce soir là d’arrêter des veilleurs, de les embarquer dans des bus cellulaires et de les conduire dans des commissariats de police pour procéder à des vérifications d’identité. 52 des Veilleurs de la République ont ainsi été arrêtés, amenés de force dans un bus cellulaire, entassés dans celui-ci pour être conduits au tristement célèbre commissariat de la rue de l’Evangile. Enfermés à l’intérieur du bus, ils ont attendu plus d’une demi-heure dans la cour du commissariat de la rue de l’Evangile avant de pouvoir sortir par groupe de 5 de même sexe. Ils ont alors subi des palpations de sécurité mais aussi de manière illégale la fouille de leurs sacs, de leurs poches, de leurs vestes, etc. Chaque groupe a ensuite été conduit dans des bureaux pour être interrogés par des policiers. Ce n’est qu’à ce moment que ces Veilleurs ont appris qu’ils étaient là pour une procédure de vérification d’identité.

Parmi ces 52 personnes, il y avait majoritairement des jeunes d’une vingtaine d’années mais aussi des pères et des mères de famille. Il y avait aussi une mineure de seize ans. Les témoignages de ces personnes expriment tous le malaise de la police face aux ordres qu’ils recevaient qui consistaient à détourner totalement la procédure de vérification d’identité de son objet pour servir des ambitions politiques. En effet, en application de l’article 78-3 du code de procédure pénale, la procédure de vérification d’identité qui a été mise en œuvre n’est possible que lorsqu’une personne qui a fait l’objet d’un contrôle d’identité préalable sur le lieu de son arrestation n’a pas pu justifier de son identité ou a refusé de le faire.

Dans notre cas, chacun des Veilleurs avait sur lui sa pièce d’identité. Or, au moment de leur arrestation, il ne leur a pas été demandé de justifier de leur identité. Certains ont même brandis leurs papiers au moment de leur arrestation. Les films, les photographies et les témoignages sont très clairs.

Nous voudrions vous lire ici quelques citations de ces témoignages qui témoignent du malaise des policiers.

Voici quelques phrases exprimées par les officiers de police judiciaire au commissariat cette nuit là et entendues par les Veilleurs. Chacune de ces citations est extraite d’un témoignage.

« Depuis le début ce n’est qu’une mascarade, des arrestations purement politiques ; faites un sondage dans le commissariat et je vous parie que 90% sont de votre côté et vous soutiennent »

« Vous êtes ici pour des raisons politiques. Nous le savons. J’ai un devoir de réserve alors je ne devrais pas vous le dire mais je vous le dis quand même. Nous savons que c’est pour des raisons politiques que l’on nous demande de vérifier votre identité. Des sans papiers manifestent illégalement devant la mairie du 11ème et là on nous demande de ne pas intervenir. Nous sommes écoeurés. Je suis avec vous et je peux vous dire que je ne suis pas le seul ici. »

« Nous avons autre chose à faire. On ne fait pas notre travail là. »

« Je préférerais aller m’occuper des voleurs et autres délinquants »

« Je ne savais pas qu’il était interdit de s’asseoir par terre dans la rue. C’était où ? Place de la République parce qu’il faudra que je fasse attention à ne pas m’asseoir là demain.  Tout ça pour remplir des tableaux »

« Mais vous n’êtes pas le centre du monde. Nous devons nous occuper de la délinquance aussi »

« Il est dommage que l’on nous emploie de la sorte »

Il y a même un policier qui au moment du départ a dit à un petit groupe « Ne lâchez rien . Votre combat il est noble » Quel était l’objectif poursuivi par les autorités lorsqu’elles ont donné ordre de procéder à ces arrestations ? L’objectif était-il de ficher les Veilleurs ou était-il de tenter de les effrayer ? Etait-ce les deux ? Une chose est sûre en lisant les témoignages qui nous ont été adressés, cette expérience n’a fait que renforcer la détermination de ces Veilleurs dans leur action.

Malgré ce malaise exprimé, et c’est l’un des enseignements de cette soirée, ces policiers ont exécutés ces ordres. Ainsi, ces policiers ont dans leur majorité déconseillé à ces Veilleurs d’exercer leurs droits en leur laissant croire que cela allait accélérer leur libération. Ces policiers ont contraint ces Veilleurs à signer des papiers qu’ils n’avaient pas intérêt à signer et que alors que ça n’était pas une obligation. Ces policiers ont contraint beaucoup de ces Veilleurs à donner leurs numéros de téléphone alors qu’ils n’en avaient pas le droit. Ces policiers ont modifiés les procès-verbaux pour satisfaire à des ordres de détournement des procédures.

L’un des Veilleurs nous raconte « Quand j’ai vu qu’il rajoutait une case sur le PV. Je lui ai demandé si c’était normal. Il m’a dit qu’il trouvait ça lui aussi anormal. » Ces policiers ont refusé de remettre à ces Veilleurs une copie du procès-verbal qu’ils avaient ou non signés alors qu’ils avaient l’obligation de le leur remettre en application des dispositions de l’article 78-3 alinéa 8 du code de procédure pénale qui prévoit qu’une copie du procès-verbal de vérification d’identité dressé doit être remise à l’intéressé.

Afin d’obtenir ces procès-verbaux trois avocats du collectif ont adressés ce matin une lettre au Procureur de la République au nom de 28 de ces Veilleurs pour obtenir tous les actes de la procédure.

Si certains d’entre-vous faisaient partie de ces Veilleurs arrêtés et souhaitent nous confier ce mandat, ils peuvent nous envoyer un mail à l’adresse suivante : avocatsveilleurs@gmail.com

Vous pouvez aussi nous adresser à cette adresse mail toutes les photos et videos que vous pourriez avoir des arrestations du 26 juin 2013. Aussi, il nous appartient aujourd’hui de mettre en garde les Veilleurs.

Lire la suite "Nouvelles répressions illégales de la police de Manuel Gaz"

dictaturesoc10.jpg

Un syndicat de CRS dénonce la traque des défenseurs de la famille

CRS-communiqué.JPG

03 juillet 2013

Taubira se défile

mariagehomopolygamie.jpgHier, CIVITAS diffusait largement l'information selon laquelle Christiane Taubira participerait ce soir à un concours de plaidoirie. Un beau comité d'accueil l'attendait mais on vient de déclarer au public que la Garde des Sceaux avait un malheureux "contretemps" et devait annuler sa participation. Comme le "hasard" fait bien les choses. Ou plutôt quel prétexte cosmétique pour tenter de dissimuler la fuite de Mme Taubira peu désireuse de subir une humiliation de la part des défenseurs de la Famille qui ne lâchent rien !

Allez hop, tout le monde aux Invalides à partir de 20h30 pour continuer la soirée de mobilisation.

Ce soir, dès 20h30, rendez-vous aux Invalides !

CIVITAS transmet volontiers l'information suivante :

Le collectif La Fronde Catholique invite tous les Parisiens et non Parisiens, catholiques et non catholiques, en vacances, de passage ou simplement libres un soir, à partager une veillée à la belle étoile, avec textes, chants et prière.

2000 ans de pensée chrétienne ont produit des oeuvres innombrables : philosophie, littérature, théologie, discours notés à la volée ou de mémoire quand les hommes d’action se levaient pour accomplir leur devoir… “Tout ce qui est catholique est nôtre”, disait Louis Veuillot, mais aussi tout ce qui est propre à élever les âmes.

Comme “un saint triste est un triste saint”, nous unirons nos voix pour entretenir notre courage et notre ardeur. Nous sommes la jeunesse de France et nous ne lâcherons rien ! Car nous savons quelle France nous voulons, et ce n’est pas du tout celle que M. Hollande prétend nous imposer de gré ou de force.

Enfin, nous n’oublierons pas la prière, qui est le vrai nerf de la guerre. Les chrétiens ont toujours prié en public comme en privé, pour un oui ou pour un non, à temps et à contre-temps. A plus forte raison, dans cette lutte de David contre Goliath, c’est en Dieu que nous nous confions pour remporter la victoire. Il est l’Auteur de la loi naturelle, et l’Etat qui a renié cette loi serait trop heureux que nous Le cachions comme si nous avions honte de Lui appartenir.

Notre première veillée aura lieu mercredi 3 juillet aux Invalides. Après un pique-nique pour tous à 21h, rendez-vous à 22h au même endroit. Cette veillée pacifique (non pacifiste) ne durera que quelques heures… mais ce n’est qu’un début ! Bien entendu, elle est ouverte à tous : venez nombreux et invitez vos amis, chrétiens ou non ! (le Saint-Esprit fait feu de tout bois)

Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu’il en a eu d’abord contre moi. Si vous apparteniez au monde, le monde vous aimerait, car vous seriez à lui. Mais vous n’appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde ; voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous. (Jean 15, 18-19)

En prime, un petit souvenir de GAV :

EDIT : le collectif Dissidence Catholique organise un pique-nique d’anciens de GAV… et de tous ceux qui auraient le cran d’en être, mercredi 3 juillet 20h30 aux Invalides. Le pique-nique sera suivi de la veillée de La Fronde. Faites tourner à vos contacts !

Ces associations subventionnées par l'Education Nationale pour propager les revendications homosexuelles et la théorie du genre...

subventions.jpegLu sur Veille éducation :

"Le Monde propose une infographie sur le milliard d’euros de subventions  distribués par les ministères à des centaines d’associations.

Dans l’Education Nationale, certaines de celles-ci prennent directement parti dans les débats actuels. La ligue de l’enseignement (23 millions d’euros de subventions) considère que « La volonté de faire échec au mariage pour tous vise à ébranler le principe républicain de laïcité au profit de communautarismes intégristes. » et a appelé à manifester pour le mariage homo le 27 janvier. Vincent Peillon ministre de l’Education nationale n’a pas considéré que cela posait problème alors qu’il avait déclaré « Il ne me semble pas opportun d’importer dans l’école le débat sur le mariage pour tous. » Quand le secrétaire de l’enseignement catholique avait envoyé une lettre aux chefs d’établissements sous contrat qui rappelait la position de l’Eglise au sujet du mariage et de l’adoption par des homosexuels.

Le Cemea, qui reçoit quatre millions d’euros, et forme des animateurs de colonies ou des professeurs considère que le débat sur le « mariage pour tous a atteint des sommets dans la bêtise » et que les familles rendent les enfants homophobes.

D’autres associations d’éducation populaire vont dans le même sens, mais plus discrètement. Les Francas (trois mlllions sept cent quatre vingt neuf mille euros de subventions) proposent des ateliers de formation sur « l’éducation au genre » et Jeunesse au plein air (plus d’un million d’euros de subventions) considère que « la reconnaissance du coparent dans le cadre d’un couple homoparental doivent être une préoccupation des équipes. » [...]"

Conférence publique et gratuite avec Madame Taubira au Palais de Justice de Paris à 19h30 !

Le Mercredi 3 juillet à 19h30 au palais de Justice de Paris, se déroulera une conférence à la première chambre de la Cour d'Appel de Paris. Madame Taubira sera l'invité de cette conférence ouverte au public et gratuite.

Les défenseurs de la famille peuvent, s'ils le souhaitent, profiter de cet évènement public pour accueillir le garde des sceaux et lui rappeler leur attachement au bon sens et à la famille et leur opposition à sa destruction par la dénaturation du mariage instituée récemment par une loi inique et illégitime.

civitas,loi taubira,printemps français,onlr,veilleurs debout,dictature socialiste

Veilleurs-debout... mais que lire?

Ce soir, devant le palais de justice de Paris parmi les veilleurs, certain(e)s avaient optés pour des lectures saines et instructives:

Photo07491.jpg

L'occasion de faire d'une pierre deux coups...

Les veilleurs-debout attendent la relève et les revues Civitas de nouveaux lecteurs.

Photo0748.png

Pour commander, s'abonner ou acheter la revue Civitas:

ICI

02 juillet 2013

Les "veilleurs-debout"...

A Paris, se relayant 24h/24 devant le ministère de la justice place vendôme ou devant le palais de justice, les veilleurs-debout ne lâchent rien !

civitas, veilleurs debout, loi taubira, printemps français, onlr

Tous, debout, immobiles et silencieux, profitent de leurs temps libres pour venir spontanément réaffirmer de cette manière leur soutien au prisonnier politique Nicolas B. et leur opposition à la dénaturation du mariage et à la destruction de la famille par l'inique loi Taubira et la dictature socialiste.

civitas, veilleurs debout, loi taubira, printemps français, onlr 

Certains prient, méditent réfléchissent, contemplent. D'autres lisent, travaillent, communiquent...

civitas, veilleurs debout, loi taubira, printemps français, onlr

D'autres mangent...

Des militant(e)s de France-Jeunesse-Civitas passent  régulièrement, en fonction de leurs disponibilités, pour réapprovisionner ces courageux veilleurs-debout de tous horizons.

civitas, veilleurs debout, loi taubira, printemps français, onlr

Hier soir, c'était  biscuits, jus d'orange et carambar.

Ce soir, c'était "carambar et fraise Tagada pour tous" !

D'autres inititatives suivront!

Nous ne laisserons pas dépérir les généreux et courageux défenseurs de la famille.

civitas, veilleurs debout, loi taubira, printemps français, onlr

Place Vendôme mais aussi devant le palais de justice...

civitas, veilleurs debout, loi taubira, printemps français, onlr

Les veilleurs-debout ne lâchent rien!

civitas, veilleurs debout, loi taubira, printemps français, onlr

Franciliens, ils vous attendent! ils attendent la relève!

Un enfant russe adopté par un duo homosexuel a été victime de pédophilie

danger.jpgUn enfant russe récupéré par un couple homosexuel étranger a été victime de pédophilie, a fait savoir le délégué du président russe pour les droits des enfants Pavel Astakhov.  

"Un citoyen américain et son partenaire neo-zélandais ont persuadé une Russe de leur porter un enfant contre une récompense de 8.000 dollars. Après avoir récupéré le garçon, les dits parents ont exercé des violences sexuelles contre lui en filmant ces scènes", a indiqué l'ombudsman russe sur son compte Twitter.  

D'après M.Astakhov, "l'enfant a été victime d'au moins huit pédophiles en France, en Allemagne et aux Etats-Unis, où il a été emmené pour prendre part à au tournage de films pornographiques". 

"Il est évident que ce n'est pas un cas isolé d'exploitation sexuelle des enfants adoptifs russes", a conclu M.Astakhov.

source : RIA Novosti

Quand les ambassades font de l'ingérence en soutien au lobby homosexuel...

drapeau-angl-homo.jpgC'est un élément qui n'a été relevé nulle part et qui mérite pourtant attention. Samedi, à l'occasion de la gay pride parisienne, l'ambassade britannique pavoisait aux couleurs du lobby lgbt... Ce soutien affiché de la diplomatie britannique au lobby homosexuel est perceptible un peu partout, à Kiev comme au Cambodge, au moindre événement homosexuel.

Un tel phénomène s'observe également à travers le personnel diplomatique américain. On a vu à certains endroits l'ambassadeur américain parader officiellement au devant d'une gay pride locale.

Et on ne s'étonnera pas de trouver dans un document du cabinet du premier ministre français relatif au plan gouvernemental contre "les discriminations commises à raison de l'orientation sexuelle et du genre" une recommandation encourageant les ambassades de France à abonder dans le même sens.

Le plan mondialiste est en marche. Il passe par la subversion des moeurs.

01 juillet 2013

Propagande homosexuelle interdite auprès des mineurs (...en Russie)

drapeau-russe-avec-les-armoiries.jpgLe président russe Vladimir Poutine a signé la loi interdisant la propagande homosexuelle auprès des mineurs, le document ad-hoc étant publié dimanche sur le site officiel de l'information judiciaire.

Le 12 juin dernier, la chambre basse du parlement russe a approuvé par une majorité écrasante des voix une loi instaurant des amendes allant jusqu'à un million de roubles (25.000 euros) pour "propagande des relations sexuelles non-traditionnelles auprès de mineurs".

La loi prévoit des amendes allant de 4.000 à 5.000 roubles (96-117 euros) pour les citoyens, de 40.000 à 50.000 roubles (940-1.170 euros) pour les fonctionnaires, et de 800.000 à un million de roubles (20.000 à 25.000 euros) pour les personnes juridiques.

Si une telle propagande est effectuée par les médias et internet, les sanctions seront encore plus dures, les amendes allant de 50.000 à 100.000 roubles (1.200-2.400 euros) pour les citoyens, de 100.000 à 200.000 roubles (2.400 à 4.800 euros) pour les fonctionnaires et jusqu'à un million de roubles (25.000 euros) pour les personnes juridiques, accompagné de suspension de leur activité pour un délais de 90 jours.

(source RIA Novosti)