Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 juillet 2013

Filmer ou photographier les abus policiers ? C'est votre droit !

Dictature socialiste, loi Taubira, PMA, GPA, gender, euthanasie, antichristianisme,... Comment y résister ?

16 juillet 2013

Interpellations et atteintes aux libertés pour tous, ce soir devant l'Assemblée Nationale

Des Veilleurs-debout étaient présent aujourd'hui devant l'assemblée Nationale pour défendre l'enfant-à-naître des lois mortifères des idéologues du gouvernement socialiste.

Photo0766.jpg

Ces défenseurs de la Vie, de l'enfant et de la famille se retrouvent très rapidement parqués entre des barrières et privés de leur liberté de circulation par la police politique.

Photo0769.jpg

On y retrouve des jeunes, des gens de tous âges et mêmes des enfants.

Photo0772.jpg

Parqués comme des bovins, pour le simple fait d'avoir stationné pacifiquement devant l'assemblée.

Photo0774.jpg

Ces personnes sont privées de leur liberté de circulation, sans motif valable.

Photo0781.jpg

Beaucoup de jeunes parmi eux. Il est vrai que le dictateur Hollande a fait de la jeunesse la priorité de son quinquennat.

Photo0789.jpg

Une grande solidarité est constamment présente entre citoyens du pays réel, ici une personne apporte de l'eau aux interpellés politiques.

Photo0787.jpg

Un citoyen, traité en délinquant pour le simple fait d'avoir pacifiquement stationné quelques instants devant l'asemblée Nationale.

 

Photo0783.jpg

La police politique en pleine action pour mettre un terme à la dangereuse liberté de circulation des défenseurs de l'enfant-à-naître.

Photo0784.jpg

Devant ces flagrants abus de pouvoir des chiens de gardes de la dictature socialiste, certains essaient désespérement de comprendre ce qui leur arrive et demandent des explications à des policiers bornés qui assument parfaitement leur action.

Nous avons ainsi pu entendre ce genre de conversation: " L'article 432-4 du code pénal? Oui et alors?

Vous dites que c'est illégal de vous retenir sans aucun motif? et alors?

Ca nous est bien égal! légal ou pas, on applique nos ordres."

Un discours qui devrait inquiéter bien des pseudo-défenseurs des libertés individuelles...

Photo0785.jpg

Normal sous une présidence "normale" ou plutôt sous la "dictature normale"

Photo0786.jpg

derrière les barreaux, privés sans motif de leur liberté de circuler.

 Surréaliste:

Pendant notre reportage photo, ces policiers qui retenaient sans motif, illégalement et contre leur gré ces courageux défenseurs de l'enfant-à-naître sont venus sans scrupule et en nous menaçant, nous entretenir de leur soi-disant "droit à l'image". 

Après avoir craché en public sur l'article 432-4 du code pénal et avoir répondus aux députés qui les interrogeaient qu'ils retenaient ces gens pour manifestation "non-autorisé" (ce qui est juridiquement un non-sens puisqu'en France et au moins dans la loi, les manifestation sont sous régime déclaratif) et tout en retenant des gens sans motif et contre leur gré, le fait de se prévaloir encore d'une approximation du droit pour réclamer quelque chose est assez hallucinant!

Ces messieurs de la police politique se préoccuperaient-ils plus de leurs passe-droits que du Droit ?


Photo0768.jpg

 Pendant ce temps, les veilleurs-debout tiennent bon aussi Place Vendôme

Une "dangereuse" veilleuse entre deux policiers. Et pendant ce temps-là, ça se passe comment dans les banlieues ?

Devant l'Assemblée nationale en ce moment - la police continue de se déshonorer

vals-dictature.jpegParis, en direct devant l'Assemblée nationale. Des députés sont intervenus pour mettre fin à l'intimidation scandaleuse menée par les policiers de la compagnie d'intervention n°12 et apporter des bouteilles d'eau aux enfants parqués entre des barrières par les policiers.

Un officier de police mécontent de l'intervention de ces députés leur a déclaré que la manifestation de ces gens n'était pas autorisée. Les députés ont été obligés de rappeler à cet officier qu'en France les manifestations doivent être déclarées et non autorisées.

Les policiers ont repoussé la cinquantaine de personnes. Comme celles-ci refusent de quitter les lieux, la police procède en ce moment à des arrestations.

Bientôt les photos exclusives de ces abus policiers !

Dictature socialiste : la police bloque en ce moment une cinquantaine de personnes -dont des enfants- devant l'assemblée nationale

vals-dictature.jpegParis, 18h25. En ce moment même, une cinquantaine de personnes dont des enfants sont retenus sans motif par des policiers de la compagnie d'intervention n°12.

Il s'agirait de veilleurs debout, parmi lesquels des parents accompagnés de leurs enfants, venus tranquillement veiller devant l'Assemblée nationale pour le respect de l'embryon. Ils ont été rassemblés et parqués comme du bétail par des policiers très énervés.

Le simple fait de nous décrire par téléphone la scène a valu à notre correspondant qui quittait son lieu de travail à quelques mètres de là de se faire interpeller par un policier en civil lui demandant nerveusement pourquoi il parlait au téléphone de l'action des policiers. Le fait de simplement décrire une scène est-il désormais interdit en dictature socialiste ?

Rappelons à tous ces policiers qu'ils se rendent complices en exécutant des ordres illégaux. 

Et maintenant, un timbre inspiré des FEMEN !

Rien ne sera épargné au pays réel!

Après les illuminations de la tour Eiffel aux couleurs LGBT, les idéologues sectaires et haineux du gouvernement se choisissent une FEMEN christianophobe pour modèle sur le nouveau timbre de La Poste, dévoilé dimanche à l'Elysée.

La nouvelle Marianne sur les timbres, illustration de ce que Joseph de Maistre appelait "la Gueuse", est donc très à propos inspirée de la fondatrice des Femen, Inna Shevchenko.

Olivier Ciappa, auteur d'une scandaleuse et récente exposition homosexualiste et également auteur de ce dessin, a reconnu sur Twitter avoir pris pour modèle cette militante Femen haineuse et christianophobe.

Pour en savoir plus:ici

Tout indique donc que le gouvernement socialiste a sciemment choisi un timbre censé évoquer l'inique loi Taubira.

Les autres projets ignobles que veut imposer cette dictature socialiste ne laissent rien présager de bon!

Avec l'enseignement obligatoire de l'idéologie du genre ou "Gender" dans les écoles et ce dès le plus le jeune âge, on peut se demander si LA Marianne de l'année prochaine (2014) ne sera pas UN homme...

A ce sujet, on pourrait proposer le projet de timbre suivant pour l'année prochaine:

femen,civitas,timbre,dictature socialiste

Avec Pierre Bergé richissime militant LGBT en Marianne 2014, ce projet de timbre est censé évoquer l'enseignement obligatoire de l'idéologie du genre dans les écoles.


Pour se préparer à éviter ça et tenter de faire échec avec un maximum d'efficacité aux projets iniques de la dictature socialiste notamment vis à vis de la famille:


Venez à la session d'été CIVITAS à Unieux (42) sur le thème:

"Les devoirs de l'Etat envers la Famille"

Renseignements et inscriptions ici

La chef Femen christianophobe sert de modèle au timbre de la nouvelle série “Marianne” ! - See more at: http://www.christianophobie.fr/breves/la-chef-femen-christianophobe-sert-de-modele-au-timbre-de-la-nouvelle-serie-marianne#sthash.stQCjPVQ.dpuf
La chef Femen christianophobe sert de modèle au timbre de la nouvelle série “Marianne” ! - See more at: http://www.christianophobie.fr/breves/la-chef-femen-christianophobe-sert-de-modele-au-timbre-de-la-nouvelle-serie-marianne#sthash.stQCjPVQ.dpuf
La chef Femen christianophobe sert de modèle au timbre de la nouvelle série “Marianne” ! - See more at: http://www.christianophobie.fr/breves/la-chef-femen-christianophobe-sert-de-modele-au-timbre-de-la-nouvelle-serie-marianne#sthash.stQCjPVQ.dpuf

15 juillet 2013

Place Vendôme, les veilleurs-debout toujours fidèles au poste !

Les veilleurs-debout se relaient constamment place Vendôme pour exiger l'abrogation de l'inique loi Taubira.

Ce soir, place Vendôme devant le ministère de la justice. 

Photo0765.jpg

Hier soir, 14 juillet place Vendôme, On Ne Lâche Rien !

civitas,veilleurs debout,loi taubira,onlr,printemps français

Pendant que certains regardaient les feux d'artifices, d'autres préfèraient veiller.

civitas,veilleurs debout,loi taubira,onlr,printemps français

Car ils mesurent la gravité de la destruction de la famille manigancée par la dictature socialiste.

civitas,veilleurs debout,loi taubira,onlr,printemps français

 le pays réel se préoccupe du sort de la famille!

civitas,veilleurs debout,loi taubira,onlr,printemps français

Et lorsqu'un s'en va, un autre prend le relais.

civitas,veilleurs debout,loi taubira,onlr,printemps français

On Ne Lâche Rien! Jamais ! Jamais ! Jamais !

Lettre ouverte d'un commissaire de police

Mais que sont les commissaires de police devenus ?

La gestion des mouvements d'opposition au mariage homosexuel a fait voler en éclat le cadre habituel du maintien de l'ordre.

 Il fut un temps où l'on enseignait à l'école des commissaires de police le rôle particulier du commissaire lors des opérations de maintien de l'ordre. Nos professeurs insistaient sur la particularité de notre statut, autorité civile présente sur les lieux des manifestations à qui revenait à ce titre la décision d'employer la force ou les armes. Un maintien de l'ordre était réussi lorsque l'équilibre était trouvé entre la manifestation des opinions et le trouble à l'ordre public supportable. Et le commissaire tenait là une place éminente.

Mais aujourd'hui il y a substitution d'un maintien de l'ordre visant à l'équilibre par un maintien de l'ordre absolu et judiciaire avec contrôles d'identité massifs, interpellations, gardes à vue, poursuites...en employant des dispositions pénales quasi tombées en désuétude. Combien de manifestations étaient encore déclarées par les organisateurs hormis à Paris ? Combien de gardes à vue pour absence de déclaration de manifestation ou pour participation à un attroupement en dehors des violences urbaines ?

Il est évident alors que le commissaire de police dans une telle conception n'est plus une autorité civile veillant tout à la fois à préserver l'ordre public et les libertés individuelles. Il demeure dans cette nouvelle doctrine tout juste un commandant de la force publique chargé de mettre en œuvre une répression. Ce renversement ne peut s'expliquer que par l'existence de consignes ministérielles sauf à supposer que les commissaires de police, d'un même cœur et d'un même pas aient choisi de réprimer les opposants au mariage homosexuel en utilisant de surcroit les mêmes armes judiciaires.

Et c'est ainsi que le commissaire de police, autorité civile, a disparu. La répression idéologique de la manif pour tous est donc parvenue à accomplir ce que les préfets, les sous préfets, les commandants d'unités mobiles, les magistrats n'avaient pas obtenu : faire des commissaires de police de simples maillons d'une chaine hiérarchique dépourvus de leur pouvoir d'appréciation. Cela au mépris de notre histoire, du code pénal et sans doute aussi de la démocratie.

Et si l'anecdote est vraie, alors le baiser de la mort nous aura été donné par le préfet Carenco qui au sein même de l'école de commissaire de police à Saint Cyr au Mont d'Or se permit de menacer un prêtre, notre invité, tout cela pour délit d'opinion avec jugement d'expulsion immédiat.

Le symbole est fort et il exprime bien ce que nous sommes devenus : des pions !

La suite de l'histoire est écrite puisque l'on ne veut plus de commissaire de police, rien ne s'oppose à ce qu'il rejoigne le corps des officiers de police, avant que d'envisager de tout mélanger dans un brouet nouveau mêlant policier et gendarmes.

Nous pourrons alors demander au curé de Saint Cyr au Mont d'Or, une messe de requiem pour feu le commissaire de police. Messieurs Valls et Carenco pourront sonner le glas.

 Philippe Pommier

commissaire divisionnaire (en disponibilité pour convenances personnelles)

3juil-bougie-crs.JPG

14 juillet en dictature socialiste - la traque aux opposants


Chasses aux drapeaux pour tous ! par magnienville

Dictature socialiste - le 14 juillet, il ne fait pas bon aimer la France et la Famille...

dictaturesoc14juillet.jpg

14 juillet 2013

14 juillet - Hollande hué par la foule

13 juillet 2013

L'Europride, sauterie homosexuelle à Marseille, fait un flop malgré l'argent du contribuable investi par les collectivités locales

subventions.jpegCIVITAS avait déjà évoqué l'europride -grande sauterie homosexuelle- organisée à Marseille sous l'oeil bienveillant du sénateur-maire Jean-Claude Gaudin et à grands renforts de subventions locales et donc de l'argent du contribuable. Mais malgré tout cet argent public et celui des sponsors, c'est le flop intégral comme en témoigne un extrait de la presse locale : 

"Hier en début d'après-midi, la Friche de la Belle-de-Mai était déserte."Il n'y a personne depuis le début", se plaignaient les commerçants présents sur le site. À l'espace de restauration, seuls deux stands étaient ouverts sur les sept emplacements prévus.

Et les quelques visiteurs présents se situaient à la "Cartonnerie", le hangar dédié aux expositions, où cinq personnes osaient s'aventurer au milieu des photographies et tableaux".

FEMEN : gros salaire pour s'exhiber...

femen-fourest-pflimlin.jpg(...) on a l’impression que les FEMEN sont des exhibitionnistes qui sont contre tout et tous. Mais derrière ces femmes sans pudeur, derrière leurs actions hystériques, quelqu’un qui les entretient. Après quelques révélations, on en est maintenant sûr. Le salaire de ces « pauvrettes » atteindrait 2500 euros, alors que le salaire moyen en Ukraine ne dépasse pas 500 euros, écrit le journal italien Il Foglio. A Paris, les dépenses de l’organisation sont encore plus élevées : les FEMEN gagneraient 1000 euros par jour, fait savoir la même source. On les paye donc pour leurs seins et parmi ceux qui le font, il y a des oligarques des Etats-Unis, d’Allemagne et d’Ukraine même. Les « militantes » exécutent des commandes, parfois contradictoires, de différents clients, ça c’est clair.

Evidemment, chacun gagne sa vie comme il peut. Mais à quoi bon ériger en héroïnes ces femmes qui secouent leurs seins pour de l’argent ? Et c’est justement ça que fait la France en les hébergeant. Certes, certaines actions des FEMEN correspondent à l’état d’esprit des socialistes. Il a suffi que les femmes nues soutiennent la loi autorisant le mariage homosexuel en France pour qu’elles soient respectées et considérées comme des victimes des régimes totalitaires. Mais ce point de vue est une grande illusion. Notre Dame de Paris, lieu sacré des catholiques et symbole de la capitale française, a été déjà profané par ces femmes barbares sans que ces dernières soient punies. En revanche, Paris est devenu le siège principal des FEMEN : les militantes ukrainiennes y ont déjà fondé leur camp d’entraînement et ont même déjà sorti un livre consacré à leur mouvement. Tout cela est déplorable. Evidemment, l’activité des FEMEN s’inscrit bien dans la politique du gouvernement socialiste français, mais la France n’a-t-elle pas peur de bercer le serpent sur son sein ?  

12 juillet 2013

Dictature socialiste : certains policiers en ont ras le képi !

vals-dictature.jpegLu dans Le Figaro :

"Il y a quelques jours, les CRS s'indignaient, dans un tract du syndicat Alliance, de leur mission «ridicule» contre les «veilleurs debout». Aujourd'hui, c'est chez les commissaires de police que la colère gronde. Dans le dernier numéro de la Tribune du commissaire, deux des trois «tribunes libres» sont consacrées au «malaise grandissant» de l'institution policière face à la répression des manifestations anti-mariage gay.«Du jamais vu!», commente un membre de ce syndicat, qui représente 60 % des commissaires, et qui a toujours été très légitimiste. «Cela montre l'ampleur du mécontentement».

Signé «un collectif de commissaires de police», le premier article évoque «une vidéo ayant circulé sur Internet», «qui montre deux de nos collègues remettant en liberté des personnes portant un vêtement assorti du logo d'une association engagée dans un débat de société, après un simple contrôle d'identité». «S'il apparaissait que des instructions ont été données à toute la chaîne hiérarchique policière d'interpeller des personnes sur ce seul motif, soulignent les auteurs, les commissaires de police qui ont décidé de les élargir honorent le Corps de Conception et de Direction». Et de conclure: «il était temps de prouver que notre Institution n'est pas une police d'opinion».

Le deuxième texte - une tribune «poignante», juge le secrétaire général du SCPN, Emmanuel Roux - est une lettre d'«un commissaire de police attentif à l'actualité» à un «cher collègue». Vraisemblablement pied-noir, il lui parle de sa grand-mère, Eugénie, qui «aimait beaucoup la France, bien qu'elle n'y soit jamais allée avant que le sens tragique de l'Histoire ne la contraigne (…) à quitter pour toujours notre terre natale il y a 51 ans». Un jour, raconte-t-il, «elle commit l'acte fou de brandir un drapeau français à sa fenêtre». Des uniformes «déboulèrent», «défoncèrent sa porte», à la recherche du drapeau.

Aujourd'hui, le petit-fils d'Eugénie est commissaire divisionnaire. «Depuis plusieurs mois, le pays gronde, poursuit-il. Je vois des uniformes, de jeunes manifestants que l'on colle contre le mur. J'en ai vu qui tombaient, d'autres que l'on conduisait vers des fourgons, le regard perdu mais fier». Avant d'asséner: «Je ne serai jamais l'un de ces officiers. J'aime trop ma grand-mère».

Emmanuel Roux admet avoir hésité avant de publier ces «collègues qui parlent avec leur tripes». Mais il a reçu plusieurs appels dans le même sens, et a voulu jouer son «rôle de syndicat, lieu de parole». «Je n'ai pas eu connaissance de pratiques policières qui auraient été différenciées selon les manifestants, tempère-t-il. Mais l'ordre public, c'est une alchimie complexe…»

Au sein du SCPN, on affirme toutefois que «beaucoup ne se reconnaissent absolument pas dans les méthodes appliquées». «C'est pas qu'on soit pro ou anti mariage gay, témoigne un commissaire signataire du premier article. On est simplement choqués. On voit une distorsion énorme entre ce qui se passe avec les voyous récidivistes et des gamins pacifiques qu'on met en garde-à-vue simplement parce qu'ils portent un tee-shirt! Parfois, il faut avoir la force de dire «non». Notre message, c'est que l'on refuse d'être une police politique, quel que soit le pouvoir»."

dictaturesoc8.jpg

11 juillet 2013

Une politique pour un monde où l'hétérosexualité ne serait pas normale ?

danger.jpgEn cette période estivale, je voudrais obtenir quelques minutes de votre attention pour insister sur la gravité du plan révolutionnaire prévu pour la rentrée dans la suite logique de la loi Taubira. De la procréation médicalement assistée à l'euthanasie en passant par la gestation pour autrui, de l'idéologie du genre à la réforme subversive de l'éducation nationale, la rentrée sera semée de pièges redoutables. Je me contenterai de mettre à votre disposition quelques citations éloquentes pour mesurer l'ampleur des dangers.
 
Idéologie du genre : penser un monde où l'hétérosexualité ne serait pas normale
"Ce qui est cause, c'est l'hétérosexualité en tant que norme. Il nous faut essayer de penser un monde où l'hétérosexualité ne serait pas normale."
Eric Fassin, sociologue, promoteur de la théorie du genre en France, professeur à l'Ecole Normale Supérieure
 
Une politique des "anormaux"
LGBT, c'est dépassé ! Place au LGBTQI (pour LesBiGayTransQueerIntersexes). Beatriz Preciado, auteur de Multitudes queer : notes pour une politique des "anormaux", explique que "la priorité du mouvement queer" est de "défaire les identités" en promouvant une "politique des multitudes", des "anormaux", de tout ce qui est considéré comme sexuellement déviant. Il s'agit de créer l'union de toutes les différences "monstrueuses", de tous les "sujets abjects" pour détruire "l'hétéronormativité".
 
Un Etat totalitaire qui s'empare des enfants
"Les enfants n'appartiennent pas à leurs parents, ils appartiennent à l'Etat."
Laurence Rossignol, sénatrice PS, 5 avril 2013, en direct sur France 2, émission Ce soir ou jamais
 
"Le but de la morale laïque est de permettre à chaque élève de s'émanciper... Il faut être capable d'arracher l'élève à tous les déterminismes : familial, ethnique, social, intellectuel"
(Vincent Peillon, Le Figaro, 2/9/2012)
 
La religion et la morale laïques exigent donc, pour lutter contre les déterminismes, de "changer les mentalités (...) notamment par le biais d'une éducation au respect de la diversité des orientations sexuelles"
(Vincent Peillon, Lettre du 4 janvier 2013 aux recteurs)
 
Une haine de la Famille qui a pour corollaire la haine de Dieu
"Toute l'opération consiste bien, avec la foi laïque, à changer la nature même de la religion, de Dieu, du Christ, et à terrasser définitivement l'Eglise".
(Vincent Peillon, Une religion pour la République, p. 277, édition du Seuil, 2010)
 
"Il faut donc à la fois déraciner l'empreinte catholique qui ne s'accomode pas de la République et trouver, en dehors des formes religieuses traditionnelles, une religion de substitution qui arrive à inscrire jusque dans les moeurs, les coeurs, la chair, les valeurs et l'esprit républicain sans lesquels les institutions républicaines sont des corps sans âme qui se préparent à tous les dévoiements"
(Vincent Peillon, ibid, p. 34)
 
"La laïcité française, son ancrage premier dans l'école, est l'effet d'un mouvement entamé en 1789, celui de la recherche permanente, incessante, obstinée de la religion qui pourra réaliser la Révolution comme promesse politique, morale, sociale, spirituelle. Il faut pour cela une religion universelle : ce sera la laïcité. Il lui faut aussi son temple ou son église : ce sera l'école. Enfin, il lui faut son nouveau clergé : ce seront les hussards noirs de la république"
(Vincent Peillon, ibid, p. 48)
 
Une seule question : allez-vous laisser faire ? Si votre réponse est NON, encore faut-il savoir comment riposter efficacement. Cela demande de s'informer, de connaître le contenu, l'histoire, l'origine et les finalités de ces idéologies et d'apprendre à argumenter pour démonter ces folies. C'est pourquoi la session d'été organisée par CIVITAS à Unieux du 26 au 29 juillet mérite votre participation ! Inscrivez-vous sans tarder. Toutes les informations sont ici.
 
Alain Escada,
président de CIVITAS

Encore un duo homosexuel qui abusait sexuellement l'enfant qu'il avait adopté...

nonàadoptionparhomos.jpgParis Match dévoile cette horreur qui mêle pédophilie, réseaux internationaux, homosexualité, mère porteuse : 

"Deux hommes qui avaient adopté un petit garçon en Russie ont abusé de lui pendant près de six ans. L’un des deux a été condamné à 40 ans de prison la semaine dernière, l’autre connaîtra sa peine plus tard.

Le petit garçon était devenu l’objet sexuel de ses parents. La semaine dernière, Mark Newton, un Américain accusé d’avoir violé son fils pendant au moins six ans, a été condamné à 40 ans de prison et 400 000 dollars d’amende. Avec son compagnon australien Peter Truong, il avait adopté l’enfant en Russie en 2005, après avoir payé une mère porteuse 8000 dollars et falsifié des documents officiels. Le début du cauchemar pour le garçonnet. A peine âgé de deux ans, il a subi les pires sévices de la part de ses parents. D’après la police citée par le «Sydney Morning Herald», la petite victime dont l’identité reste secrète, n’aurait été adoptée que dans un seul but : être exploitée. En plus de le violer, Mark Newton et Peter Truong ont également «offert» leur fils à d’autres pédophiles à travers le monde.

Il aurait eu des relations sexuelles avec au moins huit autres hommes, en France, en Allemagne, en Australie et aux Etats-Unis. Pire, ces actes atroces ont en plus été immortalisés en vidéo. Des images retrouvées dans l’ordinateur du couple par les enquêteurs et qui n’ont même pas pu être diffusées lors du procès, tant elles sont choquantes. «Je pense personnellement que c’est l’une des pires affaires, si ce n’est la pire affaire de pédophilie dont j’ai entendu parler», a commenté Brian Bone, l’un des enquêteurs en charge du dossier à la fin du procès" (suite). 

Place Vendôme le 10 juillet, on ne lâche rien !

Place Vendôme le 10 juillet, on ne lâche rien !

civitas, ONLR, veilleurs debout, place vendôme, loi taubira, dictature socialiste,

Les  veilleurs-debout sont toujours en place ! 

civitas, ONLR, veilleurs debout, place vendôme, loi taubira, dictature socialiste,

Beaucoup de touristes étrangers posent des questions sur leur présence, les sympathiques veilleurs-debout n'hésitent pas à les renseigner. Ils deviendront à leur tour les ambassadeurs de la cause de la famille, malmenée en France, une fois rentrés dans leurs pays.

civitas, ONLR, veilleurs debout, place vendôme, loi taubira, dictature socialiste,

Et comme les veilleurs-debout, ils ne lâcheront rien ! Jamais ! Jamais ! Jamais !

civitas, ONLR, veilleurs debout, place vendôme, loi taubira, dictature socialiste,

10 juillet 2013

Dictature socialiste - Les conditions de détention de Nicolas furent ignobles

vals-dictature.jpegA quoi a ressemblé la détention de Nicolas ?

Quatre-vingt-seize heures de garde à vue au cours desquelles il se retrouve dans une cellule avec deux transsexuels qui ont un rapport anal.
Les policiers ont usé de techniques de torture pour le faire craquer, ajoute maître Pierre-Philippe Boutron-Marmion. On le place à l'isolement.
Pas de douche pendant dix jours.
Pas de visite de ses proches, pas de livres.

Cela se passe en France en 2013 !

http://www.lepoint.fr/societe/anti-mariage-gay-nicolas-bu...

Dictature socialiste : Sybille, étudiante infirmière, déjà interpellée 16 fois

nonàpolicepolitique.jpgLu dans Le Figaro :

"Mardi soir, alors que la trentaine de «veilleurs debout» place Vendôme apprenait la libération de Nicolas, la quasi-totalité d'entre eux, après un soupir de soulagement, reprenait immédiatement la pose. «La liberté pour Nicolas, c'est juste normal: nous, on reste pour toutes les autres injustices!, s'enflamme Timothée, étudiant. Il y a encore d'autres procès en cours, comme celui de l'Hommen qui a perturbé Roland-Garros. Et puis la PMA, la GPA… on ne lâche rien!» Devant le ministère de la Justice, encadrés par une poignée de policiers en civil et deux fourgons, ils répètent, citant Montesquieu, qu'«une injustice faite à un seul est une menace faite à tous». Étudiante infirmière, Sibylle raconte avoir été interpellée 16 fois, «car je restais avec ma trousse après chaque manif, pour soigner des manifestants si besoin». Timothée renchérit: «Moi, je filmais un policier en train de faire acte de violence envers un manifestant ; il m'a forcé à effacer mes photos de vacances! Ce n'est peut-être pas très grave, mais c'est le fait que chacun d'entre nous ait subi des brimades, que cela se banalise tellement, qui nous désole». [...]

«C'est monstrueux cette haine des gens de gauche contre les gens de droite, les valeurs, la famille, l'identité!», lance Cyril, un médecin venu «directement après avoir entendu parler de ­Nicolas à la télé. Cela me fait peur: ce sont eux les fascistes! Je suis d'autant plus en colère que j'ai voté Hollande…». [...]"