Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 août 2012

Etats-Unis : un fast-food pour les opposants au "mariage" homosexuel

Alors que 40 multinationales soutiennent financièrement la campagne en faveur du "mariage" homosexuel aux Etats-Unis, voici une société courageuse qui a choisi le camp des défenseurs de la Famille.

Une des chaînes de restauration rapide les plus en vogue ces dernières années aux Etats-Unis, Chick-Fil-A (spécialisée dans les sandwiches à base de poulet), a la particularité d'être marquée par la foi chrétienne de ses fondateurs. Ses 1600 franchisés sont par exemple tenus de rester fermés le dimanche.

La semaine dernière, la chaîne est soudain devenue la cible du lobby homosexuel, à la suite de déclarations pourtant très anodines de son dirigeant en faveur du mariage traditionnel. Avec le soutien des grands médias, un boycott de la chaîne a été lancé; les producteurs des "Muppets", qui fournissaient des jouets pour ses menus enfants, ont rompu sur-le-champ toute relation; et les maires Démocrates de Chicago, Boston ou San Francisco ont déclaré que les restaurants Chick-Fil-A n'étaient pas les bienvenus dans leur ville - voire se verraient refuser tout nouveau permis de construire.

Ce mouvement d'hystérie oubliait toutefois un fait important: une majorité des Américains est favorable au mariage traditionnel, et même certains partisans de la dénaturation du mariage ont été choqués par cette tentative d'intimidation. Le désaveu de cette campagne a donc été cinglant: des dirigeants pro-famille avaient appelé les Américains à marquer leur soutien à la chaîne en s'y rendant au cours de la journée d'hier, et ils ont été suivis au-delà de leurs espérances. D'un bout à l'autre du pays, les restaurants n'ont pas désempli - avec parfois des files d'attente de plusieurs heures (série de photos) - à tel point que l'ensemble des médias ont dû en rendre compte.

San-Marcos-CA

Forte de ce soutien spectaculaire, la chaîne Chick-Fil-A a certainement de belles années devant elle. Quant au lobby anti-mariage, qui aime tant se poser en victime, il a montré dans cet épisode un visage d'intolérance que les Américains n'oublieront pas de sitôt. (via le Salon Beige)

Photo1

01 août 2012

Le fondateur d'Amazon finance le lobby homosexuel à hauteur de 2,5 millions de dollars

affichecivitasnonaumariagehomo1.jpgJeff Bezos, fondateur d’Amazon, a annoncé qu’il versait 2,5 millions de dollars à l’association Washington United for Marriage qui milite en faveur du "mariage" homosexuel.

Cette donation a été rendue publique et le magnat du e-commerce a tenu à souligner que cet argent était donné en son nom et celui de son épouse MacKenzie.

Des dirigeants de 40 multinationales ont annoncé participer au financement de la campagne du lobby homosexuel menée dans l'Etat de Washington et servant indirectement à la promotion mondiale des revendications de ce lobby.

29 juillet 2012

La fédération PS du Rhône veut une société asexuée

Capture-d’écran-2012-07-27-à-15.20.09-500x250.png

Vu sur NOVOpress: Sous le titre « Les femmes sont des hommes comme les autres : pour un féminisme solidaire », Cécile Michaux, secrétaire fédérale chargée de la formation des militants à la fédération socialiste du Rhône, et Frédéric Piriou, chargé de la communication de cette fédération, présentent leurs contributions pour le prochain congrès du Parti socialiste des 26, 27 et28 septembre 2012. Les contributions des fédérations départementales ont vocation à être discutées en vue de l’élaboration d’une ligne politique sur tous les thèmes de société pour les prochaines années.

La présente contribution vise, comme l’indique son titre, à mettre en œuvre un « féminisme solidaire » dans la société. Derrière ce terme enjolivé, se cache l’idée d’une destruction des particularités des sexes en vue de la mise en place d’une société niant le genre de chacun, en vue d’une meilleure égalité dans les domaines professionnels et privés entre hommes et femmes. Ainsi, il ne faut plus évoquer les droits de la femme, qui est un terme de nature à les distinguer, mais il faut désormais parler du droit « à l’émancipation des individus ».

L’approche du féminisme proposée, en niant les genres, se veut dès lors une ouverture vers le choix de son genre, mais aussi vers la reconnaissance d’une société asexuée, notamment par l’approbation du mariage entre homosexuels, et transsexuels : « Cette approche universaliste rejoint d’autres combats pour l’égalité. On pense ici notamment aux combats menés par les militants LGBT (Lesbiens, Gays, Bi et Trans) […] Ceux-ci demandent à ce titre le mariage “pour tous”, et non pas le « mariage gay », et se battent donc pour la suppression de la définition sexuée du mariage, vers une dimension plus ouverte d’une union entre “deux individus”. »


Différents moyens pour arriver à mettre en place une telle société sont préconisés

Le premier moyen passe par l’enseignement : « L’éducation doit par ailleurs être un champ d’action central : c’est dans le cadre de l’école de la République, dès le plus jeune âge, qu’il est fondamental d’éduquer les enfants avec les valeurs d’égalité et de fraternité comme ligne d’horizon. Cela passe notamment par la déconstruction des représentations sexuées qui les prédestinent selon leur genre à certaines études et à certaines professions, à un rôle social déterminé dans leurs futures relations familiales, à la domination ou à la soumission au désir de l’autre, à l’acceptation ou au refus de leur identité de genre et de leur orientation sexuelle, et à celle d’autrui » (en gras, souligné par Novopress).

Enfin, le deuxième moyen prévu consiste en une action sur les contenus culturels et publicitaires, et sur les médias en général pour « la déconstruction des stéréotypes de genre dans notre société ».

source: Novopress, agence de presse indépendante

 

2132675025.4.jpg

26 juillet 2012

La Pologne ne veut ni d'un PACS ni d'un "mariage" homosexuel

affichecivitasnonaumariagehomo1.jpgLe Parlement polonais a repoussé mardi une proposition de débat concernant quatre projets de lois sur des unions civiles entre partenaires (pacs) non mariés. Les quatre projets avaient été déposés par deux formations d'opposition de gauche, l'Alliance de la gauche démocratique (SLD) et le Mouvement Palikot. Ils ont été massivement rejetés par les autres groupes parlementaires. Ces projets visaient à permettre des unions entre partenaires du même sexe. La Plateforme civique (PO, centre droit) du Premier ministre Donald Tusk s'est opposée au débat sur ces projets, estimant qu'ils étaient "mal préparés". La droite catholique d'opposition a dénoncé de son côté le caractère anticonstitutionnel des projets, rappelant que la loi fondamentale polonaise définissait le mariage comme une union entre un homme et une femme.

25 juillet 2012

La Polynésie contre le "mariage" homosexuel

affichecivitasnonaumariagehomo3.jpgHier à l'Assemblée Nationale, le député polynésien Edouard Fritch s'est prononcé contre le "mariage" homosexuel. Membre du groupe Union des Démocrates et Indépendants (UDI), il s'est exprimé avec vigueur pour faire savoir que la Polynésie n'avait aucune envie de suivre les démarches de François Hollande destinées à satisfaire les revendications du lobby homosexuel. Le député a ainsi demandé à la ministre de la Justice Christiane Taubira de consulter l'assemblée locale concernant tous projets ou propositions de lois qui s'appliqueraient en Polynésie, invoquant les différences entre les mentalités de la métropole et celle des Dom-Tom: «Le christianisme, en particulier, est devenu une valeur de la société polynésienne. La laïcité n’y a pas la même prépondérance que dans l’hexagone. La conception et le rôle de la famille ne sont pas ceux couramment observés en métropole. En d’autres termes, la société polynésienne ne vit pas et n’évolue pas sur les mêmes enjeux sociaux et culturels.»

«Lorsque le Gouvernement présentera son projet de loi sur le mariage homosexuel, et s’il envisageait de l’étendre à la Polynésie française sans que nous soyons consultés au préalable, alors je deviendrais un activiste farouchement défavorable à ce projet. C’est typiquement le genre de sujet et de loi qui aura un impact social, psychosocial et sociétal important sur la famille polynésienne.»

21 juillet 2012

Le Libéria inscrit dans sa Constitution l'interdiction du "mariage" homosexuel

affichecivitasnonaumariagehomo2.jpgLes sénateurs libériens ont voté vendredi à l'unanimité un amendement à la Constitution interdisant le mariage entre personnes du même sexe. La question du mariage entre personnes du même sexe n'a pas fait l'objet d'une loi, mais d'un amendement à un article de la Constitution. Cet article interdit déjà la polygamie et le mariage entre parents. L'amendement y ajoute "les personnes du même sexe", selon la lecture faite par le président du comité des affaires judiciaires, des pétitions et des droits de l'homme, Joseph Nagbe. Ces décisions interviennent après un vif débat public à la suite du dépôt par un groupe de militants homosexuels d'un projet de loi légalisant le mariage entre personnes du même sexe.

20 juillet 2012

La diplomatie américaine obamaniaque serait-elle en charge de soutenir le lobby homosexuel ?

affichecivitasnonaumariagehomo3.jpgEtrange. Le 7 juillet dernier, lors de la Gay Pride à Budapest, on a pu apercevoir  au défilé l’ambassadrice des États-Unis d’Amérique, Eleni Tsakopoulos Kounalakis . N'est-ce pas ce qu'on appelle de l'ingérence ?

On ne manquera en tout cas pas de mettre ceci en parallèle avec l'implication de différentes multinationales (déjà une quarantaine à ce jour dont Microsoft, Amazon, Nike Inc.,...) dans la campagne pour le "mariage" homosexuel.

"Mariage" homosexuel : des khmers rouges aux khmers roses

affichecivitasnonaumariagehomo2.jpgSi le législateur dénature le mariage pour accorder le "mariage" homosexuel, pourquoi n'admettrait-il pas tout autant la polygamie ? C'est en substance ce que Mgr Aupetit, vicaire général du diocèse de Paris, laissait entendre au cours d'un entretien publié il y a quelques jours par Paris Notre-Dame. Ce faisant, Mgr Aupetit et, peu avant lui, Ivan Rioufol, chroniqueur au Figaro, reprenaient une argumentation largement démontrée par Civitas depuis le mois de mai. Le président du groupe communiste au Conseil de Paris, Ian Brossat (dont l'homosexualité est publique depuis l'année dernière), a qualifié ces propos de "dérapage homophobe" et demandé des excuses à Mgr Aupetit. Car, vous l'aurez compris, les communistes et le lobby homosexuel partagent la même définition du mot débat : échange verbal entre partisans de la pensée unique.
 
Aidez Civitas à libérer les Français de cette dictature du "politiquement correct" ! Adhérez, militez ! Pour passer commande d'autocollants : http://www.civitas-institut.com/content/view/782/1/

19 juillet 2012

Du "mariage" homosexuel à la polygamie : Mgr Michel Aupetit sur la même ligne qu'Alain Escada

affichecivitasnonaumariagehomo2.jpgMgr Michel Aupetit, vicaire général du diocèse de Paris, dans un entretien à Paris Notre-Dame à propos du projet de 'mariage' homosexuel, prend à son compte l'argument maintes fois répété par Alain Escada, président de Civitas, considérant que permettre le mariage homosexuel est la porte ouverte à la polygamie :

"Au niveau légal, il s’agit d’un bouleversement de la filiation. Le mariage était conçu d’abord pour le bien de l’enfant. Tout enfant est issu d’un père et d’une mère. En supprimant la mention « père » et « mère » sur l’état civil, on introduit délibérément une fragilisation de l’enfant qui perd ses repères naturels. C’est une remise en cause du code civil. En outre, la convention de New York de l’ONU, en 1991, affirme le droit de l’enfant de connaître ses parents et d’être élevé par eux. Par ailleurs, juridiquement, ce n’est pas la sexualité qui fonde le mariage, c’est la différence des sexes. En effet, le maire ne demande pas aux époux leur orientation sexuelle. Nous avons une identité sexuelle qui nous qualifie juridiquement. Il ne revient pas à l’État de définir juridiquement l’orientation sexuelle. Enfin, une loi a pour vocation de s’appliquer à tous et donc d’être universelle. Il ne convient pas, qu’au nom d’un individualisme exacerbé, on crée une loi pour chaque catégorie de personnes. Sinon, pourquoi pas la polygamie ? L’inceste ? L’adoption d’un enfant par un frère et une sœur ? Pourquoi pas, en effet, « puisqu’ils s’aiment », pour reprendre l’argumentation des partisans du “mariage homosexuel” ? Sur le plan social, on sait pourtant, avec les enfants adoptés, nés sous X, le besoin essentiel de connaître de qui l’on vient pour connaître non seulement sa constitution biologique, mais aussi pour se construire sur le plan psychologique. La souffrance qu’entraîne l’ignorance de ses origines est bien connue et exprimée de plus en plus par des enfants qui, devenus grands, revendiquent leur droit. Le recours à une procréation médicalement assistée serait une profonde injustice faite aux enfants. Il y a toujours un père et une mère et l’homoparentalité est une inexactitude. On constate que le consensus du droit des adultes se fait aux dépens du droit des enfants. [...]"

17 juillet 2012

Californie: les enfants pourraient avoir trois ou quatre parents

2132675025.3.jpgPour simplifier la vie des amants homosexuels qui élèvent des enfants en commun ou celle des familles recomposées, une proposition de loi californienne suggère de permettre à un enfant d’avoir de trois à quatre parents ayant tous les mêmes droits.

Deux femmes lesbiennes, mères d’un enfant grâce à un de leurs amis, se retrouvent l’une en prison, l’autre à l’hôpital à la suite d’une bagarre. Mais alors que le père biologique de l’enfant a toujours maintenu des relations proches avec sa fille, la justice lui refuse la garde de cette dernière au motif qu’il n’est pas légalement l’un de ses parents. La pauvre enfant doit partir vivre en famille d’accueil.

Cette histoire est vraie, et c’est pour éviter de telles situations que Mark Leno, sénateur démocrate de l’État de Californie, a rédigé une proposition de loi permettant à un enfant d’avoir un troisième, voire quatrième parent.

Suite et source : Le Figaro

14 juillet 2012

"Mariage" homosexuel : Alain Escada sur France Culture

affichecivitasnonaumariagehomo2.jpgFrance Culture diffusait hier, de 18h15 à 19h, un magazine consacré au "mariage" homosexuel et à l'adoption d'enfants par les duos homosexuels. Une émission au cours de laquelle Alain Escada intervenait au nom de Civitas pour dénoncer ces projets absurdes. Un dossier sur le sujet sera bientôt disponible sur le site de France Culture, permettant d'accéder à des entretiens plus longs que ceux diffusés hier soir.


Voici son intervention lors du magazine de la réaction de France Culture (13/07/2012) "homosexuels, la demande en mariage":

Un malade du sida dénonce la mesure gouvernementale visant à permettre le don de sang par les homosexuels

danger.jpgDominique Morin (malade du sida) est interrogé par Rémi Fontaine dans Présent à propos de la volonté du nouveau ministre de la Santé, Marisol Touraine, de ne plus « discriminer » les homosexuels à l’occasion des collectes de sang :

"Comme il fallait le craindre, les avancées sociétales promises par les socialistes ne s’embarrassent pas de la plus élémentaire raison. Concernant la prévention du sida, les héritiers des responsables du scandale du sang contaminé auraient dû faire preuve, sinon d’une certaine pudeur, du moins d’une certaine prudence. Mais les idéologues ont toujours du mal à se remettre en cause. A peine arrivés au pouvoir, ils annoncent donc leur intention de lever l’interdiction du don du sang pour les homosexuels masculins. Ce n’était pourtant pas une odieuse discrimination mais la conséquence médicale et objective des faits.

Une étude scientifique faite auprès d’homosexuels [Enquête ANRS-EN/12- Vespa réalisée en 2003] et concernant la période des douze mois précédents révélait que seulement 25 % des personnes interrogées déclaraient n’avoir eu des rapports qu’avec un partenaire stable, 29 % déclaraient un partenaire stable et des partenaires occasionnels et 36 % n’avaient eu des rapports qu’avec des partenaires occasionnels. Près de la moitié de ces hommes déclaraient avoir consommé du poppers [Tonicardiaque détourné pour ses effets stupéfiants dans le milieu homosexuel et augmentant le risque de transmission du SIDA], 33 % du cannabis et 14 % avaient eu des abus d’alcool répétés durant la même période.

Le comportement homosexuel masculin se caractérisant par la pratique de la sodomie, qui viole un orifice que la nature n’a pas conçu pour cet usage, et par une activité sexuelle souvent importante et instable, ajouté à d’autres prises de risques comme l’usage de drogues ou des conditions sordides, l’interdiction de pouvoir donner leur sang paraissait scientifiquement démontrée.

L’être humain étant doté d’une conscience et d’une liberté, à la différence de l’animal, on ne pouvait reprocher une quelconque discrimination à l’égard des homosexuels, mais le constat que le comportement de beaucoup d’entre eux rendait trop risqué de leur permettre d’accéder au don du sang. Pas pour ce qu’ils étaient, malgré ce que certains continuent mensongèrement de prétendre, mais pour ce qu’ils choisissaient librement de poser comme actes. [...]"

13 juillet 2012

"Mariage" homosexuel : fissure à gauche...

affichecivitasnonaumariagehomo3.jpgPatrice Carvalho, député communiste de Picardie tout juste élu, crée l'émoi à gauche en déclarant au «Monde» : «Un mariage, c'est entre un homme et une femme.» Déjà entré en 1997 à l'Assemblée nationale, Patrice Carvalho y fait son grand retour. Un député communiste très critique envers le Front de gauche et Jean-Luc Mélenchon. A 59 ans, il revendique sa liberté de parole et son opposition à des mesures pourtant soutenues par son groupe parlementaire. Notamment, le droit de vote des immigrés… et le mariage et l'adoption pour les duos homosexuels. L'article cite ses propos, sans ambiguïtés: «Avec le pacs, ces gens sont protégés. Un mariage, c'est entre un homme et une femme.» Une déclaration qui inquiète le lobby homosexuel : c'est la première fois, depuis l'élection législative, qu'un député de gauche affiche son opposition aux revendications du lobby homosexuel. Mais imaginez qu'il ne reste pas le seul...

12 juillet 2012

Homoparentalité ? Attention à la propagande mensongère !

affichecivitasnonaumariagehomo1.jpgDans le dernier numéro de Valeurs Actuelles , on trouve un débat entre Chantal Jouanno et Guillaume Peltier. La pre­mière incarne l’aile gauche de l’UMP. Au cours de cet entretien, Chantal Jouanno reprend à son compte une des formules habituelles de la propagande du lobby homosexuel, déclarant : "Il n’y a pas, sur les questions de société, de vérités de droite ou de gauche, mais des convictions intimes. Dès lors que le primat de la politique est de respecter la liberté individuelle, il n’y a pas de raison de distinguer les droits d’un couple homosexuel d’un couple hétérosexuel. Concernant l’adoption, je suis d’accord avec Guillaume : l’intérêt de l’enfant doit primer. Mais l’intérêt de l’enfant n’est-il pas, précisément, d’être élevé au sein d’une famille, quelle que soit sa forme, plutôt que dans une institution ?" La rengaine est connue. Même si l'homoparentalité n'est pas une situation idéale, ce serait toujours mieux que de laisser un enfant dans un orphelinat. Sauf que c'est un faux débat. Car il y a depuis bien longtemps plus de couples hétérosexuels demandeurs d'adopter un enfant que d'enfants adoptables et qu'autoriser l'adoption d'enfants par les duos homosexuels ne fera que compliquer l'adoption d'orphelins.
Quand on parle d'adoption, il faut en effet savoir
. qu'un taux important des enfants français placés en institution n'est pas adoptable;
. qu'un nombre important de pays proposant des enfants à l'adoption refuse d'accorder le transfert de l'enfant vers un pays ayant légalisé l'adoption par des duos homosexuels.
 
Ne vous laissez pas berner par les mensonges de la propagande orchestrée par le lobby homosexuel ! Soutenez la campagne menée par Civitas contre le "mariage" homosexuel et l'adoption d'enfants par des duos homosexuels.

11 juillet 2012

Lobbying/homosexualité : Google veut “légaliser l’amour”

Vu sur NOVOpress:

Google a lancé une campagne contre l’homophobie, intitulée « Legalize love ». Le but de cette campagne de dimension mondiale est de soutenir les droits des homosexuels dans les pays où ils sont bafoués. La campagne doit donc cibler les pays disposant d’une « législation homophobe ».

google,homosexualiste,lobby,capitalisme,ilga,citigroup,pologne,valeurs chrétiennes

Législation homophobe : parle-t-on des pays réprimant pénalement l’homosexualité ?

D’après le dernier rapport de l’ILGA (International Lesbian and Gay Association) cela concerne 76 pays dans le monde. Ces pays engagent des poursuites sur la base de l’orientation sexuelle, poursuites qui débouchent sur des peines de prison. Cinq pays se distinguent en allant plus loin, puisque l’homosexualité y est passible de la peine de mort : l’Iran, la Mauritanie, l’Arabie Saoudite, le Soudan et le Yemen.

La carte publiée par l’ILGA met en évidence les “zones à problème” (en marron, l’Afrique et les pays musulmans). En toute bonne logique, la campagne de Google va donc se concentrer sur… l’Europe et l’Asie.

Les deux pays choisis pour démarrer sont très significatifs. Tout d’abord la Pologne. En Pologne il faut le savoir il n’existe aucune législation réprimant pénalement l’homosexualité. Mais Google ayant décidé que comme c’était l’un des pays d’Europe les plus attachés aux valeurs chrétiennes et traditionnelles, c’était donc là qu’il fallait frapper en premier. Le deuxième choix, en Asie, c’est Singapour. Il existe effectivement à Singapour des lois qui interdisent l’homosexualité. Mais dans les faits elles ne sont jamais appliquées et plus personne ne va en prison à Singapour pour cette raison.

Mais alors, pourquoi ?

google,homosexualiste,lobby,capitalisme,ilga,citigroup,pologne,valeurs chrétiennesGoogle nous explique que l’action à Singapour vise à sensibiliser le monde de la finance à ces questions. Le monde de la finance ? Il serait plus juste de parler des grandes entreprises multinationales. Car lorsque l’on creuse un peu, les déclarations des exécutifs de Google sont édifiantes. Le but réel de l’opération n’est pas tant de promouvoir les droits de minorités sexuelles mais de bénéficier d’une main-d’œuvre mobilisable à loisir, que l’on peut déplacer partout dans le monde sans craindre pour sa sécurité. « Nous opérons dans de nombreux pays et nous avons besoin d’une force de travail mobile mondialement » déclare le directeur exécutif de Google Peter Edgecumbe. Donc “pour déplacer sans risques les salariés dans le monde entier, faisons pression” !

Parce que c’est bien de cela dont il s’agit. La campagne « Legalize love » doit d’ailleurs opérer des partenariats avec des grands groupes et faire du lobbying agressif dans ce sens, qui peut aller jusqu’au chantage à l’emploi et à la délocalisation. Les premiers sont Citigroup (banque) et Ernst&Young (cabinet d’audit).

Si Google avait l’intention de défendre les droits d’opprimés, la campagne ciblerait l’Afrique et la péninsule arabique. Mais voilà la philosophie de la tolérance selon Google : avoir des employés déplaçables à loisir pour le plus grand profit de l’oligarchie financière mondiale. Le tout dissimulé sous l’habillage de la défense de l’égalité des droits. Très moral, n’est ce pas ?

Source: article publié par Spoutnik pour Novopress (10/07/12)

Contre le "mariage" homosexuel, l'exemple de l'épiscopat écossais qui devrait inspirer les évêques de France

mariage=hommeetfemme.JPGDans un entretien au Sunday Times du 8 juillet le cardinal Keith O’Brien, archevêque de Saint-Andrews et Édimbourg, s’est vigoureusement opposé au projet du gouvernement écossais de légaliser le mariage entre deux personnes de même sexe.

« Le mariage est menacé et les politiques doivent savoir que l’Église catholique ne reculera devant aucune charge ni aucune dépense pour le défendre », a déclaré le primat d’Écosse, annonçant que, le 26 août prochain a été décrété Dimanche de défense du mariage par les évêques d’Écosse.

Le gouvernement écossais doit publier dans le courant du mois les résultats d’une consultation sur ce projet contre lequel l’épiscopat a déjà dépensé 100 000 livres (126 000 €).

Pour passer commande d'autocollants contre le "mariage" homosexuel : http://www.civitas-institut.com/content/view/782/1/

10 juillet 2012

SFR: congé de parentalité accordé si un enfant "arrive" dans un couple homo

Le groupe de télécommunications SFR a annoncé mardi accorder à compter du 1er septembre, en cas de l’arrivée d’un enfant dans un foyer, « un congé de parentalité » à ses collaborateurs vivant en couple avec une personne de même sexe. La loi de dénaturation du mariage n'est pas encore adoptée que l'opérateur va plus loin et reconnaît l'homoparentalité.

Sous la pression de l’association de lobbying homosexualiste HomoSFèR, le groupe affirme que « la parentalité et la considération de l’ensemble de ses collaborateurs sans aucune distinction, ni discrimination, sont prioritaires pour l’entreprise ».

source : Europe 1

 sfr,homosexualiste,homoparentalité

09 juillet 2012

Laisserons-nous faire sans réagir ?

video produite et réalisée par Jean-Paul et Jacques BUFFET pour l'institut CIVITAS


C'est une bataille qu'il va falloir livrer.

C'est une bataille au cours de laquelle l'engagement de chacun va compter.

Au milieu d'un déluge de propagande favorable au revendications du lobby homosexuel, il va falloir résister, s'opposer et convaincre. Chacun devra être en mesure de convaincre sa famille, ses amis, ses collègues, ses voisins, ...

Pour y être prêt, il faudra savoir quoi dire et comment le dire. Il est indispensable d'acquérir l'argumentation, de connaître la réthorique adverse, de pouvoir démonter les manipulations et réveiller le bon sens.

 C'est pourquoi il convient d'insister sur l'utilité de la session d'été organisée par Civitas du 28 au 30 juillet à Couloutre et ouverte à tout catholique de bonne volonté, quel que soit son âge et ses compétences. Cette session sera particulièrement destinée à former ses participants et à les entraîner à débattre des sujets graves qui occuperont l'actualité dès la rentrée de septembre. Cette session contribuera également à peaufiner notre stratégie et chaque personne qui a l'une ou l'autre idée à ce sujet sera d'autant bienvenue. Cette session revêt donc une importance évidente. 

Que chacun mesure l'importance des enjeux et prenne ses responsabilités.


Inscrivez-vous à la session d'été de Civitas (du 28 au 30 juillet au Château de Couloutre)

La Croix, le glaive et le bouclier"
Comment nous organiser, dans une société déchristianisée, pour à la fois faire entendre la voix des catholiques dans le débat public (mariage homosexuel, euthanasie, avortement,...) et amorcer la mise en place d'îlots de Chrétienté ?
 
La Croix. Par ce signe, tu vaincras. La Croix est notre seul espoir. Il nous faut nous en souvenir sans cesse. Agir en catholiques ne suffit pas. Il faut aussi agir en tant que catholiques. Une nuance qui n'est pas sans importance.
Le glaive. Agir en tant que catholiques pour rappeler à nos contemporains des principes essentiels au Bien commun. Proclamer la Vérité à temps et à contre-temps. Savoir être offensif. Rompre le sentiment d'isolement de tant de catholiques. Susciter l'enthousiasme au service de la Croix.
Le bouclier. Investir l'échelon local et mettre en place des îlots de Chrétienté. Non pas pour s'y isoler mais pour s'y prémunir en vue de mieux rayonner pour faire connaître les bienfaits de la Croix lorsqu'elle est au centre de l'existence.
_______

Intitulés des conférences :

. Choisir l'argumentaire en politique : droit naturel ou foi catholique ? (par M. l'abbé Toulza)

. La philosophie politique de Saint Thomas d'Aquin comme antidote au poison de la pensée unique (par M. Daniel-Robert Barbero)

. Comment faire échec aux revendications subversives du lobby homosexuel ? (par M. Alain Escada)

. Inscrire dans la Constitution la séparation de l'Eglise et de l'Etat : une provocation anticatholique (par M. l'abbé Xavier Beauvais)

. Les arguments à connaître contre l'euthanasie (par le Dr Luc Perrel)

. Restaurer des îlots de chrétienté économiques : les corporations du XXIème siècle (par M. Jacques Chevalier)

. Se faire élire pour agir à l'échelon local (par un élu municipal)

. Par ce signe, tu vaincras : mot de conclusion de la session (par M. l'abbé de Cacqueray)

_______
 
Cette session s'adresse à tout catholique de bonne volonté, de 16 à 96 ans et sera importante pour la préparation des campagnes que Civitas mènera à partir de septembre.
 
Conférences - Témoignages - Exercices pratiques et réflexions stratégiques - Entraînement au débat et à l'interview avec caméra et debriefing - détente et camaraderie - ambiance catholique
 
+ Visite du chantier de Guédelon. Au coeur de la Puisaye, une cinquantaine d'ouvriers relèvent un défi hors norme : construire aujourd'hui un château fort selon les techniques et avec les matériaux utilisés au Moyen Âge. Au milieu d'un espace naturel mettant à disposition toutes les matières premières nécessaires à la construction : pierre, bois, terre, sable, argile... des carriers, tailleurs de pierre, maçons, bûcherons, charpentiers, forgeron, tuiliers, charretiers, vannier, cordier... bâtissent jour après jour un véritable château fort sous les yeux des visiteurs. Véritable immersion dans le XIIIème siècle, Guédelon est un chantier d'archéologie expérimentale. Ce chantier, débuté en 1997, devrait durer environ 25 ans.
Dispositions pratiques: Arrivée le 28 juillet à partir de 9 heures - Ouverture session: 10 heures - Fin session le 30 juillet vers 17 heures (Navette entre Couloutre et gare de Cosne sur Loire : le 28 à 11 heures (arrivée du train de Paris) le 30: 19 heures (départ du train vers Paris ) Prix TTC (session, hébergement + repas, visite Guédelon): Adultes: 75€ - Etudiants: 65 € Hébergement en dortoir - Possibilité de dormir sous sa tente personnelle ou dans un hôtel des environs (à rechercher et réserver par ses propres moyens) Inscrivez-vous sans tarder auprès de notre secrétariat : 01.34.11.16.94 - secretariat@civitas-institut.com

Du "mariage" homosexuel à la polygamie ? Alain Escada a raison !

affichecivitasnonaumariagehomo2.jpgLorsqu'au début du mois de juin, Alain Escada a présenté les autocollants Civitas qui allaient servir d'amorce à la campagne contre les projets de  "mariage" homosexuel et d'adoption d'enfants par des duos homosexuels, il n'avait pas manqué de susciter une vague de réactions choquées. C'est que l'un des deux autocollants disait : "Aujourd'hui le mariage homosexuel, demain la polygamie ? Stop ! Le mariage = 1 homme + 1 femme".
Sous l'impulsion du lobby homosexuel qui criait au scandale, Christian Estrosi, député-maire de Nice, croyait utile de se fendre d'un communiqué de presse (nous étions la veille du second tour des législatives) pour désapprouver cet "amalgame". Puis ce furent les élus municipaux de gauche de la ville de Caen qui votèrent une motion particulière suite au collage des autocollants en question dans leur bonne ville.
Et jeudi dernier encore, sur le plateau de LCP, lors du débat télévisé qui opposait Alain Escada à différents partisans du "mariage" homosexuel, tous se liguèrent pour mettre en doute la démonstration pourtant imparable d'Alain Escada : si, pour satisfaire le lobby homosexuel, le législateur remet en cause le fait que le mariage soit l'union d'un homme et d'une femme, il devra en toute cohérence accepter l'idée qu'un autre lobby demande de remettre en cause le fait que le mariage soit l'union de deux personnes.
 
polygamie, pourquoi pas-livre.jpgVendredi dernier, lendemain du débat sur LCP, Ivan Rioufol défendait dans le Figaro le même point de vue. L'argumentation de Civitas est efficace !
 
Et s'il fallait illustrer à quel point Alain Escada a raison, signalons ce livre publié en avril chez Grasset par Christine Ternaux et intitulé : La polygamie, pourquoi pas ? La thèse ? Après la famille monoparentale, homoparentale, recomposée, autorisons une «polygamie égalitaire» qui permettra l’avènement d’un nouveau type de tribu plurielle, composée de différents foyers dans un «réseau multigamique». 
 
Alain Escada a raison. Il ouvre les yeux des Français. Aidez-le à propager la campagne Civitas !

07 juillet 2012

Civitas (Alain Escada) à "ça vous regarde": non au "mariage" homosexuel

La Chaine Parlementaire Assemblée nationale a organisé un grand événement spécial se déroulant au cœur de l'Assemblée Nationale, jeudi 5 juillet 2012, pour revenir sur la situation des couples homosexuels en France aujourd'hui.

Alain Escada, président de l'institut CIVITAS, était l'invité de l'émission-débat d'Arnaud Ardoin ''Ca vous regarde" - spécial "couples homos, bientôt mariés?" face à Annick Lepetit, député PS de Paris, Emmanuel Blanc, président de Gaylib, et Serge portelli, auteur d'un livre en faveur de l'homoparentalité. Un débat très animé !