Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 septembre 2012

Notre pétition contre le "mariage" homosexuel dérange !

affichecivitasnonaumariagehomo3.jpgCe samedi matin, CIVITAS dévoilait à la presse son plan de campagne destiné à contrer le projet de loi visant à l'égaliser à la fois le "mariage" homosexuel et l'adoption d'enfants par les duos homosexuels.
Parmi ce plan de campagne, CIVITAS avait présenté une pétition en ligne disponible via le nom de domaine www.nonaumariagehomosexuel.com . Depuis dimanche soir, cette pétition est victime d'un sabotage que nos techniciens cherchent à résoudre au plus vite.
 
A travers ce sabotage, les Français pourront constater une fois de plus que tout est fait pour confisquer le débat et limiter toute opposition aux revendications du lobby homosexuel.
 
Tout ceci confirme l'utilité de la campagne de CIVITAS destinée à libérer l'opinion publique du conditionnement des esprits qui plonge les Français dans une forme d'autocensure. Aidez-nous à vaincre la police de la pensée mise au service du lobby homosexuel ! Soutenez cette campagne et participez à la diffusion du million de tracts disponible.

Civitas part en campagne : Un million de tracts et une manifestation nationale contre le « mariage » homosexuel

Tribune libre d’Alain Escada* à Nouvelles de France (site d'information et mensuel papier):

alain escada,pétition,ndf,homophobie,mariage homosexuel,lobby homosexuel,veillées de prières,manifestation,élu,recrutement,réseau socialLe calendrier est maintenant connu. Un projet de loi en faveur à la fois d’un prétendu « mariage » entre personnes de même sexe et de l’adoption d’enfants par les duos homosexuels sera présenté le 24 octobre prochain en conseil des ministres. Il n’y a donc plus un jour à perdre pour tous ceux qui n’admettent pas que l’on ravage la famille, que l’on dénature le mariage, que l’on inverse les normes et que l’on revendique capricieusement un absurde et catastrophique « droit à l’enfant ».

Dès lundi, Civitas entamera avec détermination sa campagne visant à faire échec à ce projet nuisible.

La police de la pensée, ça suffit : Libérons les Français !

À la télévision, au cinéma, à la radio, dans les journaux, dans la publicité, pas moyen d’échapper au matraquage permanent destiné à normaliser les revendications du lobby homosexuel. Les récalcitrants sont immédiatement pointés du doigt, accusés d’ « homophobie », opprobre suprême des temps modernes.

Civitas va chercher à libérer les Français de ce carcan intellectuel qui les opprime. Les délivrer de la police de la pensée qui les guette. Combien de Français n’ont-ils pas l’impression d’être les derniers des Mohicans, pratiquant l’autocensure de peur d’apparaître ringards, rétrogrades, mal-pensants, alors que leur seul « défaut » est de conserver un minimum de bon sens ? Réapproprions-nous le débat et ils seront nombreux, les Français, à oser exprimer publiquement leur rejet de ce bouleversement sociétal et à faire mentir les sondages avec lesquels on manipule l’opinion publique.

1 million de tracts

Avant le premier vote en assemblée parlementaire, Civitas aura distribué au minimum un million de tracts à travers la France. 100 000 autocollants et affiches viendront appuyer les distributions de tracts.

Une pétition

Démarrée en ligne sur www.nonaumariagehomosexuel.com, cette pétition – qui bénéficie du soutien de nombreux partenaires parmi le monde associatif et la blogosphère insoumise au politiquement correct – sera bien sûr également disponible en version papier.

Vidéos et réseaux sociaux

Régulièrement, de nouvelles vidéos placées sur toutes les plate-formes disponibles viendront soutenir cette campagne Civitas. Les réseaux sociaux serviront également à diffuser très largement nos informations.

Des réunions publiques à travers toute la France

Des responsables de Civitas sillonneront la France pour expliquer avec pédagogie les enjeux et détailler les conséquences d’un tel projet de loi. Il est indispensable que de telles réunions publiques puissent se tenir dans tous les départements.

Une manifestation nationale le 18 novembre

Le dimanche 18 novembre, nous fixons rendez-vous à 14h30 devant le Ministère de la Famille pour une grande manifestation nationale qui se dirigera vers l’Assemblée nationale.

Il ne s’agira pas de la manifestation d’une association ni d’une « chapelle ». Il s’agira d’une grande manifestation de tous les Français attachés à la famille, socle de base de notre société, et soucieux de préserver la finalité naturelle du mariage ainsi que l’intérêt supérieur de l’enfant.

Pourquoi une telle date ? Ni trop tôt ni trop tard, le choix de cette date nous laisse dix semaines pour organiser son bon déroulement et obtenir la participation la plus nombreuse. Il importe de faire une telle manifestation avant les premiers débats en assemblée parlementaire.

Influencer les élus

En parallèle, Civitas s’adressera aux élus, tant au niveau local qu’au niveau national.

Si une telle loi devait malheureusement être votée, les maires seraient chargés de son exécution. Il est donc indispensable que se dessine rapidement parmi les élus municipaux une importante vague de contestation à l’égard de ce projet de loi. Civitas adressera à tous les Maires de France une « Lettre aux élus » rédigée en ce sens.

Civitas remettra en outre à tous les députés et sénateurs un guide argumentaire contre le « mariage » homosexuel et l’adoption d’enfants par les duos homosexuels. Par ailleurs, Civitas recommande la relance d’une « Entente parlementaire » permettant aux députés et sénateurs, au-delà des clivages politiques, de se concerter pour contrer ce projet de loi.

Organiser des veillées de prières

S’il n’est pas besoin d’être catholique, d’être chrétien, d’être croyant, pour comprendre la grave nocivité d’un tel projet de loi, Civitas préconise néanmoins de recourir à la prière pour obtenir dans cette mobilisation les secours de la grâce surnaturelle. Une fois de plus, nous nous tournons vers le Christ et la Très Sainte Vierge Marie afin que notre entreprise soit toujours assortie d’un solide sens du discernement, et menée avec foi, espérance et charité.

Levée de fonds : il nous faut 100 000 euros

Cette campagne va demander des moyens financiers considérables. Nous avons estimé le budget nécessaire à 100 000 euros. Pas pour engager une secrétaire ou louer un bureau. Ces 100 000 euros serviront intégralement à la diffusion de nos arguments à travers toutes les communes de France. Nous avons besoin de votre générosité et nous rappelons que les dons à l’ordre de Civitas sont partiellement déductibles des impôts, pour les particuliers comme pour les sociétés.

Nous recrutons toutes les bonnes volontés

- Vous êtes philosophe, pédo-psychiatre, juriste, …, prêt(e) à contribuer à une équipe rédactionnelle et/ou à une équipe de conférenciers : nous avons besoin de vous !

-  Vous êtes élu(e) ou ancien(ne) élu(e) à l’échelon local ou national et prêt(e) à nous aider : nous avons besoin de vous !

- Vous êtes graphiste, imprimeur ou professionnel(le) de la communication et volontaire pour nous donner un coup de main : nous avons besoin de vous !

- Vous êtes volontaire pour organiser dans votre localité une réunion publique d’information ou pour organiser un car pour la manifestation du 18 novembre : nous avons besoin de vous !

- Vous êtes volontaire pour distribuer des tracts, coller des autocollants ou des affiches : nous avons besoin de vous !

- Vous êtes disponible pour relayer nos messages sur les forums de discussions et/ou les réseaux sociaux : nous avons besoin de vous !

Et si vous n’avez vraiment ni argent, ni talent, ni temps pour nous aider, vous pouvez faire néanmoins quelque chose d’essentiel : prier pour la réussite de cette mobilisation !

Le monde entier regardera notre riposte

Parce que ce débat se déroule simultanément aux États-Unis, en Angleterre, en Irlande, en Écosse, au Vietnam… et parce que la France a toujours joué un rôle important – positif ou négatif – dans le combat des idées, les médias de tous les continents seront particulièrement attentifs à la riposte mise en place par les Français de bon sens. Rien n’est perdu si nous y mettons les moyens !

*Alain Escada est le président de l’Intitut Civitas, un lobby catholique connu pour son combat contre la christianophobie.

Civitas
17 rue des Chasseurs
95100 Argenteuil
01.34.11.16.94 – secretariat@civitas-institut.com
www.civitas-institut.com - www.francejeunessecivitas.com

06 septembre 2012

Revue Civitas N°45/Septembre 2012: NON au mariage des homosexuels !

 civitasrevue-nonaumariagehomo.jpg

L’heure est à la mobilisation contre le mariage des « duos » homosexuels et l’adoption d’enfants par ceux-ci ; c’est pourquoi l’institut Civitas en fait le thème du dossier du numéro de septembre de sa revue.

Dans ce dossier vous trouverez un  entretien avec Alain Escada qui décrit le contexte politico-médiatique dans lequel s’inscrivent les menées du pouvoir socialiste et un argumentaire de M. Toulza, très détaillé et concret, qui développe les raisons de repousser à jamais ce projet.

Par ailleurs faisant suite à ce dossier un article de Jeanne Smits du journal Présent dénonce la politique contre la vie et la famille de François Hollande.

Mais les raisons d’acheter sans plus tarder ce numéro de septembre ne s’arrêtent pas là, en effet les lecteurs férus d’analyse politique s’intéresseront à l’article sur le vote musulman à la présidentielle et à celui sur les révolutions du « printemps arabe », tandis que ceux qui cherchent à consolider leur formation doctrinale trouveront en troisième partie de la revue de quoi alimenter leur réflexion et leur formation.

Non seulement ne tardez pas à acheter ce numéro, mais ne manquez pas d’en acheter un ou deux de plus pour faire circuler autour de vous ces précieux éléments documentaires et doctrinaux qui alimenteront utilement votre combat.


Le numéro 45 de la revue Civitas est disponible en versions papier et numérique (voir colonne de droite).

04 septembre 2012

Leroy Merlin drague (lourdement) la communauté homo

leroymerlinp.png

La famille Mulliez, réputée catholique (mais de moins en moins, de l’aveu récent de Gérard Mulliez), est-elle au courant de la nouvelle campagne « Toutes nos vies » de Leroy Merlin ? La chaîne du groupe ADEO, contrôlé à 85% par l’Association familiale Mulliez, nous invite en ce moment à « ouvrir la porte qui nous rassemble » et lorsque l’on opte pour « Couple, envie de vivre à deux », nous raconte la rénovation de l’appartement de… Érelle et Valérie, deux jeunes lesbiennes rennaises (que l’on voit aussi dans un spot publicitaire de la chaîne de matériels de bricolage).

Incroyable mais vrai, aucune autre histoire, mettant en scène par exemple, allez, soyons fou, rétrograde ou les deux, un homme et une femme, n’est proposée à l’internaute. Non, pour Leroy Merlin, le couple, c’est une femme et une femme. Vous pouvez protester ici et en tenir compte dans vos achats futurs…

source: tribune libre publiée sur ndf

31 août 2012

Un franc-maçon et un pornocrate au secours du "mariage" homosexuel

affichecivitasnonaumariagehomo3.jpgLe nouveau Grand maître (GM) du Grand Orient de France (GODF), Joseph Gulino, a indiqué au lendemain de son élection à la tête de la première obédience maçonnique de France, qu'il était "à titre personnel", "complètement favorable au mariage homosexuel". "On va y travailler", a-t-il ajouté.
Aux Etats-Unis, c'est Hugh Hefner, l'éditeur du magazine Playboy, qui a apporté son soutien au mariage homosexuel. Dans une tribune publiée sur Politico.com, le pornocrate appelle à s'engager dans la "bataille pour le mariage gay". Argument massue : "Sans ça, nous allons retourner avant la révolution sexuelle". Voilà qui ferait tellement de peine à ce vieux pervers...

A gauche aussi, l'opposition au "mariage" homosexuel commence à se faire entendre

 affichecivitasnonaumariagehomo1.jpgAlors qu'Ayrault exige de la coalition de gauche et de ses parlementaires la discipline de vote, sur la question du "mariage" homosexuel, au PS comme chez ses alliés, les récalcitrants, les réfractaires sont de plus en plus nombreux.

Lors de la campagne législative, il y avait déjà eu la profession de foi de Ramlati Ali, candidate du PS à Mayotte, suscitant la controverse. C'est que la candidate mahoraise se déclarait contre le "mariage" homosexuel et promettait, si la loi devait prochainement modifier la définition du mariage, de revendiquer la non-application de cette nouvelle loi à Mayotte, au motif que le mode de vie de la population mahoraise est à l'opposé des valeurs défendues par un tel changement de la loi.

Ensuite, ce fut au tour de Patrice Carvalho, député communiste de Picardie tout juste élu, de créer l'émoi à gauche en déclarant au «Monde» : «Un mariage, c'est entre un homme et une femmeDéjà entré en 1997 à l'Assemblée nationale, Patrice Carvalho y fait son grand retour. Un député communiste très critique envers le Front de gauche et Jean-Luc Mélenchon. A 59 ans, il revendique sa liberté de parole et son opposition à des mesures pourtant soutenues par son groupe parlementaire. Notamment, le droit de vote des immigrés… et le mariage et l'adoption pour les duos homosexuels. L'article cite ses propos, sans ambiguïtés: «Avec le pacs, ces gens sont protégés. Un mariage, c'est entre un homme et une femme

Un article publié par Famille Chrétienne délivre quelques éléments plus intéressants encore. Extraits :

"C’est un proche de François Hollande, Bernard Poignant, qui se confie : « Sur mon blog, j’ai fait part de mes réserves à propos de l’homoparentalité », explique le maire PS de Quimper, qui poursuit : « Je crois que l’enfant a besoin de l’altérité. Comme orphelin, je me suis construit dans l’altérité du père absent… Tout enfant doit savoir qu’il a un père et une mère ». Voix dissonante ou voix de la prudence au sein de la majorité ? Depuis juin, Bernard Poignant fait partie des conseillers qui disposent d’un bureau à ­l’Élysée. Sa prise de position dérange certains, à en croire le principal intéressé : « Après lecture de mon blog, la revue Têtu m’a sommé de lui répondre. Et moi, j’ai refusé ! Je suis libre de ma pensée. Je n’ai tué personne, je ne passe pas devant un tribunal. Au nom de quoi, d’ailleurs ? » Au nom d’une pensée à sens unique qui voudrait que le débat sur l’ouverture du mariage et de l’adoption aux homosexuels passe à la trappe avant même d’arriver devant les parlementaires.

Le débat est-il vraiment interdit ? Dans l’arène médiatique, ceux qui ne respirent pas l’air du temps manquent parfois d’oxygène. Patrick Kéchichian, ancien journaliste au Monde, auteur dans le même quotidien d’une tribune intitulée « Mariage gay : le mauvais procès fait à l’Église », explique à FC : « Les journalistes sont souvent – pas toujours, soyons justes – des représentants de la norme sociologique. Ils répètent une opinion majoritaire, une sorte de vulgate qui les fait paraître informés ». Sur le plan politique, la liberté d’expression en prend un coup.

L’auteur de Petit Éloge du catholicisme (Gallimard) poursuit : « Ainsi, être de gauche, c’est forcément être pour le mariage et l’adoption homosexuels. Affirmer le contraire, ou ne serait-ce qu’émettre un doute, vous range immédiatement dans l’autre camp. Et si vous êtes de gauche ou écologiste, dans le camp des traîtres à votre parti». (...)

« Tout le monde doit s’aligner comme des boutons de guêtre ! »

À gauche de la gauche, André Gérin a, lui, décidé d’écouter sa conscience : « Pour moi, ce sujet relève de l’éthique personnelle  ». Ce n’est pas la première fois que cet ancien député-maire PCF bouscule la doxa du parti. Aujourd’hui conseiller municipal à Vaulx-en-Velin, près de Lyon, il cultive sa liberté de parole : « Franchement, ce n’est pas grave d’être mal vu par son parti. Ce qui compte, après tout, ce sont les citoyens ! Au PC, j’ai été mis au piquet sur le voile intégral… Il faut de la couenne pour résister, car il y a des blessures  ». Pourquoi prendre ce risque de mettre en doute l’opportunité du « mariage » homosexuel ? À cause d’une certaine idée de la politique : « Le système est aujourd’hui en fracture avec le peuple de France. On a tendance à plus s’occu­per du sociétal que du social. Il ne faudrait pas que le mariage homosexuel soit l’arbre qui cache la forêt… » André Gérin brocarde les députés du PS : « Le fait d’être au pouvoir n’aide pas : tout le monde doit s’aligner comme des boutons de guêtre ! J’espère quand même qu’il y aura des députés PS qui exprimeront un point de vue plus nuancé ».

La nuance est-elle possible quand le débat devient combat ? Christophe Barbier, directeur de la rédaction à L’Express, en doute. Il confie à FC : «  Il y a le souvenir cuisant du pacs en 1998. Jospin voulait faire la loi et ça n’a pas marché à cause de l’absentéisme des parlementaires de gauche. Il a fallu reprendre les choses à zéro! François Hollande ne veut pas se faire piéger à nouveau ». Conséquence logique, pas de débat en interne et surtout pas de défections. « Le jour J, il ne faudra pas que les ­députés PS des campagnes – ils ne sont pas toujours fans du mariage gay – se fassent porter pâles. Bertinotti [la ministre déléguée à la Famille, Ndlr] en a parlé dès la Gay Pride, histoire de donner un tour de verrou supplémentaire. Celui qui décidera d’être en rupture, il faudra qu’il assume… »

«Un sujet sur lequel il faudrait lever les disciplines de groupe»

En attendant, certains se préparent dans l’ombre. « Je ne répondrai pas aux oukases de mon parti sur une question qui touche la conscience », explique sous couvert d’anonymat un parlementaire PS. « C’est comme la question de la peine de mort en 1981, cela dépasse les groupes politiques. Je ne serai pas de ceux qui votent en fonction d’une majorité chiffrée ! » (...) Aujourd’hui, le moindre doute semble impossible. Le parlementaire avoue ses craintes : « Le premier débat sera celui au sein du PS. En faisant preuve de nuances, je ne me ferai pas que des amis politiques. J’espère avoir la force de le faire… » Cette force, Bernard Poignant la recommande à tous les élus. De gauche ou de droite. « Sur toutes les questions de société, j’ai suggéré depuis longtemps à François ­Hollande de lever les disciplines de groupe. Je crois qu’il faut laisser chaque parlementaire se déterminer en conscience et ne pas les montrer du doigt.» (...)"

30 août 2012

novlangue – "L'Etat n'a pas à juger de la manière de faire famille."

2132675025.2.jpgLe combat subversif est avant tout conceptuel et pour faire reculer la civilisation chrétienne, la novlangue fait évoluer le sens des mots au gré des revendications catégorielles. En novlangue homosexualiste, on ne parle plus de "Gay Pride" mais "Marche des Fiertés" la francophonie y gagnant au passage...il ne faudrait plus dire "mariage gay", mais "mariage pour tous".

"L'Etat n'a pas à juger de la manière de faire famille."

Dans un entretien accordé au mensuel Têtu, dans son édition à paraître mercredi 29 août, Dominique Bertinolli, ministre déléguée à la famille du gouvernement Ayrault, répète quatre fois le concept de "faire famille" selon ses convenances, l'Etat et la société n'ayant pas à juger...

Avec ce raisonnement, après l'ouverture du mariage et de l'adoption aux couples de même sexe, les socialistes défendront la zoophilie, la polygamie et pourquoi pas la pédophilie?

29 août 2012

Le Brésil prépare à la polygamie avec un discours identique à celui des partisans du "mariage" homosexuel

affichecivitasnonaumariagehomo2.jpgLa BBC vient de signaler qu'au Brésil, un contrat d'union civile équivalent au PACS français a été signé entre trois personnes devant le Notaire Claudia do Nascimento Domingues. Cette union à trois (un homme et deux femmes) a été formalisée devant notaire il y a trois mois mais vient de faire l'objet d'un reportage de Globo TV qui a entraîné ensuite un écho sur la BBC.
Une fois de plus, l'argument consiste à affirmer que la notion de "famille" a changé et qu'il faut légaliser un état de fait déjà existant. Sans oublier qu'il faut supprimer toute discrimination qui empêcherait ce trio d'avoir droit à la reconnaissance publique en vivant comme bon lui semble.
Cela ressemble à s'y méprendre au discours que l'on entend aujourd'hui en France pour tenter de nous imposer le "mariage" homosexuel.
Et cela confirme bien la véracité du message diffusé par Civitas : Aujourd'hui le "mariage" homo, demain la polygamie ? STOP !
Tenez-vous prêts pour la grande campagne que lancera Civitas dans quelques jours.

"Mariage" homosexuel : concurrence entre les verts et le PS pour apparaître les plus fidèles serviteurs du lobby homo

affichecivitasnonaumariagehomo2.jpgLes Verts viennent de jouer un petit tour au PS en déposant au Sénat une Proposition de loi du 27 août 2012 visant à l’ouverture du mariage aux personnes du même sexe et à l’ordonnancement des conditions de la parentalité. Voilà qui va sans doute contribuer à mettre le PS sous pression et servir les intérêts du lobby homosexuel.

Encore quelques jours de patience et Civitas présentera un vaste plan de riposte.

28 août 2012

En Ecosse, les catholiques se mobilisent contre le "mariage" homosexuel

affichecivitasnonaumariagehomo3.jpgUne lettre dénonçant le projet de légalisation du « mariage » gay a été lue dimanche dans 500 églises d’Écosse. Une lettre pastorale dans laquelle les autorités catholiques écossaises dénoncent le projet du gouvernement, annoncé fin juillet, de légaliser le mariage homosexuel début 2015 et enjoignent aux fidèles de se mobiliser. « Nous vous demandons instamment de vous joindre à nos efforts et de prier pour que nos élus soient poussés à défendre le mariage »,

« L’enseignement de l’Église sur le mariage est sans équivoque : il s’agit uniquement de l’union d’un homme et d’une femme et il est mal que les gouvernements, les politiciens ou les parlements cherchent à modifier ou détruire cette réalité », dit notamment le texte.

"Mariage" homosexuel : la riposte pourra prendre diverses formes

affichecivitasnonaumariagehomo2.jpgUne idée fait son chemin et mérite d'être soutenue et encouragée. Si le "mariage" homosexuel devait être voté par le législateur, c'est le sens même du mariage qui serait dénaturé. Dans ce cas, il serait temps de célébrer les mariages religieux avant les mariages civils (ce qui est contraire au droit français). La loi oblige les futurs mariés à passer à la mairie avant d'aller à l'église. L'Eglise, en s'en affranchissant, ferait acte de vérité.

27 août 2012

Session d'été CIVITAS les 28,29,30 juillet 2012 à Couloutre

_MG_6302 .jpgA Couloutre, la résistance catholique s’est organisée sous l’égide de l’Institut Civitas, pour se former face à une société déchristianisée. La Croix pour rappeler que nous sommes chrétiens, le Glaive pour combattre l’erreur, le bouclier pour défendre la Foi sont les symboles des catholiques.
Près de 70 personnes ont répondu à l’appel de Civitas, venant de tous les horizons, la jeunesse y occupant une place de choix. Le gros des troupes est arrivé le samedi matin. Premières conférences :
Choisir l'argumentaire en politique : droit naturel ou foi catholique ? et Les arguments à connaître contre l'euthanasie Pour convaincre nos concitoyens, il faut savoir leur énoncer des arguments clairs et logiques, de bon sens. Evident, mais pas si simple ! Puis, Comment faire échec aux revendications subversives du lobby homosexuel ? tout un art !
Allons voir la librairie, toujours bien fournie. Il est important, chers amis, de se documenter, de se rappeler sans cesse les principes essentiels au Bien Commun. Instruisez-vous si vous voulez agir ensuite avec fermeté et prudence.
_MG_6449 .jpgPuis ateliers pratiques. Parce qu’il ne s’agit pas seulement de rester passif en écoutant et en lisant, encore faut-il prouver que nous savons aider. Durant ces ateliers, chacun devait travailler sur un thème défini :

  • - Rédiger une lettre ouverte aux évêques de France pour solliciter leur aide contre les revendications anti-catholiques des homosexuels.
  • -  Rédiger des lettres ouvertes dans le même but aux maires et députés
  • -  Présenter tous les arguments en faveur du « mariage » homosexuel pour ensuite y opposer nos arguments.
    -  Trouver des slogans pour nos manifestations
    -  Proposer des idées de scénario pour des vidéos…

Après l’effort, le réconfort. Les repas se déroulaient dans une ambiance enjouée Ce fut l’occasion de sketchs vraiment amusants !
_MG_6396 .jpgLe dimanche, visite du chantier du château de Guédelon. Tenez-vous bien, la forteresse est construite avec les techniques et matériaux du Moyen-Age. On se rend compte qu’en fait ils étaient d’une intelligence prodigieuse ; à côté, mes seigneurs, nous faisons piètre figure avec nos engins…
Mais revenons à nos conférences du dimanche : Inscrire dans la Constitution la séparation de l'Eglise et de l'Etat : une provocation anticatholique. Pourquoi cette conférence? parce que le projet de loi en faveur du « mariage » homosexuel s’inscrit dans les conséquences directes d’un Etat qui refuse les lois de Dieu dans la société. Et la conférence suivante Restaurer des îlots de chrétienté économiques :
les corporations du XXIème siècle donne les moyens de contre-balancer la politique laïciste du gouvernement et de permettre aux catholiques de s’épauler pour survivre.

_MG_6340 .jpgLe lundi, les dernières conférences sont La philosophie politique de Saint Thomas d'Aquin comme antidote au poison de la pensée unique et Par ce signe, tu vaincras : mot de conclusion de la session.
A notre époque, Saint Thomas se présente comme la référence incontournable pour toutes les crises que nous traversons, et bien évidemment notre réussite ne s’accomplira que sous le signe de la Croix.
C’est donc le cœur bien enflammé pour la bonne cause que les participants ont ensuite nettoyé les lieux et se sont dispersés en n’oubliant pas de se donner rendez-vous pour les prochaines actions. Nous sommes chrétiens et fiers de l’être. Le travail dans notre France est considérable, mais c’est justement là que nous puisons notre enthousiasme. A nous de construire la France de demain. Dieu a suscité Civitas pour porter Son étendard ; suivons Sainte Jeanne d’Arc et imitons-la : « Dieu premier servi ».

Isabelle

(cliquez sur l'image pour accéder à l'album photo. Matthieu CROONEN © - 2012 - Bruxelles)

25 août 2012

La Polynésie française contre le "mariage" homosexuel

affichecivitasnonaumariagehomo1.jpgAlors que le président de la république, François Hollande, a promis une loi légalisant un prétendu "mariage" homosexuel, le gouvernement polynésien et ses élus la rejettent

Dimanche dernier, Oscar Temaru, président de la Polynésie française, également maire de Faa'a, la plus peuplée des communes polynésiennes, voisine de Papeete, depuis 1983, invité sur le plateau de Polynésie 1ère a réaffirmé être contre ce projet de loi.

Cette opposition au "mariage" homosexuel et à l'adoption d'enfants par les duos homosexuels s'observe par ailleurs sur l'ensemble des territoires d'outre-mer.

23 août 2012

Grâce au PS, le lobby homosexuel continue son infiltration

affichecivitasnonaumariagehomo2.jpgLe gouvernement a publié l'arrêté du 20 août relatif à la composition de la Commission nationale consultative des droits de l'homme. On y remarque l'entrée de 3 nouvelles associations :

  • Le Collectif interassociatif sur la santé, qui fédère 38 associations dont l'ADMD ;
  • La Coordination française pour le lobby européen des femmes (CLEF), association qui milite notamment pour l'avortement (voir ici) ;
  • L'Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans (Inter-LGBT), qui milite pour la dénaturation du mariage et pour priver des enfants du droit d'avoir un père et une mère.

Aucune association familiale n'est représentée dans cette commission.

Christine Lazerges, ancienne député PS de l'Hérault (1997-2002) en a été nommée présidente.

(via Le Salon Beige)

22 août 2012

Contre le "mariage" homosexuel, l'attitude claire et exemplaire de l'épiscopat écossais

Lu sur News.va :

affichecivitasnonaumariagehomo3.jpg"Edimbourg, le 21 août. Un geste symbolique mais éloquent et concret. Le cardinal Keith O’Brien, archevêque d’Edimbourg et président de la Conférence épiscopale écossaise a suspendu le dialogue direct avec le gouvernement écossais en signe de protestation pour le soutien que ce dernier est en train d’offrir à l’introduction dans le pays de lois qui légalisent les unions du même sexe. Le cardinal a refusé une invitation à débattre de la question, en laissant d’éventuels entretiens à des responsables administratifs. [...]"

10 août 2012

La problématique homosexuelle: guide argumentaire

toulzacouv.JPG

Voici une brochure éditée par Civitas qui vous sera indispensable dès la rentrée :
La problématique homosexuelle est un guide argumentaire (28 pages) contre le mariage de personnes de même sexe et l'adoption par elles d'enfant.
Rédigé par M. Alain Toulza (*) et présenté sous la forme de questions-réponses, ce guide argumentaire en 20 points est appelé à devenir un instrument majeur dans le combat contre les revendications absurdes du lobby homosexuel.
Aidez-nous à le diffuser auprès du plus grand nombre possible d'élus nationaux et locaux, d'autorités spirituelles, de responsables d'associations les plus diverses et, surtout, d'un très large public.
Son coût réduit (3 euros + port 1€) doit faciliter cette diffusion.Commande à Civitas, 17 rue des Chasseurs, 95100 Argenteuil. Pour achat en nombre, nous consulter.
 

(*) Alain Toulza est l'auteur du livre Le meilleur des mondes sexuels (le nouvel ordre mondial de la sexualité) paru chez FX de Guibert en 2008

07 août 2012

A l'île de la Réunion aussi, Civitas dit NON au "mariage" homosexuel

autoc-civitas-homo-polygamie.jpgAffolement parmi le petit monde associatif homosexuel de l'île de La Réunion. C'est que les autocollants Civitas contre le "mariage" homosexuel fleurissent dans les rues de Saint-Denis, la plus importante ville de l'outre-mer. Dans les Dom-Tom comme en métropole, la mobilisation se prépare contre les revendications absurdes du lobby homosexuel. Du coup, l'association LGBT (Lesbiennes/Gay/Bisexuels/Transsexuels) locale multiplie les communiqués en jouant la carte de la victimisation. Car pour nos khmers roses, c'est bien connu, il ne doit pas y avoir de débat mais simplement l'approbation unilatérale de toutes leurs exigences par une république laïque cornaquée par le PS.

Aidez Civitas à libérer les Français de cette dictature du "politiquement correct" ! Adhérez, militez ! Pour passer commande d'autocollants : http://www.civitas-institut.com/content/view/782/1/

06 août 2012

"Mariage" homosexuel : c'est grâce à CIVITAS que les évêques commencent à bouger

affichecivitasnonaumariagehomo3.jpgOui, c'est bien Civitas qui fait bouger les Evêques de France ! Voici à ce sujet un extrait explicite de la chronique de Yaël Goosz sur RTL le 6 juin dernier.
"Mariage gay : le retour de l'Eglise catholique dans le débat politique ?
Oui, et ce qui est rarissime, c'est que le message est national. Sa prière, le cardinal André Vingt-Trois l'a transmise à tous les diocèses. Pour que les mêmes mots soient répétés dans toutes les églises.
Alors bien sûr, il n'y a là aucun propos homophobe, mais des conseils adressés à "ceux qui nous gouvernent". Et notamment cette prière : « Que les enfants et les jeunes cessent d'être les objets des désirs et des conflits des adultes
pour bénéficier pleinement de l'amour d'un père et d'une mère… »

Un père ET une mère, ce qui veut dire NON à l'homoparentalité. Or c'est précisément ce que doit permettre la loi sur le mariage homosexuel.
Oui parce que le mariage donne droit à l'adoption… Mais Yael, l'opposition des Catholiques n'est pas nouvelle.
Non, mais l'église sonne la mobilisation au cœur de l'été, pile au moment où la ministre de la famille Dominique Bertinotti confirme le calendrier de la réforme. Elle l'a dit il y a quelques jours : une loi sera présentée l'an prochain au Parlement et adopté avant le mois de juin...
Ca veut dire que le courant a du mal à passer entre François Hollande et les représentants religieux ?
Ca veut surtout dire que l'Eglise a peur de se faire déborder par des ultras, des intégristes, comme Civitas. (...)"

03 août 2012

"mariage" homo, homoparentalité: "Nous devons donc nous mobiliser" et "dénoncer les idéologies" avec charité (Mgr Olivier de Germay)

Dans son dernier éditorial, Monseigneur Olivier de Germay, évêque d'Ajaccio, réagit à la campagne homosexualiste visant à reconnaître l'union de deux êtres du même sexe en mairie:

mgrcorse.jpg"Il est difficile pour l’Eglise de ne pas réagir face à l’annonce faite par le gouvernement d’un projet de loi visant à élargir le mariage aux couples homosexuels. Pour beaucoup, il s’agit là d’une évolution inéluctable face à laquelle il faudrait faire preuve d’ouverture d’esprit, voire de résignation. Quelles que soient les intentions – qu’il ne nous appartient pas de juger – des promoteurs de ce projet, c’est en réalité la destruction d’un des piliers fondamentaux de notre société qui est programmée.

Loin d’épuiser ce vaste sujet de société, je voudrais simplement donner ici quelques repères et réflexions qui pourraient guider ou inspirer notre façon de réagir et de nous mobiliser.

Dans ce débat, les arguments de bon sens ne suffisent plus. L’évidence selon laquelle le mariage naturel concerne un homme et une femme a été laminée par le relativisme. Il faut donc que nous soyons capables d’expliquer en quoi l’union durable d’un homme et d’une femme pour fonder une famille n’est pas l’invention d’un type particulier de société mais est profondément inscrit dans la nature même de l’être humain. De même, nous devons pouvoir montrer que si l’Etat est habilité à légiférer sur un mariage qui, en donnant potentiellement naissance à des enfants, construit la société, il n’a pas à donner un statut équivalent à un mode d’union qui est stérile par nature et relève de choix privés.
Les conclusions d’une telle réflexion sont rendues plus évidentes grâce à l’éclairage de la foi chrétienne, mais nous devons être capables de la mener avec des arguments de raison pour pouvoir entrer en dialogue avec ceux de nos compatriotes qui ne partagent pas notre foi.

Dans ce dialogue, il y a un piège dans lequel nous ne devons pas tomber. Ceux qui revendiquent un statut pour les couples homosexuels – et qui à vrai dire sont souvent à court d’arguments – accusent facilement leurs opposants d’homophobie. Ainsi, pour ne pas passer pour homophobes, nous évitons le débat. Il faut au contraire proclamer avec force que refuser le « mariage » homosexuel n’a rien à voir avec l’homophobie. Nous pouvons avoir un grand respect pour les personnes homosexuelles tout en contestant le fait que le couple homosexuel soit présenté par l’Etat comme un modèle social au même titre qu’un couple marié. Cette capacité à désapprouver un acte tout en respectant la personne est d’ailleurs un des héritages du christianisme. Soyons donc toujours très attentifs à ce que nos propos sur la question de l’homosexualité ne soient pas perçus comme méprisants ou blessants par les personnes concernées.

Ne perdons pas de vue le fil conducteur qui motive ce genre de lois. Lors du débat sur le Pacs, on disait qu’il s’agissait simplement de défendre la dignité des personnes homosexuelles et qu’en aucun cas on envisageait l’adoption d’enfants par ces mêmes personnes. Aujourd’hui, toujours sous couvert de non-discrimination, le projet de loi sur l’adoption est annoncé. Interdire d’emblée à un enfant d’avoir un papa et une maman n’est pas considéré comme une discrimination… Mais ne nous y trompons pas, ce ne sera pas le dernier épisode. Nous sommes sous la mouvance d’un courant idéologique qui ne compte pas en rester là. L’étape suivante a commencé à se dévoiler au travers de la théorie du genre. Il s’agit de faire passer l’idée selon laquelle la différence sexuelle n’est que de l’ordre du biologique et ne concerne donc pas l’identité profonde de la personne. Chacun peut donc choisir son orientation sexuelle (hétéro, homo, bi, trans, etc.) indépendamment de son sexe. Il sera par conséquent interdit – car considéré comme de l’embrigadement – de donner à un garçon des repères éducatifs masculins et à une petite fille des repères éducatifs féminins. Ce serait aller contre une liberté individuelle toute-puissante revendiquant son affranchissement vis-à-vis de la nature…

Les idéologies des trente dernières années ont fait un travail souterrain qui, pour une bonne part, a conduit à l’éclatement de la famille ; les nouvelles idéologies vont permettre la déstructuration de la personne elle-même. Dans les deux cas, c’est la société tout entière qui se délite.

Aussi affligeant soit-il, ce constat ne doit pas nous décourager. La déconstruction annoncée n’est pas une fatalité. L’histoire a montré qu’une société possède souvent en elle-même une capacité à réagir dans des situations catastrophiques. Nous devons donc nous mobiliser. A la fois en nous intéressant à ces questions, en étant capables de dénoncer les idéologies, mais aussi en annonçant la Bonne Nouvelle. Et la Bonne Nouvelle que nous voulons annoncer, c’est qu’il est possible d’aimer en vérité, c’est la beauté de la sexualité et du mariage vécus, grâce à l’Esprit Saint, en conformité avec le projet de Dieu. Il y a un travail énorme à réaliser pour aider les enfants et les jeunes à s’éveiller à la beauté de leur corps et de leur sexualité, à repérer et écarter les contrefaçons de l’amour qui leur sont si souvent proposées, et à épanouir l’extraordinaire potentiel à aimer qui est en eux.

Avec charité et détermination, mobilisons–nous ! C’est un grand service que nous avons à rendre à notre humanité".

02 août 2012

"Mariage" homosexuel : une "mission difficile" pour Madame Bertinotti

affichecivitasnonaumariagehomo2.jpgCe jeudi matin, sur Europe 1, Mme Bertinotti, ministre déléguée à la Famille, a réaffirmé son intention de donner satisfaction aux revendications du lobby homosexuel en matière de "mariage" et d'adoption d'enfants. Rejetant par ailleurs toute idée de référendum à ce sujet, elle a déclaré : "Nous sommes en train de travailler sur ce texte de loi". Le journaliste Benjamin Petrover s'est permis une réplique bienvenue : "Vous avez conscience quand même que ce sera une mission difficile ?".
Au cours de cette émission, Mme Bertinotti a également estimé que "l'Etat n'a pas à juger de la façon de faire famille". Une telle déclaration confirme une fois de plus, comme l'avait analysé Civitas, que, dans ce cas, rien n'interdit non plus de réclamer la légalisation de la polygamie.
 
De son côté, CIVITAS confirme sa détermination à mener dès le mois de septembre une campagne de grande ampleur pour dire NON au "mariage" homosexuel et à l'adoption d'enfants par les duos homosexuels.