Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 octobre 2012

Mariage homosexuel : l’examen du texte à l’Assemblée reporté ?

assemblée nationale,débat,conseil des ministres,jean-jacques urvoas,erwann binet,mariage homosexuelL’idée d’un débat national serait-elle en train de s’imposer ? Selon LeJDD.fr, l’examen du texte instaurant le « mariage » entre personnes de même sexe à l’Assemblée nationale va être reporté au mois de janvier. Jean-Jacques Urvoas, le président socialiste de la commission des lois, et Erwann Binet, membre de la commission, en ont fait la demande au Gouvernement afin de lancer de grandes consultations sur le sujet (et, sans doute, tenter d’y inclure « l’accès à la procréation médicalement assistée pour les couples de femmes »). Selon LeJDD.fr, le gouvernement devrait accéder à cette demande. Examiné en Conseil des ministres le 31 octobre prochain, le texte devait être discuté en première lecture à l’Assemblée nationale les 12 et 13 décembre… Les défenseurs de la famille disposeraient donc d’un mois de plus pour faire entendre raison aux députés et aux sénateurs. Les sondages le montrent, la tenue d’un débat aurait tendance à servir leurs intérêts tandis que le lobby gay souhaite à la fois en finir rapidement mais ne semble pas disposé à céder sur la PMA.

Source: Nouvelles de France

16 octobre 2012

La prière des Carmélites pour le succès de la mobilisation du 18 novembre

affichecivitasouifamillenonhomofolie.jpgLe monastère du Carmel de Pontoise soutient la manifestation du 18 novembre. Les sœurs carmélites prient pour le succès de la mobilisation et l’échec du projet de loi voulant dénaturer le mariage et la parenté.

Le Carmel de Pontoise, placé sous le vocable de Saint Joseph, a été fondé en 1605. C'est le plus ancien Carmel en activité en France.

 

Tous présents à Paris le 18 novembre à 14h30 devant le Ministère de la Famille (avenue Duquesne, Paris 7) pour une marche de protestation jusqu'à l'Assemblée nationale contre le projet de loi voulant permettre le "mariage" homosexuel et l'adoption d'enfants par les duos homosexuels.

15 octobre 2012

Le 18 novembre, nous viendrons de toute la France dire NON au "mariage" homosexuel

Nous serons plus de 100.000 à défiler dans Paris le 18 novembre prochain pour manifester contre le projet de loi sur le "mariage" homosexuel. Des cars partiront de toutes les villes de France. Inscrivez-vous !

 

video produite et réalisée pour l'institut CIVITAS par Jean-Paul et Jacques BUFFET

Départs en cars de toute la France pour rejoindre la manifestation du 18 novembre pour dire NON au "mariage" homosexuel

Affiche18 novembre.png

Très bientôt, nous publierons toutes les informations pour réserver votre place dans un bus ou un train rejoignant Paris pour la manifestation du 18 novembre.
Départs organisés à partir des villes suivantes :
Angers, Bergerac, Besançon, Brest, Brive, Bruxelles, Caen, Carcassonne, Dijon, Lille, Lyon, Mâcon, Montauban, Montpellier, Nancy, Nantes, Pau, Périgueux, Rennes, Rouen, St Raphael, Toulouse, Villefranche/saône, Vitry le François.
D'autres lieux de départ devraient s'ajouter dans les prochains jours.
Les tarifs seront avantageux pour permettre la venue du plus grand nombre.

14 octobre 2012

Xavier Lemoine contre le mariage homosexuel

13 octobre 2012

Raymond Couderc, "le mariage homosexuel est une déviance de la société"

3843842636.pngLes élus UMP opposés au mariage homosexuel organisent la fronde. Plusieurs maires annoncent qu’ils n’appliqueront pas la loi et demandent « une clause de conscience ».

Selon le sénateur-maire UMP de Béziers Raymond Couderc, « le mariage homosexuel est une déviance de la société ». 

Le gouvernement compte aller vite. Le droit au mariage homosexuel, ou droit au mariage pour tous, sera présenté en conseil des ministres le 31 octobre. Il pourrait arriver à l’Assemblée le 13 décembre ou au pire « début 2013 », indique-t-on du côté du ministre des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies. 

Face à l’empressement du gouvernement, la fronde des maires UMP s’organise. Le sujet divise la droite, mais beaucoup d’élus sont opposés au mariage homosexuel. Amendement « pour inclure une clause de conscience » Le collectif des « maires pour l'enfance », qui avait déjà mobilisé plusieurs milliers de maires en 2006 contre le mariage entre deux personnes du même sexe, refait surface et compte bien défendre sa conception du mariage. 

Des députés et des sénateurs UMP sont aussi à la manœuvre. Ils sont « plusieurs dizaines », selon le sénateur de Vendée apparenté UMP Bruno Retailleau, un ex-villiériste. Ils préparent une tribune qui « pourrait être publiée dans Libération dans une dizaine de jours », selon le sénateur. Lorsque le texte arrivera au Parlement, Bruno Retailleau compte l’amender « pour y inclure une clause de conscience ou un droit de retrait pour le maire ». C’est la demande de ces édiles qui, avant même que la loi soit votée, annoncent déjà qu’ils ne l’appliqueront pas. « J’exercerai d’une manière ou d’une autre mon droit de retrait pour ne pas procéder à cela car c’est le profond changement de la société judéo-chrétienne à la quelle j’appartiens. (…) Je serai complètement hors la loi et je l’assumerai », explique le sénateur-maire UMP du Teilleul, Jean Bizet (en premier dans la vidéo). Il compare son action à la « désobéissance citoyenne ». Le sénateur-maire UMP de Compiègne Philippe Marini est lui aussi totalement opposé au mariage homosexuel. « Je ne célèbrerai pas ces mariages car c’est totalement contraire à mes convictions les plus profondes », explique-t-il, affirmant que « dans (ses) convictions figurent des arguments religieux ». Selon Philippe Marini, « le droit des enfants prime sur le plaisir et sur la vision des parents ». 

2221282944.png

12 octobre 2012

La campagne CIVITAS contre le "mariage" homosexuel reçoit le soutien d'un sénateur hre de Belgique

affichecivitasouifamillenonhomofolie.jpgLe mot de soutien adressé à CIVITAS par un sénateur honoraire de Belgique (élu du Parti Social-Chrétien) :
 
Le mot  "MARIAGE" est tout à fait inapproprié quand des homosexuels souhaitent se lier officiellement ... ET ENCORE PLUS l'adoption d'enfants ! Les pauvres : 2 mamans et pas de Papa ! ou 2 papas et pas de maman déclarée !!

Quel gâchis !

Bon succès.

Yves de SENY

Sénateur honoraire de Belgique

11 octobre 2012

« Mariage » gay : un maire d’une commune rurale VS cinq marionnettes en furie

Vu sur le site de Nouvelles de France:

lachez-les-chiens.png

Quand D8 lâche les chiennes… Hugues Foucault, le courageux maire de Bretagne (Indre) qui demande un référendum sur la question du « mariage » homosexuel tout en précisant qu’il n’en célébrera de toute façon pas, était mercredi l’invité du « Grand 8 ».

Face à lui, « cinq marionnettes en Chanel » plus garces les unes que les autres : Roselyne Bachelot, pas sectaire mais progressiste, Laurence Ferrari, qui tente d’être impertinente, sans grand succès ni réussir à être pertinente, Élisabeth Bost, agressive et grotesque (par exemple quand elle considère qu’être contre le « mariage » gay, c’est être « pour le sexe et contre l’amour »…), Audrey Pulvar et ses répliques à 12 000 balles, et Hapsatou Sy (« choquée » à la moindre évidence).

Un « débat », comme dit le site gay Yagg.com mais à cinq contre un. Cinq habituées des plateaux contre un élu rural plein de bon sens mais peu au fait des traquenards médiatiques contemporains… Pour regarder l’échange dont ne sort d’ailleurs pas perdant Hugues Foucault, cliquez ici, il commence à 10’10’’. On vous prévient quand même, vous allez avoir envie de jeter votre télévision par la fenêtre…

Source: Publié sur Nouvelles de France par le 11 oct, 2012

Mariage homosexuel : une clause de conscience pour les maires ?

xavier lemoine,jacques bompard,maire,député,"mariage" gay,droit de retrait,élus locaux,philippe gosselin,conseil des ministres,projet de loiNOVOpress.info A trois semaines de la présentation en Conseil des ministres du texte ouvrant aux homosexuels le droit au mariage, Le Collectif des maires pour l’enfance a annoncé mercredi avoir écrit aux « 155 000 maires et adjoints aux maires pour les inviter à signer l’appel des maires pour l’enfance ». « Nous leur demandons s’ils sont intéressés par une consultation des maires avant toute réforme sur la famille, s’ils sont pour ou contre le mariage homosexuel et s’ils sont demandeurs d’une clause de conscience qui leur permette de ne pas célébrer ces mariages », a expliqué le député-maire UMP de la Manche Philippe Gosselin.

« Un tel sujet de société doit être débattu au-delà de l’enceinte parlementaire. Nous demandons des Etats généraux », ajoute le député qui réclame aussi un référendum sur ce sujet. Pour le maire de Montfermeil (Seine-Saint-Denis) Xavier Lemoine, « si cette loi devait passer, nous demandons qu’il y ait une clause de conscience pour les élus, comme cela existe pour les médecins pour l’IVG. Cette loi touche à l’intime de la conscience de chacun ».

Dans le même esprit, une pétition été lancée par le député-maire d’Orange, Jacques Bompard. Elle demande l’abandon de la loi et à défaut l’inscription d’un « droit de retrait » autorisant les élus à ne pas célébrer ces mariages. Cette pétition avait été signée mercredi en début d’après-midi par 1 248 élus. Le Collectif des maires pour l’enfance a été créé en 2006 pour obtenir que les maires soient consultés avant toute modification législative ou réglementaire dans le domaine de la politique familiale.

Source: Article publié sur le site de l'agence de presse indépendante NOVOpress.info le 11/10/12

xavier lemoine,jacques bompard,maire,député,"mariage" gay,droit de retrait,élus locaux,philippe gosselin,conseil des ministres,projet de loi

Mgr Lebrun encourage les fidèles de son diocèse à manifester pour dire NON au "mariage" homosexuel

Lu sur le site du diocèse de Saint-Etienne :

L"Le « Mariage » homosexuel : un débat public pour ce changement de société ?

À travers un projet de loi pour un « mariage homosexuel », vous savez que c’est la nature-même de l’Homme que notre pays se prépare à remettre en cause. Cette question est particulièrement grave et il semble bien que des responsables politiques souhaiteraient faire l’économie d’un vrai débat public qui permettrait à chacun de comprendre la portée de ce changement.

Nous vous encourageons à participer aux différentes pétitions ou manifestations qui pourraient alerter sur la nécessité d’un débat, si elles apportent un gage de sérieux satisfaisant et si elles respectent vos convictions bien entendu.

Nous vous encourageons aussi à écrire à vos parlementaires."

 

non au mariage homosexuel,non à l'adoption d'enfants par les duos homosexuels,riposte catholique,manifestation 18 novembre

Exemple d'une paroisse qui se mobilise pour la manifestation du 18 novembre avec le soutien de son évêque

Reçu ce mail d'un prêtre de paroisse adressé à ses paroissiens, bel exemple de mobilisation et d'unité dans un combat commun : 

Affiche18 novembre.png"Afin d'étendre au maximum l'ampleur de notre mobilisation, je me permets de vous rappeler (une fois de plus !) les démarches indispensables à entreprendre, depuis chez vous, pour manifester notre résistance – au moins pour l'honneur – au projet de loi sur l'ouverture du mariage et de l'adoption aux personnes homosexuelles. Nul besoin de revenir sur les tenants et aboutissants de ce projet, ni de rappeler la position de l'Église en ce domaine qui a été clairement exprimée par la plupart des évêques de notre pays ces dernières semaines. Ces démarches populaires sont de notre ressort et ne peuvent pas nuire aux autres démarches entreprises en plus haut lieu.

• Signez vous-même les pétitions suivantes, qui sont parfaitement recommandables et bénéficient déjà de nombreux soutiens :

http://www.tous-pour-le-mariage.fr/#signpetition

http://www.nonaumariagehomosexuel.com/

http://www.referendum-officiel.fr/#form (suivant que vous jugerez opportune la tenue d'un tel référendum)

• Diffusez largement ces liens à tout votre carnet d'adresse, afin d'étendre au mieux les mailles du filet.

Notre paroisse de Saint-Raphaël a décidé de prendre part à la manifestation nationale du dimanche 18 novembre (14h30 à Paris, du ministère de la famille à l'Assemblée Nationale), sans se laisser arrêter par des considérations trop prudentielles qui, en l'espèce, paralysent l'action. Nous l'avons entrepris avec le soutien de notre évêque. Il s'agit d'une démarche de protestation, de l'expression d'un « non possumus » indépendant de toute considération de résultat politique".

10 octobre 2012

Illustration du totalitarisme du lobby homosexuel

totalitarismehomo.jpgVoici l'autocollant édité par le collectif nantais Dur-e-s à Queer, qui se définit comme «trans', gouines, pédé visibles et fièrEs». Pas besoin de commentaires, voilà qui illustre parfaitement la volonté de confisquer tout débat et d'imposer aux Français une législation contre-nature.

Ne laissons pas faire les khmers roses !

Tous à Paris le 18 novembre pour la manifestation nationale "OUI à la Famille - NON au mariage homosexuel et à l'adoption d'enfants par des duos homosexuels"

09 octobre 2012

Mariage homosexuel, homoparentalité, etc - Décryptage d'une révolution sexuelle

couverturelivreae.png

Mariage homosexuel ? Homoparentalité ? Quels sont les véritables enjeux et conséquences du projet de loi bientôt présenté en conseil des ministres ? Quels sont les principes, les origines, les causes, les réseaux qu'il faut connaître pour pouvoir décrypter la révolution sexuelle en cours ?
Remettant d'abord les idées en place à propos de la nature du mariage, Alain Escada aborde avec pédagogie différents effets qu'entraînerait le projet de loi dont il est question. La polémique sur la polygamie est-elle fondée ? La dénaturation de la parenté est-elle nocive pour l'enfant ? Que faut-il savoir des études universitaires publiées à ce sujet ?
Mais au-delà de ces questions, l'auteur dévoile, références à l'appui, ce dont quasiment personne ne vous parle. Le petit manuel du lobby homosexuel. Homophobie, l'arme sémantique. Le communautarisme homosexuel. Les réseaux financiers. L'alliance révolutionnaire. Le rôle des médias. Autant de chapitres dont la lecture est indispensable pour ne pas être dupe du pseudo-débat totalement aseptisé auquel certains souhaiteraient cantonner l'opinion publique.
 
L'ouvrage est préfacé par Claude Rousseau, Maître de conférences à la Sorbonne et Professeur à l'Ecole des Hautes Etudes Politiques et Internationales.
 
A commander en envoyant un chèque de 12 euros (frais d'envoi compris) au secrétariat de Civitas, 17 rue des Chasseurs, 95100 Argenteuil.

 

Bernard Mantienne, maire de Verrières-le-Buisson, dit NON au "mariage" homosexuel

Affiche18 novembre.pngDans le magazine municipal de Verrières-le-Buisson, le maire, Bernard Mantienne (DVD), se prononce ouvertement contre le projet de mariage homosexuel. Un projet qui l’« inquiète » et qu’il qualifiee d’« erreur et de faute. Faute parce que cette atteinte à la loi naturelle ouvrirait la voie à toutes sortes de dérives », écrit l’édile, parlant même d’un « choc sociétal ».

Bernard Mantienne assume ses propos et le fait de les avoir publiés dans la gazette municipale. « On n’a plus le droit de s’exprimer en France? s’agace-t-il. Je m’exprime à titre personnel et en tant que maire, car ce sont les maires qui célèbrent les mariages. » Et sur ce point, il affirme courageusement qu’il refusera de célébrer des mariages homosexuels si la loi venait à être promulguée. « Je ne juge pas ces personnes, mais il y a suffisamment de statuts juridiques. Le mariage, c’est la création d’une famille! C’est un sujet profond et grave, et c’est mon devoir de maire de faire entendre ma voix. C’est un projet de loi dangereux, fait d’un lobby qui impressionne tout le monde. », répond-il au journal Le Parisien.
 
CIVITAS félicite Bernard Mantienne pour ses propos de bon sens et l'invite à participer à la manifestation du 18 novembre, rassemblement de tous les opposants à ce projet de loi nocif.

08 octobre 2012

Exigeons la parité homme-femme dans le mariage !

Les politiques nous rebattent les oreilles depuis de nombreuses années avec les revendications féministes d'égalité et de parité homme-femme dans tous les domaines: gouvernement, parlement, conseils d'administration. S'il est un domaine où la parité existe bien et où elle a tout son intérêt, c'est bien le mariage et la famille. Alors, opposons-nous aux projets de lois qui veulent abolir la parité dans le mariage. Tous à la manifestation du 18 novembre à Paris!

video produite et réalisée pour l'institut CIVITAS par Jean-Paul et Jacques BUFFET


site de la pétition: http://www.nonaumariagehomosexuel.com


pour retrouver toutes les videos de la campagne: videothèque

07 octobre 2012

Désolé, c'est la nature...

la famille2.png

06 octobre 2012

18 novembre : tous dans la rue pour dire NON au mariage homosexuel

ae-téléchezmenard.jpgExtrait du magazine Monde & Vie. Article paru sous le titre : Tous dans la rue pour dire NON au mariage homosexuel
 
Civitas nous invite tous à nous faire entendre dans le débat sur le mariage homosexuel... Nous avons rencontré son très dynamique président Alain Escada, qui, comme d'habitude, en militant exemplaire, fourmille de projets, après avoir bien analysé le terrain.
 
Monde et Vie : En un mot comme en cent, Alain Escada, que comptez-vous faire ?
Alain Escada : Avant tout tenter de réinformer l'opinion publique. Nous voulons nous adresser directement aux Français que cette légalisation possible du mariage homosexuel choque, mais qui n'osent plus le dire. Nous voulons que les opposants puissent accéder à un débat qui est aujourd'hui confisqué.
 
Alors concrètement...
Eh bien ! Nous avons tiré un million de tracts, à répandre dans les différents départements. Nous comptons organiser des réunions publiques dans un grand nombre de villes. Et pour cela nous entendons nous adresser à tout le monde et developper des partenariats avec des associations amies, pour atteindre et sortir de leur silence tous ceux qui se reconnaissent comme opposants à ce projet de loi.
 
monde&vie-couverturemanif18nov.gifVous organisez à Paris une grande manifestation le 18 novembre prochain...
Nous lançons un appel pour que tout le monde se sente chez soi dans cette manifestation dont Civitas assurera la logistique. (...) ce sera la manifestation de tous les Français de bon sens, qui se reconnaissent, au-delà de tous les clivages, dans cette opposition au projet de loi.
 
Comment cette manifestation du 18 novembre s'insère-t-elle dans le calendrier ?
Le projet de loi sera présenté au Conseil des ministres le 31 octobre et il devra être voté par l'Assemblée au tout début 2013, pour être applicable (c'est le projet de la majorité actuelle) dès le mois de mars 2013. En faisant belle la part de la trève des confiseurs, la date du 18 novembre s'est imposée. Mais cette manifestation, qui ira du Ministère de la famille, avenue Duquesne, à l'Assemblée nationale, ne sera qu'une étape qui doit servir à imposer notre position dans le débat publique, qui actuellement est un débat purement univoque. Une fois établis dans le débat, nous pourrons nous adresser aux élus, d'abord les élus locaux, plus sensibles à ces questions que les bobos en tous genres, puis les élus nationaux, députés et sénateurs, en particulier bien sûr les députés et sénateurs socialistes auxquels nous voulons faire entendre le refus des "vrais gens". Pour cela, nous entendons nous placer au-delà du clivage droite/gauche. (...)
 
Pour orchestrer votre campagne je me suis laissé dire que vous publiez un livre...
C'est Civitas pour aller plus vite qui va publier mon prochain livre Non au mariage homosexuel. Décryptage d'une Révolution sexuelle. Je veux montrer que le problème n'est pas celui des personnes homosexuelles, mais d'un lobby qui manipule l'opinion publique. Je donne des noms, des méthodes (souvent empruntées aux lobbies homosexuels américains qui en ont fait la théorie). Je montre aussi que l'on va vers la légalisation du polyamour (autrefois appelé simplement polygamie). Et surtout je reviens sur la campagne des années soixante-dix en faveur de la pédophilie, orchestrée à l'époque par quelques grands noms. Je pense à la fameuse pétition parue dans le Monde et signée par Jean-Paul Sartre, Simonde de Beauvoir, Bernard Kouchner, Georges Moustaki et bien d'autres. Sur ce point, on est bien obligé de constater que le Politiquement correct a dû faire machine arrière. Il n'y a pas de sens de l'Histoire !
 
Et pourtant, beaucoup de pays, dont la Belgique, votre pays d'origine, ont déjà voté cette loi...
Déjà 11 Etats ont voté cette loi, parmi lesquels, vous avez raison, la Belgique, les Pays-Bas, le Portugal, l'Espagne, l'Afrique du sud et plusieurs Etats des Etats-Unis d'Amérique et du Mexique. Et en ce moment même, la loi est en délibération dans plusieurs pays : l'Ecosse, l'Irlande et l'Angleterre, puis le Viêt-Nam et l'Etat de Washington. Le problème n'est donc pas franco-français. Parce que la France reste le Pays des idées, la riposte française va être observée par les médias internationaux. Il faut qu'elle soit à la hauteur de l'enjeu anthropologique majeur que constitue la possible légalisation d'un mariage entre personnes homosexuelles.
 
On est effectivement au-delà de la morale ordinaire dans un drame anthropologique et civilisationnel. Merci Alain Escada.

La page Facebook de la manifestation nationale du 18 novembre contre le "mariage" homosexuel

Si vous êtes sur Facebook, rejoignez les milliers de personnes soutenant la grande manifestation nationale du 18 novembre OUI à la Famille, NON au "mariage" homosexuel :

http://www.facebook.com/events/314906488584161/

facebook-manif18nov2012.png

16 octobre - réunion publique à Périgueux (campagne NON au "mariage" homosexuel)

civitasrevue-nonaumariagehomo.jpgDans le cadre des réunions publiques organisées à travers toute la France pour permettre aux Français d'accéder à un débat jusqu'à présent confisqué, CIVITAS présentera les véritables enjeux et conséquences du projet de loi visant à légaliser le "mariage" homosexuel et l'adoption d'enfants par les duos homosexuels.

Jusqu'à présent, seuls les partisans de ce projet de loi ont le droit de s'exprimer dans les médias. Il est temps de libérer les Français de cette pensée unique et de les autoriser à entendre les arguments de ceux qui refusent que l'Etat dénature la Famille, le mariage et la parenté.

RDV ce 16 octobre à 20h30

Salle 2 du Lux

81 rue Talleyrand-Périgord (Périgueux)

Conférence - débat avec Dominique Chrissement

Mgr Ginoux : le mariage n'est pas la reconnaissance de pratiques sexuelles

 (vu sur Salon Beige) Mgr Bernard Ginoux, évêque de Montauban, s'exprime sur la famille :

G

"Depuis quelques mois, la France, en pleine crise économique et en crise de sens, est agitée par la volonté de ses gouvernants de répondre aux engagements pris durant la campagne électorale. L’un de ces engagements était de réviser le Code civil pour ouvrir le mariage aux personnes du même sexe. Cette décision, motivée par ce qui serait une « discrimination » pour les personnes homosexuelles voulant s’unir devant la loi, n’est pas seulement l’adaptation de la loi à certaines situations, elle est volontairement un bouleversement des fondements de la société. De plus, ce projet de loi prévoit la possibilité d’adopter pour les couples de même sexe. Or, que devient, dans ce cas, la parenté, la filiation ? Comment refuser à un enfant d’être élevé par un père et une mère ? Ce sera aussi de la « discrimination » vis-à-vis de cet enfant ! C’est pour cette raison que nous sommes tous concernés et que nous devons demander une réflexion de tous les citoyens.

Le mariage fondateur
Si l’on accepte que la nature crée les êtres sexués, qu’il faut un être masculin et un être féminin pour transmettre la vie et que l’enfant est le produit de l’union physique d’un homme et d’une femme, la notion du mariage se comprend comme la reconnaissance devant la société de leur union. Le mariage est la garantie de la vie commune des époux, de leur statut de parents et de la filiation de leurs enfants. Cette institution immémoriale n’a jamais varié parce qu’elle permet d’assurer les bases de la société et, en particulier, celle de la filiation. Elle donne un statut, une reconnaissance à l’enfant. Devant la loi civile, elle est aussi significative de l’engagement que prennent l’un envers l’autre les époux, dans le respect de chacun et la reconnaissance de la filiation. Le mariage constitue la base de la société et la protection juridique des enfants. Beaucoup au XXè siècle ont dénigré le mariage pour vivre « l’amour libre ». C’était en même temps un refus d’embourgeoisement, de conformisme social et une affirmation du primat de l’affectif. Le mariage était cependant lié à l’union du masculin et du féminin.

Le mariage entre personnes homosexuelles
Madame la ministre de la Justice a déclaré que ce type d’union était une « exigence d’égalité ». Or, l’égalité n’est en rien la similitude : l’égalité est toujours à rechercher mais selon la nature propre de chacun, homme ou femme. Le mariage, tel que la loi civile le reconnaît, est-il adaptable à tous les cas ? Deux personnes qui s’aiment ne sont pas pour autant appelées au mariage car celui-ci n’est pas la reconnaissance officielle des sentiments ni des pratiques sexuelles. Il s’agit là de choix individuels que la société n’a pas à légaliser. D’ailleurs, d’autres choix se pratiquent mais faudrait-il aussi leur accorder le droit au mariage ? Des mesures politiques de reconnaissance d’unions de fait peuvent se comprendre mais le mariage n’est pas qu’un contrat.

L’adoption
L’union de deux personnes de même sexe ne peut seule rendre réelle la procréation, il faut un tiers. Même si dans un couple homosexuel l’un des deux est naturellement père ou mère, l’autre n’a pas de statut par rapport à l’enfant. Le mariage n’en fera pas pour autant un autre père ou une autre mère. Si un célibataire, homme ou femme, peut adopter un enfant, son partenaire sexuel n’est pas non plus un autre père ou une autre mère. L’adoption - avec raison - reprend les critères homme - femme. Mais la volonté de justifier l’adoption par deux personnes de même sexe comme adoptants - conjoints est aussi liée à toute la pratique des techniques de procréation et de la gestation pour autrui (mères - porteuses). Il reste que tout enfant a un père et une mère biologiques et qu’il a le droit de les connaître et de vivre avec eux. L’adoption existe pour donner des parents à un orphelin ou à un enfant abandonné et non pas pour satisfaire les désirs individuels. C’est le bien de l’enfant qui est premier. L’actualité fait de cette question de société une urgence.

Pourquoi l’Eglise catholique s’en préoccupe-t-elle ?
Assurément pas pour s’assurer les faveurs des medias, ni pour attirer des fidèles ! Elle reçoit, au contraire, attaques et invectives. Il s’agit du devenir de notre société et des impasses qu’elle risque de prendre. De toute cette réflexion je n’ai pas eu besoin de m’appuyer sur l’enseignement de l’Eglise mais sur les réalités de l’humanité. C’est au nom de ce principe qu’avec de nombreux humanistes nous demandons un large débat et je vous invite à faire entendre votre voix comme citoyens d’un pays libre."