Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 janvier 2013

Marius Plateau, le 22 janvier 1923: histoire d'un assassinat puis d'un acquittement politique

48047438.jpgDevenu secrétaire de la Ligue d'Action française et chef des Camelots du roi, Marius Plateau (qui obtient le vote du Parlement de la Fête de Jeanne d’Arc) est assassiné par balles dans les locaux du journal royaliste le 22 janvier 1923 par la jeune anarchiste Germaine Berton.

Durant le procès, les journaux de gauche (journal de la SFIO Le Populaire, le journal anarchiste Le Libertaire, etc.) et autres officines de gauche bien-pensantes défendront l'assassinat politique en France.

Des surréalistes tels Louis Aragon prennent position en faveur de Germaine Berton, la félicitant pour cette action directe qui s'attaquait, à leurs yeux, à la vieille garde  réactionnaire qu'ils dénonçaient. Dans le numéro de février mars 1923 de Littérature Louis Aragon soutient totalement son geste en précisant que face à un groupe qui menace la liberté, un individu peut « recourir aux moyens terroristes, en particulier au meurtre, pour sauvegarder, au risque de tout perdre, ce qui lui paraît – à tort ou à raison – précieux au-delà de tout au monde ». 

L'amant de Germaine Berton et anarchiste connu, Gohary, est retrouvé suicidé peu après, le 8 février 1923, le jour même où il suggère des pistes durant l'enquête. Joseph Dumas, haut policier mêlé à l'enquête, est également retrouvé mort. Des supputations sur l'implication des services de police sont faites.

Germaine Berton déclare lors de son procès : « Je considérais Daudet et Maurras, comme responsables de l'occupation de la Ruhr. » Elle sera acquittée le 24 décembre 1923 et embauchée – en guise de récompense – à l’Humanité !

 

source: wikipedia

21 janvier 2013

Anniversaire de la mort de Louis XVI : le Parti de gauche mange sa tête de veau

Lu sur  le site de l'agence de presse NOVOpress Paris:

alexis corbière,provocateur,pg,louis xvi,peine de mort,métronome,lorànt deutsch. métronome,lorànt deutsch. parti de gauche,les inrockuptibles,claude ribbe,universitaire,front de gaucheÀ force de haine anticatholique et antifrançaise, Alexis Corbière, « secrétaire national du Parti de gauche (PG) en charge notamment de la lutte contre l’extrême droite », a fini par se faire un petit nom. Son zèle inquisitorial poursuit à la fois les vivants et les morts, avec jusqu’à présent, semble-t-il, plus de succès contre ces derniers : s’il est parvenu à faire débaptiser le collège Vincent d’Indy, il n’a pu faire interdire les Assises contre l’islamisation, et les socialistes parisiens eux-mêmes ont résisté à sa campagne haineuse et jalouse contre le Métronome de Lorànt Deutsch.

 Aujourd’hui 21 janvier, le secrétaire Corbière – tout en assurant que, comme de juste, il est un « farouche partisan de l’abolition de la peine de mort sur toute la planète » –, tient à nous apprendre qu’il va manger une tête de veau pour fêter l’exécution de Louis XVI.

« D’autant plus que, je crois savoir que quelques illuminés se réuniront de leurs cotés dans une cinquantaine de messes (quelle honte pour les ecclésiastiques qui se prêtent à cela) pour célébrer la mémoire de Louis XVI » (orthographe et ponctuation d’origine).

On peut penser ce que l’on veut de Louis XVI. Les tentatives de réhabilitation n’interdisent nullement de s’en tenir à la vue traditionnelle : qu’il fut un très brave homme, bon époux et bon père de famille, mais un mauvais roi, faible, mal conseillé et mal entouré, dont les choix politiques, à commencer par le rappel des Parlements et l’entrée dans la guerre d’Indépendance américaine, furent le plus souvent désastreux. Chacun est libre aussi, selon le point de vue où il se place, de trouver touchant, ou ridicule, ou les deux à la fois, un certain nostalgisme royaliste.

Mais il est grotesque d’aller épier et singer les commémorations des autres et, au motif que certains catholiques iront à la messe le 21 janvier, d’annoncer pompeusement que l’on mangera de la tête de veau. Le secrétaire Corbière est sans doute aussi de ces soi-disant libres-penseurs qui se font un strict devoir de manger du boudin le Vendredi Saint. Ils croiraient, s’ils y manquaient, pécher contre la République : espèces d’intégristes au second degré, qui persistent à mimer des préceptes catholiques qu’à peu près plus personne n’observe. Peu leur importe que la France soit couverte de mosquées, pourvu qu’ils aient leur boudin du Vendredi Saint, halal au besoin.

Le farouche secrétaire Corbière prend cette occasion pour dénoncer farouchement la proposition de loi sur la reconnaissance du génocide vendéen. Il est clair, d’un point de vue d’historien, que cette proposition est justiciable des critiques qui ont été portées en général contre les lois mémorielles. Mais le secrétaire Corbière et ses compagnons sont bien mal placés pour s’y opposer, puisqu’ils ont fait plus que personne pour déchaîner la guerre des mémoires et la surenchère victimiste. L’historien Nicolas Lebourg l’a parfaitement dit dans Les Inrockuptibles : « La gauche pourra s’époumoner, mais le prototype de la loi mémorielle revisitant ainsi le passé, c’est la loi Taubira sur l’esclavage. Et on avait déjà eu droit à ce type d’anachronismes, ainsi avec le livre de Claude Ribbe décrivant la traite négrière telle une Shoah par cales. Le discours des uns est la copie conforme de celui des autres ». Nicolas Lebourg n’est pas suspect de sympathies catholiques et royalistes, mais il a une sorte de décence universitaire qui lui ferait honte des formes les plus grossières du deux poids, deux mesures.

Le secrétaire Corbière, lui, est au-dessus de toute honte. Il annonce triomphalement des documents « pour détruisent [sic] toutes les élucubrations de ceux qui veulent absolument utiliser le terme de “génocide” pour bien évidement [sic] ensuite relativiser le caractère spécifique de ceux qu’ont fait [sic] les nazis contre les juifs d’Europe ».

Le secrétaire Corbière, d’après Wikipedia, est « titulaire du CAPLP2 Lettres-Histoire » : je ne sais trop ce que c’est, mais cela veut dire qu’il enseigne. Dans l’intérêt de ses élèves – à défaut de réviser son catéchisme sur la nature de la messe –, il devrait au moins apprendre le français.

Flavien Blanchon pour l'agence de presse NOVOpress Paris

18 octobre 2012

Bernard Lugan : Mensonges et manipulation à propos de la manifestation FLN du 17 octobre 1961 à Paris

bernard lugan,guerre d’algérie,massacre,algérien,17 octobre 1961,guerre d'algérie,flnContrairement à ce qui est affirmé par des médias dont l’inculture est à l’égal de l’esprit partisan, le 17 octobre 1961, il n’y eut pas de massacre d’Algériens à Paris.

Cinquante ans après la fin de la guerre d’Algérie, par le biais d’une machination particulièrement bien orchestrée, policiers, gendarmes mobiles, CRS et Harkis engagés le 17 octobre 1961 à Paris dans une opération de maintien de l’ordre, sont devenus des agresseurs accusés d’avoir massacré 300 manifestants algériens, d’en avoir jeté des dizaines à la Seine et d’en avoir blessé 2300.
Tous les ans depuis 1991, ceux que le FLN désigne sous le nom de « Frères des Frères », organisent à grand renfort médiatique une cérémonie à la mémoire des « Martyrs Algériens » du 17 octobre 1961. Au mois d’octobre 2000, les « Frères des Frères » ont créé l’ « Association 1961 contre l’oubli ».
Cette année, la commémoration a pris un éclat particulier avec la présence du candidat socialiste aux futures élections présidentielles lequel a lancé une rose rouge à la Seine en mémoire des manifestants qui y auraient été noyés…

Or, contrairement à ce qui est affirmé par des médias dont l’inculture est à l’égal de l’esprit partisan, le 17 octobre 1961, il n’y eut pas de massacre d’Algériens à Paris.

Revenons aux faits. Nous sommes en pleine guerre d’Algérie et le FLN qui cherche à prendre le contrôle de la communauté algérienne vivant en France organise une manifestation surprise et clandestine devant converger vers la Place de la Concorde et l’Elysée afin de montrer sa force et pour peser sur les pourparlers de paix qui ont lieu à Evian.
Assaillis de toutes parts, les 1300 hommes des forces de l’ordre rassemblés en urgence, et non 7000 comme cela est toujours dit, firent preuve d’un grand sang-froid et d’un immense professionnalisme se traduisant par un bilan des pertes « modéré » dans de telles circonstances.

Source: Bernard Lugan via le site de Défrancisation

Lire la suite

17 octobre 2012

Un film polonais sur la bataille de Vienne

Film sorti le 12 octobre en Pologne, sur la fameuse et cruciale bataille de Vienne en 1683, où une coalition chrétienne menée par le roi de Pologne Jean III Sobiesky a vaincu les Ottomans.

Voici la bande-annonce en français, traduite par contre-info :

19 septembre 2012

Abandonné par la mairie, le célèbre musée Jeanne d'Arc de Rouen ferme.

muséerouen.jpgTriste nouvelle en cette année johannique. Le musée de cire Jeanne d'Arc de Rouen vit ses dernières semaines. Faute de repreneur, les locaux vont être vendus, les collections dispersées aux enchères dimanche 28 octobre.

Le propriétaire, Alain Préaux, nouvellement retraité, a proposé de céder sa collection gratuitement à une collectivité locale si celle-ci reprend les locaux et le projet. La municipalité n’a donné aucune suite à cette demande prétextant un coût trop important.

Le petit établissement avait ouvert ses portes en 1953 place du Vieux-Marché. Il accueillait pourtant chaque année jusqu'à 30 000 visiteurs.

L’histoire de Sainte Jeanne d'Arc est probablement trop catholique, trop populaire, trop franco-française et/ou trop ringarde pour la majorité socialiste qui ne semble pourtant ne pas avoir les mêmes scrupules quand il s’agit de financer des projets culturels fantaisistes (« Rouen impressionnée » par exemple) ou de maintenir sous perfusion d’argent public des artistes auto-proclamés.

source: Tendance Ouest Rouen

16 juillet 2012

16 juillet 1212/2012: Huit centième anniversaire de la victoire de Las Navas de Tolosa

Espagne-2-500x250.jpg

Vu sur Novopress: On célèbre aujourd’hui, particulièrement en Espagne, le huit centième anniversaire de la bataille de Las Navas de Tolosa, étape décisive de la libération de la péninsule ibérique après des siècles d’occupation musulmane.

Au début de l’année 1212, la situation des royaumes chrétiens du Nord de l’Espagne n’est pas fameuse. Ils sont engagés dans un long combat pour la Reconquista de la péninsule ibérique, en grande partie occupée par les Arabes depuis 711, période où ils s’étaient avancés jusqu’à Poitiers, en France. Les Européens font face à une puissante armée de 200.000 soldats, venus en majorité d’Afrique du Nord mais aussi d’autres régions dans un esprit de djihad.

Les forces commandées par Alphonse VIII de Castille sont moitié moins nombreuses. Aux Castillans, Aragonais et Navarrais se sont joints des volontaires d’autres pays européens, en majorité des Français, mais aussi des Allemands, des Italiens, etc. qui répondent à l’appel du pape Innocent III, qui a fait de la Reconquista une « croisade ».
Rassemblée à Tolède, libérée depuis 1085, l’armée chrétienne remporte une première victoire le 24 juin 1212 en prenant d’assaut la place forte de Malagón. Quelques jours plus tard, elle prend Calatrava. Calatrava est alors une cité importante, capitale de la Castille arabe. Son défenseur, Yusuf ben Kadis, est exécuté par le calife pour avoir échoué à la défendre. La chute de la ville est le début de la fin pour les Arabes, désormais sur la défensive.

lire la suite sur le site de l'agence de presse NOVOpress

12 juillet 2012

Inquisitio, avec nos impôts: au mépris de l'histoire...et des catholiques!

via le salon Beige:

Renaud Dozoul, chercheur à l’institut économique Molinari, qui vient notament de publier 10 très bonnes raisons de restaurer la monarchie et Citations à l’usage du réactionnaire Authentique, par ailleurs directeur de la version “papier” de L’Observatoire de la Christianophobie, écrit sur Atlantico, à propos de la série Inquisitio sur France 2 :

"Il faut s’attarder sur la place de l’État et du service public de l’audiovisuel dans cette histoire. L’État toujours si soucieux de ne pas offenser les communautés a-t-il estimé que la subvention d’une série faisant passer les catholiques pour une bande de lubriques dégénérés qui ont toujours un juif sur le bûcher allait contribuer à l’amélioration du vivre-ensemble ? Qu’il s’agissait d’une contribution enrichissante au débat sur la Laïcité ?

Quand on sait par ailleurs le soin que met l’État à gommer toute aspérité du discours sur l’Islam pour surtout ne pas stigmatiser, surtout ne pas prendre le risque de l’amalgame, il est incompréhensible que le service public de l’audiovisuel se soit vautré avec tant de moyens dans la provocation et la stigmatisation de la religion catholique. Une gestion pour le moins différenciée de l’amalgame!

Un cinéaste fait ce qui lui chante, il a tous les droits y compris au mensonge ou au blasphème. Chacun en pense ce qu’il veut, que c’est le sens même de la liberté humaine, une grave offense à Dieu ou une imposture. On peut penser ce qu’on veut, au plan moral, des individus ou des entreprises qui financent cette forme d’expression (outre la contribution toxique sur le strict plan historiographique). Mais quand l’État subventionne un film ou un téléfilm, il le fait avec l’argent de tous les Français (dont encore quelques catholiques), donc au nom de la nation. Il est intolérable que, de garant de la liberté d’expression, il devienne la caution d’une provocation de cette nature - espérons qu’il n’y a pas besoin d’appartenir à l’Église préconciliaire pour comprendre ce qu’il y a de blessant à voir sa religion et ses Saints travestis au plus grand mépris de l’Histoire.

Il ne s’agit en aucun cas de juger de la liberté d’expression de qui que ce soit, mais bien de la liberté due à chacun de choisir ou non de financer telle ou telle expression. Et en l’espèce, comme dit le poète, ce n’est déjà pas marrant d’être cocu, mais c’est franchement pénible de devoir payer la chambre…

On peut ainsi plus largement se poser la question de la légitimité de l’État à mener une politique culturelle ! Au nom de quoi et sur quelles bases faudrait-il instaurer une culture d’État, fût-elle dérangeante et subversive ? En attendant la disparition salutaire du ministère de la culture et autres subventions artistico-mondaines, nous sommes en droit d’attendre de l’État la plus grande neutralité dans ses choix culturels."

06 juillet 2012

Le PCF critique le Métronome de Lorant Deutsch: "orienté idéologiquement"

 lorant deutsch,métronome illustré,histoire,paris,pcf,front de gauche,terrorisme intellectuel,falsification,révolution française,commune,alexis corbière,école,conseil de paris,bertrand delanoë

Les Camarades du conseil de Paris voient rouge... "Pétri de convictions religieuses" et "nostagique de la Monarchie", Lorant Deutsch est coupable de faire de "nombreuses erreurs" en "dénigr[ant] la Révolution et la Commune"...

Les élus communistes au conseil de Paris vont déposer un vœu au conseil de Paris pour que la Ville cesse de faire la promotion de l'ouvrage historique du comédien. Ils dénoncent un livre "orienté idéologiquement".

Lire la suite

02 juillet 2012

Inquisition : L’histoire contre la légende

 9782847349344e.jpg

par Jean Sévillia
« Inquisitio », thriller diffusé sur France 2 au mois de juillet, réunit tous les clichés imaginables sur l'Inquisition. Il faut lire en contrepoint le livre de l'historien Didier Le Fur, qui remet la réalité en perspective.

Un mythe forgé au XIXe siècle...lire la suite

Honneur à l'armée française

cnc30juin12-algérie.jpg

Près d'un millier de personnes s'est rassemblé vers 14 h Place de l'Etoile pour former un cortège qui s'est rendu Place du Trocadéro, au pied de la statue du Maréchal Foch. Il s'agissait, au moment où on nous tarabuste en permanence avec le 50e anniversaire de la fin de la guerre d'Algérie, de défendre l'honneur de l'Armée française sans cesse attaqué.

Cette manifestation patriotique d'une très haute tenue était organisée par Pierre Descaves et par Roger Holeindre, ainsi que par plusieurs associations de rapatriés. 

Plusieurs orateurs prirent la parole à la fin de la manifestation. Alain Sanders, journaliste à Présent, Alain Escada, président de Civitas, Pierre Descaves et Roger Holeindre qui, avec le talent que nous lui connaissons, conclua cette belle démonstration de force par un appel à la mobilisation dès la rentrée.

cnc30juin12-ae.jpg


 

28 juin 2012

Rassemblement patriotique ce samedi 30 juin

affiche30-juin-manif-cnc.jpgCivitas accorde volontiers son soutien à l'initiative du Comité de Liaison du Mémorial de l'Honneur Français regroupant plusieurs dizaines d'associations d'anciens combattants (dont le Cercle National des Combattants de Roger Holeindre) et de Français d'Algérie (Cercle Algérianiste des Alpes Maritimes, Jeune Pied Noir,  Clan Rapatriés,...) appelant au rassemblement APOLITIQUE le SAMEDI 30 JUIN 2012, Place de l’Etoile (Angle Kléber/Iéna) à 14H pour :

 1) défendre la vérité

 2) rendre hommage aux civils et soldats d'Algérie assassinés par le FLN avec le soutien logistique des communistes métropolitains

23 juin 2012

CIVITAS, la revue trimestrielle de l'Institut

L'institut publie depuis 1999 une revue, trimestrielle, qui porte le nom de CIVITAS. Cette publication remplit une triple fonction :

  • proposer à ses lecteurs des sujets de réflexions, tant dans l'ordre de l'enseignement théorique (dossier à thème) que dans celui de l'analyse de l'actualité (analyse politique, géopolitique),
  • donner à ses membres des conseils pratiques (fonctionnement d'un cercle, actions à conduire, pédagogie) et quelques nouvelles de l'Institut,
  • faire connaître CIVITAS en dehors des membres de l'Institut.

Pour atteindre ces buts, la revue est articulée en trois parties :

  • un dossier à thème : destiné à approfondir un sujet, permet aux lecteurs et aux cercles d'étudier des problèmes d'actualité, abordés à la fois sous l'angle doctrinal, mais aussi pratique. Les thèmes choisis abordent des sujets comme l'Etat, les corps intermédiaires, la famille, etc.
  • le combat des idées : regroupe les rubriques relatives à l'analyse politique, la géopolitique, la présentation d'ouvrages, une chronique de la désinformation, des définitions, etc.
  • les chemins de la reconquête : donne des nouvelles de l'Institut, des conseils pratiques pour le fonctionnement des cercles, des exemples d'actions réalisées, etc ; comporte de plus quelques pages spirituelles et à chaque numéro la présentation d'une œuvre amie.

La revue est en vente pour 7 € à l'unité, l'abonnement annuel est de 25 € pour quatre numéros et des remises sont consenties sur les numéros déjà parus.

Vous pouvez commander des numéros, vous abonner, connaître le détail des rubriques de chaque numéro.

Achat en ligne des numéros de la revue

Bulletin de commande à imprimer

NOUVEAU: Depuis le numéro 43 (Dossier: Jeanne d'Arc, l'héroïne sainte et militante), il est possible de recevoir la revue au format PDF (4 €) et de s'abonner à l'année à l'e-revue (12 €/an).

Paiement par Paypal (faire un don en mentionnant "Pour un abonnement en ligne") ou par chèque.

Pour plus de renseignements: secretariat@civitas-institut.com

21 juin 2012

hommage à l'armée française, samedi 30 juin, place de l'Etoile

stejeannearc-90.jpgLe Comité de Liaison du Mémorial de l'Honneur Français regroupant plusieurs dizaines d'associations d'anciens combattants (dont le Cercle National des Combattants de Roger Holeindre) et de Français d'Algérie (Cercle Algérianiste des Alpes Maritimes, Jeune Pied Noir,  Clan Rapatriés,...) appelle au rassemblement APOLITIQUE le SAMEDI 30 JUIN 2012, Place de l’Etoile (Angle Kléber/Iéna) à 14H/14h30 pour:

 1) défendre la vérité

 2) rendre hommage aux civils et soldats d'Algérie assassinés par le FLN avec le soutien logistique des communistes métropolitains

 Voici l'appel solennel du Comité:

Lire la suite

13 juin 2012

Au Moyen Âge, on travaillait moins d'un jour sur deux

Quand le libéralisme et le capitalisme actuels n'étaient pas: "Nos ancêtres n'étaient pas les brutes de travail qu'on imagine. Autour de l'an mil nous avions 190 jours de congès par an... Les fêtes de village, les fêtes des saints locaux, les fêtes des corporations, cela n'arrêtait pas, bref on travaillait moins d'un jour sur deux... Il n'est jamais question de travailler plus pour gagner plus".

source: via democratie royale et ChristRoi

06 juin 2012

MJCF : 15 juin 2012 à Lyon - Les Cristeros : combat et souffrances des catholiques au Mexique

cristeros_lyon120615.jpg

en savoir plus: LPL/MJCF.

03 juin 2012

Commémoration de la bataille de Saint-Vidian contre les sarrasins, à Martres-Tolosane

vu sur NOVOpress:

Martres.jpg

Ce matin avait lieu à Martres-Tolosane (Haute Garonne) la reconstitution de la bataille de Saint-Vidian contre les sarrasins.

Cette reconstitution historique et religieuse est à notre connaissance la seule commémoration de la lutte contre l’invasion par les sarrasins dans le sud de la France durant plusieurs siècles.

L’église Saint Vidian de Martres-Tolosane a été ainsi nommée en l’honneur du guerrier qui, selon la légende, mis en déroute les sarrasins en ce lieu. Elle abrite ses reliques et c’est le point de départ de la procession de Saint Vidian lors de la fête du dimanche de la Trinité. Plus de 250 habitants participent à la reconstitution de la bataille entre sarrasins et chrétiens. En 2013 cette commémoration est prévue le 26 mai.

source: NOVOpress publié le 03/06/12

23 mai 2012

L’acteur Lorant Deutsch se rebelle

Lu sur contre-info:

lorant-deutsch-paris-metronome.jpgSaluons son impertinence dans cet entretien au mensuel CQFD :

« Pour moi, l’histoire de notre pays s’est arrêtée en 1793, à la mort de Louis XVI. Cet événement a marqué la fin de notre civilisation, on a coupé la tête à nos racines et depuis on les cherche [...].
C’est comme avec la religion, on essaie de faire triompher la laïcité, je ne sais pas ce que cela veut dire. Sans religion et sans foi, on se prive de quelque chose dont on va avoir besoin dans les années à venir. Il faut réintroduire la religion en France, il faut un concordat. »

Les chacals avaient déjà déclenché une polémique artificielle, accusant son ouvrage d’histoire ludique Métronome illustré (disponible ici) – un best-seller vendu à 1,5 millions d’exemplaires -, de parti-pris idéologique.

17 mai 2012

Diffusion compliquée pour « Cristiada »; les gauchistes craignent-ils une Contre-Révolution culturelle et populaire?

Comme la « Passion » de Mel Gibson ou « Katyn » de Wajda, le film de Dean Wright "Cristiada" -évoquant le combat héroïque des Cristeros mexicains partis en guerre, à la fin des années 20, contre la franc-maçonnerie dirigeante engagée dans l’extermination de l’Eglise Catholique au Mexique- a le plus grand mal à trouver des distributeurs.

 Marin Karmitz, président de la Fédération Nationale des Distributeurs de Films, président de MK2 Group (premier distributeur indépendant français), ancien militant maoïste  et accessoirement 491e plus grande fortune française (Challenges, 2009) ne semble pas intéressé...

Voici la traduction d'un article polonais publié le 15/05/2012 sur marucha et traduit par ŁukaszAdamski:

 

Diffusion compliquée pour « Cristiada »; les gauchistes craignent-ils une Contre-Révolution culturelle et populaire?
Après de multiples contretemps, la production la plus chère du cinéma mexicain, "Cristiada", qui raconte la contre-révolution Catholique au Mexique , arrive enfin sur les écrans américains. Cependant le film ne jouit pas du millionième de  promotion dont bénéficia le film antichrétien de Dan Brown. Nos « élites » auraient–elles peur de « Cristiada ».

 La première du film qui nous raconte la révolte des années 1926-1929 des Catholiques mexicains, a eu lieu il y a un mois à l’Institut papal des Augustiniens Patristiques. A l’origine du film nous trouvons le producteur Pablo Jose Barroso déjà réalisateur du du célèbre film « Guadalupe ».
« Le film raconte l’histoire de 5 personnes ordinaires se levant pour la défense de leurs droits »- nous dit le réalisateur Dean Wright dans son interview pour la CNA. « A la fin, elles se trouvent en plein cœur de la guerre civile, obligées de se décider et de savoir si elles sont à même de lutter pour leur liberté et jusqu’où elles peuvent aller pour cette défense »-ajoute le réalisateur, qui avait auparavant travaillé dans « Le Seigneur des Anneaux « et dans « Le monde de Narnia ».

 Les personnes qui ont vu le film affirment qu’ « il est bouleversant ». Le rôle principal est tenu par l’acteur et réalisateur hollywoodien Andy Garcia connu pour son anticommunisme et son attachement au Christianisme : il incarne le chef des « Cristeros », Enrique Gorostieta Velarde. « Son but est de restituer au peuple ses droits religieux . Nous assistons à son retour à la foi et au recouvrement d’un sens à sa vie »- nous explique le réalisateur. La participation de Garcia, qui nous a prouvé déjà dans son film anticastriste « La Havane, ville perdue » qu’il pouvait s’opposer mainstream hollywoodien, nous garantit que la représentation ne sera pas une version féérique de l’insurrection catholique. Dans le film aussi l’acteur de légende qu’est Peter O’Toole incarnant le rôle du prêtre Christopher ne peut que renforcer la valeur du scenario.

 Le film nous raconte les persécutions subies par les Catholiques dans le Mexique gauchiste . En 1926 le président du Mexique Plutarco Elias Calles a commencé par introduire des lois contre l’Eglise Catholiques. Calles était franc-maçon et socialiste surnommé «l’ antichrist ». Sous son gouvernement les écoles et la plupart des églises catholiques furent fermées et l’enregistrement de tous les prêtres catholiques fut ordonné. Pour répondre à ces mesures fut créée la « Ligue Nationale de Défense de la Liberté Religieuse » organisant des actions de désobéissance civile consistant, entre autres, dans le boycott de toutes les entreprises et institutions gouvernementales. Deux millions de Mexicains signèrent une pétition demandant au pouvoir d’abolir les lois constitutionnelles anticatholiques. Simultanément éclatait l’insurrection connue dans l’histoire sous le nom de « Cristiada » et ses acteurs se sont couverts de gloire sous le nom de « Cristeros » , « les partisans du Christ ». En peu d’années de combat contre les socialistes 90 000 d’entre eux sont morts.

 « La difficulté que j’ai à trouver une maison de distribution qui veuille s’occuper de distribuer ce film reste pour moi un mystère »- remarqua Barroso lors de la première au Vatican. Dans l’une de ses interviews le producteur a raconté ses tentatives visant à amener son film sur les écrans et l’étrange hasard qui a fait que son offre s’est vu torpillée par tous les grands entrepreneurs de spectacles du monde.

Nous nous sommes adressés à toutes les plus grandes maisons de distribution du cinéma, conformément aux pratiques en cours en ne négligeant rien. Nous étions persuadés que la qualité technique parfaite du film, son histoire convaincante, la qualité de sa distribution de par la présence d’acteurs de renommée mondiale dans les rôles principaux nous seraient favorables et malgré tout cela nous n’avons rien obtenu pendant des mois hormis des obstacles. [...]

« Cristiada » est un film qui exaspère l’establishment gauchiste du monde cinématographique. Il raconte enfin l’insurrection des catholiques au temps du grand chambardement athée des âmes, qui s’avère de jour en jour plus visible dans notre monde . [...]

14 mai 2012

hommage national à Ste Jeanne: premières photos...le départ.

P5130013.JPG

P5130072.JPG

P5130018.JPG

P5130056.JPG

P5130046.JPG

24 février 2010

Hommage national à Ste Jeanne d'Arc

Appel solennel à tous les Français afin que le 9 mai prochain ils viennent nombreux honorer à Paris la Sainte Patronne de la France.

Rappelons-nous que le deuxième dimanche de mai est le jour officiellement institué par l'Etat français pour fêter cette héroïne. Rappelons-nous l'époque où des foules immenses venaient au pied de sa statue se souvenir de la Sainte de la Patrie.

 

A l'heure où l'on se perd en considérations sur l'identité nationale, quelle meilleure illustration de celle-ci enseigner à nos enfants que la vie de Sainte Jeanne d'Arc, exact contrepied des défauts qu'il nous faut éviter et admirable synthèse des vertus qu'il nous convient de pratiquer ?


Jehane d'ARC_03.jpg


Quel en est l'esprit? Quel en est le but? Qui y participera? etc...

Vous trouverez ces réponses:

- dans l'appel du secrétaire général de Civitas "le 9 mai 2010, grand hommage national des Français à Sainte Jeanne d'Arc"

- et dans l'appel de l'abbé X. Beauvais "Le 9 mai 2010, derrière sainte Jeanne d’Arc"



Souscription pour financer l'hommage national à Sainte Jeanne d'Arc

Nous voulons donner à cet hommage à Sainte Jeanne d'Arc le faste que mérite la sainte patronne de la Patrie. Cela a un coût.

Achat important de drapeaux frappés aux armes de Sainte Jeanne d'Arc, location de véhicules pour le matériel de sonorisation, podium, tracts, affiches, ..., voilà un petit aperçu des dépenses indispensables et conséquentes, qui se chiffrent à plusieurs milliers d'euros. Nous lançons donc une souscription pour rassembler le budget nécessaire.

Vous pouvez adresser vos chèques à notre secrétariat :

Civitas, 17 rue des Chasseurs, 95100 Argenteuil, en précisant "hommage national à Sainte Jeanne d'Arc" comme motif du don.
Nous invitons également les bonnes volontés à songer à l'organisation de cars afin de faciliter la participation du plus grand nombre à partir de différentes villes de France.

***

545px-Blason_Jeanne-d-Arc.svg.png