Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 mars 2013

Gender/Suède: proposition de loi pour obliger les garçons…à faire pipi assis !

La théorie du gender comprise dans ses plus ultimes implications : en Suède, la région de Smaland, près de  Stockholm, étudie une proposition de loi pour obliger les garçons…à faire pipi assis ! Quand l’idéologie veut s’imposer au réel, elle le fait par la contrainte et la violence de la loi. Jusqu’à l’intrusion dans l’intimité des personnes… qui, par nature, ne concerne pas la loi ni le bien public… Grotesque.

source: contre-info

10 mars 2013

Où et comment avorter en quelques clics de souris

Lu sur le site de l'agence de presse indépendante NOVOpress:

 ouavorter.jpg

Après les bons contacts pour un dîner romantique, voyager pas cher ou trouver l’âme sœur, voici les bonnes adresses pour avorter. Le site web, Ivglesadresses.org (copie d’écran ci-dessus) vient d’être mis en ligne. Il recense tous les lieux spécialisés dans l’IVG en Ile-de-France. L’avortement industriel (220 000 par an en France) en quelques clics de souris : « Où avorter ? » propose le moteur de recherche du site web. L’initiative a été lancée par le Revho. Ce réseau militant veut « rendre accessible la méthode d’IVG médicamenteuse en ville ».

On trouve également sur le site, des informations pratiques (tarifs, remboursements…), des présentations sur les différentes méthodes d’élimination de l’enfant à naître. L’expérience pourrait être étendue à d’autres régions. La présidente de Revho et directrice du centre IVG à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), Sophie Gaudu, veut faire de ce site internet une machine de guerre contre des sites pro vie, accusés de décourager les mères voulant mettre fin à leur grossesse.

Pourtant, sur cette question, le combat est inégal. L’avortement volontaire industriel bénéficie en effet d’un soutien déterminant de la République française depuis 1975 : réseau national du planning familial ; dépénalisation de la propagande en faveur de l’avortement ; fin de l’autorisation parentale pour l’avortement des mineures ; sanction de « toute entrave ou tentative d’entrave à l’IVG » ; allongement du délai de l’IVG jusqu’à la fin de la douzième semaine de grossesse, et, à partir du 31 mars prochain, remboursement de 100 % de l’IVG par la Sécurité sociale.

source: article publié le 09/03/2013 sur le site de l'agence de presse indépendante NOVOpress

La France ouvre sa première crèche qui nie la différence entre filles et garçons

Lu sur genethique.org:

théorie du genre,idéologie,gender,indifférenciation des sexes,stéphane  clerget,crèche,bourdarias,ministre,najat vallaud-belkacem,égalitarisme,éducation,nature,négation Après la Suède, pays qui a largement développé les crèches "qui traite de façon indifférenciée les garçons et les filles", c'est au tour de la France dont la première crèche basée sur ce modèle a été ouverte à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis. Par l'ouverture de la crèche Bourdarias, "l'objectif assumé" du gouvernement est de "lutter contre les préjugés 'sexistes' dans l'éducation pour promouvoir l'égalité homme/femme. En cause, selon [la ministre du Droit des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, et la ministre déléguée à la famille, Dominique Bertinotti] la liberté des enfants, qui serait contrainte par les modèles culturels basés sur la différenciation des sexes". Par conséquent, il n'est "plus question [...] de proposer des jeux de filles aux petites filles et des jeux de garçons aux petits garçons". 
Dominique Bertinotti souhaiterait également "faire évoluer la formation de tous les professionnels de la petite enfance pour les sensibiliser à la question et se réjouit d'ores et déjà des initiatives visant à promouvoir l'indifférenciation des pratiques". 
La journaliste explique que "depuis avril 2009, les équipes de la crèche Bourdarias, formées avec un spécialiste suédois, pratiquent cette pédagogie abusivement nommée 'active égalitaire' ". Par conséquent, les petites filles ne sont pas encouragées à jouer à la poupée et les petits garçons au bricolage, "on préfère plutôt encourager les pratiques inverses, quitte à pousser les enfants à aller contre leurs envies". Ainsi, "quand les petites filles se rêvent en princesse", le personnel explique qu'ils essayent "d'ouvrir l'horizon de la princesse en lui proposant du bricolage, mais sans l'empêcher de jouer à la princesse". Pour la pédopsychiatre Stéphane  Clerget, "il faut proposer à chaque enfant d'être garçon ou fille à sa manière, sans nier la différence des sexes comme le font des partisans de la théorie du gender". Mais la journaliste précise que "c'est pourtant bien la théorie du 'genre' qui est à l'oeuvre ici. Abusivement qualifiée de théorie, puisqu'elle n'aide en rien à penser le réel, mais à le contredire". Selon elle, "la crèche Bourdarias s'inscrit [...] bien dans un projet global du gouvernement à agir sur les modèles éducatifs pour promouvoir dès le berceau l'indifférenciation des sexes".

source: Famille Chrétienne (Anne Gavini) 09/03/2013 via genethique.org

07 mars 2013

Dérapage cathophobe d’un député socialiste

Lu sur l'agence de presse indépendante NOVOpress:

Nicolas Bays, député socialiste, est coutumier des provocations, souvent de mauvais goût. Il s’était déjà illustré en embrassant sur la bouche le député Yann Galut pour signifier leur soutien au “mariage pour tou”s, en précisant qu’ils étaient tous deux hétérosexuels.

Mais ce baiser symbolique en faveur du “mariage pour tous” n’a pas suffi visiblement à Nicolas Bays pour se faire remarquer par le biais de la provocation. Mercredi 6 mars sur Twitter, Nicolas Bays a publié une photo (ci-dessus) d’un gout plutôt douteux sur l’Eglise et la religion catholique avec le slogan : “Nouveau scandale alimentaire … contient 0 % du corps du Christ”.

De nombreux internautes ont alors réagi , dont des élus et militants actifs de l’UMP.

Dérapage cathophobe d'un député socialiste

Dérapage cathophobe d'un député socialiste

Nicolas Bays a fini par retirer son tweet avec la formule suivante : “Désolé que l’humour ne soit pas compris par tous et de la même manière. Que ceux que j’ai heurté dans leur sensibilité m’en excusent.”

Dérapage cathophobe d'un député socialiste

Rappelons que Nicolas Bays est l’époux d’Aurore Bergé, nommée récemment “conseiller politique” à l’UMP (pro-Fillon) et militante active du mariage pour tous. Leur mariage avait été célébré sous la “bénédiction” de Pierre Moscovici et de Roselyne Bachelot.

On peut cependant s’interroger sur le tollé qu’aurait provoqué dans toute la classe politico-médiatique un tweet équivalent sur la religion musulmane…

Les catholiques sont donc encore une fois les victimes de l’humour de “camp du Bien et du progrès”.


Source: article publié par l'agence de presse indépendante NOVOpress le 07/07/2013

Une Femen ukrainienne vit de l’écriture d’icônes religieuses !

 femen-icone.pngLu sur Nouvelles de France:

Bonjour la cohérence. Dans le documentaire orienté « Nos seins, nos armes » co-réalisé par Caroline Fourest (elle a le temps vu qu’elle a presque abandonné Prochoix) et diffusé mercredi soir par France 2, Oksana Shachko, une Femen ukrainienne qui projetait auparavant d’entrer au couvent, explique :

« À 15 ans, j’ai quitté mes parents pour m’installer dans un atelier. Aujourd’hui, je peins toujours des icônes, mais… pour gagner ma vie. Ce dont je suis fier, ce que je fais pour le bien de mon âme et de ma conscience, pour mon développement personnel, pour m’épanouir, c’est bien sûr mon activité comme activiste Femen. »

Quand on sait qu’une icône est censée être préparée dans le jeûne et la prière, on croit juste rêver. La jolie Oksana Shachko a notamment participé à l’attaque de la manifestation de Civitas le 18 novembre 2012. Sur son corps, on pouvait lire : « Fuck God »…


Source: article d' pour Nouvelles de France

1932-1933: sécheresse ou famine organisée dans le grenier à blé?

holodomor.png

"Je vous salue Marie", par Serge Lama : toujours d'actualité


Serge Lama - Je vous salue Marie par bucch

25 février 2013

Cartes de presse pour la milice antichrétienne FEMEN ?

Hier, dimanche, la milice antichrétienne Femen avait envoyé trois de ses furies en Italie. Pas à Rome pour perturber l'Angelus prononcé par Benoît XVI, cela avait déjà été fait le 13 janvier dernier. Cette fois, elles intervenaient à Milan, au moment où Silvio Berlusconi se présentait à son bureau de vote.

Ci-dessous, les cartes de presse qui leur ont permis d'attendre Berlusconi au milieu des journalistes. Voilà qui pose une fois de plus la question de la collusion entre les FEMEN et certains journalistes aux accents très militants.

Quand le ministre de l'Intérieur va-t-il enfin sévir contre ce mouvement FEMEN connu pour une longue liste de délits et une pathologie antireligieuse inquiétante ?

femen-cartedepresse.jpg

femen-cartedepresse2.jpg

femen-berlusconi.jpg

femen-berlusconi-2.jpg

14 février 2013

Caroline Fourest et les subventions de la mairie de Paris...

euros.jpeg« Prochoix, « la revue pour le droit de choisir », une publication LGBT co-fondée par Caroline Fourest a reçu en mars 2012 12 000 € de subventions de la mairie de Paris, comme chaque année.

Le dernier numéro de Prochoix remonte au 1er avril 2012. Caroline Fourest, prise d'inquiétude à l'idée de perdre ces subventions, indique que le prochain Prochoix « sort dans 3 semaines », c’est-à-dire au mois de mars 2013. Cela fait cher le numéro !

Au fait, Jean-Luc Romero va-t-il frénétiquement twitter pour demander la fin de ces subventions à "Prochoix" ?

12 février 2013

Revue de presse: Nouveau dérapage des FEM'HAINEs à ND de Paris, Le Point insulte Sainte Bernadette, score stalinien au PCF, du boulot pas du mariage homo

 ?modified_at=1360668855&ratio_x=03&ratio_y=02&width=476

les FEM'HAINES à Notre-Dame de Paris: Ce matin, les hooligans christianophobes ont pénétré seins nus dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, se pour hurler des slogans contre Benoît XVI et taper dans les nouvelles cloches. Face à cette profanation, on attend que le ministère de l'intérieur présente toute sa sympathie aux catholiques parisiens et interpelle enfin ces furies bien identifiées (source: Libération).

 Le-Point-Lourdes.jpg

11/02/2013: Le Point insulte les catholiques en cette fête de Notre-Dame de Lourdes (source: observatoire de la Christianophobie).

Pierre Laurent a obtenu dimanche 100% des suffrages exprimés au 36e congrès du PCF qui se tenait depuis jeudi à Saint-Denis. 92 courageux ont tout de même voté blanc ou nul.(source: Le Figaro).

femen,benoit xvi,le point,sainte bernadette,christianophobie

Le chiffre qui alarme:1.087, c'est le nombre d'usines qui ont fermé en France depuis 2009. (source: La Tribune) Pendant ce temps, la majorité présidentielle met toute son énergie à détruire les bases naturelles de la Famille.

11 février 2013

La dure vie de député socialiste durant les premiers jours de débat à l'Assemblée nationale sur le "mariage pour tous"

nonaumariagehomo.jpg(Lu dans le Canard enchaîné) "Pour inciter les députés PS à être les plus nombreux dans l'hémicycle à l'occasion du débat sur le "mariage pour tous", Bruno Le Roux, le président du groupe, a adressé, le 29 janvier à 13h14 le courriel suivant à ses camarades : "Pour faciliter les conditions de travail de cette semaine exceptionnelle, nous nous réserverons quelques moments de convivialité. Vous trouverez ci-dessous les invitations auxquelles nous avons le plaisir de vous convier."
Suit alors l'agenda des festivités : le 29 et le 30 janvier, "cocktail dînatoire" à l'hôtel de Lassay, offert par le président de l'Assemblée; "dîner" à l'hôtel de Clermont le 1er février, à l'invitation d'Alain Vidalies, ministre chargé des Relations avec le Parlement; "dîner républicain" (sic) le 2 février, de nouveau à la présidence de l'Assemblée; et, enfin, le dimanche 3 février, un "déjeuner sous forme de cocktail" à l'hôtel de la Questure, où règne le socialiste Bernard Roman.
Aucun petit four, en revanche, programmé pour le 31 janvier. Logique; ce jour-là, l'Assemblée ne débattait pas du "mariage pour tous", mais de la co-présidence paritaire des groupes politiques et autres joyeusetés. Les camarades ont donc dû se contenter du restaurant du Palais-Bourbon.

09 février 2013

"Mariage" homosexuel : les députés de l'UMP ont cessé le combat

bannièrenonaumariagehomo.jpeg

Cela s'annonçait depuis quelques jours. Cela s'est confirmé ce samedi matin. Les députés de l'UMP ont cessé la résistance qu'ils menaient à travers la défense de milliers d'amendements portés au projet de loi dénaturant le mariage et la parenté. Le débat à l'Assemblée nationale n'existe plus. On attend simplement le moment du vote mardi prochain. Il semble que la gauche n'a pas manqué d'utiliser de sordides moyens, et notamment diverses menaces, pour obtenir cet abandon du débat. La gauche utilise souvent le mot "démocratie" mais elle est championne du totalitarisme.

La bataille ne s'arrête pourtant pas ici.

Nous reviendrons très prochainement faire le point sur le calendrier. Notamment sur celui du Sénat.

Mais avant cela, nous rappelons que des centaines de milliers de défenseurs de la Famille, qui sont aussi des électeurs, seront particulièrement attentifs à la façon dont chaque député votera mardi prochain !

La palme de l'obsession anti-CIVITAS au député Arnaud Leroy

prière29janAN.JPGAu cours des débats à l'assemblée nationale à propos du projet de loi visant à dénaturer le mariage et la parenté, les énormités n'ont pas manqué. La palme de l'obsession anti-Civitas revient au député Arnaud Leroy le 1er février. Alors qu'un député UMP insistait sur la nécessité de se préoccuper de l'intérêt des enfants, M. Arnaud Leroy. a répliqué de façon ridicule : "Ah oui ? Comme Civitas, qui met des enfants dans la rue à quatre heures du matin pour une veillée de prières ?"
Soit Arnaud Leroy n'est pas sur le même fuseau horaire que le reste des Français, soit nos prières sont venues hanter son sommeil ! Rappelons en effet que la veillée de prière que Civitas avait organisée le 29 janvier dernier devant l'Assemblée nationale s'est tenue de 20h à 22h.

08 février 2013

"Mariage" homosexuel aujourd'hui, PMA demain, GPA après-demain... Avec Civitas, proclamez NON ! Trois fois NON !

1papa1maman.jpegPour les humoristes, c'est devenu un sujet de plaisanterie : "De la PMA au PMU, de la GPA au GPS, on ne s'y retrouve plus...", ironisait l'un d'eux lors d'une émission radio de grande écoute. Et il est bien vrai que ce qui se cache derrière les abréviations utilisées à foison dans les médias doit en réalité rester bien hermétique pour une bonne part de nos concitoyens. Ce n'est bien sûr pas un hasard mais la façon la plus certaine de faire avancer les pires projets en limitant l'inquiétude aux Français les plus attentifs. La gauche est à ce point consciente que ce qui se cache derrière ces abréviations barbares revêt un caractère monstrueux qui épouvanterait bon nombre de Français, qu'elle a choisi tactiquement de les dissocier du projet de loi dénaturant le mariage et la parenté que l'Assemblée nationale débat en ce moment.
 
PMA pour "procréation médicalement assistée". GPA pour "gestation pour autrui". Des appelations cosmétiques pour désigner les artifices revendiqués par le lobby homosexuel pour assouvir ce qu'il considère être un "droit à l'enfant". Car le lobby homosexuel sait que la gauche étant au pouvoir (avec beaucoup d'homosexuels bien placés dans les états-majors politiques), il peut oser exiger que celle-ci satisfasse beaucoup de ses caprices.
 
Alors, le PS choisit de mentir aux Français. Il leur dit que de PMA et de GPA, il n'est pas question. Le mensonge s'est toujours porté avec beaucoup de naturel au PS. Il suffit de se rappeler à quel point Elisabeth Guigou avait l'air si sincère lorsqu'elle promettait, lors du débat sur le PACS, qu'il n'y aurait jamais de "mariage" homosexuel qui suivrait. C'était hier. Le "mariage" homosexuel et l'adoption d'enfants par des duos homosexuels, c'est aujourd'hui. La procréation médicalement assistée, ce sera demain. Et la gestation pour autrui, après-demain. C'est cela la réalité du plan inique de cette gauche toujours révolutionnaire même si elle se vautre désormais dans le caviar.
 
Dominique Bertinotti, adepte du double langage, ne vient-elle pas de déclarer à la radio : "Il faut procéder par étapes" ?
 
Etape suivante ? La PMA sera examinée dans le cadre de la loi sur la famille présentée au conseil des ministres le 27 mars prochain.
Et d'une étape à l'autre, le chemin n'est pas loin. Dans Le Monde (20 décembre 2012), Elisabeth Badinter écrivait : "La GPA est une pratique reconnue comme partie intégrante de la PMA par l'organisation mondiale de la santé".
 
Lorsque Christiane Taubira, ministre de la Justice, dévoile une circulaire organisant le délivrement de certificats de nationalité française aux enfants nés de mère porteuse à l'étranger, c'est, quoi qu'elle en dise, un pas en faveur de la GPA.
 
Il faut également rappeler le manifeste en faveur de la GPA publié dans le journal Le Monde du 13 décembre 2010. Parmi les signataires, on y trouvait Najat Vallaud-Belkacem, aujourd'hui porte-parole du gouvernement, Aurélie Filipetti, ministre de la Culture, Alain Vidalies, ministre délégué chargé des relations avec le Parlement ou encore François Rebsamen, président du groupe socialiste au Sénat et très proche de François Hollande. Comment imaginer un seul instant qu'ils ont changé d'avis ? C'est bien une simple question d'étapes.
 
Les plus cyniques préparent déjà le terrain.
C'est le très fortuné Pierre Bergé, ex-"compagnon" d'Yves Saint-Laurent, patron de la société de haute couture éponyme, magnat de la presse, président du directoire du conseil de surveillance du journal Le Monde, co-fondateur de la revue homosexuelle Têtu et généreux soutien financier du parti socialiste, qui se permit à la télévision de considérer qu'il n'y avait pas de différence entre "louer le ventre d'une femme ou les bras d'un ouvrier".
C'est l'avocate Caroline Mécary, marraine de la Marche des Fiertés LGBT, conseillère régionale écologiste d'Ile-de-France, qui dans Le Monde (7 février 2013), défend la gestation pour autrui en ces termes : "En définitive, permettre aux femmes, qui y consentent dans un cadre légal, d'offrir un enfant à un couple qui ne peut en avoir, ne serait-ce pas la plus grande subversion féministe que l'on puisse imaginer : s'affranchir enfin du devoir d'être mère ?".
 
Au passage, relisez cet article en y notant combien de fois le journal Le Monde est impliqué dans cette promotion de la GPA. Bien sûr, on nous dira que le fait que Pierre Bergé en est le vrai patron n'est que pur hasard...
 
En conclusion, je vous invite à rejoindre CIVITAS dans cette bataille livrée pour défendre la Famille, le mariage et l'enfant. Les prochaines semaines seront cruciales. Que les parlementaires sachent bien que nous n'oublierons pas leur attitude lors du vote de ce projet de loi dénaturant le mariage et la parenté et ouvrant la voie à la marchandisation de l'être humain.
 
Alain Escada,
président de CIVITAS

06 février 2013

Démocratie: des députés de la majorité trichent à l'assemblée lors des votes

Comme le dit la chanson "Un éléphant, ça trompe énormément". On savait que dans certains cas mystérieux les morts votaient. Dans les rangs de la majorité présidentielle, des députés votent plusieurs fois en appuyant sur les boîtiers de leurs collègues absents.

Le député Christian Jacob est intervenu dimanche pour demander un rappel au règlement...

... mais comme cette pratique est apparemment bien ancrée, Christian Jacob est intervenu mercredi pour dénoncer à nouveau la tricherie des députés PS :


Mariage homo : Christian Jacob accuse la gauche... par LeLab_E1

02 février 2013

Projet Taubira : cette loi est bien d'essence maçonnique

il suffit de le lire : 

Rom

source: Lahire pourle salon-beige

30 janvier 2013

La prière fait peur

Ce mardi soir, un millier de catholiques ont répondu à l'appel de Civitas et sont venus participer à une veillée de prière devant l'Assemblée nationale en ce premier jour de débat en séance plénière concernant le projet de loi visant à dénaturer le mariage et la parenté, tandis qu'au même moment, à travers tout le pays, des milliers d'autres catholiques, dans leur foyer ou dans une chapelle, s'unissaient avec la même ferveur à ces prières, implorant Dieu de préserver la France de cette loi inique.

Touchés au vif par cette récitation du rosaire, certains députés socialistes ont montré leur haine anti-chrétienne, accompagnée d'une désinformation manifeste. (voir: le parisien)

Il semble donc nécessaire de mettre fin à cette "légende urbaine" au sujet d'une prétendue loi interdisant les prières de rue. Aucune loi n'existe à ce sujet en France. Le décret de Claude Guéant datant de septembre 2011 est visiblement source de tous les phantasmes mais concernait une situation particulière et n'entraîne nullement l'interdiction générale de prier sur l'espace public.

 Stéphanie Le Bars dans un article au journal  Le Monde d'aujourd'hui demande:

"La veillée de prière organisée mardi 29 janvier devant l’Assemblée nationale par l’institut Civitas, mouvement intégriste catholique, pour protester contre le « mariage pour tous » est-elle contraire à la loi, ainsi que l’ont laissé entendre des membres de la Gauche forte ?

« Cette action est illégale car elle va à l'encontre de la loi visant à faire interdire les cérémonies religieuses dans les rues. Elle est antirépublicaine car en venant prier devant l'Assemblée nationale, maison de la République, les organisateurs heurtent de plein fouet la laïcité », ont expliqué, mardi, le député PS Yann Galut et la sénatrice PS Patricia Schillinger. Les deux parlementaires de la Gauche forte, nouveau mouvement au sein du parti socialiste, en ont même appelé au ministre de l’intérieur, Manuel Valls, lui demandant d'interdire cette manifestation.....

Du côté de la préfecture de police, on estime en revanche que cette manifestation, ..., n’avait pas lieu d’être empêchée. « Les prières de rues ne sont pas interdites en tant que telles dès lors que leur périodicité et leur ampleur ne troublent pas l’ordre public ». Et, lors de manifestations de ce genre, précise-t-on à la PP, toutes les dispositions sont prises pour éviter les incidents, notamment avec des contre-manifestants.

L’institut Civitas avait de fait déposé une déclaration de manifestation à la préfecture de police, qui ne l’avait pas interdite. « Quand on est autorisé à manifester, après on manifeste comme bon nous semble: assis, à genoux, debout ou couché ! », commente Alain Escada, le responsable de Civitas. Plus généralement, les manifestations religieuses ponctuelles, telles que les processions ou les messes (notamment lors de grands rassemblements, type Journées mondiales de la jeunesse) sont autorisées sur la voie publique."

 

Cette méconnaissance de la loi française de la part de parlementaires met en relief leur incompétence alors que ceux-ci ont précisément un rôle de législateur.

Avant de faire des lois qui bouleverseront la société, peut-être devraient-ils apprendre d'abord quelles sont les lois existantes et l'esprit de ces lois ! 

28 janvier 2013

Alain Escada invité de LCI le lundi 28 janvier 2013

22 janvier 2013

gauche caviar: Mélenchon, le communiste de luxe

melencon.jpg

GQ (Gentlemen’s Quarterly), magazine mensuel américain consacré à la mode et au luxe a élu Jean-Luc MELENCHON "homme politique de l'année" (sic). Aux côtés de Yannick BOLLORE, élu businessman de l'année, et de Xavier ROMATET, PDG de Condé Nast, le vieux grincheux, apôtre de la "révolution citoyenne", a retrouvé le sourire. 

Après le sketch de François Hollande et de ses banques ennemies publiques n°1, voici le révolutionnaire anticapitaliste coqueluche des young leaders...et manifestement fier de l'être!

21 janvier 2013

Anniversaire de la mort de Louis XVI : le Parti de gauche mange sa tête de veau

Lu sur  le site de l'agence de presse NOVOpress Paris:

alexis corbière,provocateur,pg,louis xvi,peine de mort,métronome,lorànt deutsch. métronome,lorànt deutsch. parti de gauche,les inrockuptibles,claude ribbe,universitaire,front de gaucheÀ force de haine anticatholique et antifrançaise, Alexis Corbière, « secrétaire national du Parti de gauche (PG) en charge notamment de la lutte contre l’extrême droite », a fini par se faire un petit nom. Son zèle inquisitorial poursuit à la fois les vivants et les morts, avec jusqu’à présent, semble-t-il, plus de succès contre ces derniers : s’il est parvenu à faire débaptiser le collège Vincent d’Indy, il n’a pu faire interdire les Assises contre l’islamisation, et les socialistes parisiens eux-mêmes ont résisté à sa campagne haineuse et jalouse contre le Métronome de Lorànt Deutsch.

 Aujourd’hui 21 janvier, le secrétaire Corbière – tout en assurant que, comme de juste, il est un « farouche partisan de l’abolition de la peine de mort sur toute la planète » –, tient à nous apprendre qu’il va manger une tête de veau pour fêter l’exécution de Louis XVI.

« D’autant plus que, je crois savoir que quelques illuminés se réuniront de leurs cotés dans une cinquantaine de messes (quelle honte pour les ecclésiastiques qui se prêtent à cela) pour célébrer la mémoire de Louis XVI » (orthographe et ponctuation d’origine).

On peut penser ce que l’on veut de Louis XVI. Les tentatives de réhabilitation n’interdisent nullement de s’en tenir à la vue traditionnelle : qu’il fut un très brave homme, bon époux et bon père de famille, mais un mauvais roi, faible, mal conseillé et mal entouré, dont les choix politiques, à commencer par le rappel des Parlements et l’entrée dans la guerre d’Indépendance américaine, furent le plus souvent désastreux. Chacun est libre aussi, selon le point de vue où il se place, de trouver touchant, ou ridicule, ou les deux à la fois, un certain nostalgisme royaliste.

Mais il est grotesque d’aller épier et singer les commémorations des autres et, au motif que certains catholiques iront à la messe le 21 janvier, d’annoncer pompeusement que l’on mangera de la tête de veau. Le secrétaire Corbière est sans doute aussi de ces soi-disant libres-penseurs qui se font un strict devoir de manger du boudin le Vendredi Saint. Ils croiraient, s’ils y manquaient, pécher contre la République : espèces d’intégristes au second degré, qui persistent à mimer des préceptes catholiques qu’à peu près plus personne n’observe. Peu leur importe que la France soit couverte de mosquées, pourvu qu’ils aient leur boudin du Vendredi Saint, halal au besoin.

Le farouche secrétaire Corbière prend cette occasion pour dénoncer farouchement la proposition de loi sur la reconnaissance du génocide vendéen. Il est clair, d’un point de vue d’historien, que cette proposition est justiciable des critiques qui ont été portées en général contre les lois mémorielles. Mais le secrétaire Corbière et ses compagnons sont bien mal placés pour s’y opposer, puisqu’ils ont fait plus que personne pour déchaîner la guerre des mémoires et la surenchère victimiste. L’historien Nicolas Lebourg l’a parfaitement dit dans Les Inrockuptibles : « La gauche pourra s’époumoner, mais le prototype de la loi mémorielle revisitant ainsi le passé, c’est la loi Taubira sur l’esclavage. Et on avait déjà eu droit à ce type d’anachronismes, ainsi avec le livre de Claude Ribbe décrivant la traite négrière telle une Shoah par cales. Le discours des uns est la copie conforme de celui des autres ». Nicolas Lebourg n’est pas suspect de sympathies catholiques et royalistes, mais il a une sorte de décence universitaire qui lui ferait honte des formes les plus grossières du deux poids, deux mesures.

Le secrétaire Corbière, lui, est au-dessus de toute honte. Il annonce triomphalement des documents « pour détruisent [sic] toutes les élucubrations de ceux qui veulent absolument utiliser le terme de “génocide” pour bien évidement [sic] ensuite relativiser le caractère spécifique de ceux qu’ont fait [sic] les nazis contre les juifs d’Europe ».

Le secrétaire Corbière, d’après Wikipedia, est « titulaire du CAPLP2 Lettres-Histoire » : je ne sais trop ce que c’est, mais cela veut dire qu’il enseigne. Dans l’intérêt de ses élèves – à défaut de réviser son catéchisme sur la nature de la messe –, il devrait au moins apprendre le français.

Flavien Blanchon pour l'agence de presse NOVOpress Paris