Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 juin 2013

Affaire Clément Méric : Le montage et la manipulation à grande échelle éclatent au grand jour!

manipulation.jpeg

Comme le dénonçait Alain Escada, président de Civitas, dès le 11 juin (Cf.ICI), l'affaire Méric s'est révélée n'être ni plus ni moins qu'un montage et une gigantesque tentative de manipulation.

"Clément Méric voulait vraiment en découdre" titrait Le Point ce matin, alors que les preuves de ce montage commencent à transpirer.

Lu sur Le Point:

" Le Point.fr révèle des extraits de P-V d'audition qui contredisent la thèse du lynchage du militant d'extrême gauche.

Toutes les vérités ne sont pas forcément bonnes à dire. Et celle-ci déplaira sans doute à quelques bonnes consciences politiques qui ont parlé trop vite... Les vraies raisons de la bagarre qui a abouti jeudi 6 juin au soir à la mort de Clément Méric sont en train de s'éclaircir. Et elles sont fort différentes de la version complaisamment servie les jours suivant le drame. Dans ce dossier, les témoignages concordent. D'après le vigile qui a assisté à la montée en puissance de l'altercation, "Clément Méric voulait vraiment en découdre". "Il semblait vraiment haïr ces gens", affirme-t-il sur le procès-verbal de son audition.

clément méric,manuel valls,pierre bergé,loi taubira,manipulation,printemps français,alain escada,civitas

Ce témoin-clé raconte qu'avant que les choses ne dégénèrent il est allé voir le groupe des "antifas", alors clairement identifiés comme étant les auteurs des troubles, afin de leur demander de quitter les lieux. Les militants de Ras ont fait semblant d'obtempérer, mais se sont repliés au rez-de-chaussée à droite du magasin Fred Perry, dans lequel Alexandre, Samuel et Katia faisaient leurs courses. Se sentant menacés, ceux-ci ont téléphoné à Esteban, qui les a rejoints, suivi d'une cinquième personne arrivée au moment où débutait la bagarre.

Toujours selon des témoignages concordants, les skins quittent le magasin en sortant à gauche afin de ne pas croiser les militants d'extrême gauche. Malheureusement, la bouche de métro est située sur la droite. Et c'est près d'elle que les jeunes gens se croisent et que tout dégénère. Selon nos informations, un certain Samuel (un des skins mis en examen) reçoit le premier coup. Les mêmes témoignages affirment : "Les mecs d'extrême droite ont cherché à échapper à l'affrontement, n'ont fait que se défendre, puis ont répliqué."

Ce matin, RTL révèle que la police judiciaire parisienne a mis la main sur les premières images de la rixe. La vidéo, tournée par une caméra de surveillance de la RATP dans une rue située au niveau de la station Havre-Caumartin, serait accablante pour le militant d'extrême gauche. D'après la radio, on y verrait notamment Clément Méric se précipiter vers son meurtrier présumé, le skinhead Esteban Morillo, alors de dos, pour lui porter un coup. Ce dernier se serait alors retourné avant de frapper son agresseur en plein visage. Un coup donné qui a laissé au sol Clément Méric, inconscient. Avec un poing américain ? L'enquête ne l'a pas encore démontré.

Un mystérieux site avait publié leurs photos

Le Point.fr est en mesure de révéler que les enquêteurs disposent de captures d'écran de sites internet "anti-fachos", notamment Vigilance Végane Antifasciste, très proche de la mouvance de Clément Méric, sur lesquels apparaissent dès le 2 décembre 2012 les photos d'Esteban et sa compagne Katia, au-dessus desquels figure la mention "Besoin d'identification please". Méric et ses amis les avaient-ils reconnus ? Ce qui changerait considérablement la donne... À noter que ces photos étaient encore accessibles sur le site mardi 25 juin à 11 heures ! L'affaire est actuellement instruite par le juge Carole Vujasinovic. Et selon une source proche d el'enquête, Estaban n'a jamais eu à faire à la justice et est vierge de tout passé pénal."

Click here to find out more!Retrouvez l'article complet ici

ou http://www.lepoint.fr/societe/exclusif-clement-meric-voulait-vraiment-en-decoudre-25-06-2013-1685655_23.php

24 juin 2013

Magistrats de France, réveillez-vous !

Tribune dans Le Point d'un magistrat qui s'adresse à ses confrères au sujet de l'affaire Nicolas B., démonstration d'un totalitarisme d'Etat.

Lu dans Le Point: 
ou

La dictature socialiste s'est exprimée à Lyon ce week-end

La police n'a pas le temps de s'occuper des voyous et des racailles, elle traque les défenseurs de la famille. Merci qui ? Merci Manuel Valls...

dictaturelyon.jpg

dictaturelyon2.jpg

Avec Civitas, on ne lâche rien !

Des manifestations se sont déroulées un peu partout en France contre la dénaturation du mariage et en soutien à Nicolas B., victime de la répression d'un Etat français qui a sombré dans le totalitarisme.
CIVITAS était présent dans différentes villes. Comme par exemple ici :
civitasardennes.jpgCivitas envers et contre tout
Hier après-midi, nombre de manifestations ne sont pas passées inaperçues. En parallèle de la célébration du premier mariage gay en mairie, des échauffourées de la place d'Erlon, une trentaine de militants de Civitas, catholiques traditionalistes, se sont massés sur le parvis de la cathédrale. À genoux, enfants et adultes, ont, durant plus d'une heure, récité des prières. Une manifestation pacifique certes, mais qui n'est pas sans poser problème, un samedi, un des jours de grande fréquentation de la cathédrale, édifice le plus visité de la ville.
Outre des prières, quelques militants brandissaient des pancartes indiquant « La famille, c'est sacré ». L'onde de choc qu'a provoqué la promulgation de la loi autorisant le mariage pour les couples de même sexe continue donc encore de résonner.

11 juin 2013

Affaire Clément Méric : montage et manipulation à grande échelle

manipulation.jpegL'affaire Méric : un montage contre les défenseurs de la Famille
Ce n'est au départ qu'une bagarre de rue qui tourne mal, un fait divers malheureux à l'issue tragique, comme il s'en passe plus souvent qu'on ne le pense sans que cela ne fasse l'objet d'une grande médiatisation. Qui a entendu parler de François Noguier mort ces jours-ci à Rennes,  victime d'une insécurité croissante ? Mais victime inexploitable par le système. Alors que, grâce à un habile montage en sauce organisé conjointement par les mouvements politiques de gauche et d'extrême gauche, par le lobby homosexuel et par des médias complices, le dossier Méric est devenu une affaire d'Etat bien opportune pour fustiger par la bande les défenseurs de la Famille.
 
Méric et les bons skins d'extrême gauche
Pas un détail n'est laissé au hasard. Télés et journaux diffusent clément méric,manuel valls,pierre bergé,loi taubira,manipulation,printemps français,alain escada,civitasunanimement une photo souriante de Clément Méric. La manipulation de l'opinion publique est en marche. Il faut lui faire penser qu'il s'agissait d'un brave garçon, gentil étudiant, généreusement engagé dans la lutte contre le fascisme. Pas un média ne cherche à enquêter sur la nature réelle d'Action Antifasciste, le mouvement haineux et violent situé à l'extrême gauche la plus radicale dans laquelle militait l'agneau Méric. On y trouve même des skins tatoués, mais oui ! Mais qui sont "du bon côté" puisque ce sont des redskins, des skins bolchéviques.
Pas un grand média ne s'intéresse au Clément Méric masqué qui cherchait à perturber avec ses amis "antifascistes" une "manif pour tous". Pas un journaliste de la grande presse ne relève la bague de Clément Méric. Pas un bijou mais une bague pour frapper et faire mal.
La bagarre mortelle pour Méric n'avait aucun lien avec l'opposition à la loi Taubira. Elle se déroule au détour d'une vente privée de vêtements connue pour être un endroit à problème  . Le seul lien, indirect, avec les défenseurs de la Famille, c'est que pour Méric et ses copains, tous ceux qui rappellent que le mariage est l'union d'un homme et d'une femme en vue de fonder un foyer sont des "fascistes". Et cet amalgame est aujourd'hui entretenu par le gouvernement, les médias et ... le Grand Orient. Aujourd'hui dans la république socialiste française comme hier dans l'union des républiques socialistes soviétiques, tout opposant est un facho. Cela évite le débat et cela facilite la répression.
 
"Pas d'amalgame", sauf si cela sert le gouvernement
vals-dictature.jpegInterdire. Manuel Valls n'a que ce mot à la bouche, songeant fréquemment -et le déclarant publiquement- à interdire les mouvements qui contestent la politique gouvernementale détruisant la Famille.
Si un délit criminel a eu lieu, que l'enquête soit faite et que le(s) coupable(s) soient punis. Mais que l'on n'en profite pas pour justifier une traque des "mal-pensants". A-t-on entendu une demande de dissolution du parti socialiste parce que le ministre Cahuzac et quelques parlementaires socialistes ont récemment été reconnus comme des fraudeurs ? Ah non, attention, pas d'amalgame "populiste" !
Et quand un soldat français s'est fait poignardé à la Défense par un islamiste ? Attention, pas d'amalgame "islamophobe" !
Mais une mafia politico-médiatique avait déjà essayé de faire passer les émeutiers-racailles du Trocadéro pour des opposants à la loi Taubira, ce qui demandait un sérieux effort d'imagination. Et les re-voilà à l'oeuvre avec cette rixe tombée bien à point pour tenter d'endiguer une mobilisation du pays réel -et singulièrement de sa jeunesse- qui ne faiblit pas.
 
Un climat violent ?
clément méric,manuel valls,pierre bergé,loi taubira,manipulation,printemps français,alain escada,civitasOui mais créé par la coalition antifamiliale et antichrétienne. C'est le financier rouge-rose Pierre Bergé qui déclarait qu'il ne pleurerait pas une hypothétique bombe posée parmi les manifestants défenseurs de la Famille. C'est l'attaché parlementaire du sénateur socialiste Jean¨Pierre Michel qui diffusait un tweet souhaitant que la police tire à vue sur les partisans d'un printemps français. C'est un sympathisant LGBT qui s'amusait à menacer d'un attentat à la bombe le secrétariat de Civitas. Ce sont les militantes FEMEN protégées par des personnes bien placées dans des ministères qui sont habituées à mener des actions provocatrices violentes. Ce sont des lieux de culte catholique qui sont profanés et vandalisés par des partisans du "mariage" homosexuel.
 
La jeunesse française méprisée
clément méric,manuel valls,pierre bergé,loi taubira,manipulation,printemps français,alain escada,civitasJeudi, le journal Libération, en docile perroquet de François Hollande, dénonçait ce pays réel entré en résistance -un mot qui dérange- contre la dictature socialiste. Bien sûr Libération -dont Pierre Bergé est actionnaire- vomit le pays réel. Mais Libé n'est pas seul. La plupart des médias français s'extasie devant les mouvements de contestation qui se déroulent en Turquie ou en Suède. Mais les mêmes journalistes méprisent profondément l'authentique jeunesse française qui s'est mobilisée contre la dénaturation du mariage et de la parenté. Ces journaleux gauchistes, incapables de la moindre objectivité, se choquent de l'usage de gaz lacrymogènes à Ankara mais ne voient rien d'anormal à ce que ces mêmes gaz soient massivement utilisés à Paris y compris contre des femmes, des enfants et des vieillards. Quel reporter s'est offusqué de l'usage de flash-ball par la police française ? Même lorsque TF1 diffuse des images de la police lâchant un berger allemand contre des manifestants à Montpellier, cela ne s'accompagne d'aucun commentaire. Si seulement cela se passait dans un autre pays, que n'aurait-on entendu ? Et quelle différence y a-t-il entre Erdogan qui déclare "La tolérance, c'est fini" et Valls qui déclare la même chose et menace d'interdire tous les mouvements de contestation de la politique gouvernementale ?
 
Diabolisation des élus municipaux pour la Famille
Alors que les clients de la loi Taubira commencent à se présenter dans les municipalités, le gouvernement redoute l'ampleur de la fronde parmi les élus locaux et se demande combien refuseront courageusement d'appliquer cette loi inique contraire à la loi naturelle et au bien commun. Le premier acte de résistance est posé par Jean-Michel Colo, maire d'Arcangues, et celui lui valait dès samedi soir au journal télévisé de TF1 des commentaires désapprobateurs de Claire Chazal et du reporter : diabolisation et insistance sur les sanctions risquées en théorie par l'élu résistant doivent servir à intimider ceux qui seraient tentés de l'imiter. Le sujet suivait directement un énième reportage sur l'affaire Méric, bien entendu, et Claire Chazal considérait que le maire d'Arcangues attisait la situation déjà tendue. Amalgame encore...
 
Alain Escada,
président de Civitas

07 juin 2013

Affaire Clément Méric - Les militants d'extrême gauche cherchaient la rixe...

Lu sur Le Point

clémentméric.jpg"Un vigile présent sur les lieux du drame est qualifié de témoin "principal" par les policiers. L'homme met en cause les quatre militants du groupuscule antifasciste auquel appartenait la victime, et plus particulièrement l'un d'entre eux. Selon ce témoignage, ce garçon très remonté avait des gants de boxe dans son sac et a incité les autres à se battre contre les skinheads, qui toujours selon le vigile, cherchaient plutôt à éviter l'affrontement et à partir discrètement.
Le témoin a précisé que Clément Méric aurait déclaré à propos des skinheads : "Ce sont des gens qui ne devraient même pas être vivants." Il maintient toutefois que le jeune étudiant n'était pas le meneur, et que si son camarade ne l'avait pas poussé à se battre, rien ne serait arrivé."

Clément Méric n'était pas un agneau. La preuve par l'image...

Un article de grande qualité de Thomas Debesse dont voici des extraits :

"Le 17 avril 2013, en marge d'une Manif Pour Tous, la cellule d'extrême gauche à laquelle appartient Clément Méric vient agresser les manifestants. Line Press était sur place et a filmé une partie des événements. Les extraits sont très intéressants. Malheureusement, je n'ai certainement pas les moyens de me payer une vidéo Line Press… Je me limite donc à une petite sélection de 7 images en invoquant le droit de courte citation… Cette vidéo était jusqu'à peu disponible sur le compte Youtube officiel de LinePress, si vous avez l'occasion de regarder cette vidéo, je vous y invite à le faire, elle est riche en renseignements.

Alors que son groupe agresse la manifestation, tandis que la police intervient pour calmer le jeu et commence à attraper certains, Clément Méric se faufile entre les policiers en civils pour se réfugier derrière les bénévoles de sécurité de la Manif Pour Tous.

Des altercations naissent entre ses camarades et des manifestants. Les bénévoles rappliquent. Clément Méric observe en retrait [...] [et] place sa chevalière de manière à pouvoir frapper avec s'il le faut [...]

Clément Méric n'aime pas être pris en photo. En fait il retire son foulard dès qu'il faut se glisser incognito au milieu des policiers, profitant de son « visage de poupon » comme alibi, et le remet dès qu'il s'agit d'agir avec son groupe. On le voit à un autre moment de la vidéo lever la banderole sur son visage alors qu'un photographe se place pour photographier le groupe.

MMais ce qui nous intéresse dans cette photo n'est pas le foulard, c'est sa chevalière. Sur cette image il joue du pouce et du majeur pour retourner le chaton sous son index et dissimuler la trop voyante bague aux vues des objectifs. Tout le long de la vidéo on le voit tourner cette chevalière, en fonction du rôle qu'il joue. Clément Méric ne se sert pas de sa chevalière comme d'une simple bague d'appartenance ou par coquetterie. Il la porte à l'index pour s'en servir comme une arme et lorsqu'il est inquiet et que le danger menace, place le chaton en avant du poing. Dès lors qu'il ne se sent plus en danger ou qu'il est pris en photo, il cache le chaton dans sa paume. [...]

Les média rivalisent de bidonnage. Du coté du Monde, « pour souligner que Clément Méric n'était pas un provocateur » on précise que le drame s'est déroulé alors qu' il « se rendant à une vente privée de vêtements » comme s'il était allé à une vente BCBG. C'est oublier un peu vite que ladite vente privée est connue pour être un repaire d'extrémistes de tout bord et qui serait souvent l'occasion de bagarres… Tous les ingrédients pour une nomination au prix Albert Moscou sont là…

Déjà, à l'occasion d'un autre fait divers heureusement moins dramatique, je m'étais étonné au début du mois de mai en lisant un article sur une action d'antifa qui avaient troublé un rassemblement venu commémorer la mort d'un nationaliste. Je lisais ces mots étonnant :

« [Les antifas ont] repéré les quelques nationalistes déjà présents. Ces derniers n’ont pu que détaler très vite pour éviter de prendre des coups. »

Comme s'il était normal, dans certains cas comme celui-ci, de recevoir des coups… [...]"

Reportage de France 24 sur CIVITAS... et le combat contre l'inique loi Taubira !

diffusé le 06 juin

03 juin 2013

Nouvel assaut contre la famille de la part du gouvernement socialiste.

civitas,quotient familial,impôts,familleAujourd'hui, le gouvernement a décidé d'abaisser le plafond du quotient familial de 25% par demi-part fiscale. (-500€/demi-part fiscale).

Cette mesure antifamiliale, malheureusement prévisible de la part d'un tel gouvernement, est probablement une sanction ou une basse vengeance vis à vis de la France qui s'est soulevée contre l’inique loi Taubira.

N'y a-t-il pas d'autres économies à faire en France en ce moment?  Il suffit d'ouvrir les yeux et de faire preuve d'un minimum de bon sens pour répondre à cette question, tant les gaspillages et les injustices se multiplient partout en France.

A l'aube de l'application dans notre pays de l'infâme et illégitime loi Taubira, les idéologues socialistes du gouvernement et les promoteurs de cette loi se sont-ils interrogés sur son coût ?

Combien vont coûter à la Nation ces "mariages" homosexuels ?  Notamment en termes d'avantages fiscaux normalement réservés aux familles et du coup injustement concédés à des duos qui n'auront pas les mêmes projets, ni les mêmes soucis…

Nous remarquons que le président du "changement" qui devait soit disant "ne pas augmenter les impôts", le fera uniquement aux détriments des familles.

Ce gouvernement fera donc payer aux familles le coût de leur destruction en leur faisant supporter le poids financier de l'application de la loi Taubira et par ailleurs de sa politique irresponsable dans quasiment tous les domaines.

Demain se posera rapidement la question des retraites qui ne pourra se résoudre raisonnablement que par la démographie. Est-ce grâce à cette politique antifamiliale suicidaire pour la société que le gouvernement espère relancer la natalité? A moins bien sûr que sa solution aux problèmes démographiques ne réside encore et toujours dans une immigration incontrôlée...

La famille est en danger, tous ses défenseurs doivent rester mobilisés contre la politique antifamiliale de ce gouvernement.

Nous devons résister à la subversion de cette "culture de mort" révolutionnaire qui tente d'anéantir la France et notre civilisation en s'attaquant à ses fondements c'est à dire en tentant d'abattre la famille.

Pour cela nous devons nous organiser. Alors si tel n'est pas encore le cas, rejoignez Civitas! Participez aux différentes actions ou sessions de formation organisées ! Ou bien soutenez-nous financièrement !  Afin que tous ensemble nous puissions poser les bases qui nous permettront de réaliser notre mot d'ordre:

Du balai aux ennemis du mariage, de la famille et de la France!

 

01 juin 2013

Génération garde à vue... Mais on ne plie pas !

générationgav.jpg

Brutalités policières, tabassages, humiliations, détentions arbitraires, interpellations systématiques et abusives de jeunes garçons et de jeunes filles pris en flagrant délit de bonne gueule et d’opinion. En opposition à la loi Taubira contre la famille, c’est une nouvelle génération qui s’est levée. Des milliers de garçons et de filles, au courage tranquille et à l’impressionnante détermination, venus de partout et de nulle part et que l’on croyait à tort dépolitisés, démotivés, individualistes forcenés. Ils se retrouvent en première ligne des gardes à vue injustifiées et des répressions policières du pouvoir socialiste.

Un site internet « Génération garde à vue » leur est spécialement consacré. Il est édifiant. On y voit les photos de dizaines de jeunes gens, façon photos anthropométriques, et tenant une pancarte expliquant leur « cas ». Comme « Clémence, de Lyon, 20 ans, 17 heures de garde à vue. Motif : avoir suivi des CRS qui me promettaient de quitter la Place des Invalides dimanche soir ». Embarquée ! Ou comme Clothilde, de Toulouse, 24 ans, 24 heures de garde à vue. Motif : avoir chanté la Marseillaise sur les Champs-Elysées. Ou encore comme Jean, dont le seul délit est d’être resté assis 6 minutes sur le bord de la chaussée en possession d’un drapeau rose… Allez hop ! au gnouf ! Xavier, de Saint Malo, 22 ans, raconte quant à lui comment il s’est retrouvé 23 heures en garde à vue dans des conditions infectes sans même comprendre pourquoi, à la fin de la manif du 26 mai aux Invalides. « J’étais avec des amis et on chantait. Nous nous sommes un peu mis à l’écart, sous les arbres, pour papoter tranquillement, quand les policiers en civil nous ont chargés extrêmement violemment et nous ont coincés contre un mur, en nous insultant et nous menaçant, alors que nous étions à genoux et les mains sur la tête. Un des policiers a menacé de me frapper sur le bras, alors que celui-ci était plâtré ! Une jeune fille, à côté de moi, a pris un coup de genou dans la figure, pour avoir osé se moquer de l’agressivité d’un des policiers en civil (j’ai appris plus tard qu’il s’agissait de policiers de la BAC, ce que j’ai mentionné dans ma déposition). Nous avons ensuite été embarqués dans un car de la police, nous étions soixante-dix à l’intérieur. Dans une ambiance très bon enfant, nous avons été envoyés au commissariat du XVIIIe. Là, nous avons attendu plus de deux heures à l’extérieur dans le froid, puis nous sommes allés décliner notre identité, et nous faire notifier notre garde à vue. Il était près de 1 h 30, nous étions montés dans le car à 23 heures. J’ai attendu d’avoir une cellule jusqu’à 7 heures, sans couverture, ni quoi que ce soit. D’autres jeunes (garçons et filles) se trouvaient avec moi. J’ai demandé de l’eau pour un garçon de 15 ans et la policière m’a clairement fait comprendre qu’elle ne voulait pas lui en donner. A 7 h 30, j’ai été transféré dans le XIVe, je suis sorti à 23 heures le lundi soir. Je remarquerai la gentillesse de certains policiers et CRS mais l’attitude des policiers de la BAC et de quelques autres policiers (surtout des femmes) a été particulièrement humiliante ».

générationgav3.jpg

Le Conseil de l’Europe saisi

La répression policière du régime socialiste a passé un nouveau stade. Me Jérôme Triomphe dénonce cette « dictature policière ». Il va porter plainte dans les prochains jours, avec un collectif d’environ 25 avocats, contre les arrestations arbitraires qui ont lieu depuis le début des manifestations.

De son côté, le député italien Luca Volontè, témoin de certaines scènes, a promis des poursuites contre Manuel Valls. Il a saisi le Conseil de l’Europe dénonçant une « répression croissante ». Le président du groupe PPE à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a adressé au Comité des ministres de cet organisme une question écrite mettant en cause la gestion, par le gouvernement français, des manifestations contre la loi Taubira : « Le mouvement social de défense de la famille qui anime actuellement la France fait l’objet d’une répression croissante et inquiétante, inacceptable de la part d’un État membre du Conseil de l’Europe. « Ainsi (…) de nombreuses personnes dont de très jeunes enfants, des femmes et des personnes âgées ont été violentées par les forces de l’ordre. Régulièrement, des passants dans la rue sont arrêtés et verbalisés, seulement en raison du port d’un vêtement à l’effigie du mouvement. » « Quelles mesures », demande le parlementaire, « le comité des ministres entend-il prendre pour engager le gouvernement français à mettre un terme à cette violence ? »

Abus de pouvoirs

Si jamais la réponse n’était « pas satisfaisante », prévient l’Italien, il ne s’en tiendra pas là. « Les abus de pouvoirs de ces dernières semaines seraient une nouvelle raison d’insister, indique-t-il. Rendez-vous compte qu’une femme handicapée a été battue à Caen par la police ! Ce sont des violations des droits de l’homme comme on en voit en Ukraine ou en Biélorussie ! Si l’on veut être crédible en défendant les droits de l’homme, on ne peut pas accepter que l’un de nos membres ne les respecte pas… Le gouvernement français sait maintenant qu’il est observé et aura à se justifier. » Directeur de l’European Center for Law and Justice, une ONG chrétienne accréditée auprès du Parlement européen et des Nations unies, Gregor Puppinck fera lui aussi un suivi. « On envisage, explique-t-il, de soumettre un mémoire en soutien à cette question écrite. » En attendant, Luca Volontè continue d’accumuler « de nombreux témoignages, vidéos et photos », enrichis « malheureusement presque quotidiennement ».

Jeudi, le député UMP Guillaume Larrivé a saisi officiellement le Défenseur des droits, pour lui demander de « faire toute la lumière » sur l’interpellation d’une centaine de personnes, lundi, à proximité du lycée Buffon à Paris, où François Hollande effectuait une visite pour le 70e anniversaire du Conseil national de la Résistance. Le député UMP de l’Yonne souligne que le cadre légal de ces interpellations est « très incertain » et qu’il a été saisi d’une réclamation par l’avocat de plusieurs de ces personnes, Me Grégoire Etrillard, pour saisir le Défenseur des droits. Dans sa lettre à Dominique Baudis, le député déclare notamment qu’une partie des personnes appréhendées ne participaient « même pas à la manifestation ». Ce qui est loin d’être le premier cas. Guillaume Larrivé demande en conséquence au Défenseur des droits, Dominique Baudis, de « faire toute la lumière sur les instructions qui ont été données par le préfet de police et qui ont conduit à ces arrestations de citoyens paisibles ».

La rafle

Jacques Bompard, dans une question à l’Assemblée, a interpellé (mais sans garde à vue arbitraire) le ministre de la Justice sur les atteintes aux droits individuels, l’usage de la garde à vue et la proportionnalité des peines requises à l’encontre des personnes arrêtées dans le cadre de la mobilisation populaire contre la réforme du mariage.

De mémoire d’avocat, on n’avait jamais vu ça, communique le Printemps Français : 174 interpellations en un procès-verbal unique sur la seule Esplanade des Invalides le soir du 26 mai. Pour aboutir à 14 comparutions immédiates. Ce qui signifie que 160 personnes ont effectué en moyenne 24 heures de garde à vue pour rien. Une rafle, quoi ! Une rafle violente qui a vu des jeunes filles de 19 ans en sweat shirt rose plaquées au sol et passées à tabac par des policiers en civil de la BAC.

CAROLINE PARMENTIER Article extrait de PRESENT du Samedi 1er juin 2013

générationgav2.jpg

 

28 mai 2013

Le 26 mai ou l'imitation du socialisme soviétique par le socialisme français

26mai-anehollande.jpgLe nombre
C'était écrit à l'avance, depuis plusieurs jours, notamment depuis cette rencontre entre le ministre de l'Intérieur et les dociles représentants des médias qu'il avait convoqués : dimanche 26 mai, selon la préfecture, Civitas rassemblerait 2.800 personnes et la Manif pour tous 150.000. Défense de rire, circulez, il n'y a rien à voir, tout est dit.
Les incidents
Et puisque Manuel Vals était l'auteur du scénario du roman de la journée, il était aussi stipulé qu'il y aurait des "incidents". D'ailleurs, afin d'effrayer les braves gens et de dissuader de participer à l'une ou l'autre des manifestations de dimanche, Manuel Vals s'est invité au journal télévisé de 20h sur France 2 samedi soir et a pris le ton le plus glacial pour mettre tout le monde en garde (à vue, serait-on tenté d'ajouter).
Donc, pour respecter le scénario du ministre de l'Intérieur, tout a été fait pour créer des incidents là où il n'y en avait pas. Dès le début de la journée, contrôles d'identité arbitraires, vexations et intimidations se multiplient partout : dans la rue, dans le métro, à la sortie des gares, à la terrasse de cafés,...
A l'issue de la manifestation de Civitas, vers 18h, alors que l'essentiel de la foule a déjà quitté la place de l'Opéra et que j'y termine quelques interviews, des CRS reçoivent ordre de la préfecture d'encercler 25 personnes qui discutaient paisiblement. Ces personnes seront interpellées et gardées dans un commissariat jusque 23h pour, selon la version journalistico-policière, avoir refusé d'obtempérer à un ordre de dispersion qui, bien entendu, n'a jamais existé, et pour cause puisque nous avions l'autorisation d'occuper la place de l'Opéra jusque 19h.
Ailleurs et plus tard, sur les Invalides, après la fin de la Manif pour tous, c'est le retour des barbouzes. Des policiers en civil, portant parfois des insignes nazis -caricature oblige-, jouent le rôle de "casseurs d'extrême droite" parmi les nombreux jeunes venus simplement exprimer leur légitime colère devant la promulgation d'une loi infâme. Belle mise en scène ! Plus loin, comme l'ont immortalisé des images filmées par une agence de presse et visibles sur internet, des policiers en uniforme jettent copieusement des bouteilles vides dont les éclats de verre peuvent sérieusement blesser des Français qui ont pour seul tort d'être venus défendre la Famille, socle de base de la société.
Sale besogne pour des forces de l'ordre bien moins présentes et répressives lorsqu'il s'agit de traiter les racailles qui incendient des voitures et pillent des boutiques au Trocadero.
La résistance
Mardi soir, toutes les télévisions ont montré François Hollande nous expliquer, sur un ton professoral, que le mot "résistance" est réservé à la seconde guerre mondiale et ne peut être utilisé par les défenseurs de la Famille. Mais notre président-professeur a la mémoire bien courte. Pour le seul vingtième siècle, s'il y eut la résistance au national-socialisme, il y eut aussi, jusque bien longtemps après la seconde guerre mondiale, la résistance au socialo-communisme. Est-ce parce que la république socialiste française s'inspire de plus en plus des méthodes autrefois pratiquées dans l'union des républiques socialistes soviétiques que François Hollande occulte ainsi la portée du mot "résistance" ? Le nom de Soljénitsyne lui est-il inconnu ? Les écrits de ce résistant russe vont pourtant précieusement pouvoir inspirer la nouvelle génération de résistants français. Car, dans l'esprit de Manuel Vals, du "mariage pour tous" au goulag pour tous, il n'y a qu'un pas...
 
Alain Escada,
président de CIVITAS

29 avril 2013

Revue de presse. Infiltration déontologiquement (in)correcte, marques à éviter, agressée par des gendarmes, Franc-maçonnerie toute puissante, Sommes nous des violents?, Hollande et sainte Agnès

L'infiltration journalistique est déontologiquement (in)correcte
Mur des cons. Le journaliste qui aurait révélé la liste noire du syndicat de la magistrature mêlant hommes politiques et membres de familles de victimes (Philippe Schmitt, père d'Anne-Lorraine) risque des sanctions. Le Syndicat national des journalistes (SNJ) a bien sûr apporté dimanche "son plus total soutien" au Syndicat de la Magistrature mis en cause pour son "mur des cons". Dans un communiqué, le SNJ, premier syndicat de la profession, "s'élève contre le mauvais procès fait au Syndicat de la Magistrature" qui fait "l'objet d'une attaque en règle qui concerne tout le mouvement syndical". Le SNJ "rappelle que l'utilisation d'images volées dans un lieu privé, en l'occurrence les locaux du SM, est contraire à la déontologie professionnelle la plus élémentaire".
L'infiltration de journalistes est pourtant, ces dernières années, un concept (les infiltrés sur France 2) sinon un sport militant n'épargnant pas l'intimité de la vie privée de leurs proies.

"Sommes nous des violents?"
Le bulletin des prieurés de Fabrègues et de Perpignan APOSTOL n°66 (mai 2013) s'intéresse à la question de notre rapport à la violence (violence sociale, laïcité, bon usage de la violence mise au service de la vertu de force, etc).
 
Marques à éviter

Renault, Orangina et Schweppes, Mc Donalds, Nike, La Redoute...
Ces marques et entreprises soutiennent ou acceptent la loi Taubira de dénaturation du mariage: voir la liste complète.


Agressée par deux gendarmes
Pauline*, 22 ans, agressée, insultée de « pétasse » et « salope », invitée à « fermer sa gueule » puis renversée dans les marches du métro. A lire le témoignage de cette jeune femme agressée par les forces de l'ordre alors qu'elle attendait devant le Palais Bourbon, seule et sans signe distinctif visible, ses amis pour aller manifester contre la loi Taubira. Vu sur le site de Nouvelles de France (récit+photos)

Les influences de la franc-maçonnerie sur les décisions du gouvernement Ayrault II
Morale laïque à l’école, inscription dans la Constitution des principes fondamentaux de la loi de 1905 sur la laïcité, abrogation du le régime concordataire en vigueur en Alsace- Lorraine, observatoire de la laïcité, dénaturation du mariage, légalisation de l'euthanasie... autant de propositions socialistes rédigées par les loges. Trois ministères régaliens sur quatre accueillent des ministres francs-maçons, un ratio qui n’a jamais été égalé sous la Cinquième République.
Jean-Marc Ayrault, alors maire de Nantes, a fait voter en février 2008 une subvention de 400 000 euros à son conseil municipal, sous l’intitulé « dispositions diverses à caractère budgétaire et financier ». Il s’agissait en fait de satisfaire une demande d’aide financière déposée par l’Association fraternelle d’Études sociales (AFES) qui gère les deux temples nantais accueillant les frères de la Grande Loge et du Grand Orient de France. Dans cet article d'Atlantico, on apprend également que la proportion est particulièrement élevée parmi les commissaires de police : un sur quatre au moins serait initié. 

L’athéisme politique grotesque de François Hollande

Le site internet de France 3 Haute-Normandie évoque l’inauguration du festival Normandie impressionniste, dimanche 28 avril à Rouen et suggère que François Hollande, aurait refusé de s’exprimer devant un tableau représentant une scène à caractère religieux (Le Martyre de sainte Agnès, de Joseph-Désiré Court) : « Découvrant que François Hollande devait prononcer un discours devant une immense toile représentant une scène à caractère religieux, et devant l’impossibilité technique de déplacer ce tableau à la taille XXL, les autorités avaient demandé aux employés du musée de tendre une immense bâche bleue », peut-on y lire. En décembre dernier déjà, le président de la République avait fait décrocher un portrait de l’Abbé Pierre du mur d’un centre Emmaüs où il donnait une conférence de presse. Source: Contre-info

13 avril 2013

Chronique et illustrations d'une nuit de vrai "Printemps Français".

Vers 22H hier soir, après notre manifestation rue de Tournon, France Jeunesse Civitas et son président Alain Escada se sont rendus à une autre manifestation place Edmond Rostand aux abords du Sénat pour tenter de donner à ce rassemblement une allure de vrai Printemps Français et renforcer un durcissement de ton que les circonstances exigent.

Mission remplie !

Bientôt, c'est autour de nos drapeaux français (avec le Sacré Coeur) qu'une foule d'environ 3000 personnes s'est rassemblée en reprenant notre cri de ralliement:

"France Jeunesse Chrétienté ! "

Civitas, printemps français, loi taubira

Cette France jeune et réelle a ainsi pu exprimer son opposition au projet de loi Taubira, à l'aveuglement et à l'autisme du gouvernement socialiste et du président de la république.

" Hollande, Taubira démission! "

Photo0530.jpg

Alain Escada était au premier rang des manifestants. 

Civitas, printemps français, loi taubira

 La foule faisait paisiblement face aux forces de l'ordre. 

N'ayant pour seules armes que ses chants et ses slogans.

Civitas, printemps français, loi taubira

Se sentant certainement gravement menacées par les chants et slogans de ces jeunes manifestants qui ne faisaient que crier paisiblement leur opposition à ce projet de loi inique et leur attachement à la famille, les forces de l'ordre se sont mises à faire usage de gaz, sans parcimonie !

Civitas, printemps français, loi taubira

Après un gazage, la solution pour se rétablir: le citron !

Civitas, printemps français, loi taubira

Les producteurs français de citron ont de beaux jours devant eux. 

Civitas, printemps français, loi taubira

Des jeunes faisant face aux camions des forces de l'ordre.

civitas, printemps français, manifestation devant le sénat, loi taubira,

Un cliché qui rapelle "Tiananmen" "Prague" ou "Budapest" !

Civitas, printemps français, loi taubira

Alain Escada dans le car des  forces de l'ordre.

Après s'être fait encercler dans la cohue par les forces de l'ordre, certains d'entre nous dont Alain Escada et un prêtre, ont été interpellés et conduits dans un commissariat du nord de Paris pour un contrôle d'identité.

Dans le car de police qui nous emmenait, puis au commissariat, l'ambiance était excellente!

Chants, slogans et chapelet chanté nous ont permis de ne pas voir le temps passer!

Le vrai Printemps Français est en marche!

On ne lâche rien!

02 avril 2013

Prestations familiales : le retour du "Familles, je vous hais !"

 

famillec'estsacré.jpegLe gouvernement socialiste n'en a pas fini avec sa haine de la famille. Parallèlement à la poursuite de la procédure d'adoption du « mariage pour tous », les socialistes s'apprêtent à détricoter la politique familiale en rognant sur les prestations familiales universelles.

Un député PS, Gérard Bapt, propose en effet de réduire de 3 milliards € les dépenses au  titre des prestations familiales, afin de résoudre le déficit de la branche famille de la Sécurité Sociale. La mesure emblématique serait de réduire les prestations sociales universelles, en plaçant celles-ci sous condition de ressources. Il s'agirait d'abord de diviser par deux les allocations au-delà d'un revenu de 53 000 € par an pour un couple de deux enfants, et de 61 000 € pour un couple de trois enfants. Cette disposition serait accompagnée de la suppression du complément mode de garde, qui finance la garde d'enfants à domicile ou chez une assistante maternelle, et ce sur la base des même seuils. Sans rire, M. Bapt explique que cela ne remet pas en cause le principe d'universalité, puisque les allocations familiales seraient simplement réduites... pour certaines catégories de revenus ! Or, précisément, la notion d'universalité signifie que les allocations familiales (comme l'allocation de soutien familial et le complément de libre choix d'activité) ne dépendent pas du niveau de revenus des ménages.

A la vérité, beaucoup ne sont pas choqués par ces propositions parce qu'ils pensent que les allocations familiales n'existent que pour palier la perte de pouvoir d'achat due à la naissance de multiples enfants. Or, ce n'est pas l'objectif de la politique familiale « à la française », fondée sur l'universalité. Cette politique est en réalité une politique intelligente d'incitation à l'investissement dans les générations futures : faire plus d'enfants et les élever correctement. A charge par la suite pour ces enfants nombreux, lorsqu'ils deviendront des adultes bien formés, de participer activement au financement du système, comme d'ailleurs au financement de la retraite par répartition.

Dans cette perspective, on comprend pourquoi la politique familiale n'a pas à devenir une politique sociale de redistribution des « riches » vers les « pauvres ». Elle est une politique incitant à investir dans la natalité, l'éducation et la formation des jeunes dans toutes les familles françaises, et ce pour le bien commun de la nation. Il devient alors absurde de mettre les prestations familiales sous condition de ressources, d'autant plus que toute la cuisine technocratique qui nous est proposée, ignore finalement un problème essentiel : la France ne renouvelle toujours pas ses générations, malgré les cocoricos que l'on entend lors de la sortie des statistiques annuelles sur la natalité.[1] Mais il est vrai que les socialistes, souvent pressés de vider les caisses publiques pour satisfaire leur clientèle électorale, redécouvrent opportunément les vertus de l'esprit d'économie lorsqu'il s'agit des familles françaises : avec eux, plus que jamais, c'est « famille, je vous hais ».

Henri Préhaut

 

Source : les Échos du 18/03, entretien avec Gérard Bapt (PS),



[1]Cf. par exemple l'émission du 18 janvier 2013 sur Radio Courtoisie, avec Philippe Bourcier de Carbon, sur le thème de la démographie ; cf. également les travaux de l'Institut de Géopolitique des Populations : La France peut-elle se contenter de ses taux de natalité actuels ?, 2 février 2006, nº15, L'Harmattan.

21 mars 2013

Marc Blondel, illustration du fondamentalisme laïciste et de sa haine viscérale du christianisme

stegeneviève.jpegSource :

"Marc Blondel, qui fut pendant 15 ans secrétaire national de Force Ouvrière préside aujourd’hui la Fédération Nationale de la Libre Pensée. Dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur Manuel Valls, il dénonce l’organisation des cérémonies organisées par les gendarmes pour honorer leur Sainte Patronne Geneviève, et souhaite que le ministre donne des instructions aux autorités concernées pour leur rappeler leurs obligations de neutralité de la gendarmerie nationale."

17 mars 2013

Najat Vallaud-Belkacem : «Le mariage forcé peut concerner des sociétés catholiques»

 

Dans l'émission Dimanche+ du 17 mars 2013, Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes et porte-parole du gouvernement a déclaré: «Le mariage forcé ne concerne pas que les sociétés musulmanes, il peut concerner des sociétés catholiques. Il faut arrêter la stigmatisation.»

Nous conseillons à notre ministre franco-marocaine de découvrir en urgence l’article du catéchisme de l’Église catholique sur le consentement matrimonial:

1625 Les protagonistes de l’alliance matrimoniale sont un homme et une femme baptisés, libres de contracter le mariage et qui expriment librement leur consentement. " Etre libre " veut dire :

– ne pas subir de contrainte ;
– ne pas être empêché par une loi naturelle ou ecclésiastique.

1626 L’Église considère l’échange des consentements entre les époux comme l’élément indispensable " qui fait le mariage " ( CIC, can. 1057, § 1). Si le consentement manque, il n’y a pas de mariage.

source: Fdesouche

...et ça ne date pas d'hier. Si Mme le ministre souhaite approfondir le sujet, elle s'apercevra que le consentement était, par exemple, déjà une condition nécessaire au mariage dans les "sociétés catholiques" du XVIème siècle: "c’est le consentement qui est la cause efficiente du Mariage [...] il faut le consentement des deus parties" (catéchisme du concile de Trente, chap.27 du sacrement de mariage).

15 mars 2013

Valérie Trierweiler : le peuple n'a pas à financer la vie d'une femme ni élue ni mariée

Valerie-Trierweiler.jpg

 Gauche caviar - Un héritier des fondateurs de l'empire Casino aurait, selon le quotidien Le Progrès déposé hier plainte contre Valérie Trierweiler. Son motif : les contribuables n'auraient pas à financer son train de vie, en raison de l'absence de formalisation de sa relation avec François Hollande.

Est mis en cause le fait que Valérie Trierweiler et François Hollande "ne soient ni mariés, ni pacsés". "C'est sa maîtresse !", selon Xavier Kemlin, qui estime que nos impôts n'ont pas à "loger, nourrir, payer le personnel et les déplacements d'une dame" avec laquelle les contribuables n'ont "aucun lien juridique" [...] On parle de mariage pour tous. Mais alors qu'ils le fassent !"

source: Midi Libre | cliché: Philippe Wojazer/Reuters

14 mars 2013

Pape François: le mélenchoniste Alexis Corbière donne des leçons de démocratie...

image2993.png

image2994.png

Corbiere Alexis, Marquise de Sade

13 mars 2013

Propagande pro-GPA : Le Parisien et Cie piégés par une mythomane !

lu sur le site de Nouvelles de France:

Capture-d%E2%80%99%C3%A9cran-2013-03-12-%C3%A0-17.17.48-300x201.pngLe Parisien/Aujourd’hui en France mais aussi Le Midi Libre, Le FigaroGrazia, etc. Trop contents de servir de la propagande pro-location d’utérus (« gestation pour autrui » en novlangue) à leurs lecteurs, tous ces confrères sont tombés dans le piège tendus par une femme mythomane, Raphaella, 24 ans, qui se vantait d’avoir « aidé » un couple de Français a avoir un enfant contre quelques milliers d’euros. L’on découvre aujourd’hui que ses enfants ont été confiés aux service à l’enfance et qu’elle déménage si souvent que les services sociaux n’arrivent pas à la suivre. « Ma fille est une mythomane qui croit à ses mensonges » explique sa mère à qui veut l’entendre. Pour cette raison, elle a coupé les ponts avec Raphaella en 2011. Bref, l’article de Séverine Cazes relève de la plus pure désinformation et les moutons qui l’ont suivi auraient été mieux avisés de . Dans son numéro du jour, Le Parisien regrette de s’être laissé « abusé ». La rééducation des Français encore attachés aux droits de l’enfant attendra un peu, le temps de trouver un nouveau volontaire par annonce sur Voxforte.com

source: article d' publié pour le site de Nouvelles de France

12 mars 2013

De l'argent du contribuable, de l'UFAL, d'All Out et des autres officines du lobby laïco-homosexualiste

subventions.jpegAu mois de novembre, une association de sectaires laïcistes appelée UFAL (Union des Familles Laïques) se mettait en tête de lancer une pétition destinée à mettre fin à la possibilité pour Civitas de délivrer à ses bienfaiteurs une attestation d'exonération partielle d'impôts. La priorité de l'UFAL : la traque au financement des associations de la résistance catholique. Pour l'occasion, l'UFAL a fait appel à toute la clique des "bouffeurs de curés" : gauche caviar et extrême gauche, frères trois points et lobby homosexuel, avorteurs et propagandistes de l'euthanasie,... Et en plus de quatre mois, cette triste bande a péniblement réussi à rassembler environ 9.000 signataires. Soit moins que, pour ne citer qu'un exemple, la pétition demandant d'interdire en France la milice antichrétienne Femen.
Du coup, une autre officine a pris le ralais. Cette fois, c'est All Out qui lance une pétition du même accabit. All Out est une nouvelle organisation internationale du lobby homosexuel (écrivez LGBT pour suivre la mode). Des petits dictateurs en herbe qui méritent bien le surnom de "khmers roses" et qui ont l'intention de museler toute opposition aux revendications de ce lobby homosexuel.
Bien évidemment, vous retrouvez derrière All Out quelques grosses fortunes soucieuses de propager la vision homosexualiste à travers la planète. Sur son site internet, All Out écrit : "Parmi nos fondateurs et au sein du Conseil, nous comptons quelques-uns des pionniers des communautés en ligne, comme le cofondateur d’Avaaz, l’un des plus grands mouvements en ligne au monde, comptant 10 millions de membres et travaillant dans 13 langues. Le créateur de GetUp.org, un phénomène politique australien internationalement reconnu, dénombrant plus de membres que tous les partis politiques du pays ensemble, fait également partie du Conseil."
All Out dispose d'ailleurs de budgets suffisants pour recruter des directeurs et directrices de campagnes pour les Etats-Unis, le Brésil, l'Inde, l'Afrique du Sud, les Philippines et, bien sûr, toute l'Europe. L'offre d'emploi précise : "Plusieurs postes sont disponibles pour un salaire supérieur à ceux du marché, calculé selon l’expérience, ainsi que de nombreux avantages. Nous acceptons les candidatures venues des quatre coins du monde et encourageons en particulier les femmes et les personnes de couleur à se présenter."
Bref, vous l'aurez compris, derrière All Out s'agite une haute finance décidée à saper les repères moraux à l'échelon mondial.
C'est donc un honneur pour Civitas d'être la première cible de la section française de cette officine qui sent bon le terrorisme intellectuel et qui, avec ses gros budgets, entend assècher nos petits moyens.
Faisons quand même d'emblée remarquer qu'en matière d'utilisation de l'argent du contribuable, nous ne comptons que sur ce que des contribuables qui pensent comme nous veulent bien nous accorder, à la différence de quantité d'associations, et singulièrement parmi le lobby homosexuel, qui reçoivent par l'entremise de collectivités (de la mairie à l'Etat, en passant par les conseils régionaux et les conseils généraux) des sommes plantureuses provenant de la poche de contribuables qui ne partagent en rien les objectifs de ces associations subventionnées.
Et puisque l'UFAL et All Out se soucient de l'argent du contribuable, nous leur promettons un beau feuilleton durant les prochaines semaines. De façon régulière, nous publierons quelques exemples de ces subventions. Et nous ne manquerons pas, à notre tour, de signaler au gouvernement que s'il a besoin de faire quelques économies, il y a là des pistes toutes trouvées.