Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 janvier 2014

Pétition "Nos enfants n'appartiennent pas à l'Etat"

 

Enfants Etat - bannière-pétition.PNG

 

De graves dangers pèsent sur l'éducation et l'instruction de nos enfants.

 

Le Collectif "Nos enfants n'appartiennent pas à l'Etat" veut y sensibiliser tous les parents et bloquer le projet totalitaire du gouvernement.

 

Chers parents, grands-parents ou futurs parents, que vous ayez choisi de scolariser vos enfants à domicile, dans une école privée hors contrat, dans une école privée sous contrat ou dans une école publique, vos enfants n'appartiennent pas à l'Etat !

 

Signez la pétition http://www.ecole-libre.com

 

 

1. Nos enfants n’appartiennent pas à l’Etat


2. Nous refusons l’interdiction de l’éducation à domicile

 

3. Nous refusons la fermeture, demain, des écoles hors contrat

4. Nous refusons que nos enfants soient pervertis par la théorie du genre

 

Diffusez ce message à tous vos contacts !

Contre la théorie du genre ce 1er février à Besançon

Annonce conf Gender Besancon-2.JPG

Jour de colère - Photos

Jour de colère, civitas

Jour de colère, civitas

Jour de colère, civitas

Jour de colère, civitas

Jour de colère, civitas

Jour de colère, civitas

Jour de colère, civitas

Jour de colère, civitas

Jour de colère, civitas

Jour de colère, civitas

Jour de colère, civitas

Vidéos - Hier, Jour de Colère - Ambiance et Réactions.

 

Manifestation du Jour de Colère

 

Christian Vanneste à la Manifestation du Jour de colère

 

Alain Escada à la Manifestation du Jour de colère

 

 

26 janvier 2014

Manifestation Jour de Colère en direct

 L'heure de la fin a sonné... Après le discours, les gens se dispersent.

Et l'heure du changement radical qu'exigent les manifestants de Jour de Colère, quand sonnera-t-elle?

  IMG_20140126_170335.jpg

Au début les Femen.

Peu avant la fin de la manifestation, des profanateurs christianophobes.

Heureusement, ils n'ont fait que passer... Mais auraient-ils fait ça avec un chandelier à sept branches ou avec le coran?!

Une preuve de plus que les Catholiques peuvent avancer pour montrer qu'ils ont raison d'être en colère...

 

  

IMG_20140126_165418.jpg

A l'arrivée Place Vauban, c'est le moment de l'allocution aux manifestants qui continuent de crier "Hollande démission". L'ambiance ne manque pas!

 

Et la foule, qui s'étend sur plus d'une centaine de mètres, scande :"Hollande démission", "Dictature socialiste"! Les Invalides se profilent à l'horizon.

 

IMG_20140126_162635.jpg

La Tour Eiffel en vue! Et toujours la même pluie...

Et toujours la même détermination!

 

Be6jU0UIIAAN0SW.jpg

Alain Escada à la tête de ses troupes...

 

Be6iPhfIgAA_J_r.jpg

 Le Boulevard Montparnasse à présent... Même scénario! 

 

Be6iAcKIYAE7wJo.jpg

 Et il y a foule!

 

IMG_20140126_154920.jpg

Au tour du Boulevard Port-Royal d'entendre résonner les slogans!

"Christianophobie, ça suffit!"

 

Be6eKmoIYAAffCV.jpg

 Le cortège suit son cours, infatiguable... Déjà on aperçoit Montparnasse!

"Hollande, t'es foutu, les Français sont dans la rue!"

 

1390746530395.jpg

Le boulevard Saint Marcel se retrouve noyé par deux rangs de Catholiques en colère!!

 

Be6DY-hIEAAmJFJ.jpg

 Les journalistes sont présents eux aussi, toujours friants de nouvelles fraîches! Les flashs n'arrêtent pas!

 

IMG_20140126_150822.jpg

La pluie continue... la marche aussi!

 

IMG_20140126_135341.jpg

La visite surprise des Femen a été bien courte, mais elles étaient aussi au rendez-vous...!! Vêtues comme à leur habitude!

Mais cela n'empêche pas les Catholiques de déverser leur colère par les rues de Paris, malgré la pluie...

Familles, jeunes, moins jeunes, élus... Ils sont là et crient à tue-tête: "Catholiques en Colère" et "Hollande démission"!!

Be6RuosIcAAewHB.jpg

25 janvier 2014

Demain, retrouvons-nous au Jour de Colère ou suivez la manifestation en direct !

Patchwork jour de colère(1).JPG

Civitas donne rendez-vous

aux Catholiques en Colère 

à partir de 13h30 à la place de la Bastille,

à hauteur du Boulevard Henri IV

et du Boulevard Bourdon.

Jour de colère, jdc, civitas, manifestation,

Ou suivez ici le déroulement de la manifestation à partir de 13h30!

21 janvier 2014

Elections, Jour de Colère,... - Alain Escada, président de Civitas, répond aux questions du journal "Présent"

 

escada-MPI-1.jpg

 

- Les municipales approchent, quels sont les candidats auxquels vous apportez votre soutien et à quelles conditions ?

 

Les candidats auxquels Civitas apporte son soutien sont d’abord ceux issus de ses rangs. Parmi nos membres et nos sympathisants les plus proches, nous comptons quelques maires de petites communes et divers élus municipaux et régionaux qui vont se représenter aux urnes. Pour d’autres de nos membres et de nos amis directs, ce sera le premier test électoral. Cela fait quelques années déjà que nous encourageons les catholiques à prendre leurs responsabilités et à s’engager à l’échelon municipal. Surtout dans ces nombreuses communes de petite taille qui permettent d’échapper à la particratie. A l’approche de l’échéance, nous constatons avec plaisir que de nombreux catholiques ont su entendre cette consigne, même s’ils sont encore trop peu au vu des enjeux. Dans différents départements, nous avons des membres de Civitas placés en bonne position sur les listes municipales. Nous leur souhaitons le succès.

Notre démarche ne vise pas à publier la liste de ces candidats en les estampillant « Civitas », ce qui risquerait de mettre certains en difficulté dans le contexte actuel de chasse aux mal-pensants. Nous fonctionnons par réseaux.

 

Hors des candidats issus de nos propres rangs, élus sortants ou jeunes novices de la politique, nous comptons bien entendu jouer un rôle dans le débat politique. Dans ce contexte, CIVITAS, par l’intermédiaire de sa « Lettre aux élus » adressera un questionnaire aux élus et à ceux qui voudraient le devenir.

 

Nos questions porteront sur le mariage et la famille, bien sûr, mais aussi sur la façon de réagir à l’antichristianisme et à la recrudescence de profanations anticatholiques en France. Nous aborderons aussi la question de la protection du patrimoine, y compris religieux. Nous interrogerons également les candidats sur l’immigration, la sécurité, la fiscalité,…

 

Nous ferons prochainement connaître à tous notre questionnaire puis les réponses que nous recevrons.

 

- Vous manifestez le 26 mai, jour de colère, comme de nombreuses autres associations, quelles sont vos revendications et qu’attendez vous de cette journée ?

 

CIVITAS partage l’ensemble des motifs de colère énumérés par les organisateurs du Jour de Colère. Nous n’y avons rien retranché mais nous avons ajouté un motif de colère supplémentaire : cet antichristianisme qui se propage en toute impunité et même avec la complicité de diverses « autorités ». Il suffit de noter à ce sujet à quel point les Femen peuvent cumuler les délits sans connaître jusqu’à présent le moindre désagrément. C’est ahurissant mais c’est le résultat de cette collusion entre des nervis extrémistes, des adeptes des mœurs dissolues, des forces occultes, des hommes d’affaires, des hauts fonctionnaires, des journalistes, des magistrats et des responsables politiques qui partagent une même haine du christianisme.

C’est pourquoi CIVITAS propose à tous ceux qui le souhaitent de se regrouper derrière la banderole « Catholiques en Colère ». Plusieurs associations amies ont déjà annoncé qu’elles se joindraient à nous.

Nos slogans seront variés et nous ne manquerons pas de rappeler notre attachement à la Famille, cellule de base de la société, ainsi qu’à la Patrie que les dirigeants politiques voudraient brader et à la Chrétienté.

 

— Après l’annonce de la participation de Dieudonné, se pose la question de la liberté d’expression. Celle-ci est-elle pour vous un absolu ? Votre attitude par rapport à « Jour de colère » en est-elle modifiée ?

 

Pétri de philosophie catholique, je considère que la liberté d’expression n’est pas et ne doit pas être un absolu. Et dans l’affaire Dieudonné, je ne pense pas que le véritable prisme pour analyser les faits doive être cette liberté d’expression.

En tant que président de Civitas, je constate surtout un fait : pour le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, éternellement attaché à Israël selon ses propres mots, – mais aussi pour beaucoup de pseudo-élites politico-médiatiques -, il convient d’interdire un spectacle s’il offense quelques membres de la communauté juive mais il convient de soutenir Jean-Michel Ribes lorsque ce directeur de théâtre programme Golgota Picnic dont le contenu heurte profondément le sacré des catholiques.

C’est récurent. La circulaire adressée par Manuel Valls aux préfets dans le cadre de l’affaire Dieudonné témoignait d’un mépris flagrant envers les catholiques, seuls citoyens de seconde zone dont on peut se moquer impunément, tandis que, d’autre part, il existe une catégorie d’intouchables.

Dieudonné a le mérite d’être, auprès du Français moyen, un révélateur de cette situation. 

Je ne vois aucune bonne raison de se plaindre à l’idée qu’il se joigne au Jour de Colère, bien au contraire. Cela témoigne de la fameuse « coagulation» tant recherchée par les organisateurs.

J’entends certains se plaindre que s’il venait manifester le 26 janvier prochain, il serait accompagné de musulmans. D’abord, c’est bien mal connaître le public qui assiste aux spectacles de Dieudonné que de le réduire aux seuls musulmans. Ensuite, j’observe que les mêmes milieux qui se plaignent à l’idée de la présence éventuelle de musulmans le 26 janvier prochain étaient bien moins prompts à la critique lorsque La Manif Pour Tous multipliait les appels pour que les musulmans rejoignent ses défilés.

Dans le cas de la LMPT, les organisateurs firent régulièrement monter à la tribune des intervenants parlant au nom des musulmans, d’autres au nom des juifs, ainsi d’ailleurs que l’un ou l’autre représentant politique de l’extrême gauche et quelques ténors de l’UMP parmi lesquels quelques adeptes de la franc-maçonnerie. Cette façon de procéder, alors que les participants à ces manifestations étaient très majoritairement catholiques, n’a suscité que peu de reproches – si ce n’est a posteriori -, hormis ceux émis par Civitas.

Dans le cas du Jour de Colère, nous savons que les discours seront limités et qu’il n’y aura pas de représentant des musulmans, pas plus que des juifs, ni des partis politiques, à prendre la parole à la tribune à l’arrivée.

En ce Jour de Colère, nous savons aussi que, comme dans chaque manifestation qui obtient la participation d’un grand nombre, tous ceux qui seront à notre droite et tous ceux qui seront à notre gauche ne partagent pas la même vision de la société. Mais il ne s’agit pas ici de prétendre organiser une alliance durable et consensuelle entre toutes les organisations participantes.

Civitas a toujours été très intransigeant sur les principes et nous n’accepterions pas de nous renier. Dans le cas du Jour de Colère, nous devons nous demander si les messages des organisateurs contiennent un élément contraire à la doctrine catholique. Ce n’est pas le cas. Seconde question : les organisateurs nous demandent-ils de taire notre catholicité ? Non plus. Et chaque catholique pourra s’il le veut se joindre à Civitas derrière la banderole « Catholiques en Colère ».

Dès lors, nous ne voyons aucune bonne raison de ne pas participer à ce Jour de Colère.

 

- Qu’en est-il de votre plainte déposée contre les Femen pour exhibition ?

 

Notre plainte ne se réduit pas au caractère exhibitionniste des Femen. Ces extrémistes sont également poursuivies, bien sûr, pour les agressions qu’elles ont commises sur des familles qui se préparaient à manifester à l’appel de Civitas le 18 novembre 2012. Faut-il rappeler que, ce jour-là, les furies Femen ont aspergé d’un gaz poudreux dont nous ne connaissons pas la teneur des familles paisibles et notamment des femmes et des enfants ?

Selon la formule consacrée, « l’affaire suit son cours » mais il est évident que la justice française ne semble pas pressée…

Faudra-t-il que les Femen mettent à exécution leurs menaces de commettre des actes terroristes pour que les autorités cessent de protéger ces enragées ?

09 janvier 2014

Non à la théorie du genre - tournée de conférences d'Alain Escada

Gender couv livre ae.JPG

- 10 janvier à Plauzat (entre Clermont Ferrand et Issoire), 1 rue des Ecloses, 20 heures
- 15 janvier à Toulouse, salle Barcelone, 22 allées Barcelone, 20 heures 30
- 1er février à Besançon, 20 heures
- 8 février à Chartres, 11 bis rue des Jubelines, 20heures 
- 15 mars à Noisy le Grand, 10 rue Jules Ferry, 20 heures
- 20 mars à Lyon, 56 Bd d'Inkermann, 6ème, 20 heures
- 28 mars à Villechauve (près de Vendôme) à "La Lune et les Feux", 11 rue Pasteur, 20 heures

Une offre promotionnelle est proposée. Son précédent ouvrage "Mariage homosexuel, homoparentalité, etc - Décryptage d'une révolution sexuelle" vendu à 12 euros et son nouvel ouvrage "Théorie du genre - L'idéologie qui voulait détruire la Créationet libérer toutes les perversions humaines" vendu à 6 euros, sont proposés à la vente ensemble pour 15 euros, frais d'envoi compris.

Achat en ligne ici ou par chèque à envoyer à notre secrétariat CIVITAS - 17 rue des Chasseurs - 95100 Argenteuil.

04 janvier 2014

Théorie du genre - Conférence d'Alain Escada à Toulouse le 15 janvier

Annonce conf Gender-Toulouse.JPG

02 janvier 2014

NON à la théorie du genre - 10 janvier conférence d'Alain Escada à Plauzat

Annonce conf Gender Plauzat Issoire.JPG

27 décembre 2013

CIVITAS rejoindra Jour de Colère le 26 janvier et rassemblera les "Catholiques en Colère"

escada-MPI-3.jpg

Entretien exclusif accordé à Médias-Presse.Info

MPI – Que pensez-vous de cette initiative connue sous l’intitulé Jour de Colère ?

Alain Escada – Le manifeste de Jour de Colère annonce vouloir permettre « l’expression d’une prise de conscience de la société civile face à une action gouvernementale délétère qui nous mène droit vers l’abîme » et évoque un Dies Irae contemporain en énumérant une série de motifs de mécontentement. En tant que président de CIVITAS, j’ai lu attentivement chaque ligne, chaque mot de ce manifeste, et je me suis réjoui d’une telle initiative, tant sur le fond que sur la forme.

 

MPI – Vous êtes connu pour être intransigeant sur les principes. En émettant un avis favorable à propos de ce Jour de Colère et de son manifeste, cela signifie que vous les percevez fort différemment d’autres manifestations que vous trouviez inappropriées ?

A.E. – Sur la forme, j’ai souvent dit et répété que c’est une ineptie d’organiser des manifestations festives lorsqu’on vient exprimer un mécontentement. Veut-on obtenir des résultats, faire reculer un adversaire, mettre fin à un projet inique ? Dans ce cas, il faut démontrer force et détermination. Cela ne se fait pas en dansant sur une musique de boîte de nuit. La fête, il sera toujours temps de l’organiser lorsque nous aurons obtenu une victoire méritant d’être célébrée. Tant que ce n’est pas le cas, l’heure et le ton sont à la bataille, pas à autre chose. L’expression « Jour de Colère » traduit bien cet esprit. J’apprécie aussi que les organisateurs de Jour de Colère permettent à tous les mouvements qui se reconnaissent dans cet objectif commun d’y participer sous leurs propres couleurs et avec leurs propres slogans. Nous avons trop souvent vu par le passé des manifestations dites pour tous chercher à imposer leurs niaiseries en même temps que chasser la moindre trace de christianisme. Ceux qui se plaignaient que leur sweet soit interdit par les autorités étaient les mêmes qui interdisaient tout drapeau à sacré-cœur dans leurs manifestations.

Sur le fond, CIVITAS a toujours exprimé sa détestation des compromissions. Si le nombre doit s’obtenir au prix des reniements, c’est d’office stérile et sans aucun intérêt. Dans le cas du manifeste de Jour de Colère, il n’y a pas d’intention de céder au politiquement correct ou de sombrer dans le consensus mou. La défense de la Famille et de la Patrie y sont explicites. Des thèmes essentiels sont également abordés comme la sécurité, l’immigration, le système scolaire, la fiscalité,… Le choix des mots sonne juste, comme lorsque Jour de Colère prend la défense des paysans. Ce mot paysan si déconsidéré aujourd’hui, alors qu’il illustre l’un des métiers les plus indispensables et les plus respectables. Tout cela sent bon le pays réel et voilà pourquoi je soutiens, au nom de CIVITAS, cette initiative.

 escada-MPI-1 JDC-26janvier-MPI

MPI – Cela signifie donc que CIVITAS participera bien au Jour de Colère le 26 janvier à Paris ?

A. E.  – Oui, je vous confirme que CIVITAS y participera. Nous fixerons prochainement un lieu de rendez-vous pour nous regrouper et nous rejoindrons dès 14h ce rassemblement. CIVITAS y viendra avec ses bannières ainsi qu’une grande banderole « Catholiques en colère ». Nous souscrivons à tous les motifs de mécontentement signalés par Jour de Colère. Nous y ajoutons simplement un motif supplémentaire de mécontentement : les nombreuses provocations antichrétiennes tolérées voire organisées par le système qui nous gouverne. Nous avons souvent rappelé que la haine de la famille a pour corollaire la haine du christianisme. Nous pourrions ajouter que la haine de l’identité française a également pour corollaire cette haine du christianisme.

 

MPI – Quels moyens mettrez-vous en œuvre pour soutenir ce Jour de Colère ?

A. E. – CIVITAS profitera des quatre prochaines semaines pour mobiliser tous ses réseaux de sympathisants dans tous les départements. C’est un rendez-vous important pour démarrer 2014 avec de bonnes résolutions. Il faut que ce Jour de Colère soit un succès. Nous tenterons d’y contribuer.

jdc-26JANVIER_2_mpi.jpg

23 décembre 2013

La "Manif pour Tous" et ses connivences avec l'UMP

manif-pour-tous-barjot-UMP-MPI.jpg

Le site Médias-Presse.Info nous informe : 
Depuis le début, entre la « Manif pour Tous » et l’UMP, il y avait des liens que seuls les naïfs et les aveugles n’ont pas perçus.

Dernière confirmation en date : le lancement d’un nouveau mouvement, appelé « Sens Commun », destiné à entraîner l’engagement d’un maximum de sympathisants de la « LMPT » au sein de l’UMP. Ce nouveau mouvement est présidé par Sébastien Pillard, ancien responsable de « La Manif Pour Tous » dans le grand Ouest. Les autres fondateurs de « Sens Commun » sont Madeleine Bazin de Jessey, cofondatrice du mouvement des Veilleurs, Arnaud Boutheon, ancien « directeur de cabinet » de Frigide Barjot, Marie-Fatima Hutin, qui fut l’une des « Marianne » de « La Manif Pour Tous », et Faraj Benoît Camurat, ancien responsable du Mouvement des Jeunesses Populaires.

Cette fine équipe issue des rangs de « La Manif Pour Tous » avait rencontré Nicolas Sarkozy en octobre, dans ses bureaux de la rue de Miromesnil. Puis Jean-François Copé, qui y a vu une opportunité au point de permettre que, le 19 décembre, le lancement officiel de « Sens Commun » se fasse au siège de l’UMP.

Curieusement, Frigide Barjot a critiqué l’initiative. Sans doute parce qu’elle n’y était pas conviée. Celle qui a dirigé « La Manif Pour Tous » jusqu’en mai 2013, peine aujourd’hui à exister médiatiquement à la tête du groupuscule « L’Avenir pour Tous » dont… l’avenir paraît compromis. Avec ses inséparables acolytes Xavier Bongibault et Laurence Tcheng, Frigide Barjot signe un communiqué dénonçant « l’entrisme politique via l’UMP ». Défense de rire !

Faut-il rappeler que c’est la même Frigide Barjot qui a fait monter à la tribune des « Manifs pour Tous » les Guaino, Mariton et autre Raffarin ?

Faut-il rappeler que Frigide Barjot a déclaré soutenir Nathalie Kosciusko-Morizet aux élections municipales à Paris ?

Faut-il rappeler que pour la dernière mini-sauterie de Frigide Barjot, le 17 novembre 2013, il y avait là Anne-Sophie Souhaité-Grouchka, la tête de liste UMP dans le XIIIème arrondissement, ainsi que Franck Margain, allié de NKM ?

Quant à Ludovine de la Rochère, qui a succédé à Frigide Barjot à la tête de « La Manif Pour Tous », c’est la même accointance avec l’UMP qui prévaut depuis la manifestation du 26 mai 2013 jusqu’à celle de Versailles le week-end dernier, où les seuls élus admis à prendre la parole étaient ceux de l’UMP.

Qu’il s’agisse de Frigide Barjot, de Ludovine de la Rochère ou des fondateurs de « Sens Commun », tous cherchent à aseptiser la mobilisation contre la dénaturation du mariage et à canaliser le mouvement vers l’UMP.

Cette fameuse UMP dont le président, Jean-François Copé avait déclaré « n’avoir jamais eu d’opposition d’aucune sorte à l’idée de mariage homosexuel » (10 octobre 2013, émission « Des paroles et des actes »). Sans doute le pauvre homme avait-il vu une foule joyeuse et festive et avait-il simplement suivi le mouvement ?

16 décembre 2013

De la dissolution des mœurs à la dissolution de la France

 

francemusulmane.jpg

 

Ce gouvernement a un goût prononcé pour le grand chambardement. Après avoir bouleversé la nature de la Famille, du mariage et de la parenté, voilà que ce même gouvernement souhaite s’atteler à bouleverser la nature de la France.

Le rapport « Refondation de la politique d’intégration » a déjà fait couler beaucoup d’encre. Le journal « Le Figaro » a sonné l’alarme dès sa publication en révélant quelques énormités figurant parmi les propositions de ce document. Le tollé s’est répandu si rapidement que François Hollande s’est rapidement exprimé pour prétendre que ce document n’avait rien d’officiel et ne reflétait pas la position du gouvernement, notamment concernant la suppression de l’interdiction du voile islamique à l’école.

Mais qui pourra croire François Hollande ? C’est en effet sur le site internet officiel du premier ministre Jean-Marc Ayrault que chacun peut lire les cinq documents qui composent ce rapport. Et parmi les personnes en charge de la rédaction des conclusions de ce travail amorcé en 2012, on trouve une longue liste de représentants ministériels. Non, vraiment, il n’est pas possible de prétendre que ce document est un simple projet officieux.

La question du voile islamique à l’école n’est d’ailleurs qu’un aspect purement secondaire du contenu de ce rapport.

Toutes les migrations seraient constitutives de la nation

En vérité, c’est l’essence même de la France qui est remise en cause par ce rapport qui préconise de « Faire France en reconnaissant la richesse des identités multiples ». Cela signifie « reconnaître toutes les migrations (…) comme constitutives de la nation », explique ce document. Voilà qui, en pratique, permet d’envisager bien des revendications. Si le moindre Rom arrivé avec son balluchon est constitutif de la nation, il peut, ainsi que tous ses congénères venus de tous les continents, s’adresser aux descendants de Gaulois en  réclamant  sa part de la nation. Car alors, « ce qui est à toi est à moi ».

Repentance

Sans surprise, ce rapport qui proclame que « la société française est métisse et plurielle », demande la réécriture des programmes scolaires car les grandes figures de l’Histoire enseignée seraient trop largement des « mâles, blancs et hétérosexuels ». Qu’il faudra remplacer sans omettre de traîner dans la boue tout ce qui fut autrefois considéré comme une œuvre civilisatrice qui exige désormais repentance.

L’arabe, le yiddish et le romani sont des langues de France !

« Il est essentiel de rappeler, car peu connu, que les langues de France sont : la variété dialectale de l’arabe (arabe maghrébin), le berbère, le yiddish, l’arménien occidental, le judéo-espagnol et le romani (…) », prétend très sérieusement ce rapport.

« La France a fait un choix républicain d’accueillir ces langues », nous prévient-on, de façon à nous faire comprendre que tout doute exprimé à ce sujet équivaut à être un antirépublicain et donc un factieux.

Enseigner dès le collège une langue africaine comme le bambara ou le swahili

En toute logique, selon ce rapport, il faut dès lors « valoriser l’enseignement de l’arabe, assuré par l’Education Nationale, au même titre que les autres langues en l’introduisant (…) sur tout le territoire français ». Et il ne faut pas s’arrêter là. Le rapport encourage également « l’enseignement dès le collège d’une langue africaine (…) par exemple le bambara ou le dioula ou le lingala ou même le swahili ».

Place à la culture

La culture est bien entendu un domaine à ne pas négliger. Ce rapport propose de favoriser « des pratiques artistiques aussi diverses que la danse hip hop, le rap, le graff, le djing, le slam (…) ».

Dans cette France défigurée, il n’est pas besoin de dire qu’il n’est plus envisageable de reconnaître ses racines chrétiennes. Ce serait « stigmatisant ».

Tout cela se décrit sur un ton docte car rédigé par de prétendus « experts ».

Ultime avertissement

La publication de ce rapport, d’une certaine façon, est bienvenue car elle doit apparaître comme un ultime avertissement. On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas.

L’année 2014 est une année parsemée d’enjeux électoraux. Il reste jusqu’au 31 décembre pour s’inscrire sur les listes électorales. CIVITAS répète inlassablement depuis des années la nécessite et le devoir de participer aux élections municipales, échelon le plus naturel de la vie politique.

Bien des dégoûtés de la politique, par ailleurs bons Français et souvent bons  catholiques, seraient tentés de se désintéresser de ce scrutin municipal. Ce serait une grave erreur. Pendant ce temps, des imams et des responsables associatifs musulmans appellent leurs fidèles à s’inscrire sur les listes électorales.

Il ne s’agit pas d’être dupes d’un système électoral ni de croire que tout se résout par les urnes, bien au contraire. Mais il s’agit de ne négliger aucun moyen mis à notre disposition pour exercer notre résistance. Qui plus est, sur les 36.000 communes de France, une grande majorité permet d’échapper à la particratie.  Dans tous les cas, regarder tout cela en spectateur passif équivaut à remettre un chèque en blanc au pouvoir pour mener à bien son entreprise de dissolution de la France.

Mais ayons aussi conscience des innombrables autres moyens de résister et organisons-nous en conséquence ! En 2014, prenons la ferme résolution de nous engager au service de la Chrétienté et de la France catholique et plaçons notre résistance sous le patronage de Saint Louis.

En tant que président de CIVITAS, je vous souhaite, ainsi qu’à vos familles, une belle et sainte Fête de Noël et vous adresse mes meilleurs vœux pour une année 2014 marquée par le sursaut des catholiques et des patriotes de France !

Alain Escada

13 décembre 2013

Le 18 décembre à Caen, rejoignez les Veilleurs de la Sainte Famille

veillée-caen.JPG

23 novembre 2013

Contre la théorie du genre - Conférence le mercredi 27 novembre à Paris

Annonce conf Gender Paris.JPG

17 novembre 2013

Vidéo: Rafle de SOS Tout-petits hier à Paris

Hier à Paris, les pacifiques manifestants pour la Vie de SOS-Tout petits qui s'étaient réunis autour du Docteur Dor pour la récitation d'un Rosaire, ont été embarqués, sans autre forme de procès, par la police politique du gouvernement socialiste qui supporte de moins en moins la dénonciation de ce génocide qu'est l'avortement.

par Actu-clip

Par ailleurs, la consultation de témoignages recueillis sur place s'avère intéressante sur le déroulement de ces événements regrettables qui contribuent (s'il le fallait encore) à prouver que nous ne sommes plus dans un Etat de droit.

Ailleurs en province ce sont les nervis d'extrême gauche et autres "antifas" qui ont sévi impunément avec toute la violence qui les caractérise.

Fait gravissime mais qui n'a pour l'instant entraîné aucune condamnation officielle de notre classe politique ou de nos gouvernants pourtant si "sensibles" sur d'autres sujets... :

A Nancy des gauchistes ont blessés à coups de pierre une petite fille qui participait paisiblement au rosaire de SOS Tout-Petit. Photo ici.

Une dissolution des mouvements "antifas" sera-t-elle seulement envisagée pour des faits aussi graves...?


Pour conclure, une réaction de bon sens sélectionnée sur la toile:


13 novembre 2013

Bordeaux - Conférence contre la théorie du genre le 16 novembre

gender-conf-bordeaux.JPG

Marchandisation de l'enfant - Notre Lettre aux élus

lettre-aux-élus-2-MPI.png

novembre 2013

« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire » (George ORWELL)

            Madame, Monsieur le Maire,

   Dans la « Lettre aux Elus » du 5/11/12, nous attirions votre attention sur les risques immenses que ferait courir tant à la société, qu’aux enfants qui pourraient être adoptés, une loi qui ouvrirait à deux personnes de même sexe le droit au mariage ainsi qu’à l’adoption d’enfants.

Malgré les résultats défavorables de sondages, malgré une opposition inouïe qui s’est notamment traduite par des manifestations d’une ampleur sans précédent depuis les années soixante, une loi aux termes de laquelle des duos homosexuels peuvent être déclarés « mariés » par un officier d’état-civil, a été promulguée le 18 mai dernier. La France devient ainsi le 14ème état sur les 138 que compte la planète à avoir promulgué une telle loi.

Dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, est inscrit le principe selon lequel « la loi est l’expression de la volonté générale »1. Jamais un tel principe n’aura été à tel point vidé de son sens : en effet, les personnes qui réclamaient une telle loi ainsi que celles qui pourront désormais s’en prévaloir, ne représentent - de l’aveu même de certaines associations d’homosexuels - qu’une infime partie de la population française.

Comme l’a démontré sur le terrain du droit et de l’éthique le philosophe Thibaud COLLIN, dans son ouvrage intitulé « Les lendemains du mariage gay »2, « l’ouverture du mariage civil aux personnes de même sexe serait un choix garanti par l’Etat de bafouer les droits de certains enfants ».

Cette ouverture est désormais chose faite et les différents promoteurs de cette transgression inouïe ne s’arrêteront pas en si bon chemin...

« Nous voulons très vite des enfants », tel est le cri du coeur qu’à peine « marié3 » par Mme Hélène MANDROUX - maire de Montpellier et qui est apparemment leur employeur - a lancé le duo homosexuel4 étrennant le 29 mai dernier la « Loi Taubira », devant un parterre de 500 invités.

Des enfants ! Nous y voilà ; mais comment deux hommes « s’accouplant » pourraient-ils avoir des enfants ? Même à Montpellier, dont la faculté de médecine jouit depuis des siècles d’un très grand prestige, la question laisse songeur...

L’adoption, me direz-vous ; oui, bien sûr, mais il y a infiniment plus de demandes que d’enfants adoptables et, par ailleurs, certains Etats, comme la Fédération de Russie, ont décidé de refuser que des enfants qui en sont les ressortissants puissent être adoptés dans des Etats où la loi autorise l’union de deux personnes de même sexe.

C’est pourquoi, malgré les dénégations de circonstances - à l’image de celles de Mme GUIGOU, à l’époque Garde des sceaux, selon lesquelles, après l’instauration du P.A.C.S., il ne serait plus question de « mariage homosexuel » - il y a tout lieu de craindre une poursuite de la dérive sociétale à laquelle nous assistons.

La proposition de loi portant « Assistance médicale à la procréation » et visant les « mariées unisexe », déposée le 19 juillet dernier au Sénat, n’est pas de nature à rassurer celles et ceux qui redoutent que d’autres projets de textes visant à ouvrir la PMA5 à ces « mariées unisexe » ainsi qu’à légaliser la GPA6, ne ressortent dès que les circonstances seront jugées favorables.

C’est précisément sur ces questions que la Lettre qui suit se propose de vous alerter car des apprentis sorciers - songeons aussi à l’introduction de la théorie du « Gender » dans les programmes de l’Education nationale - sont en train de jeter les bases juridiques d’une société aussi terrifiante que celle décrite par Aldous HUXLEY dans « Le meilleur des mondes ».
Par avance, nous vous remercions de nous faire part de vos commentaires éventuels sur le site prévu à cet effet.

            François BURLE


1 Art. 6 de cette Déclaration
2 Ed. Salvator ; juillet 2012
3 Durant son voyage de noces en Israël, offert par la mairie de Tel-Aviv, le duo aurait bénéficié de l’hospitalité de l’ambassadeur de France, dans sa résidence à Jaffa
4 Vincent AUTIN, l’un des « mariés », outre qu’il est employé municipal de la ville de Montpellier, est également, selon « Le Figaro » du 4/9/13, président de l’association « Lesbian § Gay Pride Languedoc-Roussillon ».
5 PMA : Procréation Médicalement Assistée
6 GPA : Gestation Pour Autrui


» » »  Pour en savoir plus, lire ici ou télécharger ici sur notre site la lettre complète au format pdf…

12 novembre 2013

Non à la théorie du genre ! - Conférence ce 15 novembre à Domezain

gender-conf-Domezain.JPG

06 novembre 2013

Non à la théorie du genre ! Conférence à Caen ce 9 novembre

Caen-conf-genre.JPG