Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 mars 2013

Le vrai printemps français, ce sera avec CIVITAS devant le Sénat

ae-portrait.jpegLa journée du 24 mars a démontré que la mobilisation nationale et populaire contre le projet de loi Taubira ne faiblit pas. Mieux encore, on constate que le ton de beaucoup de ses participants se radicalise.
 
Non, les défenseurs de la famille ne sont pas des "casseurs"
Hélas, comme c'était prévisible, celle qui prétend incarner cette mobilisation a trahi ceux qui lui avaient fait confiance.
Elle qui, il y a quelques semaines, avec des accents matamoresques, devant de nombreux journalistes, encourageait les Français à squatter les Champs-Elysées le temps qu'il faudrait pour faire cèder François Hollande, s'est rapidement désolidarisée de ceux qui ont cru à son discours de "printemps français" et ont subi les lacrymogènes et parfois les matraques de policiers et gendarmes. Celle qui se fait appeler Barjot a traité de "casseurs", d' "extrémistes", de "fachos", ces Français de tous âges, qui n'avaient fait qu'agir selon ses propres consignes.
 
Récupération politique et supercherie
Les interventions à la tribune ont par ailleurs témoigné de la manoeuvre de récupération politique négociée avec Mme Barjot au profit d'une UMP désormais omniprésente.
Pour faire bonne mesure, la parole a bien été donnée à quelques élus de gauche dont un trotskyste, mais c'est l'UMP qui eut la part belle, avec notamment les discours d'Henri Guaino et de Jean-Pierre Raffarin, tandis que Jean-François Coppé se dressait au premier rang de la foule, place de choix pour répondre aux questions des médias. Une "manif pour tous" désormais au service de simples calculs électoralistes, entre préparation des esprits à la candidature de Mme Barjot et promotion d'un pseudo-engagement de l'UMP.
Cette UMP qui a pour chef de groupe au Sénat le sénateur-maire de Marseille Jean-Claude Gaudin dont Le Canard enchaîné affirmait il y a peu qu'il avait proposé aux socialistes de liquider en quatre jours à peine le débat en séance plénière du projet de loi Taubira. Ce qui n'étonne guère quand on sait que Jean-Claude Gaudin est un grand ami du lobby homosexuel marseillais. Il a par exemple accordé une importante subvention publique à l'Europride qui se déroulera du 10 au 20 juillet à Marseille et au cours de laquelle une cérémonie baptisée "Les Mariés de l'an 1" devrait unir symboliquement 2013 duos homosexuels !
 
Nouvelle mobilisation devant le Sénat
Le vote au Sénat est annoncé comme serré. Des sénateurs de gauche élus de l'Outre-Mer pourraient voter contre le projet de loi Taubira mais font l'objet d'une pression importante. A l'inverse, des élus UMP pourraient voter en faveur de la dénaturation du mariage et de la parenté et c'est eux qu'il faut mettre sous pression.
Il faut être sans aucune illusion à l'égard de ce système parlementaire et des girouettes politiques qui le composent. Mais le vent de colère qui s'exprime peut parfois souffler suffisamment fort pour momentanément orienter les girouettes dans la bonne direction. C'est pourquoi CIVITAS appelle les défenseurs de la Famille à venir faire preuve d'une sainte colère devant le Sénat à partir du 4 avril.
 
Prière et sainte colère
Le mot d'ordre que CIVITAS lance est clair : ni ballons, ni flonflons, prière et sainte colère.
Ainsi, si des chants doivent précéder discours et prières durant nos rassemblements prochains devant le Sénat, nous choisirons parmi La Blanche Hermine, Les Bleus sont là ou encore Les lansquenets plutôt que le hit-parade mondialiste. Et nos drapeaux ne seront pas roses mais marqués du Sacré-Coeur.
Mais nous tenons avant tout à donner à notre action une dimension spirituelle, convaincus qu'aucune victoire ne sera possible sans le secours divin.
Je rappelle ces mots de Charles Péguy : "Ô mon Dieu, donnez-nous enfin le chef de guerre, vaillant comme un archange et qui sache prier, pareil aux chevaliers qui sur le mont naguère terrassaient les Anglais. Qu'il soit chef de bataille et chef de prière."
 

Le programme des mobilisations devant le Sénat est le suivant :

- Les jeudi 4 et vendredi 5 avril, rdv devant le Sénat, place Pierre Dux / Square Francis Poulenc (face entrée principale du Sénat), dès 19h. Manifestations statiques. Discours suivi de la récitation du chapelet.
 
- Les samedi 6 et dimanche 7 avril, rdv Place Paul Claudel (devant Théâtre de l'Odéon) à 15h. Nous marcherons tout autour du Sénat.
Le samedi 6 avril fera office de rendez-vous national. Des cars s'organisent de province.
Discours suivi d'un chemin de croix autour du Sénat.

CIVITAS organisera de tels rassemblements tant que le Sénat discutera de ce projet de loi. Les autres rendez-vous seront communiqués le 7 avril en fonction du calendrier sénatorial.
 
Alain Escada,
président de CIVITAS

ninirosaire.png

15 mars 2013

Quand la milice antichrétienne Femen sera-t-elle interdite en France ?

femen-vatican.jpgL'information est passée quasiment inaperçue, et c'est tant mieux, preuve que les Femen commencent à lasser même les médias. Mardi dernier, deux furies de la milice antichrétienne Femen se sont dénudées place Saint-Pierre, à l'heure où les cardinaux entraient en conclave. Comme d'habitude, elles n'ont pas manqué de faire usage de violence. Deux policiers ont été blessés au cours de l'arrestation des Femen, rapporte une dépêche de presse.

Question toujours d'actualité : quand le Ministère de l'Intérieur va-t-il prendre les mesures pour interdire en France le mouvement haineux Femen dont la pathologie antireligieuse et le recours systématique au trouble à l'ordre public sont désormais incontestables ?

12 mars 2013

Défense de Civitas

Tribune de Vivien Hoch, chercheur en philosophie, lue sur le site Boulevard Voltaire :

drapeaufrançaiscoeurdejésus.jpegDans un papier nauséabond publié et mis en avant dans Le Plus du Nouvel Obs sous le titre « Civitas : nos impôts financent l’intégrisme et la haine. Il faut que cela cesse ! », l’auteur, manifestement un militant gauchiste, laisse transparaître sa vraie nature, celui d’un petit totalitariste haineux. Aujourd’hui, c’est Civitas qui en fait les frais : avec cette tribune et une pétition qui revendique plus de 10.000 signatures en moins de deux jours, il ne veut rien moins que d’empêcher les remises fiscales sur les dons qui lui sont alloués, affirmant que l’État n’a donc pas à financer « l’intégrisme et la haine ».

On sait déjà que les gauchistes sont fascinés par l’Institut Civitas : des chapelets, des croix, des soutanes, des jeunes filles et jeunes hommes biens peignés, des vieux cathos, bref, toute la France qu’ils détestent, qu’ils vomissent même, et qui pourtant existe encore – et même de plus en plus, à voir les chapelles traditionnelles se remplir. La stratégie consiste à les soupçonner a priori, à interpréter leur comportement de façon à les présenter comme des provocateurs, des individus qui menacent la paix de la société et dépassent les limites admises. Une phrase résume tout cela : « Devons-nous encore une fois tolérer qu’un tel déferlement d’homophobie, d’intolérance et de haine puisse se tenir devant le Sénat, symbole de notre République laïque, égalitaire et fraternelle ? »

Franchement, comment un gauchiste LGBT, qui vit et milite sous perfusion des subventions publiques, peut-il avoir l’outrecuidance de demander la suppression des remises d’impôts aux donataires de Civitas ? Sachant que Civitas est loin de toucher les millions versés quotidiennement aux milliers de satellites LGBT ou antiracistes — et même au Nouvel Obs — et que cette association fait déjà l’objet de toutes les pressions possibles et inimaginables, parce que ses adhérents osent prier dans la rue, rappeler la position du catéchisme sur l’homosexualité ou se défendre face à l’agression des Femen. Bref, parce qu’ils sont parmi les derniers de la France de la chrétienté et du bon sens, à avoir encore une once de courage.

On finit par se demander, pour reprendre les mots de l’article en question, qui donc propage « l’intolérance et la haine en toute impunité » ?

Pour lire la prose en question :

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/796728-civitas-nos-impots-financent-l-integrisme-et-la-haine-il-faut-que-cela-cesse.html

11 mars 2013

Ni ballons, ni flonflons : prières et sainte colère

 

non au mariage gay,non à l'adoption d'enfants par des duos homosexuels,non au mariage homosexuel,frigide barjot,24 mars,manif pour tous,sénat,4 avril,civitas,alain escada

non au mariage gay,non à l'adoption d'enfants par des duos homosexuels,non au mariage homosexuel,frigide barjot,24 mars,manif pour tous,sénat,4 avril,civitas,alain escadaNi ballons, ni flonflons; prières et sainte colère !

 

CIVITAS appelle tous les défenseurs de la Famille à se rassembler devant le Sénat à partir du jeudi 4 avril. Nous nous rassemblerons dès 19h à cette date où le Sénat se saisira en séance plénière du projet de loi Taubira dénaturant le mariage et la parenté. Avec détermination et persévérance, nous y reviendrons plusieurs jours de suite.

 

Le samedi 6 avril fera office de rendez-vous national dès 15h.

 
J'entends déjà certaines réactions. Cela signifie donc que vous ne participerez pas à la manifestation du 24 mars, m'interrogeront immédiatement quelques lecteurs. En effet, et malgré le fait que, de bonne foi, des amis s'y rendront. Et, de grâce, avant de conclure, prenez la peine de lire ce qui suit jusqu'au bout.
 
La stratégie rose bonbon est une fumisterie
Quand on prend la tête d'une bataille, il faut susciter l'enthousiasme mais il ne faut pas tromper la confiance de ceux qui vous suivent.
 
On nous disait précédemment, à propos de la saisine du CESE, que cela allait bloquer le projet de loi Taubira pendant un an ou deux. C'était faux. Et malgré l'exploit, il faut le reconnaître, de rassembler environ 700.000 signatures, il fallut bien se résoudre à entendre ce que les plus avisés savaient, à savoir que le CESE n'avait aucun pouvoir suspensif et qu'il dépendait directement de Matignon.
 
On nous dit maintenant, citant pour l'occasion François Mitterrand, que lorsqu'il y a un million de personnes dans la rue, c'est le gouvernement qui vacille. Mais les mêmes n'ont pourtant cessé de nous répéter qu'ils étaient plus d'un million le 13 janvier dernier sur le Champs de Mars... et rien n'a vacillé.
 
Souvenez-vous des journaux télévisés du soir du 13 janvier, de ces images grotesques de grands-parents gesticulant sur l'air du gangnam style, tube musical mondial d'une société peu exigeante. Et c'est ainsi que vous voulez faire trembler un gouvernement ?
 
Le Général Dary, dressant le bilan de cette manifestation "pour tous" du 13 janvier devant quelques journalistes, déclara que la collecte avait permis de rassembler environ 600.000 euros. Quant au Maire du Chesnay, s'adressant au micro d'une journaliste de Canal + au milieu de la salle municipale servant au dépouillement des formulaires de pétition destinés au CESE, il montra une caisse dans laquelle s'accumulaient les chèques. Selon lui, les dons récoltés tournaient entre 800.000 et un million d'euros ! Mais pour en faire quoi ? Pour payer la tribune de rock star sur laquelle est apparue Barjot le 13 janvier sous une pluie de paillettes, musique hoolywoodienne à l'appui ?
 
On nous parle de soulever le pays réel. En dansant et en agitant des drapeaux roses derrière des jeunes filles fagotées en Marianne ?
Ouvrez les yeux, il n'y aura pas de "printemps français" avec de telles méthodes, il n'y aura qu'illusions et bonne conscience à bon marché.
 
Sans chef, on navigue au gré du vent
Or, la "manif pour tous" a-t-elle un chef ? Barjot ? Celle qui se proclamait "attachée de presse de Jésus" et qui, éternelle adepte de l'équivoque, se réjouissait dans L'Express (11.02.2013) à l'idée que "Benoît XVI restera comme le pape qui a accepté la capote et accueilli l'homosexualité". Celle qui, en toutes circonstances, entretient la confusion avec un discours "gay friendly" ?
"Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu'ils en chérissent les causes", nous avertissait Bossuet.
 
Occuper les Champs-Elysées le 24 mars ?
Est-ce une idée qui tient la route à partir du moment où elle est rendue publique quinze jours avant ? Voudrait-on faire interdire cette manifestation qu'on ne s'y prendrait pas autrement. En faisant naître de nouveaux collectifs comme Banlieues de France et en appelant ces banlieues à venir occuper les Champs-Elysées; en laissant d'autre part une multitude d'inconscients s'épancher longuement sur blogs, forums de discussion et réseaux sociaux à propos d'une version fantasmée d'un nouveau "6 février", vous pouvez avoir la certitude d'atteindre un objectif : allumer tous les voyants rouges du Ministère de l'Intérieur.
Alors, coup de bluff d'une opposition factice qui martèle aussitôt être "pacifiste", "légaliste et républicaine" ? Vous ne pensez tout de même pas que la droite molle et ses élus vont se dresser contre la gendarmerie pour occuper de force l'avenue qui incarne le commerce de luxe de la capitale ?
 
Propagande fourre-tout et grand écart
Avez-vous vu les nouvelles affichettes soixante-huitardes de la "manif pour tous" ? Et les nouveaux slogans ? Un vrai fourre-tout décliné autour de la liberté, de l'égalité et de la fraternité, dans le plus pur esprit de laïcité républicaine ! Envisager de faire du 24 mars un rassemblement des mécontents n'est pas en soi absurde, mais il fallait alors en faire clairement un jour anti-Hollande. Et encore faudrait-il afficher le modèle qu'on veut y substituer. Car il y a une grande différence entre une démarche anarchiste et la démarche contre-révolutionnaire.
 
Assumer ce que nous sommes !
Relisez ce que le socialiste Jaurès écrivait dans son journal à l'issue d'un débat à la Chambre et au Sénat. Ce constat n'a, hélas, pas pris une ride. "Nos adversaires ont-ils opposés doctrine à doctrine, idéal à idéal ? Ont-ils eu le courage de dresser contre la pensée de la Révolution, l'entière pensée catholique, de réclamer pour le Dieu de la révélation chrétienne, le droit non seulement d'inspirer et de guider la société spirituelle, mais de façonner la société civile ? Non, ils se sont dérobés, ils ont chicané sur des détails d'organisation. Ils n'ont pas affirmé nettement le principe même qui est comme l'âme de l'Eglise." 
CIVITAS appelle les défenseurs de la Famille à choisir la seule stratégie qui peut gagner, celle de la vérité assumée. 
 

Ni ballons, ni flonflons; prières et sainte colère !

 

CIVITAS appelle tous les défenseurs de la Famille à se rassembler devant le Sénat à partir du jeudi 4 avril. Nous nous rassemblerons place Pierre Dux à partir de 19h à cette date où le Sénat se saisira en séance plénière du projet de loi Taubira dénaturant le mariage et la parenté. Avec détermination et persévérance, nous y reviendrons plusieurs jours de suite.

 

Le samedi 6 avril fera office de rendez-vous national dès 15h, place Paul Claudel.

 
Alain Escada,
président de CIVITAS
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Réservez également déjà vos places pour le Congrès de la France catholique qui se tiendra les 27 et 28 avril à Paris et qui abordera tous les problèmes qui intéressent l'organisation de la Cité et de la société familiale et professionnelle. Alors que notre société subit avec une violence croissante le choc des forces de la subversion, il est temps de nous organiser pour la suite. Résister, riposter, reconstruire, voilà ce que nous voulons, et nous le voulons de façon franchement catholique et sans compromission !

07 mars 2013

NON au "mariage" homosexuel ! A partir du 4 avril, tous devant le Sénat

famillec'estsacré.jpegNi ballons, ni flonflons;

prières et sainte colère !

 

CIVITAS appelle tous les défenseurs de la Famille à se rassembler devant le Sénat à partir du jeudi 4 avril. Nous nous rassemblerons à partir de 19h à cette date où le Sénat se saisira en séance plénière du projet de loi Taubira dénaturant le mariage et la parenté. Avec détermination et persévérance, nous y reviendrons plusieurs jours de suite.

 

Le samedi 6 avril fera office de rendez-vous national dès 15h.

 

Toutes les informations suivront bientôt.

"Je vous salue Marie", par Serge Lama : toujours d'actualité


Serge Lama - Je vous salue Marie par bucch

18 février 2013

Mobilisations contre le "mariage" homosexuel : pour obtenir un résultat politique, il faut mener une action politique

Catherine Rouvier, docteur d’Etat en Droit public et en Sciences politiques de l’Université Paris II, a publié une thèse d’histoire des idées politiques sur Gustave Le Bon, l'auteur de la Psychologie des foules, paru en 1895. Elle déclare :

Bonjour Madame, qu’a pensé la spécialiste de la psychologie des foules que vous êtes des manifestations contre le « mariage pour tous » ?

RLe déroulement de la manifestation ; la nature même des mots d’ordre et des chants ; la couleur rose apaisante et inoffensive des panneaux, des tee-shirts, des écharpes ; la scission des cortèges, venus de trois endroits différents, ce qui diluait l’effet de masse ; le caractère très lent de la marche, souvent stoppée par de longues minutes passées dans le froid, ce qui minimisait l’échauffement des corps mais aussi des esprits ; tout était fait pour que ne se produise pas de phénomène de foule, c’est-à-dire la fusion des individualités en un « moi collectif » animé d’une pensée commune, et parcouru de sentiments contagieux comme la colère ou l’enthousiasme. Or, seule la puissance invincible d’une véritable "foule" au sens psychosociologique du terme peut faire peur à un gouvernement jusqu’à le faire plier, comme ce fut le cas en 1984.

Que faudrait-il, le 24 mars, pour que les gentils manifestants se changent en foule ?

En priorité, il faut deux choses : des mots d’ordres et un chef. [...] Le message, pour générer l’action, doit être simple, clair, univoque. On ne peut pas faire dire à une foule qu’on souhaite mobiliser vraiment deux choses à la fois, surtout si elles sont presque exclusives l’une de l’autre. Sinon le message est brouillé, donc inefficace. Ainsi, en l’espèce, on ne pouvait pas, d’un côté, refuser d’appeler « mariage » la légalisation de la vie commune de deux hommes ou de deux femmes et refuser que cette union ait les mêmes conséquences que celle d’un homme et d’une femme ; et, d’un autre coté, reprendre à son compte le terme même qui justifie ces revendications : la lutte contre l’homophobie. Donc mettre sur les tracts appelant à manifester, sous le mot d’ordre principal, « manif’ pour tous » (qui était déjà un clin d’œil amical à l’appellation fallacieuse de « mariage pour tous » des adversaires - ce qui n’est pas très bon), un second mot d’ordre : « lutter contre l’homophobie », lequel brouillait le message.

G[...] Virginie Telenne, alias Frigide Barjot, s’est attirée (...) la sympathie et la reconnaissance des catholiques en soutenant le pape Benoît XVI dans les médias à une époque où ceux-ci ne faisaient que relayer les critiques de toutes sortes et les attaques les plus violentes contre le « pape allemand ». Mais elle l’a fait en utilisant le personnage de parodiste, forgé pour elle par son mari Basile de Koch alias Bruno Telenne (qui, lui, reste dans la dérision dans sa manifestation « le mariage pour personne » en marge de la manifestation officielle). Or, ce surnom a une connotation positive, puisqu’il évoque Brigitte Bardot, gloire nationale, très belle actrice, femme attachante, passionnée de la cause animale. Mais dans le même temps, il a la connotation péjorative à cause de deux adjectifs peu valorisants : « frigide » et « barjot ». Or le sujet est grave et comme le notait déjà La Bruyère : « Le caractère des Français demande du sérieux dans le souverain ». Un chef doit être « auréolé de prestige » , ce que la dérision exclut de facto. Il n’est pas là pour plaire, et il ne doit pas craindre d’être accusé de ne pas être « gentil ».

[...] Jean-François Copé a manifesté, mais interviewé par les journalistes pendant la manifestation, il a dit que ce qui le gênait surtout, c’était la GPA et la PMA, plus que le texte lui-même : message non clair, là encore. Monsieur Guaino a fait un beau témoignage, émouvant, sur sa propre difficulté à avoir vécu une enfance sans père. Mais il a atténué considérablement l’effet produit en protestant lui aussi longuement contre l’« homophobie » comme s’il était accusé et non accusant. François Fillon a été le plus clair, parlant lui aussi d’abrogation, mais brièvement, dans une intervention liminaire au vote à l’Assemblée, non médiatisée. Quand aux centristes, entre ceux qui « se sont trompés de bouton » et « ceux qui étaient sortis au moment du vote » (zut, pas de chance, c’est déjà voté !), on ne les voit pas en leaders sur ce sujet !

Quelles sont les autres conditions du succès ?

Changer de style. Le souci de satisfaire une mode « festive » et son métier, le spectacle, ont conduit Frigide à organiser une sorte de parodie de gay pride avec chars, chants, musique disco et techno, « tubes » de l’été… La scène dressée sur le Champ-de-Mars évoquait un theâtre, une émission de télé-divertissement, pas un meeting politique. Seul le jeune Xavier Bongibault a eu un mot politique. Il a comparé Hollande à Hitler parce qu’il veut « enfermer les homos dans une définition dictée par leurs choix sexuels ». Mais pour cette remarque, à l’efficacité médiatique immédiate, il s’est fait tancer par Frigide, et s’est tout de suite excusé. Ce choix du festif et du non-politique n’est pas mobilisateur, car il maintient les manifestants dans le bien-être des retrouvailles de ceux-qui-pensent-comme-eux, et les bercent de la certitude fallacieuse d’une opinion largement répandue. Se réunir devient alors le but de la réunion. Par ailleurs, à cette foule qui attendait des mots d’ordre parce qu’elle avait reçu un choc - celui d’un projet de loi ouvrant le mariage à deux hommes entre eux ou à deux femmes entre elles - la réponse apportée par Frigide Barjot a été de dire que c’était pas vrai, qu’à un enfant il faut un papa et une maman, que les enfants naissent d’un homme et d’une femme. Et la foule a récité ou chanté cela un peu comme une litanie ou une comptine apaisante et auto-convaincante. Mais on ne lui a pas demandé (et on le lui a même interdit - les mots d’ordre et chants étant limités et imposés) de dire que ce n’est pas bien. Pour obtenir un résultat politique, il faut mener la foule vers une action politique.

[...] Alors oui, on peut en effet imaginer qu’une foule immense réunie à nouveau le 24 Mars, sans flons flons, en un immense ruban compact comme en 1984 - et non divisée en trois cortèges, avec des slogans, banderoles et chants non pas imposés par le rose bonbon mais décidés par des chefs d’établissements scolaires, des religieux, des paroissiens, des chefs de syndicats et de partis, qui défileront suivis de leurs adhérents ou ouailles, dans une gravité et une colère véritable contre la dénaturation de notre modèle sociétal. Ceux qui l’imposent pourraient faire changer le cours des choses.

[...] Autre modification nécessaire : il ne faudra pas isoler par un « cordon sanitaire » les manifestants du reste de la rue comme çela a été fait le 13 janvier. Pour que la foule agisse, qu’elle remporte le combat qu’elle livre, il faut que la rue puisse la rejoindre, la suivre, s’y agréger, il faut que la rue réagisse. Pour et contre, pourquoi pas ? La manifestation de Civitas du 18 novembre a été portée à la connaissance du monde entier en moins de 2 heures par les médias à cause de l’attaque des Femen. Il ne s’agit pas de provoquer les incidents, mais il faut laisser les adversaires montrer ce qu’ils sont et ce qu’ils veulent. La présence de la police doit suffire à éviter les débordements.

[...] Dans le cas présent, des milliers d’officiers municipaux sont opposés à ce projet. Devront-ils se démettre de leurs fonctions, renoncer à leur mandat parce qu’ils se seront mis en infraction en refusant d’appliquer cette loi et donc de « marier » des hommes entre eux ou des femmes entre elles ? Un joli but politique serait alors atteint pour l’actuelle majorité : démission garantie de tous les maires catholiques de droite, et des élus « réfractaires » de gauche ! Ne vaudrait-il pas mieux prendre les devants, et que les maires disent comme Mirabeau qu’ils sont dans leur mairie « par la volonté du peuple et qu’ils n’en sortiront que par la force des baïonnettes », mais qu’on ne les forcera pas à faire cet acte contraire à leur conscience ? [...]"

Des milliers de prêtres et de religieuses devront-ils tomber sous le coup de la loi, astreints à des amendes conséquentes pour avoir simplement dit ce que la religion qui est leur vocation et leur vie leur enjoint de dire sur ce sujet ? L’Eglise va-t-elle demain être mise hors-la-loi ? (...)

(source : Le rouge et le noir / Le salon beige)

15 février 2013

Quand Frigide Barjot parle du Pape Benoît XVI, c'est à nouveau le dérapage assuré

Frigide Barjot commentant la démission de Benoît XVI pour L'Express, voici ce que cela donne comme réponse, telle que retranscrite par l'hebdomadaire :
« Benoit XVI restera comme le pape qui a accepté la capote et accueilli l'homosexualité. Il comprend la défaillance humaine. En cela, il s'est montré plus charitable que Jean-Paul II. »
C'est donc cela qui ferait un grand pape, un pape plus charitable et donc plus saint : se taire sur le mal, accompagner non le pécheur mais le péché, donner droit de cité non aux personnes homosexuelles, mais à l'homosexualité ?

Où preuve est faite que Frigide Barjot ignore que la charité est justement charitable dans la vérité…

(sources : L'Express / Le blog de Jeanne Smits)

25 janvier 2013

La Fraternité de la Transfiguration s'associe à Civitas pour vous appeler à la prière le 29 janvier prochain

visuel29jan.jpgEn association avec Civitas, pour la veillée de prières du 29 janvier, la Fraternité de la Transfiguration organise un après-midi de prières le mardi 29 janvier de 14 h à 18 h.

Récitation du Chapelet, exposition et adoration du Saint Sacrement.

Vêpres et Salut du Saint Sacrement à 18 h.

Dans toutes les chapelles desservies par la Fraternité, récitation du chapelet ce même après-midi.

En grande union de prières avec vous pour que cette loi inique ne puisse pas être votée.

18 janvier 2013

Du "mariage" homo à l'antichristianisme...

puce_carreCette semaine Le Monde a ouvert ses colonnes à un extrémiste d’un genre particulier. C’est un « sociologue » bardé d’un famillec'estsacré.jpgtitre universitaire parisien mais imprécis. Il menace de condamnation judiciaire « le Vatican » et l’Eglise de France. « Il suffit de relire son catéchisme », écrit-il. Car, relisant lui-même « son catéchisme », il y a trouvé l’affirmation selon laquelle « la Tradition a toujours déclaré que les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés ». Notre sociologue s’emporte contre un catéchisme qui fait pourtant à l’homosexualité la courtoisie démesurée d’une qualification dont la réelle sévérité est dissimulée par une formulation trop abstraite pour être comprise par la plupart. La « Tradition » pourtant invoquée parlait de péché mortel, et tout le monde comprenait.

puce_carreCette courtoisie de son catéchisme ne réussit aucunement à apaiser le sociologue. Il découvre à la charge du Vatican « une instruction de 2005 » qui « revendique ouvertement d’écarter les homosexuels du sacerdoce ». Ainsi l’Eglise est aujourd’hui «  le seul employeur qui affiche fièrement une discrimination homophobe  à l’embauche », et « ce sera aux tribunaux d’en juger ». Approfondissant sa réflexion, le sociologue ajoute : «  Ce pourrait être l’occasion de contester une autre exclusion, tellement familière que la justice oublie de s’en  soucier : les femmes sont interdites de sacerdoce. »

puce_carreLa plupart des catholiques et la plus grande partie du clergé ignorent à peu près tout des pièges médiatiques et juridiques de la « lutte contre toute discrimination ». Il y a bien un quart de siècle que nous l’annonçons avec insistance : sous ce slogan anti-discriminatoire s’avancent contre l’Eglise les deux armes juridiquement redoutables du pseudo-mariage homosexuel et de l’ordination des femmes. En 1985 déjà, tout avait été dit au Parlement européen sur le Vatican qui « viole la législation de la Communauté européenne sur l’égalité des droits entre hommes et femmes », spécialement au chapitre des « droits égaux au travail, ce qui inclut le ministère sacerdotal » : car « l’interdiction aux femmes de devenir prêtre » n’est pas « compatible avec la Déclaration des Droits de l’homme ».

puce_carreC’est bien « le Vatican », c’est bien l’Eglise en tant que telle qui, par son refus d’ordonner les femmes et de marier les homosexuels, se trouve de plus en plus hors la loi démocratique. On peut y ajouter un autre refus, bien qu’il  ait été beaucoup plus pâle, celui de l’avortement. Mais il semble se réveiller lui aussi. Les adversaires de l’avortement, du pseudo-mariage homo, de l’ordination des femmes, ne sont pas tous condamnés, mais ils sont tous légalement condamnables. En général ils ne le savent pas encore. Mais ils risquent fort de l’apprendre.

puce_carreLe sociologue parisien et vaguement universitaire du Monde ne réclame pas qu’on exécute les condamnations que pourtant il déclare méritées. Il menace simplement. Il conclut ainsi :

         « Peut-être le Vatican aura-t-il intérêt à moins se mêler de politique s’il ne veut pas qu’en retour l’Etat se mêle davantage de ses affaires. »

         Ce chantage n’est pas imaginaire. Implicite, il est permanent ; de moins en moins rarement, il devient explicite. Adopter le langage des droits de l’homme (sans Dieu) et de la lutte contre toute discrimination, comme on l’a fait depuis cinquante ans, n’apaise pas le chantage mais le renforce.

         L’enjeu, c’est le maintien ou l’abandon de la doctrine catholique du Christ-Roi.

Jean Madiran (PRESENT de ce vendredi)

Alain Escada : "C'est une véritable Révolution sexuelle qui s'annonce !"

ae-portrait souriant.pngMonde&Vie : Vous mesurez votre rôle dans l'ensemble du dispositif. Il est probable que si vous n'aviez pas été là, jamais une manifestation de cete ampleur n'aurait été organisée...
 
Alain Escada : Nous n'en tirons ni orgueil, ni vanité. Ce n'est pas une plume au chapeau, pas du tout. Mais il est probable que si nous n'avions pas été un aiguillon, annonçant ce que nous ferions et que nous ferions tout pour occuper la rue, il n'y aurait pas eu de manifestation du tout. Certains se sont dit : on ne peut pas leur laisser le monopole. Nous étions partis bien à l'avance et il est vrai que nous mettions les évêques et les forces politiques devant un dilemme : ou bien ils nous laissaient le monopole de la défense publique de la famille, ou bien ils devaient s'impliquer et descendre eux aussi dans la rue. Dans les deux cas, la situation était confortable pour nous. Mais bien sûr, l'engagement général était l'issue la plus souhaitable et nous en sommes heureux. Nous éprouvons une vraie satisfaction à voir l'ampleur que prend peu à peu cette manifestation de toutes les strates de la population contre le "mariage" homosexuel. Une telle mobilisation dépasse tout ce que nous aurions pu faire nous-mêmes. Elle ne va pas sans l'atténuation de certaines vérités, mais ce fait massif reste important en lui-même.
 
Monde&Vie : Vous dites que vous aimez avoir un coup d'avance... Comment voyez-vous la suite ?
 
AE : Imaginons le pire : la loi passe malgré la mobilisation populaire. Alors nous serons disponibles pour permettre un recours juridique. Et puis nous chercherons à entretenir une forme de résistance, une opposition visible à ce que nous considérons comme une parodie de mariage. Tout cela, même validé par la République, serait contraire aux commandements de Dieu et contraire à la Loi naturelle. Il faut savoir en outre que si la loi sur le "mariage" homosexuel passe, un verrou saute. C'est ce que j'appellerais une loi domino, qui entraînerait d'autres mesures en rafales pour défigurer le concept de famille. Le lobby homosexuel a de nouveaux projets pour continuer sa marche en avant, par exemple pour étendre la loi sur la discrimination à la question du genre, qui deviendrait une vérité non critiquable publiquement. Au nom de la lutte contre l'homophobie, on exercera une répression sur quiconque dénonce un aspect contre-nature dans le "mariage" homosexuel. Dans la brochure Homosexualité et Socialisme - 17 questions à François Hollande, on voit poindre la mise en place de la discrimination positive en faveur des homosexuels, avec des quotas d'emplois par exemple. Il est question aussi de donner le droit d'asile à tout discriminé sexuel dans son pays d'origine. Il suffira de se déclarer discriminé pour être accueilli. Enfin, il y a l'idée d'une offensive homosexualiste : dès le plus jeune âge, les enfants seront invités à ne faire aucune différence entre les orientations sexuelles. Il faudra aussi recevoir une formation, dans certains métiers (...) sur la spécificité des modes de vie LGBT. On va aussi tenter d'empêcher les parents de transmettre à leurs enfants un enseignement hostile à l'homosexualité (...) C'est une véritable Révolution sexuelle qui s'annonce. Ajoutons que l'on cherchera aussi à forcer la main des autorités religieuses, qui seront considérées, par leur refus de marier des homosexuels, comme le dernier bastion de l'homophobie.
 
Monde&Vie : Vous avez d'autres mauvaises nouvelles ?
 
AE : (...) c'est vrai que les nuages s'amoncellent sur notre horizon. La question de l'euthanasie va être très vite à l'ordre du jour. Même si le Législateur renonce pudiquement au terme d'euthanasie, on en aura la réalité. Je suis Belge, vous le savez. En Belgique, on s'oriente de plus en plus vers la sélection des individus. Il est question par exemple d'euthanasier des mineurs et même des nouveau-nés. Ce qui est très préoccupant aussi, c'est le développement, parmi les ministres français, d'un antichristianisme qui s'exprime dans des déclarations heurtantes. Je pense à Christine Taubira, à Cécile Duflot, à Vincent Peillon, à Dominique Bertinotti. Je pense à Manuel Valls déclarant à la mi-décembre : "L'objectif est de déterminer quand il est approprié d'intervenir pour traiter ce qui est devenu une pathologie religieuse". (...)

17 janvier 2013

Veillée de prières devant l'Assemblée Nationale durant la soirée du 29 janvier

visuel29jan.jpg

"Par ce Signe, tu vaincras !"
 
Des foules importantes ont manifesté le 13 janvier dernier contre le projet de loi visant à dénaturer le mariage et la parenté. Il faut s'en réjouir. Mais ne nous y trompons pas : Dieu nous a enseigné que si le secours de la Grâce céleste venait à nous manquer, nous ne pourrions absolument rien par nous-mêmes. Or, c'est avant tout la prière qui nous permettra de mériter la grâce.
 
Le 29 janvier prochain s'ouvriront les débats en séance plénière à l'Assemblée Nationale à propos de ce projet de loi contre-nature. La prière est l'arme la plus puissante contre les forces du mal.
 
Le 29 janvier, venons prier avec Foi et Espérance, avec attention et ferveur Celui qui est Tout-Puissant. Implorons Dieu de nous préserver de cette loi inique, de susciter les défenseurs de la Famille, de nous guider dans nos actions.
 
Le 29 janvier, durant cette veillée de prières devant l'Assemblée Nationale, nous supporterons le froid comme une pénitence.
 
CIVITAS vous fixe rendez-vous le mardi 29 janvier, de 20h à 22h, place Edouard Herriot (7ème) devant l'Assemblée Nationale.

Du "mariage" homosexuel à la persécution des catholiques

1.054 prêtres et 13 évêques et responsables de communautés religieuses de l'Eglise en Angleterre ont co-signe une lettre ouverte dans The Daily Telegraph pour mettre en garde contre les conséquences pour les catholiques de la légalisation du « mariage » des personnes de même sexe. La liberté d’expression eet la liberté de pratiquer la foi catholique sont menacées. 

"[...] La légalisation du mariage des couples de même sexe, dût-elle être adoptée, aura de nombreuses conséquences juridiques, en restreignant sévèrement la capacité des catholiques à enseigner la vérité sur le mariage dans leurs écoles, leurs institutions caritatives ou leurs lieux de culte. Cela n’a aucun sens de soutenir que les catholiques et les autres pourront encore enseigner leur doctrine sur le mariage dans les écoles et dans d’autres lieux s’ils sont censés en même temps soutenir le point de vue contraire. [...]"

13janbanderolecatéchisme.JPG

09 janvier 2013

Manifestation du 13 janvier : la vidéo qui fait le buzz !

Déjà vue plus de 57.000 fois !!!


(c'est pour le rassemblement place Pinel, bien sûr !)

08 janvier 2013

Appel de Renaissance Catholique : tous place Pinel ce 13 janvier à 13h

Le 13 janvier, dans la rue, pour la famille et contre la dénaturation du mariage

Renaissance Catholique appelle à manifester avec l’Institut Civitas le 13 janvier, à 13 h, place Pinel, Paris 13.

logorenaissancecath.gifLa crise économique et financière actuelle n’est rien au regard de la crise de civilisation, en cours, qu’aggraverait la dénaturation du mariage voulue par une poignée d’idéologues sectaires. Tout doit être mis en œuvre pour empêcher la réalisation de cette nouvelle étape de la « culture de mort ».

Le devoir de résistance

Contre ce « totalitarisme larvé  » (EvangeliumVitæ, n.101) se lève une immense clameur qui, au-delà des appartenances politiques ou religieuses, rassemble tous ceux qui se reconnaissent dans le simple respect de la loi naturelle et du bon sens. Les propos du grand rabbin de France, Gilles Bernheim, ont ainsi frappé par leur pertinence et leur netteté. Divine surprise, les évêques de France, absents de l’opposition à la loi sur la dépénalisation de l’avortement en 1975, puis ayant très mollement soutenu le combat pour l’école libre en 1984, se sont, courageusement, lancés dans la bataille. C’est d’ailleurs le maillage des diocèses, des paroisses et des AFC qui assure la logistique des manifestations publiques et fournit les gros bataillons des organisateurs et des manifestants.

Le gouvernement ne s’y est pas trompé qui multiplie les agressions contre l’Église catholique et ses représentants qualifiés : audition du cardinal Vingt-Trois à l’Assemblée nationale transformée en séance du tribunal révolutionnaire avec Erwan Binet en Fouquier-Tinville de sous-préfecture, volonté de Cécile Duflot de réquisitionner les locaux prétendument vacants de l’archevêché de Paris, attaques verbales et écrites de Vincent Peillon contre l’Enseignement catholique…

Des difficultés

affiche13janverticale.jpgMalheureusement, le message clair et unique de la manifestation du 13 janvier, qui devrait être la demande de retrait du projet de loi dénaturant le mariage, est brouillé par des appels à dénoncer l’homophobie, la persistance à développer le concept d’homo-éducation, l’ostracisme contre les « intégristes » et les « fachos  »… Cela crée un climat désagréable dont ont souffert de nombreux manifestants les 17 novembre et 8 décembre derniers. Les organisateurs de la manifestation du 13 janvier sont certainement animés des meilleures intentions. Peut-être ont-ils lu le père Calmel (o.p.) écrivant : « Celui qui veut dans la société civile, non seulement la justice, mais toute la justice et tout de suite, celui-là n’a pas le sens politique. » Nous craignons cependant que cette volonté de s’abstraire absolument de toute référence politique ou religieuse ne consolide une nouvelle avancée de la « culture de mort », les yeux rivés sur une chimère : obtenir la neutralité voire la bienveillance des puissances médiatiques.

Avec les responsables de plusieurs associations, nous avons demandé qu’une démarche plus identitaire sous la dénomination « Catholiques pour la famille » puisse être intégrée à la manifestation. Cela ne paraissait pas une revendication incongrue ni démesurée, surtout quand les porte-parole officiels de La Manif Pour Tous peuvent être présents ès qualité de socialiste, musulman ou homosexuel.

Cette demande a été rejetée. Nous ne sommes, bien sûr, ni « intégristes » ni « fachos  ». Avec l’Église et suivant l’enseignement du Catéchisme de l’Église catholique (§ 2357 et 2358), nous ne confondons pas « les actes d’homosexualité intrinsèquement désordonnés » et les personnes homosexuelles qui doivent être accueillies avec « respect, compassion et délicatesse ». Nous prenons acte de ce que ce discours est insupportable pour les organisateurs de La Manif Pour Tous, partisans effrénés de la lutte, piégée, contre l’homophobie.

Tous présents

Renaissance Catholique appelle donc tous ses adhérents et sympathisants à s’associer à la manifestation initiée par l’Institut Civitas le dimanche 13 janvier, à 13 heures, à partir de la place Pinel, Paris 13 (M° Nationale).

Ainsi les participants ne seront-ils astreints ni au dress code ni aux chars de la techno-parade et n’auront-ils pas à applaudir des kiss-in homosexuels. Ainsi, aussi, la principale porte-parole de La Manif Pour Tous pourra-t-elle expliquer sans peine qu’elle n’a rien à voir avec ces manifestants, effectivement exclus de la « Manif pas tout-à-fait pour tous », et son plan médiatique en sortira-t-il renforcé. Seule victime identifiée : l’unité de l’opposition et en particulier l’unité catholique. Ce sera pour la prochaine bataille…

07 janvier 2013

Avec le Dr Dor et SOS Tout-Petits, le 13 janvier place Pinel à 13h

affiche13janhorizontale.pngAvant la  Pentecôte, les apôtres qui étaient terrorisés par les pouvoirs juif et romain qui avaient mis à mort Notre-Seigneur Jésus-Christ s’étaient réfugiés au cénacle autour de la Très Sainte Vierge Marie.

Après avoir reçu le Saint-Esprit, les voila qui descendent dans la rue, non pas pour rétablir «  le royaume d’Israël » comme ils l’espéraient encore peu de temps auparavant, mais pour annoncer « la Bonne Nouvelle » et proclamer publiquement leur foi.

A leur exemple, le Dr Dor avec ses amis de l’association SOS Tout-Petits, descendent dans la rue :

Tous les mois, devant un avortoir ou un endroit public fréquenté, pour prier Notre-Dame avec son rosaire. Celle-ci est invoquée tout spécialement sous le vocable de Notre-Dame de Guadalupe, dont l’image miraculeuse est la seule qui La représente enceinte, pour que soient abolies les lois qui autorisent, et donc favorisent, l’avortement.

Toutes les semaines, pour distribuer des tracts devant les établissements scolaires et les facultés. Cette action qui se place plus spécialement sous le patronage de Notre-Dame de L’Immaculée Conception, veut rappeler aux jeunes, auxquels de nombreuses médailles miraculeuses sont distribuées, l’importance de la vertu de pureté. « Rien avant le mariage » répète souvent le Dr Dor.

Le 13 janvier, les amis de SOS Tout Petits seront dans la rue pour dire leur opposition au projet de loi sur « le mariage pour tous ». Mais ils ne s’associeront pas au rassemblement prévu place d’Italie. En effet, comme bien d’autres catholiques soucieux s’élever contre la destruction du mariage et de la famille, ils regrettent que ce rassemblement brouille le message initial de refus du projet de loi par d’autres préoccupations qui ne les concernent pas. Ils regrettent surtout que ce groupe de manifestants, en se disant « aconfessionnel », rejette toute expression publique de la foi catholique alors que se sont en majorité des catholiques qui veulent exprimer leur désaccord à cause de leur foi.

Avec bien d’autres associations nous nous retrouverons donc, le 13 janvier à 13 heures, place Pinel, pour une marche voulue par des catholiques mais réellement ouverte à tous : « Banderoles, bannières, drapeaux et pancartes y seront les bienvenus (pour autant que les textes se rapportent directement à l’objet de la manifestation et respectent la législation française). Chacun y viendra coiffé et habillé comme il le veut. Les catholiques n’y auront pas honte de leur foi, sans que cela soit signe d’exclusion pour les autres ».

SOS Tout-Petits

05 janvier 2013

13 janvier - Riaumont sera place Pinel pour manifester au nom des Commandements de Dieu

non au mariage homosexuel,non à l'adoption d'enfants par des duos homosexuels,manifestation 13 janvier,place pinel,riaumont,civitas,catholiques pour la familleComme il était indiqué dans toutes nos prédications dominicales sur la sainteté du mariage, préparatrices à la grande manifestation du 13 janvier, les participants de Riaumont ne manifesteront pas au nom des droits de l'homme mais au nom de leur Foi catholique et des Commandements de Dieu.

Ils n'entendent pas défendre le code civil mais bien le catéchisme de l'Eglise catholique.

Ils défileront
dans Paris avec des portraits à l'effigie du Saint Père et derrière une bannière mentionnant : "Tu honoreras ton Père et ta Mère". 

Le règlement de la "manifestation pour tous" ne leur permettant pas d'effectuer sereinement leur démarche comme elle était prévue, ils sont heureux de se joindre au cortège de CIVITAS.

Rendez-vous est donc donné  à 13h place Pinel (métro Nationale) dans le XIIIème arrondissement.

Père Alain HOCQUEMILLER, prieur

13 janvier : les Scouts Godefroy de Bouillon seront place Pinel à 13h

scoutisme.gifLes Scouts Godefroy de Bouillon appellent tous les scouts, quel que soit leur mouvement, au rassemblement du 13 Janvier contre le "mariage" homo et l'adoption par des duos homos ainsi que la procréation médicale assistée.

RDV avec nos frères de toutes associations scouts en tenue ou en civil, peu importe, mais RDV le 13 Janvier à 13h place Pinel (Métro Nationale)
Il faut que Hollande recule ou se tire.

Neuvaine précédant la manifestation nationale du 13 janvier

priere.jpgConscients que la bataille contre la dénaturation du mariage et de la parenté nécessite le recours aux grâces surnaturelles, CIVITAS recommande aux catholiques de France une neuvaine de prières avec une intention particulière pour le succès de la manifestation nationale du 13 janvier des "catholiques pour la Famille", des patriotes sincères et de tous les Français de bon sens. Nous proposons la Prière pour la Famille rédigée par le Pape Pie XII.
 
Seigneur, Dieu de bonté et de miséricorde, qui, dans le monde du mal et du péché, avez offert la Sainte-Famille de Nazareth à la société des âmes rachetées, comme un très pur exemple de piété, de justice et d'amour, voyez combien la Famille est aujourd'hui attaquée de toutes parts, et combien tout conspire à la profaner, en lui arrachant la foi, la religion et les bonnes mœurs. Secourez, Seigneur, l'œuvre de vos mains.
Protégez dans nos foyers les vertus domestiques, elles sont l'unique garantie de concorde et de paix. Venez et suscitez les défenseurs de la famille.
Suscitez les apôtres des temps nouveaux qui, en votre nom, grâce au message de Jésus-Christ et à la sainteté de leur vie, rappellent les époux à la fidélité, les parents à l'exercice de l'autorité, les enfants à l'obéissance, les jeunes filles à la modestie, les esprits et les cœurs de tous à l'estime et à l'amour de la maison bénie par vous.
Que la famille chrétienne restaurée, en Jésus-Christ, suivant les exemples du divin Modèle de Nazareth, retrouve son visage ; que tout nid familial redevienne un sanctuaire : que dans tout foyer se rallume la flamme de la foi qui aide à supporter les adversités avec patience et la prospérité avec modération, en même temps qu'elle dispose toutes choses dans l'ordre et dans la paix.
Sous votre regard paternel, ô Seigneur, sous la garde de votre Providence et sous l'heureux patronage de Jésus, Marie et de Joseph, la famille sera un asile de vertus, une école de sagesse, elle sera un repos dans les rudes fatigues de la vie, un témoignage des promesses du Christ.
A la face du monde, elle vous rendra gloire, à vous, Père, et à votre Fils Jésus, jusqu'au jour où, avec tous ses membres, elle chantera vos louanges dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

04 janvier 2013

13 janvier : les Descendants des Zouaves Pontificaux seront place Pinel à 13h

affiche13janhorizontale2.pngCommuniqué du président de l' Association des Descendants des Zouaves Pontificaux :

L' Association des Descendants des Zouaves Pontificaux appelle ses membres  de sang  ou de coeur à manifester le 13 Janvier aux côtés de Civitas contre ce projet de loi ignominieux de mariage homosexuel, en affichant clairement leur opposition farouche en tant que Catholiques ainsi que le leur demande le Saint Père, le Pape Benoît XVI .
 
Colonel du Réau