Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 octobre 2013

Le 20 octobre, vous serez tous à la Marche contre l'antichristianisme et la politique anti-familiale

marche20oct-2013.jpg

Avec le soutien de l’Observatoire de la christianophobie, Nouvelles de France, l’Association Catholique des Médecins et Infirmières, Riposte Catholique, Renaissance Catholique, Laissez-les-vivre, Itinerarium…
 
Rejoignez notre page événement Facebook !

05 octobre 2013

Marchons ensemble le 20 octobre !

 

A l'occasion de la conférence de presse qu'il a donnée le samedi 5 octobre à Paris, Alain Escada appelle tous les résistants à la loi Taubira, aux nouvelles lois anti-familiales et anti-chrétiennes, à venir manifester le 20 octobre à 14h30, depuis la brasserie Prunier, avenue Victor Hugo à Paris, propriété de Pierre Bergé, si souvent financier de toutes les mauvaises causes.

A l'occasion de cette marche militante, venez dire stop à l'antichristianisme qui déferle en ce moment en France et venez témoigner que vis à vis de la politique antifamiliale nous persévérons dans la résistance.

20 octobre : Tous à la Marche contre l'antichristianisme et la politique antifamiliale

Dimanche 20 octobre 2013

Marche

Contre l’antichristianisme

Et contre la politique antifamiliale

-

14h30 à Paris

Devant la brasserie Prunier, 16 Av Victor Hugo, Paris  16ieme

(metro : Victor Hugo ou Etoile)

-

Volonté de supprimer les fêtes chrétiennes – recrudescence des profanations et provocations antichrétiennes – dénaturation du mariage - PMA – GPA – théorie du genre,…

Ça suffit !

Pourquoi une Marche contre l'antichristianisme et la politique antifamiliale le 20 octobre prochain ?

 

francechrétienne.jpeg

 

Pourquoi ?

A peine nommée à l’Observatoire de la laïcité par le Premier ministre, Mme Dounia Bouzar revendique le remplacement de deux fêtes chrétiennes par Yom Kippour et l’Aïd parmi les jours fériés reconnus par l’Etat. Pierre Bergé, le financier de toutes les mauvaises causes, surenchérit à la radio en proposant la suppression intégrale de toutes les fêtes chrétiennes en France. Le ministre Vincent Peillon a écrit vouloir « éradiquer » le christianisme et y substituer la laïcité comme nouvelle religion universelle ! A la suite d’une action illégale menée par des supermarchés, le gouvernement réfléchit au travail dominical pour tous… A Nancy, un spectacle de rue a servi de prétexte à des démonstrations d’antichristianisme et d’exhibitionnisme par des « acteurs » installés derrière les vitrines de commerçants. Les profanations d’églises, de chapelles et de cimetières chrétiens sont en pleine recrudescence. Des violences antichrétiennes sont commises en toute impunité dans des lieux de culte par des mouvements extrémistes comme les Femen, Act-Up, etc.

Cela suffit !

En parallèle de ce développement intolérable de l’antichristianisme dans notre pays, les mesures antifamiliales se multiplient. Après la dénaturation du mariage et de la parenté, c’est la théorie du genre qui déferle. 500 écoles servent déjà de lieux « d’expérimentation » depuis le début de cette rentrée scolaire ! La procréation médicamentalement assistée et la gestation pour autrui sont sur la liste d’attente d’une politique antifamiliale…

Cela suffit !

01 octobre 2013

Réservez déjà le dimanche 20 octobre ! - Les infos vont suivre !

Dimanche 20 octobre 2013

Marche

Contre l’antichristianisme

Et la politique antifamiliale

-

14h30 à Paris

Antichristianisme à Nancy

nonàchristianophobie.jpegLe site Médias-Presse.Info informe ses lecteurs au sujet d'une "Nouvelle provocation antichrétienne sous couvert « artistique ». Les faits se déroulent à Nancy."

"Un « artiste » exhibitionniste se dénude dans la vitrine de la boutique Soon au 25, rue du Pont-Mouja. Il s’agit ici d’un magasin de vêtements, La Police Nationale fait se rhabiller le zouave. Quelques maisons plus loin, c’est un « acteur » prétendant représenter le Christ qui s’affiche en vitrine de façon vulgaire, aguichant les passantes et exhibant d’un seul coup un sexe en latex. Ailleurs, c’est une femme travestie en religieuse qui extrait de sous sa jupe un crucifix qu’elle glisse lubriquement entre sa poitrine. (....)"

Pour lire la suite de l'article, c'est ici.

Catholiques de Nancy, veilleurs, sentinelles, Civitas et autres résistants de tous horizons, voilà des lieux où monter la garde les prochains jours !

Il est temps de dire STOP à la vague de provocations antichrétiennes qui déferle en ce moment en France.

29 septembre 2013

Pierre Bergé, l'inverti cosmopolite, s'en prend à nouveau au christianisme

Un excellent article sur MEDIAS PRESSE INFO !

Il y a des êtres vils qui n’inspirent que mépris, Pierre Bergé est de ceux-là. Sa dernière sortie lors de l’émission « On refait le monde » diffusée par RTL laisse pantois tant elle est d’une provocation extrême : « Je suis pour la suppression intégrale de toutes les fêtes chrétiennes en France » ! Le richissime inverti, chantre de la laïcité, ajoute au passage qu’il faut prendre en compte les nombreux musulmans installés en France. (...)

Un très bon article à lire ici et à diffuser largement

(ci-dessous, Pierre Bergé en tête d'une manifestation du mouvement extrémiste Act Up)

pierreberge-actup.jpg

28 septembre 2013

Focus sur Dounia Bouzar, nouvelle ambassadrice de l'allahicité

Intéressante analyse trouvée sur le nouveau site "politiquement incorrect" Médias-Presse-Info :
 

nonàchristianophobie.jpegL’Observatoire de la laïcité est une instance rattachée au premier ministre et officiellement installée au Palais de l’Elysée le 8 mai 2013. C’est donc Jean-Marc Ayrault, en sa qualité de premier ministre, qui a nommé Dounia Bouzar membre de cet observatoire. A peine installée dans ses nouvelles fonctions, celle-ci a cru bon d’avancer une revendication qui ne manquera pas de provoquer de nouvelles tensions : supprimer deux fêtes chrétiennes parmi les jours fériés reconnus par l’Etat et les remplacer par une fête juive et un fête musulmane, en l’occurrence Yom Kippour et l’Aïd.

Il n’est donc pas inutile de s’intéresser au parcours de Dounia Bouzar.

Née à Grenoble en 1954, elle s’appelle en vérité Dominique Amina Bouzar. Ses origines sont à la fois marocaines, algériennes, italiennes et corses. C’est à l’âge de 27 ans, qu’elle se convertit officiellement à l’Islam. Elle publie un premier livre en 2001, intitulé « L’islam des banlieues – Les prédicateurs musulmans, nouveaux travailleurs sociaux ». De 2003 à 2005, Dounia Bouzar siège au Conseil français du culte musulman. En 2005, elle devient auditrice auprès de l’Institut des hautes études de défense nationale. Elle est également chercheuse associée au Cabinet d’études Cultes et cultures consulting qu’elle fonde en 2008 et qu’elle gère avec sa fille Lylia. Parmi les livres qu’elle continue à publier, on trouve « A la fois Française et musulmane », « Être musulman aujourd’hui », ou encore « Allah a-t-il sa place dans l’entreprise ? » co-écrit avec sa fille Lylia.

Dounia Bouzar ne fait donc pas mystère d’être de confession musulmane et on pourrait se demander ce qu’elle vient faire à l’Observatoire de la laïcité.

Mais il faut savoir que Dounia Bouzar est aussi engagée dans l’Observatoire des Futures, qui se définit comme une « association qui réunit des intellectuels, chercheurs, chefs d’entreprise, artistes, avocats, hommes et femmes ayant envie de réfléchir à la mutation du genre féminin et de ses effets sur le genre masculin ». Voilà qui a un parfum très « théorie du genre » ! Et plus significatif encore, on trouve parmi cet Observatoire des Futures des femmes engagées comme la socialiste Anne Hidalgo mais aussi Caroline Fourest, Catherine Millet et Bettina Rheims, toutes trois connues pour leur aversion du christianisme et leur attrait pour le sordide.

Nul doute que cette proximité de Dounia Bouzar avec ce petit monde explique en partie sa désignation à l’Observatoire de la laïcité. Et au final, c’est toujours la déchristianisation de la France qui est recherchée.

27 septembre 2013

Il faut riposter aux propos de Pierre Bergé !

 

francechrétienne2.jpg

 

Il faut riposter aux propos antichrétiens de Pierre Bergé !

« Je suis pour la suppression intégrale de toutes les fêtes chrétiennes en France », déclarait hier soir Pierre Bergé sur les antennes de RTL France, dans l’émission « On refait le monde ». Des propos inadmissibles qui surviennent quelques jours après la provocation de Dounia Bouzar qui, à peine nommée à l’Observatoire de la laïcité par le Premier ministre, revendiquait la suppression de deux fêtes chrétiennes parmi les jours fériés reconnus par l’Etat et leur remplacement par Yom Kippour et l’Aïd. Ajoutez à cela les propos récurrents du ministre Vincent Peillon voulant « éradiquer » le christianisme en France et vous avez quelques indices d’une volonté manifeste de mener une nouvelle offensive antichrétienne avec le concours des plus hautes autorités de l’Etat et des puissances d’argent.

La réaction des catholiques de France – ainsi que de toutes celles et ceux qui, ayant perdu la pratique de la Foi, n’en reconnaissent pas moins les bienfaits de la civilisation chrétienne – doit être sans appel et immédiate. Il faut stopper net cette surenchère destinée à accentuer la déchristianisation de la France.

Que le changement de saison soit l’occasion de faire souffler un vent d’automne catholique ! Assez de mollesse, assez de tiédeur, assez de « politiquement correct », assez d’enfouissement de notre Foi au nom de stratégies consensuelles qui n’ont jamais apporté aucune victoire !

Pierre Bergé a mis sa fortune, depuis des décennies, au service du vice, de l’anti-France et de l’antichristianisme. Ripostons en ciblant ses intérêts financiers.

Cet appel s’adresse à toutes les forces de résistance qui ont émergé au cours des douze derniers mois et à cette génération qui a su faire preuve d’inventivité et de courage pour faire face aux destructeurs de la Famille. Que nos veilles et nos rondes de sentinelles se placent prochainement devant ces lieux chers à Pierre Bergé :

-          la société de vente aux enchères Pierre Bergé & Associés ;

-          la brasserie parisienne de luxe Prunier spécialisée dans le caviar et dont Pierre Bergé est PDG ;

-          la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent.

Que nos voix se fassent entendre également devant ces médias dans lesquels Pierre Bergé a des capitaux - le journal Le Monde, le journal Libération, le magazine La Vie – ainsi que devant le siège de la radio RTL France qui se plaît à laisser ce personnage viscéralement antichrétien déverser sa bile sur ses ondes.

Qu’à ces occasions, notre attachement à la Foi catholique soit fièrement affirmé. Christus vincit. Christus regnat. Christus imperat.

Que ceux qui ne peuvent se déplacer devant ces lieux n’en prennent pas moins la peine de saisir leur téléphone, leur stylo ou leur clavier d’ordinateur pour adresser par toutes les voies envisageables des messages polis mais déterminés signifiant notre colère et notre mobilisation farouche.

Il ne s’agit en aucune façon d’un appel à la violence. Mais il convient de rappeler cette vertu de force dont les catholiques doivent faire preuve lorsque les situations l’exigent.

En avant ! L’automne catholique est de retour !

Alain Escada, président de CIVITAS

 

24 septembre 2013

Non, nos fêtes chrétiennes ne sont pas à brader !

observatoire de la laïcité,dounia bouzar,fêtes chrétiennes,civitas,alain escada,onlr,résistance catholique 
Jean-Marc Ayrault, premier ministre, a nommé dimanche Dounia Bouzar à l'Observatoire de la laïcité, bidule qui s'annonce clairement antichrétien. Immédiatement, cette dame en profite pour amorcer une nouvelle offensive contre le Christianisme en France et réclame que deux fêtes chrétiennes soient retirées des jours fériés et remplacées par Yom Kippour et l’Aïd. 
Alors, disons-le tout de go à Madame Dounia Bouzar : Gardez vos habitudes de troc pour vous ! Nos fêtes chrétiennes ne sont pas à brader !
 
Dounia Bouzar prétend que les personnes de confession juive ou musulmane seraient "mal à l'aise" lorsqu'elles demandent un jour de congé pour leurs fêtes religieuses. Il suffit pourtant de discuter avec les employeurs français pour savoir que leur personnel de confession juive ou musulmane est pour le moins décomplexé à ce sujet ! Faut-il rappeler les nombreuses adaptations des menus des cantines pour proposer, voire imposer parfois le halal ? Faut-il rappeler qu'il est aujourd'hui en France bien plus facile et bien mieux toléré de prier sur son lieu de travail lorsqu'on est musulman que lorsqu'on est catholique ? Faut-il rappeler les aménagements réalisés par certaines grosses entreprises pour permettre à leurs ouvriers musulmans de disposer d'un lieu de prière sur leur lieu de travail ?
 
A défaut de parvenir à voiler les Françaises, certains voudraient voiler la face de l'opinion publique en travestissant la réalité. Une nouvelle fois, la laïcité et l'allahicité font bon ménage.
 
CIVITAS invite les Français catholiques mais aussi toutes celles et ceux qui, ayant perdu la pratique de la Foi, n'en conservent pas moins la reconnaissance des bienfaits de la civilisation chrétienne, à refuser catégoriquement les propositions de Madame Dounia Bouzar visant à accentuer la déchristianisation de la France.
 
Alain Escada,
président de CIVITAS
 
ps : Un site propose actuellement de donner son avis à ce sujet. N'hésitez pas à mettre les choses au point !
 

17 septembre 2013

Les FEMENS adressent des menaces violentes et officielles au Dr Xavier Dor

FEMEN, femen, Dr Dor, avortement, génocide, procès, Xavier Dor, SOS tout Petits,

Sur leur page Facebook, les FEMEN menacent violemment et délibérément le Docteur Dor pour son combat contre le massacre des enfants-à-naître par avortement.

Rappelons que le Dr Dor a été condamné hier a une amende de 10.000€ pour avoir simplement distribué des chaussons d'enfants devant un établissement hospitalier qui pratique l'avortement.

Il n'en faut pas plus déchaîner la violence  et la haine des FEMENS.

On pouvait ainsi lire ce soir sur leur profil facebook le message suivant:

"FEMEN adresse des menaces officielles à l'odieux promoteur anti-avortement Xavier Dor:

Cher Xavier,
La justice française vient de vous condamner à payer une amende de 10 000€ pour "délit d'entrave à l'Interruption Volontaire de Grossesse", mais cela n'a pas eu l'air de vous dissuader pour autant. Accompagné par d'autres membres de la secte catholique, vous prévoyez de continuer vos actions violentes devant les hôpitaux français afin d'essayer de dissuader les femmes qui le souhaitent de faire usage de leur droit à avorter.
Vos prières de rue montrent à quel point les institutions religieuses tentent encore d'imposer aux femmes de suivre des règles "sacrées".
C'est pour cela qu'aujourd'hui FEMEN vous avertit, vous et votre association "SOS Tout Petits".
La première punition aura été de payer une amende, sachez que si vous allez plus loin, c'est FEMEN vous punira aussi à sa manière.
Priez Xaviez, Priez! Nous sommes à vos trousses!
Vos chères FEMEN."

Pour conclure nous pourrions rappeler à "nos chères FEMENs" que l'avortement tue 220 000 enfants français par an, ce qui revient à dire qu'en France il y a 1 avortement pour 3 naissances (d'après les statistiques de l'état civil).

Dans toute leur hystérie, leur haine et leur violence "nos chères FEMENs" illustrent encore ce qu'exprimait le président américain R. Reagan : "Tout ceux qui sont pour l'avortement sont déjà nés"!

Face à l'injustice, la haine, l'hystérie et la violence, soutenons le Docteur Dor dans le courageux combat pour la Vie et contre la "culture de mort"!

 

FEMEN, femen, Dr Dor, avortement, génocide, procès, Xavier Dor, SOS tout Petits,

06 septembre 2013

Hystériques LGBT vs Veilleurs

Vidéo significative. Racailles d'extrême gauche et hystériques LGBT associées dans l'éructation barbare. Vociférations satanistes, blasphèmes et autres aboiements sordides de milieux incapables de la moindre réflexion. Police politique ne cherchant pas à empêcher des agressions. Et démonstration qu'un service d'ordre se révèle bien utile dans certaines circonstances !

 


Les veilleurs à Couëron face à la haine LGBT... par MrPierreLegrand

Allemagne - Quatre enfants viennent d'être saisis à leurs parents qui refusaient l'éducation sexuelle de l'école publique

famillec'estsacré.jpegDarmstadt (Allemagne) –  Quatre enfants d'une famille chrétienne vivant près de Darmstadt ont été retirés de force à leurs parents par la police et leur garde a été confiée à l'État. Les parents, Dirk et Petra Wunderlich refusaient d'envoyer leurs quatre enfants, âgés de huit à quatorze ans, à l'école publique - considérant notamment qu'ils ne pouvaient admettre que leurs enfants soient forcés de suivre des cours d'éducation sexuelle dont ils contestent le contenu - et avaient choisi de pratiquer l'enseignement à domicile. Le 29 août, un huissier de justice, accompagné de représentants du service de protection de la jeunesse et d'un procureur, ainsi que de policiers, ont fait irruption dans la maison de la famille et ont séparé les enfants de leurs parents.  Les enfants, tous mineurs, ont été placés dans un établissement de la protection de la jeunesse. Le représentant de la Justice a déclaré que cette saisie d'enfants avait été décidée au nom de la loi relative à l'enseignement obligatoire qui n'inclut pas seulement l'éducation, mais aussi l'interaction sociale et l'ouverture à différentes opinions. La décision judiciaire de placement des enfants dans un établissement pour mineurs a été prise par le tribunal régional de Francfort. 

C'est à l'automne 2012 qu'une procédure en justice avait été entamée contre les parents afin de leur retirer partiellement la garde de leurs enfants. MaisDirk et Petra Wunderlich avaient toujours continué à refuser l'injonction d'envoyer leurs enfants à l'école publique.  Impossible de savoir aujourd'hui si les parents pourront récupérer leurs enfants. Les parents seraient en négociation avec les autorités. 

Leur avocat rappelle que le bien-être de l'enfant n'était pas mis en danger

L'avocat Andreas Vogt, qui représente les parents, estime la procédure totalement disproportionnée. Le bien-être de l'enfant, qui justifierait une telle mesure, n'a jamais été mis en danger. Le simple fait que «les enfants ne s'assoient pas dans un bâtiment de l'école publique" ne constitue pas une menace pour leur bien-être.  Il souligne également qu'il est faux de prétendre que les parents refusaient le dialogue avec les services sociaux. Au contraire, a expliqué leur avocat, ce sont les services de la jeunesse qui n'ont pas répondu aux courriers des parents.  Le fond de l'affaire pose question en Allemagne. Dans de nombreux autres pays européens, comme la France, ainsi qu'aux Etats-Unis, il est permis sous certaines conditions (de plus en plus restrictives, il faut le souligner) aux parents d'enseigner à domicile à leurs enfants.

Pas un cas isolé 

En Hesse, ainsi que dans d'autres états de la fédération allemande, le sort de la famille Wunderlich n'est pas un cas isolé. Le 22 mai dernier, le tribunal de district de Fritzlar (Hesse du nord) a condamné Christian Thomas (51 ans) et Marit Mousse (47 ans)  à une amende de 700 euros, parce qu'ils enseignent à leurs enfants à la maison.  Le ministère public a même requis une peine de six mois d'emprisonnement sous prétexte de récidive car cela fait déjà deux fois que ces parents sont condamnés à des amendes.

La bataille pour le droit de faire l'école à la maison se poursuit en Allemagne. Une association lancée à Dreieich (près de Francfort) et présidée par un avocat, Maître Armin Eckermann, a décrit l'action des autorités de Darmstadt comme un «enlèvement commis par l'Etat". Aucun danger pour le bien-être de l'enfant n'existait. Le choix de faire l'école à la maison respecte le principe de scolarité obligatoire imposé par l'Etat. Par ailleurs, cet avocat insiste sur le principe de proportionnalité des moyens qui n'a pas été pris en considération en retirant ainsi des enfants à leurs parents.

Une famille de Baden-Wurttemberg a demandé l'asile aux Etats-Unis

Maître Eckermann a rappelé le cas d'une autre famille chrétienne de Baden-Württemberg.  Uwe et Hannelore Romeike et leurs cinq enfants ont quitté leur maison des environs de Stuttgart en 2008 pour s'établir à Morristown (Tennessee, Etats-Unis). Les autorités allemandes ne toléraient pas que les enfants reçoivent leur enseignement scolaire à domicile. Les parents ont été condamnés à de lourdes amendes. Aussi, de peur de perdre la garde de leurs enfants,  les Romeike ont fui vers les Etats-Unis et y ont demandé l'asile. Aux États-Unis, environ deux millions d'enfants sont scolarisés à domicile. En Allemagne, selon de vagues estimations, de 500 à 1000 enfants seraient scolarisés à la maison.  La Cour fédérale allemande a statué en 2007 que les parents qui retirent leurs enfants de l'école publique pour des raisons religieuses pouvaient au moins partiellement se voir retirer la garde de leurs enfants !

31 août 2013

Un "artiste" russe homosexualiste et antireligieux vient chercher refuge en France

nonaumariagehomo.jpgUn "artiste" contemporain fait actuellement scandale en Russie. Il exposait dans une galerie d'art privée de Saint-Pétersbourg jusqu'à ce que la police vienne saisir des toiles et fermer l'exposition suite aux plaintes de visiteurs. L'un des tableaux était intitulé "Travesty" et représentait le Président Vladimir Poutine vêtu d'une nuisette de femme et occupé à coiffer les cheveux du Premier ministre Dimitri Medvedev portant lui-aussi des sous-vêtements féminins. Une autre peinture représentait le patriarche de l'Eglise orthodoxe de Russie dénudé, le torse couvert de tatouages. Deux autres peintures insultaient des élus ayant voté la loi sanctionnant la propagande homosexuelle auprès des mineurs.
 
Apprenant la nouvelle de la saisie de ses toiles et de la fermeture de son exposition, le soi-disant "artiste" en question, Konstantin Altounine, agissant dans la droite ligne des Pussy Riot et des Femen en faisant la promotion de l'homosexualité et de l'antireligion, a bien entendu sauté dans un avion pour venir trouver refuge... en France.

30 août 2013

Activistes FEMEN embarquées par la police à Bruxelles

Hier matin, des militantes du mouvement extrémiste FEMEN connu pour ses actions violentes et antireligieuses ont mené une courte opération devant l'ambassade d'Ukraine à Bruxelles. Trois furies FEMEN se sont notamment perchées sur l'escalier de secours le long de la façade de l'ambassade et ont déployé une banderole. Elles ont rapidement été délogées et emmenées par la police bruxelloise.
 
Cette action des FEMEN fait suite à la fermeture du siège des FEMEN à Kiev à la suite d'une descente de police qui y a découvert des armes.

femen-bxl.jpg

28 août 2013

Armes découvertes au siège des Femen à Kiev

Femen-Barbie-antiChrist.jpgLe mouvement extrémiste Femen, connu pour ses actions violentes à caractère antireligieux, a annoncé ce matin qu'il fermait son bureau à Kiev au lendemain d'une descente de police qui y avait découvert des armes. "Nous n'arrêtons pas notre activité en Ukraine, mais nous allons quitter notre bureau", a déclaré la dirigeante du mouvement Anna Goutsol.

Cette annonce a été faite après l'intervention hier des forces de l'ordre dans le siège ukrainien de Femen au cours duquel ont été saisis un pistolet et une grenade. La police a ouvert une enquête pour possession illégale d'armes, un chef d'accusation passible de cinq ans de prison, a indiqué aujourd'hui le porte-parole de la police de Kiev Igor Mikhalko. Aucune des militantes n'a pour l'instant été inculpée, a-t-il ajouté.

Les Femen ukrainiennes sont depuis plusieurs semaines dans le collimateur des forces de l'ordre en Ukraine. Trois militantes de Femen qui s'apprêtaient à manifester contre la visite en Ukraine du président russe Vladimir Poutine fin juillet avaient été interpellées à Kiev.

23 août 2013

Autriche : art contemporain blasphématoire dans ce qui était jusqu'il y a peu une église de Dominicains

Deborah-Sengl-blasphemische-Kunst-in-Kirche.jpgNouvelle démonstration d'art contemporain blasphématoire ! C'est en Autriche que doit se tenir du 23 août au 29 septembre une exposition d'oeuvres prétendument artistiques de Deborah Sengl dont l'affiche montre une poule mise en croix, couverte d'une couronne d'épines. En lieu et place de l'inscription I.N.R.I. peut on lire les initiales K.F.C. devant rappeler la chaîne de restaurant Kentucky Fried Chicken.
Ce détournement grotesque et sacrilège de la crucifixion de Notre Seigneur Jésus-Christ ne manque pas de provoquer le mécontentement de catholiques autrichiens. D'autant que cette exposition se tient dans une ancienne église dans laquelle les Dominicains célébraient la Messe depuis le XIIIème siècle. Hélas, comme tant d'autres lieux de culte revendus, elle est devenue une salle d'exposition après avoir été achetée par la ville de Vienne.
Le fait qu'une telle exposition se tienne dans une église ne laisse aucun doute sur la démarche provocatrice et antichrétienne de l'"artiste" qui, malheureusement, comme en France, peut compter sur la complicité d'autorités politiques locales.

22 août 2013

Dispute chez les FEMEN autour de leur financement occulte

femen-vatican.jpgAmina Sboui, souvent présentée comme "première – et unique - Femen Tunisienne" - quitte le mouvement Femen. "Je ne veux pas que mon nom soit associé à une organisation islamophobe. Je n'ai pas apprécié l'action où les filles criaient « Amina Akbar, Femen Akbar" devant l'ambassade de Tunisie en France, ou quand elles ont brûlé le drapeau du Tawhid devant la mosquée de Paris. Cela a touché beaucoup de musulmans et beaucoup de mes proches. Il faut respecter la religion de chacun". Au Figaro, elle s'explique: "Quand je parlais à Inna (Shevchenko) sur Skype, je lui disais: “C'est pas toi, en France, qui regarde deux minutes du journal télévisé qui va me dire quoi faire dans mon pays”. S'il y en a une qui doit avoir la rage de l'islam, c'est moi, parce que je connais cette religion. Mais je ne veux plus blesser ceux pour qui c'est une conviction forte." Réaction quasi immédiate des Femen par l'intermédiaire d'un tweet furibard d'Inna Shevchenko, qui parle de trahison. Dans la foulée, Femen France a diffusé une photo de trois militantes posant seins nus en pleine rue, la Bible, la Torah et le Coran cachant leurs sexes. Les trois livres qualifiés de "même merde". "Femen n'est ni islamophobe, ni christianophobe, ni judéophobe. Femen est religiophobe parce que toutes les religions rabaissent les femmes."

Mais Amina aborde une autre raison pour expliquer son choix de quitter Femen : le financement occulte de l'organisation extrémiste. “Je ne connais pas les sources de financement du mouvement. Je l’ai demandé à plusieurs reprises à Inna (Shevchenko) mais je n’ai pas eu de réponses claires. Je ne veux pas être dans un mouvement où il y a de l’argent douteux. Et si c’était Israël qui finançait ? Je veux savoir", explique la jeune militante.

Un sujet délicat sur lequel insistent Les Inrocks.fr. Selon eux, "ce n’est pas la première fois que le financement de l’organisation est critiqué pour son opacité. (…) Les Femen compteraient sur les dons, la vente de produits dérivés mais aussi sur des mécènes pour faire vivre leur mouvement. L’identité de ces derniers n’ayant jamais été révélée, plusieurs sites d’extrême droite (dont celui de l’Institut Civitas) ont assuré par le passé que les Femen recevaient de l’argent de George Soros, milliardaire et philanthrope américain d’origine hongroise." La page Facebook des Femen nie, bien sûr, et appelle au passage à un soutien financier pour "continuer à défendre l’idéologie Femen".

Amina Sboui, 19 ans, devrait encore être jugée pour "profanation de sépulture", un délit passible de 2 ans d'emprisonnement. La justice tunisienne l'accuse d'avoir tagué le mot "Femen" sur le mur du cimetière de Kairouan le 19 mai dernier.

19 août 2013

L'Union Européenne ne veut pas du Christ sur l'une de ses monnaies...

christ-roi.jpgLu sur l'Observatoire de la christianophobie :

"La Principauté d’Andorre prépare de nouvelles frappes monétaires pour les pièces de 10, 20 et 50 centimes d’euros, qui seront diffusées à partir du 1er janvier 2014. Sur la face de ces pièces laissée à l’initiative des pays qui ont adopté l’euro, le ministère des Finances de la principauté avait choisi une double illustration : à droite, le campanile de l’église Santa Coloma (sainte Colombe), ajouté à cette église préromane au XIIe siècle ; à gauche, le visage du Christ “Pantocrator” tiré de la fresque qui orne l’église Sant Marti (saint Martin) de la Cortinada, qui date de la fin du XIIe siècle. L’Union Européenne a refusé que l’image du Christ figure sur une pièce de monnaie circulant sur son “territoire” et elle a suggéré au ministère des Finances andorran « de reconsidérer le projet pour ne pas rompre le principe de neutralité en matière de croyance religieuse » ! Le ministère des Finances a obtempéré à l’oukase européen : le visage du Christ ne figurera pas sur les pièces, seul le campanile est sauvé au titre du patrimoine architectural européen… [...]"

17 août 2013

7.500 églises et abbayes menacées de destruction en France