Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 mars 2013

Oui, la pilule contraceptive tue !

contraception,pilule contraceptive,femmes,santé,acim,printemps français,civitasCommuniqué de l’Association Catholique des Infirmières et Médecins :

"L’information donnée par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) expliquant que 20 personnes seulement meurent des complications thromboemboliques chaque année est absolument scandaleuse car mensongère. Pourquoi ?

1) Lors des morts subites à domicile par embolie pulmonaire le plus souvent le médecin signe le certificat de décès en donnant le diagnostic de crise cardiaque. Pour savoir si ces personnes sont décédées d’une embolie il n’y a pas d’autre choix que de faire une autopsie qui en pratique n’est jamais diligentée. Les familles en peine s’y opposent le plus souvent (C’est pas ça qui nous le rendra !) et les médecins légistes sont devenus rares.

2) Il en est de même pour les hôpitaux périphériques et même les centres hospitaliers universitaires ; ils se trouvent dans le même cas. Ce pour quoi ils sont à quelques exceptions près incapables de tenir de telles statistiques. D’autant que bien souvent ils réceptionnent des personnes mortes durant le transport. Là non plus, one ne se met pas à autopsier.

3) N’ont pas été inclus dans la statistique les décès des personnes ayant fait un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral. De plus, tout étudiant en médecine sait parfaitement qu’une embolie peut se diriger directement vers le cœur ou le cerveau.

4) N’ont pas été pris en compte les cas où la prise de pilule a été un facteur favorisant voire déclenchant. Donnons un exemple précis. On sait que les longs voyages en avion favorisent les morts subites dus à l’immobilité des membres inférieurs où se forment des caillots : ces personnes tombent inanimées à leur arrivée à l’aéroport ou un peu plus tard. Dans tous les cas le décès est seulement imputable au voyage alors qu’il peut être aussi en rapport avec la prise de pilule. Ces deux facteurs peuvent être réunis. Il est impossible de savoir lequel a été déterminant ou subsidiaire.

En limitant ainsi ses appréciations à 20 décès, l’ANSM n’a qu’un seul but : nous faire « avaler la pilule » en relativisant les effets secondaires des contraceptifs oraux…comme elle l’a fait avec le Médiator. Ce qui lui vaut une plainte en justice de la Fédération des Médecins de France…que l’ANSM dit vouloir assumer pleinement.

A partir de lundi, les mineures de 15 à 18 ans pourront bénéficier de la pilule. Combien de morts ?"

18 janvier 2013

Alain Escada : "C'est une véritable Révolution sexuelle qui s'annonce !"

ae-portrait souriant.pngMonde&Vie : Vous mesurez votre rôle dans l'ensemble du dispositif. Il est probable que si vous n'aviez pas été là, jamais une manifestation de cete ampleur n'aurait été organisée...
 
Alain Escada : Nous n'en tirons ni orgueil, ni vanité. Ce n'est pas une plume au chapeau, pas du tout. Mais il est probable que si nous n'avions pas été un aiguillon, annonçant ce que nous ferions et que nous ferions tout pour occuper la rue, il n'y aurait pas eu de manifestation du tout. Certains se sont dit : on ne peut pas leur laisser le monopole. Nous étions partis bien à l'avance et il est vrai que nous mettions les évêques et les forces politiques devant un dilemme : ou bien ils nous laissaient le monopole de la défense publique de la famille, ou bien ils devaient s'impliquer et descendre eux aussi dans la rue. Dans les deux cas, la situation était confortable pour nous. Mais bien sûr, l'engagement général était l'issue la plus souhaitable et nous en sommes heureux. Nous éprouvons une vraie satisfaction à voir l'ampleur que prend peu à peu cette manifestation de toutes les strates de la population contre le "mariage" homosexuel. Une telle mobilisation dépasse tout ce que nous aurions pu faire nous-mêmes. Elle ne va pas sans l'atténuation de certaines vérités, mais ce fait massif reste important en lui-même.
 
Monde&Vie : Vous dites que vous aimez avoir un coup d'avance... Comment voyez-vous la suite ?
 
AE : Imaginons le pire : la loi passe malgré la mobilisation populaire. Alors nous serons disponibles pour permettre un recours juridique. Et puis nous chercherons à entretenir une forme de résistance, une opposition visible à ce que nous considérons comme une parodie de mariage. Tout cela, même validé par la République, serait contraire aux commandements de Dieu et contraire à la Loi naturelle. Il faut savoir en outre que si la loi sur le "mariage" homosexuel passe, un verrou saute. C'est ce que j'appellerais une loi domino, qui entraînerait d'autres mesures en rafales pour défigurer le concept de famille. Le lobby homosexuel a de nouveaux projets pour continuer sa marche en avant, par exemple pour étendre la loi sur la discrimination à la question du genre, qui deviendrait une vérité non critiquable publiquement. Au nom de la lutte contre l'homophobie, on exercera une répression sur quiconque dénonce un aspect contre-nature dans le "mariage" homosexuel. Dans la brochure Homosexualité et Socialisme - 17 questions à François Hollande, on voit poindre la mise en place de la discrimination positive en faveur des homosexuels, avec des quotas d'emplois par exemple. Il est question aussi de donner le droit d'asile à tout discriminé sexuel dans son pays d'origine. Il suffira de se déclarer discriminé pour être accueilli. Enfin, il y a l'idée d'une offensive homosexualiste : dès le plus jeune âge, les enfants seront invités à ne faire aucune différence entre les orientations sexuelles. Il faudra aussi recevoir une formation, dans certains métiers (...) sur la spécificité des modes de vie LGBT. On va aussi tenter d'empêcher les parents de transmettre à leurs enfants un enseignement hostile à l'homosexualité (...) C'est une véritable Révolution sexuelle qui s'annonce. Ajoutons que l'on cherchera aussi à forcer la main des autorités religieuses, qui seront considérées, par leur refus de marier des homosexuels, comme le dernier bastion de l'homophobie.
 
Monde&Vie : Vous avez d'autres mauvaises nouvelles ?
 
AE : (...) c'est vrai que les nuages s'amoncellent sur notre horizon. La question de l'euthanasie va être très vite à l'ordre du jour. Même si le Législateur renonce pudiquement au terme d'euthanasie, on en aura la réalité. Je suis Belge, vous le savez. En Belgique, on s'oriente de plus en plus vers la sélection des individus. Il est question par exemple d'euthanasier des mineurs et même des nouveau-nés. Ce qui est très préoccupant aussi, c'est le développement, parmi les ministres français, d'un antichristianisme qui s'exprime dans des déclarations heurtantes. Je pense à Christine Taubira, à Cécile Duflot, à Vincent Peillon, à Dominique Bertinotti. Je pense à Manuel Valls déclarant à la mi-décembre : "L'objectif est de déterminer quand il est approprié d'intervenir pour traiter ce qui est devenu une pathologie religieuse". (...)

20 décembre 2012

Un 13 janvier vraiment catholique

Video produite et réalisée  par Jean-Paul et Jacques BUFFET.

20/12/2012 19:59:27: Alain Escada, le président de Civitas est interrogé par Jean-Pierre Dickès au sujet de l'organisation de la manifestation catholique contre le "mariage" des duos homosexuels, l'adoption d'enfants par les mêmes duos et les nouvelles revendications de Procréation Médicalement Assistée et de Grossesse Pour Autrui.

15 décembre 2012

QUATRE QUESTIONS A PHILIPPE ISNARD

En ces temps troublés où la culture de mort progresse dans tous les domaines de la société, il est bon de se souvenir des durs combats menés en France par les catholiques, et d'en connaître les développements. France Jeunesse Civitas propose dans cette perspective un entretien avec Philippe ISNARD, professeur persécuté pour son combat en faveur de la vie.

Civitas : Monsieur Isnard, pouvez-vous nous rappeler "l'affaire Isnard", qui a eu un grand retentissement médiatique en 2010 ?

philippe isnard,éducation nationale,iufm,cour administrative d'appel,persécutions,catholique engagé,avortuerie,avortement,lobby pro-mortPhilippe ISNARD : J'étais, en 2010, professeur d'Histoire depuis 17 ans en lycée, et donc chargé de l'organisation de débats d'instruction civique prévus au programme des classes de seconde et première. Je précise que j'ai obtenu, en début de carrière, la condamnation de l'IUFM et de l’Éducation Nationale pour discrimination en raison de mes opinions religieuses, par le Tribunal Administratif de Marseille, puis par la Cour Administrative d'Appel.

Le programme des débats portant sur le droit de la famille, j'ai organisé, comme les huit années précédentes, un débat sur l'avortement. Celui-ci était contradictoire, car nous avons essayé, avec les élèves, d'aborder les différents arguments pour et contre la loi Veil. L’Éducation Nationale m'a alors illégalement révoqué, après avoir été l'objet d'un lynchage médiatique que l'on m'a d'ailleurs reproché ! Aucun droit de réponse ne m'a été accordé, et la procédure menée était complètement illégale, comme je le montre dans mon livre.

Nous ne sommes plus dans un régime démocratique puisque les personnes suspectées d'être chrétiennes sont désormais traquées ouvertement par l’Éducation Nationale.


Civitas : Quelle est votre situation actuelle ?

Philippe ISNARD : Je suis actuellement interdit d'enseignement, avec pour l'instant la complicité de l'enseignement catholique, qui vient d'ailleurs de refuser mon recrutement sur Nice. Je passe cependant en appel sur Toulon, ou j'espère que la direction de l'enseignement catholique sera plus courageuse !


Civitas : Quels sont selon vous les principales difficultés actuelles de ceux qui combattent pour la vie ?

Philippe ISNARD : L’État veut nous empêcher de nous adresser à la jeunesse. Pourtant, celle ci peut être sensible au respect de la vie, comme l'a montré la pétition unanime de soutien des élèves d'une de mes classes. Il restera difficile de nous adresser à la Jeunesse. J'ai d'ailleurs été l'objet d'une garde à vue très violente, pour une prétendue « intrusion dans une enceinte scolaire », alors que j'avais organisé un affichage hors de l'enceinte. La seule « preuve » contre moi  était la photographie que le procureur a osée produire d'un véhicule de police présenté comme le mien !

En garde à vue, on m'a refusé, comme la loi le prévoit, l'accès à un avocat et à un médecin. Je crains donc, dans l'avenir, des persécutions de plus en plus nombreuses contre les chrétiens, notamment ceux engagés pour le respect de la vie. Il est donc grand temps pour les chrétiens de se montrer solidaires, si nous voulons éviter ces dérives terroristes de l’État. Philippe ISNARD,éducation nationale,IUFM,Cour Administrative d'Appel,persécutions,catholique engagé,avortuerie,avortement,lobby pro-mort                                                              (cliquez sur l'image pour agrandir)

Civitas : Vous avez parlé tout à l'heure de votre livre où vous relatez les circonstances dans lesquelles s'est déroulée votre révocation. Comment s'appelle-t-il ?Où peut-on commander cet ouvrage ?

Philippe ISNARD : Le livre s'appelle Le tabou du mammouth et peut être commandé à l'adresse suivante :

Éditions Résistances,
23 rue Agassons
La Pinède
04100 Manosque.

Son prix est de 10 euros l'exemplaire, port compris. Le règlement peut être fait par chèque à l'ordre d’Éditions Résistances – Ph. Isnard.


Merci, M. Isnard.

11 décembre 2012

Homoparentalité par mère porteuse : des "traitements inhumains et dégradants" pour l'enfant !

18nov-foulejeune.jpgEn Belgique, "six parents" condamnés. Après sept ans de rebondissements dans l'invraisemblable histoire de la petite Donna, née d'une mère porteuse belge qui l'avait revendue 15.000 euros à un duo homosexuel néerlandais, après l'avoir "promise" (pour 8.000 euros) à son père biologique et à sa compagne stérile, le tribunal d'Audenaerde vient de statuer : les six "parents" ont été condamnés. La justice belge avait finalement décidé de poursuivre les trois couples (la mère porteuse et son mari, le duo homo néerlandais et le père biologique et sa compagne) devant le tribunal correctionnel pour avoir infligé des "traitements inhumains et dégradants" à Donna. Quant à la fillette, elle demeurera aux Pays-Bas, auprès de ses "parents" adoptifs, sans jamais connaître son père naturel.
(source : Le Figaro, novembre 2012)

07 décembre 2012

Appel à la solidarité: ne nous laissons pas manipuler !

Lu sur le site du diocèse d'Avignon: la pastorale familialeb54_telethon-2012_428x321_75sai__mejwbh.jpg

La 23e édition du Téléthon, opération médiatique de grande ampleur, se déroule aujourd'hui 7 et demain 8 décembre.

Pratique venue des Etats-Unis, le partenariat entre les chaînes de télévision et une association (en l’occurrence l’Association française de la myopathie ou AFM) donne chaque année une visibilité à la recherche sur les maladies neuromusculaires. Dans ce cadre, l’AFM-Téléthon expose pendant 48 heures, à grand renforts de « people », mais aussi de jeunes malades et de parents, les besoins financiers nécessaires pour faire avancer la recherche.
En soi, rien de scandaleux à cela, même si ce n’est pas du goût de tous, loin s’en faut. Et si certains dénoncent la privatisation de la recherche qui résulte de la puissance financière de l’AFM (Jacques Testart), l’instrumentalisation des malades (Marc Lits) ou encore la quasi-exclusivité médiatique dont jouit le Téléthon (Pierre Berger), ce n’est pas sur ces points que la Fondation Jérôme Lejeune soulève ses principales objections.

Le problème, avant tout autre, concerne le respect de la vie humaine. Une partie des fonds recueillie à l’occasion du Téléthon sert en effet à financer des recherches utilisant l’embryon humain. Et non seulement les donateurs ne sont pas au courant, mais en outre l’AFM, interpellée à ce sujet, refuse de flécher les dons, c’est-à-dire d’utiliser le don pour le programme choisi par le donateur. (Contrairement à la pratique de la plupart des autres organismes).

En outre, il y a confusion entre innovation et transgression, ainsi qu’entre légalité et respect de l’éthique. Après avoir œuvré pour la légalisation du diagnostic préimplantatoire (obtenue en 1994) puis milité en faveur du clonage humain, l’AFM insiste, en lien avec ses chercheurs, pour que les travaux utilisant l’embryon humain soient aussi autorisés par la loi.
Le diagnostic préimplantatoire a d’ailleurs permis, pendant plusieurs années, de présenter aux téléspectateurs des enfants « guéris » d’une myopathie alors que, en réalité, ils n’en avaient jamais été porteurs : ils ont été conçus in vitro – en éprouvette –, et un diagnostic ayant montré qu’ils n’étaient pas porteurs de la maladie redoutée, ils ont été implantés dans l’utérus maternel, tandis que les autres étaient éliminés (ou utilisés pour la recherche).

En ce qui concerne l’utilisation de cellules souches embryonnaires, aujourd’hui les chercheurs n’espèrent plus réellement guérir des maladies en utilisant ces cellules.

téléthon,afm,cellules souches embryonnaires,embryon,recherche,cellules ips,fondation jérôme lejeune,jacques testart,pierre berger,diagnostic préimplantatoire,assistance médicale à la procréation,clonage humain,maladies neuromusculaires,états unis,télévision,marc lits,loi,éthique,diocèseQuant à la modélisation de pathologies et au criblage de médicaments, on sait parfaitement les réaliser avec des cellules iPS. L’utilisation de l’être humain comme matériau de laboratoire est donc non seulement compliquée (il faut passer par l’assistance médicale à la procréation), mais surtout inutile.

Les déclarations des scientifiques financées par le Téléthon comme les communiqués de presse de l’AFM montrent pourtant leur volonté d’obtenir coûte que coûte la légalisation de la recherche utilisant l’embryon humain. Le 5 février 2011, Marc Peschanski avait ainsi expliqué sur France Inter qu’il se trouvait « entravé » dans ses projets et que, « en attendant un nouveau cadre législatif, la France [prenait] du retard dans un domaine crucial de l’innovation médicale. »

On le voit, les arguments sont toujours les mêmes dès lors qu’il s’agit de faire pression pour obtenir des lois transgressives et idéologiques !

05 décembre 2012

Revue de presse: la maîtresse du président, la mousse au chocolat havraise, les cellules souches, Reynald SECHER, le laïcard arrogant et les logements vides

Bernard Debré : « Madame Trierweiler n’est que la maîtresse du président de la République »
Valérie Trierweiler avait déclaré lundi sur RTL, qu’elle se réjouissait « d’être l’un des tous premiers témoins de l’un des tous premiers mariages pour tous ». Des amis homosexuels de la compagne de François Hollande ont en effet prévu de se marier en 2013…
Le propos de trop pour l’ancien ministre RPR qui s’interroge : « De quoi se mêle-t-elle ? À quel titre a-t-elle parlé ? Quand on est dans sa position, après les bourdes qu’elle a déjà faites, il aurait été préférable qu’elle se taise ». lire la suite sur Nouvelles De France

Le Havre : des mousses au chocolat font débat (et les flamby?)
 La municipalité a retiré du menu des élèves de certaines écoles maternelles et primaires des mousses au chocolat. La raison invoquée : ces desserts contenaient de la gélatine de porc. lire la suite sur France 3 Haute-Normandie

Recherche sur l'embryon et les cellules souches : le vote criminel du Sénat
Voté cette nuit au Sénat en catimini, ce texte doit désormais passer devant l’Assemblée nationale.Lire la suite sur Chretiente.info

Samedi 15 décembre 2012 de 15h à 18h à la librairie Notre-Dame-de-France (21 rue Monge, 75005 Paris): scéance dédicace de Reynald SECHER

Intervention anticléricale du député radical de gauche Alain TOURRET, à l'occasion de la commission de l'Assemblée Nationale sur "l'ouverture du mariage aux couples de même sexe : l'approche des responsables de culte en France. Voir la video 

4 déc. 2012 - Bruno Le Maire interpelle Cécile Duflot. Alors que la polémique enfle sur les réseaux sociaux et fera débat dans le "C dans l'air" du jour, Bruno Le Maire interpelle Cécile Duflot à propos de possibles réquisitions de logements vides appartenant à l'archidiocèse de Paris. Voir la video

09 septembre 2012

Un film subventionné fait l’apologie de l’euthanasie

 film-propagande-euthanasie-subvention-500x250.png

PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) Le 19 septembre sortira au cinéma Quelques heures de printemps, un film de Stéphane Brizé avec Vincent Lindon. Ce film raconte la « fin de vie » d’Yvette, atteinte d’une maladie incurable, et qui choisit de décider le jour et l’heure de sa mort au moyen d’un suicide assisté. Bref, une apologie de l’euthanasie, peu de temps avant le débat au Parlement des « droits des malades en fin de vie ».

C’était en effet une promesse de campagne de François Hollande qui s’était déclaré favorable au « suicide assisté ». On ne sait ce qui rebute le plus dans ce film : le fait qu’il soit subventionné par la région Bourgogne et l’Union européenne, ou bien la novlangue hypocrite constante, qui évite d’affronter le mot « mort », en parlant plutôt de « chemin », de « décision » et d’« auto-délivrance ».


Source: publié sur le site de l'agence de presse NOVPRESS le 06/09/2012 — 12h00

07 septembre 2012

La photo du jour : Le fœtus est un enfant… quand ça arrange l’État !

Ainsi que le montre le message anti-tabac figurant sur ce paquet de cigarettes, le fœtus est considéré comme un enfant lorsque cela arrange l’État :

foetus-tabac.jpg

Source: pour Nouvelles de France. Photo : E.J.

06 septembre 2012

bulletin de veille législative n°24: 6 septembre 2012

 Assemblee_nationale.jpgDéceler dans les projets ou propositions de lois et dans les travaux correspondant à leur préparation les textes de nature à avoir une incidence notable en matière politique dans le domaine de l'ordre naturel, des principes chrétiens, des libertés publiques et de l'expression du pays réel .

Voici le bulletin de veille législative n°24 du 6 septembre 2012.

Au programme:

  1. Loi de finances rectificative
  2. Proposition de loi de M. Roland COUTEAU relative à l'assistance médicale pour mourir et à l'accès aux soins palliatifs, enregistrée à la Présidence du Sénat le 8 juin 2012
  3. Proposition de loi de MM. Jacques MÉZARD, Jean-Michel BAYLET, Yvon  COLLIN, Alain BERTRAND, Christian  BOURQUIN, Pierre-Yves COLLOMBAT,  François  FORTASSIN,  Mme Françoise LABORDE, MM. Jean-Pierre PLANCADE, Jean-Claude REQUIER, Robert TROPEANO, Raymond VALL et François VENDASI, relative  à l'assistance médicalisée pour mourir  (déposé à la présidence du sénat le 31 juillet 2012) 
  4. Proposition de MM. Jacques MÉZAR, Gilbert BARBIER, Mme Anne-Marie ESCOFFIER, MM. Jean-Michel BAYLET, Alain BERTRAND, Christian BOURQUIN, Yvon COLLIN, Pierre-Yves COLLOMBAT, François  FORTASSIN,  Mme  Françoise  LABORDE,  MM.  Jean-Pierre  PLANCADE,  Jean-Claude REQUIER, Robert TROPEANO, Raymond VALL et François VENDASI, tendant à modifier la loi n°2011-814 du 7 juillet 2011 relative à la bioéthique en autorisant sous certaines conditions  la  recherche sur  l'embryon  et  les cellules souches embryonnaires  
  5.  Proposition de loi de MM. Jacques MÉZARD, Gilbert BARBIER, Jean-Michel BAYLET, Jean-Pierre CHEVÈNEMENT, Yvon COLLIN, François FORTASSIN, Mme  Françoise LABORDE, MM. Stéphane MAZARS, Jean-Pierre PLANCADE, Jean-Claude REQUIER, Robert TROPEANO, Raymond VALL et François VENDAS autorisant la  transcription à l'état civil français des actes de naissance des enfants nés à l'étranger du fait d'une gestation pour autrui enregistrée à la présidence du Sénat le 31 juillet 2012.     .
  6. Proposition de résolution présentée par M. Jacques MÉZARD, Mme Anne-Marie ESCOFFIER, MM. Nicolas ALFONSI, Gilbert BARBIER, Jean-Michel BAYLET, Alain BERTRAND, Christian BOURQUIN, Yvon COLLIN, Pierre-Yves COLLOMBAT, François FORTASSIN, Mme Françoise LABORDE, MM. Jean-Pierre PLANCADE, Jean-Claude  REQUIER, Robert TROPEANO, Raymond VALL et François VENDAS tendant à créer une commission d'enquête sur l'influence des mouvements à caractère sectaire dans le  domaine de la  santé, enregistré à la Présidence du Sénat le 30 mai 2012
  7. Proposition de loi de Mmes Nicole BORVO COHEN-SEAT, Éliane ASSASSI, M. Christian FAVIER, Mme Marie-France BEAUFILS, MM. Michel BILLOUT, Éric BOCQUET, Mmes Laurence COHEN, Cécile CUKIERMAN, Annie DAVID, Michelle DEMESSINE, Évelyne DIDIER, MM. Guy FISCHER, Thierry FOUCAUD,  Mme  Brigitte  GONTHIER-MAURIN,  MM.  Robert  HUE,  Gérard  LE  CAM,  Michel  LE SCOUARNEC,  Mmes  Isabelle  PASQUET,  Mireille  SCHURCH,  MM.  Paul  VERGÈS  et  Dominique WATRIN tendant  à  la  suppression  du  terme  «  race  »  de  la  législation  française   enregistrée  à  la présidence du Sénat le 23 juillet 2012

dernier numéro:
bulletin de veille législative n°23 du 13 juin 2012.(écoles élémentaires publiques et privées sous contrat d'association, Suppression du délit de séjour irrégulier, Assistance médicale pour mourir, etc.)

23 août 2012

Grâce au PS, le lobby homosexuel continue son infiltration

affichecivitasnonaumariagehomo2.jpgLe gouvernement a publié l'arrêté du 20 août relatif à la composition de la Commission nationale consultative des droits de l'homme. On y remarque l'entrée de 3 nouvelles associations :

  • Le Collectif interassociatif sur la santé, qui fédère 38 associations dont l'ADMD ;
  • La Coordination française pour le lobby européen des femmes (CLEF), association qui milite notamment pour l'avortement (voir ici) ;
  • L'Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans (Inter-LGBT), qui milite pour la dénaturation du mariage et pour priver des enfants du droit d'avoir un père et une mère.

Aucune association familiale n'est représentée dans cette commission.

Christine Lazerges, ancienne député PS de l'Hérault (1997-2002) en a été nommée présidente.

(via Le Salon Beige)

03 juillet 2012

Premiers bébés génétiquement modifiés

acim.jpgCommuniqué de l’Association Catholique des Infirmières et Médecins :

"Le Daily Mail du 3 juillet 2012 annonce la création des premiers bébés génétiquement modifies. Une femme était stérile. Des biologistes ont injecté directement dans ses ovules des gènes d’une autre femme. Puis la fécondation par les spermatozoïdes du conjoint, et la naissance sont intervenues. L’enfant aura ainsi trois parents. Quinze enfants sont nés dans ces conditions au Reproductive Medicine and Science de St Barnabas dans New Jersey. Trente enfants seraient nés aux Etats-Unis de cette manière. Ceux-ci seraient tous en bonne santé. Le programme génétique de ces enfants a bien sûr été vérifié : effectivement on retrouve des gènes des deux mamans et du père. Ce qui se présente comme une prouesse technique au service de l’infertilité pose de très graves problèmes moraux. Car surtout les généticiens craignent que cette méthode ne soit utilisée pour créer de nouvelles races humaines avec des caractéristiques programmées comme par exemple la force physique et une intelligence supérieure. Attali dans son ouvrage Petite histoire de l’avenir avait déjà évoqué la possibilité pour les savants d’arriver à préprogrammer des êtres humains. Nous y sommes."

17 juin 2012

bulletin de veille législative n°23: 12 juin 2012

Assemblee_nationale.jpgDéceler dans les projets ou propositions de lois et dans les travaux correspondant à leur préparation les textes de nature à avoir une incidence notable en matière politique dans le domaine de l'ordre naturel, des principes chrétiens, des libertés publiques et de l'expression du pays réel .

Voici le bulletin de veille législative n°23 du 13 juin 2012.

Au programme:
I) Les conséquences déterminantes des élections présidentielles et législatives
II) Les premières propositions de loi dans l'environnement des succès de la gauche.
- Abrogation des dispositions tendant à garantir la parité de financement entre les écoles élémentaires publiques et privées sous contrat d'association lorsqu'elles accueillent des élèves scolarisés hors de leur commune de résidence.
- Suppression du délit de séjour irrégulier et exclusion des bénévoles du champs d'application du délit d'aide à l'entrée, à la circulation et au séjour irréguliers des étrangers en France.
- Assistance médicale pour mourir et à l'accès aux soins palliatifs

15 juin 2012

Recherche sur les embryons : proposition de loi déposée par la gauche...

culture-de-cellules-souches.jpgAprès l'euthanasie, voici la recherche sur les embryons. Le sénateur Jacques Mézard a déposé une proposition de loi pour modifier la loi n° 2011-814 du 7 juillet 2011 relative à la bioéthique en autorisant sous certaines conditions la recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires. Extraits des motifs :

"Il n'est pas possible de maintenir un régime qui pose un principe d'interdiction d'une part, et les conditions qui permettre de s'y soustraire, d'autre part. L'image de la France et le travail de nos scientifiques souffrent de cette incohérence.

La loi de 2011 a par ailleurs renforcé les contraintes des scientifiques puisque la nouvelle rédaction de l'article L. 2151-5 du code de la santé publique exclut explicitement la recherche sur les lignées de cellules souches embryonnaires. Elle prévoit également que les chercheurs doivent expressément apporter la preuve qu'il est impossible de parvenir au résultat escompté par le biais d'une recherche ne recourant pas à des embryons humains, des cellules souches embryonnaires ou des lignées de cellules souches. Les scientifiques doivent donc engager des programmes de recherche longs et coûteux pour explorer toutes les hypothèses alternatives.

Or, la recherche sur les cellules souches embryonnaires est porteuse d'espoir et ne cesse de susciter l'intérêt des chercheurs en raison de leur potentiel thérapeutique considérable. Les résultats obtenus depuis treize ans dans le monde et depuis six ans en France sont très encourageants [ce qui est totalement faux]. Maintenir un régime d'interdiction, même assorti de dérogations, reviendrait à nier ces avancées.

La présente proposition de loi a donc pour objet de réécrire l'article L. 2151-5 du code de la santé publique afin de substituer au régime actuel d'interdiction assorti de dérogations, un régime d'autorisation encadrée de la recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires."

(via le Salon Beige)

17 mai 2012

Les catholiques doivent entrer en résistance !

 Le discours prononcé par Alain Escada, secrétaire général de Civitas devant plusieurs milliers de personnes rassemblées à Paris, Place des Pyramides, devant la statue de Ste Jeanne d'Arc, à la fin du défilé du dimanche 13 mai 2012.Catholiques

video produite et réalisée pour l'institut CIVITAS par Jean-Paul et Jacques BUFFET.

20 janvier 2010

Non à l'euthanasie

2049513077.png

06 janvier 2010

Euthanasier, c'est tuer !

3ème lettre aux élus: l'euthanasie

BanniereLAE

Il y a quelques semaines, une proposition de loi portant sur le «droit de finir sa vie dans la dignité». visant à ouvrir un droit à la mort a, après examen par la Commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale, été débattue en séance publique de cette Assemblée les 19 et 24 novembre dernier ; au terme de cette première lecture, elle a été rejetée. Soyons sûrs cependant que les promoteurs de l’euthanasie ne désarmeront pas.

C’est pourquoi, plusieurs dizaines de milliers d'élus locaux, régionaux et nationaux ont reçu cette semaine le numéro 3 de la «LETTRE A... consacré à la fin de vie et à l’euthanasie afin de  leur fournir  une analyse non partisane d'un problème d'actualité politique à la lumière de la doctrine sociale de l'Eglise.

Lultimeliberte