Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 novembre 2013

Les pro-avortement violemment anticatholiques en Argentine

argentine-violences-pro-avortement-MPI.jpg

Argentine – L’incroyable violence anticatholique des militants pro-avortement

Medias-Presse-Info vous informe régulièrement de l’antichristianisme qui se répand en Argentine à travers une recrudescence inquiétante de profanations. Mais cet antichristianisme peut aussi revêtir la forme de la violence physique à l’encontre des catholiques. Cela a notamment été le cas dimanche dernier face à la cathédrale San Juan de Cuyo. Des jeunes catholiques organisaient ce jour-là un rassemblement pacifique contre […]

Pour lire la suite de l'article, c'est ICI.

argentine-pro-avortement-4-MPI.jpg

17 novembre 2013

Vidéo: Rafle de SOS Tout-petits hier à Paris

Hier à Paris, les pacifiques manifestants pour la Vie de SOS-Tout petits qui s'étaient réunis autour du Docteur Dor pour la récitation d'un Rosaire, ont été embarqués, sans autre forme de procès, par la police politique du gouvernement socialiste qui supporte de moins en moins la dénonciation de ce génocide qu'est l'avortement.

par Actu-clip

Par ailleurs, la consultation de témoignages recueillis sur place s'avère intéressante sur le déroulement de ces événements regrettables qui contribuent (s'il le fallait encore) à prouver que nous ne sommes plus dans un Etat de droit.

Ailleurs en province ce sont les nervis d'extrême gauche et autres "antifas" qui ont sévi impunément avec toute la violence qui les caractérise.

Fait gravissime mais qui n'a pour l'instant entraîné aucune condamnation officielle de notre classe politique ou de nos gouvernants pourtant si "sensibles" sur d'autres sujets... :

A Nancy des gauchistes ont blessés à coups de pierre une petite fille qui participait paisiblement au rosaire de SOS Tout-Petit. Photo ici.

Une dissolution des mouvements "antifas" sera-t-elle seulement envisagée pour des faits aussi graves...?


Pour conclure, une réaction de bon sens sélectionnée sur la toile:


12 novembre 2013

Philadelphie - le pire avorteur

Le site Médias-Presse.Info nous informe :

Gosnell_smilking-MPI

ci-dessus : photo du criminel avorteur

 

Avertissement important : si vous êtes sensibles, ne lisez pas cet article ! Vous ne dormirez pas cette nuit.

La «clinique de l’horreur», comme elle a été surnommée, a été ouverte pendant 31 ans à Philadelphie, sans qu’aucun contrôle d’inspection sanitaire n’ait donné l’alerte. Elle sera fermée en 2010. Son propriétaire un dénommé Kermit Gosnell qui sera qualifié ensuite de « boucher de Philadelphie » aurait gagné près de 1,8 millions de dollars par an avec ses activités peu scrupuleuses. Il effectuait six avortements par jour dans des conditions sanitaires déplorables. Il se faisait la plupart du temps payer en espèces. Les enquêteurs ont trouvé 250 000 dollars en liquide, cachés dans une chambre de sa maison. Gosnell était également propriétaire d’une maison en bord de mer et louait de nombreux autres biens immobiliers.

Dans la plupart des Etats américains, les avortements sont effectués dans des cliniques qui ne pratiquent que cette activité. Normalement elles sont inspectées régulièrement par les autorités sanitaires. Dans la clinique Gosnell de Philadelphie ont été pratiqués 45.000 avortements. L’histoire commence par une plainte déposée par la famille d’une jeune femme appelée Karnamaya Mongar venue là pour un avortement tardif. Apparemment elle avait reçu une surdose d’anesthésique et de narcotiques divers ; quand il avait fallu l’évacuer, la sortie de secours était fermée, encombrée de vieux meubles et de débris variés. Le personnel n’arrivait pas à trouver la clé. Ceci déclencha une enquête qui va laisser l’opinion publique littéralement atterrée : en effet cette personne mourra des suites de cette tentative d’avortement.

 Gosnell_clinic-MPI

photo : la clinique de l’horreur

Les surprises se succédèrent alors

On se rendit d’abord compte que Gosnell avait rédigé des milliers de prescriptions illégales qu’il bricolait lui-même. Il rackettait littéralement ses patientes dans le cadre d’avortements tardifs. Il existe pour les candidates à l’avortement une obligation de réflexion de 24 heures qu’il ne respectait pas (24 cas) ; pas plus que le délai de 24 semaines de grossesse pour pratiquer des avortements (227 cas). Il lui était aussi reproché d’avoir des comptes courants dans des cadres illégaux et émis de très nombreuses fausses factures. Mais aussi il avait falsifié des dossiers dont celui de Karnama Mongar ; embauché des personnels non qualifiés et aussi des mineures pour pratiquer les avortements.

Mais c’est surtout sur ces avortements que vont se focaliser les enquêteurs. Ces interventions étaient pratiquées hors-délai dans des conditions les plus abominables que possible. Matériel usé, bricolage des anesthésiques ayant entraîné des complications, des réanimations en soins spécialisés, et le décès de Mme Mongar. Gosnell avait mis au point son propre système d’anesthésiant qui n’avait rien à voir avec les techniques médicamenteuses classiques. Après le décès de cette femme, il avait refusé d’en changer. Les conditions d’hygiène étaient abominables. Il se servait des mêmes instruments d’une personne à une autre. Autre curiosité : des chats se baladaient librement dans l’immeuble y compris dans les salles d’opération.

Les avortements étaient faits n’importe comment. En 1999, une femme du nom de Marie Smith faisait une septicémie qui la plongeait dans le coma; ceci était dû au fait que l’avorteur lui avait laissé dans l’utérus un bras et une jambe de fœtus. Ce qui fut démontré par une simple radiographie.

Gosnell travaillait à la chaîne et une infirmière affirma que chaque jour un enfant arrivait au monde vivant. Qu’en faire ? C’est alors que l’horreur dépasse les bornes. Rappelons qu’il s’agissait d’enfants de 24 semaines (soit cinq mois de grossesse). Avec une paire de ciseaux, il leur coupait la moelle épinière au niveau du cou.

 

L’horreur des mises à mort

Cette horrible pratique ne faisait pas perdre conscience au nouveau né, mais le rendait paraplégique : une sorte de décapitation partielle. Il pouvait agoniser des heures. Une jeune employée attestera avoir vu un enfant respirer longtemps après cette « procédure ». Une autre expliqua qu’elle avait entendu un de ces petits êtres hurler puisqu’il était encore vivant.

Stephen Massof, un des assistants de Gosnell qui pratiquait les avortements sans licence préférait enfoncer un ciseau dans la nuque. Il témoigna aussi que compte-tenu des techniques médicamenteuses de son patron , il voyait sortir des enfants vivants dans un flot de sang qui inondait la salle.

Une autre employée avait vu sauter en l’air un fœtus vers son bras quand on lui sectionnait la moelle épinière. Un autre avait serré du doigt la main qui le tuait. Elle raconte aussi qu’un enfant d’environ 30 semaines était né dans les toilettes : c’est là qu’elle lui coupa la gorge.

Un autre enfant était né tellement gros que ses bras et ses jambes dépassaient d’un carton à chaussures, ce qui fit plaisanter Gosnell : « celui-là il aurait pu marcher avec moi jusqu’à l’arrêt d’autobus ! ».

D’autres techniques d’éliminations étaient courantes. Elles tiennent du sadisme. Il découpait en morceaux ces pauvres êtres vivants, ou les mettait à mourir de froid dans les réfrigérateurs, les tuait en enfonçant une pointe dans la fontanelle, les laissait mourir vivants dans des sacs à ordure. Les plus chanceux se voyaient tordre la tête ou écraser la trachée. Il riait quand les enfants, criaient ou sursautaient au moment où le sadique leur coupait la moelle épinière. Ce monstre avait aussi une coutume parfaitement illégale affectée à sa propre pratique. Il collectionnait dans des bocaux les pieds de ses victimes d’ « avortements-naissances ». Ceci concernait uniquement les enfants de plus de 24 semaines donc hors délais. Les enquêteurs trouvèrent pas moins d’une cinquantaine de ces bocaux. Or toutes ces pratiques épouvantables étaient connues de Planning Parenthood et même des autorités sanitaires qui les tolérèrent.

 

Que faire des cadavres ?

La propre belle-sœur de Gosnell va expliquer qu’une de ses fonctions était de nettoyer des sortes de grandes bouteilles dans lesquelles étaient mélangées du sang, des débris fœtaux et placentaires. Elle vidait l’ensemble dans les éviers, écrasait le tout puis récupérait les restes pour les mettre dans la poubelle, ce qui est strictement interdit par la loi. Mais aussi Gosnell en gardait un certain nombre entiers dans des bocaux : il lui arrivait de les bercer.

Les enquêteurs vont retrouver partout dans la « clinique » des fœtus jetés dans des seaux. Il en fut retrouvé jusque dans les combles. Certains étaient stockés dans des bocaux. En réalité il y en avait tellement que l’on ne savait plus comment les faire disparaître. D’où le fait qu’on en retrouva dans la cave et au dessous du toit.

Les enquêteurs débarquant sur les lieux eurent maintes surprises. On va retrouver des fœtus morts dans des sacs en papier, des bouteilles d’eau en plastique, des pots à lait, des cartons de jus d’orange ou de lait, des sacs de nourriture pour chats. Certains cadavres étaient là depuis des années d’autres disposés à l’extérieur répandaient une odeur épouvantable.

 

Black out sur les informations

Le plus étonnant est le silence que firent la plupart des médias vis-à-vis de ces horreurs. On vit timidement des organisations favorables à l’avortement déclarer que c’était sans doute faute de trésorerie que la clinique avait sombré dans l’illégalité par les conditions d’hygiène. Il fallait donc subventionner ce type d’activité. Or en réalité elles oubliaient que Gosnell était multimilliardaire et que surtout il agissait dans l’illégalité notamment en ce qui concerne les délais d’avortement.

Gosnell fut arrêté : il lui était reproché 361 chefs d’inculpation. Il risquait la peine de mort. En pratique, fin mai dernier il fut convaincu de trois meurtres, de 21crimes dans le cadre d’avortements tardifs illégaux, et de 211chefs d’accusation pour non-respect des informations et du délai légal de réflexion.

Gosnell ne fut pas condamné à mort à condition qu’il travaille en prison jusqu’à la fin de ses jours. Sa peine fut prononcée à perpétuité. Mais ce drame marqua de manière très importante l’esprit du grand public qui se trouvait face aux dérives de l’avortement. Ce furent par centaines que les avortoirs fermèrent ou furent fermés après contrôle des autorités sanitaires. Depuis cette époque une majorité d’Américains se prononce contre l’avortement malgré les incroyables subventions que fait verser Obama à toutes les organisations faisant la promotion de l’IVG. Le Congrès vota une loi interdisant les avortements après 20 semaines.

 obama-gosnell-MPI

Une polémique qui dure

L’affaire Gosnell n’en était pas terminée pour autant. En effet l’Etat refusa que les enfants qui avaient été retrouvés dans des bocaux ou dans des congélateurs puissent être enterrés ou bénéficier de services religieux. La Justice finit par trancher après plusieurs mois contre cette élémentaire mesure de respect vis-à-vis de ces petits êtres humains. Ils furent incinérés comme les ordures. Mais il y eut cependant quand même un service funèbre qui fut suivi par des milliers de personnes. Des chrétiens viennent régulièrement prier devant « l’avortoir » autour d’une représentation de Notre Dame de Czestochowa.  Nous nous joignons à eux.

Mais chaque semaine de nouvelles informations ressortent. Par exemple celles d’un journaliste très connu du nom de Mullane qui raconta avoir été pratiquement seul à assister aux audiences et enregistra en douce les débats avec un téléphone portable. Primitivement il était favorable à l’avortement. Mais la gravité des faits le fit changer d’avis. Il se lance présentement dans des conférences pour raconter à l’Amérique cette effroyable histoire et publie partout sur ce qu’il a appris sur « la maison de l’horreur ». Vendredi dernier 1er novembre, il vient notamment d’accuser Mme Allyson Schwartz, candidate au gouvernorat de Pennsylvanie, d’avoir été parfaitement au courant des activités de Gosnell car elle-même possédait un avortoir à quelques miles de celui du « boucher de Philadelphie ».

Cette épouvantable affaire ne doit pas nous donner bonne conscience. La loi Veil autorise les avortements jusqu’à la veille de l’accouchement…

Dr JP Dickès

L'avortement est un crime ! Le 16 novembre, n'oubliez pas les victimes innocentes !

La culture de mort recrute

Le site Médias-Presse.Info nous informe : 
 

avorterc'esttuer.jpegLe site Fréquence M est orienté essentiellement vers la formation des médecins. Très politiquement correct en général, il a le 8 novembre dépassé les bornes en faisant parler un médecin du nom de Gilles Lazimi. Ce dernier est membre du « Haut conseil à l’Egalité entre les hommes et les femmes » : organisation créée en janvier dernier, comptant plus de 60 membres et exemple type de ce millier de commissions paragouvernementales diverses servant à placer les relations à coup de ponctions dans la poche du contribuable.

Ce médecin généraliste avorteur à Romainville commence son intervention en estimant que les praticiens ne devraient pas avoir le droit à l’objection de conscience face à la mise à mort d’un enfant dans le sein maternel. Il considère comme Bachelot en son temps que « l’avortement est un acte médical comme un autre ». Il déclare même que « c’est un acte noble. »

1)     Tellement noble que mondialement de plus en plus de médecins refusent à le faire ; que les cliniques par centaines dans le monde entier renoncent à les pratiquer ; et que sa propre démarche vise à recruter des volontaires pour effectuer ce « noble travail » habituellement pratiqué par des médecins que leurs confrères considèrent comme des mercenaires.

2)     Tellement noble que 130 centres d’avortement ont fermé dans notre pays en dix ans.

3)     Tellement noble qu’il aboutit à tuer dans des circonstances abominables les plus petits humains dans le sein maternel. Les aspirer vivants dans les pompes, les couper en morceaux avec des curettes, essayer de leur injecter un produit mortel dans le cœur ; leur écraser le crâne et s’ils viennent vivants les laisser mourir ou les tuer. Tâches vraiment nobles s’il en est…

4)     Tellement noble que l’acte d’avortement marque définitivement la femme qui s’est fait avorter. Elle en souffrira sa vie entière notamment sous forme de dépressions qui détruiront sa vie sociale, sentimentale et peuvent la mener au suicide. Car du fond du cœur la femme sait parfaitement qu’elle a tué une vie humaine, celle de son enfant.

5)     Tellement noble qu’elle aboutit à un effondrement démographique de notre pays ; et son remplacement par une population non-qualifiée venue essentiellement pour profiter des avantages économiques et sociaux de notre pays.

6)     Tellement noble que jamais la télé n’a osé montrer entièrement un avortement et que même brandir des affiches montrant les fœtus martyrs peut être considéré comme un délit.

Nous sommes donc véritablement face à un médecin « ignoble » qui veut tuer, tuer plus et plus encore les enfants non-nés en nous faisant croire que c’est noble. Ce « médecin » demain nous incitera à tuer les malades en fin de vie, les handicapés, ceux qui demandent l’euthanasie ou qui voudront en finir avec la vie.

Les « médecins » qui pratiquent de tels actes sont la lie et le déshonneur de la profession qui est là pour défendre la vie. Puisque les législateurs demandent d’augmenter leur activité donc tuer toujours plus, il faut réserver ces actes à un corps spécial de bourreaux patentés. Il en est déjà ainsi dans toute une partie de l’Amérique.

Qu’ils le veuillent ou non, après leur mort, ces avorteurs devront rendre des comptes devant leur Créateur qui leur demandera ce qu’ils ont fait des plus petits d’entre les hommes !

Dr JP Dickès

26 octobre 2013

Laissez-les-Vivre présente son nouveau site internet

C'est par ici.

S

16 octobre 2013

Naître et mourir à l'heure socialiste - la nouvelle revue Civitas qu'il faut lire de toute urgence

civitas_49_COUV.JPG

 

17 septembre 2013

Les FEMENS adressent des menaces violentes et officielles au Dr Xavier Dor

FEMEN, femen, Dr Dor, avortement, génocide, procès, Xavier Dor, SOS tout Petits,

Sur leur page Facebook, les FEMEN menacent violemment et délibérément le Docteur Dor pour son combat contre le massacre des enfants-à-naître par avortement.

Rappelons que le Dr Dor a été condamné hier a une amende de 10.000€ pour avoir simplement distribué des chaussons d'enfants devant un établissement hospitalier qui pratique l'avortement.

Il n'en faut pas plus déchaîner la violence  et la haine des FEMENS.

On pouvait ainsi lire ce soir sur leur profil facebook le message suivant:

"FEMEN adresse des menaces officielles à l'odieux promoteur anti-avortement Xavier Dor:

Cher Xavier,
La justice française vient de vous condamner à payer une amende de 10 000€ pour "délit d'entrave à l'Interruption Volontaire de Grossesse", mais cela n'a pas eu l'air de vous dissuader pour autant. Accompagné par d'autres membres de la secte catholique, vous prévoyez de continuer vos actions violentes devant les hôpitaux français afin d'essayer de dissuader les femmes qui le souhaitent de faire usage de leur droit à avorter.
Vos prières de rue montrent à quel point les institutions religieuses tentent encore d'imposer aux femmes de suivre des règles "sacrées".
C'est pour cela qu'aujourd'hui FEMEN vous avertit, vous et votre association "SOS Tout Petits".
La première punition aura été de payer une amende, sachez que si vous allez plus loin, c'est FEMEN vous punira aussi à sa manière.
Priez Xaviez, Priez! Nous sommes à vos trousses!
Vos chères FEMEN."

Pour conclure nous pourrions rappeler à "nos chères FEMENs" que l'avortement tue 220 000 enfants français par an, ce qui revient à dire qu'en France il y a 1 avortement pour 3 naissances (d'après les statistiques de l'état civil).

Dans toute leur hystérie, leur haine et leur violence "nos chères FEMENs" illustrent encore ce qu'exprimait le président américain R. Reagan : "Tout ceux qui sont pour l'avortement sont déjà nés"!

Face à l'injustice, la haine, l'hystérie et la violence, soutenons le Docteur Dor dans le courageux combat pour la Vie et contre la "culture de mort"!

 

FEMEN, femen, Dr Dor, avortement, génocide, procès, Xavier Dor, SOS tout Petits,

06 août 2013

Embryons - Le commentaire d'un praticien sur la loi récemment validée

embryon.jpg

Commentaire d'un praticien sur la loi récemment validée par le conseil constitutionnel autorisant la recherche sur les embryons.

« 1. Techniquement, la France va donc pouvoir s'enfoncer gaiement dans l'impasse de la recherche sur l'embryon à laquelle nombre de chercheurs et de pays ont déjà tourné le dos (Yamanaka, Wilmut, Japon...). On nous refait le coup du Minitel !

2. Ethiquement, en affirmant qu'un embryon sans projet parental n'a pas droit à un minimum de respect, on définit le statut d'un être par le regard que l'autre pose sur lui. A étendre dès demain aux nouveaux-nés et aux vieillards, puis après-demain à tous, dans une perspective purement utilitariste. Bienvenue dans le meilleur des mondes... »

Lu sur le Quotidien du Médecin le 17/07/2013

02 août 2013

Embryons - Le régime socialiste s'attaque encore et sans raison aux plus faibles!

civitas,loi autorisant la recherche sur les embryons,conseil constitutionnel,printemps français,onlr

Hier le conseil constitutionnel, composé à majorité de personnalités nommées par l'ancienne majorité UMP mais désormais complice attitré du régime socialiste, a validé la loi votée récemment au parlement  qui autorise la recherche sur les embryons, autrement dit l'autorisation de pratiquer des expériences sur les enfants-à-naître.

Le choix de faire passer cette loi fin juillet-début août en dit long sur l'état d'esprit du gouvernement.

Plus grave encore:

Le professeur Claude Huriet, médecin reconnu, ancien membre du Comité consultatif national d’éthique, qualifie cette loi autorisant la recherche sur l’embryon de « Dépassée » et passéiste" .

Pourquoi?

Tout simplement car ce type de recherches sur les embryons est aujourd’hui rendu obsolète par les progrès réalisés avec les IPS*: les cellules adultes reprogrammées en cellule immature capable de redonner n’importe quelle sorte de cellules de l’organisme.

Dans une tribune au Monde le 14 mars dernier, le professeur Claude Huriet écrivait: « En quinze ans, aucun patient n’a été traité par des cellules souches embryonnaires (CESh) », à l’inverse, il évoquait les « progrès extraordinaires concernant les cellules souches adultes ou induites (IPS*) et leurs possibles applications thérapeutiques ». 

Se référant aux travaux sur ce sujet des professeurs Shinya Yamanaka et Sir John B. Gurdon, travaux qui leurs ont valus le prix Nobel de médecine de l’année dernière, il va jusqu'à affirmer que « La reprogrammation de cellules sanguines ou cutanées en cellules semblables à des cellules souches embryonnaires donne à ces dernières un ‘‘coup de vieux’’ ! » 

il n’y a donc pas « de justification scientifique et médicale à utiliser des embryons humains » .

Les IPS*, les cellules adultes reprogrammées, sont bien plus prometteuses au niveau thérapeutique que les embryons.

C’est  également ce qu'exprime Alain Privat, professeur en neurobiologie à l’École pratique des hautes études et ancien directeur de recherche à l’Inserm: « Il y a eu un changement très net depuis deux ans, car nous avons pris la mesure des travaux sur les IPS », explique-t-il.

Lui aussi pense que dans ces conditions, il n’y a plus « de justification scientifique et médicale à utiliser des embryons humains ».

L'Inserm (L’Institut national de la santé et de la recherche médicale)  rappelle également de son coté que  " Les cellules IPS* sont  identiques aux cellules souches embryonnaires ".

Alors pourquoi le pouvoir socialiste légalise-t-il malgré tout la possibilité de faire toutes sortes d'expériences sur les embryons, c'est à dire finalement sur les enfants-à-naître, alors que rien ne le justifie?

D'après le professeur Alain Privat, cette loi n’aurait d’autre justification que de servir les intérêts de certains laboratoires et d’industriels impatients d’utiliser des cellules souches embryonnaires pour tester des médicaments ou des substances cosmétiques à peu de frais. Il rajoute d'ailleurs qu'« On peut le faire avec des IPS*, mais c’est plus long et plus coûteux ».

Alors devant tant de perversion de la part du législateur et du régime socialiste qui a apporté son soutien à cette loi nocive, injuste et mortifère, ne restons pas passif !

Profitons de l'été pour préparer la nécessaire résistance à toutes ces folles initiatives qui s'en prennent délibérément à la société en s'attaquant jusqu'aux plus faibles qui la composent. Car voici une preuve de plus que même en période de vacances et dans tous les domaines, les raisons de " ne rien lâcher" s'accumulent.

Alors pour le bon sens, la Vie, les enfants(-à-naître) et la Famille, On Ne Lâche Rien!


*IPS: Cellule souche pluripotente induite (ou iPS) est une cellule adulte qui a été reprogrammée en cellule immature capable de redonner n’importe quelle sorte de cellules de l’organisme.

sources:

http://www.inserm.fr/thematiques/immunologie-hematologie-pneumologie/dossiers-d-information/les-cellules-pluripotentes-induites-ips

http://www.la-croix.com/Actualite/France/Recherche-sur-l-embryon-va-t-on-lever-l-interdit-2013-03-27-925897

http://www.la-croix.com/Ethique/Bioethique/Ce-que-change-la-nouvelle-loi-sur-l-embryon-2013-07-15-986541

 

26 juin 2013

Dictature socialiste : selon que vous serez ennemis ou défenseurs de la Famille, vous pourrez ou non manifester librement

Affiche balai.JPGEn dictature socialiste telle qu'on la connaît aujourd'hui en France, les défenseurs de la famille font chaque jour l'objet de pressions scandaleuses de la part d'une police politique tandis que les ennemis de la famille bénéficient quant à eux de la plus grande tolérance pour occuper la rue. Ainsi, ce mercredi, tout au long de la journée les veilleurs présents face au ministère de la justice en solidarité avec Nicolas B., prisonnier politique, ont systématiquement fait l'objet d'interventions des forces qu'on ne peut plus qualifier "de l'ordre" tant elles obéissent aveuglément à toutes les consignes les plus arbitraires d'un régime totalitaire. Mais ce même jour, devant le ministère de la santé, des militants pro-avortement ont installé un campement pour se plaindre de la fermeture de l'avortoir des Lilas. Ceux-là bénéficient étrangement de la mansuétude des autorités...

19 juin 2013

Politique familiale russe aux antipodes de celle pratiquée en France

russesprofamille.jpgLe programme gouvernemental intitulé « Conception de la politique familiale d’État à l’horizon 2025 » a provoqué un large débat dans les médias russes. Elena Mizoulina, députée du parti Russie Juste et une des auteurs du document, éclaircit certains points.

Sur la famille

Les auteurs du rapport estiment que la famille est « l’union d’un homme et d’une femme, enregistrée par l’État ou par les institutions religieuses ». Le document précise qu’une « famille idéale » est celle abritant plusieurs générations sous le même toit. La députée estime que « la grande famille à plusieurs générations a toujours été une tradition russe. Aujourd’hui, une famille sur trois réunit plusieurs générations : et ce n’est pas simplement lié à la difficulté de se loger, c’est un choix véritable. »

Sur les enfants

Le document prévoit également « plusieurs enfants » dans la famille – idéalement, au moins trois. Les députés y fixent pour objectif de surmonter la crise démographique, et misent notamment sur les familles nombreuses comme « familles les plus solides ». Les chiffres officiels indiquent que 87% de ces familles nombreuses, en Russie, sont « complètes » : c’est-à-dire réunissant un père et une mère.

Sur le mariage à l’église

Le document propose d’égaliser mariage religieux et mariage civil. La députée estime que la société russe a actuellement tendance, en effet, à préférer le mariage religieux au civil. Et les auteurs du document veulent ainsi permettre aux croyants d’obtenir un justificatif officiel de l’union sur la base de l’acte d’église. Le mariage religieux, pour l’heure, n’est pas reconnu par l’État russe.

Sur le rôle de l’église

Elena Mizoulina assure que le rôle des Églises a considérablement augmenté au cours des dernières années. Les représentants des trois confessions les plus nombreuses (orthodoxes, musulmans et juifs) participent activement aux débats parlementaires, notamment sur les questions touchant à la famille. Et leurs avis convergent. La députée précise que des représentants de chacune des confessions ont également pris part à l’élaboration du programme .

Sur le divorce

Afin de réduire le nombre de divorces (il concerne un mariage sur deux en Russie, assure le rapport), le texte prévoit d’établir une « taxe » en cas de dissolution du mariage, dont s’acquitteront les deux époux. Les fonds récoltés seront notamment versés à un Fonds des pensions alimentaires, qui soutiendra les familles en difficulté. Les hommes qui ne s’acquittent pas de leur pension alimentaire se verront interdire de quitter le pays ou d’effectuer des achats importants.

Sur l’avortement

Le rapport incite à « former une image négative » de l’avortement dans la société, souligne que l’acte ne doit pas « être perçu comme une chose banale ». Elena Mizoulina mise, parallèlement, sur la promotion de la maternité et de l’enfance, et propose des mesures de soutien financier pour les femmes enceintes se trouvant dans des situations difficiles. La contraception n’est pas évoquée dans le texte.

Le document a été conçu au sein du Comité sur les affaires des familles, des femmes et des enfants auprès de la Douma d’État, avec la participation d’experts extérieurs et de représentants des confessions présentes sur le territoire russe.  « Notre conception se base sur les valeurs russes traditionnelles. Les statistiques montrent que ces valeurs, même ébranlées aujourd’hui, continuent de jouer un rôle essentiel », affirme Elena Mizoulina. Tout en précisant que le document en question n’en est qu’au stade de l’ébauche.

14 juin 2013

CIVITAS apporte son soutien aux défenseurs de la famille autrichiens

marche pour la famille en Autriche

Demain samedi 15 juin, se déroulera à Vienne en Autriche une grande Marche pour la Famille.

A la demande des organisateurs de cet évènement en Autriche, Civitas formule expressément, à cette occasion, son soutien et celui de tous les défenseurs de la famille français, aux défenseurs de la famille autrichiens.

 

Message de soutien de CIVITAS aux défenseurs de la famille autrichiens :

Chers amis Autrichiens,

En France, CIVITAS est très mobilisé pour la défense de la Famille, pour la Vie et les enfants et contre une loi infâme sur le «mariage» homosexuel depuis que notre gouvernement socialiste a commencé à en parler.

En France, la fin de l'année 2012 et l'année 2013 ont jusqu'ici été marquées par une mobilisation sans précédent pour la défense de la famille et contre cette loi infâme.

Face au mépris, à la radicalisation et à la violente répression policière du gouvernement socialiste de M. Hollande, notre motivation et notre détermination à défendre la famille s’en sont trouvées augmentées.

Nous croyons que cette volonté de destruction délibérée de la Famille n’est pas seulement un problème français, mais aussi un problème européen et mondial. C'est pourquoi nous vous soutenons dans votre combat pour la défense de la famille, pour les valeurs fondamentales de notre civilisation chrétienne et, finalement, pour le bien commun de toute la société autrichienne.

Ces lois contre la famille et même contre le bon sens sont illégitimes parce qu'elles ne servent évidemment pas  le bien commun en dénaturant le mariage et détruisant ainsi la famille. Comme nous le rappelle saint Thomas d'Aquin, une loi est une loi que si elle ne sert le bien commun et  ne respecte la loi naturelle. Sinon, c'est une «corruption de la loi » (cf.Somme théologique I, II, q 95, a 2).

Nous devons tout faire pour combattre et gagner contre ces projets néfastes et honteux qui nous amènent droit vers une «culture de mort».

Vous ne devez pas sous-estimer le poids que votre combat peut avoir dans votre pays et dans le monde entier.

En 1683, c’est à Vienne que l'invasion de l'Europe par les islamistes a été arrêtée. Ainsi, c’est donc dans votre belle ville de Vienne que notre grande et chère civilisation occidentale et chrétienne a été sauvée une première fois. Votre rôle en 2013 ne devrait pas être moins important dans la défense de la famille, du bon sens et de l'ensemble de la société autrichienne et européenne!

Ensemble, en tant que défenseurs de la Famille de nations différentes, nous représentons la vraie Europe, l’Europe réelle, celle du bon sens, l'Europe de la Famille ; c'est-à-dire, l'avenir de l'Europe et l'Europe de l'avenir!

«Nous sommes la jeunesse du monde», comme le disait le Général Charette, un  général Vendéen, au cours de sa lutte contre la révolution française.  L'avenir nous appartient!

Nul doute qu'avec l'aide de Dieu, nous parviendrons progressivement à réaffirmer, dans nos pays, le bon sens, le droit naturel et nos valeurs chrétiennes historiques pour le bien commun de nos sociétés.

Soyez assurés de notre soutien et du soutien de tous les défenseurs de la famille en France dans votre lutte acharnée contre ces projets destructeurs pour la société d'un mondialisme toujours plus envahissant, puissant et dangereux.

CIVITAS

24 mai 2013

Manifestation du 26 mai - l'appel de Françoise Seillier, ancien Député au Parlement Européen

26 mai v2.jpgHALTE AU MASSACRE DES INNOCENTS!

Après le meurtre légal des enfants conçus dans le sein maternel, de pays en pays, des politiques de mort organisent le massacre de l’innocence, s’attaquent à la pureté de l’âme des enfants et veulent semer un trouble destructeur sur leur identité de garçon ou de fille, et cela, alors même que les symptômes terribles de dépression et de désespérance que sont la consommation de drogue et les suicides de plus en plus nombreux chez des jeunes de plus en plus jeunes devraient réveiller de son autisme un certain monde adulte qui a déjà depuis des années tellement saccagé la jeunesse par des campagnes démoralisantes, au demeurant inefficaces, sous prétexte de lutter contre le sida.

Compte un jour sera demandé, en ce monde ou dans l’autre à tous ceux qui auront laissé livrer les enfants à l’exploitation des adultes par le sinistre « droit à l’enfant ».

La cause de l’enfance est sacrée, malheur à « ceux qui scandalisent un seul de ces petits » auxquels Dieu Lui‐même a voulu s’identifier en naissant parmi nous.

L'heure est grave, marchons le 26 mai avec CIVITAS, pour manifester notre détermination.

 

Françoise Seillier

Ancien Député au Parlement Européen

Groupe Europe des Nations

 

26 mai à 14h30 - manifestation "Ennemis du mariage, de la famille, de la France : du balai !" - de la place Général Catroux (métro Malesherbes) à l'Opéra.

Des cars s'organisent à partir de différentes villes. Les infos se trouvent ici : http://www.civitas-institut.com/content/view/982/1/...... Inscrivez-vous immédiatement !

Vous êtes volontaire pour nous aider ? https://docs.google.com/forms/d/1DHjCDsBF3wF1sOWyga......

21 mars 2013

Non l'avortement n'est pas une solution

tuvasavortermaman.jpegLa revue de l'Agence fédérale d'information mutualiste a publié le 13 mars un dossier consacré à l'avortement (sous l'appelation cosmétique d'IVG, bien sûr) à la suite d'un colloque organisé le 8 mars à Paris pour la journée internationale des droits des femmes en présence de Najat Vallaud-Belkacem qui veut reconquérir internet pour que le site gouvernemental dédié favorablement à l'avortement arrive en première position dans les moteurs de recherche.

La revue mutualiste fait la part belle à Sophie Eyraud, médecin généraliste et coprésidente de l'Association nationale des centres d'interruption de grossesse et de contraception. Pour elle, l'avortement fait partie du "parcours de vie de la femme" au même titre que l'accouchement ! La même déclare : "On veut réduire le nombre d'IVG, mais l'IVG n'est pas un problème, c'est une solution." Et même une solution finale, selon une expression d'un autre régime...

10 mars 2013

Où et comment avorter en quelques clics de souris

Lu sur le site de l'agence de presse indépendante NOVOpress:

 ouavorter.jpg

Après les bons contacts pour un dîner romantique, voyager pas cher ou trouver l’âme sœur, voici les bonnes adresses pour avorter. Le site web, Ivglesadresses.org (copie d’écran ci-dessus) vient d’être mis en ligne. Il recense tous les lieux spécialisés dans l’IVG en Ile-de-France. L’avortement industriel (220 000 par an en France) en quelques clics de souris : « Où avorter ? » propose le moteur de recherche du site web. L’initiative a été lancée par le Revho. Ce réseau militant veut « rendre accessible la méthode d’IVG médicamenteuse en ville ».

On trouve également sur le site, des informations pratiques (tarifs, remboursements…), des présentations sur les différentes méthodes d’élimination de l’enfant à naître. L’expérience pourrait être étendue à d’autres régions. La présidente de Revho et directrice du centre IVG à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), Sophie Gaudu, veut faire de ce site internet une machine de guerre contre des sites pro vie, accusés de décourager les mères voulant mettre fin à leur grossesse.

Pourtant, sur cette question, le combat est inégal. L’avortement volontaire industriel bénéficie en effet d’un soutien déterminant de la République française depuis 1975 : réseau national du planning familial ; dépénalisation de la propagande en faveur de l’avortement ; fin de l’autorisation parentale pour l’avortement des mineures ; sanction de « toute entrave ou tentative d’entrave à l’IVG » ; allongement du délai de l’IVG jusqu’à la fin de la douzième semaine de grossesse, et, à partir du 31 mars prochain, remboursement de 100 % de l’IVG par la Sécurité sociale.

source: article publié le 09/03/2013 sur le site de l'agence de presse indépendante NOVOpress

A Pâques, l'avortement et la contraception des mineures seront gratuits

Lu sur le blog de Jeanne SMITS:

1258521316.jpgDifficile de ne pas voir dans le choix de la date d'entrée en vigueur de la gratuité totale de l'« IVG » et de la contraception pour les mineures une provocation anti-chrétienne. Ce sera le 31 mars. Un dimanche de fin de mois, comme si c'était là un choix logique pour la mise en place d'un nouveau dispositif. Pire : ce sera le dimanche de Pâques.

L'avortement gratuit est à l'évidence une décision idéologique. C'est une des seules dépenses qui progressent dans le cadre de la « rigueur » socialiste – avec celles liées à l'Education nationale, visant à mettre les enfants de plus en plus entre les mains de l'Etat et de leur donner des professeurs issus de l'immigration – et elle se double d'une augmentation du tarif consenti aux hôpitaux et professionnels de la santé, alors même que ceux correspondant à de vrais soins sont gelés depuis des années.

La contraception des mineures, anonyme et gratuite, ne couvre pas tout le spectre des contraceptifs disponibles. Pour elles, ce seront les pilules de 1e et 2e génération, avec tous leurs effets secondaires, leur risque abortif (contragestif : en cas de non-réussite du blocage de l'ovulation, elles ont toutes un « filet de sécurité » constitué par un effet anti-nidatoire, spécialement pour celles de 2e génération), leur bombardement d'hormones sur des jeunes filles encore en phase de formation et leurs effets néfastes sur l'écosystème. Mais aussi, le stérilet, principalement contragestif et jusqu'à il y a peu contre-indiqué chez des femmes n'ayant jamais eu d'enfant, et l'implant contraceptif, qui assure une « protection » de longue durée, associé lui aussi à des effets secondaires non négligeables. (Voir par exemple ici.) Les implants ont eux aussi des effets contragestifs.

Le gouvernement a « vendu » cette mesure en assurant qu'une meilleure couverture contraceptive allair faire diminuer le taux de grossesses adolescentes.

Cela reste à voir. Le sentiment de sécurité donné par l'idée qu'on ne « risque rien » augmente la conduite à risques et la promiscuité, et par ailleurs deux tiers des grossesses non planifiées commencent alors que la femme est sous contraception.

A quoi s'ajoute le danger spécifique de la contraception hormonale pour les femmes qui fument – et beaucoup d'adolescentes fument. Alors ?

source: article de Jeanne SMITS publié le 10/03/2013 sur son blog consacré aux nouvelles internationales de la culture de vie et de la culture de mort.

02 février 2013

Samedi 16 février 2013, congrès de LLV: « L'avortement est-il un "droit de l'homme" ? »

LLV.JPG

(Pour découvrir le dépliant, cliquez sur l'image).

10 h 00 à 10 h 45 : Dr Xavier DOR, président de SOS Tout Petits: « Satanisme et avortement »
11 h 00 à 12 h 00 : Guillaume de THIEULLOY, journaliste, écrivain: « La loi naturelle et les "droits de l'homme" »
14 h 00 à 14 h 45 : Dr Philippe de LABRIOLLE, psychiatre, médecin des Hôpitaux: « Le syndrome post-avortement : comment survit-on à l'usage de la loi qui tue légalement ? »
15 h 00 à 16 h 00 : Pr Jean de VIGUERIE, historien: « Quelques précisions sur l'histoire de l'avortement de l'Ancien Régime à l'époque contemporaine »

16 h 30 à 17 h 30 : Jean-Pierre MAUGENDRE, président de Renaissance Catholique: « Les droits de l'homme et la souffrance des hommes »
17 h 45 : Conclusions par le Dr Luc PERREL, président de Laissez-Les-Vivre – SOS Futures Mères

ADRESSE DU CONGRES : ASIEM -Métro Ségur- 6 rue Albert de Lapparent - Paris VIIème
http://laissezlesvivre.free.fr/ 01.48.78.21.64

07 janvier 2013

Avec le Dr Dor et SOS Tout-Petits, le 13 janvier place Pinel à 13h

affiche13janhorizontale.pngAvant la  Pentecôte, les apôtres qui étaient terrorisés par les pouvoirs juif et romain qui avaient mis à mort Notre-Seigneur Jésus-Christ s’étaient réfugiés au cénacle autour de la Très Sainte Vierge Marie.

Après avoir reçu le Saint-Esprit, les voila qui descendent dans la rue, non pas pour rétablir «  le royaume d’Israël » comme ils l’espéraient encore peu de temps auparavant, mais pour annoncer « la Bonne Nouvelle » et proclamer publiquement leur foi.

A leur exemple, le Dr Dor avec ses amis de l’association SOS Tout-Petits, descendent dans la rue :

Tous les mois, devant un avortoir ou un endroit public fréquenté, pour prier Notre-Dame avec son rosaire. Celle-ci est invoquée tout spécialement sous le vocable de Notre-Dame de Guadalupe, dont l’image miraculeuse est la seule qui La représente enceinte, pour que soient abolies les lois qui autorisent, et donc favorisent, l’avortement.

Toutes les semaines, pour distribuer des tracts devant les établissements scolaires et les facultés. Cette action qui se place plus spécialement sous le patronage de Notre-Dame de L’Immaculée Conception, veut rappeler aux jeunes, auxquels de nombreuses médailles miraculeuses sont distribuées, l’importance de la vertu de pureté. « Rien avant le mariage » répète souvent le Dr Dor.

Le 13 janvier, les amis de SOS Tout Petits seront dans la rue pour dire leur opposition au projet de loi sur « le mariage pour tous ». Mais ils ne s’associeront pas au rassemblement prévu place d’Italie. En effet, comme bien d’autres catholiques soucieux s’élever contre la destruction du mariage et de la famille, ils regrettent que ce rassemblement brouille le message initial de refus du projet de loi par d’autres préoccupations qui ne les concernent pas. Ils regrettent surtout que ce groupe de manifestants, en se disant « aconfessionnel », rejette toute expression publique de la foi catholique alors que se sont en majorité des catholiques qui veulent exprimer leur désaccord à cause de leur foi.

Avec bien d’autres associations nous nous retrouverons donc, le 13 janvier à 13 heures, place Pinel, pour une marche voulue par des catholiques mais réellement ouverte à tous : « Banderoles, bannières, drapeaux et pancartes y seront les bienvenus (pour autant que les textes se rapportent directement à l’objet de la manifestation et respectent la législation française). Chacun y viendra coiffé et habillé comme il le veut. Les catholiques n’y auront pas honte de leur foi, sans que cela soit signe d’exclusion pour les autres ».

SOS Tout-Petits

23 décembre 2012

Revue de presse: Le lobby avorteur européen en action, 13% du PIB pour les banques, les militaires sans soldes, Bompard et la décadence sociétale du mariage gay

Conseil de l'Europe : pressions sur la Pologne et l'Irlande pour l'avortuerie. Analyse du Centre européen pour le droit et la justice (via Zenit)

Les Etats européens ont versé 1600 milliards d'euros d'aides aux banques depuis la crise.Cette somme représente 13% du PIB de l'Union européenne.(L'Expansion)

Défense: il manque 204 millions d’euros pour payer les soldes avant la fin du mois(Zone militaire)

VIDEO: Intervention en commission à l'Assemblée de Jacques Bompard sur la notion de progrès sociétal et l'absence d'un vrai débat concernant le projet de loi ouvrant le Mariage aux Homosexuels.