Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 juin 2013

Dictature socialiste : CIVITAS collecte photos et vidéos

vals-dictature.jpegCIVITAS recherche toutes photos et vidéos libres de droit illustrant la répression arbitraire qui s'abat sur les défenseurs de la famille depuis le 24 mars dernier.

La France a basculé dans la dictature socialiste. Les pratiques les plus arbitraires se constatent chaque jour. Violences policières, arrestations sans fondement, gardes à vue sans motif valable, et maintenant la prison pour tenter de museler l'opposition. Les témoignages se multiplient mais nous avons besoin de collecter un maximum d'images (photos et vidéos) libres de droit pour dénoncer ces pratiques et préparer une riposte de grande envergure.

Vous pouvez adresser vos photos et vidéos à notre secrétariat : par mail secretariat@civitas-institut.com ou par courrier (17 rue des Chasseurs - 95100 Argenteuil)

mineurtabasséparcrs.jpg

Ci-dessus, visage d'un garçon de 14 ans tabassé par des policiers en civil à l'issue d'une manifestation contre la dénaturation du mariage. Ses parents ont déposé plainte contre la police.

dictaturesoc14.jpg

dictaturesoc13.jpg

dictaturesoc12.jpg

dictaturesoc11.jpg

L'argent des contribuables lyonnais subventionne le lobby lgbt

ps-argentdesautres.jpegDans un communiqué de presse, Bruno Gollnisch, député européen et conseiller régional, dénonce :

"À coup de dizaines de milliers d’euros, la ville de Lyon et le Conseil régional de Rhône-Alpes ont subventionné la quinzaine des cultures lesbiennes, gaies, bi et transsexuelles qui se tenait du 7 au 22 juin 2013, et y ont participé. La plaquette de présentation de l’évènement annonçait la couleur : publicité pour le magazine « Prends-moi » (sic !), revendication de la fierté assumée pour la domination, la soumission et le sado-masochisme juste sous la signature du président de la région, Jean-Jacques Queyranne, etc. On n’a pas été déçu du reste !

Les rangs de la dernière gay-pride de Lyon, le 15 juin dernier, reprenaient en effet la nouvelle prétention du lobby homosexuel : l’accès à la PMA pour tous (procréation médicalement assistée). Le soutien de toute la gauche régionale à cet évènement prouve que l’idée est plus avancée que ce que le gouvernement veut nous faire croire."

La vérité sur Clément Méric

Déception : un "mariage" homosexuel à Orange...

mariagehomopolygamie.jpgJacques Bompard n’aura pas tenu longtemps. La menace des amendes et, qui sait, de la prison, a eu raison de son hostilité au « mariage » homosexuel : deux femmes se sont unies lundi devant un conseiller municipal de sa majorité à Orange. C’était le premier « mariage » gay du Vaucluse. La presse locale est hystérique de plaisir. Les photos de l’événement font la une des quotidiens, les journalistes se félicitent d’un moment historique : Stéphanie et Aurélie, « ce sont tout simplement deux femmes qui s’aiment et qui veulent se construire un avenir ensemble. Quoi de plus naturel ? », demande Vaucluse matin. On voit aussi Nina, deux mois, la petite fille de la couple. C’est pour elle que les deux femmes, ensemble depuis huit ans, déjà pacsées en 2011, se sont « mariées » : Stéphanie veut l’adopter, lui donner son nom comme elle l’a aussi donné à sa compagne.

Qui est le papa ? Aurélie a-t-elle bénéficié d’une fécondation in vitro, ou d’une insémination artificielle et anonyme sous contrôle médical ? A-t-elle préféré la méthode artisanale proposée par certains… étalons, qui fournissent la semence, à charge pour l’intéressée, en pic de fécondité, de se l’administrer elle-même à la lumière des bougies et avec une musique romantique en toile de fond ? (Excusez les détails, mais cela se fait, si, si.) Ou a-t-elle surmonté son dégoût des hommes pour adopter la méthode traditionnelle ? L’inconvénient dans les deux derniers cas est de connaître le père, qui avec le temps peut devenir encombrant. Et qui sait, exiger des droits sur l’enfant en tant que géniteur biologique. Pire : Nina pourrait bien un jour réclamer son « vrai papa ».

C’est dire si ce « mariage » n’est ni un conte de fées ni même un roman à l’eau de rose : elle touche à la trame, au tissu même de la vie sociale et en ce sens constitue un acte éminemment, fondamentalement politique.

Il y a un an, dans notre numéro du 14 juillet, Jacques Bompard avait de lui-même soulevé l’affaire alors que nous l’interrogions sur son élection à l’Assemblée nationale, et plus précisément sur la proposition qui circulait alors de modifier les jours fériés en France au profit de fêtes juives ou musulmanes. Le maire d’Orange prévoyait d’autres batailles :

« Nous aurons le combat pour la famille : on veut nous faire un faux mariage qui ne sera plus au service de la défense de la famille mais aux caprices d’individus. Or le mariage n’est pas de l’ordre du caprice : c’est fait pour fonder une famille et avoir des enfants, et non pas, au départ, pour en adopter. »

Dans un premier temps, la loi Taubira promulguée, Jacques Bompard avait envisagé de confier la célébration des « mariages » des couples de même sexe aux élus de l’opposition, cédant d’emblée aux caprices. Cela a déçu… C’est cette solution qu’il adopta lorsque les deux amantes d’Orange vinrent réclamer ses services. On publia les bans, avant de les rendre plus discrets devant l’étonnement de certains ; Anne-Marie Hautant, EELV, l’une de ses opposantes les plus passionnées, fut sollicitée. Elle refusa dans un premier temps, puis accepta sous la pression des deux candidates au mariage.

Entre-temps, Jacques Bompard s’avisant que la délégation spéciale dont il chargerait l’élue l’engagerait personnellement, décida cependant de procéder autrement. Il chercha et trouva parmi les élus de sa majorité, la Ligue du Sud, un conseiller disposant déjà de la délégation pour marier : c’est Denis Sabon qui s’est exécuté et qui a même affirmé n’avoir fait l’objet d’« aucune pression particulière ». « Je respecte la loi, c’est une loi républicaine, donc je respecte la loi tout simplement, tout à fait sympathiquement. Je vois pas pourquoi j’aurais fait la mauvaise foi d’une loi qui est passée, qu’on doit respecter », a-t-il déclaré à France Bleu Provence.

Et c’est ainsi qu’à Orange, où Jacques Bompard aurait pu s’ouvrir un joli boulevard politique à l’heure où l’opposition massive au « mariage pour tous » se cherche des chefs, on a trouvé des accommodements.

La veillée d’opposants au mariage pour tous – une cinquantaine de personnes se sont pacifiquement rassemblées dimanche soir sur les marches du théâtre – lui aura sans doute fait siffler les oreilles.

Cinq autres dossiers de mariage ont été déposés dans la commune par des paires de même sexe.

JEANNE SMITS - Article extrait du journal PRESENT du Mercredi 26 juin 2013

Affaire Clément Méric : Le montage et la manipulation à grande échelle éclatent au grand jour!

manipulation.jpeg

Comme le dénonçait Alain Escada, président de Civitas, dès le 11 juin (Cf.ICI), l'affaire Méric s'est révélée n'être ni plus ni moins qu'un montage et une gigantesque tentative de manipulation.

"Clément Méric voulait vraiment en découdre" titrait Le Point ce matin, alors que les preuves de ce montage commencent à transpirer.

Lu sur Le Point:

" Le Point.fr révèle des extraits de P-V d'audition qui contredisent la thèse du lynchage du militant d'extrême gauche.

Toutes les vérités ne sont pas forcément bonnes à dire. Et celle-ci déplaira sans doute à quelques bonnes consciences politiques qui ont parlé trop vite... Les vraies raisons de la bagarre qui a abouti jeudi 6 juin au soir à la mort de Clément Méric sont en train de s'éclaircir. Et elles sont fort différentes de la version complaisamment servie les jours suivant le drame. Dans ce dossier, les témoignages concordent. D'après le vigile qui a assisté à la montée en puissance de l'altercation, "Clément Méric voulait vraiment en découdre". "Il semblait vraiment haïr ces gens", affirme-t-il sur le procès-verbal de son audition.

clément méric,manuel valls,pierre bergé,loi taubira,manipulation,printemps français,alain escada,civitas

Ce témoin-clé raconte qu'avant que les choses ne dégénèrent il est allé voir le groupe des "antifas", alors clairement identifiés comme étant les auteurs des troubles, afin de leur demander de quitter les lieux. Les militants de Ras ont fait semblant d'obtempérer, mais se sont repliés au rez-de-chaussée à droite du magasin Fred Perry, dans lequel Alexandre, Samuel et Katia faisaient leurs courses. Se sentant menacés, ceux-ci ont téléphoné à Esteban, qui les a rejoints, suivi d'une cinquième personne arrivée au moment où débutait la bagarre.

Toujours selon des témoignages concordants, les skins quittent le magasin en sortant à gauche afin de ne pas croiser les militants d'extrême gauche. Malheureusement, la bouche de métro est située sur la droite. Et c'est près d'elle que les jeunes gens se croisent et que tout dégénère. Selon nos informations, un certain Samuel (un des skins mis en examen) reçoit le premier coup. Les mêmes témoignages affirment : "Les mecs d'extrême droite ont cherché à échapper à l'affrontement, n'ont fait que se défendre, puis ont répliqué."

Ce matin, RTL révèle que la police judiciaire parisienne a mis la main sur les premières images de la rixe. La vidéo, tournée par une caméra de surveillance de la RATP dans une rue située au niveau de la station Havre-Caumartin, serait accablante pour le militant d'extrême gauche. D'après la radio, on y verrait notamment Clément Méric se précipiter vers son meurtrier présumé, le skinhead Esteban Morillo, alors de dos, pour lui porter un coup. Ce dernier se serait alors retourné avant de frapper son agresseur en plein visage. Un coup donné qui a laissé au sol Clément Méric, inconscient. Avec un poing américain ? L'enquête ne l'a pas encore démontré.

Un mystérieux site avait publié leurs photos

Le Point.fr est en mesure de révéler que les enquêteurs disposent de captures d'écran de sites internet "anti-fachos", notamment Vigilance Végane Antifasciste, très proche de la mouvance de Clément Méric, sur lesquels apparaissent dès le 2 décembre 2012 les photos d'Esteban et sa compagne Katia, au-dessus desquels figure la mention "Besoin d'identification please". Méric et ses amis les avaient-ils reconnus ? Ce qui changerait considérablement la donne... À noter que ces photos étaient encore accessibles sur le site mardi 25 juin à 11 heures ! L'affaire est actuellement instruite par le juge Carole Vujasinovic. Et selon une source proche d el'enquête, Estaban n'a jamais eu à faire à la justice et est vierge de tout passé pénal."

Click here to find out more!Retrouvez l'article complet ici

ou http://www.lepoint.fr/societe/exclusif-clement-meric-voulait-vraiment-en-decoudre-25-06-2013-1685655_23.php

24 juin 2013

A peine 150 visiteurs au Salon du mariage gay : le fiasco total pour le lobby lgbt

Lu ici :

"Ils avaient prévu champagne, jus de fruits et des montagnes de petits fours… ils ont fini par «liquider tout ça» eux-mêmes. En deux jours, la soixantaine d'exposants présents au premier Salon du mariage pour tous a croisé à peine 150 visiteurs, dont… quelques «figurants», selon eux. «Remboursez!, Remboursez!», criaient-ils dimanche en début d'après-midi, tout en commençant à démonter leurs stands.

Allées désertes, hôtesses désœuvrées, agents de sécurité apathiques, en fin de matinée, Le Figaro n'avait pu rencontrer que trois clients. «Les gays se lèvent tard…», avait hasardé l'attachée de presse. Mais quelques heures plus tard, «il n'y a toujours pas un chat, s'énerve le bijoutier du Comptoir La Fayette. En quarante ans de métier, je n'ai jamais vu ça. J'ai investi 30.000 euros et je n'ai vendu qu'une seule paire d'alliances… à des hétéros!»

À côté, Johanna, qui vient de créer sa société organisatrice d'événements Eden Day, n'a signé aucun contrat. «C'est juste une catastrophe!, se désole la jeune femme. C'est mon premier salon, je comptais dessus pour démarrer. J'ai vu en tout et pour tout cinq personnes, et en parlant avec les autres, on a compris qu'on avait tous vu les cinq mêmes…» Pire, «aux questions qu'ils posaient, j'ai bien vu qu'ils n'étaient pas là pour se marier, raconte le bijoutier. On a tous remarqué que des gamins de 20 ans avaient passé toute la journée de samedi ici, pour faire semblant devant les journalistes».

Furieux de ce «fiasco total», le DJ Emmanuel Attiach, de 1dream1event, fait signer une pétition aux autres exposants [...]"

mariage=homme+femme.jpeg

Dictature socialiste : CIVITAS recherche photos et vidéos

vals-dictature.jpegCIVITAS recherche toutes photos et vidéos libres de droit illustrant la répression arbitraire qui s'abat sur les défenseurs de la famille depuis le 24 mars dernier.

La France a basculé dans la dictature socialiste. Les pratiques les plus arbitraires se constatent chaque jour. Violences policières, arrestations sans fondement, gardes à vue sans motif valable, et maintenant la prison pour tenter de museler l'opposition. Les témoignages se multiplient mais nous avons besoin de collecter un maximum d'images (photos et vidéos) libres de droit pour dénoncer ces pratiques et préparer une riposte de grande envergure.

Vous pouvez adresser vos photos et vidéos à notre secrétariat : par mail secretariat@civitas-institut.com ou par courrier (17 rue des Chasseurs - 95100 Argenteuil)

DICTATuresoc2.jpg

Ci-dessus : à gauche, barbouzes de la police en pleine action

loi taubira,manuel valls,barbouzes,dictature socialiste,onlr,printemps français,alain escada,civitas

loi taubira,manuel valls,barbouzes,dictature socialiste,onlr,printemps français,alain escada,civitas

loi taubira,manuel valls,barbouzes,dictature socialiste,onlr,printemps français,alain escada,civitas

 

Magistrats de France, réveillez-vous !

Tribune dans Le Point d'un magistrat qui s'adresse à ses confrères au sujet de l'affaire Nicolas B., démonstration d'un totalitarisme d'Etat.

Lu dans Le Point: 
ou

A Fribourg aussi, des catholiques résistent au lobby homosexuel

mariagehomopolygamie.jpgSamedi dernier, Fribourg était livrée à une gay pride banalisant le scandale. Le long du parcours, quelques prêtres de la fraternité Saint-Pie X  et une quarantaine de jeunes catholiques ont manifesté leur opposition avec des slogans, des pancartes et des prières.

"Dans une lettre envoyée à l'évêque de Lausanne, Genève et Fribourg Charles Morerod, ils ont regretté que l'Eglise se taise face à cet «étalage contre-nature», a indiqué un prêtre en soutane", peut-on lire dans la presse suisse d'aujourd'hui. Une action de ce genre avait déjà été menée lors du défilé homosexuel de Delémont l'an dernier.

Honneur aux catholiques qui résistent au déferlement d'immoralité !

La dictature socialiste s'est exprimée à Lyon ce week-end

La police n'a pas le temps de s'occuper des voyous et des racailles, elle traque les défenseurs de la famille. Merci qui ? Merci Manuel Valls...

dictaturelyon.jpg

dictaturelyon2.jpg

Liberté pour Nicolas B. !!!

libertépournicolas.jpg

libertépournicolas2.jpg

Avec Civitas, on ne lâche rien !

Des manifestations se sont déroulées un peu partout en France contre la dénaturation du mariage et en soutien à Nicolas B., victime de la répression d'un Etat français qui a sombré dans le totalitarisme.
CIVITAS était présent dans différentes villes. Comme par exemple ici :
civitasardennes.jpgCivitas envers et contre tout
Hier après-midi, nombre de manifestations ne sont pas passées inaperçues. En parallèle de la célébration du premier mariage gay en mairie, des échauffourées de la place d'Erlon, une trentaine de militants de Civitas, catholiques traditionalistes, se sont massés sur le parvis de la cathédrale. À genoux, enfants et adultes, ont, durant plus d'une heure, récité des prières. Une manifestation pacifique certes, mais qui n'est pas sans poser problème, un samedi, un des jours de grande fréquentation de la cathédrale, édifice le plus visité de la ville.
Outre des prières, quelques militants brandissaient des pancartes indiquant « La famille, c'est sacré ». L'onde de choc qu'a provoqué la promulgation de la loi autorisant le mariage pour les couples de même sexe continue donc encore de résonner.

22 juin 2013

Commandez la revue Civitas

civitas_48_couv (2).JPG

 

21 juin 2013

Civitas se dote d'une application pour les smartphones

icon-iphone.png

Les possesseurs de smartphones pourront désormais suivre en direct l'actualité et les commentaires d'actualité de Civitas. Ils pourront encore plus facilement découvrir, contacter, soutenir et suivre les actions du mouvement directement sur leur téléphone.

 

imprimecran.pngimprimecran2.pngimprimecran4.pngimprimecran3.png

Quelques impressions d'écran de l'application.

 

L'application pour les smartphones et tablettes équipés d'Android est disponible sur Google Play

ici

(ou cliquez sur l'image ou bien recherchez directement sur Google Play)

civitas, application civitas, android, actualité civitas,

Les applications pour Iphone et autres appareils Apple ainsi que pour les appareils équipés de windows-mobile suivront.

L'UMP Bernard Accoyer, futur gagnant d'un dîner de c...

famillec'estsacré.jpegAprès Roland-Garros, c'est le Tour de France qui pourrait bien offrir à certains un terrain d'expression pour faire entendre un message opposé à la loi Taubira dénaturant le mariage. Une idée qui a rendu furibard l'UMP Bernard Accoyer, ancien président de l'Assemblée. Devant des journalistes, il a explosé le 13 juin : "Ce sont des cons, des trous du cul. Il ne faut pas toucher au Tour. C'est sacré ! Et je peux vous dire qu'on va leur faire comprendre à tous ces cons qu'il vaudrait mieux qu'ils renoncent à leur projet."
En fait, ce qu'il faudrait, c'est surtout faire comprendre à ce vulgaire politicien UMP que ce qui est sacré, c'est le mariage et la famille et non le Tour de France.
Et pour reprendre le vocabulaire favori de Bernard Accoyer, on lui conseille de réfléchir avant de s'exprimer de la sorte, sans quoi aux prochaines élections, il pourrait bien être l'invité d'honneur du dîner de cons...

20 juin 2013

«Hier après-midi, j’étais au Tribunal… »: Entretien exclusif avec une courageuse militante pour la défense du mariage et de la famille.

civitas, printemps français, Nicolas B., dictature socialiste, loi taubira,Nous avons pu interviewer Anastasia, une jeune militante pour la famille, qui était hier après-midi au palais de « justice » où comparaissait Nicolas B. un jeune et pacifique défenseur du droit élémentaire et primordial pour les enfants d’avoir un papa et une maman. Nicolas B. a d’ailleurs été condamné à 4 mois de prison dont 2 fermes et plusieurs milliers d’Euros d’amende.


FJC : Bonjour Anastasia, peux-tu, s’il te plaît, te présenter brièvement ?

Anastasia : Bonjour, j’ai 21 ans et je suis étudiante en droit. Ces derniers mois je me suis beaucoup mobilisée contre la loi Taubira et les folles dérives de la dictature socialiste.

 Sans raison particulière, j’ai été interpellée plusieurs fois. Ayant le simple de tort de défendre pacifiquement mes convictions, j’ai eu à subir de nombreuses fois l’extrême violence dont les forces de police font preuve à l’égard des jeunes français qui ont décidés de s’opposer pacifiquement à l’inique loi Taubira.

Dimanche dernier, j’ai participé à l’accueil de F. Hollande devant le siège de M6 et aux évènements qui ont suivis.


FJC : Justement, peux-tu revenir sur ces faits et nous les expliquer ?

Anastasia : Dimanche soir dernier, nous étions nombreux devant les locaux de M6 pour accueillir F. Hollande et ainsi exprimer pacifiquement notre refus, notre colère et notre indignation vis-à-vis de sa politique suicidaire pour la société.

Dans la soirée après cet accueil, avec un groupe de jeunes nous nous sommes entendus spontanément tous ensemble pour nous promener de façon pacifique sur les trottoirs de Paris, sans fumigène  et évidemment sans dégâts matériels.

Nous nous sommes entendus pour  déambuler simplement comme un groupe de jeunes qui a juste envie de se faire entendre et qui n’est absolument pas satisfait de la manière dont La Manif Pour Tous gère la mobilisation contre F. Hollande et sa politique et s’est laissée parquer pour cette manifestation à plus de 500m du président de la république.

Nous n’étions vraiment pas satisfaits de ça et de l’ostracisme dont fait preuve La Manif Pour Tous vis-à-vis de certains mouvements et des cadres de ces mouvements. Nous étions et nous sommes aussi scandalisés de la « chasse aux sorcières » qui s’exerce en permanence au sein de LMPT  vis-à-vis des gens qu’ils supposent être des « militants d’extrême-droite». C’est-à-dire que si vous n’êtes pas habillés comme des petits bourgeois du XVI°, vous êtes à bannir.

Un autre exemple : La LMPT a fait un regroupement d’avocats pour aider les militants en difficultés à s’en sortir.  Et d’après mon expérience, ils sont assez sectaires dans leur manière de choisir qui ils décident d’assister ou pas. Ceci dit cela a peut-être évolué depuis mon expérience, je n’en sais rien. Mais en tout cas, c’est tout un tas de comportement au sein de La Manif Pour Tous qui sont soit sectaires soit clairement  trop mous quant aux moyens à choisir pour se faire entendre.

Donc spontanément nous sommes allés dans la rue. Nous étions 300 jeunes et on s’est promené dans les rues, on a pris le métro et on est sorti sur les champs Elysées. Nous étions sur le trottoir depuis quelques secondes, j’étais à côté de Nicolas, quand nous nous sommes fait charger par les CRS sans sommation. Nous nous sommes réfugiés dans une pizzeria ou des policiers en civils, probablement de la BAC, sont venus pour violemment interpeller Nicolas.

Je pense que la police le visait personnellement. Car la quarantaine de personnes qui ont été interpellées en même temps que lui ont été relâchées après un contrôle d’identité de plusieurs heures. De plus, il est parti dans la voiture de la BAC et non dans le panier à salade comme tous les autres.

 

FJC : Tu étais hier après-midi au palais de justice lors de l’audience qui a abouti à la condamnation de Nicolas B., un militant pacifique pour le mariage et la famille, à 4 mois de prison dont 2 mois de prison ferme et à plusieurs milliers d’euros d’amende. Peux-tu raconter précisément ce que tu as vu ?

civitas, printemps français, Nicolas B., dictature socialiste, loi taubira,

Anastasia : Hier après-midi, j’étais au Tribunal, Nicolas a été inculpé de Rébellion, mais la confrontation avec les 3 policiers qui l’accusent de ce fait n’a jamais eu lieu. Et en dépit de la vidéo de son interpellation qui prouve qu’indubitablement il ne s’est pas rebellé, ce fait a été retenu contre lui.

Nicolas a aussi été inculpé d’un refus d’être signalisé, c’est-à-dire de subir un prélèvement d’ADN. Ce fait ne mérite en aucun cas de la prison car c’est son droit le plus strict.

Enfin, Nicolas a été inculpé d’organisation de manifestation non déclarée. Mais son interpellation a eu lieu au cours d’un évènement spontané.

Les magistrats censés être neutres et impartiaux, se sont à plusieurs reprises moqués de lui pendant l’audience. Ce procès est une mascarade, c’est un procès politique car en bon droit le dossier est vide !

Son avocat a brillamment démonté les chefs d’inculpation, parfois au moyen de séquences vidéo sans appel. Malgré tout, le juge a suivi la réquisition du Parquet et a lourdement condamné le paisible et brillant étudiant en double cursus qu’est Nicolas, un garçon très bien, à une amende de plusieurs milliers d’euros et à 4 mois de prison dont 2 fermes avec mandat de dépôt, c’est-à-dire qu’il a été immédiatement incarcéré à Fleury-Mérogis.

Dans son amende, Nicolas a été condamné à payer pour les policiers qui avaient déposés plainte pour rébellion, en dépit des vidéos qui attestaient de son  bon comportement.  Mais eux, les policiers n’ont pas été condamnés pour les violences avérées qu’ils ont fait subir sans raison à Nicolas.

Je tiens aussi à dénoncer les conditions épouvantables de sa garde-à-vue avant sa comparution et ses conditions de détention actuelle car il est enfermé à Fleury-Mérogis avec des violeurs et toutes sortes de malfrats et il risque très clairement d’être maltraité et de subir des violences horribles.

 

FJC : Et à la sortie du palais de justice que s’est-il passé ?

Anastasia : A la sortie du palais de justice, nous étions un petit groupe de jeunes à vouloir aller saluer Nicolas au dépôt comme cela se fait couramment. On nous a violemment interdit l’accès au dépôt. La police nous a tapé dessus, nous a parqué et interdit de circuler comme on voulait. On nous a aussi arraché nos portables, et on s’est finalement fait escorter par la police jusqu’à 500 m de là. Incroyable !


FJC : Ton témoignage dénonce la scandaleuse répression policière et judiciaire à la fois violente, injuste et disproportionnée d’un pouvoir aux abois vis-à-vis d’une jeunesse qui ne fait que défendre le bon sens et la famille. Comment vois-tu l’avenir ? Comptes-tu en rester-là ?

 

civitas, printemps français, Nicolas B., dictature socialiste, loi taubira,Anastasia : cette affaire est un déclic, un seuil a été franchi, c’est pour l’instant le summum de la dictature socialiste. Je le dis comme je le pense. Ce sont des moyens de répressions épouvantables et démesurés si on compare avec les casseurs du Trocadéro ou du RER qui sont tous sortis avec du sursis alors que ce qu’on leur reprochait était de loin beaucoup, beaucoup plus grave. Cette répression est donc clairement politique. Il y a un rapport de force qui s’instaure.

Pour l’avenir, d’un côté nous ne voulons pas desservir Nicolas en mettant une pression qui serait négative, car on souhaite qu’il sorte le plus vite possible. De l’autre, on ne doit rien lâcher ! Donc nous allons continuer tous nos « accueils » de ministres pacifiquement comme d’habitude.

D’autre part, dimanche soir aura lieu une manifestation de soutien à Nicolas dont le lieu n’a pas encore été fixé et nous invitons un maximum de gens à venir lui exprimer leur soutien par ce moyen.


FJC : Anastasia, nous te remercions chaleureusement d’avoir répondu à nos questions et te souhaitons bon courage pour la suite.

Civitas sera toujours aux côtés de tous ceux qui veulent protéger notre société de ces lois scélérates et soutiendra quoi qu’il en coûte, tous ceux qui veulent défendre, sans faiblesse ni compromission, le bon sens, le mariage  et la famille.

Pour écrire un message de soutien à Nicolas : ici
Une vidéo à voir sur le sujet : ici
* FJC = France Jeunesse Civitas

19 juin 2013

Lettre ouverte au Conseil Famille et société de la Conférence des évêques de France

CIVITAS souscrit entièrement à cette lettre ouverte :

 

Michel BALLANDRAS                                                                       Le 17 juin 2013

 

 

 

 

 

 

Messeigneurs,

Mesdames et messieurs

Membres du Conseil Famille et société

de la Conférence des évêques de France

 

 

 

 

 

famillec'estsacré.jpegJ’ai pris connaissance avec intérêt, mais avec toute la consternation nécessaire en pareil cas, de votre document « Poursuivons le dialogue » à propos de la série de lois, celles déjà votées et celles à venir, du gouvernement en charge des destinées du peuple français.

Ma longue, très longue, trop longue (hélas !) expérience des techniques et procédés subversifs, m’amène à m’inviter, sans trop d’illusions, dans le dialogue dont vous proposez la poursuite. Le dialogue étant, par définition, un échange de vues entre deux interlocuteurs, je m’incruste peut être dans un processus pour lequel ma présence n’est pas forcément bienvenue. Je vous prie donc de bien vouloir m’en excuser.

Sachez d’abord que j’appartiens à la religion catholique par mon baptême, que je m’efforce, avec la grâce de Dieu, de me conformer à l’esprit, à la loi et à l’enseignement que m’ont inculqués les prêtres de l’Eglise. S’efforcer de toujours mieux connaître et approfondir la vérité catholique n’interdit pas de s’intéresser aux intentions et aux méthodes de ceux qui œuvrent ouvertement en faveur de la destruction et de la disparition des valeurs catholiques pour les remplacer par les valeurs de la Révolution.

Parmi la trentaine de points qui « posent problème » dans votre texte, il y a ceux pour lesquels la doctrine catholique donne, et depuis toujours, des réponses claires qui pendant longtemps n’ont pas donné lieu à des remises en cause notoires. Il y a ceux qui ne sont pas clairement posés, laissent le champ libre pour des interprétations diverses qui ne peuvent que brouiller le dialogue recherché. Or chacun sait qu’un problème mal posé a toutes les chances de ne déboucher sur aucune solution satisfaisante. Je ne traiterai pas tous les points ; je m’en tiendrai à quelques uns qui suffisent à enlever au texte une bonne partie de sa crédibilité.

 

Le paragraphe d’introduction

Il se veut une proposition « pour aider les communautés catholiques à surmonter leurs différences d’approche et à approfondir le dialogue ». C’est déjà reconnaître que des différences existent entre les communautés catholiques. C’est reconnaître que ces différences dites « d’approche » concernent plus la forme et la manière que le fond. C’est réduire le dialogue aux seules communautés catholiques alors que de nombreuses personnes ayant d’autres valeurs de référence espèrent qu’une attitude plus claire et plus ferme de l’Eglise catholique les aiderait à y voir plus clair.

Faire état « d’inspiration éthique » à propos de la foi chrétienne réduit celle-ci à une opinion relativiste et subjectiviste étant entendu que tout groupe social se réclame d’une « éthique » pour justifier ses prises de position. Autrefois, l’Eglise parlait de Morale (avec un M majuscule) pour en caractériser l’origine divine et la distinguer de toutes les éthiques d’origine humaine. Cela nous permettait de savoir ce qui était bien et ce qui était mal. Aux yeux de Dieu évidemment et non en regard d’une prétendue conscience universelle.

 

christ-roi.jpgLes enjeux de la réforme

Vous avez choisi de vous « placer sur le terrain juridique et anthropologique ». Venant d’autorités religieuses, on se serait attendu à ce que vous vous placiez d’abord et surtout sur le terrain religieux pour donner plus de poids au juridique et à l’anthropologique . Vous aviez le choix entre « favoriser le dialogue » et témoigner de la vérité. Vous avez choisi le dialogue.

 

De nombreux clivages

La conséquence crevait les yeux : des « clivages » sont apparus, « révélateurs de la complexité du jugement éthique ». Pouvait-il en être autrement ?

Des aveugles conducteurs d’aveugles ont-ils la moindre chance de ne pas se tromper de route ou de ne pas se casser la figure dans le premier fossé venu ?

 

L’exigence démocratique

Se peut-il que vous puissiez vous tromper sur le caractère de la démocratie actuellement pratiquée en France et dans bien d’autres pays ? L’Eglise n’a pas manifesté d’opposition au principe d’un gouvernement démocratique. A la condition que la démocratie soit un mode de désignation des chefs politiques en vue d’une politique orientée vers le bien commun. Après quelques errements dont elle est revenue au début du 20ème siècle, elle a condamné la démocratie en tant que mode de gouvernement fondé sur le suffrage universel et le régime des partis, système qui favorise et entretient la division dans le peuple entre une majorité qui a raison et une minorité qui a tort et qui doit, à ce titre, être poursuivie et condamnée comme étant un frein à la liberté, à la paix et au « progrès ».

 

Homophobie

Comment des hommes d’Eglise peuvent–ils tomber dans le piège de la linguistique subversive largement répandue par les milieux politiques et les médias ? Le mot phobie signifiant « peur », un homophobe est quelqu’un qui a peur des homosexuels. S’il y a des catholiques qui ont montré qu’ils ne craignaient pas le diktat des organisations homosexuelles toutes puissantes, ce sont bien ceux qui ont manifesté en janvier, en mars et de nouveau fin mai. Où sont les vrais homophobes, ceux qui, face aux homosexuels, leur déroulent le tapis rouge, leur font des risettes et s’emploient à les encourager dans leurs débordements ? Qui les rassurent en leur disant qu’ils méritent le respect en « assumant leur différence » ?

 

Violences

Après tant de témoignages, de vidéos, comment pouvez-vous laisser entendre que les catholiques présents aux manifestations se sont livrés à des actes de « violence verbale et même physique ». Sont-ce les bébés dans leurs poussettes qui ont gazé les braves CRS ? Sont-ce leurs jeunes mères emmenées sans le moindre égard dans les paniers à salade et parquées dans les cellules crasseuses des commissariats ? De quelles paroisses venaient les grands-pères et les grands-mères s’attaquant à coups de matraques et de gourdins aux pauvres gendarmes chargés du « maintien de l’ordre » ?

 

drapeauxsacrécoeur.jpgLaïcité et laïcisme

Se peut-il qu’il existe encore au 21ème siècle des catholiques qui confondent laïcité et laïcisme ? Qui considèrent que « la laïcité ne fait pas obstacle à une expression des religions » ? De quelle expression et de quelle religion ? L’Eglise catholique a-t-elle le droit de s’exprimer en tant qu’Eglise ou simplement « comme toute association » ? « Peut-elle faire entendre ses arguments », par tolérance, ou a-t-elle le devoir de le faire clairement, fermement, sans ambiguïté ? Vincent Peillon n’a pas attendu d’être ministre de l’Education Nationale pour affirmer haut et fort ce que l’on sait depuis un siècle et que la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, héritière de celle de 1789, a confirmé, à savoir que le laïcisme est la nouvelle religion, à l’exclusion de toute autre et donc de la religion catholique qui est en réalité la religion exécrable dont il faut éradiquer la présence sur la terre et l’influence détestable sur les esprits et les intelligences. Le laïcisme a, à son tableau de chasse, les martyrs de Vendée, les Cristeros du Mexique, les catholiques du Vietnam et bien d’autres. Convient-il de s’en réjouir et de lui attribuer un certificat de bonne conduite ?

 

L’intérêt supérieur de l’enfant –la PMA et la GPA

« … trouver une majorité pour s’opposer à un élargissement des cas autorisés ». L’Eglise envisage-t-elle de condamner fermement la PMA et la GPA ? Ou bien dispose-t-elle d’arguments sérieux, nécessairement moraux, pour les justifier « dans certains cas, en certaines circonstances et selon certaines précautions » ? Ce qui reviendrait à en accepter le principe comme cela a été le cas pour l’avortement avec les conséquences dramatiques que nous connaissons.

 

Tous responsables de tous

Quelle belle formule qui ne signifie rien d’autre que personne n’est responsable de rien et surtout pas de ses propos, de ses intentions, de ses actes. A quoi me servirait-il de me confesser à un prêtre catholique si je ne me considérais pas comme responsable de mes mauvaises actions ? L’expression « mea culpa » a-t-elle encore une signification ? Dois-je me considérer comme responsable des actes de barbarie qui ensanglantent la terre ? Dois-je me considérer comme responsable des massacres des chrétiens au Proche et au Moyen-Orient, par le petit et le grand Orient, en Afrique et ailleurs ? Dois-je me considérer comme innocent si les autres sont responsables de mes actes ? Me suffit-il d’être « responsable et pas coupable » pour bénéficier de l’indulgence plénière ?

 

manifcivitasfamillesacré.jpgHétérosexualité et homosexualité

« Toutes les personnes hétérosexuelles n’arrivent pas à vivre une relation d’amitié…etc ». « Mais le fait que toutes n’y arrivent pas ne dévalorise pas cette expérience ». Quelle incitation et quel encouragement à la débauche ! Et quelle honte ! Pourquoi mettre en regard en face l’une de l’autre homosexualité et hétérosexualité selon le bon vieux principe hégélien ? Pourquoi ne pas parler de « normalosexualité », c’est à dire d’une sexualité normale telle que la morale catholique la préconisait et l’enseignait jadis ?

 

L’éducation relationnelle, affective et sexuelle des jeunes

Vous en affirmez l’urgence ! Mais les jeunes qui ont manifesté et qui continuent, à Paris et dans toute la France, ne vous ont pas attendu. S’ils manifestent, c’est parce qu’ils ont compris ce qu’était la véritable sexualité, la nature des relations que tout chrétien doit avoir avec ses semblables, y compris les sbires casqués du maintien de l’ordre qui les maltraitent allègrement. Ils ne vous ont pas attendu pour prendre le train de la foi, de l’espérance et de la charité fraternelle sans se soucier de savoir si vous restiez ou non sur le quai.

 

+++

 

 

 

drapeaufrançaiscoeurdejésus.jpegAllons, Messeigneurs, ayez la tête au Ciel et les pieds sur terre. Et le cœur à sa vraie place !

Faites-nous grâce de votre littérature sirupeuse, insipide. Faites-nous grâce de vos propos ni chèvre, ni chou, de vos allusions floues, sans courage ni clarté. Ne vous faites pas les porte-paroles des révolutionnaires en espérant qu’ils vous épargneront le moment venu. Ils se servent de vous, mais ils vous méprisent et méprisent vos « p’têt ben que oui, p’têt ben que non ».

« Que votre parole soit oui oui, non non, ce qu’on y ajoute vient du Malin » (Matt 5,37)

Ce qu’on y ajoute vient du Malin ! Quelle terrible mise en garde de Notre Seigneur qui n’hésitait pas à chasser les marchands du Temple à coups de fouet et traitait les scribes et les Pharisiens d’hypocrites et de sépulcres blanchis.

Soyez catholiques, Messeigneurs, et si vous ne l’êtes plus, redevenez-le, car les simples fidèles que nous sommes avons besoin des lumières, les vraies, que nous attendons des successeurs des apôtres que vous êtes. Retrouvez le langage sans équivoque de St Paul qui n’hésitait pas à appeler un chat un chat et fustigeait les mœurs déplorables de certaines communautés chrétiennes encore trop engluées dans la paganisme.

Qu’il en soit ainsi (ce qui est plus moderne que l’antique formule « ainsi soit-il ») ! Pour la plus grande gloire de Dieu et le salut des âmes !

Politique familiale russe aux antipodes de celle pratiquée en France

russesprofamille.jpgLe programme gouvernemental intitulé « Conception de la politique familiale d’État à l’horizon 2025 » a provoqué un large débat dans les médias russes. Elena Mizoulina, députée du parti Russie Juste et une des auteurs du document, éclaircit certains points.

Sur la famille

Les auteurs du rapport estiment que la famille est « l’union d’un homme et d’une femme, enregistrée par l’État ou par les institutions religieuses ». Le document précise qu’une « famille idéale » est celle abritant plusieurs générations sous le même toit. La députée estime que « la grande famille à plusieurs générations a toujours été une tradition russe. Aujourd’hui, une famille sur trois réunit plusieurs générations : et ce n’est pas simplement lié à la difficulté de se loger, c’est un choix véritable. »

Sur les enfants

Le document prévoit également « plusieurs enfants » dans la famille – idéalement, au moins trois. Les députés y fixent pour objectif de surmonter la crise démographique, et misent notamment sur les familles nombreuses comme « familles les plus solides ». Les chiffres officiels indiquent que 87% de ces familles nombreuses, en Russie, sont « complètes » : c’est-à-dire réunissant un père et une mère.

Sur le mariage à l’église

Le document propose d’égaliser mariage religieux et mariage civil. La députée estime que la société russe a actuellement tendance, en effet, à préférer le mariage religieux au civil. Et les auteurs du document veulent ainsi permettre aux croyants d’obtenir un justificatif officiel de l’union sur la base de l’acte d’église. Le mariage religieux, pour l’heure, n’est pas reconnu par l’État russe.

Sur le rôle de l’église

Elena Mizoulina assure que le rôle des Églises a considérablement augmenté au cours des dernières années. Les représentants des trois confessions les plus nombreuses (orthodoxes, musulmans et juifs) participent activement aux débats parlementaires, notamment sur les questions touchant à la famille. Et leurs avis convergent. La députée précise que des représentants de chacune des confessions ont également pris part à l’élaboration du programme .

Sur le divorce

Afin de réduire le nombre de divorces (il concerne un mariage sur deux en Russie, assure le rapport), le texte prévoit d’établir une « taxe » en cas de dissolution du mariage, dont s’acquitteront les deux époux. Les fonds récoltés seront notamment versés à un Fonds des pensions alimentaires, qui soutiendra les familles en difficulté. Les hommes qui ne s’acquittent pas de leur pension alimentaire se verront interdire de quitter le pays ou d’effectuer des achats importants.

Sur l’avortement

Le rapport incite à « former une image négative » de l’avortement dans la société, souligne que l’acte ne doit pas « être perçu comme une chose banale ». Elena Mizoulina mise, parallèlement, sur la promotion de la maternité et de l’enfance, et propose des mesures de soutien financier pour les femmes enceintes se trouvant dans des situations difficiles. La contraception n’est pas évoquée dans le texte.

Le document a été conçu au sein du Comité sur les affaires des familles, des femmes et des enfants auprès de la Douma d’État, avec la participation d’experts extérieurs et de représentants des confessions présentes sur le territoire russe.  « Notre conception se base sur les valeurs russes traditionnelles. Les statistiques montrent que ces valeurs, même ébranlées aujourd’hui, continuent de jouer un rôle essentiel », affirme Elena Mizoulina. Tout en précisant que le document en question n’en est qu’au stade de l’ébauche.

Offenses aux croyants et propagande homosexuelle auprès des mineurs deviennent des délits en Russie

drapeau-russe-avec-les-armoiries.jpgMardi 12 juin la Douma russe (la chambre basse du parlement russe) a adopté un projet de loi visant à lourdement sanctionner les offenses aux croyants, via une amende allant jusqu’ à 500.000 roubles (12.500 euros) et un an de prison aux personnes "menant une action publique qui témoigne d'un évident manque de respect envers la société dans le but d'offenser les sentiments religieux des croyants". La loi comprend aussi un volet qui augmente la peine de prison si l’offense est commise au sein d’un lieu de culte et enfin vise aussi la "profanation intentionnelle de littérature religieuse et d'objets de culte" ou encore le fait "d'empêcher illégalement l'activité religieuse".

Le terme d’offense (d’outrage peut on dire) aux croyants a sans aucun doute été grandement inspirée des actions menées par quelques groupuscules qui on s’en souvient avaient l’été dernier entamé une véritable croisade contre les églises et les croyants en Russie et en Ukraine, continuant leurs activités d’agents provocateurs aujourd’hui principalement en France, en s’attaquant d’ailleurs aux croyants Chrétiens comme musulmans. (...)

Une conception religieuse de la famille.

Les menaces et pressions de l’UE et des divers lobbies n’y ont rien fait, la Russie a confirmé qu’elle est un pays souverain qui ne cède pas aux pressions. La Douma a donc aussi voté ce mardi 12 juin une loi instaurant des amendes allant jusqu'à un million de roubles pour "propagande des relations sexuelles non-traditionnelles auprès de mineurs", c'est-à-dire la propagande, y compris par le biais d'Internet et des médias, de "la pédophilie, de l'homosexualité, de la bisexualité et du transsexualisme auprès des mineurs".

La loi votée a en vu les niveaux d’amendes être augmentés par rapport aux projets initiaux, passant de 4.000 à 5.000 roubles d'amende (100 à 125 euros) pour les personnes physiques, de 40.000 à 50.000 roubles (1.000 à 1.250 euros) pour les personnes dépositaires de l'autorité publique et de 800.000 à un million de roubles (20.000 à 25.000 euros) pour les personnes morales. La même propagande menée dans les médias ou sur Internet sera passible de sanctions encore plus sévères. Les personnes physiques risquent 50.000 à 100.000 roubles d'amende  (1.250 à 2.500 euros), les personnes dépositaires de l'autorité publique 100.000 à 200.000 roubles (2. 500 à 5.000 euros) et les personnes morales un million de roubles (25.000 euros).

Ce dispositif légal s’inscrit sans aucun doute dans le cadre plus large du renouveau démographique russe entamé depuis 2005 et qui inclut un projet de conception de la politique familiale allant jusqu'à 2025, qui affirme que "la famille traditionnelle est la base de la souveraineté d’une nation" et dont les grands traits sont définis ici.

L’ingérence Washington-Bruxelles-Berlin mais le soutien des patriotes français?

Malgré les appels de l'Union européenne et de la chancelière allemande Angela Merkel souhaitant que la Russie s’abstienne d'adopter cette loi qui serait "susceptible de renforcer les discriminations et les violences contre les personnes LGBT" (imagine-t-on la Russie appeler l’UE ou l’Allemagne à ne pas adopter de lois nationales?), la loi a été votée par une majorité écrasante des voix puisque ce sont les 436 députés présents (sur 450) qui ont voté pour, un seul député s’abstenant. Immédiatement, la diplomatie américaine à réagi, l’ambassadeur américain en Russie exprimant publiquement ses préoccupations en affirmant que "La discrimination et l'intolérance ne sont pas conformes à l'esprit d'une société démocratique". (...)

L’homosexualité n’est pas acceptée par la société russe.

La loi a soi-disant beaucoup choqué en France et en Europe, ou les lobbies homosexuels sont très influents dans les sphères étatiques, politiques et médiatiques, mais elle semble pourtant tout à fait conforme aux attentes du peuple russe. Deux sondages des centres Levada et Vtsiom donnent en effet à peu près la même image de l’opinion des russes au sujet de l’homosexualité. Seulement 16% des sondés pensent que l’homosexualité est une orientation sexuelle comme une autre, 88% des russes soutiennent ce projet de loi et 42% des personnes interrogées estiment pour leur part que l'orientation sexuelle non traditionnelle doit être sanctionnée au pénal contre 19% en 2007, une hausse assez importante en seulement cinq ans. (...) Je rappelle que l’actuelle Douma russe est composée de 238 députés du parti centriste/conservateur Russie-Unie, de 92 députés communistes, de 64 députés du parti de centre gauche Russie Juste (dont est issue l’auteur de la loi Elena Mizoulina, par ailleurs ancienne cadre de Iabloko, le principal parti libéral d’opposition anti-poutine) et enfin de 56 députés nationalistes du parti LDPR. (...)

Alexandre Latsa est un journaliste français qui vit en Russie et anime le site DISSONANCE, destiné à donner un "autre regard sur la Russie".

22 juin à Reims : chapelet de réparation publique contre le "mariage" homosexuel

22 juin 2013 à 17 H 30 à Reims : chapelet de
réparation publique contre le "mariage" homosexuel

A Reims , le 22 juin 2013, aura lieu le premier "mariage" d'une paire homosexuelle à la mairie, en application de la loi Taubira.

Nous nous rassemblerons à 17 H 30 sur le parvis de la cathédrale de Reims pour protester contre ce scandale d'une union contre-nature élevée au rang de mariage.

Nous réciterons un chapelet de réparation en public face à cette abomination qui reçoit la reconnaissance des autorités publiques.

Là où Clovis a été baptisé avec ses soldats par Saint Rémi, là où la France naissante s'est liée à la foi catholique , nous ferons monter notre prière vers Notre-Dame , patronne de notre pays.